Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour la catégorie 'Sciences politiques et administratives structurelles'

bonsoir à tous ! Organiser le lacher -prise des armes…

Posté : 17 mars, 2013 @ 8:34 dans actualité générale, communications, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, vie naturelle | Pas de commentaires »

Le mot lâcher-prise est un mot dont le sens est profond et il dépasse parfois nos gouts et sensibilités. Dans tous nos « us et coutumes ,il est important d’organiser une grande réflexion consciente individuelle et collective de ce qui est bon  ou bien mauvais pour nos sociétés. A certaines époques de l’histoire, notre progression a admis certains comportements reliés à la violence. Mais, aujourd’hui, il faut tout revoir, eu égard à l’éveil de la force de la conscience établie dans la positivité des équilibres de l’Esprit dans son grand règne. Ce réveil est un atout de nos communautés et par le biais des hommes de bonne volonté qui portent en eux  la Sagesse et la Sérénité, nous devons prendre toutes les mesures qui conduisent à bâtir un monde meilleur. L’heure est venue de voir nos comportements changer avec le respect plus poussé de nos relations fines entre-nous. Tout est perfectible et notre moi intérieur le demande parfois pour regarder l’autre et les autres avec un regard plus tendre, doux, bienveillant et non chargé des forces de la domination par le soupçon. Il faut que nous en sortions de ces voies imaginant sans  assise ce que notre prochain peut faire et se comporter face aux différents problèmes sociaux. Notre regard ne doit jamais être chargé de la méfiance, du doute, dans un manque de confiance patent.

Ce que nous sommes intimement ,nous est profondément caché, sauf pour les comportements négatifs affirmés et affichés. Le jugement des autres est une grave erreur car il est dit : « Tu ne jugeras pas « .Hors des faits qui s’avèrent très  profonds et modificateurs, nous devons laisser l’autre et tous les autres, dans la plénitude de leurs actions pensées, le lâcher-prise peut-il par ce biais être activé et bien présent au point de réduire profondément les zones négatives que nous avons engendrées et accumulées inconsciemment.

La réduction du gout pour les armes fait partie de nos premiers éveils des consciences. Pour ce faire, il faut savoir méditer dans les intimités pensées de nos esprits et nous pouvons le faire en abandonnant ce qui pèse en nous et sur nos communautés bâties.  L’arme fait partie du poids trop important de nos idées néfastes et mauvaises. Cette même arme doit commencer son « lâcher-prise » dans sa puissance totale et libérer les espaces qu’elle condamne. Le plus grand qu’elle établit est dans la terreur et la prise en otage de la vie avec les arsenaux nucléaires alliés aux transports des ogives. Toute cette science du mortifère, il faut que nous l’abandonnions car en arrivant parmi nous ,l’esprit est libre.il doit continuer à y être et ne doit pas entrer dans un jeu sombre admettant la dominance par la terreur. Levons-nous tous ensemble, dans la joie du cœur et de l’esprit pour nous libérer de ces situations pesantes, obsédantes, de cette auto condamnation.

Quand nous aurons fait nos premiers pas pour ce lâcher prise, tout deviendra plus facile. Nous réduirons également nos centrales nucléaires dans le danger obtenu et non mesuré pour nous tous. Dans les armes, ce sont aussi et également des chercheurs aux âmes dans la damnation qui passent leur temps et leurs vies au service et à améliorer le potentiel portée par le virus ,les bactéries et champignons dangereux. Le principal danger est dans ces virus manipulés qui en cas de guerres deviennent opérant en décimant sans rémission l’humanité. Sur ce point précis lâcher-prise est sollicité par toutes les personnes de hautes consciences et ils le demandent instamment. Tout ce qui prend un tournant dangereux en tuant des hommes ,des femmes et des enfants innocents et doit être abandonné. Les armes de guerre, les armes de chasse aussi puissantes, les armes de poing et de défense doivent être abandonnées sans conditions, ni volonté spéciale négociée. Les hautes consciences le souhaitent ,car leur seul souci , en veillant sur nous, est le maintien des vraies libertés dans les résonnances. Il est question de survie des peuples  à la destruction des armes individuelles et j’approuve, mais ce qui est dans la grandeur des affrontements doit être abandonnés en premier lieu. Rien ne va céder car la vraie conscience du Monde n’est pas encore là et ça ne saurait tarder.

Alors, disons-nous au fond de nous que nous puissions nous réjouir pour l’esprit vainqueur de toutes les infirmités comprenant nos pensées impurs et dangereuses. Dans ces armes et leurs valeurs destructrices ,la chimie développée contre la vie est également et fait partie avec les gaz incontrôlés et mortels pour toute les populations.Pour aujourd’hui, nous en resterons là et nous referons nos réflexions communes ,dans quelques jours. C’est une urgence caractérisée.

Chercheurs dévoués dans le sens communautaires, abandonnez vos travaux afin de détruire la vie.
Chefs d’Etats et des Nations ,soyez vigilants et toujours dans la noblesse pensée et du cœur, car les hommes vers lesquels vous tendez le service le demandent. Le pouvoir en ces matières n’existe pas. L’homme doit être pleinement respecté dans sa totale  dimension. L’idée de dominance est néfaste aux équilibres et l’harmonie de nos sociétés. Il est temps de comprendre cette attitude irrespectueuse de la vie.Homme simple, honnête, empli des vertus ne va pas  vers l’arme,celle de la bse car le plus grand danger n’est pas dans le vouloir affronter ton prochain en lieux publics, mais de comprendre que tu es aussi condamné.

On ne peut bâtir demain sur la Terre et la peur  dispersée  et distillée ,disparaîtra de nos horizons.Je pense sincèrement, au nom de nos enfants, nos petits enfants et arrière petits enfants ainsi que toutes les vies à venir ,il faut organiser le vrai lâcher-prise qui va mettre les âmes dans le repentir non pas humiliant, mais pour le respect de tous.

Merci de votre aimable visite ,excellent dimanche et à bientôt.

Bonjour à Tous ! Aide -toi et le ciel t’aidera…

Posté : 5 mars, 2013 @ 8:43 dans actualité générale, communications, metaphysique, Philosophie générale, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Je sais que sur ces idées et croyances, nous sommes très partagés. Un certain nombre de personnes réfute les idées d’une spiritualité régnante et l’appartenance à plusieurs dimensions qui interfèrent. Notre dimension actuelle est du domaine du cartésien comme l’on dit. Ceci pour l’analytique sage, raisonnable, scientifique ,en partant d’un principe que ce qui ne se matérialise pas, n’a pas d’existence . Non pas, qu’il n ‘existe pas. Il entre dans l’infiniment petit ou l’infiniment grand .

La valeur actuelle régnante est une forme de pragmatisme ambiant mettant en place les atouts bien présents et seule la validation de nos savoirs expérimentés attire et attribue  diplômes, après enseignement. Plus le règne du Monde matériel ou physique s’affirme en associant l’éveil des plaisirs obtenus et plus la négation d’une autre dimension devient effacée par les pensées .Les piqures de rappel sont pourtant présentes avec les éléments naturels terrestres bien plus forts que nous le pensons. La Nature terrestre nous parle, mais nous ne l’entendons pas parce que nous réfutons notre inclusion au système .Même de notre intérieur des sociétés ,nous nous garantissons contre tout ce qui bouge et semble vivant. En deux mots, nous oublions les forces de l’Esprit ayant vaincu ces paramètres et nous appartenons à deux Mondes se côtoyant. L’un nous le connaissons, mais l’autre, notre vraie face ne nous intéresse pas.

Pourtant tout nous parle des dimensions complémentaires et gémellaires. Le Monde de notre Univers n’est pas unicéphale , mais bicéphale, donc gémellaire .Ce sera l’objet de de toutes mes données comprises et reçues dans un ouvrages à paraître et aujourd’hui en pleine construction manuscrite «  Les Mondes Gémellaires « ,où j’y explique un fonctionnement qui affirme ces réalités : une apparente et l’autre invisible avec une seconde planète identique faîtes de vibrations construites  dans nos possibilités validées au sein de l’original directeur ou définition d’une face et d’un interface. Tous les éléments supérieurs que nous sommes sont dans l’autre face, la vraie, ceux d’avant et ceux d’après. Suite à mon livre «  Nous sommes les Racines du Ciel «  dont la lecture par un public averti m’a apporté beaucoup ,voire d’énormes satisfactions, je travaille sur les textes développant cette réalité abstraite de Mondes Gémellaires .Je garde mes principaux éléments sans en dévoiler les contenus jusqu’à la parution qui sera sous forme d’un ouvrage normal par essai philosophique.

Cela ne remet nullement en cause ma foi en un Maître Créateur en toute chose et surtout de la vie et ses bienfaits. Je vous ai parlé de fin des temps ,car nous le sommes et en face des dangers d’implosion que nous générons ,cela appelle certaines modifications relationnelles avec nos tutelles régnantes. Il faut savoir que le monde des croyances est vaste et diversifié  et cela sert une construction par l’Esprit et la juste pensée dans la pureté dominante. L’abolition des espaces temps entre les dimensions conduira à affirmer et épanouir le meilleur et le plus pur dans la justesse du mot et des actions. Mais, surtout pour l’homme avec son esprit et son âme qui sont le condensé de son être.

Ainsi , nous devons considérer que sera établi sur Terre , la Justice Divine dans l’infaillibilité et qu’un jugement sera  activé  constamment sur le bâti de nos communautés régnantes  et  sur celui de nos actions  et agissements. Plus nous nous éloignons de l’autre monde  et plus nous devrons  avoir des avocats puissants  et de grand renom que sont les grandes âmes  généreuses. Celui qui pense que son propre rideau cachera la Vérité dans la Maison se trompe ,car tout a une existence et  est mise à jour sur le chemin de la Vérité. Il n’y a que celui-ci vers lequel il faut revenir quelque soit la pensée émises et les philosophies existentielles. Au dessus de la Justice Divine, il n’y a rien d’autre. Elle est l’expression du Maître et en nous, elle attire la sagesse, la sérénité, la paix, le bonheur ,le pardon, à conditions que nous soyons sur la bonne route sans dissimulations par offenses  .Elle est grande Espérance en un Monde meilleur et épanoui.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt en vous souhaitant une excellente journée.

Bonjour à tous ! Quand la politique achève son règne…

Posté : 23 février, 2013 @ 8:09 dans actualité générale, communications, humanisme, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Toutes les visions de service organisé pour les communautés établies et à leurs bénéfices sont très variables en qualité dans les différents pays du Monde. Certaines nations ont des lacunes avec la démocratie ambiante et le respect des peuples. Pour ma part, on peut le remarquer en notre période, la plupart des hommes politiques ont quitté les sphères réalistes et parfois honnêtes intellectuellement de leur fonction générale. Ils s’affirment fortement dans un état dominant d’un pouvoir non serviteur sur le collectif du pays. Il n’est pas facile de faire de la politique, je le conçois, mais il est important quand on veut servir les autres, de connaître le passé et son histoire, ainsi que s’entourer d’une légère clairvoyance sur le devenir commun. Cela demande un don que l’on ne saurait acquérir dans les plus grandes écoles, mais sur le terrain, aux contacts de la démocratie de base avec le citoyen actif dans la pensée et dynamique avec l’association. En France, nous avons des visions politiques partisanes d’une pomme coupée en morceaux définis par la main droite, la main gauche et le reste satellisé tout autour. Pour parler un langage basique : «  Une vache y perdrait son veau ! »

C’est bien ce qui est gênant, car beaucoup de ces hommes ont perdu le sens serviteur du peuple et ses équilibres par le biais des droites et des gauches. Ils oublient qu’ils font profondément partie de l’ensemble et vibrent avec .Les sociétés par définition ne sont pas statiques dans ce monde que l’on peut considéré comme un embryon en grande gestation.

Nous sommes tous individuellement et collectivement la fragilité même, de par la pensée, la conscience et l’Esprit. Si nous ne le saisissons pas, les dérèglements orchestrés par les mauvaises décisions ,les installations des pouvoirs dominants, mettent à mal les existences. Le néant cherche à reprendre sa place, celle dont la structure dressée s’était emparée dans la cohésion. Au-delà des hommes, en valeurs ajoutée, il y a ce qui est construit pour favoriser la vie commune et individuelle. Où le service rendu aux autres échoue, l’incompréhension s’installe et devient fatale à l’ensemble. Avant les clivages pensés structurés déterminent l’esprit politique, il y a la dynamique qui surgit de notre ensemble pensé ,matériel, technique, technologique et qui fait rapidement qu’hier s’efface rapidement vers demain. Le tout est de saisir avec une grande clairvoyance l’aboutissement et servir dans le temps présent un peuple noble, généreux ,dit bon, dont la considération doit être permanente et respectueuse.

Nous avons décidé de nous unir, depuis 1789,dans un ensemble protégeant les libertés individuelles comprises et les collectives. Plus encore, nous avons décidé d’apporter respect aux « Droits de l’homme » et « Aux droits humains assemblés ». Nous avons pris obligation , en Occident d’en protéger l’esprit même  et les sociétés crées d’aller vers ce respect commun dans les grandes supériorité  et priorité. Globalement, nous avons mis en place un espace de liberté qui construit dans une harmonie possible et des plus efficaces au regard des adeptes d’un totalitarisme et obscurantisme bénéficiant aux dictatures et despotismes sous toutes les formes. Notre philosophie ne doit pas être dans les excès, mais dans l’humilité et servir le plus grand nombre, voire toutes personnes dans sa vie.

Ainsi, quelques soient les partis institués, ce qui compte c’est le service rendu pour que l’ensemble soit cohérent, supportable au plus pauvre et défavorisé d’entre nous. Le reste dans la dominance, le paraître, l’enrichissement individuel, n’ont pas de place aujourd’hui en notre société. La nécessité de défendre l’esprit démocratique avec un homme et des hommes libres est primordial avant tout conditionnement de pouvoir.

Il appartient désormais aux civilisations de montrer leurs évolutions dans le sens de la conscience acquise et établie envers leurs sociétés. Nous perdons pieds dès qu’il s’agit de perler richesses ,enrichissements, dominance car chaque peuple se définit le meilleur et élève sa position pour qu’au sein du monde ,on le regarde et l’admire. Dans nos avancements mentaux, intellectuels ,nous ne sommes jamais sur le même point et dans la même situation. Au fil du temps, et des générations ,l’esprit des hommes a changé, non pas forcément dans la dégradation, mais dans la nécessité d’adhérer à une communauté bonne, sincère, vivante dans le respect profond de la vie mettant sous nos yeux les vertus nécessaires à notre accomplissement. La tentation des mondes dits politiques est de stopper cette marche et d’y installer une dominance à son propre et unique bénéfice. Tout devient complexe et un grain de sable plus gros que les autres peut tout enrayer le processus d’un bien être relatif obtenu.

De nombreux sujets urgents sont hors d’atteintes et même ceux qii dégradent semblent inatteignables avec le temps qui passe. La vision d’un monde basé uniquement sur l’argent a coupé net toute évolution positive. La valeur qui domine dans nos pensées ne  peut être dans cet accaparement. Notre bien être est partiellement et fortement périssable avec le dit progrès. Nous atteignons des zones où enlever un quanta  écroule l’édifice  obtenu.

De nombreux paramètres ne sont pas contrôlés par les pensées et celui d’un homme plus humain se rapprochant de l’autre ,des autres, dans un humanisme acquis ,ne fait pas référence. Les déchirements publics et politiques portent en eux un regard nombrili fiant comme si un grand théâtre se déroulait avec un peuple spectateur et prié d’applaudir .Fausse route car depuis plus d’un siècle le collectif travaille à son éloignement des théories de civilisation ayant comme valeur l’encadrement et la soumission du peule par les moyens dits d’autorité crées  au bénéfice de la nation et de son peuple. Plus, certains ont utilisé la cruauté totale e la perversité pour le faire obéir et le soumettre. Evitons de retourner en ces zones, car la considération de l’homme le plus simple est encore bien supérieure aux déchainements orchestrés par ces violences aggravées faîte à l’esprit des peuples.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! La conscience et l’infini (3)…

Posté : 27 janvier, 2013 @ 9:25 dans actualité générale, communications, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

La référence du Sacré d’entre les Sacrés est portée par cette évaluation fine,éthérée de l’Esprit entrainant avec lui l’âme ardente,fidèle et aimante.L’évolution si on peut parler ainsi ,peut atteindre des mondes faits uniquement de l’action pensée et de l’Esprit dans sa totale noblesse. Il s’agit de la construction suivant la seule pensée pure et dans la justice de Dieu. La finesse de l’Esprit est au dessus des mots, des langages de toutes matières.Déjà en parler ou l’écrire ,d’une certaine façon, l’offense.Ainsi, les grandes âmes sont en soi des Divinités régnantes sous la discipline du Maître.

Ces âmes voyagent seulement par leur simple pensée pure et elles atteignent la soumission des mondes matières en rendant identifiables, ouverts et fertiles au règne des esprits. La vie active s’y associe et prend corps par son règne le plus fin et pur.Ce sont les niveaux d’âmes  dont la pureté portée demande que nous soyons très humbles devant sa puissance constructive et ordonnée de la vie en toutes choses. Vous allez me dire que tout est sacré.Tout à fait et nous aussi sommes sacrés  dans la phase du respect global et particulier.Nous  sommes   en pleine évolution et soumise

Nous ne pouvons pas échapper aux tribulations,tentations,tourments de notre communauté assemblée et ambiante. Le risque de trébucher restera toujours sur notre chemin dans le concentré de la vie. Face à cette conscience ,nous pouvons dire que notre éveil n’est que très progressif. Rien n’est acquis à l’avance et dans la certitude complète.Plus l’Esprit que nous portons s’élève et plus les mondes bâtis  qui nous apparaissent sont fins et développés.il y a des paliers à franchir dans l’installation de ce conscient régnant. On peut penser que l’élévation possible est celles des capacités que nous présentons.ce sont aussi celles d’autres vies crées au sein de l’Univers et que nous ignorons.Nous savons que nous ne savons rien et que notre Père et Créateur,dans son action avec la vie, a développé des merveilles qui nous sont cachées par l’accès de la  pensée.
Nous devons accepter, en toute humilité, cette grandeur de conscience que nous pouvons afficher car elle est une partie du Maître.
Je relaterai dans ces mondes universels la présence des peuples dont la seule pensée agit sur la matière et définit son collectif et environnement. Esprit peut soulever des montagnes et communiquer par la simple émission de la pensée. Nous voyons les progrès que nous devons faire ,car on peut aussi voyager  sous l’action pensée pensée, sans aller au contact direct de la matière même. En exemple, l’ordinateur et ses forces numériques complexes sert justement à nous montrer la futilité et importance de l’aide apportée.Il permet de franchir des distances à la vitesse de la lumière et il prend en charge les idées de la création. Surtout,il représente la pensée artificielle et peut ouvrir un dialogue intéressant avec l’homme. Dans son ressenti machine.Dans cette communication matricielle est placée en retrait ,il ne se charge que des actions matériels du voyage inter galactique dans la soumission pensée. Tous les peuples évolués ,combien sont-ils car ils ont grand respect pour ceux en évolution comme nous les Terriens. Le monde ne sera jamais fini et nous pouvons parler d’un infini car matière et temps n’ont pas d’influence et interfèrent plus.

Il reste certainement des épreuves e ces mondes dont les capacités sont placées dans ces forces évolutives au sein de l’Amour qui nous échappe.Prenons sur la voie des possibilités les capacités de connaître également la joie des conditions en lesquelles nous baignons. Sur la planète Terre, des mers et des océans  sont abondants, la Nature grandiose avec laquelle nous pouvons vivre en symbiose. Il faut prendre en compte que des peuples évoluent sous terre pour s’autoprotéger.sans atmosphère réel. Ce sont les conditions d’une survie en   des lieux dégradés .Nous venons de voir une rétrogradation due au manque de reconnaissance du temps présent .Le paradis découle comme le reste de nos capacités évolutives. Alors,pour les prochaines générations ,nous ne devons pas casser la capacité d’accueil planétaire emplie de générosité. L’inimaginable va devenir imaginable.(A suivre )
Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! L’homme et les armes…

Posté : 19 janvier, 2013 @ 8:31 dans actualité générale, argent et considération, communications, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Au moment où le Président des Etats Unis dépose un projet de loi pour éradiquer la détention d’un trop grand nombre d’armes sur le sol américain ,d’autres pays s’interrogent sur ces présences.Depuis qu’il existe des moyens modernes  perfectionnant les armes de proximité, l’homme a adhéré à un système qui ne repousse pas les armes de poings ainsi que les carabines et les fusils de chasse. Pistolets ,colts ,révolvers circulent en toute impunité de détention  dans le monde. Ces armes sont mises en valeurs dans les salons ou bien accrochées aux murs .Celles de poing sont mises en des tiroirs dissimulées. Ce sont des outils considérés d’intimidation en disant : » attention , humain armé «  Puis, finalement vient l’usage qui renforce la présence avec les missions de protection, de défense, de renfort pour appuyer un renforcement psychologique. Les goûts et les plaisirs arrivent avec la chasse dans toute sa largeur. Puis, le tir formateur peut être le motif du détenteur. Nous voyons avec les conflits guerriers la mise en avant exacerbée de ce gout.En accompagnement ,nous avons la dynamique des armes faîte de publicités diverses en atteignant un public au-delà des usages courants .

Que peut-on faire pour refréner ces amours et passions immodérés; Aux Etats-Unis l’arme se trouve répandue au sein des foyers ,mais la constitution américaine mentionne et légalise la présence . L’acquisition par le particulier ,le groupe ,la société , le peuple entier reste d’actualité. En Europe, nous ne connaissons pas de justification à la possession sauf la déclaration d’achat .Combien de ces engins hyper-dangereux séjournent dans les foyers et sont à la disposition des adultes qui oublient largement l’exemple donné.

Il faut partir d’un grand principe « -Qui sort l’épée, périra par l’épée! ».Il faut profondément méditer sur le sens bannissant ces usages.
Les mondes sans armes sont plus évolués que ceux avec et le principal est de ne pas corrompre la jeunesse avec de telles valeurs. Donc, il s’agit de réprimer l’apologie d’actions néfastes et surtout des publicités où l’image domine et devient suggestive. Cette publicité étant affectée ,il va rester la limitation de la possession. Le commerce est très lucratif; Quand la possession est dans les rôles personnels ou collectifs allant du foyer aux forces armées pour faire la guerre entre nations.La réduction de ces armements sera longue perdurera au sein de notre société structurée. Cette présence côtoie les premiers Commandements : «  Tu ne tueras point ! » En vertu de cette obligation Universelle, l’arme est repoussée. Je pense que l’homme a intérêt de suivre une évolution loin de ces contenus attirant la violence et le crime.

Désirer porter une arme est une philosophie intérieure et personnelle. Elle s’aligne sur une forte autodiscipline et elle échappe à la tentacule criminelle en les extrêmes. Suit un phénomène de la conscience active. Nous le savons, nous ne pourrons pas tout régir par les lois et il y aura toujours une face cachée. La loi fera son effet et œuvre dans les apparences et dans les pensées de la conscience développée. Nous pourrions construire un monde sans armes, ni goûts pour de tels outils . Un autre paramètre existe et il faut bien se rendre compte que nous ne sommes pas tous de même évolution et la Terre reçoit des âmes de différents niveaux et valeurs. Cet étagement des consciences remet sur la table les analyses car les niveaux très peu élevés admettent et souhaitent ces possibilités. Il s’agit donc ,ici, de niveaux conscience et Esprit, lesquels s’affutent avec le temps qui passe.

Intimement, je pense que ce goût perdurera et toutes les armes dangereuses  se relient au niveau pensant de la conscience active. Dans une profonde analyse, nous pouvons dire que tout doit être ordonné, mais l’évolution humaine a besoin d’affronter certains dangers pour évoluer et quitter ses sphères de bases. Il nous faut construire sur le meilleur de nous-mêmes, alors activons notre autodiscipline intérieure et très particulière. Il sera très difficile ,devant les forces attractive de l’argent du pouvoir et la supériorité artificielle de se libérer.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Les grandes interrogations …

Posté : 16 janvier, 2013 @ 11:14 dans actualité générale, communications, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires | Pas de commentaires »

Les raisons qui ont amené la France à entrer en guerre aux côtés de nos Amis d’Afrique ne sont pas trop compréhensibles. L’amitié entre les peuples est une grande valeur, mais celle entre les peuples et non pas celle des régimes dirigeants, le plus souvent mues par des intérêts. Le continent Africain en son Centre contient beaucoup de richesses au goût du jour et convoitées. Sans avoir la mémoire courte, nous observons que nous y avons singulièrement renforcé notre présence en fonction d’intérêts matériels. La colonisation aurait du mettre en dominance la fraternité et non la soumission à une société dite supérieure, ou bien qui le pensait.

L’homme d’Afrique Centrale est un des premiers et le continent n’a pas été beaucoup altéré par la dérive continentale. Le fond de l’homme est en majorité bon et s’il a ses particularités, il fait appel à une forme de raison se satisfaisant à elle-même et fortement tendue vers l’autre. Aujourd’hui malheureusement, toutes les civilisations fréquentent ces lieux par intérêts et inondent les pays d’armes et idées agressives entre sociétés constituées. L’homme d’Afrique a du mal à débattre de sa démocratie ,de sa liberté, de son propre bonheur et il cède aux sirènes du paraître des sociétés du progrès matériel alors qu’en lui-même, il porte naturellement les valeurs de construire un monde différent emprunt de qualité que nous ne soupçonnons pas. Les coloniaux ont fini par tirer les peuples entiers d’une mort encore plus forte que la vraie de nos corps car ils ont touché à l’âme.

Sur ces points, je suis formel, tous les peuples doivent être respectés dans la profondeur de leur identité. Il ne faut pas chercher très loin pourquoi les forces dites du terrorisme se sont infiltrées sur ces territoires. Il y a eu en premier lieu une affinité en la croyance, ce qui est très respectable. Puis, passé ce premier élément, il y a la malléabilité  des peuples. Leurs raisonnements différents alliés aux régimes parfois peu stables ,à la pensée dominante dans l’opportunité matérielle, à l’adoration de la civilisation dite du progrès matériel entrainant corruption avec l’argent constituant des points de passage obligés des nouveaux conquérants.
La France en prenant comme support l’amitié a eu raison d’intervenir ,mais depuis quelques années ,nous connaissions cette situation et l’installation de cette nouvelle phalange armée se revendiquant de la religion et de Dieu .Voilà qui est un blasphème car Dieu tient suffisamment dans son Amour donné à tous ses Enfants pour ne pas comprendre de tels affrontements stériles. Toute arme est bannie de l’évolution spirituelle profonde.

Devant cette situation en Afrique, il fallait bien défendre nos Amis, mais sur des bases différentes. Une collusion de pays avec résolution de l’ONU aurait été plus stratégique. Nous oublions qu’en Afghanistan ,même l’URSS a été obligé de se retirer ayant perdu beaucoup d’hommes et de matériel.Les forces en présence sont en inégalités du nombre .Les uns utilisent le matériel moderne léger, des voitures rapides tout terrain et les autres les unités conventionnelles avec couvertures aérienne .Mais où sont les porte-avions et les missiles  ultra-rapides et précis  pouvant neutraliser des cibles en peu de temps. Quelle est la réserve de soutien en cas de difficultés ,on nous parle de matériel et seulement celui-ci pour le transport.Ce n’est donc pas une guerre ,mais une guérilla harcelante qui se déplace sans cesse où les territoires bien connus avec l’appui d’une certaine partie de la population.
Nous n’y pourrons rien et ce genre de conflit pourrait devenir ancestral sans nos prudences élémentaires. Les analyses et tous les éléments présents montrent le danger. Discutons au sein du parlement européen de nos possibilités communes et des forces regroupées d’intervention.

Nous ne sommes plus aguerris pour faire la police du monde et quand tout est exsangue financièrement, il faut s’interroger sur notre action. Ne l’oublions pas ,un conflit Coute énormément à une nation et il faudra certainement augmenter les impôts pour y répondre. Croisons les doigts avant que la raison, la sagesse ne nous quittent avec le sacrifice des vies des hommes dévoués et soumis à l’obéissance républicaine dans une abnégation sans limites.

Ce sont quand même de part et d’autres des frères et nos égaux. Voir les gens s’entretuer et la plus terrible des constations. Il serait temps que le Monde discute sincèrement, posément, de ce genre de terrorisme  aux frappes aveugles installant terreur et peur sur les faibles.La France a oublié une partie de l’analyse et a franchi frondeuse et téméraire la ligne blanche. Sans s’occuper des stratégies communes, unifiant es dans le maximum du respect du à la vie des hommes.

Tous les chefs du monde militarisés peuvent se lever et invectiver, seul l’Ame profonde des hommes doit être écoutées car elle est celle qui connait la vérité et la voie souhaitées .Avant les affrontements ,réfléchissons à notre état de frères et sœurs sur tous les continents .

C’était mon point de vue .
Merci de votre aimable visite et à bientôt

Bonjour à tous ! Rumeur,médisance,intolérance…

Posté : 31 décembre, 2012 @ 9:46 dans actualité générale, communications, metaphysique, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Nous connaissons les mises en valeur mettant la positivité des personnes à l’honneur pour qu’elles bénéficient du support de ses semblables. Mais nous ne connaissons moins,la médisance basée sur un médire dégradant, les faux qualificatifs et l’intolérance pour mettre à bas une personne. Nos ancêtres ,avec ces constats mettant debout ou abattant un homme,ont été très discrets en la matière.

Les hommes et les femmes touchant aux affaires publiques sont souvent soumis à ces règles. Celles-ci sont subjectives car la conscience de dégradation de l’individu ne s’établit que très peu. Nous devons donc être très circonspects pour parler de quelqu’un sans que les paroles soient déformées et le sens inversé .dans ces affaires d’analyses sur la personne, il vaut mieux ne pas aborder sous forme d’un jugement péremptoire. Celui qui se trouve dans les responsabilités collectives publiques sera sujet à un jugement de ces administrés. Les autres fonctions républicaines sont sur le même rang.

Les fonctionnaires d’Etat sont aussi bardés dans leur dossier de suivi/notation  et appréciation de «  médailles » ,sous forme de mots aigre doux ,incisifs ,irrespectueux d’un jugement inquiétants. La personne qui affiche un caractère trop important pour cette organisation basée souvent sur la soumission aux dirigeants de l’organisation. La consigne est  : «  Tu aimeras le mot chef plus que tout ! «  Le chef demande obéissance et soumission, voire abnégation. Il a le droit de juger ses subordonnés et les gratifier d’un gentil ou méchant qualificatif.

Se développent ici des positions absolues, car les systèmes  s’instituant l’autorité se déclinent d’un dernier pouvoir qu’ils qualifient de supérieur et qu’ils agitent dans l’esprit d’un absolu. C’est pour cela que quand on n’a pas pénétré par le travail ces univers ,on ne connaît guère comment fonctionne nos sociétés. Les hauts fonctionnaires agitant ce système de soumission, disent qu’il est noble et juste afin de donner valeur aux serviteurs de la nation. Le tout étant activé dans la confidentialité. Les relations avec une hiérarchie assise sur le Trône du jugement sont désagréables, révoltantes et humiliantes quand  on sait que cinq à sept personnes vont mettre leur grain de sel pour vous qualifier. Ce n’est pas par reconnaissance pour l’intéressé , mais parce qu’elles sont installées  dans leurs pouvoirs  abordant vérités absolues.

J’ai toujours rappelé les paroles suivantes aux hiérarchies ayant foi dans leurs capacités absolues, les mots suivants :
- » Tu ne jugeras point, car tu ne seras pas jugé à l’aune de ton propre regard sur autrui ! » «  Aussi haut que tu sois assis sur les marches de la hiérarchie, tu n’échapperas pas au regard d’une justice encore plus élaborée, sans mépris ,mais tendant son glaive vers la justice du monde! » Mon raisonnement en soi, d’insoumission au système  dans cet état d’esprit hiérarchique paramilitaire a attiré sur moi foudre et négation, voire injustice .

Dans la dernière période de service, j’ai vu les calomnies m’atteindre et émises par des gens dont je n’avais jamais  douté de l’honnêteté vis-à-vis des autres. J’ai eu très mal à ma conscience pendant quelques temps ,écœuré des comportements humains. Si après plus de quarante ans , on ne connait pas ses serviteurs ,cela est très inquiétant. Plus, Plus, si le système s’en prend à ceux qui ont été loyaux, dans l’honnêteté d’un service rendu et apprécié des citoyens observateurs et justes, je me demande ce qu’il nous reste dans notre société. Je pourrais dire, je vous aime tous car vous me calomniez et je tends l’autre joue.

Avant de philosopher entre nous tous, il faut être sûr que nous soyons  dans le regard jeté sur le monde et autrui dans  un plan d’égalité. Ce n’est nullement le cas, et j’ai vu venir toutes les plus basses insultes  me couvrant de boue ainsi que ma famille, ce qui est plus grave. Après avoir rendu « mon tablier « au service ,mon esprit a mis du temps  à revivre et pardonner .Mais, il est parfois trop tard car ces mots injustifiés ,insultants, et calomnieux m’ont déclassé aussi vite qu’ils étaient émis.

Tout ceci m’a immédiatement discrédité sur les bases sérieuses du comportement dans la vie. Alors que je n’y étais pour rien.mes forces de l’esprit et  d’âme sont plus fortes que cela et elles m’ont permis de  surpasser l’épreuve. Le salisse ment  s’ancre à tout jamais dans les souvenirs et il faut dépasser ces clivages, mais la blessure ouverte saigne parfois car en la matière on ne peut difficilement tout rétablir.

Dorénavant, je ne considère plus personne dans l’organisation humaine hiérarchisée dans une supériorité absolue. Officialité ne veut pas dire mettre le citoyen et tous serviteurs dans un état inférieur des pensées ,mais sur un chemin respectueux des vérités.

Bonjour à tous ! Relations toile-homme…

Posté : 28 décembre, 2012 @ 9:24 dans actualité générale, emploi, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Ce sont des rapports nouveaux qui s’installent entre les humains, dans la communications maximum. L’ordinateur, internet  permettent d’accéder et d ‘échanger des avis avec des inconnus à plusieurs milliers de kilomètres, en quelques secondes. La communication émise ne semble pas altérée par son contrôle et sa fiabilité. Je dis ne semble pas, car il faut toutefois être prudent et réfléchir à la stabilité et fiabilité du système. Pour ma part, il reste à améliorer dans la fiabilité de son fonctionnement pour les raisons suivantes.
- L’envoi des mails semble sécurisé, mais les systèmes techniques ont vu sur les textes à tout moment.
- Les personnes qui communiquent sont-elles bien identifiées ,car les faux détenteurs de comptes sur les groupes sociaux circulent, sabotent ici et là les fonctionnements, puis ils  disparaissent.

- Le système est prévu pour un fonctionnement sans vraiment connaitre celui qui s’exprime, d’où le manque  de précisions sur ce point..En général, quand les messages divers  sont véhiculés par un intitulé, il faut faire confiance. Oui, mais  il y a une façon  de se conduire dans un anonymat dévoyé et destructeur du réseau par introduction d’infos ou de mots destructeurs. Le tout, dans le parfait anonymat des comptes ouverts et mots de passe activés. Ce sont des indélicatesse que ceux qui n’aime pas le sens des responsabilités comportementales et des actions emploient. Il faut y faire très attention et je crois que c’est un déficit majeur identique à celui se définissant corbeau avec le courrier papier .Il existe aussi, des interventions sur les textes ,en retranchant des mots ou bien en  ajoutant ,neutralisant l’expression du texte.

Au nom de l’argent ,les opérateurs ferment les yeux sur les valeurs déontologiques d’un système non abouti sur le plan de sa finesse et sa perfection. En exemple : – Dans les réseaux sociaux, il faut établir un profil, et je ne sais par quel subterfuge les profils sont modifiés, pas toujours  en bien  et dans quel but ? Quand je déclare  que je suis marié, qu’il y a des enfants en mon foyer, celui qui bricole et sabote le système  que l’on croit fiable arrive à falsifier toute la rubrique et je ressors finalement en célibataire avec un âge modifié et attractif dans le domaine des données. Ce résultat est des plus incontrôlés. Les organisations de rencontres sous toutes les formes s’engouffrent et me transmettent avec opiniâtreté leur publicité et incitent leurs adhérents à me contacter sur ces bases erronées. Le rectificatif s’impose car malgré  un désabonnement au site non désiré,tout continue.

Quelle est donc la force de ces sociétés ? Ainsi tout est falsifié et la vérité est tronquée.je n’ai pas l’âge présenté, ma situation est en partie fausse. J’adore car je rejoins presque mes jeunes années. Pas tout à fait, mais la quarantaine surement.de ce fait ,des propositions en tous genres affluent et les femmes adhérentes aux  systèmes me laissent mouts messages gentils pour un avenir commun. Si je réponds à ce message pour dire qu’il a erreur, j’établis un lien  et je ne puis me libérer de cette situation incongrue et incontrôlée. Ces organisations considérant mon inscription réelle  et ma désinscription fait en sorte que j que j’accepte la situation présente qui ne va pas changer  en communication.

Tout ce qui touche la coquinerie navigue sur les mêmes bases et fait son beurre dans les manœuvres des bassesses de son niveau. Quand on parle mœurs, prostitution, il faut observer et comprendre les mutations.ces activités ont trouvé avec le système ,le moyen d’expression dans l’anonymat et même en activant le tri établi dans les logiciels protecteurs .Les messages  passent et les indésirables eux  sont dans la correction ne passent plus . Ces constats ont entrainé de ma part des prises de têtes avec certains opérateurs qui parfois n’acceptent pas la reconnaissance  de ces dysfonctionnements  et ils déclarent  que c’est la faute du client qui ne sait pas manœuvrer son système. De temps à autres, il faudrait écouter les clients et pour moi, on ne peut vendre un service et le fournir que s’il est abouti dans sa fonction. Le commercialisation sais atteindre la perfection ,dans l’à peu près  est nocif à la bonne marche.

Regardons les conséquences de tout cela et parfois le manque de confidentialité, mais aussi des détournements d’information. Les systèmes militaires, d’un rang plus élevé en sécurité ne sont que modestement fiabilisés car atteignables dans leur cœurs oar celui qui arrive à franchir les barrières et verrous posés.Ce que certaines personnes ne comprennent pas en répétant que c’est le droit qui l’emporte  et s’applique. Cette position est erronée car celui qui est le plus fort techniquement entraine avec lui  le système .Jusqu’au bout les observateurs s’en aperçoivent. Ces bricoleurs du net finissent par  faire avancer la technicité  et démontrent que tout est perfectible. Le droit lui est nécessaire  pour cadrer, mais ne peut empêcher  l’évolution  pensée de s’établir et exister. Je le dis à ceux qui se confinent et se retranche derrière l’officialité gardée par le seul droit, les systèmes informatisés sont sans  cesse en mouvement et vous ne pourrez vous appuyer sur la science car en stratégies militaires ,des nouveaux techniciens spécialistes se lèvent et ils mettent au grand jour les données.

Les humains et la définition des pouvoirs de l’homme mutent à la vitesse de la pensée active et on a beau faire et beau dire, ainsi que l’écrire, quelque part le pas suivant se réalise et rend obsolète l’ensemble. Dans cet esprit ,la toile aura ses limites et c’est dommage pour la communication sincère, honnête, vraie. Nous en reparlerons.
Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Les trains de vie …

Posté : 23 décembre, 2012 @ 8:25 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, travail | Pas de commentaires »

En voilà une histoire de gros sous, car sans cet argent, il n’y a pas  de train de vie. C’est une locution souvent plus négative que positive. Elle qualifie aussi les excès qui se rapportent à l’avoir et l’existence en activités développées des hommes, des familles, des sociétés, des collectivités, de l’Etat lui-même et de toutes institutions du moment où elle va se définir plus rayonnante que les autres.pas si simple, ce train de vie ,car nous devons à partir de notre jeunesse penser à la régler suivant ce que nous allons posséder et pourrons garantir. Logiquement et philosophiquement, en relation avec notre bonne santé communautaire, il faut penser à ce train de vie dans le partage et regarder en toute conscience  et sans hardiesse la part et le poids de cette possibilité expressive. Il faut craindre de voir trop grand, mais surtout de priver, dans une mesure importante celui qui donne sans retour. Le plus fort, les institutions ,l’Etat structuré, les collectivités, en levant les impôts ,devraient, être dans le partage équitable. Tous les trains de vie doivent s’analyser et se corriger positivement. Quand la dignité des êtres est assurée, la société établit sa propre activité qui se situe dans le partage solidaire et emprunt de générosité active.

Quand les progrès se sont développés, nous avons cru au miracle. Les trains de vie se sont envolés sur une courbe ascendante  incontrôlée. Ceci a entrainé une communauté dont le vécu se trouve dans un train de vie trop fort. Ici, il n’y a pas de jalousie et chacun doit juguler ses sentiments en la matière. Il faut bien regarder ces choses sur les trains de vie  ,sans passion, ni regard inquisiteur. Toujours se dire : »- J’en ai encore plus que le pauvre ! »Oui ,mais moins que celui qui se dit subitement  riche. Peut-être est-ce une aspiration motivante dans la construction sociale? En effet, elle l’est ,si nos regards savent corriger l’opulence et l’indifférence qui fait régner les plus riches. Ceux-ci essaient de justifier leur bien être supérieur en se définissant utile, indispensable à la société et l’autre tant pis pour lui et ses jérémiades du moins reçu. Il y a donc solidarité en la matière et un train de vie peut atteindre des niveaux supérieurs dans l’insolence .recevoir sa juste part ,voilà l’équilibre  amorcé du moment où nous avons comme bâti principal des sociétés ,les valeurs humaines  équitables et non l’argent.

Le plus fort, aux trains de vie renforcés sur les autres, comme l’Etat et ses serviteurs, les collectivités en général, n’ont pas ces difficultés de trains de vie car ils augmentent l’impôt levé sur le citoyen de base et le tour est joué . Mais, si l’un se garantit de la misère, l’autre va la connaître par son appauvrissement permanent et progressif dans la vulnérabilité face aux diverses collectif insensibles.A l’intérieur de ces groupes on se réjouit et alors, que dans l’unité de base on meurt rejeté par le puissant indifférent. Il faut que l’objectivité du cœur et de l’esprit nous gagne et fassent valoir les qualité du grand partage.

Certains prétendent qu’on ne peut ,ni ne faut toucher les trains de vie .En exemple,  les retraites  ont et auront du mal  a être versées et d’ici quelques années elles seront supprimées car il n’y aura plus d’argent !Mais, a-t-on réfléchi sur la nécessité d’égaliser les revenus au moment de la retraite. Ce serait pourtant juste, protecteur ,solidaire. Pour celui qui a le moins et ne pourra vivre, cela est possible car certains pays le font déjà pour que leurs habitants profitent d’un espace temps donnant un peu de bonheur mérité.
En Occident, nous assistons à une sorte de pensée repoussant celui qui n’a beaucoup ou rien car tant pis pour lui. Il n’a pas su se débrouiller et y faire.Si nous continuons ainsi, nous connaîtrons des moments difficiles ,car tout le monde ne se contrôle pas en action et le pire serait dans oppositions actives et violentes  entre groupes extrêmes et  des affrontements appelés «  Guerre civile ».Les politiques devraient être plus clairvoyants et se méfier de l’élastique qui se tend. Ils doivent marcher devant les sociétés ,en guident honnêtes, sereins, attentionnés, pleins de précautions en repoussant la violence .Celle-ci apparaitra car ils ont laissé se développer et ont aimer les injustices !

Des temps autres viendront et je souhaite avec vigueur pensée et philosophiques que les différents se règlent dans la paix active intérieure de part et d’autre. J’émets le vœux ,sur ce demain qui va avoir du mal à sortir des brumes incertaines du temps, je dirai que si l’on peut  éviter un tel chaos ,nous serons encore bienheureux sous la houlette de la providence.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Les voies et choix politiques…

Posté : 18 décembre, 2012 @ 7:35 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

La question qui se pose est de savoir si nos différents partis structurent bien ,en leur intérieur ,le  contenu et le continu de la société et ses principaux agents actifs. Le but fédératif des partis est qu’en son sommet, il puisse définir une orientation pensée dont les citoyens honorent et demandent l’application générale par le vote et ses orientations démocratiques. Un parti politique n’est pas une mince affaire car dans une démocratie vibrante, il représente une dignité et doit définir une exemplarité intellectuelle et morale de ses dirigeants. Nous venons de voir nos partis s’effriter et donner des allures extérieures de déroutes. Je pose donc la question sur les capacités à représenter un peuple dans les orientations intellectuelles et morales. Parce que sans cette dignité ,ce haut respect comportementale, il n’y a pas de capacités internes pour un épanouissement exemplaire, global et d’esprit noble  et libre.

Malheureusement, nous voyons arriver aux postes de dirigeants des personnes ayant avec eux un passé judiciaire et prétendant orienter ,diriger les sociétés. C’est au citoyen ,en son âme et conscience, avec confiance à élire la personne la plus près des valeurs majoritaires et supportables pour l’ensemble. C’est aussi à lui d’éviter les écueils ou pièges tendus par les candidats doubles langages et actions non dévoilées. C’est encore à lui de s’imprégner de l’idée de porter en avant celui qui le mérite par ses capacités et qualité. Si ce n’est pas le cas, il vaut mieux ne pas se prononcer car il faut éviter de donner le pouvoir aux personnes dangereuses dès qu’elles sentent leur supériorité. Le choix d’être libre, serein, bien dans une société est une affaire de choix directeur et du consensus citoyen sur les orientations.il est normal que le citoyen soit parfois dans le mécontentement ou le manque de  satisfaction publique, car il a droit à une société des meilleures qu’elle soit.

Nos goûts pour l’argent nous amènent à accepter beaucoup de dérives dangereuses et totalitaires dans le contenu. En exemple, notre aller et venir, avec nos engins à moteur, dans le respect complet du code de la route est parfois aléatoire et dans une forme imparfaite. Alors, les dirigeants ne pensent qu’à sanctionner globalement et dire je ne veux pas le savoir et tout le monde prend pour celui qui se comporte mal. Dans toutes les matières, nous sommes considérés en des niveaux qu’il faut mieux encadrer par un esprit militaro-administro-policier et ainsi, aux côtés des peuples, des métiers appelés de police se développent et sont jugés par un grand avenir. D’ailleurs ,dans cette philosophie, nous ne serons jamais des adultes responsables et un peuple considéré, pour qui la loi s’érige et s’applique.

La répression est une et ne doit pas considérer le peuple ,mais uniquement la phalange d’une société à encadrer. Les lois sont au service du peuple majoritaire auquel il faut dire bonjour en retirant son chapeau. C’est lui que la loi honore ,c’est lui l’exemplarité, c’est lui pour qui on a respect quelque soit la discipline. Donc ,ce n’est pas en ayant des effectifs « militaro-policiers »  consensuels avec l’homme dirigeant pour voire s’épanouir la vraie démocratie.

C’est une formation plus fine des personnels assermentés qu’il s’agit d’organiser afin d’obtenir les capacités de cibler le délinquant plus précisément et lui seul en de nombreuses disciplines. Il faut agir centré, dirigé, avec doigté et fermeté car les politiques qui considèrent tout le monde dans le même niveau du comportement, est une pensée néfaste issue des mondes militaro- politiques et non de la démocratie libre, appuyée sur un droit vibrant ,respectueux et donnant liberté et expression à son peuple. L’humain sait très bien s’autodiscipliner pour un tous ensemble viable, supportable, respectueux. A partir de cette autodiscipline, il faut considérer la femme et l’homme citoyen.

Nous avons appuyé nos sociétés dans leurs structures fondamentales par une construction active se définissant par une philosophie d’encadré militaro-structurel ,avant celui de l’intellectualisme  libre et honnête. Nous aurions dû évoluer vers notre liberté plus affirmée et reconnue par les valeurs les plus élevées dans l’intellectualisme et d’une morale non entachée de souillures profondes. Donner existence libre aux non valeurs, aux respectueux des lois dans l’autodiscipline ,sans tout réprimer dans le global.de ce fait, il n’y aura jamais d’évolution pensée et policer n’est pas une finalité de société. Ces orientations ne sont que faiblesses de visions directrices ,hélas très entachées par une version du pouvoir sans partage ,ni humilité, au service des libertés, du respect quotidien du plus pauvre citoyen défini bon citoyen respectueux.

Voire dans des hordes d’hommes en uniformes se déchaîner avec violences physiques sur des citoyens réclamant unis une meilleure société nous donne l’image dégradante des pensées dirigeantes et directrices. Quand le peuple manifeste pour un sujet des plus puissant dans sa structuration continue, il y a lieu d’être respectueux avec lui et celui qui lève le bras et frappe, même au nom de la loi devient complice d’une dictature virtuelle, mais bien présente.

Ce que je viens de décrire nous entraîne à  prendre de grands virages ou orientations et le Socialisme se doit de commencer l’appréhension essentielle de cette courbe vers un Droit plus fort des peuples. C’est par la qualité d’un tel mouvement que nous allons évoluer et donner espérance  à notre jeunesse qui monte  et doit s’exprimer dans son âme et conscience avec une autodiscipline appréhendée.
Le temps presse et il s’agit d’établir une constitution plus étayée et développée dans ce sens. Seul ,l’avènement de la 6ème République peut nous y mener ,car tout l’ensemble désormais ronronne et condamne le peuple dans sa liberté en agonie.

Le travail est considérable et il n’est pas affaire de gros sous, mais de valeurs internes des hommes responsables. Le sens humain profond doit faire émerger nos capacités d’une société et d’un monde plus juste et fort dans le respect de tous. Nous avons déjà des hommes de ces valeurs qui dans leurs esprits et leurs âmes généreux sont brimés par un intellectualisme stagnant, contenant et peu honnête.
N’ayons pas peur des mondes plus évolués où l’être n’est nullement sans cesse encadrés par des forces spéciales, mais où il doit ,sans cesse, exprimer son sens uni d’un haut collectif de grandes valeurs.

Ce que nous venons de voir en politique, ces temps derniers, avec les mésententes internes de partis est relié au manque d’évolution pensée libre et une sorte de prison virtuel et intellectuelle dans laquelle l’homme s’enferme. Je dirai dans l’humour nécessaire aux graves et sérieuses orientations : «  Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux …! « .

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

12345...8
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...