Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour le 5 novembre, 2011

Bonjour à tous ! Si nous étions tous égaux …

Posté : 5 novembre, 2011 @ 9:36 dans humanisme, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, vie naturelle | Pas de commentaires »

CoolDans la valeur de ces quelques mots se cachent beaucoup de trésors pour que nous puissions construire nos chemins et nos routes en société.Si une phase est positive,une autre l’est moins car les différences parfois sont necéssaires et elles n’ont pas de valeurs négatives,mais positives. Avec nos positions en naissant,nous découvrons déjà les différences entraînant inégalités et nous obligeant à épouser les routes situées sur des terrains variées. Nos Parents peuvent être à l’aise avec le monde matériel et celui de la richesse,mais aussi et c’est encore le cas bien souvent,dans la pauvreté relative et sans les apparats reliés aux valeurs des richesses matérielles compris l’argent.N’avoir que le necéssaire pour rester présent dans la dignité de la vie,c’est le point principal majoritaire.

Nous pouvons croire que de naître dans l’aise matérielle est une chose bien supérieure.Je répondrai que l’analyse est fausse. Ceux qui ouvrent les yeux au sein des familles pauvres,voir parfois très démunies, découvrent bien d’autres richesses plus profondes. Le bonheur de l’enfance doit être particulièrement protégé ,car il est dans le sentiment,l’affectif et tout l’amour contenu. Plus nos rapports vont vers l’ambiance matérialiste et plus nous nous éloignons des vérités essentielles incarnées. Bien sûr, on doit manger à sa faim et recvoir les soins appropriés à notre équilibre mental et psychologique.Si nous sommes unique par l’âme et l’esprit ,nous sommes copie conforme de nos Parents et nous héritons du parfait et imparfait de leurs constructions biologiques. Sur le plan de la matière,beaucoup de points peuvent se résoudre favorablement. J’ai vécu cette pauvreté relative,mais une pauvreté issue des difficultés que les gens simples ont rencontrée au lendemain du grand conflit mondial.

J’y ai vu les sequelles et j’ai ressenti l’espoir et cette espérance de rebâtir sur de nouvelles bases extirpant la violence de ses entrailles. J’ai vu des gens heureux sans argent ,ni possession matériel à outrance. La nourriture était abondamment donnée par la Nature sous des formes à dominance végétarienne.Les vaches nous donnaient un lait pur au goût fin et très nourissant pour nos équilibres. Nous ne mangions que très peu de viande ,mais beaucoup de légumes ,qu’ils soient cultivés ou sauvages. Il ne faut pas oublier que la Nature nous fournit des plantes très comestibles .Tout ceci après le passage au sein de la période lactée.Sans être dans l’opulence  ni  désir de posséder, on peut trouver le bonheur. Souvent,ce sont les conditions idéales pour s’y éveiller.

Tant que le train accéléré de la construction communautaire roulait raisonnablement ,nous avions le temps de vivre notre enfance pleinement et laisser mûrir en nous l’adolescent et l’adulte que nous serions.Sur ces bases simples et pauvres,j’ai imaginé et construit mes jouets.j’ai trouvé d’immenses satisfactions avec mes constructions primaires et symboliques reliées souvent à une société en devenir. Seuls quelques modestes outils de bricolage de mon Père me servaient à réaliser des merveilles avec du bois sous diverses formes. A l’éveil également ,la Nature nous apprend beaucoup et son observation est essentielle à nos compréhensions.Je me souviens qu’un jour avec mon école, nous étions en classe de découverte au bord de la mer et quelle ne fut pas notre surprise de voir apparaître devant nous ,un énorme dos noir et la moitié d’un corps énorme nageant très près du rivage.il s’agissait d’une espèces,aujourd’hui en voie de raréfaction, le Marsoin.

Ma famille ne possédait pas de voiture ,ni engin dits du modernisme.L’electro-ménager ne faisait pas partie des acquisitions .Manger,se vêtir étaient important tout en ayant un modeste toit. Les déplacements se faisaient à pied,mais souvent en vélo et j’eus une bicyclette très tôt. En sport,j’ai aimé ceux pour lesquels j’étais disposé et notamment le cyclisme et la course à pied (fond et demi-fond).J’ai aimé ce combat livré de l’intérieur avec soi même pour exprimer le meilleur de nous. J’ai peu gagné ,mais j’ai beaucoup perdu dans l’espoir du mieux. J’ai souffert sur les routes avec mon vélo de course et sur les cendrées des stades ,dans mes chaussures de course à pied. Ce dernier sport me voyait développé un don inutilisé sur l’endurance ,aux temps où Michel Jazy était mon idole et avait succédé à celui de ma famille, Alain Mimoun.

Je ne suis pas pour autant un individualiste car j’ai également donné dans le hand-ball et les courses relais que j’appréciais. Dans ces efforts,j’ai trouvé beaucoup de joies simples, l’humilité des perdants,une fraternité et un bien être pour un confort mental pensée et analytique de mon cerveau.Nous continuerons cet article bientôt,car il est loin d’être clos dans nos approches de la vie.

Merci de votre aimable visite !  Sourire

 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...