Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour la catégorie 'Vie des arbres'

Bonjour à toutes et à tous ! Les règnes…

Posté : 19 août, 2013 @ 9:28 dans communications, créations littéraires, humanisme, Philosophie générale, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Quand je parle de règnes,je veux citer l’implantation d’une espèce dans ce que nous appelons le pérenne. Cela touche les plantes dans toutes leur diversité,le monde des insectes et de l’entomologie, les espèces animées suivant leurs différents classements,branches. Nous faisons partie d’un règne et nous y sommes installés depuis des temps immémoriaux .Les règnes sont dans l’aboutissement des conditions idéalisées pour vivifier et donner à la plante,à l’espèce tous les paramètres de son créneau particulier de son existence. C’est un mouvement universel qui se relie,en majorité aux temps,aux conditions physicochimie techniques particulières,à la physiologie fine et dynamique, etc …

Le « fer de lance « ,si l’on peut  dire contient des paramètres élaborés qui doivent s’installer suivant des périodes données. Toutes les espèces vivantes passent par des phases  ,elle commence différentes obligatoires et qui se ressemblent .la jeunesse,l’adolescence, la prématurité,la maturité,la stagnation,le dépérissement,puis un en deux points. la vieillesse et l’effondrement .Ce n’est pas pour autant une fin,mais une sauvegarde. Elle emmagasine dans sa mémoire tout le positif et parfois le négatif,s’endort et se réduit dans la graine  et elle se met en dormance .Les plantes  peuvent rester un à plusieurs siècles en dormance. Si son règne se termine,elle existe uniquement sur ses réserves graines qu’elle a mis à jour en son concentré.

L’attente peut durer plus d’un siècle,voire deux. Quand tous les paramètres s’affichent dans le positif, elle commence à réagir pour développer son installation  et un  nouveau règne. Ici, il y a l’idée du partage, qu’il soit végétal, animal,humain. Tout ce comporte ainsi et la vie se relie par des passerelles bien au delà de nos champs de compréhension .Nous n’échappons pas à ces règles et parfois leurs mystères.

Ceci dit,dans le pas de temps règne, s’amplifie la vie sous ses formes  mécaniques et dynamiques.   En dominance totale ,nous trouvons les phases reproductives et adaptatrices. Pour nous, c’est  très bien  notre puberté qui se manifeste comme l’ouverture de la corolle  d’une fleur,l’adolescence et sa recherche de son soi-même et l’impact des autres,l’apogée du monde fleur. Le destin est dans l’absolu des reproduction pour assurer la dynamique. Eh oui,nous sommes comme les fleurs et nos compagnes le savent très bien. Puis se met en route différents mécanismes pour assurer l’ancrage des données avant que nous disparaissions à tout jamais, ou mieux pour une période d’effacement . Avant, nous aurons mémorisé les différents paramètres évolutifs .Mais le règne est collectif et rassemble la dynamique totale de l’espèce même .Le monde est réglé comme les notes de musique et il s’affiche en la vie comme un mécanisme
Certain, puissant,bien rôdé. Chaque espèce en son intérieur possède une ou des graines tendant à développer dans la pré juvénilité un ensemble de mouvements attrayants. Rien n’est futile et tout est nécessaire La beauté et la grâce  intérieures de nos adolescents,jeunes adultes comprennent l’attirance du masculin pour qu’in fine,les deux genres se multiplient et assurent leur renouvellement.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Le temps est maitre du jeu et chaque heure,moins ou plus, se situe sur un créneau attribué. Chaque espèce a sa relation journalière où elle demande le maximum et offre le maximun .Il y a donc des floraisons et leur magnificence quelques minutes de la journée .Il y a des créneaux bien définis pour chaque action. Il y a une plante,un végétal de référence pour chaque espèces animée,y compris les oiseaux. Si l’on sait s’y référer,nous pouvons vivre en union dans une forme d’éternité .En exemple, les oiseaux et chacun d’eux par espèces connaît la plantes sauvages  et ne s’en éloigne guère. Le monde n’est pas vide,loin de là la sauvegarde est dans la dormance.

L’humain n’y échappe pas car son âme est immortelle .elle se place dans le grand sommeil en gardant en elle toute la mémoire de la vie,sa vie dont les paramètres sont sauvegardés. Ne craignons rien quand le créneau correspondant et très  et particulier se présentera,elle s’éveillera et elle reprendra sa dynamiques .Si ce n est le cas, elle se met en sa sauvegarde et conservation pour des temps qui nous sont inconnus et secrets. Mais, l’Universel et ses mondes ont leurs secrets qu’il faut admettre car nous sommes un petit élément. Nous serons réveillés et nous reprendrons le chemin de notre expression mémorisée,sans cesse en perfection et adaptation sur des créneaux subtils de l’essence et quintessence de la vie organisée. Jésus nous disait : «  Ils ont des yeux,mais ils ne voient pas! » En ces paroles,se trouvent des vérités du monde puissant et affirmé auquel nous nous relions en toute innocence.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonsoir à toutes et à tous ! Une petite cantate…

Posté : 23 avril, 2013 @ 10:15 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, travail, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »


C’est le titre d’une magnifique et profonde chanson interprétée par Barbara.elle nous donne l’image de nos pensées fines,de nos consciences unies,de nos contenus spirituels et de notre regard tendu vers l’Espérance et le Ciel. Dans ce mot Cantate,il y a cantat, cantique et dans ce dernier mot,il y a harmonie vibratoire d’un tout.

Regardons autour de nous et dans ce vibratoire harmonique,si nous ne reconnaissons pas des éléments. Eh oui , il s’agit du chant de l’oiseau et son exact vibration avec l’ensemble.

Je vais ,ici,vous parler de mon expérience avec les oiseaux et plus avant de celle avec les grands cervidés,faons,biches ,cerfs.Cette dernière a été contrariée et apportait beaucoup à une compréhension de la vie dans sa quintessence.
Avec mes Amis anatidés des rivières et des mers ,j’ai du progresser et dans mon prochain ouvrage ,je définirai la cohérence évaluée et comprise. Sachant que celui qui reçoit la leçon et l’accepte humblement dans la joie et l’honneur, c’est moi-même. Je vais vous en donner u à la stabilité n petit aperçu:

Le canard suivant ses différentes branches est issu et descendant d’une très vieille origine que personnellement je pense être l’ornithorynque. Donc de la vie ancestrale,contenant des possibilités infinies.
Il est formé pour communiquer entre congénères,s’orienter par un cerveau contenant les éléments magnétiques dominants et son ralliement à la stabilité géostationnaire de la planète Terre. Ils migrent sans cesse du pôle Nord vers les zones tempérées qui les accueillent par un voyage annuel, aller et retour. Il a ses coutumes,ses repères ancestraux comme-nous. ce que nous appelons « sauvage » est péjoratif car il contient autant d’Amour qu’un homme sans en faire état. On le dit grégaire,mais personne n’a vécu sa vie d’oiseau.
Ils savent interpréter et anticiper dans un proche avenir de quelques heures avant l’apparition de leur temps présent et son vécu total. Avec notre cerveau,nous les humains, ne pouvons guère accéder à cette phase.
Observons plus ! Je leur ai donné ma signature vibrante de mon être physique. ils l’ont prise et l’ont mémorisée. Dans cette reconnaissance totale de ce que je suis,une image, une vibration,un corps,une pensée,une voix,un sifflet. Alors que je m’étais absenté une semaine pour vaquer à mes occupations ,,mes amis ne me voyaient plus. Quand je suis revenu,et en descendant de mon véhicule,sur une petite place adjacente,de leur vitesse atteignant parfois les 200kmh, ils vinrent à ma rencontre,m’entourèrent à tire d’ailes et en quelques secondes se regroupèrent autour de moi, les cous tendus vers le ciel. Après quelques langages disparates et individuelles s’harmonisèrent pour faire entendre,dans une rare beauté,une harmonie d’un chant insoupçonné qui a entièrement pénétré mon âme et jusqu’au cœur car j’en ai pleuré. Mes amis m’aimaient bien au-delà de ce que je représente physiquement.

le message était clair,une chorale humaine ne pouvait aller au-delà .Je les ai humblement remercié et j’ai remarqué qu’ils organisaient une vigilance pour veiller à ma sécurité et la leur, le temps de notre rencontre. Ce dialogue, passionnant et instructeur,je l’ai poussé plus loin grâce à leur amabilité et quand je suis assis au milieu d’eux l’un deux vient me regarder droit dans les yeux. Et il traversait toutes chose tellement il était pénétrant. Ce regard est de ceux qui aime et dit : « Ne t’en vas pas ! » Plus loin ,il y a la compassion contenue,non pas la nôtre,mais la leur et je l’ai rencontrée.Tous les oiseaux sont ainsi et ce langage Universel existe simplement mais surement. Quand les mamans viennent fières avec leurs petits justes éclos et que ces jeunes oisillons s’installent en rond autour de mon sac à dos,personne ici-bas me donne une réponse.
Mes Amis l’ont cette réponse et je les aime autant que des âtres humains. ils ne me reconnaissent pas pour un pouvoir,ni pour des richesses artificielles,ni une supériorité en l’humain. Ils regardent profondément le contenu de chacun en son Amour. Chaque chose à son règne et nous nous en acquittons au mieux en aimant. L’idée d’exploiter,de diviser,de régner,de réduire,d’offenser,de mépriser,d’insulter,de ne pas respecter doit être abandonnée Parce qu’il faut regarder autrement qu’avec nos yeux !
Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à Toutes et à Tous ! Comment allons-nous ?

Posté : 9 avril, 2013 @ 8:30 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Dans cette interrogation se place une importante question, en nous regardant au fond des yeux. Nous ne pouvons pas dire que nous allons bien et on ne peut dire vraiment que nous allions mal. Simplement nous nous sommes placés en situation d’échec sur un essentiel: le maintien de nos libertés dans le respect de tous ! Nous avons atteint des zones pensées et comportementales dangereuses pour l’Homme et son Ame, son Esprit par le biais adoratif et vénéré de l’argent comme seul exutoire des pensées et comportements.

Je ne condamne pas car je vous aime et je suis comme vous ,je vibre sous l’effet des ondes positives et négatives. Simplement, sur ma route ,j’ai essayé d’élimer le négatif. La voie est longue, pentue et l’on y va qu’avec ses jambes et son gros sac à dos, semblable à une randonnée en moyenne et haute Montagne. A partir d’un certain niveau, il nous faut un Guide car l’Esprit qui arrive est fort , mais vif et adroit, voire aguerri au jugement  et il nous soulève. Alors, je me retourne car nous ne grimpons pas au même rythme et que vois-je? D’autres marcheurs en train de prendre un autre sentier ,loin des certitudes de l’âme et de l’Esprit , mais dans une facilité plus confortable dans l’effort.

Ce que je vous indique ici, c’est-ce que nous faisons et comment nous nous comportons. Voulons-nous donner le meilleur de nous à nos enfants, nos petits-enfants,  et toute nos descendances jusqu’à des temps encore dans les limbes ,voire plus ?Je ne le pense pas car nos Esprits s’échauffent, fatigués se rebellent et veulent voir une Terre promise. Pas celle unique des richesses contenues dans les sols (or, argent, cobalt etc..),mais celles du Cœur et de l’Ame. Les deux unis nous le demande et nous répètent inlassablement qu’ils nous aiment dans une présence totale et infinie.

Toute violence est bannie ,sauf celle de la variation des mots ,mais sans le Verbe qui arrache et nous renverse. Avec le Verbe des temps unis, celui qui mélange le passé ,le présent et dessine le futur, notre futur par le biais du quanta qu’il nous faut avec délicatesse et respect introduire. Ce verbe patient, serein, paisible, sous la Voûte des Cieux, s’écrit pour nous : AIMER !

Certains hommes se sont égarés et nous allons les attendre. Ils pensaient ,avec leur Moi intime et leur âme inquiète dans la recherche d’un éveil, qu’il s’agissait d’en profiter comme dans un eldorado à consommer. Il faut poser notre Sac à dos , s’asseoir sur un rocher et déjà dans cette ascension je devine la lumière comme une zone de « Pré-bois » avant d’arriver vers les sommets. Il nous faut reprendre des forces, de la confiance, de l’espérance  et les « Chaumes superbes nous attendent ».Il y sera encore bien tentant de s’y blottir sous les arbres pleins de vigueur et d’énergie, habitués  à lutter pour y installer leur Vie. Nous nous émerveillerons de cette beauté et opiniâtreté de la vie car ce sont aussi nos frères.

La discussion devient âpre ,resserrée ,usante et comme le dit le poète-philosophe elle devient un affront ,un effrontément entre tous ! Car le monde doit réglé son pas sur celui du plus jeune en éveil ,car lui sait où se trouve  l’essentiel qui ne l’a pas quitté. Il nous parle de Liberté pour tous ,de Démocratie éveillée et sûre ,de Fraternité, de Solidarité ,d’Amour et de Bonté . Parle encore petit et il nous dit que la Démocratie  est une belle, une gracieuse jeune  fille et qu’à genou, nous devons l’implorer, la prier et la respecter. Il ajoute , adaptez vos mots et vos comportements  et à vos Espérances car avec l’Amour non contenus vous allez rencontrer leur union à partager.

Je sors de mon grand sac à dos, ma gourde remplie d’eau fraîche et lui tend en lui disant : - »Désormais ce sera toi qui sera notre guide et nous marcherons dans tes pas sûrs et sereins. Paisibles n’ayant plus peur de nous égarer. Tu veux que nous réglions la valeur de nos mots sans tomber dans les excès ,mais dans un regard portant l’Amour et sa délivrance Bien Aimée.

Assis , la tête entre mes mains, sur mon rocher ,j’y vois des mots libres, mais aussi deux plus forts que tout scelle : notre Fraternité qui s’avance dans une chaleur immense et pérenne.
La pose va bientôt se terminer ,mais la marche va se poursuivre car comme le disait un regretté chanteur que j’adore écouter dans ses paroles mélodieuses : «  Il est encore loin ton chemin Papa ? »

Merci pour votre visite de mon article qu’il importe d’imager et de penser pour connaître la randonnée et la vivre plus intensément. Bonne journée et à très bientôt…

Bonjour à Toutes et à Tous ! L’Esprit de l’Arbre et de la forêt…

Posté : 31 mars, 2013 @ 7:42 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

René DESCARTES (1596-1650),nous parle dans ses écrits de l’arbre de la Philosophie.
Commentaire de l’auteur de «  La Sagesse des arbres » Benoît Desombres sur Descartes et sa pensée:
« - Descartes, qui se méfie de la forêt, fait confiance à l’arbre comme un modèle de l’ordre des connaissances. On progresse à son image  des principes métaphysiques aux conséquences de ces principes . »
Descartes écrit et nous dit :
« - Ainsi, toute la philosophie est comme un arbre dont les racines sont la métaphysique ,le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences qui se réduisent à trois principales, à savoir la Médecine, la mécanique et la morale, présupposant une entière connaissance des autres sciences ,est le dernier degré de la Sagesse.
Or, comme ce n’est pas des Racines, ni du tronc que l’on cueille les fruits, mais seulement aux extrémités de leurs branches .Ainsi, la principale utilité de la philosophie dépend de celle de ces parties qu’on ne peut apprendre  que les dernières ».
René Descartes et Benoît Désombres nous mettent sur une piste : celle de l’Inde Ancienne, première civilisation éveillée au Monde. Moi, le petit forestier, en toute modestie et humilité, j’ai observé les parties de l’arbres et j’y ai vu des choses étonnantes. Ce que nous voyons ,dites les branchages ,branchaisons, houppiers, cimes, canopées des arbres séculaires, se répercutent à  l’identique dans le système racinaire et dans la même configuration physique  non apparentes dans l’orientation, disposition des racines. Qui copie l’autre ? Certainement le houppier arrivé le dernier Il faut connaître également
en en biologie végétales, les « Méristèmes » situes aux bouts de toutes racines et bourgeons annuels  sont une cellule très spéciale  et contenant un sens de la vie cachée. Il serait un élément communicant essentiel sur la Terre . Il se pourrait qu’ils détiennent les éléments dans la définition du Masculin et du Féminin. Si je dis cela, c’est que pendant la conception d’un enfant, nous avons des périodes de naissances maîtrisées par un féminin plus abondant et majoritaire et à d’autres périodes ,c’est le Masculin qui l’emporte. Sachons également que le Ciel est PÈRE et la TERRE Notre MERE .Les énergies Cosmiques et leurs ondes passeraient par l’arbre, d’où la nécessité de nous aimer ,car au-delà du présent où nous sommes ,il y a bien un passé contenu et un Futur  devant-nous .Pour moi , nous ne régressons pas .Nous devons sans cesse nous améliorer sur les temps présents et futurs et notre Esprit habite notre âme pour nous le dire. Je vous ai décrit la pensée profonde du Philosophe PLATON avec celle de Porphyre ,un des premiers philosophes , ensuite viendraient Hippocrate, après Aristote ,Socrate ,etc..
C’est par la philosophie Universelle que nous prenons connaissance du tout et quand l’âme peut se permettre d’atteindre le PÈRE ,dans son grand cercle de la Conscience  du tout. Tout, dans l’Univers est à la fois un et indivisible.
Le grand cercle philosophique est bien également celui de Porphyre. Pour moi, Tout dans l’Univers ,c’est à la fois un et plusieurs par la division.nos Esprits et nos Ames sont de même Nature et le principal message que nous  recevons est de nous tendre la Main. Nous voulons rapidement progresser dans une montée vers les espaces inconnus et conquérir les ténèbres et les néants, sans abandonner une âme sensible en route. Tous nos Amis ,dans notre Cercle qui sont dans la détresse, la Misère de l’âme, aidons-les à en sortir en ne les abandonnant pas. Pour monter vers une meilleure vie, attendons- nous tous en mettant notre chaleur humaine au plus près de l’autre sur ce grand chemin, les premiers qui ont compris avec leurs âmes, les plus raffinés dans l’Esprit doivent rester sur le côté et dire élégamment aux autres ,je vous en prie passer et aller sur le chemin de la Vérité. Ici, aussi, l’inversion est de même Nature que celle des esprits ,car quand on est forestier ,on sait que l’arbre, notre Ami,  suivant l’Essence a un caractère social et il a inventé la Société que nous avons copiée. Lui ,la sienne  ,c’est la forêt ,la grande ,l’immense aux multiples bienfaits et nos communautés avec  nos Civilisations. Nous ne pourrons dépasser l’utilité de notre Ancêtre, car son Règne n’est pas finie, nous devrions y faire attention au lieu de devenir des pilleurs et explicateurs ,car un œil nous observe. Celui qui voit toute chose et sait tout. Comme l’arbre ,nous sommes ses Enfants..La révélation ne se fera que si nos consciences s’élèvent et comprennent ce message, le  PÈRE et le FILS sont identique et leurs images sont révélées par l’Astral. Notre  Sainte -MÈRE  elle, est bien vivante et devient notre Résidence car SON AMOUR est grand, voire Immense  avec celui du PÈRE bien  plus  près de nous que nous le pensons tous . La route en partant d’un sens ou d’un autre existe aussi et disons le les Méristèmes des végétaux voient le monde du bout des racines, mais également des nouveaux bourgeons frais de l’année.la sève véhicule le sang essentiel et le bois qui se forme lentement  en un microsillon nous enregistrant patiemment. Tout vient vers nous à qui sait attendre et cultive son jardin de Sagesse, sa Conscience et son Esprit patiemment.  
Il faut savoir monter et descendre avec l’Esprit et dans les voyages ne pas s’égarer dans les labyrinthes. Nous y voyons et rencontrons le bien qui monte avec la vie épanouie, fraternelle et généreuse .le mal qui sous une forme plus incisive nous fait atteindre les ténèbres. Le Ténèbres sont encore actifs et de nombreuses âmes attendent dans la nuit des nuits qu’il nous faut transformer en lumière. C’est un pari qui n’est pas encore gagne sans notre chaleureuse fraternité et solidaritée .

Merci à Descartes pour son échange philosophique et à Benoit Desombres pour « La sagesse des arbres ! » Calmann-Lévy 2OO1.Merci de votre grande passivité et sérénité, Bonnes Pâques en la pensée de ceux qui souffrent en silence et pour ceux qui n’ont d’espoir que   dans les paroles d’Espérance.
Merci de votre patience ,compréhension,réflexion et communication.  Bien à vous ,bonne journée et à  très bientôt.                                                                                                                                                                                                      

Bonjour à Tous ! Les premiers pas du Monde,de la substance et de l’âme…

Posté : 26 mars, 2013 @ 7:37 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Trois à quatre cents ans avant Socrate et Platon apparut un philosophe. Un des premiers penseurs du monde qui donna sa vision de ce que nous sommes.Il se nomme PORPHYRE et il a défini un traité intitulé «  Tsagôgé ».
Il nous dit que nous sommes identique à l’arbre et que notre nom est substance ,la substance universelle. Le langage écrit n’était que balbutiements.il était celui des arbres avec leurs essences avec lesquels nous sommes frères et sœurs de par la substance. Puis, vient le Corps et son image classé dans une forme hiérarchisée définissant en dessous de :
- le corps animé,
-le corps animal, animal raisonnable (Dieux (a l’époque pluriels, et démons)
-L’espèce humaine eten dessous d’elle, il n’existerait que des corps très singuliers. Voici décrits les premiers éveils pensées des âmes et de la valeur accordée en fonction des arbres. Al’époque,il existait un alphabet balbutiant retrouvé en deux pays , «  L’Irlande et la Gaule » Voici ainsi traduit ces valeurs définissant un ancien calendrier fixant les solstices et équinoxes en relations avec la Nature et les essences présentes. Il s’agit de :
«  Beth-Luis-Nion » ce qui nous donne,
    Bouleau, sorbier, frêne » ,mais il ya une dominance signifiant «  Bouleau et Olivier » ce dernier est toujours présent et signifie l’arbre des Dieux. Le bouleau ,lui est la transition de deux règne entre les résineux du primaire et les feuillus.sa sève possède de la résine en petite quantité accréditant ce chainon évolutif végétal.

Donc , les Grecs des années plus tard , dans l’évolution humaine , Socrate et son élève Platon s’intéressent au traité et ce dernier philosophe écrit  la «  Pousse Céleste » ,comparant l’âme humaine à une pousse venant du ciel, mais étant du ciel par sa substance même. C’est un très grand texte, voire unique au Monde, qui a précédé  de plusieurs siècles  Jésus et son règne dans sa mission divine. Il faut relier l’ensemble pour bien comprendre les valeurs de ce que nous sommes. En tout cas, tout se relie par cette dynamique sur le temps et chronologiquement il faut savoir que Platon était donc Grec, un des plus brillant philosophe de monde dans la pensée. Qu’il est celui qui a décrit et donner aux humains la République et la Démocratie.
Dans la «  Pousse Céleste » il nous dit clairement :

- L’âme qui domine en nous ,voici ce qu’il faut en penser. Dieu en a fait Don à chacun de nous comme d’une sorte de démon.
Nous affirmons en toute Vérité que cette âme là ,demeure dans la partie supérieure de notre corps et qu’elle nous élève au dessus de la Terre en raison de sa parenté avec le Ciel . Car nous sommes une somme Céleste et non terrestre. C’est du côté de l’âme !Les soins a donner sont les mêmes pour Tous. Procurer à chaque partie de l’âme les aliments et les mouvements qui lui sont propres. Les mouvements qui sont apparentés à notre partie Divine ,ce sont les pensées du tout et de ses révolutions circulaires .Ce sont celles que chacun doit suivre.

«  Les révolutions concernant le devenir qui ont lieu dans notre tête et qui ont été dérangées à notre naissance doivent être approfondies de l’harmonie et des révolutions du TOUT. Celui qui contemple sera rendu semblable à ce qu’il contemple en accord avec la Nature originelle. Grâce à cette assimilation ,il atteindra pour le présent , et pour l’avenir la fin suprême de la meilleure Vie que les Dieux ont proposé aux hommes.

Quand un homme s’est laissé aller aux appétits et aux ambitions et s’y consacre tous es efforts, toutes ses pensées deviennent nécessairement mortelles, autant que cela peut se faire, puisqu’il a développé la partie Mortelle de l’âme.

Au contraire, celui qui s’est consacré à l’Amour du savoir et des pensées vraies et qui a surtout mis en œuvre son âme en pensant aux choses immortelles et divines, doit sans doute nécessairement s’il a touché la Vérité, jouir entièrement de l’Immortalité ,dans la mesure du moins, où la Nature humaine peut y participer.

Comme il ne cesse de cultiver son élément Divin et de maintenir en bonne santé son « démon » qui habite en lui,il ne peut qu’être supérieurement heureux.
Grâce à sa part Céleste , l’âme doit s’attacher aux mouvements circulaires des Etoiles et des Planètes. Qui contemple ce qui est Parfait et Immortel, s’en nourrit, devient lui-même parfait et immortel. Il accomplit la vie humaine. Il est Bienheureux !

Textes extraits de l’ouvrage de Benoît Desombres «  la Sagesse des arbres » Calman Lévy 2001.
Platon la Pousse Céleste et Porphyre le traité Tsagogé.
Avec une totale modestie et humilité, votre serviteur : Norbert Delaire avec témoignage de l’existence des âmes et de l’incarnation :
« Nous sommes les Racines du Ciel «  2008 ,Editions des deux Encres – Collection Sagesse et Lumière.
Merci de votre aimable visite et bonne méditation en n’oubliant pas que des milliers d’années séparent ces données de nous .A bientôt si le Cœur vous parle et si mes Extraits du « Trésor des Humbles »de Maurice Maeterlinck vous ont plus, notamment la Bonté et la Sagesse.

Bonjour à tous ! Le soleil, les arbres,les forets, les prairies,les guérets et l’oiseau…

Posté : 25 mars, 2013 @ 8:06 dans actualité générale, communications, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je suis né dans la pensée de l’arbre et du végétal sur Terre, mais aussi de la Terre, terre Mère et ma pensée se souvient de cela. Quand dans un cercle immense tout s’arrête ,le soleil éclaire, l’onde devient miroir, le souffle du vent stoppe son élan, l’oiseau monte dans le ciel et tous les cieux se réjouissent avec cette lumière. Quand cet oiseau s’appelle l’Alouette et semble parler dans sa grande mélodie avec le soleil; au dessus des prairies et champs de guérets. Le laboureur arrête son cheval et regarde la scène. Souvent ,il n’a pas besoin de s’arrêter car c’est l’heure du repos.

L’heure du ZENIT où le soleil nous regarde  et ouvre sa porte vers la vie. Ce petit oiseau monte, monte ,monte sans relâche dans le ciel d’un bleu pur, si pur qu’il se confond avec lui.  Il chante dans la plus élévation de tout son cœur. Un petit cœur si fort qu’on ne voit plus de la terre son corps, mais seulement sa mélodie incantatoire.

Quand vous regardez ce spectacle féérique et qu’au sol voyez son beau nid dans l’herbe de la prairie, vous n’y touchez pas et la saluez avec respect. La corole de toutes les fleurs s’ouvrent et exultent le parfum délicat de cette terre. L’homme rusé  bien plus que l’animal ,pour tuer ce petit oiseau  a inventé son stratagème: le miroir aux alouettes. Il a oublié que celui-ci pouvait fonctionner en beaucoup de sens.

Cet oiseau si petit qui chante ,savons-nous ce qu’il représente seulement ?Réfléchissons ensemble sur un fait que j’ai constaté dans les plus grandes forêts ,en leur cœur.Une personne ,ayant certainement plus de joie dans le cœur est morte dans les grands fourrés sylvestres. Comme pas beaucoup, voir peu ou aucun homme ne fréquente ces lieux épais, impénétrables, emplis d’épines noires, de ronces ,etc.…C’est la phase où les jeunes arbres s’élancent vers le ciel dans la totale promiscuité en recherchant cette lumière salvatrice pour sélectionner leur avenir.

Au dessus de ce corps abandonné de notre frère ou sœur ,un petit oiseau des profondeurs sylvestres y a établi son nid à quelques centimètres. Il y a effectué sur la plus haute branche des jeunes arbres du lieu son incantation mélodieuse tendue vers le ciel et son soleil luminescent. Et, il y a pondu de magnifiques œufs, plein d’espoir en la vie..de ces œufs couvés avec sa patience légendaire est sortie la vie en abondance et de magnifiques oisillons qu’il a nourrit patiemment. Au moment où j’ai vu cette scène ,j’ai été bouleversé par le phénomène naturel et son Esprit.

Ce qui m’a frappé, c’est la proximité de la vie et de la mort. Il m’a semblé, dans l’éclair de ma pensée et mon esprit que cette personne si malheureuse sur notre Terre, avec nous,  avait voulu mourir comme les oiseaux ,cachées du monde et la toute puissance du ciel  que nous ne voyons pas l’avait relevé en l’espace moindre que la seconde .Pour avoir en mémoire cette scène ,j’ai été très longtemps interrogateur sur les forces de l’ESPRIT.

D’autant plus que ce nid où ces petits oiseaux s’agitaient , il m’a semblé les identifier et si je vous disais qu’il s’agissait d’un Rossignol Philomène .
Toutes les autorités sont arrivées sur place pour l’identification et recueillir le corps et discrètement j’ai dit au responsable. Faites attention ne touchez pas à ce petit nid avec les oisillons. Cet officier m’a regardé profondément , puis le constatant lui-même donna l’ordre de récupérer le corps en délicatesse sans détruire le fourré immédiat.Pour avoir en mémoire cette scène ,j’ai été très longtemps interrogateur sur les forces passant dans les éléments que nous côtoyons.

A l’ouverture de la semaine de Pâques et la Résurrection de la vie dans le symbole puissant , mais aussi dans la vérité ,permettez-moi de vous entretenir de ce constat bien réel qui nous fait tous réfléchir sur la profondeur de cette vie et ce qu’elle est. Beauté ,Grâce ,Miracle ,don de Notre PÈRE du CIEL dans sa CREATION.

Merci à vous ,bonne méditation et à bientôt.

Bonjour à Tous ! Le Rameau de l’Olivier…

Posté : 23 mars, 2013 @ 8:57 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Universalité, Vie des arbres | Pas de commentaires »

L’Olivier, arbre des millénaires a traversé les siècles de notre histoire commune pour nous tendre généreusement le symbole de la Paix portée par la Colombe.

Cet arbre mystique et bien réel s’adapte à nos temps et nous parle. Cette essence se trouve dans la grande longévité sur Terre en constatant  sa présence active dans le  Vie .Comme d’autres essences que nous connaissons ,tous les Chênes ou Quercus en région tempérée, le Figuier de la Bible ,les Séquoias géants de variétés diverses,etc…. car le nombre d’arbres dépassant plus de mille ans et témoins de nos viscicitudes sont bien là .L’homme doit beaucoup à l’arbre et il doit le respecter et l’honorer car il est présent  dans l’équilibre de nos vies avec l’ambiance généreusement donnée. Il est fertilisant sur notre Terre en permettant de nous entourer de toutes les autres vies dynamiques.

Dans un désert d’Amérique, nous avons un petit végétal rabougri semblant dépérir ,mais bien présent. Il se nomme le pin Aristata et il serait âgé de 3500 ans environ. C’est un résineux de des premières générations sur Terre comme les Pinus et notamment le Pinaster ou pin maritime occupant jadis les bordures méditerranéennes. Ce pin serait  un des végétaux  apparus  sur Terre à l’origine sous sa forme végétal supérieure. La variété Mésogéenne issue de ces lieux même en témoignerait.
Respectons ces végétaux plein de vie et d’ardeur installé dans la générosité du Monde créé et mis à la disposition des hommes par notre Créateur ,car il était bon pour l’homme et la vie .

Les essences dans le monde sont multiples, variées, adaptées aux climats et toutes les latitudes .Un texte sacré nous dit qu’au Jardin D’Eden, Dieu  notre Père à Tous s’entretenait avec Adam et lui dit devant l’arbre majestueux:- » Comment l’appelles-tu et que dis-tu qu’il est ?  Et Adam répondit :- »L’ARBRE ».Dieu dit ,désormais pour toi et toutes tes descendances ce sera un Arbre et le Monde a pris sa dynamique dans son ensemble.

Les premiers végétaux étaient immenses et beaucoup mesuraient plus d’une centaines de mètres de hauteur .Les évolutions  cette si précieuse  ont permis de fertiliser et amplifier l’accueil des vies sur Terre, et sur toutes les faces du Monde.Demain, nous serons dans la célébration Chrétienne des Rameaux, fête du printemps ,mais également dans sa suite ouverture de la semaine  Sainte de Pâques où Jésus nous montre dans sa grande souffrance sur la Croix que la vie vainc la mort. C’est la fête de la Résurrection. En même temps que l’homme, Jésus a uni le bois à son destin de prophète, Messie et de Roi du Ciel et de la Terre . La célébration des Rameaux est le symbole de la vie dynamique au bénéfice de l’homme. De Sagesse, de Sérénité, de Contemplation et respect de la Création ,Œuvre de notre Père mise à notre disposition.

Il faut comprendre que la vie passe aussi par le végétal sur Terre. Les Rameaux glorifie cette vie depuis l’algue unicellulaire sorties des mers et océans en allant vers toutes les vies présentes. L’oiseau le sait et il transporte  la pure Colombe le rameau de l’Olivier, dans la reconnaissance profonde de notre PÈRE ETERNEL.

Aussi, en de nombreux endroits sur Terre ,seront célébrés les Rameaux et un petit fragment d’un végétal y sera Béni pour les plus croyants et fidèles. Humblement et modestement je crois en cette grande dynamique car il est dit que Jésus  avec ses Apôtres  montra par un concentré du temps ,la vie d’un arbre à partir de sa semence. Certains y ont vu et cru y discerner l’Erable et le Noyer.

En cette arrivée du Printemps déclenché par la fin du solstice d’hiver, la symbolique est forte et haute pour nous les humains sur Terre. Dieu nous a fait confiance en nous remettant Sa Création et son Œuvre magnifique et hors de toutes les qualifications car les mots nous manquent et ne son pas adaptés. Pour respecter cette symbolique définissons un grand cercle, une grande chaîne de la vie où comme une ronde autour de la Terre nous nous donnerions la main autour d’un arbre immense celui de la vie comprise et aimée sur Terre.

Merci de votre aimable visite et bon Dimanche des Rameaux dans la méditation profonde de ce qui nous entoure et nous accompagne chaque jour.   

Bonjour à tous ! La vigne…

Posté : 6 février, 2013 @ 8:18 dans Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

C’est une plante adoratrice du soleil, mais aussi des terrains pauvres , parfois caillouteux et graveleux. Elle aime les expositions chaudes et son raisin ,dans sa maturité ,fabrique son sucre qui en se transformant se bonifiera afin d’obtenir un nectar. Si je dis un nectar, c’est qu’il en est un dans des valeurs contenues du « Sang de la Terre »désormais, il est répandu avec noblesse dans le monde ,dans l’appréciation raisonnée des plais, des goûts, Il est le trait d’union entre les peuples ,au même titre que le blé donnant farine et pain tout autour de la Terre.

Ne nous y trompons pas ,cela a été donné par une évolution lente du règne végétal   supérieur et lignifié  cousin de l’arbre lui-même car les fonctions sont les mêmes. Identique pour la graminée qui en évoluant, a fini par céer une branche orientée vers le port de l’épi,qui a son tour nous offrait la farine du meunier et du boulanger permettant la confection du pain ,mais également tout le panel des pâtisseries.

La vigne, elle , est un végétal abouti et son ceps est identique aux matières constituant l’arbre lui-même. Sauf, qu’une variante s’offre avec son fruit. Le breuvage obtenu est subtil et pour celui qui atteint sagesse et raison, c’est formidable car l’ appréciation en devient un langage imagée contenant toute la puissance confirmée et raffinée d’un condensé offert gracieusement aux hommes. C’est donc bien le sang de la Terre qui porterait sa Vérité. Il ne s’agit pas de celle des humains ,mais de l’expression intérieure planétaire .D’ailleurs ,au temps de la Grèce Antique ,un temple fut érigé en son honneur  et de celui qui a crée le Monde ,sous l’intronisation de Bacchus le conservateur. Jésus confirma ces données en changeant l’eau en vin lors des noces de Cana. Les repas qu’il prit avec les apôtres et dans les règles de son postulat commençaient par le partage du Calice contenant le vin et les bénédicités.Donc, la vigne et le vin ont été glorifiés pour être apprécié des foules dans la noblesse et la raison en les entrainant à modérer ce breuvage dit Nectar des Dieux .

Oui, j’aime faire des découvertes d’un terroir en le buvant.une ombre plane également sur sa pérennité  de la plante elle-même. Elle est située dans un classement nuisible pour l’esprit humain car en tant qu’euphorisant, elle transformerait l’homme dans son équilibre en un être inconscient et insouciant. Tout ce qui peut contrarier nos comportements du progrès développé. L’usage en toute responsabilité de la conduite routière le met sur une d’accusation. Et hors de ses vraies valeurs. Ceci pourrait entrainer une forme d’éradication sur le plus ou moins long terme. Les mesures sécuritaires allant vers les sociétés parfaites sont prises chaque jour dans le monde.car certaines personnes ne peuvent entrer dans le domaine de la maîtrise  d’eux-mêmes.

Pour cette planète très généreuse, par le trait d’union avec nous ,par son breuvage offert, je garde l’esprit en la noblesse pensée des hommes, pour la protéger lors des temps difficiles.Avec cette espérance ,je lève mon verre à tous ceux qui sont soucieux  des existants tendus vers l’humanité du monde, dans la générosité emplie d’une grande et immense sagesse. Comme nous le dit le  regretté  Jean Ferrat dans sa chanson sur la montagne. Le vin était devenu une horrible piquette,mais il faisait des centenaires à ne plus savoir qu’en faire .La vigne courrait sauvage dans la montagne pour redevenir la lambrusque indisciplinée des premiers temps.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonsoir à tous ! Le magnétisme terrestre…

Posté : 17 décembre, 2012 @ 7:36 dans Arbres et forets, metaphysique, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Hier, nous avons vu que certains éléments  terrestres gisants sont peu connus et qu’ils interfèrent dans la profondeur de la physique du globe.Nous ne pouvons garantir en fonctionnel que ce que nous sommes conscients. Plus nous accélérons en fébrilité et plus nous nous éloignons de ces champs gravitationnels. En tous les cas ,après avoir consulté les textes explicatifs sur le réseau tendu des nœuds magnétiques, sur les effets néfastes à la vie végétale supérieure et les conséquences induites; mon interrogation était encore très grande.

Les végétaux supérieurs et notamment les troncs dits ligneux subissent ces effets de distordions et le bois en est bien affecté dans sa formation. On peut en déduire que ce serait le même champ qui organise la forme et le cercle presque parfait en influençant pas une action circulaire. L’arbre pourrait bien être un capteur nous débarrassant des excès de cet élément. Ce n’est que suppositions, mais il faut considérer que les végétaux implantés sur les nœuds magnétiques ne peuvent croitre correctement.ils se développent non pas dans un élancement, mais sur un fort étalement. Ils se composent également d’une flèche sans cesse entrain de se diviser et sans énergie verticale  vers la lumière ou le ciel. Quant à la qualité des sites, tels les endroits  de fréquentation  hors influences ,les cervidés sont des champions car quand les biches mettent bas ,leur progéniture est mise hors d’actions de ces dynamiques. Puis, très jeunes les faons choisissent le lieu où ils pourront séjourner plus qu’à un  autre.

Il y a aussi le principe de l’aimantation et du fonctionnement électrique par excitation ,où une partie aimantée est introduite dans la marche. Les radiesthésistes travaillent ,avec leurs pendules ,sur cet effet et son application des plus complexes existant. Il y a certainement de nombreuses applications inconnues et des effets non recensés. Dans le monde des implantations de végétaux supérieurs, nous devons définir avant plantation la présence de nœuds magnétiques actifs et les localiser sur une carte. On fait ce travail en parcourant méthodiquement les zones  à l’aide d’une boussole qui répond très précisément aux modifications magnétiques. C’est un travail considérable, mais qui donne une plantation de qualité .Les oiseaux semblent ne pas faire attention à cet élément .Je crois que leurs comportements s’éloignent de ces lieux. On peut négliger cette présence et faire comme si elle n’existait pas.

On peut se poser quelques questions ,pourquoi nous avons négligé cet éléments alors que les autres vies dans la Nature le remarquent et l’évitent. C’est un grand mystère du monde.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Le schéma simplifié…

Posté : 29 novembre, 2012 @ 8:05 dans actualité générale, Arbres et forets, Philosophie générale, Sciences politiques et administratives structurelles, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Comme nous le savons, la Nature fonctionne par maillons définis par l’espèce et créant une dynamique active et conceptuelle généreuse des formes et de leurs utilités. C’est un constat allant vers toutes la gamme des dimensions de l’infiniment petit vers l’infiniment grand. Chaque maillon actif ancre donc sa présence dans la vie et remplit une tâche que la Nature, dans sa grande expression définit comme essentielle au bon fonctionnement dans son grand équilibre. L’humain n’échappe pas à ces réalités ,même si on peut dire qu’il peut, par sa pensée développée ,sortir de ce rôle. Pourtant, c’est bien ce que nous engendrons, nous, le monde humain. Quand nous aliénons de grands fonctionnement par des actions quelconques, apparaissent des déséquilibres naturelles que nous devons supporter et combler. A chacun de nos impacts sur cet ensemble ,nous devons trouver jusqu’où nous pouvons aller.

Ils existent des univers parallèles nous côtoyant dans la Nature et les insectes en font partie dans cet ensemble. Ils sont certainement une mémoire travaillée des formes  et ils étaient présents sur Terre avant l’homme. Butineurs, pollinisateurs ,  dé composeurs, etc …ce sont les rôles qui leurs sont dévolus .Ils sont dans les dimensions différentes, mais surtout dans celles côtoyant les fleurs  et toutes plantes. Mais également dans les relations touchant les voies structurelles des sols et leurs évolutions.
Tant que nous humains n’avons pas détenu des molécules issues des sciences agrochimiques avec les produits sélectifs, la Nature a été épargnée. Depuis les années 1950,c’est chose faîte,nous possédons, et les premiers effets sur l’ensemble naturel ont été la simplification du schéma des dimensions nous entourant. L’impact a touché beaucoup d’espèces notamment tout ce qui avait lien avec le maillon dans les divers créneaux de la dimension. Faute du savoir et en déficit de connaissances ,nous employons ces produits  sans nous retourner car notre moi est très important, trop important ! Maintenant ,tout en ayant rayé un maillon, nous avons la prolifération non contenue d’une autre variété ,sans qu’elle  trouve devant elle des barrières par la prédation. Tout  est affecté de la vie   et de nombreuses variétés  sont en train de disparaître à tout jamais.De nombreux corps tirés de la terre ne peuvent plus prendre vie par l’effort destructif que nous avons employé,et que nous engendrons encore. Cela va jusqu’à l’altération molécules de l’eau présentes dans les grandes dimensions et échanges.
J’ai constaté que  certaines espèces poissons ,dans les eaux douces et salées avaient leurs peaux altérées et présentaient des nécroses et tumeurs  entrainant leur mort. Par destruction progressive du corps dans ses équilibres.Aujourd’hui,il est un peu tard  pour le sursaut,mais rien n’est impossible sauf que nous devrons être capables de suppléer à nos erreurs rapidement.La folie des grandeurs avec insouciance ont des effets , celui de tuer le monde à petit feu. C’est pour cela qu’hier ,j’ai mentionné une forme d’agriculture propre en toute chose.

J’espère qu’il n’est pas et ne sera pas trop tard pour endiguer les effets néfastes.Le tout étant activé par un business monstre ayant façade dans le monde du capital. C’est-ce même monde qui veut refaire la Création en laboratoire avec  des travaux génétiques,la sélection d’espèces dites utiles et l’accélération d’un monde fini.Peu importe si cela représente une fin du monde,celui de nos équilibres généreux avec la vie.

Nos héritiers iront peut-être vivre sous terre,dans des souterrains aménagés et dans des mondes artificielles pour survivre parce qu’un un jour nous avons confondu les mots progrès et fin du monde .Dorénavant,nous devrons avoir sur le bateau  des consciences humaines un commandant sûr dans la tenue de la barre.    

Merci pour votre aimable visite!                                                                                                                                                                                                                                     

1234
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...