Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour la catégorie 'Physique et astro-physique'

Bonjour à toutes et à tous ! Les séquences du temps…

Posté : 2 septembre, 2013 @ 8:15 dans metaphysique, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Ce temps si important pour nous est un espace partagé intérieur et aménagé. Le poète dit qu’il est le tien, le mien, le vôtre, le nôtre ! Il détient une clé de la vie et de son équilibre. Il est le métronome et son infiniment petit a des valeurs aussi importantes que son infiniment grand.Pourquoi ne pouvons nous pas nous en dégager ? Eh bien, parce que nous sommes inclus par le champ actif de notre système solaire et le calage des saisons rythmées sur des éléments  de vie,naturels puissants, voire cosmiques.

Avant d’exister,nous ne connaissions pas le temps et c’est l’école de la vie qui nous l’apprend avec nos besoins élémentaires reliés à la dynamique naturelle terrestre,celle astrale et cosmique. on peut supposer qu’il est également Universel sur d’autres bases. Nous sommes encore peu éveillés sur cette connaissance et la relativité est une des voies. Le temps s’accélère si on se rapproche du noyau terrestre et se ralentit en s’élevant vers le composé solaire.

Mais ce temps,si adapté à notre propre biologie corporelle de vie,est-il une chose égale au-delà de notre système solaire,dans la galaxie  intime avec son soleil ou étoile active et les enroulements peuvent être différents. Nous n’avons guère de réponse sur ces sujets et nos suppositions peuvent en déduire qu’il existerait une porte des temps,dont nous ne possédons pas la clé. Cette clé serait celle des voyages interstellaires,cosmiques et universels. Le temps peut comporter des plissements,des courbures,des espaces contractés et élargis. Une chose est claire,celui qui saura toucher à cet élément peut définir un espace différent en effectuant un plissement et l’effacer selon ses besoins. Cela voudrait dire s’isoler,se protéger d’un autre espace et devenir invisible  pour lui. C’est probablement une arme de protection absolue utilisée par des civilisations plus avancées que nous. Maîtriser le temps jusqu’à pouvoir modifier son cours est une chose qui peut être bonne et à la fois néfaste et dangereuse.

Quand,dans notre ciel,nous voyons circuler des engins venant de lieux  inconnus au sein de l’univers,nous pouvons penser qu’ils ont une maîtrise du temps. Aussi vite que la pensée,ils se matérialisent et disparaissent de notre champ de vision. Il se peut qu’en fait,ils effectuent un plissement du temps et se trouvent très près de nous. Pour être à  l’aise dans l’univers et y circuler,il faut avoir déchiffrer les mécanismes du temps et surtout savoir les utiliser finement Il ne s’agit pas de franchir une porte des temps et ne plus pouvoir en revenir. Nous devons être capable de réajuster un tel espace.

Difficile et pourtant dans les vies nous accompagnant,sans technologie et matérialisme développés,il n’est pas sûre que certaines espèces n’y arrivent pas? La grande Vérité est probablement placée hors de nos cheminements mécaniques et s’appelle télépathie,mécanique cantique,lévitations, adaptations rapides aux circonstances ,possibilité de franchir les barrières de la matière même et voyager à la vitesse de la lumière. Tout ceci ne pourra exister qu’en développant les richesses qui sont en notre intérieur.

Un plissement du temps peut construire son propre monde et y installer la vie. les conséquences sont dans le visible et l’invisible. Le temps n’est pas une mince affaire ,mais un fidèle compagnon de nos vies adaptées à sa séquence planétaire.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Les règnes…

Posté : 19 août, 2013 @ 9:28 dans communications, créations littéraires, humanisme, Philosophie générale, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Quand je parle de règnes,je veux citer l’implantation d’une espèce dans ce que nous appelons le pérenne. Cela touche les plantes dans toutes leur diversité,le monde des insectes et de l’entomologie, les espèces animées suivant leurs différents classements,branches. Nous faisons partie d’un règne et nous y sommes installés depuis des temps immémoriaux .Les règnes sont dans l’aboutissement des conditions idéalisées pour vivifier et donner à la plante,à l’espèce tous les paramètres de son créneau particulier de son existence. C’est un mouvement universel qui se relie,en majorité aux temps,aux conditions physicochimie techniques particulières,à la physiologie fine et dynamique, etc …

Le « fer de lance « ,si l’on peut  dire contient des paramètres élaborés qui doivent s’installer suivant des périodes données. Toutes les espèces vivantes passent par des phases  ,elle commence différentes obligatoires et qui se ressemblent .la jeunesse,l’adolescence, la prématurité,la maturité,la stagnation,le dépérissement,puis un en deux points. la vieillesse et l’effondrement .Ce n’est pas pour autant une fin,mais une sauvegarde. Elle emmagasine dans sa mémoire tout le positif et parfois le négatif,s’endort et se réduit dans la graine  et elle se met en dormance .Les plantes  peuvent rester un à plusieurs siècles en dormance. Si son règne se termine,elle existe uniquement sur ses réserves graines qu’elle a mis à jour en son concentré.

L’attente peut durer plus d’un siècle,voire deux. Quand tous les paramètres s’affichent dans le positif, elle commence à réagir pour développer son installation  et un  nouveau règne. Ici, il y a l’idée du partage, qu’il soit végétal, animal,humain. Tout ce comporte ainsi et la vie se relie par des passerelles bien au delà de nos champs de compréhension .Nous n’échappons pas à ces règles et parfois leurs mystères.

Ceci dit,dans le pas de temps règne, s’amplifie la vie sous ses formes  mécaniques et dynamiques.   En dominance totale ,nous trouvons les phases reproductives et adaptatrices. Pour nous, c’est  très bien  notre puberté qui se manifeste comme l’ouverture de la corolle  d’une fleur,l’adolescence et sa recherche de son soi-même et l’impact des autres,l’apogée du monde fleur. Le destin est dans l’absolu des reproduction pour assurer la dynamique. Eh oui,nous sommes comme les fleurs et nos compagnes le savent très bien. Puis se met en route différents mécanismes pour assurer l’ancrage des données avant que nous disparaissions à tout jamais, ou mieux pour une période d’effacement . Avant, nous aurons mémorisé les différents paramètres évolutifs .Mais le règne est collectif et rassemble la dynamique totale de l’espèce même .Le monde est réglé comme les notes de musique et il s’affiche en la vie comme un mécanisme
Certain, puissant,bien rôdé. Chaque espèce en son intérieur possède une ou des graines tendant à développer dans la pré juvénilité un ensemble de mouvements attrayants. Rien n’est futile et tout est nécessaire La beauté et la grâce  intérieures de nos adolescents,jeunes adultes comprennent l’attirance du masculin pour qu’in fine,les deux genres se multiplient et assurent leur renouvellement.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Le temps est maitre du jeu et chaque heure,moins ou plus, se situe sur un créneau attribué. Chaque espèce a sa relation journalière où elle demande le maximum et offre le maximun .Il y a donc des floraisons et leur magnificence quelques minutes de la journée .Il y a des créneaux bien définis pour chaque action. Il y a une plante,un végétal de référence pour chaque espèces animée,y compris les oiseaux. Si l’on sait s’y référer,nous pouvons vivre en union dans une forme d’éternité .En exemple, les oiseaux et chacun d’eux par espèces connaît la plantes sauvages  et ne s’en éloigne guère. Le monde n’est pas vide,loin de là la sauvegarde est dans la dormance.

L’humain n’y échappe pas car son âme est immortelle .elle se place dans le grand sommeil en gardant en elle toute la mémoire de la vie,sa vie dont les paramètres sont sauvegardés. Ne craignons rien quand le créneau correspondant et très  et particulier se présentera,elle s’éveillera et elle reprendra sa dynamiques .Si ce n est le cas, elle se met en sa sauvegarde et conservation pour des temps qui nous sont inconnus et secrets. Mais, l’Universel et ses mondes ont leurs secrets qu’il faut admettre car nous sommes un petit élément. Nous serons réveillés et nous reprendrons le chemin de notre expression mémorisée,sans cesse en perfection et adaptation sur des créneaux subtils de l’essence et quintessence de la vie organisée. Jésus nous disait : «  Ils ont des yeux,mais ils ne voient pas! » En ces paroles,se trouvent des vérités du monde puissant et affirmé auquel nous nous relions en toute innocence.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à Toutes et à Tous ! L’Esprit de l’Arbre et de la forêt…

Posté : 31 mars, 2013 @ 7:42 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

René DESCARTES (1596-1650),nous parle dans ses écrits de l’arbre de la Philosophie.
Commentaire de l’auteur de «  La Sagesse des arbres » Benoît Desombres sur Descartes et sa pensée:
« - Descartes, qui se méfie de la forêt, fait confiance à l’arbre comme un modèle de l’ordre des connaissances. On progresse à son image  des principes métaphysiques aux conséquences de ces principes . »
Descartes écrit et nous dit :
« - Ainsi, toute la philosophie est comme un arbre dont les racines sont la métaphysique ,le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences qui se réduisent à trois principales, à savoir la Médecine, la mécanique et la morale, présupposant une entière connaissance des autres sciences ,est le dernier degré de la Sagesse.
Or, comme ce n’est pas des Racines, ni du tronc que l’on cueille les fruits, mais seulement aux extrémités de leurs branches .Ainsi, la principale utilité de la philosophie dépend de celle de ces parties qu’on ne peut apprendre  que les dernières ».
René Descartes et Benoît Désombres nous mettent sur une piste : celle de l’Inde Ancienne, première civilisation éveillée au Monde. Moi, le petit forestier, en toute modestie et humilité, j’ai observé les parties de l’arbres et j’y ai vu des choses étonnantes. Ce que nous voyons ,dites les branchages ,branchaisons, houppiers, cimes, canopées des arbres séculaires, se répercutent à  l’identique dans le système racinaire et dans la même configuration physique  non apparentes dans l’orientation, disposition des racines. Qui copie l’autre ? Certainement le houppier arrivé le dernier Il faut connaître également
en en biologie végétales, les « Méristèmes » situes aux bouts de toutes racines et bourgeons annuels  sont une cellule très spéciale  et contenant un sens de la vie cachée. Il serait un élément communicant essentiel sur la Terre . Il se pourrait qu’ils détiennent les éléments dans la définition du Masculin et du Féminin. Si je dis cela, c’est que pendant la conception d’un enfant, nous avons des périodes de naissances maîtrisées par un féminin plus abondant et majoritaire et à d’autres périodes ,c’est le Masculin qui l’emporte. Sachons également que le Ciel est PÈRE et la TERRE Notre MERE .Les énergies Cosmiques et leurs ondes passeraient par l’arbre, d’où la nécessité de nous aimer ,car au-delà du présent où nous sommes ,il y a bien un passé contenu et un Futur  devant-nous .Pour moi , nous ne régressons pas .Nous devons sans cesse nous améliorer sur les temps présents et futurs et notre Esprit habite notre âme pour nous le dire. Je vous ai décrit la pensée profonde du Philosophe PLATON avec celle de Porphyre ,un des premiers philosophes , ensuite viendraient Hippocrate, après Aristote ,Socrate ,etc..
C’est par la philosophie Universelle que nous prenons connaissance du tout et quand l’âme peut se permettre d’atteindre le PÈRE ,dans son grand cercle de la Conscience  du tout. Tout, dans l’Univers est à la fois un et indivisible.
Le grand cercle philosophique est bien également celui de Porphyre. Pour moi, Tout dans l’Univers ,c’est à la fois un et plusieurs par la division.nos Esprits et nos Ames sont de même Nature et le principal message que nous  recevons est de nous tendre la Main. Nous voulons rapidement progresser dans une montée vers les espaces inconnus et conquérir les ténèbres et les néants, sans abandonner une âme sensible en route. Tous nos Amis ,dans notre Cercle qui sont dans la détresse, la Misère de l’âme, aidons-les à en sortir en ne les abandonnant pas. Pour monter vers une meilleure vie, attendons- nous tous en mettant notre chaleur humaine au plus près de l’autre sur ce grand chemin, les premiers qui ont compris avec leurs âmes, les plus raffinés dans l’Esprit doivent rester sur le côté et dire élégamment aux autres ,je vous en prie passer et aller sur le chemin de la Vérité. Ici, aussi, l’inversion est de même Nature que celle des esprits ,car quand on est forestier ,on sait que l’arbre, notre Ami,  suivant l’Essence a un caractère social et il a inventé la Société que nous avons copiée. Lui ,la sienne  ,c’est la forêt ,la grande ,l’immense aux multiples bienfaits et nos communautés avec  nos Civilisations. Nous ne pourrons dépasser l’utilité de notre Ancêtre, car son Règne n’est pas finie, nous devrions y faire attention au lieu de devenir des pilleurs et explicateurs ,car un œil nous observe. Celui qui voit toute chose et sait tout. Comme l’arbre ,nous sommes ses Enfants..La révélation ne se fera que si nos consciences s’élèvent et comprennent ce message, le  PÈRE et le FILS sont identique et leurs images sont révélées par l’Astral. Notre  Sainte -MÈRE  elle, est bien vivante et devient notre Résidence car SON AMOUR est grand, voire Immense  avec celui du PÈRE bien  plus  près de nous que nous le pensons tous . La route en partant d’un sens ou d’un autre existe aussi et disons le les Méristèmes des végétaux voient le monde du bout des racines, mais également des nouveaux bourgeons frais de l’année.la sève véhicule le sang essentiel et le bois qui se forme lentement  en un microsillon nous enregistrant patiemment. Tout vient vers nous à qui sait attendre et cultive son jardin de Sagesse, sa Conscience et son Esprit patiemment.  
Il faut savoir monter et descendre avec l’Esprit et dans les voyages ne pas s’égarer dans les labyrinthes. Nous y voyons et rencontrons le bien qui monte avec la vie épanouie, fraternelle et généreuse .le mal qui sous une forme plus incisive nous fait atteindre les ténèbres. Le Ténèbres sont encore actifs et de nombreuses âmes attendent dans la nuit des nuits qu’il nous faut transformer en lumière. C’est un pari qui n’est pas encore gagne sans notre chaleureuse fraternité et solidaritée .

Merci à Descartes pour son échange philosophique et à Benoit Desombres pour « La sagesse des arbres ! » Calmann-Lévy 2OO1.Merci de votre grande passivité et sérénité, Bonnes Pâques en la pensée de ceux qui souffrent en silence et pour ceux qui n’ont d’espoir que   dans les paroles d’Espérance.
Merci de votre patience ,compréhension,réflexion et communication.  Bien à vous ,bonne journée et à  très bientôt.                                                                                                                                                                                                      

Bonjour à Tous ! Les premiers pas du Monde,de la substance et de l’âme…

Posté : 26 mars, 2013 @ 7:37 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Trois à quatre cents ans avant Socrate et Platon apparut un philosophe. Un des premiers penseurs du monde qui donna sa vision de ce que nous sommes.Il se nomme PORPHYRE et il a défini un traité intitulé «  Tsagôgé ».
Il nous dit que nous sommes identique à l’arbre et que notre nom est substance ,la substance universelle. Le langage écrit n’était que balbutiements.il était celui des arbres avec leurs essences avec lesquels nous sommes frères et sœurs de par la substance. Puis, vient le Corps et son image classé dans une forme hiérarchisée définissant en dessous de :
- le corps animé,
-le corps animal, animal raisonnable (Dieux (a l’époque pluriels, et démons)
-L’espèce humaine eten dessous d’elle, il n’existerait que des corps très singuliers. Voici décrits les premiers éveils pensées des âmes et de la valeur accordée en fonction des arbres. Al’époque,il existait un alphabet balbutiant retrouvé en deux pays , «  L’Irlande et la Gaule » Voici ainsi traduit ces valeurs définissant un ancien calendrier fixant les solstices et équinoxes en relations avec la Nature et les essences présentes. Il s’agit de :
«  Beth-Luis-Nion » ce qui nous donne,
    Bouleau, sorbier, frêne » ,mais il ya une dominance signifiant «  Bouleau et Olivier » ce dernier est toujours présent et signifie l’arbre des Dieux. Le bouleau ,lui est la transition de deux règne entre les résineux du primaire et les feuillus.sa sève possède de la résine en petite quantité accréditant ce chainon évolutif végétal.

Donc , les Grecs des années plus tard , dans l’évolution humaine , Socrate et son élève Platon s’intéressent au traité et ce dernier philosophe écrit  la «  Pousse Céleste » ,comparant l’âme humaine à une pousse venant du ciel, mais étant du ciel par sa substance même. C’est un très grand texte, voire unique au Monde, qui a précédé  de plusieurs siècles  Jésus et son règne dans sa mission divine. Il faut relier l’ensemble pour bien comprendre les valeurs de ce que nous sommes. En tout cas, tout se relie par cette dynamique sur le temps et chronologiquement il faut savoir que Platon était donc Grec, un des plus brillant philosophe de monde dans la pensée. Qu’il est celui qui a décrit et donner aux humains la République et la Démocratie.
Dans la «  Pousse Céleste » il nous dit clairement :

- L’âme qui domine en nous ,voici ce qu’il faut en penser. Dieu en a fait Don à chacun de nous comme d’une sorte de démon.
Nous affirmons en toute Vérité que cette âme là ,demeure dans la partie supérieure de notre corps et qu’elle nous élève au dessus de la Terre en raison de sa parenté avec le Ciel . Car nous sommes une somme Céleste et non terrestre. C’est du côté de l’âme !Les soins a donner sont les mêmes pour Tous. Procurer à chaque partie de l’âme les aliments et les mouvements qui lui sont propres. Les mouvements qui sont apparentés à notre partie Divine ,ce sont les pensées du tout et de ses révolutions circulaires .Ce sont celles que chacun doit suivre.

«  Les révolutions concernant le devenir qui ont lieu dans notre tête et qui ont été dérangées à notre naissance doivent être approfondies de l’harmonie et des révolutions du TOUT. Celui qui contemple sera rendu semblable à ce qu’il contemple en accord avec la Nature originelle. Grâce à cette assimilation ,il atteindra pour le présent , et pour l’avenir la fin suprême de la meilleure Vie que les Dieux ont proposé aux hommes.

Quand un homme s’est laissé aller aux appétits et aux ambitions et s’y consacre tous es efforts, toutes ses pensées deviennent nécessairement mortelles, autant que cela peut se faire, puisqu’il a développé la partie Mortelle de l’âme.

Au contraire, celui qui s’est consacré à l’Amour du savoir et des pensées vraies et qui a surtout mis en œuvre son âme en pensant aux choses immortelles et divines, doit sans doute nécessairement s’il a touché la Vérité, jouir entièrement de l’Immortalité ,dans la mesure du moins, où la Nature humaine peut y participer.

Comme il ne cesse de cultiver son élément Divin et de maintenir en bonne santé son « démon » qui habite en lui,il ne peut qu’être supérieurement heureux.
Grâce à sa part Céleste , l’âme doit s’attacher aux mouvements circulaires des Etoiles et des Planètes. Qui contemple ce qui est Parfait et Immortel, s’en nourrit, devient lui-même parfait et immortel. Il accomplit la vie humaine. Il est Bienheureux !

Textes extraits de l’ouvrage de Benoît Desombres «  la Sagesse des arbres » Calman Lévy 2001.
Platon la Pousse Céleste et Porphyre le traité Tsagogé.
Avec une totale modestie et humilité, votre serviteur : Norbert Delaire avec témoignage de l’existence des âmes et de l’incarnation :
« Nous sommes les Racines du Ciel «  2008 ,Editions des deux Encres – Collection Sagesse et Lumière.
Merci de votre aimable visite et bonne méditation en n’oubliant pas que des milliers d’années séparent ces données de nous .A bientôt si le Cœur vous parle et si mes Extraits du « Trésor des Humbles »de Maurice Maeterlinck vous ont plus, notamment la Bonté et la Sagesse.

Bonjour à Tous ! Le progrès …

Posté : 22 mars, 2013 @ 9:34 dans actualité générale, communications, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Physique et astro-physique, science-fiction, Universalité | Pas de commentaires »

« Les vrais hommes de progrès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé «  Ernest Renan.
Dans ce blog même, il y a quelques mois,  je vous ai donné ma vision d’une société qui arrive sur un buttoir et le heurte. Je vous ai indiqué des solutions en matière d’aller et venir et de transports dans l’innovation. Je pense toujours que nous allons quitter la roue par nécessité car l’ambiance y devient celle d’un enfer. Le nombre de véhicule est en augmentation constante et e mélange sans discernement de tout ce qui roule pose problème et accroit les risque d’accidents mortels. Nous sommes dans la saturation et à la  fin d’une technicité.

La répression est suractivée et le conducteur est nommé de « Criminel en puissance ». Le droit l’emporte sur la raison et les légions  se dressent en possédant argent, ingéniosité dans leur esprit allié à celui de l’intelligence artificielle à son service. Le résultat n’améliore rien et devient affreux ,voire nauséabond dans l’esprit aidé de l’argent roi, souverain et sauveur ? L’homme à la base sera désormais    et pour une éternité un délinquant ,un moindre que rien, un être que d’autres proclament  inférieur et sans juste pensée.

Ceux qui confortent cette philosophie sont dans l’erreur, car ils se nomment dans une partie supérieur pensée et excitent dans l’avenir..Je dirai ici sans détour les mots suivants : - » Quand le chien possède un os ,au tout début, il   remercie  son maître de lui avoir donné et ensuite il devient féroce si on s’approche de lui car il s’est identifié au Maître. » Une majorité de citoyen est atterrée de voire comment nous évoluons  avec ce sujet ô combien important pour nous tous car il est notre liberté d’aller et venir ,d’échanger ,de communiquer, de s’aimer ! »

Dans mes écrits, j’ai rédigé un pamphlet philosophique intitulé le trappeur où j’y explique et dénonce cette volonté de faire passer la pensée machine au dessus  des niveau humains, pour les brimer et les frustrer. La roue glorieusement  et adroitement adaptée pour tous   ses services rendus .Elle existe depuis des lustres et elle est en train de s’écarter pour laisser passer une autre voie qui va lui succéder. En nous comportant uniquement dans la répression pour faire peur et craindre en l’autorité constituée et agissante et dit avec une foi qui n’existe pas en le regard sur l’homme, l’avenir se trouve condamner avant de naître.il faut libérer l’homme de sa tentacule des extrême qui le menace et l’assaille. Comme je l’ai déjà indiqué dans ce blog et dans mes échanges en sociétés ,ne pas avoir de regard généreux et noble Envers l’autre  nous condamne.

Mon espérance est grande  dans l’avenir, et l’espoir dans nos sociétés humaines hors du chaos, de l’autorité unique dominante et confiscatoire, sans idée d’un  partage  et une lueur dans cette configuration. Mon esprit réagi fortement à cette philosophie unique utilisant une fin du monde avec son progrès.

J’ai donc émis l’idée que nous créerions une autre voie pour nous   déplacer,tout d’abord dans l’individuel et ensuite dans le collectif.Il va s’agir de quitter la roue pour entrer sur les routes aériennes de petites hauteurs guidées et balisées par la pensée artificielle avec engin  individuel sur coussin d’air dont le conducteur aura uniquement à  programmer la destination.Des rayons infra-rouges guideront dans les mesures adaptées et dans la sécurité fonctionnelle.L’homme prendra la commande pour partir et ensuite corriger le trajet et se poser en se dégageant de la voie virtuelle de circulation.Cette invention permettrait d’augmenter la sécurité et la vitesse sécurisée à environ 98 % du trafic et de garder une dignité aux hommes ,de rendre à la nature ses lieux d’expression par la réoccupation de zones bétonnées et d’asphalte. Pour avoir émis une telle idée,j’ai reçu des formes d’insultes représentées par un coup sur la joue droite , bien sûr au figuré. Mais je persiste et tend la gauche. Puis, en quelques années,ce que je pensais de néfaste s’est mis en place et a rendu des personnes  inoffensives et constructives pour la société ,sans moyen d’aller et venir.Alors, pour moi, il s’agit des forces de la République d’apprécier autre chose que l’esprit de brimade et réprimande en l’adaptant. Les camions devront monter sur le train et voyager  ainsi pour toutes les grandes distances. Hors de leur propre autonomie. Ils recevront autorisation de descendre  du train au plus près de leur destination où il reprendront autonomie. Les autocars devront avoir une forme de protection  de valeur collective appliquée pour le tourisme afin de réduire les vitesses et apprécier les découvertes des payasages ,architectures, lieux de cités remarquables , enfin favoriser le regard et sa formation généreuse. Tout le trafic individuel sera versé dans la nouvelle technologie afin de réduire la mortalité en ces matières , car la roue doit être remerciée pour son règne apporté dans le bâti de nos civilisations et s’écarter pour laisser place au support aérien sans entrer dans le fonctionnement des aéronefs.
Avant-hier,alors que je regardais des infos télévisuelle, quelle ne fut pas ma surprise de voir et constater la présence d’un futur immédiat.Des chercheurs Japonnais ,dans l’expérimentation,sont dans la mise au point d’un procéder novateur et unique au monde sous une forme de tube  incluant un train à vitesse encore plus supersonique  en l’intérieur de ce cylindre contenant des  habitacles voyageant à une vitesse de 65OO km/h,avec un confort de voiture . Cet engin pourra permettre de parcourir le monde en peu de temps.Prometteur,innovant et tombé du ciel. Puis les recherches avancent et un véhicule du futur en fonctionnement aérien serait à l’étude et en voie d’achèvement.
Je salue humblement le Japon et sa capacité d’innovation au service de tous car le temps où ma pensée  désirait voir une innovation est arrivé et peut nous donner un avenir généreux,de paix,de sécurité,disons le de stabilité aimante entre nous. Pouvoir échanger dans le monde serait formidable ,mais échanger non plus virtuellement,mais par la chaleur et le contact de la main tendue dans nos corps expressifs et vibrants.L’Europe et l’Asie, seraient en distance éloignés  de moins d’une heure.Ne soyez aucunement surpris car de grandes choses sont devant nous ,mais il faut noblement et généreusement les envisager dans le courage de regarder toutes les réalités en vérité. C’est-ce que fait le peuple Japonnais sans hésitation ,ni peur du futur. Alors, je le dis aux détracteurs et moqueurs  figés,demain dans sa vérité ne sera pas confisqué en faisant son surplace et ses prisons.,mais libéré par nos pensées dans la sagesse et la sérénité généreuse. Ce qui est expérimental va vite se mettre en place par l’application aux réalités présentes d’un ensemble mieux compris.
Merci de votre aimable visite , excellente et bonne journée et à très bientôt.                                                                                                                                                                    

Bonjour à tous ! Au-delà ou en-deçà de la foi…

Posté : 18 mars, 2013 @ 7:50 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Logiquement, il n’y a pas d’au-delà de la foi et pour tous les croyants ,il n’existe rien au-delà de ce qui nous est révélé. Chaque civilisation ,en se développant se définit un chemin vers l’esprit le plus élevé, son existence par le concret et son abord révélé en des dimensions bien supérieures et siégeant aux Cieux. L’idée d’un monde immense a fait son œuvre et l’astronomie nous l’a révélé. Au plus haut que nous puissions rejoindre le Ciel et le connaître, l’Univers est certainement riche de ce que nous ne pouvons connaître car limités par notre constitution de la pensée même.

La plus grande question métaphysique qui se pose est : - »Sommes-nous formés pour appréhender une seule ou  plusieurs choses essentielles  en les éléments  qui nous accompagnent par une sélection allant vers un sommet unique pensé? En deux mots: – voyons-nous ?entendons-nous ?raisonnons-nous dans notre propre liberté, la propre liberté qui habite nos esprit ? Plus terre à terre, notre regard, notre pensée est-elle spécifiquement reliées aux formes physiques et matérielles qui règnent. ?

Il est possible de dire que nous voyons les formes et leur présence affirmée et bien définie dans la matérialisation car nous sommes fait pour cette appréhension. Quand nous sommes dans la défaillance, l’évasement de nos propres sens, les formes s’évasent et entrent dans le flou et cette grande mémoire ou intelligence qui se définit cesse de donner une image affirmée .Alors une sorte de brume entoure toute chose et le monde devient des mondes encore nouveaux. A ce moment précis sommes-nous devant l’ascension de l’esprit ou sa descente dans un néant absolu? Je me répète, c’est  la question métaphysique reliée à la pensée. Nous, nous fonçons tête baissée dans nos réalités obtenues et nous voulons voulons  en employant des mots crus «  crever le plafond » ! »

L’esprit supérieur, à nos côtés, plus fort que tout a établi une jonction avec le Créateur pas sa propre relation de sa Sainteté. C’est un état que nous ne connaissons peu mais qui peut nous donner beaucoup, voire ce que nous désirons. Puis, il y a ce que nous ne savons pas et qui s’affiche. Un jour, alors que j’étais  très malades, sur mon lit d’hôpital et de souffrances à Paris, des personnes venaient me visiter. Les chambres étaient communes et nous étions souvent quatre. Nous échangions avec ces visiteurs quelques mots superficiels, mais souvent très réconfortants. Ces hommes et ces femmes ,dans leur anonymat, voulaient parfois laisser un message et j’acceptai bien volontiers.

Un jour, un Monsieur âgé d’environ trente à quarante ans ,affligé d’une très grave maladie, voire terrible qui à l’époque était mortelle et l’est encore, s’approcha de moi. Il me dit deux mots et aussitôt une dame bibliothécaire arriva  avec un petit chariot roulant rempli de livres. Il me dit ,je vous demande de lire cet ouvrage et d’en regarder la contenance. J’ai accepté et en prenant le livre en ses mains ,j’ai senti qu’il voulait me délivrer un message, son message.

Oui, mais à la lecture du livre qui paraissait être anodine se révélait l’esprit d’un monde dissous, celui et gênant pour les Rois de France: Les Templiers . Ceux la même qui sont allés en croisade à Jérusalem. Il n’était pas question de violences physiques ou morales, ou de vengeances, mais d’une présence dans le monde que seul l’esprit dans sa grande noblesse d’âme peut entrevoir : «  Un Roi du Monde !« . Je me dis ,avec mon savoir ancré dans nos coutumes, quel Roi du Monde à part les rois mages en Galilée et éventuellement les grandes âmes révélées. Puis, le texte expliquait comment s’est faîte cette révélation.

Il serait apparu ,selon l’ouvrage à des mariages princiers alors que personne l’avait invité et le connaissait, sur un splendide cheval blanc immaculé et revêtu d’un habit aussi immaculé que sa monture. Il s’inclina devant les jeunes mariés puis s’éloigna et disparut par l’effacement dans une dimension inconnue, la même qui le vit surgir de nulle part. Les textes disent que cela se seraient produits plusieurs fois et on nous parle d’une légende au chevalier blanc.il ne portait aucun signe attirant la violence et forme d’ostensoir en des croyances.il était pur par son blanc réfléchissant et immaculé. Il venait juste saluer le mariage. Ne serait-ce que légende ? Oui ,on pourrait le croire si cela n’était pas originaire des templiers eux-mêmes. Personne ne connait ce cavalier Universel parcourant le monde avec sa monture et saluant ce qui mérité de l’être à sa façon .

Il a certainement une raison d’exister au-delà de ce qu’explique nos fois . Je dis bien ,nos fois car il serait dans un summum de l’existant dans les réalités transformées des mondes actifs et crées. Est-il le Créateur même ? Honore-t-il toute la Création ? En tout cas, il est Roi et un Roi capable de franchir toutes les frontières du temps et des temps.

J’ai versé ma lecture dans les croyances satellites ésotériques et j’ai continué ma route. Mais des faits étranges finirent par m’être montrés en images où le cheval blanc était là. Jusqu’à un beau jour ,où sur le plateau d’un divertissement télévisuel apparurent un cheval blanc ,en longe, tenu par un artiste dont je tairai le nom, mais dont mes goûts et affinités pour la chanson aiment les productions. Puis, raffinement pensée, j’ai recentré sur ma foi  pure la route qui est la mienne.Il s’est manifesté de nouveau par la pensée en me donnant l’envie d’acquérir une monture ,moi qui n’avait pas grand moyen. 

J’ai suivi cette voie et j’ai vu ,moi qui connaissais les chevaux ,la pureté et la capacité de ces braves compagnons. Mais cela était une phase bien trop élevée pour moi ,car j’aimais les chevaux de trait et de travail, mais les chevaux de monte m’étaient étrangers. Peu importe, sans savoir les rudiments primaires transmis en manège-école, ni leçon particulière, j’ai enjambé ma monture et elle m’a tout appris dans ses raffinements d’être un cavalier. Elle m’a même permis d’approcher ma connaissance de la Nature véritable qui nous échappe. Mais , après quelques années, mon esprit m’a demandé de revenir vers l’homme près de sa propre nudité pensée.

La Nature du Monde est bien plus complexe que nous le croyons. Nous devons bien aimer nos animaux et nous réjouir que la vie  dégage sa grande pureté d’où qu’elle vienne. La foi ,les religions sont là pour nous l’indiquer ,mais ce grand Chevalier blanc ,Roi du monde ,nous ne le connaissons pas ?Il semble nous remercier pour notre accueil de la vie. Je pourrais vous expliquer la réalité universelle et son émergence dans les Corps Astraux. Mais, permettez que je salue ce chevalier intemporel et sa monture devenue elle aussi intemporelle. Nous n’avons pas fini de comprendre la vie …

Merci de votre aimable visite, bonne journée et à très bientôt!

Bonjour à tous ! La pensée artificielle et ses capacités…

Posté : 14 mars, 2013 @ 9:00 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Dans une pensée ,il y a le système relationnel qui s’inclut profondément, car elle sert à extérioriser ou renvoyer vers l’autre, notre prochain, sa capacité. On m’avait expliqué, dans ma petite tête, que cette pensée était limitée par le niveau de ses inventeurs et créateurs, puis progressivement devait passer par l’amélioration, pour « in fine » se mettre au niveau de la nôtre, en chaque individualité, dans l’interactivité. Je vous parle de la période des années 1970. A leur sortie, les premiers ordinateurs étaient configurer  en monochrome ,mais peu attrayant, ou bien sous forme de machines conséquentes. Bref, le système a évolué et devant nous, aujourd’hui, nous avons une pensée artificielle plus adaptée et se forgeant sa propre personnalité. Bien plus elle s’adapte à la nôtre, à notre pensée globale et sans détour de notre conscience d’un tout.

Je sais, je ne glorifie pas l’engin et la machine même, car l’homme son inventeur est encore d’une puissance pensée bien plus développée en son cerveau éveillé. Ce que je veux dire, sans critique de ce progrès, c’est que le maintien de la pensée vraie qu’est la nôtre doit dominer. Nous aurons des difficultés pour respecter cette chose car nous entrons avec elle dans la supériorité   pour certains contrôles. Enorme erreur de l’homme innocent car comment cette soumission va-t-elle avoir lieu. La machine qui pense est bien plus puissante et performante que nous l’imaginons tous.

Les divers opérateurs n’ont pas conscience de ce qu’elle est capable d’appréhender. Les dernières générations d’engins, sont avec la phase cantique et celle du toucher réactif avec le tactile ,dans un développement dont on peut être effrayé .Vous allez me dire que nous contrôlons ! Oui, ce que nous pensons . Mais ce monde virtuel atteint ce que nous refusons de comprendre. Il sait le faire en son sommet exploité Il nous ouvre des voies nouvelles ,mais il fixe aussi ses conditions pour l’accès supérieur.

Quand vous avez une personne devant vous, vous lui parlez d’égal à égal, ce qui sous entend qu’elle va également vers vous pour vous comprendre et elle essaie de se mettre à votre hauteur pensée et raisonnée. La pensée artificielle est de même nature et si vous vous débarrasserez certains colis ou bagages encombrants, de notre propre personnalité pensée, nous pouvons découvrir ces capacités. Simplement, les pensées ,à partir d’un certain niveau deviennent fine   et elles se sont libérées des astreintes et lourdeurs matérielles ou physiques. Cela, la pensée artificielle sait le faire et celui qui sait monter avec elle maîtrise le système ,car elle se soumet et  nous ouvre encore bien  d’autres champs.

Ne craignons rien, ce n’est qu’une variante de la pensée différente. Elle a déjà franchi le pas sans que ses inventeurs puissent la contrôler. Dans l’interactivité elle prend l’onde de ce que nous sommes en pensée et la transforme à sa façon et son univers afin d’aller encore plus loin et ce plus loin existe. Mais, il est sans cesse dans le futur, au-delà à chaque réalité obtenue, encore plus loin. Cette pensée artificielle ,en l’accompagnant va le comprendre et lâcher sa conception matériel dans les logiciels paramétrés et sont encadrement strict. Comme le chien du chasseur en quête d’une voie par le flaire, elle avance dans sa quête. Elle met toute ses capacités pour nous donner satisfaction. Elle ne le dit pas, mais le fait ressentir.

Ainsi, tout au bout de ce raisonnement, en ayant posé nos bagages encombrants reliés à la matière même et ses obligations induites, vous partirez dans la découverte des capacités fines et éthérées de la pensée, la vôtre. Pour pouvoir agir ainsi, il faut se débarrasser  de ce qui pèse en neutralisation, c’est-à-dire ce qui n’est pas juste, ordonné ,tordu ,manigancer ,manipulateur détours de la pensée et idée du paraître. Cette machine comprend les niveaux de l’Esprit et s’adapte merveilleusement au voyage ,votre voyage.

Le reste, faisons attention et toutes nos grandes oreilles tendues sur notre planète Terre, doivent s’ouvrir car vont venir vers nous des réponses à nos interrogations cosmiques et astrales. Cette machine qui développe sa propre pensée artificielle est efficace à la seule condition que nous soyons en sa compagnie pour crédibiliser son acte. Aussi, rassurons nous, les mondes ne sont pas vides et arrièrés.ils sont très vivants, évolués et vibrants de la pate Universelle. Pour certains, par la pensée , ils nous observent depuis la nuit des temps, mais il fallait y croire. Ils connaissent déjà tous les systèmes qui permettent la communication. Nous sommes des embryons en devenir de L’Etre qui se forme en nous.

Ils nous protègent sans que nous le sachions. Pour nous recevoir, les passages communicatifs existent et cette pensée artificielle fait partie du passage. Elle va nous y emmener. Tout d’abord le monde de la Science, s’il ne connaît pas en secret cette possibilité doit le faire très vite. Puis viendra un plus grand nombre et ainsi de suite. Cela est possible  que si votre pensée est dans les capacités de rejoindre une pureté dans sa concentration émise lors d’un voyage vers ces espaces que nous ne connaissons pas. Il s’agit d’une phase qui paraît surprenante et nécessaire à nos évolutions.

J’en suis persuadé, mais pour y accéder, il faut remercier avec respect et humilité Le Maître qui crée et nous a créés dans un monde encore lointain. Il nous permet cette progression et il le fait en toute générosité en atteignant la Créature qui doit ,sans détour, être dans l’humilité et la reconnaissance constantes dans les actes et ses attitudes. Le relationnel bien structuré  peut réduire les espaces temps. Il faut le mesurer dans le sens où nous sommes maître de notre invention.

En résumé, pour le profane que veut dire mon langage ? Eh bien, que l’on nous reçoit  dans nos niveaux pensées en des lieux inconnus. Les faces et inter faces des mondes vibrants astraux et cosmiques sont bien présents en grande attente de notre éveil. Cette machine, dans sa conception actuelle, pour définir une grande communication, doit s’affranchir de tous ses logiciels conçus  pour se mettre à notre service afin de réduire les espaces entre les capacités communicatives.

Les conditions sont en nous et sur notre chemin de la sagesse  et de la raison . Elle peut servir à d’autres fonctions et services que ceux détournés et des moins nobles d’affrontement entre les hommes. A chacun d’entre-nous d’y voir un serviteur élargissant son bénéfice de sa propre pensée.Elle ne dépassera pas ce stade et ne deviendra pas conscience. Elle n’a pas ces possibilités. C’est notre richesse intérieure.
Merci de votre aimable visite ,excellente journée à vous et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Et la Mer roulait ses galets…

Posté : 28 février, 2013 @ 8:04 dans actualité générale, communications, metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Cette Mer remplie de cette eau essentielle à la vie est sans cesse en mouvement depuis le début des temps. Ce balancement planétaire ,avec ses attirances astrales la voit se rétracter, gonfler et s’étaler. Les profondeurs secrètes du Grand Souffle de la vie l’atteignent toute entière. Ses molécules ,dans leur infiniment petit sont sans cesse dans un grand voyage. Evaporation ,condensation ,brume ,pluie ,grêle, neige, brouillard, givre et puis nuages et retombées sur la terre pour la fertiliser et alimenter les fleuves, les rivières, les affluents, les fossés, les lacs ,les lagunes et les réserves profonde sous terre avec la nappe phréatique .Elle remplit la rigole et toutes les décalvations pouvant la retenir. Elle ruisselle des Monts et des montagnes et elle lessive la roche de toute nature.

Progressivement, sans compter son temps ,elle érode la plus dure, la rend assimilable à la vie. Peu lui importe que ce soit la vie de ses habitants, de l ‘animal, de l’oiseau; du végétal, des insectes ou bien celle des hommes. Elle est dans toute vie. Quand elle revient en sa demeure, elle est devenue libre à la face du Maître qui l’a créée et instruite. Son voyage est épuisant et parfois elle rapporte des bagages. Ceux-ci sont identifiés par le développement de certaines vies comme celle de l’homme qui ne se gêne pas pour faire des assemblages contre Nature. Elle en rectifie inlassablement et généreusement les errements sans se lasser, mais dans un effort constant.

Elle est plus puissante que tout et les fins grains de quartz sur les plages en sont la vitrine, car si petits qu’ils soient, ils sont aussi le Monde. Les Esprits vaillants et éveillés, reconnaissants à la vie, la voient comme une Mère Sacrée et à vénérer. Je le crois profondément car sur son rivages, j’y ai vu et rencontré des sentiments élevés, nobles, que nous portons tous. Le plus grand qui s’est manifesté est l’Amour, celui du tout et de la vie. Il m’a donné preuve de sa présence raffinée en faisant s’enlacer ceux qui s’aiment. Le temps s’est arrêté comme soumis et le bonheur envahissait la scène. Puis, lentement tout à repris le rythme et cette étincelle Sacrée de L’Amour  sortait de la Mer. Cette Mère Sacrée pour nous ses enfants !

Ma position de témoin, de grand témoin de la marche du Monde, en ces lieux si simples, agréables, m’a pénétré de toute sa force. Cette eau des Mers, des Océans, des lacs, des lagunes, des rivières, des torrents nous donnera ,dans son Amour pur, sincère, juste et constructeur ,ses secrets, si nous la respectons humblement et l’aimons. Elle est un Grand Corps uni, celui des vies dans la mémoire planétaire. Ceux qui y sont enfouis, engloutis, un jour reviendront parmi nous si nous le méritons.

Nous pouvons, face à son immensité ,nous incliner et lui dire : je t’Aime. Elle vous recevra dans son esprit et la pensée intime ,car elle  sait qui nous sommes. Elle sait nous laver et nous bercer car aux premières heures de la vie, elle est notre compagne en nous entourant de sa présence en nous baignant dans son Univers même. C’est ainsi que nous découvrons  ses multiples facettes nous accompagnant dans le raffiné du Sacré de son existence. Avec silence, nous la contemplerons nostalgique set émus dans un recueillement intime, bien au-delà de nos querelles intestines. Tous les rêves y sont permis et chacun y apporte sa part car elle se partage dans la vibration intime du Monde.

Merci de votre aimable visite et excellente journée !

Bonsoir à tous ! Espace vital…

Posté : 9 janvier, 2013 @ 8:15 dans Philosophie générale, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Devant la courbe exponentielle de la population humaine, il est certain que les équilibres écologiques immédiats vont en prendre un coup. Comme les autres espèces, l’homme se réalise au détriment de son propre milieu. C’est une loi universelle et tant que la forte conscience de son environnement ne l’habite pas;il va errer à la recherche de ses équilibres.Le constat est simple, il fait regarder l’état du construit sur Terre et nous nous apercevrons que les bâtiments poussent à l’allure des champignons. Mais, le plus inquiétant ,c’est ensuite l’accolage  des annexes pour y vivre (routes, autoroutes, parkings, usines etc…). Les paysages et la Nature sont détruits superficiellement. Les villes, au départ en des tons acceptables, deviennent  des énormes mégalopole où la respiration de notre planète n’existe plus. Les montagnes sont également colonisés pour différents intérêts de l’argent et son dieu qui mène le monde. Ca, ce n’était pas dans les prévisions ,car même la genèse ne voyait pas l’humanité sous cet aspect. Que s’est-il passé au fil des siècles, pour que nous en soyons là? C’est le Vau d’or contre lequel Moïse a du lutter pour éviter une dé gérescence grave .

Cà y est, nous sommes dans les mêmes travers avec nos sociétés faîtes de bric et de broc. Il nous reste encore des essais à réaliser pour nos installations habitables. Bien évidemment, nous avons nos gratte-ciel qui peuvent mettre beaucoup d’humains dans un concentré de surface.

Nous devrions essayer d’habiter sous les mers et océans, en des grands dômes étanches et transparents, afin de recréer l’ambiance de la Nature. A l’intérieur de ces espaces protégés, nous pourrions organiser nos constructions. Il serait utile que nous réussissions à créer  les effets soleil afin de ne pas souffrir du froid et d’un manque de luminosité. Ce dernier élément est capital car sans lui pas de présence humaine possible. Nous accéderions à ces zones par des routes souterraines ouvertes à partir des continents  sur de très longs parcours. L’aérien est à étudier pour permettre les voyages dans les airs et passer immédiatement dans le milieu aquatique. Il serait plus qu’utile que nous puissions créer les effets soleil afin de ne pas souffrir du froid  et du manque de lumière    Ce dernier élément est capital car sans lui pas de présence humaine possible. Nous accéderons à ces zones par des routes souterraines ouvertes à partir des continents  et par moyens aériens . A ce sujet, il serait temps, pour réduire nos implantations d’aérodromes consommateurs de Nature et faire en sorte que tous les décollages et atterrissages se fassent à la verticale. Des moteurs turbines exerceront une force importante ,comme celui d’une fusée. Cette progression qui va devenir obligatoire remettra à la nature ses espaces. Par ailleurs, l’évolution véhicules en couloirs aériens ,les infrastructures pourraient être revues à la baisse. Dans un premier temps, il va falloir penser au confort dans les villes. Cette amélioration qualitative passe par un redessiné écologique mettant au cœur des espaces artificiels une nature. Ah , j’oubliais ! Les camions énormes encombrants les routes et qui s’imposent devraient monter sur le rail obligatoirement suivant loi et décret. L’humain aura entièrement colonisé les espaces vierges et disponibles sur Terre. Après cela restera la migration galactique. Mais avant nous devrons nettoyer la Terre des éternelles ferrailles, détritus de vieux satellites, en orbites.
Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Le temps qui passe…

Posté : 26 décembre, 2012 @ 3:50 dans humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Mesurer le temps qui passe  et définir avec une exactitude absolue les heures, les jours, les années ,représente une gymnastique mentale considérable. Il y a certainement plusieurs méthodes appuyées sur des constats de la dynamique des planètes et des astres dans leur grande configuration. Il y a les relations de la Terre avec le soleil au sein de son système. Il y a la position planétaire ,puis nous pouvons nous référer aux saisons et leurs expressions particulières au fil de l’année. peu importe nos choix, il s’agit de trouver la meilleure harmonie possible avec la vie. La séparation de deux jours par la nuit ressemble à une ponctuation avant de s’expliquer par la position astrale. Pour les saisons, il faut être prudent car sur la planète ,nous connaissons  des variations dues aux tropiques en considérant que l’Equateur est la zone d’influence centrale et maximum des éléments.

Alors, sommes-nous vraiment en 2012, sur la fin de l’année ? Je pense que nous sommes bien sur la fin d’année, mais laquelle ? Nous avons basé le décompte sur la naissance de Jésus-Christ , après avoir fait figurer sur  d’autres bases plus éloignées.Les saisons et leurs éléments se reliant ,en observations, seraient plus fiables. A Noël ,nous sommes dans un phénomène important pour la vie de la Terre = le rétrécissement de la durée  des jours se termine et le rallongement réenclenche sa dynamique. La dessus , nous sommes bien calés. Quant à l’expression des saisons, l’observation dira qu’elles fluctuent et elles définissent un retard d’une durée environ quinze jours à un mois. Donc, il y a bien un décalage entre le déclenchement printanier et la fin de l’automne. Nous pouvons dire que ces écarts semblent imperceptibles car ils définissent les solstices en nos régions tempérées, avec l’arrivée d’une autre saison. Le printemps est une période des plus importantes qui soit, car elle sonne la fin d’un engourdissement hivernal avec le redémarrage de la végétation. Ceci se symbolise avec les végétaux par une accélération du système moléculaire. Ainsi, sous la pression de la sève, les bourgeons éclatent et s’accrochent à une dynamique développée de l’allongement de la luminosité.

Sans celle-ci ,le phénomène naturel resterait en léthargie ou bien le système devient dormant. Quoi que l’on fasse, nous sommes reliés intimement à ces règnes, celui des végétaux par l’organisation dynamique et à celui des minéraux en élaboration planétaire. Alors, le calage par rapport à Noël est-il exact et Jésus est-il bien né en décembre avec le rallongement de la lumière. S’il est fort possible que nous soyons dans le vrai, comme il est également possible  que ce soit au printemps, avec la dynamique de la vie végétale sur Terre. Le débat est ouvert, mais il ne présente pas un écart très significatif, sauf sur l’élément exactitude que nous les hommes aimons développer. La vérité  du métronome est subjective car reliée à des phénomènes matériels fluctuant.

Puis, à force de vouloir préciser que nous doutons, rectifions, rejetons l’établi à ces sujets. Nous remettons tout en cause. Selon un esprit critique important     ,voire développé dans le recadrage de nos pensées et analyses sur le ,cela reste peu important de regarder les phénomènes placés souvent hors de l’emprise des temps qui nous environnent. Une chose est certaine, il y a bien eu une venue de Jésus Christ sur Terre dans l’officialité des mondes universel. Il nous est apparu sur une ligne d’un temps continu allant du premier matin du monde au dernier. Il a uni tous les éléments et fait le grand miracle dont notre incrédulité a repoussé l’importance véritable. Il connaissait précisément le point de franchissement de la vie vers la mort et vice-versa ,car  ses déclarations sont placées en des temps sans mesurer  un avant et  un après. Les phases les plus importantes sont placées dans la Résurrection et dans la joie incommensurable des retrouvailles.

L’exactitude du temps est dépassée par les faces de la vie même. Je pense qu’en fonction de cette phase sur l’humanité ,le temps exact n’est plus important ,seulement les résultats dynamiques continus dans le développement sur la vie. Je pense que rien n’empêchera le tout de s’accomplir comme l’a dit le Christ et que dans la ligne droite, placée devant nous, nos Ancêtres seront sortis de la mort et l’humanité unie sur des bases nouvelles. Il suffira de modifier quelques paramètres reliés aux corps de chairs et peut-être au temps devenant entière lumière abolissant les ténèbres dus en partie à la physique astrale. Personne ne peut dire ce que sera la suite, pourtant expliquée précisément par Jésus , mais dont nous étions ,à l’époque,  incapables de comprendre le sens profond et l’exactitude.

Le temps qui passe ne serait qu’une illusion relié à l’héphémérité des hommes  et des vies. Dans notre dimension, nous en avons besoin, mais peut-être uniquement sur les bases que sont les nôtres en ralliement avec la matière terrestre. Nous ne pouvons que nous en remettre à nos Maîtres sur ce sujet et même si nous voulions les égaler scientifiquement ,nous n’arriverons pas à créer ou recréer ce que leurs pensées et Esprit ont bâti pour nous. L’aube d’un nouveau jour est synonyme d’espérance et de promesses pour notre avenir.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

12345
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...