Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour le 2 novembre, 2011

Bonjour à tous ! La paupérisation…

Posté : 2 novembre, 2011 @ 5:40 dans argent et considération, humanisme, Non classé, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Triste C‘est un mot qu’il ne faut pas lacher dans notre société,car il se permet de sa propre initiative d’opérer des dégats sociaux importants. Il est un constat d’une dynamique régressive des sociétés.Alors,dans les pays Occidentaux et notamment en France ,où en sommes-nous ? Dans la socité occidentale,depuis ses débuts, elle comporte toujours un noyau plus ou moins développé de ce fléau ruinant les biens-être du peuple. Nous avons, en développements basés sur l’émulation et l’opposition des différentes classes sociales.

Au lieu de créer une uniformité construite en communauté,nous avons dressé les personnes afin qu’elles s’affrontent sans grands sentiments,pour exister et avoir accès aux richesses.Dans la société française,le ressenti plus important de la pauvreté,d’un appauvrissement ,remonte aux années 1990.Du moins,je le pense.C’est à cette période que les organisations d’aides à la vie des hommes ont commencé à se faire sentir. Depuis,une partie de notre société est envoyée gentiment ,mais surement, en des zones rétrogrades.Mon premier ouvrage ( Si on parlait Sociologie,Humanisme et Ecologie » 2005), a fait une bonne place à l’analyse du comment peut-on tolérer ,dans une société charpentée et très structurée ,pareil fléau.Les frontons de nos lieux publics et notamment les Mairies portent les symboles par la valeur des mots qui devraient regarder comme un fléau se répandant par cette pauvreté active.

Son éradication peut être obtenue,à condition que la Sociologie active comporte un volet régulateur de ce constat miséreux.Alors,nous en rajoutons une couche et par exemple :désormais dans les grandes villes,dans leur capacité de sauvegarder la vision d’un paraître sans points noirs et au nom du meilleur des mondes ,cachent l’existence de la pauvreté et interdisent la présence de la mendicité.On le voit,sorti des organisations humanitaires ou du coeur, et dans la bienséance de la pensée dominante,il  faut cacher notre propre misère et même les valeurs du coeur ,face à la détresse prononcée.

Drôle de monde ! Drôle de société du paraître ! Récemment,nous avons appris que dans les grands magasins ,des personnes dérobaient des aliments et notamment du fromage pour s’alimenter. Le système n’a pas manqué de les interpeller et les entrainer vers les foudres du pouvoir organisé. Vous avez volé,c’est grave leur dit-on! On peut rétorquer : »-J’ai pris parce que j’ai faim et je ne peux me l’acheter avec mon revenu ! » Désormais, nous avons un dialogue de sourds avec l’adepte de la possession s’oppose à celui qui ne possède plus rien du tout et connaît le rejet dans la philosophie dégradante.Celui qui en rit et s’en moque aujourd’hui, sera peut-être touché demain. A ce jeu ,l’état dynamique paupérisant s’attaque à ces « classes » de plus en plus à l’aise dans la période précédente.Il ne s’agit plus de fermer les yeux sur ce fléau ,mais organiser la fin en soutenant les plus pauvres d’entre-nous. Ce qui est affligeant,c’est notre facilité communautaire à s’habituer au phénomène,dans une indifférence notoire.Sur ce même plan nous trouvons la détresse humaine constatée.

Quand nous voyons que cela  touche toujours des personnes en faiblesse ,je me demande parfois où mettent leur énergie nos décideurs et professeurs en philosophies actives. Manger à sa faim,se vêtir,se loger ,connaître la dignité de la vie est essentiel pour l’humain dans toutes les sociétés civilisées ou « dites ».C’est bien le monde du paraître dans son immense orgueil et la démesure qui crée cela et occulte cette partie.C’est bien le monde de la propriété et sa possession gardée,verrouillée ,qui  repousse le partage de la sassiété et l’exigence fonctionnelle du manger. C’est bien parce que notre philosophie communautaire n’est pas complète ou entachée d’erreurs appliquées.C’est bien parce que  les sociétés mercantiles à l’extrème ne sont pas viables. C’est bien parce que nos sentiments primaires égoistes l’emportent et disent :  » Ce qui est à moi , n’est pas à toi! » C’est bien parce que nous sommes dans une grande vulnérabilité que le phénomène est inquiétant.

Je me répète une nouvelle fois : » Méfions-nous du sentiment de posséder qui batit nos communautés et conventions. Il vérrouille trop souvent l’idée de partager. Méfions- nous du tout argent sélectif dans son règne unique. Un jour,face à ce grand désastre miséreux occulté,le verbe posséder sera onnis et banni de nos actions.Méfions-nous, les peuples auront perdu leur dignité que nous ne comprendrons pas nos erreurs et les difficultés qui nous atteindront dans l’insurmontable. La violence sous toutes ses formes et la fin de la dignité essentielle aux Mondes civilisés en marche. Soyons sur nos gardes en éradiquant ces fléaux maintenant avant qu’ils nous demandent d’aller vers le chaos et le sang versé. Au nom de l’Amour respecté et régnant ,souhaitons le raffermissement de la solidarité ,de la fraternité et du partage réel sur les bases respectueuses. Merci de votre aimable visite.Triste

 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...