Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour mai, 2012

Bonjour à tous ! Naître sur la planète Terre (II)…

Posté : 31 mai, 2012 @ 7:16 dans metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Pour moi, la naissance est le passage obligatoire pour que l’âme puisse prendre corps et s’exprimer. Ce n’est donc pas simplement un acte relié à la matière, mais aussi à l’esprit. Pourquoi, n’avons-nous pas ,sur le sujet, la même perception ? Eh bien, parce qu’une majorité d’âmes ne reçoit pas l’instruction spirituelle et nous ne venons pas des mêmes Univers, voire Mondes. Il existe; en matière des forces de l’esprit des variations et les âmes sont en soi des esprits avant de prendre corps.

C’est donc par ce biais que nous régressons, évoluons intimement, mais après combien de parcours vécus s’ancre-t-il cette possibilité? Je pense que tout cela nous est encore bien étranger et il le sera tant que nous n’ayons pas foi dans l’esprit .La mémorisation de l’âme représente l’importance de l’existence depuis son éveil des limbes, avec  son instruction fine reçue, son analyse profonde et sa fusion avec le corps physique. C’est un processus lent de valeur forte constituant une entité et voyageant au sein d’un univers. Nous n’avons pas besoin d’une boussole car nous savons vers  où nous nous dirigeons. Quand je dis nous  bâtissons,  apportons des valeurs importantes qui sont le  le reflet du monde approché de notre Père commun et Eternel.

De par les diverses expériences relatées depuis la nuit des temps,il semble que l’effacement des souvenirs des âmes se fait avant la naissance ,en passant le fleuve appelé «  Leyte ».c’est un fleuve qu’il faut traverser et qui efface ces souvenirs comme l’on pose et laisse les bagages à la consigne. Le fait d’avoir franchi ,sans encombre ce fleuve, est une immense faveur qui m’a été faîte par notre Maître Eternel. C’est sa toute puissance qui s’exprime pleinement dans notre monde. Nous voyons que nous sommes des agents de la construction Universelle.

Avec cet éveil de l’esprit ,nous nous apercevons que nous adhérons à l’idée du monde uni et certainement  quand nos capacités sont là, visiter les mondes habités en entrant dans la dynamique plurielle des vies présentes . Le trait d’union de toutes ces planètes est la présence des forces de l’AMOUR et l’Amour régnant comme un monde entier. Les forces de l’âme contiennent ,à elles seules, les vérités universelles et elles réfutent les violences, nos conflits  intérieurs, nos orientations tortueuses, nos vices, les faiblesses de l’esprit.

Je pense qu’un jour,il sera révélé à tout  un chacun, cette vérité immense Ce jour n’est pas loin et il va venir car nos Maîtres nous l’ont promis. Il nous sera donné à tous de grands bonheurs et d’immenses faveurs associées à des joies sans limites.
Nous en reparlerons et merci de votre aimable  visite!

Bonjour à tous ! Spiritualité…

Posté : 30 mai, 2012 @ 7:18 dans humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Spiritualité…..

Message de l’Amour Miséricordieux aux petites Âmes

Marguerite
Liège -1971

C’est un ouvrage que je viens d’acquérir sur un vide-grenier.il estun dialogue permanent entre Marguerite , éprise de foi, et Jésus-Christ. Qu’y a-t-il à dire sur un tel ouvrage? Pour moi, rien  car il contient énormément de valeurs spirituelles. Aussi, ce dialogue intérieur qui y est inscrit me semble complet car entre Marguerite et Jésus, une discussion très riche s’est instaurée.

J’achète parfois des ouvrages  qui n’ont pas été lus et dont les pages  sont encore reliées. A travers ces textes, j’aime les pensées les plus fortes et les plus profondes. Elles sont souvent nécessaires à notre épanouissement personnel, mais également  à celui qui écrit des textes classés en cette catégorie. C’est donc un dialogue  permanent avec l’âme par l’esprit et les valeurs du cœur. Il s’agit de notre plus profonde culture, celle que nous gardons dans une forme intérieure méditative.

En tout, nous avons besoin d’un Maître!

A partir de cette constatation tous les ouvrages sur le sujet me conviennent, au moins ceux dont la pensée dépasse nos raisonnements établis et nos capacités d’interprétation. Chaque ouvrage lu me donne du grain à moudre avec mon stylo. Nos appréhensions intérieures sont souvent variées, d’où la richesse des textes.
Nous reparlerons de cette dialogue profond au fil du temps qui passe et par la toile, si elle veut bien  continuer de bien vouloir m’accueillir.

Merci à vous et bonne journée!

Bonjour à tous ! Naître sur la planète Terre…

Posté : 29 mai, 2012 @ 6:16 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Naître n’est pas une mince affaire et pour chaque personne apparaît à ce moment là une forme de conscience due à l’existence. La prise de conscience est un cercle sans cesse agrandi où l’analytique est puisant. Alors survient la question : »- Qu’est-ce que la vie ? » Il n’est pas facile d’y répondre, sauf pour celui qui a vécu en toute conscience les différentes étapes. Certains diront qu’elle est le fruit du hasard, faisant se rencontrer les différentes parties. D’autres ne verront dans cette vie qui arrive qu’un développement mesuré, conforme aux reproductions. Pour d’autres, c’est le fruit de leurs écarts physiques et la concrétisation de la vies venue s’en mêler.

Puis, je suis de ceux qui ,tout en ayant conservé mes souvenirs prénataux et antérieurs à la naissance physique. L’éveil de la conscience se fait dans la phase première et bien avant le passage dans le monde physique et matériel. Disons le, l’âme qui vient d’être réveillée développe sa conscience et elle s’incarne au sein de ce petit corps physique comme un capitaine d’un bateau prend  son commandement. Auparavant, elle sera instruite pour venir ici-bas et elle recevra ce qui lui sera utile dans l’instruction universelle. Nous sommes donc bien plus complexe que nous le pensons.

La phase que je décris ici et dans mon livre témoignage «  Nous sommes les racines du ciel » – 2008-,indique que l’affaire est bien plus complexe qu’un rapport intime entre deux êtres qui s’aiment. La première phase est soutenue par un monde d’Amour ,laquelle accompagne jusqu’à la naissance physique et c’est la maman qui se trouve investie de cet Amour pour que continue cette transmission universelle. Nous maltraitons la vie et nous sommes parfois  primaires avec le sexe dont nous en avons fait un objet du plaisir avant le reproductif.

La naissance et la venue d’une vie dans notre monde doit être grande joie et humilité par l’accueil même que nous lui réservons. Ce n’est pas toujours le cas.
Les rapports entre les hommes et les femmes dans la finesse des sentiments amoureux complets sont parfois conflictuels et ponctués d’intérêts de chaque parents. L’entente pour accueillir une vie ici-bas est parfois peu discutée. Parfois, c’est un dérapage contraceptif qui introduit la notion d’enfants. Face à ces relations incomplètes et parfois subies par la future maman, il faut regarder comment nous pourrions améliorer cette phase.

Nous avons dressé très souvent l’avortement qui délivrera la future maman de son porte à faux mental auquel elle est soumise. Et, retour à la case départ ,le reproductif des humains passe après les voies ouvertes des plaisirs. Ainsi s’est formé de puissants groupes anti-vie qui prenne en charge la détresse de la femme à ce moment là dans la délivrance par avortement. Nous assistons donc à la négation de la vie et au rejet de l’Incarnation d’un petit être dans une autre dimension. Des groupes contrariés se sont formés comme le « droit de Naître ». A l’inverse de l’autre groupe ,celui-ci défend la naissance comme un droit essentiel sur notre planète. Ce qui est très légitime et louable.

Pour moi, il ne s’agit pas d’une affaire de droit, mais d’une chose fine, subtile, étherée,spirituelle et charnelle à la fois que cette naissance. La vie est un Don de Dieu à l’homme à travers l’Amour et il faut que nous en soyons conscients. Je suis très peiné de constater avec quelle désinvolture nous traitons notre venue sur Terre et bafouons les forces Incarnatoires. Bien évidemment, chacun dispose de son corps et nos Mamans de par la grossesse et l’intimité avec le bébé sont placées dans ces périodes particulières, sous l’Amour puissant Divin. Il existe un cordon ombilical entre notre dimension matérielle et le monde spirituel où sont les âmes. Nous ne tenons pas compte de ce passage, comme si nous maîtrisions tout.

Quand la femme est en détresse morale, la pauvreté, abandonnée de ceux qu’elle aime, il faut se pencher sur son cas et c’est à elle de définir ,en toute conscience, son imbrication positive ou négative. Il faut une réelle compréhension sur ce sujet ,mais il faut se rappeler que la vie n’est pas une mince affaire et l’Amour le plus fin ,le plus épanoui est du domaine du spirituel. S’il est permis d’obtenir un pardon quand les motifs d’interruption sont étayés, il n’est pas  permis de de le faire autrement. Naître est surement un droit au sens physique, mais Naître est la plus belle œuvre entreprise au Monde.

Nous bénéficions de cette faveur sur une planète féconde, entourés de grâce et de de beautés, alors soyons généreux et remercions celui qui a tout créé depuis le début des temps. Droit ou pas droit, cela dépasse nos raisonnements simplistes faits de plaisir avant celui d’accueillir dignement. Quand résonne les mots : «  C’est mon droit »,ce n’est pas très bon pour notre société. Je ne suis nullement un extrémiste et je comprends  et même je ne suis pas insensible à la détresse humaine, mais à chaque instant de ma vie, je me souviens de la dimension du bonheur comme celle que j’ai connue avant de venir ici-bas.J’en ai un profond respect, bien avant ceux pour le plaisir des sens.

L’entente profonde entre un homme et une femme se réalise dans un respect profond et absolu des corps et des volontés de l’esprit de chacun. Il serait temps de rappeler ces conditions d’entente qui sont et doivent être harmonieuses et fusionnelles , et non conflictuelles en imposant. Je viens de vous parler du plus gros dilemme qui crée des abîmes immenses dans nos vies si fragiles.
Merci à vous et bonne visite.

Bonjour à tous ! Dernier article ?

Posté : 28 mai, 2012 @ 7:10 dans communications | Pas de commentaires »

Si j’écris ces mots ,c’est qu’il y a une menace sur mes comptes situés sur la toile. Depuis déjà une période assez longue, certains comptes étaient systématiquement déviés par annulation du mot de passe. Au début, on prend très bien la chose, mais quand il faut réinjecter deux nouveaux mots de passe par jour, ce n’est plus une sinécure. Quand ce n’est pas usurpation de l’identité pour maniement technique afin d’utiliser le compte ou le dégrader avec des mots hors de la bienséance.

Bref, j’ai essayé de rester zen dans le grand système, mais voila que l’opérateur chef des opérations ou des technicités m’envoie un avertissement pour clôturer mes comptes, avec demande de renseignements plus que confidentiel. Alors que je subis des attaques destructrices sur ces comptes, je subis la situation avec grande patience et forcément c’est moi le « brigand »? Bravo, je n’en attendais pas tant ! Utiliser le net serait pour les personnes dans la communication à surveiller et contrôler. Je n’ai eu aucunement envie de tricher sur les règles. Ceux qui se cachent derrière ces contrôle systématiques du système devrait y regarder à plusieurs fois. Il est donc possible que ce blog disparaisse à tout moment ou bien devienne inaccessible pour moi.

Mon compte messagerie et autres comptes devant être bloqués. Je dis messieurs continuez dans ce sens créant une forme d ’anonymat permettant de faire des actions sans être dévoilés. Je n’appelle pas cela une excellence technique quant à un fonctionnement le meilleur possible. La technologie et ses valeurs fiables sont encore à prouver en la matière.

Tout ceci concourt à ce que je m’efface et visite l’autre gros groupe informatique. Ainsi, je reprendrai mes marques sans fausses données. La solution extrême est que je quitte le web définitivement, restant avec la fiabilité de ma plume et l’envoi du courrier par les services postaux. Finis les petits coucous en passant !
Quand on touche à la toile et au net, quand on aime l’expression et la communication, on apprécie cette façon technique d’aborder ces sujets.

Je ne fais pas partie de ceux qui manient l’informatique avec dextérité et je sais que certaines personnes sont capables de vous transmettre un message sans identifiant opérateur et à tout moment ,en langage courant, comme sur un prompteur. Cette façon d’utiliser le net ,nous ne la connaissons pas ? Arriver à crever l’écran malgré le système existe pourtant et cela fait partie de ce qui n’est pas maîtrisé! Alors, ……moi brigand ? Aujourd’hui, face aux immenses enjeux que cette technologie fait miroiter ,il faut reprendre le contrôle de cet ensemble.

Le petit internaute ,simplement dans le communicatif ne représente pas un grand poids, voire utilité. L’idée d’une forme d’honnêteté dans l’expressif communicatif apparaît avec le développement de la toile . Je sais qu’actuellement elle sert des valeurs dont les profondeurs sont dans l’anonymat parfois pervers. La communication plus respectueuse entre les hommes est un but à atteindre et ce n’est pas sur ce point que je suis en faiblesse.
Peut-être à bientôt! Je n’en sais rien et merci à vous .

Bonne chance d’internaute…..

Bonjour à tous ! La tentation…

Posté : 27 mai, 2012 @ 7:40 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Dans la société que nous avons formée, il y a des ingrédients qui parlent à notre mental et bien plus encore, à notre conscience et notre âme. A condition que nous ne nous laissions pas porter par la communauté sans réactions à certaines orientations. Nous sommes tous soumis par le jeu des forces de notre conscient et subconscient à connaître un jour ou l’autre cette tentation.

Beaucoup d’âmes y cèdent et parfois en reviennent avec d’immenses regrets et une souffrance intérieure. Le paraître appuyé sur le vénal nous donne d’affreuses conséquences. Les pauvres ,sans être aguerris à cette résistance sont plus que malheureux. Nos enfants s’éveillent dans l’ambiance d’acheter, détenir. A chaque âge ses tentations !Nous ne bénéficions que de ce que nous pouvons obtenir avec l’argent, mais d’emblée tout est étalé à notre disposition. Un enfant, ce n’est pas vénal et il ne connaît pas ce monde. Alors il veut tout…Lors, il veut tout simplement et parfois, sans ses parents, il prend ! Au magasin, c’est le vol ! Et voilà le premier constat. Ensuite tout s’y relie , il faut des chaussures de marque, des vêtements comme les copains, une console, un ordi, un téléphone portable, un scooter ,une voiture…. Tout va crescendo! Ceci n’est que la tentation matérielle qui finit par nous faire poser des questions sur le sens de l’appropriation et la légitime propriété. Bref, peu importe, cela ne s’arrête pas là., il y a les tentations mentales ,morales et de l’esprit touchant aux sentiments humains et aux relations. Là ,nous franchissons encore un pas. Le sexe a ses sens interdits et restrictifs, mais globalement nous pensons qu’il faut libérer les pratiques.

La sexualité entre dans des systèmes des plus pervers car elle s’incrustent dans le cerveau comme une habitude. C’est pour cela, faisons très attention aux éducations car des civilisations ont utilisé des enfants comme « jouets » de leurs désirs et plaisirs. A partir d’un certain seuil, les âmes qui touchent à ces travers ne peuvent plus faire demi-tour et elles sont entrainées vers des dimensions ressemblant à une drogue et une perversité sans cesse inassouvie. Personne ne peut plus rien pour ceux qui s’engagent si loin.  Je m’offusque contre certaines actions dites libérées, mais en fait qui sont perversité de l’âme. Cette tentation est celle qui monte et elle va essayer d’établir sa puissance et son règne. Ceci entraînera des réajustements douloureux pour l’humain. Certaines âmes peuvent sortir de l’embarras où elles se sont plongées, mais d’autres non. Le premier des respects sur Terre, est celui que nous portons réciproquement à nos corps. Il n’y a pas d’échappatoire et la juvénilité doit être respectée au plus profond d’elle même. Les adultes qui en prennent à leur aise doivent apprendre à résister à ces forces du plaisir.

Rien ne s’arrête dans une forme de tentation et le couple marié et qui s’aime, ayant des enfants, se heurte sans cesse  à ce dilemme. La vertu et la fidélité s’effritent et il deviendra ringard d’avoir une idée stable de la famille. Désolant, car tout est fait pour pervertir et tomber dans un magma invivable. Aimer c’est aimer ! Et il n’y a rien du plus grand. Dans la Sagesse et le respect de ce que nous construisons Le respect dans les couples est important et toutes blessures à l’amour reste béante et douloureuse très longtemps. Le superficiel n’existe pas en la matière et l’engagement des êtres est total. Plus nous nous éloignons de nos règles mentales et plus nous  ouvrons les portes de la tentation, le désir inassouvi, de la perversité qui se dévoile au premier virage. Je vous le dis, essayons de résister à ces tentations même très partiellement et vous verrez qu’un pas franchi permet d’ouvrir sa route  plus près de l’esprit. Malheureusement, notre modernité, c’est la tentation même.

Je ne suis pas un éclésiastique, mais j’aurais pu en beaucoup de cultes, mais j’ai voulu vivre et rester dans la dimension de ceux qui modestement sont soumis à ces forces parfois beaucoup plus vives que notre esprit. Elles ont vite fait de vous mettre devant le fait accompli. C’est à chacun de les regarder en face, tout en sachant que l’intimité de nos âmes ne nous demande pas l’impossible. Simplement de ne pas tomber dans la condamnation de l’esprit.

Aujourd’hui, c’est la pentecôte et l’envoi de l’esprit saint sur les Apôtres par Jésus ayant rejoint le ciel. Mon texte se veut philosophique et non pas moralisateur. Il regarde comment une société se fabrique, se vit et comment s’y sentir à l’aise respectueusement.

Merci de votre aimable visite et bon dimanche!

Bonjour à tous ! Environnement planétaire…

Posté : 26 mai, 2012 @ 6:41 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

La prise de conscience que nous faisons partie d’un grand ensemble fonctionnant dans une multitude d’interactions, nous permet déjà de faire un pas. Cette pensée planétaire a pris naissance que très lentement, quand nous avons élargi nos cercles individuels et collectifs de nos visions et nos ressentis. L’écosystème global de la planète se définit comme une grande addition complexe imbriquant tous les autres écosystèmes régnants. Jusqu’à présent, toute pensée englobant la Terre entière ne s’était pas ou mal définie. Chaque nation constituée, chaque continent ressent différemment ces fonctionnements interne de la planète. Pour être objectif en la matière, il faudrait être placé dans un contexte indépendant et hors des nations. Les raisons en sont simples. Elle se définissent par le sens donné à la propriété. A part mles eaux internationales des mers et océans, tout a son propriétaire. En même temps que nous crions à la destruction planétaire, nous fortifions notre sens de posséder par l’appropriation permise aux gens aisés par le biais de l’argent. Les pays définis comme nations  ont tous des frontières ,ainsi qu’une forme de patriotisme engageant le peuple contenu intérieurement. Idées ou pas du contexte planétaire, il faut se ranger au cœur de sa nation.

Personne ne peut dire que ses voisins et partenaires sont des pollueurs sans faire une sorte de méaculpa.Il n’est pas permis d’accuser l’autre de tout dégrader. Nous dégradons dans une situation complexe, voire extrêmement compliqué de nations évoluant dans le temps, chacun à sa mesure. Les grandes réunions mondiales définissent quand même un plus, même si elles échouent  trop souvent. L’homme et son Humanité n’ayant pas de vues prospectives vers un futur qui lui échappe; il crée une analyse quasi statique ,n’ayant que peu d’impacts sur le grand écosystème et avec sept milliards d’âmes nous sommes les premiers pollueurs  au sein des espèces vivantes. Mais là, n’est pas une grave faute allant vers un manquement car la Terre a pour mission d’accueillir les vies sous toutes formes et bien audelà des différences. Gardons-nous de considérer cette prise de conscience de notre berceau, notre cadre de vie, notre ensemble planétaire comme une chose absolue. Je m’en explique.

Les vies que la planète accueille en fournissant la constitution des corps est immense et complexe. L’humanité en fait partie et elle se doit de donner le meilleur d’elle-même. Il ne faut donc pas que cela aboutisse à des déchirures graves, des culpabilisations des êtres dès leur éveil au monde, enfin à faire ressentir notre sentiment égoïste d’une envie de ne pas partager. Déjà, il existe des déchirures entre les nations, lés peuples, les civilisations. De grâce, n’allons pas nous faire la guerre parce que nous existons .Il faut donc relativiser nos jugements en matière environnementale et se dire que  ce combat des consciences qui s’est ouvert est celui d’une élévation mentale, spirituelle et humaine. A partir d’un certain seuil des populations nous savons que nous fonctionnons en faisant ponction sur nos ressources et maltraitons les écosystèmes. C’est toujours a détriment de leur propre environnement que les espèces s’installent et s’épanouissent.il y a des choses qui sont du domaine de l’évidence et d’autres placées entre nos pouvoirs interne d’Amour et tolérance de l’autre. Il s’agit d’avoir un autre regard et éviter les condamnations  de ceux qui nous entourent. Si possible, nous devrions mettre de l’ordre dans les océans et mers laissés à leur propre destinée. Désormais, il v falloir y regarder de plus près et fixer des quotas sur toutes les ressources présentes et épuisables.

Les règles ainsi définies devront être respectées scrupuleusement pour le bien du monde entier. Je ne suis pas forcément pessimiste en la matière, mais conscient de l’impact du genre humain et son aventure profondément riche dans la structuration de ses sociétés et ses civilisations. La prise de conscience va entraîner de puissants mouvements capable de l’intérieur de notre espèce de faire bouger l’ensemble même. Avec nos nouvelles technologies développées, nous allons réduire cet impact au point de ne peser qu’une plume. Mais, dans combien de temps, combien de temps dit le chanteur ? Au-delà de l’espace réservé à notre planète, les temps s’écoulent différemment et nous ne pouvons dire comment fonctionne l’infiniment grand avec l’infiniment petit qui nous interpelle. Grand débat sur un sujet d’actualité et nous y reviendrons volontiers.
Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! Communication avec les oiseaux…

Posté : 25 mai, 2012 @ 6:51 dans Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je continue mon expérience sur le vibratoire avec mes petits amis que sont les canards de nos rivières et plus particulièrement la variété Colvert. Depuis le début de la parade nuptiale qui a commencé tôt,les oiseaux ont diminué en effectif des deux tiers. A cause de quoi et comment ? Je ne sais pas vraiment et j’ai plusieurs hypothèses.

La première est une action coup de poing braconnage organisée pendant la nuit,quand ces oiseaux sont couchés et dorment.A ce moment il est plus facile de les capturer. Très invraisemblable,mais pas impossible car les canards couchent à même le sol ou sur l’eau et avec de puissants phares sont paralysés par la forte lumière. La deuxième hypothèse réside dans la migration  importante ,une fois les couples formés et constitués dans les affinités. Surprenant car sont présents une majorité,soit 80 % des mâles. Les canes ont disparu. Normalement, elles sont entrées en couvaison, mais depuis leur disparition elles ne reviennent pas avec leur progéniture. Il y a bientôt deux mois, les premiers canetons sont apparus et maintenant plus rien.

Une autre analyse est le contrôle des ces populations par des services dits officiels qui auraient régulé, sans le dire, la population? Je m’interroge car en ce domaine ,je rencontre des personnes qui observent avec agressivité mon travail avec les oiseaux . Que l’on ne s’y trompe pas, ces personnes considèrent les oiseaux comme aliments comestibles et il y a aucune étude à faire ni considérer le sujet. Il y aurait eu  une opération de réduction des oiseaux  à grande envergure Je me demande comment ,car ce sont des oiseaux sauvages qui qui ne font pas forcément confiance aux hommes. Alors ….?  Autre analyse qui nous indiquerait  une mortalité importante. Je n’y crois pas car les mâles sont là en dominance.

Depuis la grippe aviaire;nous savons que les oiseaux peuvent transmettre le virus. Ne soyons pas inquiets car les virus font partie du vivant naturel et ils trouvent des hôtes  comme ils veulent. Entre-deux, ils sont en concurrence. Si les virus voulaient, ils pourraient détruire et réduire toutes autres espèces à néant. D’autant plus qu’il sait muter pour adapter sa forme à l’hôte et l’objectif. Même si nous décimions les populations d’oiseaux ,nous pensons être garantis.Certainement pas car nous mangeons abondamment du cochon et le virus qui touchera ce dernier décimera l’homme son proche parent. Je dirai que que la peur n’empêche pas le danger et il faut accepter les risques inhérents à la vie. Il faut être prêt à partir à tout moment vers l’autre monde sans se retourner. Nous avons des absolus qui se dressent,certains de ces dangers nous les avons nous-mêmes fabriqués.Pour ce qui est de la Nature,c’est une réaction de la grande intelligence du fonctionnement global terrestre. Je pense que les forces spirituelles  interviennent pour corriger certaines orientations néfastes.

N’oublions pas que ce monde est le plus puissant et il commande à toute la matière.Pour moi, la divine providence est présente en toutes choses  et tous lieux. Elle se définit  par le jeu   de la mécanique cantique interprétant l’avenir en pleine fabrication.A partir de cela, soyons zen car tout n’est pas perdu.

Donc, j’essaie de garder le contact avec les oiseaux.C’est toujours le cas et depuis le printemps,j’ai développé avec le merle noir de nos jardins, des bois et des champs   une communication par le sifflet. Ce sont des oiseaux qui affichent une bonne communication et répondent point par point aux intonations du sifflet. Il suffit de s’entrainer avec eux et les résultats sont spectaculaires  et ces oiseaux entrent dans une  confiance par le dialogue. A creuser et étudier. Les pigeons et diverses variétés de tourterelles    sont également très réceptifs.

Je vais  poursuivre mon expérience tout en modifiant certaines phases et notamment les lieux de rencontres avec les oiseaux.
Je vous l’ai expliqué, je crois que les oiseaux sont plus près que nous des grandes vérités du monde et des forces naturelles. Ils ont une avance considérable sur nous qui ne sortons pas de notre préhistoire. Nous avons notre propre progrès, mais l’ingéniosité créative ,elle, est répandue dans toutes chose; C’est cette dernière qui en articulant les mouvements méconnus dans nos cerveaux et nos vies permet de mettre en place la mécanique cantique et l’eveil de nos cerveaux . Sur ces points ,nous faisons rire les oiseaux …..!

Merci de votre aimable visite!                                          

Bonjour à tous ! Un état sociologique…

Posté : 24 mai, 2012 @ 7:34 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Je pourrais employer «  état des lieux » faisant l’analyse de nos comportements individuels et en groupes. En deux mots, regarder ce que globalement nous articulons suivant les périodes de notre histoire. Nos sociétés occidentales ont bâti sur des socles reliés souvent au Judéo-chrétien. Les éducations données et reçues ont longtemps fait preuve de sérieux et  analyses de référence. Puis, le monde des plaisirs, même ceux interdits sont entrés dans la danse. Progressivement, les êtres se dévergondent et présentent plusieurs facettes aux relations comportementales. De mœurs encadrés, sévères,nous en sommes venus à celles plus perverses où le plaisir domine.

En attendant, dans un pays comme le nôtre où est le comportemental avec le sexe et le monde dit des bonnes mœurs. A première vue, il y a eu, après 1968,un relâchement de l’encadrement et la loi que le comportement évolue. Il s’agit, ici, de la plus grande matière générant dans son envie un bien ou un mal. De très serrés sur ces points, nous sommes passés à très libre avec des variantes dans les groupes. Les relations ignorées  les plus souvent les temps passés sont devenues en pleine lumière. Dans le fond de nos sociétés, le jeu du relationnel non conventionnel s’est amplifié. Les nouveaux moyens de communication ont permis beaucoup de « libérations ». Mais, ce mot ne me convient guère,car il suppose une encadrement puissant.

Disposer de son propre corps a aussi certains avantages et montre où navigue le respect. Les nouvelles communications permettent désormais de jouer avec les comportements. Les opérateurs de la toile, les téléphones individuels favorisent en toute intimité une correspondance suivi entre personnes. Les petits journaux  sont à l’identique. Les mœurs, de par ces biais libertins, ont fait des bonds de géants. Même les femmes mariées ont leur rubrique relationnelle extra conjugale. En quelques décennies, tout s’est soudain éveillé à la sexualité débridée. Inquiétant quand l’on sait que la famille unie représente la cellule de base activée. Notre société étant fortement structurée , rien à faire, l’argent et le monde des plaisirs l’emportent entrainant avec eux l’univers des frivolités et  de la luxure

 Des mères de famille, épouses aimantes se retrouvent sur une place où  le vice est hors contrôle. Tous les moyens précités ont conforté ces orientations. Un nombre important d’étudiantes vendent leur corps juvéniles pour payer leurs études. Là où le respect devrait l’emporter, c’est la luxure d’un univers malsain qui s’impose. Que dire de ces adolescentes qui ne veulent ni se marier, ni se prendre la tête comme elles disent avec le sérieux. D’ailleurs, à ce petit jeu, les sentiments s’érodent et la femme naissante réduit le potentiel d’amour qu’elle donnera à son enfant.

L’enfant qui sera issu de cette mécanique froide comportementale  suivra l’évolution de nos mœurs. Pour beaucoup, ce sont des fins de mois  difficiles et payer les usuriers qui motivent. Triste société où la vertu est sacrifiée et où l’argent même  a pris le pas dominant. Les politiciens de tous bords devraient observer plus attentivement ce qui se passe et au lieu de profiter, pour certains de ces offres alléchantes, de se reprendre et trouver des solutions de remise sur les bons rails. Cela n’est pas une catastrophe, du moins, mais pourrait bien l’être avant longtemps.

L’amour ressenti du cœur sera de plus en plus absent. Les familles unies sont dans le total désarroi et dans la  désintégration. La jeunesse s’égare sur des voies sans issu. La pauvreté, le vice, absence d’élévation morale, spirituelle et le non discernement des choses de la vie font que tout est bouleversé. Sont remis en cause les équilibres qui font nos sociétés et civilisations. Nous ne faisons plus de différences entre ce qu’il faut d’ingrédients pour construire et la luxure et ses vices amplifies. Chacun , restant face et seul à sa conscience, il est difficile de dire que l’on voit se dessiner collectivement un chaos. Il y aura des « retours de bâtons » comme l’ont dit populairement de tout cela. Nous serions honnêtes et respectueux des autres, soucieux de bâtir une communauté forte, viable et juste ,d’améliorer notre monde dans le vécu.

Nous reparlerons de cette orientation bientôt.
Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Simplement heureux…

Posté : 23 mai, 2012 @ 7:16 dans communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je n’ai pas voulu franchir les différents niveaux donnés par cet état atteignant le bonheur ,le grand bonheur. Dans notre monde, notre société telle qu’ils sont conçus aujourd’hui, un certain nombre de personnes sont simplement heureuses. Elles ont la satisfaction des plaisirs simples de la vie et cela leur convient. Nous en demandons ,par nature, toujours plus car nous avons oublié la sagesse et sa grande vertu. Dans la profondeur humaine, il y a comme une grande insatisfaction de l’existence. C’est pour cela qu’il y met les ingrédients du plaisir actif.

L’humain ayant son vécu dans la cité st-il plus heureux dans une monde dit sophistiqué et rassemblé? Cet accessit semble être une merveilleuse invention que cette cité et son ambiance. La communication qui devrait être vive ne l’est pas forcément. Le temps y est dorénavant séquencé et aménagé. Les grands immeubles ,inhumains ont envahi le devant de la scène. L’argent y a installé son règne absolu. Les libertés se sont rétrécies. La surveillance mutuelle est en pleine  actualité et dans les rues des caméras balaient sans cesse les champs de passage. Dans les magasins ,la même procédure de surveillance est déployée. Sur les feux de route des caméras ont l’avantage. La ville est devenue un monde à part où l’homme est prisonnier de l’homme. Il n’a qu’une solution, c’est d’échapper par intermittence pour goutter d’un peu de plaisir heureux.

Les campagnes se sont vidées au profits des villes et l’avenir du monde moderne a amputé le monde rural de sa matière vivante. Même l’arbre , notre compagnon a été réduit à sa plus simple expression. Le monde rural a perdu ses saveurs  vraies et naturelles, pour laisser aux inventions humaines ses formes du plaisir.
Comme nous l’avons déjà vu, l’aboutissement des sociétés humaines serait dans la grande cité. Certes, être social demande un effort pour remettre à sa place une individualité plus forte. A ma vision et dans un grand chantier ,voire une immense entreprise, j’aurais essayé de rapprocher l’homme et l’arbre. Tout ceci pour recréer des ambiances pénétrées de la nature vive, nous apportant et fertilisant nos vies.

Remettre les campagnes, le monde rural en ordre de marche plus équilibré. Un renforcement de la présence active du monde végétal supérieur est un gage des ambiances équilibrées  assurant notre stabilisation mentale ,saine et épanouie. En même temps les autres espèces se développent et elles sont dans l’approche de l’ambiance heureuse et du bonheur de vivre. Probable que mes idées sur ce sujet soient placées ici bas dans l’irréalisable et qu’il me faudra y mettre le mouchoir par-dessus.

Alors, si nous construisons sur ces voies, c’est que nous y sommes tant soit peu heureux. Serait-ce  une fausse idée de penser que le bonheur de vivre devrait passer par autre chose que ce que nous inventons. Un adolescent bien dans son siècle, dira, j’aime la voiture, j’aime  le camion, j’aime l’ambiance urbaine, j’aime la rapidité, j’aime l’argent ,j’aime le concentré tourné vers l’essentiel. J’aime la communication moderne. J’aime aimer dans  la modernité et sans retenues ou règles. Je trouve que cela aurait pu être pire ! Je me rends compte de ces portes de passage accédant au bonheur, même réduites, mais qui furent et rendent simplement les gens heureux.

Quand l’on a trouvé l’équilibre avec soi, avec les autres, l’environnement. Quand ce que l’on a nous suffit! Quand le regard vers les autres devient chargé de bienveillance et d’amour , alors oui nous sommes heureux et fiers de l’être. Il y a un dicton populaire qui dit : «  Qui trop embrasse, mal étreint ! » Je le crois également et être heureux va parfois dans des zones proches insoupçonnées. L’éradication des violences en tous genres, la paix obtenue, l’instruction de l’esprit commence et fertilise ce début de bonheur .

Entre nous tous, nous ne sommes encore pas assez généreux pour vivifier ce mot heureux. Prochaines générations sauvegardez cet accès essentiel au support de la vie équilibrée, saine, et plaisante. Nous sommes encore trop souvent dans une résignation et abnégation d’un petit bonheur caché. Pour être vrai et développé , nous devons le partager et ne pas douter sur son rôle bienfaisant et immense .
Merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! Nos ancêtres l’ont imaginée…

Posté : 22 mai, 2012 @ 7:13 dans communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Le titre de mon article se réfère à nos avancées de sociétés, de civilisations, de l’humanité. Il se veut interrogateur sur notre avenir, dans nos constructions communes. Il est une approche de la fin des évolutions et des temps. C’est à cette période que l’homme recevra sa récompense pour ce qu’il a construit. Mais, également pour se qu’il s’est donné d’élévation spirituelle dans la globalité terrestre. Les plus grands poète et philosophes ont entrevu cette période, chacun à leur façon.

Certains esprits très pessimistes diront que cela finira comme au commencement ,par un grand chaos dans un sens inversé.
Homère, lui le grand poète, penseur, philosophe, nous a décrit le parcours de l’homme dans l’Odyssée avec un Ulysse traversant toutes les épreuves et les tempêtes et rentrant à sa demeure où en son foyer attendait sa famille dans l’inquiétude. Dans un grand repas final, les comptes furent réglés pour qu’une forme de justice triomphe avec une idée forte de la morale régnante à dimension humaine. Le retour de ce voyage, aux péripéties multiples par l’accession à la sagesse  et à une forme de paix intérieure, donne à Ulysse des pouvoirs considérables. C’était une vision du monde bien avant notre aventure moderne.

Le philosophe Grec Platon entreprit avec le banquet une sorte de réflexion sur une évolution stabilisée où l’homme entre dans un temps ,disons le, de la récompense attendue pour sa capacité à construire et bâtir son avenir, ainsi qu’à maîtriser les éléments contenus pour être heureux et trouver le bonheur, du moins une forme. Il faut remarquer une similitude de fin dans la réunion générale joyeuse ressemblant dans l’analyse à une récompense. Mais, tout cela nous dit : « - A manger et à boire avec nos satisfactions les plus intimes, hommes et femmes réunies par la même destinée! » Cela fait penser à un univers orgiaque ,sans âme où l’esprit est absent et la sagesse dissimulée et non affirmée. Les joueurs de harpes, de violons, de flutes s’agitent et créent une mélodie et une ambiance à la fête qui représente le bout; la fin, le but. Pour moi, ce n’est pas la fin. Ce sont des moments de réjouissance que nous nous attribuons pour supporter nos vies parfois dures et pénibles. Ce n’est pas l’égarement des sens, mais cela lui ressemble et le moment paraît sublime car il lâche tous les démons en liberté et chacun y trouve satisfaction. Bien sûr, ici, je n’irai pas dans les ténèbres où parfois l’homme s’enfonce. Mais, restons sur une ligne acceptable du vécu dans nos gestes ,nos actions, nos plaisirs et le fait de partager ces moments dits de bonheur réjouit les cœurs. Je ne dirai pas l’esprit car il est vif et il n’aime pas les excès en tous genres.

Nous voyons les personnes ayant vécu et que nous nommons du troisième âge se réunir et festoyer au son de l’accordéon (le plus souvent en France).Elles se donnent le droit mental et de l’esprit de prendre un peu de bon temps ,de se réjouir dans la chaleur mutuelle, de s’aimer communément et parfois plus particulièrement. Ce n’est que mérite ,car pour beaucoup ,la vie ne les a pas épargnés.
Alors, cette fin imaginée est-elle du domaine du bien boire le sang de la Terre ,du bien manger et de l’étourdissement de l’esprit par la musique et la danse. Toutes les analyses sur la vie sont faîtes avant que le rideau de notre propre scène ne retombe.

Nous parlons un peu de la particularité de nos vies et celui qui sait écouter verra que globalement nous ne sommes peu préoccupés par nos constructions de sociétés  en qualité. Ce que l’homme, en général évite ,c’est de sombrer dans l’anonymat général et l’effacement du groupe. Il fait le bilan sur sa possession, sa fortune, sa chance, ses relations sentimentales et ses relations intérieures dans l’amour vécu, sur sa descendance. Aussitôt, le visage devient sombre et il dit « -J’en ai bien profité le temps que cela aduré ! » Un ami prend la bouteille de vin et lui remplit son verre qu’il va vider d’un trait de consolation. Et Jules est à l’accordéon et redouble musicalement d’entrain avec sa mélodie créant une ambiance étourdissante. Alors, une de ses voisines dit : « - Allez viens danser ,ne te remémore pas ce passé …! «  Et tout se dissout dans la méga fête qui pour sonner encore plus juste est devenue la «  tuff ».
Nous en reparlerons car cette fin, ce bout ,cette finalité ,s’il en existe un ou une  pourrait bien ressembler à tout autre chose dans une évolution des consciences maitrisée.

Merci de votre aimable visite !

123
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...