Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour février, 2012

Bonjour à tous ! La Sagesse…

Posté : 29 février, 2012 @ 7:55 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

La Sagesse…

C’est un comportement issu d’un sentiment philosophique noble et inné, qui se trouve au fond de l’homme.Il est de qualité supérieure et il sait parfois ce dont a besoin la vérité pour s’épanouir.L’être pour s’exprimer justement.La société pour se définir dans sa pensée supérieure.Seules les âmes ayant conscience d’elles-mêmes deviennent sages et savent la cultiver. Des peuples entiers l’ont pris pour guide dans l’assemblage du collectif et ses actions.

Je veux parler des Amérindiens aux temps où ils étaient actifs au sein de leurs communautés respectives et dans l’épanouissement social structuré. Le sommet dans leur société pensée était un comité des sages,voire très grands sages assemblés et réunis dont les décisions supérieures incombaient. Au début de leur avènement créant une reconnaissance en société,les philosophes grecs accordaient grande attention à la sagesse. Socrate,Père de la philosophie que nous pratiquons,prônait et recommandait la Sagesse et l’honnêteté vis-à-vis de soi,mais aussi et surtout du collectif.Pour les penseurs grecs,elle avait même son oiseau ,car il représentait une valeur de l’esprit.

Celui de la Sagesse est la chouette,la bonne grosse chouette de nos campagnes. A voir les sculptures,je ne suis pas sûr que ce ne soit pas un Hibou Grand Duc? Bref,la Sagesse avait son philosophe et son oiseau et elle venait se placer dans un esprit supérieur au côté de la paix et de l’élévation humaine. A l’époque de la reconnaissance du sage,la chouette était adulée au point que l’on en a fait des statues en or masssif qui sont devenues emblématiques. Malheureusement, aujourd’hui,nous n’en avons plus ou presque car toutes ont été dilapidées sur les marchés . L’homme s’est rempli la tête de croyances et dans un autre sens elle est devenue celle qui jette le mauvais sort sur les pauvres gens. En certaines régions de notre pays, elle a été  décimée quelle que soit sa variété.Je pense que cet oiseau adulé était une chouette hulotte.il est difficile de faire l’identification exacte et elles sont placées ,aujourd’hui,dans les oiseaux en voie de disparition ou d’extinction de par nos offensivités sur les habitats.C’était pourtant une famille très riche en variété.

Revenons vers notre sagesse,qui après les philosophes grecs réapparut chez les amérindiens avec leurs comités actifs.Je pense que l’idée de nos démocraties est sublime en rendant l’homme libre et expressif. Mais, il manque à cela la marque du sage,de sa présence affirmée et de son précieux avis dominant. A plus ou moins long terme,dans la prochaine constitution qui fera naître la sixième république,il sera mis en place une telle organisation.J’y serais favorable dans une expression complète et structurée,au sein de l’organisation administrative française,mais aussi à celle Européenne.Le plus difficile sera  dans le recrutement qui devra venir obligatoirement du peuple et ne favoriser que de vrais(es) sages.

Dans ces conditions, le Sénat devra se scinder et définir une troisième organisation constitués et décisionnelle sur les autres groupes existants. Il sera établi et pris sur cette chambre ,cette nouvelle organisation.Les raisons en sont simples,c’est de ne pas alourdir l’impôt envers le peuple. Les sages élus doivent pouvoir sièger en assemblées depuis les chefs lieux de cantons et suivre tous niveaux administratifs décisionnels constitués .Leurs avis seront prépondérants et ils se trouveront sans appel,sauf celui de la haute cour constitutionnellement établie dont-ils relèveront et généreront l’état d’esprit et la pensée publique.

Seront réputés sages,tous les citoyens issus des niveaux sociaux de tous horizons.Ce ne sera pas une affaire relationnelle de personnalités déjà en place, ,ni celui au gros sous, mais celui aux forces d’un intellectualisme développant l’’esprit pérenne et plus sûr des démocraties avec la liberté et le respect des personnes individuelles et collectives.

La Sagesse étant Vertu agissante et glorifiée en ses valeurs; que la chouette hulule et exulte car son emblème devra atteindre le sceau de la République, au même titre que notre chère colombe pour la liberté.
Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Intermède !

Posté : 28 février, 2012 @ 8:36 dans actualité générale, communications, créations littéraires, diffusion livres, journées ou salons du livre, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires | Pas de commentaires »

Je vais essayer d’introduire entre mes différents articles et notamment ceux touchant à la politique ,quelques espaces. Je pense qu’il est souhaitable de varier la densité car jusqu’à présent,j’ai densifié les sujets sociaux abondants à la fois et les sciences humaines avec l’enveloppe générale de la Sociologie.

Tout d’abord, mon activité tournée vers les oiseaux anatidés,avec les sciences vibratoires et une vraie relation d’amitiés continue. Les froids vifs et le gel de l’eau dans les rivières,ont vu mon maintien assidu à mes amis et une amplication demon actiobn d’apport de nourriture. Pour nos petits amis,ce fut très éprrouvant et ils se sont fixés fidèlement aux lieux,en attente d’un meilleur temps.Cela a concerné tous les oiseaux,les sédentaires et les migrateurs. J’ai donc vu venir vers moi mes amis Colvert,puis les mouettes de rivière,les cormorans et grêbes.J’ai pu approcher et donner,parfois au cœur de ma main, une nourriture plus qu’utile et désirée. Ce sont surtout leurs petites pattes qui sont soumises au gel et à dégradations. Après le vol,l’atterissage et se poser devenait problèmatique car ils préféraient se poser sur le ventre et le corps,les entrainant à la glissade même incontrôlée. Sur la glace et sur la terre ,ils maintenaient leurs pattes sensibles repliées sous eux.Les oiseaux sédentaires qui m’ont approché en cette période difficile,sont des rouge-gorge,des bergeronnettes diverses,des pigeons divers  et des merles aux ventres vides. Puis, au dégel, seuls apparurent les oiseaux du voyage telles les oies bernaches et cendrées,les cygnes,les canards migrateurs en petite quantité et isolés pour parfois guérir des blessures et qui finissent par se fixer en un lieu donné.Après cette période de souffrance,les anatidés et les colvert ont vite récupéré et la parade nuptiale commence avec les joutes et ébats pour l’accouplement .Les couples se reforment et je pense qu’avant Pâques, nous auront des petits oiseaux.

Une nouvelle fois, je vous demande de m’excuser parfois de la légèreté de mon écrit dans sa forme et dans sa conformité axact avec notre langue. Je vais très vite et comme je mêne de front plusieurs dossiers ,je me contente d’un premier jet.Ce qui est un peu court,nous en conviendrons. Sdonc, en écriture sur la toile,j’aime aller sur des articlesgénéraux et sociaux des journaux français, européen, voire mondiaux parfois, et y déposer un commentaire si cela m’accroche bien ou me contrarie. J’essaie d’écrire sincèrement ,en conformité avec ma pensée analytique et philosophique du moment. Puis, je vais reprendre mon activité de communication et vlugarisation de mes ouvrages sur les salons du livre,journées du livre ou de l’écrit,vide-greniers en France profonde et marchés du livre . J’y vais progressivement,car je vous l’ai déjà expliqué,lors de ces contacts,je me donne entièreent dans un intellectuallisme me faisant revivre mes ouvrages.

Avec mes cinq « bébés » ,j’ai de quoi faire,ce qui se termine certes par des ventes et de nouveaux lecteurs,mais aussi par la fatigue générale de l’auteur. Pour un auteur en philosophie et ses essais,il faut  qu’il laise du temps au temps,lequel bonifiera et reconnaitra ses idées transmises et développées. Il n’ y a pas course contre la montre,mais intemporalité. Parler juste,écrire juste dans la valeur vibrante et résonnante des mots est parfois difficile et cela demande au sein de nos actions intérieures un effort. Pour ma part,je suis quelqu’un qui a toujours entretenu des relations communication de vérité dans la mesure du possible.Donc, j’évite les chemins tortueux des manouvres partisannes,manichéennes et du fait peu sincères. J’accorde beaucoup ,voire énormément d’importance à l’expression en cette matière.La sincérité est pour moi essentielle et lle me met en accord très vite avec le contenu de mesouvrages.La vibration obtenue est des meilleures quand mes interlocuteurs sont sans détours,ni facettes d’approches complexes.Mon intellectualisme construit est honnête,direct et sensible ,car en même temps qu’être dans ou aux abords d’une vérité du langage,des mots et leurs puissances,je vais un peu à l’avant regarder où je pourrai blesseret reformuler mon langage avant expression. C’est un exrecice qui s’apprend par le biais de la descente en soi et l’approche de notre propre connaissance.

Dans les paroles résonnant de mots justes,dans la réalité vibrante,tout s’ordonne sans heurts et la qualité communicative,expréssive se met  au top. Oui, j’aime la vraie communication ,celle qui atteint les esprits et le cœur avant les cerveaux.J’aurais aimé les oraisons,l’expression en collectfif (auditorium, universités, etc …).De temps à autres,je m’y suis livré avec succès et plaisir car la qualité relationnelle était saine et vibrante sur le sujet.  Mais, comme beaucoup ,je porte le poids de notre fabrique et nos origines de la terre ,avec celui d’un intellectuallisme autodidacte.

J’abore aucun diplôme et si je le souhaite,il m’est donné,approché,servi et offert gracieusement comme on prend un repas.Ma formation n’est pas celle commune et pour ceux qui vont observer les hommes,ils le reconnaitront.Il est possible  d’accéder à cette richesse par une évolution interne sous le même biais que la maîtrise de la parole sincère et du poids des mots. Je vais conclure sur ce sujet en vous disant que nous sommes bien tous différents et variés. Certains sont dans un épais brouillard malgré tout leurs diplômes et autres éclairements dès leurs premières pensées.La pensée se raffine et accueille l’esprit.Ce dernier s’exprime et y donne la forme et la rondeur des contours. Le tout de ce  que nous sommes  envoie le message de ce qu’il est vers autrui qui le reçoit et l’analyse à sa façon. Le seul conseil que j’aurais à donner est de ne pas trop s’éloigner du chemin de la vérité collective,mais surtout individuelle.Ne pas jouer avec celles-ci en la transfigurant.Je reste n’est fait que d’Amour entre les êtres.Il faut s’en persuader.

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! J’ai entendu le bruit du fouet !

Posté : 27 février, 2012 @ 7:56 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, travail | Pas de commentaires »

J’aime bien les hommes politiques et leurs visions de la démocratie vive,participative. De ce moment,j’adore les phrases tirées à brûle-pourpoint des discours,des comportements publics dévoilant les hommes et leurs idées. Voici quelques passages sur l’emploi et nos conditions de travailleur. Il semble que les moyens de Pôle Emploi seront désormais réduits financièrement. Après une première présentation d’un d’job,sans affirmation positive ,obligation de se recycler et un faire un stage en d’autres filières porteuses du moment. Puis, ces quelques mots d’encouragements à un peuple de condamnés et sous surveillance ayant perdu toute conscience. «  Personne ne devra  rester sans activité,ni rien faire.Chacun devra posséder une activité! » Un pas de plus,on croirait entendre un tribun s’adressant à un peuple d’esclaves,lui signifiant ses devoirs et son peu de droits. Il y a des mondesoù l’on parle aux peuples dans le respect appliqué, engagé suivant tous les égards dus à son rang souverain. Les paroles et les mots ne sont pas dans l’impérativité.

Pourquoi, au pays des droits de l’homme,de la liberté définie,de la représentation officielle du peuple, on entend des paroles impératives et cinglantes ,comme si nous étions tous des profiteurs en tous genres,des fénéants et des délinquants.Sous le sceau de telles paroles étriquées  les interessés directs sont plutôt mal à l’aise et se sentent coupables .Mais coupable de quoi, grand Dieu ? D’exister ! On aimerait que l’on nous parle sur un autre ton et avec des phrases plus chaudes et dans une compréhension généreuse. On avance toujours avec le cœur et la bonté, en laissant de côté toutes les formes d’agressivités et de haines.Les candidats qui s’arrogent une telle communication avec leurs peuples ,sont sûrs d’eux et n’envisagent pas une liberté de ceux-ci de décider in finé de l’élection.

Et toi le retraité,toi qui vis de tes rentes ,il va falloir t’activer côute que côute et  envisager de reprendre le travail . Aux siècles derniers, il n’y avait pas de retraite.Alors, les bienheureux,la récréation est finie ……

Que se passe-t-il au royaume de France,ma Douce que tu es loin ! Tu ne vas pas aller manger le pain des affronts constants ,de la haine et de tous ses corollaires.Tout ceci bien dissimulé au sein de l’agressivité ambiante,générale, se fabrique une santé dans la parole péremptoire. J’ignore ce qui se passe dans les coullisses,mais les français sont bien tous respectables ,même si certains sont différents et d’autres doivent purger une dette à la société. Le respect par la parole et les mots choisis est incontournable. En aucun cas,un candidat aux hautes fonctions nationales devra tenir des discours l’insignifiant,l’infantilisant,ne le respectant plus. La vie est bien plus complexe qu’argent, métro,boulot dodo.Qu’on se le dise .

Nous avions eu les rois fénéants,maintenant nous avons les peuples fénéants  qu’il faut vivement avec autorité encourager. Avec ce genre d’ambiance publique qui se développe soyons méfiants car cela débouche sur le désordre et la violence, quand ce n’est pas un cache misère.Qui a intérêt à affoler l’aiguille de la bousolle?

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Le sujet qui fâche !

Posté : 26 février, 2012 @ 8:05 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, travail, Universalité | Pas de commentaires »

C’est l’élément qui structure nos sociétés plurielles,mais aussi globales.L’éfficacité au travail,l’emploi,les diplômes,les énergies déployés sont les plus petits éléments discéqués. Dans ce sujet,il y a d’innombrables variantes,éléments richesses de l’homme. Mais, en finalité,il doit y avoir l’équité,la justice pour chacun et tous, la solidarité,le partage,le bien-être et l’avenir déjà édifié sur ses bases. L’enseignement qui est dispensé à notre jeunesse est polyvalent et je pense qu’il remplit son rôle sans faiblesse.Le nombre de diplômés dans les écoles est constant. Les diplômes attestant et certifiant d’une capacité ,d’une spécialisation sont là. La société considère déjà que par ce biais l’avenir de l’être se définit surement.Je veux parler des plus hauts diplômes,de ceux attachés à l’ingénièrie générale et innovante.Tout d’abord,il n’y a pas de honte à laisser dans ces procédures formatrices des espaces vierges qui serviront de tampons, aiguillage au train du savoir.il faut faire plusieurs remarques sur ce sujet.on ne peut ,dans l’adolescence, arriver à tout savoir des choses,du monde,des inter-réactions en tous domaines.Donc, un diplôme si haut soit-il ,ne reste qu’un papier inactif glorifiant  un moment donné ,mais non une vérité dans les mouvements de la vie qui sont dynamiques et variés.

Quels que soient les enseignements ,il reste cette part d’incertitude de l’évolution des savoirs et connaissances ,seconde après seconde. Ce qui est un enseignement certain à une période,ne l’est plus après.L’institutionalisation des enseignements a créé une vraie entité : savoir+connaissance+vulgarisation+certification.Cette force plus que considérable reste en majorité dans sa propre satisfaction et ne suit que très sporadiquement la dynamique des sociétés,mais elle se contente de reproduire ce qu’elle détient et sait à l’infini. Ainsi,elle se décroche du train ,pour se placer en parallèle essayant de toujours ramener à elle (intititution) la vérité pensante et l’intellectuallisme de référence.Même si on est critique,nous ne construisons pas autre chose qu’une institutionnalisation d’une matière.Celle de l’enseignement est une des plus louables et utiles aux yeux de toutes les générations qui défilent.Puissions-nous trouver la force de l’adaptation constante aux différents temps que nous traversons? Donc, au sortir des plus grandes écoles,bardés des plus hauts diplômes ,nous n’avons parcouru qu’un petit sentier.

Les autres voies s’ouvrent ou vont s’ouvrir sur la vie et ce qui est moins su.Là, le domaine est plus ardu à déchiffrer car les références ne sont plus dans l’enseignement reçu,mais dans les relations dynamiques avec les autres. Le monde du travail et de ceux qui entreprennent en créant une activité collective. Là, rien n’est parfait, et entrent dans cet ensemble, énormément de paramètres qui échappent déjà aux diplômés. Dans nos analyses sécuritaires,douces,confortables,nous en avons conclu que les diplômés étaient prioritaires en emploi au cœur de nos communautés. On peut admettre ,mais seulement l’admettre. L’exemple que je vais vous définir est celui qui doit être corrigé. Un jeune ingénieur diplômé ,sur la place du travail ,est recherché pour de multiples éléments.Devenir un dirigeant,un directeur d’une société ou se maintenir au sommet de la pyramide sociale,les avantages inclus . Mais, un diplôme d’ingénieur ne veut pas dire se situer en haut d’un édifice,mais ingénier et être utile à la société par un génie plus qu’innovant. Rien à voir avec une sécurité financière dans l’emploi assuré. Le problème est que nous avons de nombreux hauts diplômés qui détiennent des emplois assurant des directions ,donnant pouvoir sur les autres.

Ce n’est pas cela le plus utile,c’est la fertilisation du diplôme acquis pour fertiliser l’ensemble par une mise à disposition du don créatif et inventif. La question est : « - Pourquoi avons-nous conçu une société dans la construction fine toujours basée surle haut de la pyramide et sa direction , et non sur l’utilité générale et respectée des hommes. Un diplôme n’est pas un pouvoir sur l’autre.Le pouvoir vérrouille l’ensemble et son avancé. Il est réducteur et confiscateur.Au-delà du savoir diplômé,il éxiste encore des phases qui nous forment et la connaissance fine se répand également vers ceux qui y sont ouverts.Elle est la Nature universelle et doit trouver valeur,reconnaisance,fertilisation chez les hommes.

Elle n’est pas instinct ,comme certains diplômés veulent la voir.,mais un élément d’éveil des cerveaux humains vers un monde plus éthéré et délicat.Nous recvons cette richesse si nous y sommes ouverts. Pas de verrouillage et dominance suivant diplômes! Vous allez me dire que c’est choquant ! Je ne crois pas,mais possibilité de l’être humain inhrente au développement du cerveau,je me répète. Nos sociétés d’élitesbien rénumérées dès les premieres minutes ,il fautrevoir l’impact de cette façon de concevoir.on peut admettre que dans une communauté qui va mal,avec des richesses dégagées, le nivbeau directionel peut-être tourné vers le technicien de base. Nous décalons déjà les niveaux de ceux qui contrôlent ,décident, et ponctionnent dans la richesse dégagée;

Ainsi, ce point libre peut se déplacer vers les emplois de réalisation ,de création ou bien d’innovation et de production.Ils libèrent les niveaux  ingénieurs pour réellement ingénier et la richesse d’une  d’une société en production du groupe, du collectif aménagé vient se replacer vers la base.C’est elle qui souffre du manque d’emplois ,de reconnaissances, de salaires dignes,etc…. Ce serait ,certes une réforme de société ,en se gardant bien de casser également les capacités d’ingénier efficacement et concrètement,donc d’innover pour l’avenir.

A force de tirer tout vers le haut et s’autoprotéger  avec la  richesse même ,on en oublie ce qui serait juste : rénumérer à sa juste valeur le travailleur honnête,rempli d’abnégation pour manger avec sa famille quotidiennement.La justice serait que chacun trouve sa dignité,son bien être,son bonheur aussi furtif soit-il . Il faut impérativement rétablir des équilibres compromis entre nous.

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Il faut que ça change …

Posté : 25 février, 2012 @ 8:10 dans actualité générale, argent et considération, communications, Philosophie générale, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Ce sont des paroles que nous pouvons entendre quand nos compatriotes abordent la politique ambiante.Les discussions citoyennes tournent autour du pot,mais ce n’est pas une stratégie employée.Avec le temps qui passe,la vraie dimmension apparaît et probablement par vérité également.Alors, en s’approchant dé plus près,il est permis d’aborder la vérité de base qui se fait jour.La question qui asaille est la suivante : - »Dans ce ciel chargé, faut-il changer de société ? Donc ,ce que nous voulons,c’est voir plus d’argent s’investir parmi nous et que et la communauté à la base se redresse, avec des rénumérations correctement  établies.Comme une petite révolution ,dis-je ? Ah non!me répondirent-ils !

Nous ne voulons pas basculer pleinement  sans pouvoir accéder aux emplois sécurisés et bien rénumérés. Nous voulons en profiter! Nous ne vivons qu’une fois ! Alors,nous attendons une réelle considération en la matière. Je me disais aussi ,ils se décident de bâtir,bouger en prenant les choses en main.Nous ne parlons pas le même langage ? C’est justement ce langage qui n’ouvre plus ou très mal pour être interprété . De toute évidence, le monde capitaliste convient à de nombreuses personnes désirant s’établir et emménager.Pour ceux qui ne sont pas placés dans les extrêmes,ces régimes argent  sont satisfaisants donnant accès aux techniques ambiantes.

Alors, ma question suivante est : - »Nous ne pourrons jamais changer des situations où certains s’enrichissent aux  détriments des pauvres ,si nous oublions les forces financières. Puis viennent les questions  sur les limites ambiantes et  et là nous sommes hors sujet et dans les plus grandes largeurs intellectuelles. Pour un petit nombre ,la démocratie n’a plus grande valeur et d’autres disent froidement que ça ne sert à rien de voter,même pire,c’est dangereux pour le lendemain,vu l’exploitation qui en est faîte.D’autre encore protestent contre le fait de payer des impôts et des taxes en surélévation. D’autres boïcotent car ils veulent montrer à certains élus leurs capacités  à enrayer la machine administrative.

Enfin, sur les bases d’un dégout démocratique et collectif ,notre citoyen peut nous faire éclore beaucoup de fleurs dans les champs de la Démocratie. Il se peut aussi que ce soient des chardons piquants ,des ronces ,des épines qui y pousent. A force de ne plus maîtriser sa volonté de construire,bâtir une société juste et saine,nous encourrons tous les dangers. Il est plus difficile d’établir un programme cohérent quand les chevaux de l’attelage tirent chacun dans leurs directions.Puis, l’oiseau qui avait compris que nous débations des intérêts bien particuliers,se dresse et dit : « - N’oublie pas de garder des endroits en friche pour les plantes sauvages et ma nourriture bio ! Soit rassuré Piou, Piou,tu auras encore un peu de la nature nourricière ! Mais tu as raison de venir le demander.Tu vois, toi aussi que tu n’es pas loin de la soumission aux bipèdes . Allez-va et il y en aura encore plein de plantes et un espace définissant ta liberté depuis le début des temps ! Nous sommes maintenant situés sur les mêmes bases. Que dis-tu ? - » Que tu t’en fiches car tout peut bien disparaitre, à tous moments, par notre faute ,nous les humains ! Mais, je vois que toi aussi tu deviens un peu plus philosophe chaque jour  qui passe.
Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Balayage à 360°.

Posté : 24 février, 2012 @ 6:56 dans actualité générale, argent et considération, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Je vois les élections présidentielles approcher à grand pas,j’essaie de comprendre comment s’articule le débat des postulants. Tout d’abord,certains font la démarche pour la gloire et ils n’auront pas une confiance très importante d’un peuple tourmenté.Les critères et paramètres retenus sont parfois étonnants et ils démontrent que le monde est pluriel et les analyses présentes à l’infini. Je vois également des discours creux ,parfois vide de sens ,ou bien situés dans la démagogie. Cette dernière habite désormais perpétuellement avec nous et il faut s’y faire. Nous voyons aucune priorité se dégager.Les images actives qui en remontent effleurent les matières les plus importantes. Tout d’abord le monde économique et ses propres valeurs qu’il vaut mieux préserver avec ses milliardaires,ses grandes banques,leurs trains de vie, leur droit de vie et de mort sur les sociétés. Puis, les nouveaux riches initiés  aux valeurs et maniements constants.Ce sont des actionnaires et boursicoteurs faisant circuler l’argent au gré de leurs humeurs.Ce sont souvent des personnes à l’aise et qui ne s’encombrent guère des valeurs humaines.  La vérité est dans l’argent ? Les profondeurs de nos articulations de société et les impacts dégradants se réparent avec l’argent. Les hommes s’éxistent et se tiennent avec l’argent et le travail raréfié,mais très valorisant. L’environnement est également affaire d’argent et de prise en main  par des gros groupes fortement structurés. Nous devons vivre avec le seul souci d’accéder aux richesses.A partir de cet accès,tout est posible d’envisager.Donc , la Nature est affaire de riches ou plus aisés avec en corrolaire un monde des plaisirs sains. Une fois obtenu le pouvoir total sur les éléments,ils ont dressé des lois dans une rectitude partisane et terminé la chanson de l’écologie scientifique.Tout le monde veut se protéger de l’autre et obtenir la sérénité absolue est primordiale.Le candidat qui va aligner une sureté sur la chose ,va l’emporter. De plus il créera des emplois de gardiens de sa philosophie et de son temple.D’ailleurs,la protection éfficace faîte évite toute perte et concoure à la sureté des actions. Alors, la question principale apparaît avec l’emploi et son grand développement.Nous devons inventer l’activité rentable pour le pauvre ,car en y ayant accès,il va quitter son état dégradant de vie quotidien .En sous-entendu : « - Des emplois ,si je veux en donner ! »En caache ne pas oublier de dire un gros merci! Civilisation occidentale,société mercantile agitée,pays notés confortablement, voitures rapides et rutilantes,accès aux dernières gouttes de pétrole ,qualité de l’air ambiant,de l’eau à boire,de notre bain ou bien de notre douche,de notre habitat,de notre pain quotidien : affaires se règlant avec les sous ! La santé livrée désormais au mercantilisme: « -Rien à dire,passons et continuons ! »Des organismes défendant les travailleurs ou bien leur assurant d’un bien être social,sont désormais plongés dans le boursicotage neutralisant. Tout n’est plus qu’une affaire de gros sous car même notre réputation en dépend. Notre chère école devant s’établir dans l’équité et la gratuité d’accès commun,n’y retrouve plus son Nord. Les riches et les bourgeois bien assis et arrivés dans leurs vies confortables et satisfaites renient tous sens équitables,solidaires d’un ensemble respectueux nous associant tous. Bref,nous devons tous crier,la bouche en cœur,vive l’argent,le trvail quotidien qui nous libère dans l’abnégation totale. Désolé, il n’y a plus rien à voir ,circulez et rentrez chez vous s’il vous est possible ,sinon gare aux rafles de localisation et de placement devenus obligatoires.Et la justice des hommes candidats ,vous n’en parlez pas.Oh ! Elle n’est plus juste, mais un tantinet partisane du monde financier. En fait,le juste et le pauvre dans un combat associé seraient condamnés car elle appartient aux riches. Mais alors, il n’y aurait plus rien de juste sur Terre et fatalistes vous le confirmez. Pourtant souvenez-vous hors de vos porte-monnaie,vos cartes bancaires,de vos chéquiers,de vos comptes en banque garnis,il nous faut sauvegarder un juste, juste un ! Qui a dit cela et ça n’a rien à voir avec la politique ! Vbien ,c’est notre Maître à tous qui nous l’a annoncé en formulant ses orientations politiques.Je parie que vous l’avez oublié ? Il vaudrait mieux pas,car il a dit aussi : «  S’il reste un juste ,je ne détruirai pas la Terre ! » Personne devant ce Caphranaüm des valeurs argent et elles seules,déclare que nous pourrions nous égarer totalement .Merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! La vie sans décors.

Posté : 23 février, 2012 @ 6:54 dans actualité générale, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Pour certains ou certaines ,tout est cool et la vie qui les emmène à toute vitesse leur évite un maximun de mauvaises surprises.Ce que je veux dire,c’est que certaines âmes naissent mieux que d’autres.La première période de l’existence et je dirai les premiers temps sont capitaux. Si nous sommes d’apparance égaux en arrivant sur Terre;nous ne le sommes plus quelques secondes après. Ainsi, nous épousons la famille avec et auprès de laquelle nous allons vivre notre adolescence.Personnellement,je pense que l’amour régant au sein d’une famille est très important pour les équilibres ambiants.

C’est la Maman qui apporte ce sentiment généreux aimant,doux,attentionné,dans un regard qui nous recouvre d’amour,son amour. Le Papa a un rôle bien différent,car il signifie la sécurité familiale.A ses côtés,pour le bébé que nous sommes,le Papa est le pilier plus froid que Maman,mais également rassurant. Je dirai que dans cette partie de notre vie,peu importe le décors ,pourvu que règne l’Amour en nous entourant de ses bienfaits. Malheureusement, quand ce n’est pas le cas,c’est encore le plus faible qui subit.

A cette époque de la vie,on prend ce qu’il y a et c’est tout. Regardons en quelques lignes succinctes ce qui peut contrarier ces équilibres. Les raisons sont nombreuses et parfois majeures dans notre société pressée et agitée.
- La première remarque ira au manque de reconnaissance et de préparation de la jeune fille à son rôle le plus important: enfanter et apporter à son enfant le plein amour maternel dans la bienveillance de ses actes.
-Nous formons tous les adolescents par des instructions hors de cet état ,en majorité, car il est considéré comme naturel dans notre société? Non, nous nous sommes éloignés du monde naturel et nous devons compenser par la reconnaisance-formation- préparation.
-La reconnaissance de la Féminité est une choses importante,voire rssentielle et primordiale.Nous ne le faisons pas car nous dérapons et occultons sans cesse sur ce rôle de maman. On forme des adolescents au travail,à prendre place techniquement dans le travail,mais une jeune fille a à être femme,développer la disposition maternelle ,nous ne le faisons pas.Alors nous voyons des jeunes filles vouloir égaler l’homme qui reste pour elle : le modèle absolu.Très grave erreur car  le masculin dans la vie n’a pas les mêmes prérogatives.-Puis, je vais aborder un autre sujet qui fache ,c’est le rôle dévolu aux priorités  du corps. Nous ne sommes pas des êtres faits uniquement pour le sexe dans le plaisir et regarder autrement n’est pas ringard.La vertu,la pudeur,le respect intime de soi et des autres dans l’approche sont des marques de bonne éducation ,et d’un mental équilibré.
-On peut le déplorer et nous avançons par modes à vivre,sinon nous sommes vieux jeux ! Cela est attristant et à ce jeu: il n’y a que celui qui pourrait détenir force,puissance qui l’emporte.Les filles veulent devenir des garçons ? La vertu est vieillotte et encombrante ? Et la future maman, quelle sera la base de ses sentiments maternels?

Un bébé ressent les capacités de sa maman et sa disposition. Ces sentiments uniques que notre maman bien aimée nous transmets, sont de l’ordre des forces universelles et ils doivent être respectés et valorisés. Les enfants du plein amour ont moins de problème que les autres et leur formation physiologique s’en trouve renforcée.
Non, la Féminitén’est pas une affaire superficielle car audelà des relations amoureuses avec le masculin,il lui est confié l’enfant et son arrivée sur Terre ,ainsi que la confection de son corps physique et terrestre. Elle doit le tisser dans l’amour et se sentir respectée ,aimée car ses relations avec les forces Universelles ne seront  pas plus grandes qu’en cette période. Sans vouloir moraliser, il faut admettre que nos sociétés venales sont très primaires avec leur rôle.N’oublions jamais que le faible ou le parraissant,c’est lui le fort! Le dur de dur,le fort d’apparence ,c’est lui le faible ! Je dis cela car quand on a dela peine et le cœur gros,c’est encore la Maman qui nous serre sur son cœur et nous essuie les larmes. C’est bon ! La femme est l’avenir de l’homme quoi qu‘on en dise et fasse!

Merci pour votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Dimensions,face,interface (2).

Posté : 22 février, 2012 @ 6:19 dans Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité | Pas de commentaires »

En ces matières,il est difficile de s’appuyer sur des bases solides ,car ce sont des éléments qui nous font et nous laissent entrevoir qu’une petite largeur des réalités. Nous n’aurions pas à investir sur l’analyse du savoir à 360 degrés. Ce qui nous serait utile de connaître se trouve dans notre propre champ de vision. Le reste devenant du superflus pour le raisonnement humain. Mais, la réalité est tout autre et ce que nos yeux découvrent n’est qu’une infime partie de la réalité. Il n’est même pas sûr que nous soyons fait pour appréhender  entièrement suivant diverses variantes visuelles et analytiques.

Certains peuples considèrent l’image comme subjective et possédant un caractère variable.Ils définissent celle-ci comme un élément peu fiable et ils ne s’attachent pas au rôle de la photo. Toute image aurait ce caractère et le reflet que nous donnons de nous est certainement imparfait,voire erroné. Ce que nous voyons est-il situé dans la vérité ou bien celle-ci n’est que la nôtre sous un biais qui nous est propre. Non pas que nous en soyons responsables;,mais par le fait d’être conçus ainsi. Nous voyons ce qu’il est permis de voir! Nous comprenons ce qu’il est permis de comprendre.Il faut envisager qu’en venant dans cette dimension ,nous en épousons les caractéristiques. Cette constatation n’est pas frustrante,bien loin de là, mais elle définit une vérité active ,bien au-delà encore de ce que nous imaginions. Car,disons-le,nous sommes en possession de la lucidité,de l’imagination,voire certaines capacités médiumuniques.

A partir de ce dernier constat ,nous analysons lentement,à tâtons, mais nous y arrivons quand même. Alors, cet inter-face se trouve où ?Oui, c’est la bonne question,car cela sous-entend un monde gémellaire avec une Terre physique et une autre Terre d’une dimension virtuelle pour nous.L’une tirant les ressources de l’autre. Souvent, et à titre d’exemple, les artistes inspirés de par leurs peintures,dessins, écrits, etc… révèlent les fondements du monde. Je trouve remarquable de vérité ,le tableau où figurent deux planètes côte à côte et sur l’une se trouve Dieu qui tend sa main à l’homme.

En fait notre Créateur vient de demander à l’homme de prendre pied sur l’autre planète,notre Terre physique et il l’accompagne jusqu’au moment extrême où les deux vont s’éloigner et se séparer.Ce bras,cette main que  Dieu tend à l’homme est la force de son accompagnement, de son Amour,de sa Compassion ,sachant que la planète physique révèle un monde fait de dureté.C’est l’image du Père accompagnant son enfant sur le grand chemin de la vie et bien plus . Il faut prendre en considération que la présence si proche de Dieu est dans le domaine que nous ne voyons et ne pourrons pas voir,de la planète jumelle et virtuelle pour nous seulement. Nous avons également les possibilités de franchir l’espaces d’une à l’autre en quittant la dimension physique et en allant vers celles plus fines du virtuel et spirituel bâtis. Ce que je vous ai décrit est l’incarnation expliquée par force de l’image telle qu’elle existe et dont nous réfutons l’existence très souvent.

Dieu accompagnant les âmes aux limites des dimensions et même laissant à celle-ci un message pour son existence physique sur la planète bleue. Alors, matière et non matière ,quelle est la dimension la plus fine comprenant le bonheur acquis. C’est celle du Maître et nous nous construisons. Le jour où le Maître révèlera l’entier fonctionnement ,nous aurons du mal à nous éveiller sur ces réalités grandioses. Dans l’immédiat, je sais que le Maître nous tend toujours la main, car il me l’a tendue et j’en ai le vif souvenir de mon passage ici-bas.  (Se conférer à mon ouvrage paru en 2008 « Nous sommes les Racines du Ciel ») et ce n’est ni invention, ni imagination, ni cinéma ou théâtre, mais conscience des réalités du Monde. Celle-ci s‘inscrivant dans la profondeur indélébile des âmes.

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Dimensions,face, interface..

Posté : 21 février, 2012 @ 7:57 dans metaphysique, Physique et astro-physique, Universalité | Pas de commentaires »

Nous avons vu l’essentiel des équilibres dimensionnels réussis. La grande Nature utilise toutes ces subtilités d’ajustement de la matière .En exemple à mes articles sur un tel sujet ,il faut prendre nos amis les chats. Regarder également en considération qu’il est un félin, mais un petit. Si nous réfléchissons au changement de la donnée des dimensions ,le chat devenant gros comme le lion ou le tigre. De ce fait, l’homme se retrouve dans une dimension qui le rend très vulnérable car au lieu de traquer la souris, le chat traquera l’homme pour le manger! Grace au réglage précis du relationnel avec le dimensionnel ,peu de conflits surgissent.

Toutes ces phases sont situées en des lieux qui se définissent comme auto-protégés.Un autre système situé dans une forme que nous ignorons et que nous ne connaissons pas ,mais soupçonnons fortement, c’est le fonctionnement interne et intime planétaire. Il s’agit de la présence d’une face et interface de la Terre comme le fonctionnement d’un ordinateur général. Deux parties, l’une complémentaire de l’autre et vice versa.Notre interface nous serait cachée et il y aurait dans notre système solaire ,une planète qui jouerait ce rôle. Il se pourrait alors que dans cet interface tous les paramètres de l’évolution terrestre y soient placés.

Des scientifiques ont défini ce fonctionnement très intime et riche de la vie planétaire,sous l’appellation de «  Mondes gémellaires ». Sur ce sujet, très passionnant ,j’ai rédigé un ouvrage qui arrive au terme de l’écriture élaboration des données.Il reprend cette vision scientifique en faisant un élément d’analyse très puissant sur la vie. C’est un sujet qui débouche sur l’astrophysique,il y a beaucoup de choses à dire.

Surtout que certains scientifiques, eux, pensent que la planète qui nous accompagne joue le rôle de l’interface et nous est cachée physiquement, donc nous ignorerions sa présence.Nous en reparlerons avec un extrait de mon prochain livre ‘ Les mondes gémellaires’.

Merci pour votre aimable visite.

Bonjour à tous !  » Les dimensions »

Posté : 20 février, 2012 @ 9:45 dans metaphysique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, travail, Universalité | Pas de commentaires »

Ici,sur la Terre,nous avons un système de dimensions,bien établi. Les relations entre les différentes espèces sont aussi cadrées en grande majorité. Nous avons accès à une dimensions,les autres espèces également et la nature pour tout son ensemble prend les siennes sur de telles bases.En fait, la vie est possible dans son relationnel par l’éfficacité homogène touchant aux matérialisations globales et particulières. Nous ne devons, en aucun cas, toucher à ce processus très scientifique et dominé par la métaphysique.

A la préhistoire et les quelques temps la précédent  ,les arbres mesuraient entre cent et deux centsmètres de hauteur et un dinausaure près de trente à quarante mètres.A noter queles hommes et les dynausaures n’ont pas vécu ensemble.Le système relationnel a été boulversé pour donner suite aux dynausaure. Ceci expliquerait le pourquoi de cette soudaine disparition qui inquiéte toujours.

Si je dis, nous ne devons pas toucher à ses choses là,c’est que le réglage est bien trop précis et délicat.L’exemple vient avec nos développements de l’atome.là-dessus prudence et danger. Dès que nous nous élevons dans l’espace et dès que nous quittons l’attraction terrestre,nous voyons que le cosmos a aussi ses propres dimensions.Plus nous nous enfonçons dans la structure stellaire et plus nous sommes susceptibles de rencontrer des diverses dimensions bien plus étonnantes.

La vie les formes adaptées sont deux phénomènes reliés et permettant l’expression.N’oublions pas que nous évoluons dans un système en mouvement comme un train se déplaçant sur des rails. L’image,ici, n’est pas exacte,mais approchée et comparative au connu afin d’y établir la référence.Alors les relations entre les Mondes différents en systèmes dimensionnels,elle, est possible? C’est pour cela que nous ne savons pas grand choses de l’Univers profond.

Actuellement,vu nos connaissances,il faudra piocher et surtout explorer.Ainsi, en abordant ce sujet nous voyons la complexité de la vie afin d’imposer ses règles et emmerger.Nous comprenons mieux comment on peut bouger l’ordre uniuversel.Pour le Maître,prendre une planète entre ses mains et changer à sa guise l’ordre matériel.

Alors, que pèse l’homme ,la vie,dans un tel système ? Pas très lourd,mais juste ce qu’il faut !

Merci de votre aimable visite.

123
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...