Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour la catégorie 'diffusion livres'

Bonjour à tous ! Salons et journées du livre…

Posté : 5 novembre, 2012 @ 7:23 dans créations littéraires, diffusion livres, journées ou salons du livre, Philosophie générale | Pas de commentaires »

Je viens d’effectuer plusieurs salons ou journée du livre en régions et j’ai pu dialoguer avec les lecteurs potentiels.

Tout d’abord, je tiens à remercier les organisateurs des villes de la Tranche sur Mer (85) et la Jarrie (17) ,pour leur aimable dévouement au service et à la cause du livre et des auteurs.

En ces différents lieux le public a été réactif suivant ses sensibilités particulières du moment. En tant que philosophe par essais, je fais partie des auteurs avec leurs ouvrages peu recherchés sur le marché. Un certain nombre de personnes se disent intéressées ,mais elles ne font aucune démarche commerciale  vers les parutions récentes de ce genre. Le résultat pour un auteur est catastrophique car son entreprise est peu équilibrée et ne peut perdurer. Sont certainement responsables les capacités du créateur à expliquer ses textes et leurs valeurs induites.

On a beau vouloir ne pas faire d’écrits pour l’argent et c’est mon cas, il faut pouvoir toutefois assurer une divulgation des textes. Certains de mes ouvrages sont exploités commercialement alors que les contrats détenus sur les droits par des sociétés sont périmés ou terminés. La question qui en découle est : - » Qui est le maître du jeu dans la paternité du livre ? » Logiquement c’est l’auteur ,mais dans notre pays ce n’est plus le cas. Je vais entreprendre une reconquête de mes créations en voyage lointain et incontrôlé pour moi.

Un auteur perçoit des droits  inférieurs à 10% du montant de l’ouvrage et il est considéré comme le vent et la transparence de l’existence. Je félicite les personnes qui nous parlent d’honnêteté intellectuelle sur la création artistique, car le mouvement va à l’inverse du souhait. Bref intermède qui s’ajoute à la liste des difficultés rencontrées par un auteur. Faute d’avoir atteint le parfait, l’excellence, l’intéressant, le passionnant, le distrayant, je n’ai guère reçu pour mes textes, un regard inquisiteur, compréhensif. Même certains publics lecteurs pensent que je n’ai pas eu la sincérité annoncée dans mes ouvrages sur la conscience et l’âme humaine. Cette position de lecteurs potentiels ( et je dis bien potentiel), m’amène à réviser et revoir mes écrits et la place que je leur accordais. Il s’agit, avec des  temps difficiles  pour un auteur en philosophie quelqu’elle soit, de s’accrocher à ce qu’il croit juste et vrai en s’adressant avec respect au public.

Mon assurance à poursuivre mon engagement en ces matières semble être remis en cause, non pas pour la création, mais pour définir des formes plus abordables et attrayantes en présentation  publique. Il semble, que les romans , nouvelles, ainsi que les poèmes, il n’y ait pas ces différentes d’approche.

Dans l’espoir que ma plume ne m’échappera  pas pour aller choir dans les oubliettes de la communication morte et inerte, si l’on peut parler ainsi.
Merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! Mon activité littéraire…

Posté : 17 août, 2012 @ 5:54 dans communications, créations littéraires, diffusion livres, journées ou salons du livre, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Dans les prochaines semaines, je reprendrai mes activités littéraires en participant à plusieurs manifestations concernant le livre. La première aura lieu en Bretagne , plus précisément à CALLAC -22160-,le samedi 25 AOUT 1012 où se déroulera un salon de la culture et des arts.Il est organisée par l’association Callac-Culture pour la huitième année.

Ensuite,le 16 SEPTEMBRE 2012, ce sera le salon du livre et des écrivains  de RAMBOUILLET -78120- en Ile de France , qui aura l’amabilité de m’accueillir pour cette journée.

Sur ces deux manifestations , je présenterai mes ouvrages au public avec grand plaisir et je serai en compagnie de nombreux auteurs ou écrivains dont les variétés de création et production littéraires sont importantes en volume et qualité.
Pour ceux qui seront intéressés par les thèmes que je développe et m’achèteront mes livres, c’est avec un grand plaisir que je  leur dédicacerai.

Je rappelle les différents thèmes abordés par mes cinq ouvrages produits à ce jour :

                        - Sciences humaines et sociales,
                        – Spiritualité et ésotérisme. Sciences du paranormal,
                        – Environnement-Ecologie-développement durable,
                        – Agronomie et sciences de la vie et de la Terre,
                        – Histoire des sociétés et humeurs.

Je suis un auteur classé parmi les «  Philosophes essayistes » et qu’à ce titre mes essais sont des écrits portant sur des éléments réels et d’actualité de nos sociétés.

Mes livres phares sont :

  * «  Nous sommes les racines du ciel » 2008 spiritualité-ésotérisme, sciences du paranormal -métaphysique et fonctionnement intime humain.

  *  «  Les forêts sont la musique de la Terre » 2010 – Environnement, développement durable, écologie et matière forestière-sylviculture durable et structuration-dynamique des écosystèmes en région tempérées.

Merci pour l’intérêt que vous porterez à ces quelques mots dans notre communication .

Bonjour à tous ! Mes activités d’auteur…

Posté : 9 juillet, 2012 @ 6:05 dans communications, créations littéraires, diffusion livres, journées ou salons du livre, Philosophie générale | Pas de commentaires »

Par ces quelques mots, je viens vous transmettre l’information suivante concernant mes activités d’auteur. J’écris en des valeurs modestes tout en étant classé parmi les philosophes essayistes.Mes ouvrages sur le marché sont au nombre de cinq et ils abordent les thèmes : sciences sociales et humaines, histoire des sociétés,spiritualité et ésotérisme,environnement durable et écosystèmes ,sciences agronomiques et de la terre.

 - Le 15 Juillet 2012,je serai à AMBOISE (41),au salon du livre de rue, Place Michel Debré,de 9 heures 30 à 19 heures,

- le 25 août 2012,je participerai à CALLAC (22), au salon du livre de la ville de 9heures 30 à 18 heures,

-le 16 septembre 2012,je participerai au salon des écrivains de   RAMBOUILLET (78) de 9heures à 18 heures , salle Patenôtre.

De temps à autres, je participe à l’exposition publique de mes ouvrages ,lors de manifestations non spécialisées et appelées « vide-greniers » locaux, départementaux ou bien régionaux. Mais, cette activité se fait sans publicité spéciale préalable. Parfois , j’y découvre des lecteurs intéressés. Il existe ,en ces lieux, un effet de surprise quant au produit livre présent avec son auteur.  Souvent, on me dit que l’on n’imagine pas tellement les relations directes lecteurs-auteurs au coin d’une rue ,car uniquement  dévoilées lors des manifestations spécialisées.

Le jour de mes sorties salons, journée du livre ou des écrivains, ainsi que celles des vide greniers, j’expose mes cinq ouvrages. Pour les acheteurs, j’y place une aimable dédicace, mais surtout j’essaie de répondre aux questions pertinentes des visiteurs. Un dialogue très intéressant s’instaure et à chaque acheteur et lecteur potentiel, il me faut parler de l’ouvrage dans la profondeur de son écrit. En général, la communication est courtoise, agréable et emprunte de générosité expressive. J’aime ces attitudes, même si parfois les philosophes sont regardés du coin de l’œil sur leur utilité profonde. Des personnes apprécient les dialogues et d’autres les repoussent car ils ne désirent pas engager une pensée soit sur les thèmes présents, ou bien le classement de l’auteur.

Je me permets de rappeler, ici, les titres de mes livres qui sont tous immatriculés auprès de la bibliothèque Nationale. Chronologiquement, il s’agit de :

  – « Si on parlait Sociologie, Humanisme et Ecologie «
   Parution de 2005 aux éditions : «  Société des écrivains » (75)

- »Non ,l’effet soixante huitard n’est pas terminé .Du baby boum au Papy boum » Parution 2008
Editions Publibook (75)

- «  Nous sommes les Racines du Ciel »
Parution 2008
Editions des 2 Encres (49)

- « Les forêts sont la musique de la Terre «
Parution 2010
Editions Publibook

- «  Au nom de nos Ainés »
Parution 2011
Editions Edy Libris (17)

Y aura-t-il d’autres parutions prochainement ? A cette question, je réponds oui, sans en connaître le thème choisi et présenté. Je travaille actuellement sur un manuscrit classé en spiritualité qui répond au titre de «  Les Mondes Gémellaires ».D’autres sujets sont en écriture finale comme celui sur l’écologie-botanique «  Chêne vert ou Quercus Ilex mon ami ! »Mes constructions en science-fiction avancent avec «  L’an 2150 après Jésus-Christ ». Puis, des sujets divers comme ceux touchant aux sciences politiques structurées «  La République au chevet de la Démocratie et vice-versa ».Egalement sur les sciences vibratoires avec le résultat d’une étude et des relations avec les anatidés ou oiseaux canards, cygnes ,sédentaires ou de passage avec «  Copains et Cousins des canards ». J’envisage dans les prochaines années un ouvrage sur les forces universelles vibratoires et la Musique dans une largeur bien plus importante que nous le soupçonnons.

Merci de votre aimable visite et à bientôt sur ce blog ou sur le terrain des rencontres littéraires.

Bonjour à tous ! Où en est l’auteur ?

Posté : 10 juin, 2012 @ 10:08 dans créations littéraires, diffusion livres, journées ou salons du livre | Pas de commentaires »

Certains diront le » scribouillard », d’autres « l’écrivaillon « ! Le marché du livre étant peu actif, ceci a des conséquences pour moi. Devant un tel constat, je n’ai guère de courage pour écrire et créer. J’ai limité mes sorties sur les salons et en dédicaces car certains endroits ont repoussé ma demande. Pourtant, je n’ai pas mauvaise presse et je sais défendre les thèmes que je développe dans mes cinq livres.
 Je propose même d’effectuer des conférences sur tel ou tel thème. Mes conditions ne sont pas drastiques. Je souhaite être remboursé de mes frais de déplacement. Après mon intervention, mes ouvrages sont à disposition des auditeurs pour achat, avec bien-sûr une aimable dédicace de l’auteur.

J’ai donc effectué quelques interventions, mais sans connaître une demande assidue et permanente. Je pense aller en dédicace, en montagne, car mon livre forestier – développement durable, est assez considéré. J’y ai donc des lecteurs que je salue respectueusement ici et avec grande reconnaissance. J’aime bien le système de dédicaces et les libraires sont d’accord si le livre se vend bien sur le marché. D’ici la fin de l’année, j’aurai peut-être fait paraître mon sixième ouvrage. Pour l’instant, je garde secret mon thème car j’en ai plusieurs en chantier et c’est bien en fonction des valeurs recherchées du moment que je choisirai.

Je pense être à la fois auteur et éditeur, dans le sens où je le ferai imprimer directement. Bien évidemment, en me chargeant des démarches obligatoires officielles. cette façon d’agir permets de sortir et mettre à disposition des livres aux couts réduits et mesurés. Les stocks importants inutiles sont aussi éviter. Il n’est plus question , pour moi,  d’aller vers éditions pratiquant des contrats sous diverses formes.

Je possède environ dix manuscrits dans les tiroirs de mon bureau. Ils sont arrivés, en majorité, en bout de construction. Il me reste à effectuer un travail d’ordon nation des grands paragraphes, une relecture correction vigoureuse des textes. Tout cela va se réaliser, à conditions que l’ambiance littéraire ne se dégrade pas concernant les auteurs de mon genre. Si les romans sont recherchés, les essais en philosophie le sont moins. Les essayistes sont plus rares que les romanciers. Récemment, un auteur expliquait au public , les grandes différences entre les écrits qu’il faut comprendre pour aborder ces ouvrages.

Bon dimanche et à bientôt! Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Escapade littéraire…

Posté : 4 mai, 2012 @ 5:48 dans actualité générale, diffusion livres, journées ou salons du livre, sciences vibratoires | Pas de commentaires »

Merci à vous pour votre patience afin de retrouver de nouveau ce blog actif et son rédacteur. En quelques jours, j’ai effectué deux salons du livre.L’un était situé sur l’Ile d’Oléron , au Château d’Oléron, en la Citadelle fortifiée de Vauban. Le public a été au rendez-vous le dimanche avec le soleil qui revenait de très loin ,après le passage du vent tempétueux et la pluie abondante. C’était le premier salon du livre de l’Ile et pour nous auteurs de toutes les catégories d’ouvrages réunis, ce n’est que bonheur quand on nous permet de rencontrer nos lecteurs potentiels. Avec mon ouvrage sur le développement durable «  Les forêts sont la musique de la Terre »,j’ai eu le privilège et l’honneur d’être interrogé sur mes textes par un journaliste animateur de débat littéraires et j’ai apprécié cette intervention dont je suis peu habitué. Cette relation directe avec le public par la discussion m’a bien plu et c’est la première fois que je vibre si fort avec le public. Je remercie, ici, dans mon espace d’expression, les organisateurs d’avoir permis ce débat très intéressant et passionnant avec les auteurs venus de tous les horizons de notre hexagone. L’Ile d’Oléron est le pays d’un écrivain célèbre Pierre Loti qui vécut à Saint-Pierre d’Oléron et fit de ses récits de voyage de superbes ouvrages. J’envisage quelques dédicaces en librairies sur l’ïle ,dans les mois prochains.

Ensuite , re-salon mardi 1er mai,en bordure une nouvelle fois de l’Atlantique,à Jard-sur-Mer,en Vendée, sous des tentes aménagées. Mais en attendant, j’ai décidé de rendre visite à mes amis ailés et mettre mes relations vibratoires en action et éveil. Ce fut chose faîtes dans les marais avec ma rencontre d’une vingtaine de canards Colvert présents et répondant à ma vibration sifflée. Il va falloir qu’un jour ,j’y travaille plus intensément et que cette communication universelle obtenue fasse l’objet d’un développement plus grand. Il est permis de penser qu’il existe d’autres formes de communications universelles qui sont des liens, des dénominateurs communs entre les vies sur Terre. Ecrire et parler sont importants, voire essentiels au sein de notre propre espèce, mais la vibration de ce que nous sommes va bien au-delà entre toutes les vies. Nous pouvons présenter des écrits aux éléphants, aux oiseaux, ils ne pourront pas les déchiffrer. Mais, ils connaissent chaque vibration fine provenant de la vie ,sous toutes ses formes. Je pense qu’à l’avenir, nous devrons nous ouvrir à cette voie qui nous unira vraiment à un monde différent, celui de la vie même. C’était ma parenthèse du jour.

 Donc, journée du livre ou des écrivains à Jard-sur-Mer où le soleil fut présent et le public abondant. Très forte discussion sur mes thèmes ,mais peu de nouveaux lecteurs. Mes écrits semblent parfois trop lointains de notre monde réel et agité selon ma vision et mon analyse. Je remercie , ici, les organisateurs qui ont eu grand mérite à rassembler les auteurs de tous horizons littéraires.
Ce sont des jours que j’apprécie et aime car ce sont ceux dont nous pouvons communiquer et parler ensemble. C’est une chose des plus importantes, pour nous les hommes, qui nous  soit donnée. Je vais reprendre mon activité écrite sur ce blog normalement.

Merci à vous pour votre fidélité.

Bonsoir à tous ! Article journalier…

Posté : 26 avril, 2012 @ 9:53 dans actualité générale, communications, diffusion livres, journées ou salons du livre | Pas de commentaires »

Chers (es) Amis (es),

Je tenais à vous informer qu’en raison de mes activités d’auteur,je ne pourrai écrire mon article du matin avant mercredi

prochain, 2 mai 2012.  Je serai au salon du livre du Château d’Oleron où seront présents de nombreux auteurs. J’exposezrai mes cinq ouvreages

et tiendrai une conférence sur mon ouvrage  » Les forêts sont la musique de la Terre » Pour ceux que le sujet interesse,il

s’agit d’un ouvrage décrivant les qualités des arbres et des forêts rejoignant les valeurs d’un écosystème supérieur ,dans la biologie fine et assemblée.

Mardi 1er mai,  je serai à la journée des écrivains de Jard sur Mer (85).

Merci pour votre aimable compréhension.

Bien amicalement

Bonjour à tous ! L’auteur et ses écrits …

Posté : 31 mars, 2012 @ 9:21 dans communications, créations littéraires, diffusion livres, science-fiction, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, vie naturelle | Pas de commentaires »

Les auteurs et écrivains ,lorsqu’ils sont touchés par l’inspiration et la facilité de manier le verbe et de décrire la beautré avec les mots,peuvent ils écrire sur tout ? Le poète ressent la vibration des choses ,des actions et il en fait vite les contours et analyses fines. Il est la sensibilité même et sait du premier regard contempler toute choses.Mais,il est aussi celui qui surprend l’action et l’enveloppe avec délicatesse par les mots. Ce n’est pas le prince des gros mots et son langage ne va pas vers celui du « charretier ».Faîtes y attention  car sa corde vibre et il voit clair.Certains poètes savent définir des situations sans aucune isue.ils connaissent ,parl’adoucisent décrit et le charme des mots en établir une sortie. Pour eux,toute chose porte la beauté,la magnificence et sa grace.Nous les hommes devons décrire avec les mots les plus légers possible,aux risques qu’ils s’envolent dans les nues. Oui,; le poète peut tout aborder des matières qui font le monde.

S’il m’arrive parfois de flirter avec une forme de poésie,je n’y trouve pas assez d’affirmation de l’inspiration.Celle-ci m’a été donnée sur la philosophie et la profondeur de l’esprit humain,voire de certaines matières terrestres.Naturellement,j’aime penser nos constructions sous tous les angles.La sociologie me passionne et m’accroche avec force.La spiritualité dans la finesse de l’esprit et dans l’élévation des âmes.J’ai grande passion pour ce qui touche notre environnement,notre belle planète et sa fécondité sans limites.J’aime vibrer par les mots avec tout cet ensemble et j’en retire encore plus de force dans l’écriture. Je me rends compte que toucher à la philosophie en tant qu’essayiste, est difficile car ici réside un état des lieux du patient ,voir les choses et y faire figurer une proposition de guérison ou une amélioration.

Pour moi, un philosophe propose aux autres membres et à la société des idées innovantes.Ce sont nos semblables qui choisissent,in finé,si tout cela est pertinent. Il m’arrive en réunions,salon du livre,en rencontres d’amis,vide greniers où j’expose, de défendre lmes ouvrages au pied par pied,comme l’on dit par la force des mots. Je peux toucher avec ma plume a beaucoup de thèmes et sujets.Dès mes vingt ans,j’avais ces capacités innées.Je me suis surpris à écrire des paragraphes sur certains sujets ressentis avec une puissance des mots qui me laissait interrogateur. En moi, le goût a forgé sa route et le don a bien voulu s’exprimer après une période du vécu de mon existence.Je pourrais écrire des nouvelles à la Maupassant,mais je n’ai pas passion pour cet art.  Quant aux romans,ils me paraissent trop difficiles de construction. Les lire me donne parfois l’idée de m’y plonger,mais j’abandonne aussitôt. La science-fiction se trouve dans mes cordes,mais pour cela,il faut une imagination puissante,éclairée,et pouvoir embrasser un temps que nous ne connaissons pas.J’ai un manuscrit sur ce thème et périodiquement je continue cette forme d’écrit.J’ai en construction également un livre situé en technicité des botaniques,écologie,histoire.Il s’agit de la biographie d’une essence méditerranéenne  nommé «  Chêne vert » ou «  Quercus ilex ».

Je peux vous le confier,j’ai eu plusieurs fois l’envie d’écrire un ouvrage sulfureux en sociologie sur les relations internes humaines,notamment celles entre hommes et femmesJe crois que j’éviterai un tel sujet car mon entourage familial féminin me le déconseille fortement. Je trouve qu’il vaut mieux apaiser que de jeter de l’huille sur le feu,comme on dit. Au bout de deux ans de parution de «  Nous sommes les racines du ciel »,l’ouvrage ne trouvant que peu de voies communicatives,ou bien celles remplies d’intérêts,je me suis mis en colère annonçant qu’une autre fois j’écrirai «  Les gloires du singes ». Je ne le ferai pas car c’est insultant pour tous.

J‘aime que l’on écrive propre et toute apologie d’immoralité doit être proscrite. La littérature devrait naviguer avec comme but un classement des ouvrages et la perversité devrait passerr sur les présentoirs après ce qui est constructif.En exemple,quand un asssassin sort de prison et fait son récit  avec force détails,les éditeurs et libraires accourent en lui proposant une somme d’argent assez importante.L’esprit d’un tel livre passe en priorité,en vedétariat, devant les autres et il est coté sur le marché.Le philosophe qui regarde sa société lui ne pèse pas un cloui et il est relégué au fond des oubliettes.ce n’est pas normal et il faut repenser logique,bon sens moral,comme le faisaient nos illustres ancêtres de la plume. « SI », et je dis bien si, j’étais ministre de la Culture,j’organiserais mon Ministère de façon à réformer cette grande partie créative et lui redonner une âme solide,réelle et non pas celle des valeurs pécuniaires. Bref, en la matière,nous errons et puis nous allons nous étioler.

L’expression n’est pas souhaitable,déclarent en cœur tous les dictateurs.

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Intermède !

Posté : 28 février, 2012 @ 8:36 dans actualité générale, communications, créations littéraires, diffusion livres, journées ou salons du livre, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires | Pas de commentaires »

Je vais essayer d’introduire entre mes différents articles et notamment ceux touchant à la politique ,quelques espaces. Je pense qu’il est souhaitable de varier la densité car jusqu’à présent,j’ai densifié les sujets sociaux abondants à la fois et les sciences humaines avec l’enveloppe générale de la Sociologie.

Tout d’abord, mon activité tournée vers les oiseaux anatidés,avec les sciences vibratoires et une vraie relation d’amitiés continue. Les froids vifs et le gel de l’eau dans les rivières,ont vu mon maintien assidu à mes amis et une amplication demon actiobn d’apport de nourriture. Pour nos petits amis,ce fut très éprrouvant et ils se sont fixés fidèlement aux lieux,en attente d’un meilleur temps.Cela a concerné tous les oiseaux,les sédentaires et les migrateurs. J’ai donc vu venir vers moi mes amis Colvert,puis les mouettes de rivière,les cormorans et grêbes.J’ai pu approcher et donner,parfois au cœur de ma main, une nourriture plus qu’utile et désirée. Ce sont surtout leurs petites pattes qui sont soumises au gel et à dégradations. Après le vol,l’atterissage et se poser devenait problèmatique car ils préféraient se poser sur le ventre et le corps,les entrainant à la glissade même incontrôlée. Sur la glace et sur la terre ,ils maintenaient leurs pattes sensibles repliées sous eux.Les oiseaux sédentaires qui m’ont approché en cette période difficile,sont des rouge-gorge,des bergeronnettes diverses,des pigeons divers  et des merles aux ventres vides. Puis, au dégel, seuls apparurent les oiseaux du voyage telles les oies bernaches et cendrées,les cygnes,les canards migrateurs en petite quantité et isolés pour parfois guérir des blessures et qui finissent par se fixer en un lieu donné.Après cette période de souffrance,les anatidés et les colvert ont vite récupéré et la parade nuptiale commence avec les joutes et ébats pour l’accouplement .Les couples se reforment et je pense qu’avant Pâques, nous auront des petits oiseaux.

Une nouvelle fois, je vous demande de m’excuser parfois de la légèreté de mon écrit dans sa forme et dans sa conformité axact avec notre langue. Je vais très vite et comme je mêne de front plusieurs dossiers ,je me contente d’un premier jet.Ce qui est un peu court,nous en conviendrons. Sdonc, en écriture sur la toile,j’aime aller sur des articlesgénéraux et sociaux des journaux français, européen, voire mondiaux parfois, et y déposer un commentaire si cela m’accroche bien ou me contrarie. J’essaie d’écrire sincèrement ,en conformité avec ma pensée analytique et philosophique du moment. Puis, je vais reprendre mon activité de communication et vlugarisation de mes ouvrages sur les salons du livre,journées du livre ou de l’écrit,vide-greniers en France profonde et marchés du livre . J’y vais progressivement,car je vous l’ai déjà expliqué,lors de ces contacts,je me donne entièreent dans un intellectuallisme me faisant revivre mes ouvrages.

Avec mes cinq « bébés » ,j’ai de quoi faire,ce qui se termine certes par des ventes et de nouveaux lecteurs,mais aussi par la fatigue générale de l’auteur. Pour un auteur en philosophie et ses essais,il faut  qu’il laise du temps au temps,lequel bonifiera et reconnaitra ses idées transmises et développées. Il n’ y a pas course contre la montre,mais intemporalité. Parler juste,écrire juste dans la valeur vibrante et résonnante des mots est parfois difficile et cela demande au sein de nos actions intérieures un effort. Pour ma part,je suis quelqu’un qui a toujours entretenu des relations communication de vérité dans la mesure du possible.Donc, j’évite les chemins tortueux des manouvres partisannes,manichéennes et du fait peu sincères. J’accorde beaucoup ,voire énormément d’importance à l’expression en cette matière.La sincérité est pour moi essentielle et lle me met en accord très vite avec le contenu de mesouvrages.La vibration obtenue est des meilleures quand mes interlocuteurs sont sans détours,ni facettes d’approches complexes.Mon intellectualisme construit est honnête,direct et sensible ,car en même temps qu’être dans ou aux abords d’une vérité du langage,des mots et leurs puissances,je vais un peu à l’avant regarder où je pourrai blesseret reformuler mon langage avant expression. C’est un exrecice qui s’apprend par le biais de la descente en soi et l’approche de notre propre connaissance.

Dans les paroles résonnant de mots justes,dans la réalité vibrante,tout s’ordonne sans heurts et la qualité communicative,expréssive se met  au top. Oui, j’aime la vraie communication ,celle qui atteint les esprits et le cœur avant les cerveaux.J’aurais aimé les oraisons,l’expression en collectfif (auditorium, universités, etc …).De temps à autres,je m’y suis livré avec succès et plaisir car la qualité relationnelle était saine et vibrante sur le sujet.  Mais, comme beaucoup ,je porte le poids de notre fabrique et nos origines de la terre ,avec celui d’un intellectuallisme autodidacte.

J’abore aucun diplôme et si je le souhaite,il m’est donné,approché,servi et offert gracieusement comme on prend un repas.Ma formation n’est pas celle commune et pour ceux qui vont observer les hommes,ils le reconnaitront.Il est possible  d’accéder à cette richesse par une évolution interne sous le même biais que la maîtrise de la parole sincère et du poids des mots. Je vais conclure sur ce sujet en vous disant que nous sommes bien tous différents et variés. Certains sont dans un épais brouillard malgré tout leurs diplômes et autres éclairements dès leurs premières pensées.La pensée se raffine et accueille l’esprit.Ce dernier s’exprime et y donne la forme et la rondeur des contours. Le tout de ce  que nous sommes  envoie le message de ce qu’il est vers autrui qui le reçoit et l’analyse à sa façon. Le seul conseil que j’aurais à donner est de ne pas trop s’éloigner du chemin de la vérité collective,mais surtout individuelle.Ne pas jouer avec celles-ci en la transfigurant.Je reste n’est fait que d’Amour entre les êtres.Il faut s’en persuader.

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Ecrire,oui mais …

Posté : 19 février, 2012 @ 6:36 dans communications, créations littéraires, diffusion livres, emploi, humanisme, journées ou salons du livre, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Ecrire est une chose merveilleuse si tout cela conduit vers un état de parution acceptable. Bien sûr, on peut écrire pour soi, rien que pour soi ou son cercle restreint. J’entends par ce terme des possibilités positives allant vers la structure livresque .Le manuscrit ou dorénavant le tapuscrit doit être ordonné dans les idées sur la globalité de l’ouvrage .Puis, vient le temps de la réalisation avec l’impression de l’ouvrage. C’est à ce moment que l’on ressent pleinement ce choix. Ecrire est pour moi un plaisir sans cesse renouvelé et une immense joie,si un ouvrage voit le jour. La fin de l’écriture et la mise en ordre des textes et constructions diverses sur l’ouvrage est toujours un plaisir. Entre l’acceptation de l’éditeur et la réalisation de l’impression viennent les deux épreuves qui sont une bonne révision .

Voici l’objet de nos rêves sorti et matérialisé, ici commence une grande croisière ,celle de la faire connaître auprès du public. Ces lieux ouverts où un auteur peut vendre son ouvrage sont les salons du livre organisés avec dévouement dans certaines villes de France. Les vide-grenier sont  également  à fréquenter et on peut y vendre quelques ouvrages, mais aussi délivrer de nombreux messages aux personnes de différents univers sociaux. En tous ces lieux, il faut faire une prestation spéciale, être attractif sur le prix de vente celui à développer du thème contenu. A chaque séance, j’en ressors usé et vidé. Heureusement, c’est de la joie et du plaisir car dans la globalité ,le public est très agréable. Il veut connaître l’auteur et un peu plus du contenu du livre, ce qui est en soi normal. Après  tout, ce sont des relations communications de bon aloi. Après tout ces petits actes relationnels sont nécessaires  à la communication. Il décide d’acheter le livre ou non.Quand c’est oui ,j’essaie, dans la mesure du possible de rédiger pour lui où elle, le plus intiment possible,une petite dédicace.Le tout avec grand plaisir car c’est l’acheteur qui choisit de faire confiance sur le contenu et la valeur du texte.Pour un auteur,c’est un honneur! C’est très difficile d’être à la hauteur  d’un écrivain moyen et noyé dans  dans la foule des mots et de la plume vibrante.

Ce qui m’attriste le plus, c’est souvent la confiscation de l’expression de l’auteur et de son ouvrage par les éditeurs peu scrupuleux. Nous tombons presque tous à pied joint dedans,sans pouvoir réagir vraiment,et de cela nous voudrions bien qu’ils laissent.il faut être prudent avec ces procédures.L’auteur ne s’en aperçois même pas! Puis, ces contrats tirés vers le bas où cinq à dix pour cent.Ensuite?l’ouvrage suit son petit bonhomme de chemin et on Considère dans les milieux littéraires? D’.Au bout du compte.ailleurs? Il pourrait bien être décellé.Au bout du compte,aucune vente,aucun  débat avec  les écrits,la mort  des auteurs en direct  dans un espace qui heurte le cerveau et où il est inscrit :  «  Vanité,prétention, égocentrisme, ,pédence, orgueil «  Aussi, devant pareille situation entretenue savamment, car les détails d’un crime,se vendent beaucoup mieux et font la une avec un pont d’or. J’envisage de balancer mon stylo en des lieux insensibles ,isolés, et ne plus toucher à l’écriture.

Vu mon âge, la frustation ne durera pa s très longtemps,la déception, car je me demande où j’ai commis un pêché d’orgueil en la matière. Il faut se contenter de regarder un système puissant qui   utilise fortement son passé et ses arrières sans innover vraiment pour s’adapter aux temps présents.Le monde n’est pas figé ,mais emporté par une folle vitesse telle une farandolle endiablée. Je dirais même, aux risques importants de déplaire, que l’enseignement y a lorgné et s’est emparé de la chose. Mais, la Culture n’est pas forcément dans l’enseignement et  ses immenses possibilités recensées.

La Culture est toujours ce champs en friche, couvert d’une variété insoupçonnable d’herbes, que le vent égraine et sème à tous vents. Au milieu du champ de pavots,se trouve parfois le panicault et la lambrusque dont je fais partie. J’écris comme je le sens dès le reçu de l’inspiration. Je sais qu’il manque toujours quelque chose que je ne pourrai obtenir et toucher du bout de ma plume. Je n’enseigne à personne et j’y suis rebelle car c’est le vent, la bise et la brise et parfois la Tramontane qui bousculent librement mes idées et les rendent fertiles.Ce n’est point le vent d’Est comme le dit le poète ,celui qui rend fou, mais celui porté par la mer des brumes et des embruns que le soleil écarte vite.

Alors ,sans système puissant qui m’appuie, aussi fragile que le plus petit oiseau, j’enverrai par-dessus les frontières et les mers, mon stylo et ma plume encore pleins de merveilles. Les ânes mangent les panicault, les pavots sont désormais interdits et les écrivaillons troublant les sérénités installées en sursis d’éxistence. La plume est vibratoire, le poète et tous les  auteurs passionnés et inspirés construisent des univers,non pas basés sur la sécurité du savoir,mais dans l’exploration des mondes inconnus.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!                                                                                                                                                                                                       

Bonjour à tous ! Activité littéraire

Posté : 20 novembre, 2011 @ 7:51 dans diffusion livres, journées ou salons du livre | Pas de commentaires »

En ce dimanche de novembre, je serai au salon du livre de LOUDUN (86),où je présenterai mes cinq ouvrages et dialoguerai avec mes futurs lecteurs. Bien évidemment tous les ouvrages achetés seront dédicacés.

Mon dernier ouvrage paru s’intitule : AU NOM DE NOS AINES et il est une analyse sur la vie de nos ascendants jusqu’au dernier siècle.Mais également un regard sur ce que nous échangeons de généreux et plus humain au fil des générations.

Bonne journée et merci de votre aimable visite

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...