Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour la catégorie 'Sciences sociales et humaines'

Bonjour à toutes et à tous ! Les séquences du temps…

Posté : 2 septembre, 2013 @ 8:15 dans metaphysique, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Ce temps si important pour nous est un espace partagé intérieur et aménagé. Le poète dit qu’il est le tien, le mien, le vôtre, le nôtre ! Il détient une clé de la vie et de son équilibre. Il est le métronome et son infiniment petit a des valeurs aussi importantes que son infiniment grand.Pourquoi ne pouvons nous pas nous en dégager ? Eh bien, parce que nous sommes inclus par le champ actif de notre système solaire et le calage des saisons rythmées sur des éléments  de vie,naturels puissants, voire cosmiques.

Avant d’exister,nous ne connaissions pas le temps et c’est l’école de la vie qui nous l’apprend avec nos besoins élémentaires reliés à la dynamique naturelle terrestre,celle astrale et cosmique. on peut supposer qu’il est également Universel sur d’autres bases. Nous sommes encore peu éveillés sur cette connaissance et la relativité est une des voies. Le temps s’accélère si on se rapproche du noyau terrestre et se ralentit en s’élevant vers le composé solaire.

Mais ce temps,si adapté à notre propre biologie corporelle de vie,est-il une chose égale au-delà de notre système solaire,dans la galaxie  intime avec son soleil ou étoile active et les enroulements peuvent être différents. Nous n’avons guère de réponse sur ces sujets et nos suppositions peuvent en déduire qu’il existerait une porte des temps,dont nous ne possédons pas la clé. Cette clé serait celle des voyages interstellaires,cosmiques et universels. Le temps peut comporter des plissements,des courbures,des espaces contractés et élargis. Une chose est claire,celui qui saura toucher à cet élément peut définir un espace différent en effectuant un plissement et l’effacer selon ses besoins. Cela voudrait dire s’isoler,se protéger d’un autre espace et devenir invisible  pour lui. C’est probablement une arme de protection absolue utilisée par des civilisations plus avancées que nous. Maîtriser le temps jusqu’à pouvoir modifier son cours est une chose qui peut être bonne et à la fois néfaste et dangereuse.

Quand,dans notre ciel,nous voyons circuler des engins venant de lieux  inconnus au sein de l’univers,nous pouvons penser qu’ils ont une maîtrise du temps. Aussi vite que la pensée,ils se matérialisent et disparaissent de notre champ de vision. Il se peut qu’en fait,ils effectuent un plissement du temps et se trouvent très près de nous. Pour être à  l’aise dans l’univers et y circuler,il faut avoir déchiffrer les mécanismes du temps et surtout savoir les utiliser finement Il ne s’agit pas de franchir une porte des temps et ne plus pouvoir en revenir. Nous devons être capable de réajuster un tel espace.

Difficile et pourtant dans les vies nous accompagnant,sans technologie et matérialisme développés,il n’est pas sûre que certaines espèces n’y arrivent pas? La grande Vérité est probablement placée hors de nos cheminements mécaniques et s’appelle télépathie,mécanique cantique,lévitations, adaptations rapides aux circonstances ,possibilité de franchir les barrières de la matière même et voyager à la vitesse de la lumière. Tout ceci ne pourra exister qu’en développant les richesses qui sont en notre intérieur.

Un plissement du temps peut construire son propre monde et y installer la vie. les conséquences sont dans le visible et l’invisible. Le temps n’est pas une mince affaire ,mais un fidèle compagnon de nos vies adaptées à sa séquence planétaire.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Bâtisseurs d’équité,solidarité et de fraternité…

Posté : 31 août, 2013 @ 7:20 dans actualité générale, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Vivons-nous tel que nous bâtissons,des temps généreux où toutes nos actions sont bénéfiques et garantissent une forme de bien-être .Je le  crois et le mentionne dans mes ouvrages sur la société. Toutefois, j’émets des réserves à cette formule construite de société se libérant des autres contraintes placées hors du  vénal .S’il n’existait qu’une prise en compte du temps présent,il n’y aurait pas de problèmes.

Pour être heureux,bienheureux,aborder une forme du bonheur,il faut ne pas oublier le passé parfois laborieux .C’est lui qui a fourni les éléments du monde d’aujourd’hui ainsi que sa grande philosophie  globale. Puis,il y a le futur que nous ne voulons pas aborder en sa grande confection. Cet avenir immédiat,nous lui fournissons les éléments pour se dessiner par la fonction de la physique et la mécanique cantique.

Donc,prudence !Hier , s’éloigne lentement,mais il s’inscrit doucement dans nos mémoires. Aujourd’hui, nous le faisons à nos mesures en y introduisant ce dont nous sommes réellement,intellectuellement,spirituellement. Demain n’est pas le problème dit-on car le temps présent doit être respecté et nous appelle. Tous nos vœux et nos prières demandent que nous soyons épargnés par les guerres,les conflits,les mésententes,les affres des accidents et des maladies.

Puis, viennent les pensées allant vers ceux que l’on aime et qui nous entourent sans oublier le cercle agrandi. Nous espérons recevoir des bienfaits en échange de travaux, en participant si possible au chantier en cours. Tous, nous cherchons ce bonheur d’exister car tous nous ne méritons pas les chemins de galère. La réalité est parfois dure et décevante et les traversées de gros temps ne manquent pas.

Nous ne sommes pas toujours sérieux et nous avons besoin,pour supporter la vie ambiante ,de dérivatifs qui nous entraînent vers l’addiction. L’alcool,le tabac,la drogue,les jeux d’argent,les mondes dépravés nous attirent pour quelques instants d’oubli de nos difficultés. Pour certains, il est trop tard,l’usage les a rendu accrocs et dans la grande dépendance.

De tout temps,nous avons eu ces comportements alliant notre sérieux avec un oubli de l’existence basé sur une forme d’éléments échappatoires .Ne nous fustigeons pas car dans toutes les sociétés,il faut choisir la moindre des atteintes. Il ne faut pas croire que le monde parfait va nous atteindre et régler nos problèmes. Il nous faut rester zen,sereins,ouverts, à l’écoute,avec l’esprit de l’indulgence pour nous et ceux qui nous entourent .Le parfait n’est pas encore là et nous devons gérer l’acquis au mieux de nos niveaux et possibilités Le monde du parfait serait celui des « dieux » et non pas celui des hommes. Serions-nous plus heureux dans une forme alliant l’excellence ?

Ce ne serait encore pas l’excellence de tous, mais appréciation par le jugement de certains. En toute chose,il faut être modéré et sage si nous voulons éviter les grandes dépendances et le décrochage de la société structurée. Quoi que l’on en dise,il faut faire un effort dans le positif et considérer que la vie est le plus beau des cadeaux.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Espérances…

Posté : 27 août, 2013 @ 8:46 dans actualité générale, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

L’espoir est une chose formidable qui nous ouvre beaucoup de verrous. Savoir le cultiver,à titre individuel est important,voire essentiel avec l’espérance d’une société dynamique,paisible, sereine et équilibrée. C’est une très grande pensée qui ne ferme jamais ses portes,mais si nous la fortifions,elle nous donnent accès aux éléments que nous croyons inaccessibles

Tout homme possède son potentiel pour affronter la vie et dégager son horizon immédiat. Tous les peuples doivent vivre dans l’espérance et leur bien-être,leur bonheur,de la sérénité affirmées et régnantes. Parfois, il faut tenir fermement la barre du navire car il tangue et pourrait connaître l’échouage .L’espoir est  également affaire de tempéraments humains et c’est l’optimisme qui le crée souvent.les personnes anxieuses ont du mal à atteindre ses rives fleuries. Chacun cultive son jardin et celui ou celle qui est accablée,a bien du mal à garder son regard d’espérance. Trouver des niveaux de vies sans relief de l’esprit et de l’âme,conduit à l’affadissement des pensées .A la d’autres raréfaction des joies,aux tristesses pénibles et durables.

Ceux qui ont en charge l’articulation des sociétés doivent veiller sur l’espérance comme on surveille une flamme d’une bougie,car à travers cet espérance,se dissimule un bonheur pour demain. Nous avons tous nos espoirs secrets sur nos points de vie particulière et d’autres pour notre collectif. La paix global du Monde ,la sérénité engendrée,acquises,sont autant de points positifs et généreux .Aussi, nous développons notre propre conscience et l’image du monde. Certes, tout ceci se trouve sur la ligne entrainant notre propre progrès mental et spirituel.

Il faut savoir également se retourner ,pour regarder si ces espoirs sont encore dans une possible réalisation émergente En ces matières il ne faut pas aller très vite et rester les pieds sur terre. Certains préfèrent l’étourdissement par la musique et ils quittent de la pensée leur ralliement au monde trop cartésien à leurs goûts.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à toutes et à tous ! Les prisonniers du boulot…

Posté : 18 août, 2013 @ 8:06 dans actualité générale, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Etre actif,faire,défaire,analyser,innover,construire est notre lot quotidien. S’employer à réaliser nos idées concrètes et rendre service à la communauté ou société est important .Une vie de labeur est une vie au service des autres généralement . Chaque personne majeure est engagée sur ce processus si elle veut obtenir un peu d’argent pour vivre seule ou avec sa famille.

A ce sujet,il existe des philosophies merveilleuses oubliant l’argent et unifiant les actions des hommes par exemple pour bâtir la maison d’un voisin,d’une personne dans le village,etc…Tout peut en échanges mutuelles ,en oubliant cet argent .Ne rêvons pas,l’argent a pris un tel essor et poids avec son intrusion en tous lieux,nous sommes devenus dépendants,accros,instables en sentiments avec ce développement. Je ne pense pas que ce monde fait uniquement d’argent et reléguant les autres valeurs,perdure. Déjà, en certains lieux,des groupes essaient de sortir de ce cercle vicieux comme l’on dit populairement .Nous devons développer en nous le sens du don par l’offrande .Non pas argent,mais la  solidarité sur les actes en passant vers une société où l’on échange et se donne notre énergie,notre savoir faire,notre positivité relationnelle et tisser des liens plus indéfectibles qu’avec les sous.

Malheureusement,rien ne va comme on le souhaite et nous bâtissons désormais en faisant feu de tout bois. Je m’explique .Arrivés à notre niveau de société,nous devrions être  capables d’interpréter certaines pensées,actions ,en prenant en compte nos qualités généreuses et imprégnées dans la vie de tous les jours. Si nous partagions réellement,il n’y aurait plus de chômage et le travail serait basé sur d’autres valeurs.

Comme nous sommes accrochés au travail pour exister et avoir de l’argent,le boulot devient obligatoire. Ceux qui ne sont pas chanceux  n’en n’ont pas et ils n’ont rien en échange .Les automatismes prennent le travail sur les postes,le machinisme n’a plus besoin d’hommes. Nous, nous comptons les chômeurs et les exclus. C’est une société sans fondements,sans ancrages profonds,ni pérennité que nous  construisons. Vivre,ne se dirige pas forcément vers des obligations établies et immuables. Suivant sa chance,chacun trouvera son bonheur .Le bonheur , il faut l’aider en  partageant et tout se partage depuis notre premier cri à notre naissance.

Il faut nous aimer plus pour passer les écueils. La dessus, nous avons des difficultés car nous accrochons les valeurs aux mots posséder,paraître,s’enrichir. Le reste , il y a des organismes qui indemnisent ceux qui n’ont pas de chance et cela suffit à notre bonne conscience.La rareté des emplois développe une sélection impitoyable et infernale. La bienséance se perd dans les méandres des sentiments  misanthropiques Plus, le jour de repos hebdomadaire n’est pas sur d’être maintenu sur le temps car nous devrions œuvrer sans ce repos pour nous relaxer,nous recentrer sur nous-même et nos existences.

A en croire certaines personnes,il s’agit là encore, d’un superflus. Nous avons coutume de dire : »Paix aux hommes de bonne volonté et honneur à ceux qui ont trouvé la sagesse relationnelle et le bonheur d’exister. J’ai rajouté quelques mots pour plus de consistances dans leurs poids. Un autre monde dimensionnel vient vers eux et il n’est pas fait que d’argent .l’autodétermination,l’autodiscipline des hommes à titre individuel est nécessaire dans nos avancées de sociétés qui doivent être généreuses,solidaires dans ce grand partage. Nous oublions que d’autres mondes sont à notre portée et qu’il suffit d’une pincée philosophique pour les embrasser.

Certaines choses de la vie et ressemblent à des niveaux mis sur notre route.si nous  négligeons les aspects,nous ne passerons pas l’obstacle qui se dresse. Pour ceux qui sont des cavaliers en sauts d’obstacles,ils savent que le passage de celui-ci demande avec leur cheval une approche spéciale,dosée en paramètres qui admet peu d’erreurs  .Nous, nous évoluons sur cette image,nos problèmes ne peuvent être résolus par le tout argent.

Merci de votre aimable visite,bon dimanche et à très bientôt!

Bonjour à toutes et à tous !La connaissance est-elle une fin en soi ?

Posté : 17 août, 2013 @ 8:03 dans Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Ce que nous comprenons est le résultat de notre propre pensée .Nous   sommes dépendants et limités par l’élément que nous représentons .Un élément n’est pas un ensemble et il n’a pas ses capacités .Logiquement,il ne peut mettre l’ensemble en grand danger .Il ne peut que créer des troubles fonctionnels. Le fait que l’élément vie humaine soit de plus en plus nombreux à l’intérieur de l’ensemble,retourne encore plus vers l’élément son impact limitatif et il ne faut pas se faire d’illusion,toute chose se trouve à sa place et doit y rester et ceci depuis le début des temps .Ne nous faisons pas d’illusions ,la vie est plus grand cadeau que l’on puisse nous faire. Nous pouvons toujours croire en notre grande capacité,mais face aux forces planétaires,leurs logiques fonctionnelles,face aux forces et interactions cosmiques ,nous sommes qu’un grain de poussière.

Nous nous dressons sous la coupole des Cieux  et sa voûte étoilée .Ce qui nous est donné de voir et contempler est limité  dans cette forme restreinte .D’ailleurs, nous avons même une vue limitée constante suivant certains angles .Celui qui nous a créés a voulu que nous regardions devant nous et peu sur les côtés,mais pas derrière nous. Sinon,il nous aurait dessinés avec une vision de 360 dégrés .Les angles de vision définissent notre univers et nous savons que d’autres espèces ont des angles différents et discernent des choses sur une grande surface.

Bref, la connaissance que nous manoeuvrons est limitée et le sera toujours car nous  le petit élément dépendant avons pas de capacité pour remettre en cause un plus grand cercle. L’intelligence et la connaissance sont cosmiques et elles existent depuis le début des temps  universels. Elles nous donnent ce qu’elles veulent par le biais d’une onde naviguant en tous lieux. Notre cerveau doit-être ouvert et prêt à recevoir ce créneau et là,on peut dire qu’il commence à savoir. Toujours dans une action généreuse  offerte par l’universel en activité permanente et puissante .Nous sommes sa vie,mais également son élément en action progressive aux contours limités. L’univers est un grand corps et nous ressemblons à une cellule individuelle. La cellule malade peut détruire le corps, mais le corps est individualisé des autres et aussi la sauvegarde existe et se met en route. Avec nos façons de voir l’ensemble,nous nous dirigeons vers une pensée prenant notre propre monde en charge et nous pensons être les meilleurs en compréhension. 

Que savons-nous des autres espèces  en remontant jusqu’au premier végétaux sur Terre. Nous savons que chaque variété,chaque espèce a son règne limité dans le temps et doit s’effa pour qu’une autre trouve le sien et ainsi de suite. Chaque plante est utile à la vie animée et chaque séquence du temps permet aux fleurs de s’épanouir,aux insectes de butiner, aux oiseaux de se déplacer et se nourrir, aux animaux de mener leur vie rythmée,aux hommes d’être un jour sages et partageurs.

Les insectes sociaux ont leurs constructions de sociétés et leurs cités et ils ménagent leur reine. Chaque espèce s’est constituée une mémoire et y puise son relationnel. Pour toutes espèces le créneau est limité et les ambitieux,les irrespectueux sont remis à leur place et  et se mettent eux-mêmes en grand danger.

En exemple, l’homme pense construire son propre monde et croit en savoir un maximum de ce tout. Mais, dans son espace ,non loin de nous, des organismes unicellulaires tels les virus ou bactéries veillent et nous regardent,et comprennent les conséquences  de nos actions .Ils s’adaptent immédiatement à nos « remueménages » .Ils peuvent même modifier leurs formes pour s’adapter .Les cellules premières,non assemblées de la vie,sont toujours parmi nous et elles nous rappellent qu’elles peuvent clore le chapitre ou changer la donne. L’exemple relationnel de l’homme et du virus et la bactérie est manifeste .

Quand les grippes dites aviaires,porcines,etc.., se développent,l’humain n’a comme solution que l’éradication de l’espèce. Triste et c’est une démolition de la vie allant vers le virus lui-même. Entre lui et nous,nous faisons disparaître tous les intermédiaires pour avoir un affrontement direct. En simplifiant les schémas, ,nous montrons nos limites de connaissances et hâtons la fin la fin de notre règne. Le grand corps que nous voyons de l’intérieur aura un peu de fièvre,mais peut-être pas et continuera sa route inexorablement.

L’idée du savoir doit être reliée à la modestie permanente et la simplicité. il n’y a personne qui s’est enfui avec la bibliothèque du savoir inhérent au grand corps. Simplement,nous humains,à une période de notre histoire, avons incendié par dépit la grande bibliothèque d’Alexandrie. Nous l’avions établie de notre savoir sous un certain cercle et une durée précise inventoriée .Maintenant ,nous savons que nous ne savons plus,mais nous feignons de le savoir

.Surtout ne soyons pas tristes et e nous offusquons pas car le savoir est modestie et jamais en rade,comme l’on dit populairement. Alors,d’autres espèces qui nous accompagnent,elles, ont  déchiffré un plus grand espace du savoir de la réalité de demain.Certains oiseaux le font très bien et cela s’appelle faire de la mécanique cantique .Qui a appris à nos Amis sur ce point .Ce n’est pas leur technologie, leurs écoles,.

La simplicité existe et en s’y référent,l’angle du grand corps que nous percevons change .Mais il est permis de s’interroger devant le miroir et dire : »Mon beau miroir dis- moi que je suis le plus beau ou la plus  belle et que mon instruction est supérieure! » Le miroir répondra qu’il est de glace et de reflets…

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! L’Amour s’use-t-il ?

Posté : 16 août, 2013 @ 7:26 dans Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

L’amour trop relié au physique s’use lentement ,s’érode et finit par devenir une sorte de rituel, des personnes où les partenaires ont perdu toute la passion attachée à l’originel des premiers temps. L’amour vrai construction à la fois des corps et des âmes,fait se rencontrer dans une affinité pensante et active étrange. Ce sont des êtres qui aiment être ensemble et leurs désirs est dans leur présence physique réciproque .Ici situent les bases solides de l’amour pour qu’il devienne fort,pérenne et constant sur le temps qui passe et nous emporte. Certains comportements très précis sont voués à l’échec.

Les amoureux le savent bien et parfois dans une vie,c’est le défilé de personnes qui usent rapidement leur capacité physique d’aimer .Je te donne et tu me donnes,voilà grosso modo,les grandes lignes et hors exhaustivité,Mais dans ce sens,je sais,  tout s’use,tout s’en va et tout lasse. Il faut étayer autrement et lui laisser un espace essentiel pour qu’il puisse se fertiliser et s’installer vraiment .La libération des moeurs est une façon moderne et adapter à ma période d’aimer ,si l’on peut dire. Elle ne demande pas tant d’installation protocolaire et c’est du genre  pour certains et certaines «  Tu me plais,je te plais, et brisons la glace! »

L’amour repousse les actions qui lui force la main et il souhaite se mettre en place dans les cœurs et les âmes avant les complicités physiques .Oui, mais nos sociétés dites modernes ne laissent plus aux couples constitués assez de temps pour s’installer dans le bonheur de la vie .Les générations qui pensent qu’il faut user de tous les stratagèmes avec son corps et en donner une partie afin de mettre tous les atouts sur le physique et l’action corporelle font erreur.

Grosses erreurs qui finit par d’altérer les valeurs de cet amour et une spirale s’installe entre les prétendants à ces unions. En consommant trop rapidement les éléments qui y sont reliés,ils créent une usure prématurée. Comme tout se relie aux habitudes,le bonheur ne sera jamais ou peu au bout du chemin .La libération de consommer librement suivant ses désirs est en soi ce qui tue cet amour et affadit la vie des protagonistes .C’est un défilé permanent des prétendants

 Avec la devise suivante : « Je te plais , tu me plais, et c’est l’affaire qui court ! »
On ne traite pas l’amour ainsi et il demande certaines réserves et notamment une forme d’abstinence des corps jusqu’au moment où les obstacles à ce grand amour soient levés .Oui, mais la question est : -quand ce même amour ressemble à l’éclair et devient coup de foudre? La résistance devient vaine !Selon les jeunes générations,l’amour serait prise de têtes entre les genres activée par un enchevêtrement bactériologique semblables à celui des insectes et leurs phéromones.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! A chacun son monde…

Posté : 15 août, 2013 @ 8:24 dans Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Dans cette affaire d’union des hommes et de constitution de leurs communautés,il y a beaucoup de variantes .Je m’en explique. Pour certaines personnes,considérer que l’on existe au plan individuel et personnalisé est une erreur. Cela aurait aucune valeur. C’est une analyse plus que dangereuse pour l’ensemble uni et ses éléments.

Il faut considérer que si l’on ne reconnaît pas l’élément,l’ensemble en formation représente guère plus. L’individualisme forcené non,mais la liberté d’adhérer aux groupes communautaires,oui. Souvent,ceux qui parlent ainsi sont des meneurs et des adeptes des pouvoirs sur les autres qui pour eux ne sont rien dans l’existence .Ceci est relié à une image de ceux qui dirigent,car ils sont toujours bien « sapés » comme l’on dit vulgairement,dans le vent et en jettent dans le paraître avec leurs tenues et  leur voitures,quand ce n’est pas par les habitations et propriétés Bref ,ceux qui ont tendance à exploiter les autres à leur bénéfice et ne rien partager. Collectivement nous avons approché de très près cette façon d’être en formation structurée de sociétés,avec la période  du Communisme en Europe de l’Est.

Les camarades ne devaient jamais s’enrichir et œuvraient pour la communauté exclusivement. Tous les salaires étaient contenus .Les maisons alignées en tel style bien défini et sans variantes et la voiture choisi par le dignitaire de la communauté. Au sommet, des camarades encore plus camarades,tiraient les ficelles d’une société structurée et bien contenue .Cela n’a nullement empêché le régime de s’effondrer et se dissoudre et soudain on a vu surgir des camarades riches au point d’acheter des parties de pays capitalistes .Que s’était-il passé chez les camarades? Les plus importants camarades avaient certainement une ascendance sur les autres en niveau professionnel et rémunération ?

Un bon camarade partage,aide,donne et reçoit en toute loyauté et sincérité. La fraternité est une grande dame et elle ouvre la porte vers les champs d’entente espérée. En attendant, c’est merveilleux et il s’agit d’un grand partage d’admettre que l’on puisse réussir. Quand on pense ,on existe .De là   à  imposer sa propre volonté,il y a des distances. Je me réjouis de voir les au tres heureux et dans un bon équilibre de vie.Je ne suis jamais jaloux de ce qu’ils ont et j’aime  avec  chaleur humaine reconnaître leur présence.

Il est excessif de jeter sur l’autre,les autres un regard suffisant,dominant ,sans amour profond. Nos vies sont éphémères et l’idée de dominer par des pouvoirs,quels qu’ils soient est une maladie interne. Parfois,nos sociétés structurées ,avec de tels penchants finissent par tuer l’amour et la conscience d’exister, pour certains qui veulent nous imposer leur modèle placé dans la rétroactivité .Dans la transmission de nos sentiments fraternels ,je dirai que nous devons préserver notre conscience,notre esprit des ambitions démesurées et mettre les formes de pensées despotiques loin de nous.

La fraternité,la solidarité,le partage et l’honnêteté matérielle et intellectuelle, avec la raison,la sagesse nous rendent libres.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! L’AMOUR: ne jouons pas avec lui…

Posté : 7 août, 2013 @ 7:42 dans Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Je veux dire ici que nous soyons sincères avec l’Amour et sa réalité contenue .Nous l’avons vu,il ne supporte pas la désinvolture et d’être humilié .Il se place dans la plus haute dignité .Il désire le respect total pour éviter de détruire ses hautes capacités .Il donne beaucoup à toutes choses et il sait que nous sommes parfois incohérents,peu constants,volages avec lui. Nous n’assumons pas toutes les valeurs qu’il met entre nos mains et nous ne cherchons pas à développer et comprendre ce qu’il nous apporte à chacun et en partage.

C’est par lui que tous les liens s’établissent et aussi par lui que nous nous sentons solidaires dans le partage d’un tout .Ce tout,nous en sommes une fragmentation et comme tout ensemble,dès que l’on fractionne,il essaie sans fin de, reconstituer. L’Amour est une division de l’Essence Divine et ne doit souffrir d’aucune atteinte,d’où qu’elle vienne. C’est donc par des chemins de fragmentation de l’Universel que nous avançons en dessinant notre cercle: ceux de trouver le bonheur et  d’être heureux .Nous voyons bien que notre nature est différente par le biais de l’Amour .

Si nous prenions comme base construite le verbe aimer le monde serait plus beau, plus agréable à vivre,plus fleuri et empli d’un bonheur sans limité toujours partagé et juste .Ce serait ce que nous appelons le parfait ou bien l’excellence. N’oublions pas que ce même amour sait pardonner à ceux qui le blessent .Sa grandeur réside dans ses facultés immenses d’être magnanime avec ceux qu’il aime .Sa logique n’est pas la nôtre et il va chercher très souvent dans les  différents entre les hommes,la réconciliation,la paix .

L’Amour viendrait de l’âme et les plus beaux savent être généreux,positifs,  effacés et constructifs.  Tout ceci au point qu’un grand auteur français célèbre pensait que chaque chose,même de la matière et des objets nous était relié. Il écrivait à ce sujet dans son ouvrage sur la terre natale : » Objets inanimés avez-vous donc une âme,qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »Il s’agit de Lamartine.

Il est aussi permis de croire que ce tout disséminé;fractionné, en expansion,inversera sa tendance et rentrera en une phase de contraction mettant en valeur le travail de l’amour et son œuvre universelle et cosmique .Les âmes font donc partie d’un processus évolutif,bâtisseur avec l’action de l’amour sur la vie.Nous ne pouvons construire sans lui et nous ne l’inventons pas non plus.Il est en nous, il est autour de nous, il est partout et surtout désire notre bonheur à tous sans partis pris.Il est la noblesse de toutes les âmes.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à toutes et à tous ! Les hauteurs de l’Esprit…

Posté : 30 juillet, 2013 @ 7:40 dans metaphysique, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Ce n’est pas parce que nous savons inventer et rendre très  complexe la société que nous sommes plus évolués que celui qui progresse sur les chemins et voies offertes par les hauteurs de l’Esprit,sans technologie et à mains nues.Jusqu’à présent nous étions très limitatifs car nos éducations n’admettaient pas pas beaucoup le sens des possibilités spirituelles et elles se reliaient aux religions sans essayer de discerner qui les poussait à une telle considération.

Nous sommes faits d’une pâte dite Cosmique et les fondements de la vie sont contenus dans les espaces sidéraux lointains,âgés,évolués,et sans doute conquérants,pionniers. Sur ces hauteurs difficiles dans l’approche ,se réfugie la Vérité et celle-ci nous demande le progrès de nos consciences,celui de nos âmes et de nos esprits assemblés et unis.Devant nous , le temps cadre nos avancées et il éveille des zones de consciences cosmiques et universelles insoupçonnées.Mais, nous sommes quand même plongés dans une noirceur refusant notre travail intime,fortifiant notre âme,vers une attirance absolue des plaisirs dévoilés .Progressivement,nous quittons ces lieux et prenons des chemins de délivrance assez pénibles pour les esprits non aguerris.

Après l’éveil et le fonctionnement de nos consciences,nos âmes nous sollicitent pour leurs propres existences et la fortification des Esprits. C’est le début de la spiritualité à notre dimension et notre ouverture vers un Sacré et une dimension des hommes peu connue. Ainsi la voie Spirituelle nous prend en charge en nous donnant beaucoup et elle assure notre bagage en la matière. Elle est le chemin Sacré de la Vérité,de notre propre vérité dans la grande transparence. Elle demande que nous ayons une sagesse naissante et nous nous identifions à un Univers en pleine dynamique. Quoi que l’on fasse,ou bien que l’on dise,c’est une phase évolutive des âmes près des Esprits .Ces derniers connaissent également différents niveaux reliés à la pensée et ses capacités .Il est permis d’atteindre les sphères Sacrées.

Chacun fait et réalise son propre parcours. Nos habitudes voient nous retrancher derrière les religions et elles ne voient qu’un aboutissement. Nous devons les regarder comme des dynamiques puissantes et supérieures de l’Esprit révélé jusqu’à la Sainteté et son parfait  à tous ceux qui ont la foi .Et la foi n’est pas un diplôme humain,mais elle choisit en fonction des valeurs des âmes ses compagnons de route pour les rendre bienheureux .Les différentes sphères attachées aux Esprits sont nombreuses et elles rangent soigneusement,avec respect ,toutes les évolutions généreuses.Vous allez me dire : Et après ?Nous savons que ceux qui atteignent les plus hauts niveaux sont dans les Félicités Éternelles et les Béatitudes  .Mais avant ce sommet, combien de raffinement de l’âme et de l’Esprit sont nécessaires car ces niveaux pensées parfaits,près de la Vérité construisent et ont influence sur les Mondes en expansion ou en développement. D’embryon à la petite conscience de parcours de vies matérielles,il y a des temps et des temps de parcours des pensées incarnées où le travail sur  nous-même doit s’effectuer tout en aidant les autres à  se contenir dans un cercle admissible pour l’Esprit.  Ceux qui ne croient en rien ou bien inconscients, sont également soutenus car la Vérité veut voir toutes les vies bénéficier de ses largesses et de ses bontés sans conditions par le règne de l’Amour sans limite et aux finesses inconnues.

Ce que je vous écris n’est pas du rêve et ainsi , vous pouvez mieux suivre mes écrits .je ne suis pas un homme de foi spécialement formé à la spiritualité,mais celui qui a un ressenti qui provient de son âme en voyage. Rarement,je défends mes intérêts,mais ceux d’un collectif généreux,pérenne,aimant. Disons-le dans la philanthropie développée. Ne vous y trompez pas,je n’impose rien, mais je vois clair avec mes pensées parfois devant nous et je vous le confie pour vous indiquer mes variations. Comme tout un chacun,j’aime l’expression communicative,la vie en sa totalité et je peux dire,je vous aime,car sans cette phrase supérieure de l’Amour,nous ne sommes rien.  J’aime les autres vies qui nous accompagnent et je n’ai pas besoin  de leur dire. J’aime nos compagnes ,leurs beautés externes et internes,leur attirance telle une  fleuret tout ce qu’elles nous donnent généreusement,compris notre vie.

Je n’aime pas la grossièreté et la violence sous toutes ses formes,les faux-semblants,les vices contenues et sournois,l’apparence masquée .Je respecte tout un chacun et je n’ai pas d’apprioris,mais seulement attristé par les déviations parfois perverses .Je voudrais voir le bonheur de tous dans le bien être et la joie de vivre partagée .L’Amour est la seule condition acceptable pour bâtir notre monde et il construit nos demains à la hauteur de nos valeureuses pensées dans la noblesse développée.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!
 

Bonjour à toutes et à tous ! Des sentiments ambigus…

Posté : 21 juillet, 2013 @ 8:55 dans humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, vie naturelle | Pas de commentaires »

Quand nous naissons,notre état d’esprit est sur le droit chemin et le positif et le positif des sentiments est inclus .L ’Amour est présent sans la haine et la méchanceté,la bonté est là sous jacente,la juste pensée domine .La conscience neuve se définit et existe dans une ouverture bienveillante .Puis, au fil des années,tout se gâte car en nos sociétés et civilisations nous faisons régresser notre potentiel originel.
Nous épousons des idées intimes aux pensées humaines,lesquelles s’affrontent intérieurement .Sont donc mis en exergue les sentiments opposés et ceux qui ne veillent pas sur leurs capacités intimes et intérieures perdent défintivement , ou bien très progressivement, contact avec les pensées nobles et généreuses.
Ce changement n’est pas général,mais il est dû au monde de l’argent définissant son existence afin de définir une approche choisie entre les êtres. Les métiers,les chefs d’entreprises et sociétés ne se privent pas de définir leurs règles,parfois trop corporatiste .Ce qui semble évident,généreux,constructeur d’une bienséance entre nous est laminé et de bonté,honnêteté se transforme dans l’intolérance et une opposition caractérisée.
Certains penseurs disent qu’il nous faut une émulation pour progresser sur les voies de la richesse. Il faut donc opposer l’homme à l’homme .La à femme à l’homme et vice versa .Les jeux deviennent pervers et détruisent lentement,mais sûrement , les sentiments naturels premiers jugés par ceux qui se définissent des décideurs.
Ils ne se soucient pas du devoir intime ne pas perdre leur âme,ce n’est pas leurs problèmes.Eux ne rêvent que d’or,d’enrichissements,d’exploitations matières et exploitation des hommes dans l’éfficacité de leurs propres vues et appréciations .A partir de ces constats tout devient luttes internes entre humains. Homme envers homme et hommes envers femmes,etc… Ces échanges peu salutaires pour les évolutions finissent par enclencher les comportements intimes régressifs sur  la valeur des âmes,initialement riches,positives et aimantes.
L’Amour,la bonté,l’honnêteté,la vertu,la sagesse ne font plus réalités profondes. Seuls les gens de foi portent en eux ces capacités de lumière du monde.
Il ne faut pas se décourager,mais à force d’organisations,de pensées négatives,de réprouver les valeurs nobles construites et formatrices des hommes. Nous ne pouvons plus rejoindre les routes , chemins et voies de la vérité initiale soutenant l’humain.
Rien n’est jamais perdu et les régressions des âmes ,alliées aux volontés ,à nos familles intérieures et à la foi.  Certains luttent  fortement dans le sens véritable.
Même les plus endurcis d’entre-nous,inversent la tendance  .D ’autres projettent uniquement un monde des plaisirs dans l’immoralité ou presque. Certains s’aperçoivent ou commencent à entrevoir les carences qui nous égarent et ils reviennent ostensiblement vers ces sentiments généreux.
Je vous souhaite un agréable dimanche dans la méditation,car c’est le jour réservé aux soins de nos âmes ,au repos,aux familles, et à nos enfants,à la collectivité dans le bénévolat, etc…Ce jour est béni et il permet aux hommes de se retrouver et de réfléchir ,mais surtout d’envisager une  suite.

D’autres,eux parlent de faire du dimanche un jour comme les autres pour travailler ?Il a pourtant été créé en l’honneur du repos dominicale ou hebdomadaire. Le sens en est dans la nécessité d’obtenir un terrain pour se rassembler intimement. Merci de votre aimable visite. Bon et excellent dimanche à vous !

12345...30
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...