Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour la catégorie ''

Bonjour à toutes et à tous ! Les règnes…

Posté : 19 août, 2013 @ 9:28 dans communications, créations littéraires, humanisme, Philosophie générale, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Quand je parle de règnes,je veux citer l’implantation d’une espèce dans ce que nous appelons le pérenne. Cela touche les plantes dans toutes leur diversité,le monde des insectes et de l’entomologie, les espèces animées suivant leurs différents classements,branches. Nous faisons partie d’un règne et nous y sommes installés depuis des temps immémoriaux .Les règnes sont dans l’aboutissement des conditions idéalisées pour vivifier et donner à la plante,à l’espèce tous les paramètres de son créneau particulier de son existence. C’est un mouvement universel qui se relie,en majorité aux temps,aux conditions physicochimie techniques particulières,à la physiologie fine et dynamique, etc …

Le « fer de lance « ,si l’on peut  dire contient des paramètres élaborés qui doivent s’installer suivant des périodes données. Toutes les espèces vivantes passent par des phases  ,elle commence différentes obligatoires et qui se ressemblent .la jeunesse,l’adolescence, la prématurité,la maturité,la stagnation,le dépérissement,puis un en deux points. la vieillesse et l’effondrement .Ce n’est pas pour autant une fin,mais une sauvegarde. Elle emmagasine dans sa mémoire tout le positif et parfois le négatif,s’endort et se réduit dans la graine  et elle se met en dormance .Les plantes  peuvent rester un à plusieurs siècles en dormance. Si son règne se termine,elle existe uniquement sur ses réserves graines qu’elle a mis à jour en son concentré.

L’attente peut durer plus d’un siècle,voire deux. Quand tous les paramètres s’affichent dans le positif, elle commence à réagir pour développer son installation  et un  nouveau règne. Ici, il y a l’idée du partage, qu’il soit végétal, animal,humain. Tout ce comporte ainsi et la vie se relie par des passerelles bien au delà de nos champs de compréhension .Nous n’échappons pas à ces règles et parfois leurs mystères.

Ceci dit,dans le pas de temps règne, s’amplifie la vie sous ses formes  mécaniques et dynamiques.   En dominance totale ,nous trouvons les phases reproductives et adaptatrices. Pour nous, c’est  très bien  notre puberté qui se manifeste comme l’ouverture de la corolle  d’une fleur,l’adolescence et sa recherche de son soi-même et l’impact des autres,l’apogée du monde fleur. Le destin est dans l’absolu des reproduction pour assurer la dynamique. Eh oui,nous sommes comme les fleurs et nos compagnes le savent très bien. Puis se met en route différents mécanismes pour assurer l’ancrage des données avant que nous disparaissions à tout jamais, ou mieux pour une période d’effacement . Avant, nous aurons mémorisé les différents paramètres évolutifs .Mais le règne est collectif et rassemble la dynamique totale de l’espèce même .Le monde est réglé comme les notes de musique et il s’affiche en la vie comme un mécanisme
Certain, puissant,bien rôdé. Chaque espèce en son intérieur possède une ou des graines tendant à développer dans la pré juvénilité un ensemble de mouvements attrayants. Rien n’est futile et tout est nécessaire La beauté et la grâce  intérieures de nos adolescents,jeunes adultes comprennent l’attirance du masculin pour qu’in fine,les deux genres se multiplient et assurent leur renouvellement.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Le temps est maitre du jeu et chaque heure,moins ou plus, se situe sur un créneau attribué. Chaque espèce a sa relation journalière où elle demande le maximum et offre le maximun .Il y a donc des floraisons et leur magnificence quelques minutes de la journée .Il y a des créneaux bien définis pour chaque action. Il y a une plante,un végétal de référence pour chaque espèces animée,y compris les oiseaux. Si l’on sait s’y référer,nous pouvons vivre en union dans une forme d’éternité .En exemple, les oiseaux et chacun d’eux par espèces connaît la plantes sauvages  et ne s’en éloigne guère. Le monde n’est pas vide,loin de là la sauvegarde est dans la dormance.

L’humain n’y échappe pas car son âme est immortelle .elle se place dans le grand sommeil en gardant en elle toute la mémoire de la vie,sa vie dont les paramètres sont sauvegardés. Ne craignons rien quand le créneau correspondant et très  et particulier se présentera,elle s’éveillera et elle reprendra sa dynamiques .Si ce n est le cas, elle se met en sa sauvegarde et conservation pour des temps qui nous sont inconnus et secrets. Mais, l’Universel et ses mondes ont leurs secrets qu’il faut admettre car nous sommes un petit élément. Nous serons réveillés et nous reprendrons le chemin de notre expression mémorisée,sans cesse en perfection et adaptation sur des créneaux subtils de l’essence et quintessence de la vie organisée. Jésus nous disait : «  Ils ont des yeux,mais ils ne voient pas! » En ces paroles,se trouvent des vérités du monde puissant et affirmé auquel nous nous relions en toute innocence.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Science-fiction III…

Posté : 14 août, 2013 @ 7:21 dans créations littéraires, science-fiction, Universalité | Pas de commentaires »

Nous le voyons,plus le temps passe et plus notre impact sur notre planète devient important et marqué .Ce bonheur afin d’être heureux ensemble est difficile à connaître. Dans notre monde relié à la matière,nous avons de nombreuses dépendances. il s’agit à chaque génération de jongler avec et savoir manœuvrer pour qu’en finalité ces obligations ne nous paralysent pas .Les siècles où le vénal dominait avait établi un état d’esprit déplorable .

Des groupes de personnes exploitaient les autres pour leur simple enrichissement personnel. L’enseignement était basé et sélectionné sur les rentabilités vie excessives de toutes choses et des humains travailleurs en particulier. L’homme est un loup, un renard pour l’autre homme. A la fin de cette période ,de nombreuses personnes seules,en famille avec enfants étaient jeter hors du système structuré de société. Très vite,ils ne possédaient plus rien et ne pouvaient  dignement à leur vie quotidienne

Au tout début, de nombreuses personnes étaient touchées au cœur et à l’esprit voir se développer ce phénomène sournois,humiliant et dégradant .Il y avait donc des âmes compatissantes et charitables pour lutter contre un tel phénomène. Puis tout empira car les soi-disant autorités interdirent le stationnement des errants,en empêchant la mendicité aux portes et intérieurs des cités et villes .La mendicité est une affaire importante car elle est l’espace de survie de ceux qui sont pauvres et rejetés .En interdisant ce comportement,certaines cités,ne honoraient pas dans leur dignité. Bref, la misère touchait des gens qui avaient été dignes , honnêtes,travailleurs ,bons citoyens .Cette infamie n’épargnait pas les enfants,leurs enfants aimés et il faut savoir que pour   ,les parents,la descendance est sacrée et doit trouver le meilleur des sociétés structurées. Nous avons bien établi des règles sociales pour éviter les fiascos,mais rien n’était appliqué ,sauf les intérêts les plus forts. Nous le connaissons sous le couvert de la démocratie beaucoup de comportement despotiques,agressifs et loin de la bonté et l’amour réunis,faisant de nous des personnes acceptables. Bref, au phénomène de société structurée et vénale et de celle du rejet hors de ses bases ,nous ne connaissons pas de répit intermédiaire.

L’idée de l’homme bon pour les autres,dans le grand partage du tout devient maintenant sans objet car neutraliser avant de pouvoir exister. Désormais, manger et les famines terribles semblent éloignées . Le problème de l’eau,sa régénération et sa distribution automatique a été rompu par des phénomènes nombreux  de manifestation des forces telluriques. Jusqu’à cette période, nous n’avions peu remarqué des phénomènes s’alliant l’un à l’autre et devenant inquiétants et impressionnants .

Les tremblements de terre déclenchent immédiatement d’énormes orages chargés d’une force électrique impressionnante et considérable. Toutes les forces naturelles semblant blessées,se refont en s’alliant les unes aux autres et dans une communication rapide,voire à la vitesse de la lumière. Ceci entraîne ,par moments, des incapacités à séjourner dans la biosphère et la stratosphère .Nous avions remarqué que l’orage nous était connu sous une forme expressive de l’éclair associé au tonnerre .Les éclairs ou décharges électriques zébraient le ciel en recherchant leur exutoire. Désormais, ce sont des boules de feu de la taille d’un ballon de foot qui parcourent l’atmosphère aux couleurs bizarres .Nous avons toujours une couche de nuages,mais leur venue et leur dispersion se font très rapidement.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Science-fiction II…

Posté : 12 août, 2013 @ 7:58 dans créations littéraires, Philosophie générale, science-fiction, Universalité | Pas de commentaires »

La planète se remettait très lentement des atteintes que nous lui avions portées. Dans les périodes précédentes,nous avions exploité les ressources sans conscience et en n’ayant comme base l’enrichissement .De plus, nos conflits internes avaient fait l’objet d’emploi de chimie destructrice de toutes les vies,ce qui aggravait l’ensemble. Quand nous avons dépassé le seuil d’admissibilité de renouvellement de ces ressources , le système biologique est devenu si peu actif que les fonctionnements épuisés n’ont pas réagi. En général, la Nature et ce que nous appelons ainsi se sont épuisés et ne se manifeste que par brusques variations internes. L’atmosphère est altéré à soixante-quinze pour cent et il ne remplit plus son rôle de protection d’enveloppe planétaire fertilisant les vies. La moitié des habitants continue de vivre comme dans les temps ancestraux,au niveau du sol. Mais l’autre s’est réfugiée sous terre,en des aménagements protecteurs des conditions planétaires difficiles. Nous sommes environ quinze milliards d’âmes sur notre bonne vieille Terre. La nourriture a changé de forme et elle s’est adaptée à nos périodes .Nos estomacs ont rétréci et les goûts les saveurs ont pratiquement disparu. Nous pouvons les reproduire sans problèmes artificiellement et même en créer de nouveaux pour les adapter à notre nourriture très concentrée sous forme de gélules minuscules .Fini le temps où l’on s’en met plein la panse .Le monde du manger s’est rétrécit lui aussi et le direct avec la terre nourricière s’est dispersé.

Nous avons un gouvernement mondial qui se compose des membres élus des différentes civilisations,des majoritaires et des minoritaires .Ce gouvernement,dans ces grandes décisions est soumis à l’avis d’un comité mondial des sages. Ceux-ci ont remplacé dans les nations précédemment, les gouvernements .il existe des gouverneurs pour chaque ancien pays et les décisions importantes sont prise par des procédures démocratiques avec vote du peuple ou citoyens mondiaux. Aucune décision ne peut être prise mondialement sans l’accord du comité des sages .La localisation des nations existe uniquement pour nommer précisément les intervenants et situer les moyens nouveaux faisant appel à la longitude et latitude .Ont été adopté des moyens de géo localisation pour définir les lieux de résidence .Par soucis du respect des personnes,il n’a pas été introduit des puces électroniques sous la peau .le débat a été vif,passionné, mais les sages ont tranché et ils ont rétabli le respect profond.

L’eau est en grande partie polluée et ne se renouvellera qu’au bout de plusieurs siècles. La vie n’est pas facile et beaucoup d’éléments qui étaient abondants auparavant ont disparu. Nous ne nous rendions pas compte de notre bonheur .Les océans et les mers ne nourrissant plus ,eux aussi, les populations. Les échanges accélérés de l’eau au sein de l’atmosphère se sont espacés et ont des actions très sporadiques .Les rivages se sont désertés et la navigation est devenue presque impossible à cause de la formation impressionnante et incessante de puits sans eau sous forme de puissants tourbillons magnétiques dus aux forts rayonnement entre le soleil et le noyau magma actif de la Terre .Le champ magnétique terrestre semblant très perturbé mais connaissant assez de stabilités pour que la vie continue sur la planète .

Depuis des temps ancestraux,nous voyons passer dans l’atmosphère des engins de toutes formes,soit lentement ou bien à toute vitesse. Il nous avait semblé que nous faisions l’objet d’attentions d’autres vies venant d’ailleurs. Mais, comme une grande partie des populations croyait en un Univers vide,personne ne réagissait vraiment .Un jour, par le biais des fonctionnements numériques et informatiques une autre civilisation avancée s’est manifestée et qu’elle ne fut pas notre surprise d’apprendre qu’à partir de stations orbitales éloignées ressemblant à des grandes cités sous forme d’énormes vaisseaux en stationnement dissimulé nous étions surveillés et visités discrètement. Nous pensions que cette station était la seule présente,mais nous avons découvert que non et une dizaine étaient placées dans la grande discrétion afin de nous étudier. (A suivre).

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Science-fiction (1) …

Posté : 11 août, 2013 @ 7:42 dans créations littéraires, Philosophie générale, science-fiction, Universalité | 1 commentaire »

L’an 30099, mentionne un décompte effectué à partir d’une nouvelle période et tenant compte des évolutions nécessaires de l’humanité. Ces différentes périodes sont contenues par des comportements similaires lors de l’évolution et aussi du temps avec la Nature et celui sans elle. Le progrès également a son importance et  influence sur le début et à la fin des séquences Tout commence par une question très importante concernant nos cerveaux,leurs développements et possibilités totales. Nous pouvons développer en nous plusieurs zones et donner importance à une tendance plus qu’à une autre.

En cet an 30099,nous commençons à y voir plus clair. Nous avons compris,après moult guerres que nous attachions beaucoup plus d’importance à posséder et défendre cette même possession,qu’à construire un monde d’amour et de paix dans la fraternité des peuples. De très nombreuses réflexions mondiales ont été menées et elles contredisent souvent les comportements des temps précédents. Il a été décrété une abolition des frontières et une circulation constante des biens et des hommes autour de la planète.

Technologiquement,nous avons mis la robotisation accessible et  dominante .Nos avancées sont marquées par le dit progrès,mais aussi par de nombreuses découvertes sur nous-même. Nous savons désormais comment nos corps évoluent et nos connaissances plus profondes. Plus avant,je vous disais que nos actions finissaient par s’ancrer en des zones de l’encéphale En exemple,les comportements plaisirs devenant des addictions ont dévoilés que l’usage glandulaire développait sa zone et prenait une place importante en nos vies. Chaque action définit son impact en cette fixation et établit sa mémoire. Cette mémoire devenant active sollicite son dû dans l’individuel ou le groupe.

L’homme est resté globalement du même genre,mais de nombreuses femmes ont voulu changer de genre et devenir des hommes par goût et adoration de la masculinité. Nous avons aussi des androgynes se reliant au deux genres .Ces modifications internes ont provoqué des périodes d’instabilité en la matière,cela s’améliore dorénavant et se stabilise .Les grands écarts comportementaux laissent des traces dans les sociétés structurées et dans les cerveaux. La procréation est devenue sévèrement verrouillée et nul ne peut avoir d’enfant sans autorisation .Les clones sont présents parmi nous .ils ont été crées pour satisfaire des besoins très spécifiques. C’est un sujet brûlant car en 26750 une guerre civile s’est emparée des sociétés dans les zones variantes des civilisations et a fait de très nombreux morts.

La mort, elle-même a été démystifiée et nous connaissons  les tenants et aboutissants,pour établir plus précisément l’avenir .Le total respect règne à ce sujet et la vie planétaire a deux faces: celle dans la matière qui lui est reliée dans l’évolution et celle hors de toutes matières et définie virtuelle. Les deux portent leurs valeurs et la face dit monde spirituel et virtuel représente le lieu du repos des âmes et des esprits. Nous savons comment nous franchissons les zones matières vers celles virtuelles qui se sont rapprochées de nous. Mais il nous reste à faire  en sorte  que nous ne perdions pas les distances et les données essentielles .Le monde de l’esprit et spirituel se trouve au sommet de la pyramide. Cela fait partie de l’évolution humaine et doit trouver accord constant.

En ce monde  dit uniquement virtuel nous y avons retrouvé tous nos ancêtres satisfaits de voir cette jonction car le choix existe pour tout un chacun de revenir vers les temps matériels et refaire un parcours de vie. Nous avons également trouvé par la science;des couloirs de circulation planétaire ,ce qui nous permet de découvrir plus précisément notre galaxie. Ainsi ,nous pourrons rendre visite à nos amis sur des planètes éloignées et communiquer avec eux. L’inquiétude et il y en a une, c’est que  notre bonne vieille Terre ne  se remet pas,ou très lentement et suivant des temps cosmiques, des atteintes biologiques que nous lui avons infligées précédemment. (A suivre).

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à Toutes et à Tous ! LA VERITE…

Posté : 5 avril, 2013 @ 3:19 dans actualité générale, Arbres et forets, argent et considération, communications, créations littéraires, emploi, metaphysique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Le nom de DIEU est un TETRAGRAMME et ne peut être prononcé.
ABRAHAM est le premier Patriarche du peuple HEBREUX (vingt siècles avant Jésus). JACOB ,son Petit-Fils , a mené combat qui l’opposa à l’Ange et la GENESE nous dit sous la référence 32.28 : »Car tu as lutté avec DIEU et avec les Hommes et tu as eu la Victoire ! « .
Ainsi d’HEBREUX le peuple devint ISRAELITE et plus tard JUIF,nom dérivé de la JUDEE. DIEU désigna à ABRAHAM,originaire de MESOPOTAMIE,la Terre de   CANAAN (Palestine) pour y faire souche. L’ALLIANCE de DIEU repose sur la possession perpétuelle du Pays de CANAAN,TERRE SAINTE. Les douze TRIBUES d’ISRAEL s’établirent en EGYPTE,où elle furent peu à peu réduites à l’esclavage.
MOISE les libéra et codifia la religion primitive au MONT-SINAI (quinze siècles avant Jésus).Il reçut la table des COMMANDEMENTS, à cette époque .Cette TABLE est le début des fondements MORAUX et JURIDIQUES du JUDAISME et de la TORAH. Le peuple vécut sous le règne des Rois (SAUL,DAVID,SALOMON).
Puis les PROPHETES demandèrent la fin du règne des ROIS car ils divisaient l’union. Ces PROPHETES sont ELIE,AMOS,ISAIE,JEREMIE. Ils prêchèrent le refus de la ROYAUTE,mais préconisaient un approfondissement SPIRITUEL et ils annoncèrent la VENUE DES TEMPS MESSIANIQUE.
La JUDEE a subi la domination BABYLONIENNE,celle de LA PERSE,LES PTOLEMEES D’EGYPTE,puis les SELENIDES,l’empire ROMAIN qui en fit un protectorat  et fut incorporé à son Empire en 44 après Jésus .Donc, onze ans après la Crucifixion et la RESURRECTION de JESUS.
Du mot JUDEE et sa Racine,se fixent des préfixes et des suffixes ainsi que des mots composés dans les appellations de référence .Mais aussi,des pré et suffixes définis par JUDICATURE,JUDICIAIRE,JUDICIEUX,JUDITH la REINE dont je connais l’existence pour avoir garder et conservé son Domaine en EUROPE. Elle aurait sauvé la ville de BETHULIE assiégée par les ASSYRIENS.
Plus loi , nous trouvons JUGE,JUGER,JUGULAIRE,JUGURTHA(Roi de NUMIDIE) en 118-105 avant Jésus. Dans la longue liste contenant la Racine nous avons des mois : JUIN,JUILLET, en prénoms les JULES,(Hommes mari ou amant).Les JULIENS, les JULIENNES,les JULIES et enfin la JULIO-CLAUDIENNE (Dynastie) impériale ROMAINE d’AUGUSTE à NERON issue de JULIA à CLAUDIA .

Ensuite plus profondément les noms Jumeaux,Jumelles, Jumelage,Jument. Je vous parle de JUDITH I.  qui est morte enterrée vivante avec sa coure dans d’immenses souterrains sous des collines boisées et ceci a eu lieu pour cause de peste. A l’époque c’était la seule solution pour stopper la maladie .Voilà comment je me suis interresé à l’histoire de JUDITH REINE DE LA NEURSIE atteignant en ses limités Sud l’ANJOU. La DIVINE PROVIDENCE me met parfois sur la route et je reconnais sa présence. JUDITH I régnait sur de nombreux pays qui ont constitués le territoire de NEURSIE. Mais, rappelons-nous, les langues dans leurs formations phoniques : la langue d’OIL au NORD et la langues D’OC au SUD en OCCITANIE .Différences également dans les styles architecturaux, d’où l’ART ROMAIN, GOTHIQUE,mais également MAURESQUE au SUD. Certains villages et leurs clochers le mentionnent,certains ont des flèches et des TOITS PYRAMYDAUX ETROITS et d’autres DES TOURS ROUDES où se SITUENT LES CLOCHES.
Je vous le dis aussi, mais mon cheval Pur Sang ANGLAIS s’appelait JUNOVIO et sa Mère Jument JUNIA .Ce sont des mots à la consonnance IBÉRIQUE et plus certainement à celle mélangée de l’AMERIQUE DU SUD.
Je remercie ALPHA -ENCYCLOPEDIE pour ses précisons chronologiques dans l’Histoire sur notre bonne TERRE .Avec le sérieux des ouvrages on peut facilement regarder la longue route de l’HUMANITE faîte souvent d’AMOUR,de VIOLENCE,de PARDONS et de COMPROMIS entre les hommes. L’HISTOIRE est nécessaire à notre compréhension de ce que nous sommes et à nos constructions de SOCIETES ET CIVILISATIONS.
Pour nous PARDONNER dans nos excès, il nous fat le REGARD DOUX  et BIENVEILLANT la grande compréhension en connaissant notre PASSE.
C’est l’Histoire qui vient à ma rencontre  et s’affiche dans sa v rais consistance du vécu des Hommes et en même temps du mien. Je suis un autodidacte,un paysan, un forestier,un naturaliste,un métaphysicien dans la mesure où l’on accorde une valeur à cette définition mais surtout et finalement un homme de FOI qui a emprunté une autre voie avec sa conviction d’un UNIVERS CREE et à notre grande DISPOSITION. Faisons le dans la contemplation et le respect de la VIE et je mentionne la locution suivante : «  NE PLAISE A DIEU ! »
Demain ou dans les jours qui viennent nous parlerons du Prophète ISAÏE.
Merci de votre aimable visite et à très bientôt.

Bonsoir à tous! Au dela de l’emprise du Cartésien…

Posté : 14 février, 2013 @ 10:45 dans actualité générale, Arbres et forets, argent et considération, communications, créations littéraires, metaphysique, Monde de l'Amour, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Se relier ,coller et vivre le temps présent sans fausse note est le souhait de l’esprit Cartésien. C’est pas le développement de celui-ci que l’homme a débuté ses études sur toutes choses ,en appelant cette approche : la science. Le reste ne serait que le fruit de nuages évanescents passant dans nos horizons. Est-il donc possible de croire les textes qui vont bien au-delà, mais dont chacun doit en regarder le contenu et faire en sorte pour ne pas les repousser .Rien ne dit qu’ils ne sont pas vrais et l’essentiel est peut-être dans leur profonde contenance .Ces textes et ces mots ,avec une valeur ,vous allez les rencontrer et vous resterez libres de penser qu’il s’agit de l’imagination romancée de l’auteur  ? Logiquement , les auteurs écrivains sont sincères et véritables et ne construisent pas des univers parallèles. Il faut dire également que l’auteur crée ,imagine, et dès lors met en place des nébuleuses sur les visons du monde .Mais aussi de définir par le verbe et la phrase des ressentis ,des réalités effacées .En écrivant, avec assurance des ouvrages, l’auteur prend sa force et touche à certains domaines encore non élucidés. En voici certains passages à rejeter ou bien  à méditer.

- »L’âme et l’esprit sont notre quintessence  et ils s’unissent au corps physique qui nous est offert par la volonté de l’Amour tout puissant .Le Maître construit pour nous des merveilles et nous invitent à en savourer , apprécier les beautés, et tout les possibilités d’y trouver le bonheur , la joie, par les relations mêmes. Le Maître ,vous ne pouvez le voir car il ne désire pas se manifester au delà de son Amour car l’image s’incruste trop en nous et elle fausse  parfois les valeurs . Il est donc dans ce qui ne se voit pas, il sait toute chose et en tout lieu. Il n’est jamais indifférent et par le biais de notre existence ,nous sommes avec lui.

L’âme l’aime de toutes ses capacités puissantes, dans la  reconnaissance et il n’a pas d’autre chemin, ni pensée pour s’égarer dans un labyrinthe .Tout est clair et limpide ,pur et juste dans la vérité du monde et des mondes. Les distances qui séparent notre âme de son royaume de douceur ,de béatitudes ,de bonté ,n’existent pas .Chaque âme qui arrive pour parcourir sa vie n’est pas pour autant séparée de celui qui lui a donné vie ,vue, sur son chantier de construction du Monde .Il lui donne un parcours constructif dans les univers aussi bas soient-ils .Du point de rencontre avec le Maître ,l’âme s’en va vers sa mission et si elle a la force ,elle saura qu’elle est sa voie offerte et elle sera consciente de son parcours et de son voyage intime jusqu’à sa destination. Le Maître ,par la pensée et son Amour est là, toujours relié par la force de l’Amour .L’âme est plus forte que toute chose matérielle et elle  investit dans l’acte incarnato ire un corps fait pour nous sous l’égide de l’Amour détenu par de plus vieilles âmes disponibles à notre accueil et notre  fortification au sein d’un monde  encore différent par les règnes matériels ,mais identiques dans les forces Universelles et devoir de l’Amour.

L’investiture au sein de la matière et du corps est un acte qui nous donne l’indication et le tempo de la vie en des lieux inconnus où les ondes interfèrent avec nos pensées encore dans une pureté absolue de l’âme. Puis, la communication s’établit avec nos Parents aimant dans la physique de notre accueil. La question qui arrive très rapidement submerge notre conscient. Où se situe celui que j’aime  tant  et il ne m’a pas abandonné  à mon sort car je ne trouve dans  ma situation présente que  conscience et inconscience .Je mets en veille ma conscience ,mais à mon éveil ,elle me rappelle les réalités du moment .Puis, le signe attendu du Maître et Père se révèle et s’approche. C’est une vie encore différente ,discrète et s effacée que j’en découvre la grandeur .La communication s’établit dans nos pensées communes et il me dit de ne pas craindre car je recevrai son réconfort et il disparaît. Comme chaque règne a son créneau d’épanouissement sur le cycle des heures contenues par la nuit et le jour ,il s’approche  de moi et parle à ma conscience pour lui dire ,je suis là. Il n’ a pas de montre et moi-même encore dans mes brassières et mes couches non plus ,mais la rencontre est très ponctuelle .J’attends impatiemment le moment et il m’enseigne .Il me dit qu’il sait et me rendra visite le temps de mes désirs et souhaits de le voir et le rencontrer .Je ne suis nullement intrigué par sa venue et le dialogue  car il est la vie, bien différente dans la forme, mais l’esprit est commun et je l’aime.

Mais qui est-donc ce visiteur qui apparaît selon  bon lui semble .Un ami confiant de mon âme qui m’a accompagné dans mon voyage vers ce monde.il est un messager et je l’espère à chacune de ses venues car il perce le mur de ce qui est visible et invisible. Puis, un beau matin après maintes  rencontres ,il me dit qu’il ne reviendra pas ar il est appelé ailleurs. Il m’indique que ce n’est qu’un au revoir. L’âme et le corps ont grandi et un jour ,ils ont posé la question à l’entourage : »-Avez-vous vu le petit messager? Personne ne répond l’air étonné .Nous n’avons rien remarqué. Etrange, car la présence était réelle ,discrète mais physiquement affirmée .Le temps égrenant son usure, seule l’âme finit par émettre son souvenir et bat le rappel. La question qui arrive est plus affirmée et dit : »- Mais de quoi parles-tu en terme de messager en visite ?
La réponse ne se fait pas attendre et le mot oiseau est  prononcé !Non pas dans les plus gros, mais dans les plus discrets ,encore plus petit que le Pinson et la mésange. C’était l’oiseau et peu importe son nom car il était un messager de la vie. Si petit qu’il soit, il savait parler à mon âme. Alors ,l’as-tu revu ? Oui, je l’ai revu et je le connais plus intimement car il est venu sous mes fenêtres donner son Aubade et me dire qu’il m’aimait. Il l’a dit à tout ceux que j’aime dans la beauté de son chant si magnifique, mélodieux et uni à la force d’aimer puissante du Maître .Je t’ai reconnu toi l’oiseau et il m’a fait pleurer car dans sa conscience en éveil ,il m’a dit : »-Je suis là ! ».Il m’a fait des signes quand il sentait mon âme défaillir, il n’est pas le Maître ,mais un grand messager. Je n’ai pu effectuer une approche aimante plus forte car il ne souhaite pas me troubler d’avantage et intimement. Il me dit qu’il n’y a que la force d’Aimer! »

Le mystère qui existe est là , entier et en lisant ces quelques lignes votre esprit et votre âme seront dans le trouble ,mais surmonteraient vite la valeur des mots .Vous pourrez penser qu’il s’agit de l’imagination fertile d’un auteur. Ici, la distance se mesure à  cent lieux de nos préoccupations ,alors  tout cela n’a -t-il pas pour seul but  de rêver sous les  délicatesses ambiantes et nos intimités sincères .N’est ce pas  le délire d’un auteur sous l’emprise de sa plume ,en mal d’établir une recherche de la Vérité sur les fondements du monde. Véracité ,invention, affabulation…?
A chacun sa version dans la liberté  de penser et d’aimer…
Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Ecrire…

Posté : 1 décembre, 2012 @ 8:50 dans communications, créations littéraires, journées ou salons du livre, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

L’envie irrépressible d’écrire est un appel venant du plus profond de nous ,afin d’être réceptif à l’inspiration. Pouvoir écrire tout en bénéficiant de l’inspiration est un don du Ciel ,se conférer à St-Jean qui nous dit  que l’inspiration n’est pas de l’homme ,mais du Ciel! De cela, j’en suis persuadé .Ecrire c’est communiquer avec ses semblables ,mais aussi aimer l’expression vers l’autre ,les autres et ne point craindre les critiques .Personne ne fait l’unanimité car nous partageons le tout et toutes sortes de pensées et raisonnements existent. Si ceux-ci sont constructeurs dans la sérénité des sociétés, il n’est pas d’écrits qui n’est pas leur place . Dès qu’ils représentent l’apologie de points indélébiles et fixés au cœur de nos communautés ,il faut être très prudent. Avec la plume se déplace et vibre un ferment pensé. Tout ouvrage possède un esprit que son auteur lui a insufflé par les mots choisis et le poids des phrases. Par la lecture ,nous nous imprégnons de toutes ces caractéristiques ,mais c’est au final ,le lecteur vers qui aboutit la démarche .Il prend ou ne prend pas l’idée, mais il peut y adhérer partiellement et par fragmentations. C’est parfois longtemps après avoir lu un livre que les phrases et passages nous reviennent en concordance avec des faits observés plus tard par le lecteur. Rien n’est futile, ni perdu dans le monde de la pensée communicative.

C’est pour cela, qu’à mon humble avis, il faut donner à la littérature un sens par une valeur indexée, juste et adaptée. Il n’est pas souhaitable de censurer, mais de classifier dans les thèmes. En exemple : l’apologie du crime, du viol, de la cruauté et violence et les divers mondes du vices ,doivent être contenus sur des bases inférieures des écrits. Non point pour brimer l’auteur, mais pour établir une forme de pensée dominante et constructive évitant les chaos qui peuvent s’engendrer par l’absence d’un jugement. Je me répète, il n’est pas nécessaire de censurer et nous devons, par nous-mêmes ,adhérer dans notre intellect dominant à un tel processus qui rend service à la qualité de l’ouvrage et des écrits.

J’ai vu des personnes, en salons, dans leur potentialité de lecteurs, considérer un ouvrage uniquement à l’aune des règle écrite de la langue et des fautes d’orthographe induites. Pour moi, j’appartiens aux auteurs qui n’ont pas la prétention de donner une leçon de français aux lecteurs. Loin de moi cette idée et je suis éloigné de l’exemplarité. On se corrige et on s’améliore, mais dans ma communication, je privilégie l’idée transmise et je peux lire un livre sans avoir remarqué les défauts écrits. Je ne pense pas non plus que cette valeur soit superflus, mais elle ne domine en rien dans la communication de l’auteur. L’essentiel est fixé par la valeur des mots et leur expression au sein des phrases maniées dans la légèreté la plus évoluée obtenue. Inutile pour moi, d’écrire un paragraphe dans la même phrase. Si on s’attache de trop à cette forme du regard sur un ouvrage, on en oublie et on casse le fil de pensée du texte.

Je ne suis pas un enseignant en qui j’ai respect, mais je me débats avec mes propres constructions. Ce qui représente la majorité du travail de tous les écrivains. Beaucoup de niveaux sociaux touchent à la plume et ce ne sont pas toujours les plus élevés dans une conformité du savoir qui dominent dans l’écriture. Je crois que nous faisons tous pour le mieux, pour le meilleur et qu’ine fine c’est la bulle contenant l’essentiel du livre qui définit très vite « l’aura » de cet alignement de mots. Bien sûr, on peut-être scandalisé par des écrits imparfaits contenant un manquement aux règles d’une langue, mais ce n’est pas aux regards de toutes les valeurs un gros défaut. Oublier d’y mettre un indice de valeur attaché sur les règles morales dominantes et ordonnées est bien plus grave encore. Comme nous diraient le philosophe et le poète unis : la vérité est quelque part, errante au milieu de ces alignements de mots avec qui il faut trouver un consensus pour leur attribuer un sens  qui nous soit commun! C’est en cela la difficulté d’écrire !

Le monde administratif et de la diplomatie enseignent,chacun  à sa façon, que tout texte est double et que seul celui qui sait lire entre les lignes le comprend. Là; nous sommes dans l’égarement car la concentration sur les mots sortant de leur anonymat non matérialisé fait que les plumes de leurs auteurs (es) les versent dans  la matérialisation accentuée et conventionnellement reconnue entre-nous. Pour garder mon objectivités, j’évite de lire les textes entre les lignes. J’essaie de conserver ma pensée la plus claire possible car elle m’est essentielle.

C’était un point de vue.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Salons et journées du livre…

Posté : 5 novembre, 2012 @ 7:23 dans créations littéraires, diffusion livres, journées ou salons du livre, Philosophie générale | Pas de commentaires »

Je viens d’effectuer plusieurs salons ou journée du livre en régions et j’ai pu dialoguer avec les lecteurs potentiels.

Tout d’abord, je tiens à remercier les organisateurs des villes de la Tranche sur Mer (85) et la Jarrie (17) ,pour leur aimable dévouement au service et à la cause du livre et des auteurs.

En ces différents lieux le public a été réactif suivant ses sensibilités particulières du moment. En tant que philosophe par essais, je fais partie des auteurs avec leurs ouvrages peu recherchés sur le marché. Un certain nombre de personnes se disent intéressées ,mais elles ne font aucune démarche commerciale  vers les parutions récentes de ce genre. Le résultat pour un auteur est catastrophique car son entreprise est peu équilibrée et ne peut perdurer. Sont certainement responsables les capacités du créateur à expliquer ses textes et leurs valeurs induites.

On a beau vouloir ne pas faire d’écrits pour l’argent et c’est mon cas, il faut pouvoir toutefois assurer une divulgation des textes. Certains de mes ouvrages sont exploités commercialement alors que les contrats détenus sur les droits par des sociétés sont périmés ou terminés. La question qui en découle est : - » Qui est le maître du jeu dans la paternité du livre ? » Logiquement c’est l’auteur ,mais dans notre pays ce n’est plus le cas. Je vais entreprendre une reconquête de mes créations en voyage lointain et incontrôlé pour moi.

Un auteur perçoit des droits  inférieurs à 10% du montant de l’ouvrage et il est considéré comme le vent et la transparence de l’existence. Je félicite les personnes qui nous parlent d’honnêteté intellectuelle sur la création artistique, car le mouvement va à l’inverse du souhait. Bref intermède qui s’ajoute à la liste des difficultés rencontrées par un auteur. Faute d’avoir atteint le parfait, l’excellence, l’intéressant, le passionnant, le distrayant, je n’ai guère reçu pour mes textes, un regard inquisiteur, compréhensif. Même certains publics lecteurs pensent que je n’ai pas eu la sincérité annoncée dans mes ouvrages sur la conscience et l’âme humaine. Cette position de lecteurs potentiels ( et je dis bien potentiel), m’amène à réviser et revoir mes écrits et la place que je leur accordais. Il s’agit, avec des  temps difficiles  pour un auteur en philosophie quelqu’elle soit, de s’accrocher à ce qu’il croit juste et vrai en s’adressant avec respect au public.

Mon assurance à poursuivre mon engagement en ces matières semble être remis en cause, non pas pour la création, mais pour définir des formes plus abordables et attrayantes en présentation  publique. Il semble, que les romans , nouvelles, ainsi que les poèmes, il n’y ait pas ces différentes d’approche.

Dans l’espoir que ma plume ne m’échappera  pas pour aller choir dans les oubliettes de la communication morte et inerte, si l’on peut parler ainsi.
Merci de votre aimable visite !

Bonsoir à tous ! Sorties littéraires…

Posté : 30 octobre, 2012 @ 9:54 dans actualité générale, créations littéraires, humanisme, journées ou salons du livre, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Les 1er et 02 novembre 2012,je serai à la journée du livre neuf et occasion de la Tranche sur Mer (85),au pavillon de l ’Aunis .
Le 04 novembre 2012, je serai au salon du livre de la Jarrie (Charentes maritimes),près de la Rochelle.
J’y présenterai mes ouvrages  et avec les lecteurs potentiels, je répondrai aux questions suivant les thèmes développés. Une aimable dédicace sera rédigée de ma main pour tout achat d’un ouvrage.
Je mentionne ,ici, le titre de mes livres parus  sur le marché. Les thèmes sont situés principalement en sciences sociales et humaines. Il s’agit de développement  par ESSAIS, dont les titres suivent :

*2005 – Si on parlait sociologie ,humanisme et écologie.

*2008- Nous sommes les racines du ciel.

*2008- Non, l’effet soixante hui tard n’est pas terminé. Du baby boum au
    Papy boum !

*2010-Les forêts sont la musique de la Terre.

*2011- Au nom de nos aînés.

Bonjour à tous ! La pensée et l’écrit…

Posté : 12 septembre, 2012 @ 6:16 dans actualité générale, communications, créations littéraires, humanisme | Pas de commentaires »

Suivant mon analyse, il n’est pas si facile de devenir un écrivain de niveau moyen et même  un écrivain en ses premières créations. Pour ma part, je parle d’un auteur car je m’y sens mieux qualifié. Nous sommes tous «  auteurs » de nos actions, de nos paroles, de nos pensées, de nos créations, etc… Ce mot n’émet pas un jugement en la matière, mais celui d’écrivain se trouve déjà sur les marches d’un escalier reconnu pour ses valeurs contemporaines, mais aussi universelles.

Donc écrire répond à un nombre de critères qui me paraissent chacun à leur place, d’une importance capitale et en accessit donne une somme de capacité qui devient surprenante. Pour l’auteur lui-même   il en est ainsi .Il se demande parfois, si c’est bien lui le créateur des textes figurant dans son ouvrage. C’est une chose étrange que la relecture fait ressortir. Curieuse analyse qu’il faut regarder car le complexe de l’écriture  des ouvrages est une chose étonnante et certainement ayant une ramification avec les sciences paranormales quoi que l’on en dise. quoi que l‘on en pense.

Tout d’abord aimer les mots, les verbes, la communication, s’exprimer et posséder cette boule au ventre afin de défendre une thèse ,un thème, un sujet. Il faut que cela  sorte du corps  de son créateur pour  aller comme un ferment, vers les neurones    de ses semblables.Entre-deux,nous allons trouver l’inspiration qui provient de ce monde dont les yeux, les mains, les pleurs ne peuvent pas aller, mais qui donne    beaucoup,voire presque tout  à l’inspiré. Il reste à celui qui reçoit de faire son classement des richesses                                 reçues, les mettre en forme pour devenir le manuscrit,puis le livre intéressant.  Mais avant que de travail !

Personnellement,je suis un autodidacte et si ma plume est facile ,ma construction de phrases est ambiguë et parfois dans un barbarisme incroyable   .Je ne suis pas un modèle et je ne cherche pas à y être.Simplement,je me corrige par phases successives et il faut y ajouter que j’invente des mots intéressants   ,inexistants et non reconnus par l’académie  Française.Déjà le qu’en dira-t-on    de cette écriture avant de passer au sujet lui-même, impressionne. L’ouvrage nait dans mes  pensées, puis sur mes fiches pensées    dégraissant et allégeant les idées, la charpente ,les grandes idées comme un avant goût du futur livre.
Parfois et c’est le plus inquiétant, je me demande si ce que je construis n’intéresse pas que moi et répond à un égocentrisme vaniteux. Certainement aussi, mais l’être le plus parfait ne peut  créer car il sait   qu’il sera jugé et son image écornée. Certains disent qu’écrire est thérapie.Personnellement, je ne le crois pas . Cela répond plus à une sophistication analytique du mental et des mystères associés. C’est plus complexe que les niveaux pathologique décrits par la science.

Le tout dépend dans quel créneau on se trouve et avec quels thèmes on vibre. Le romancier est différent du poète et ce il en est encore plus de essayiste.Ah j’oubliais,mais c’est égaiement de la communication et son art qui s’en mêle et s’y mélange.Écrire c’est communiquer et aimer cela.C’est avoir trop de chose à dire par la parole.C’est aimer le concret des idées et le mettre en forme. C’est choisir l’amour d’un verbe et des mots. C’est entrer dans la tête de ses semblables en pantoufles et  y laisser  que peu de traces, sauf celle du souvenir de quelques mots et idées. Finalement, c’est exister car le ralliement entre-nous est capital, incontournable ( A suivre)  

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !                                                                                           

123
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...