Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Archive pour la catégorie 'vie naturelle'

Bonjour à toutes et à tous ! Les règnes…

Posté : 19 août, 2013 @ 9:28 dans communications, créations littéraires, humanisme, Philosophie générale, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Quand je parle de règnes,je veux citer l’implantation d’une espèce dans ce que nous appelons le pérenne. Cela touche les plantes dans toutes leur diversité,le monde des insectes et de l’entomologie, les espèces animées suivant leurs différents classements,branches. Nous faisons partie d’un règne et nous y sommes installés depuis des temps immémoriaux .Les règnes sont dans l’aboutissement des conditions idéalisées pour vivifier et donner à la plante,à l’espèce tous les paramètres de son créneau particulier de son existence. C’est un mouvement universel qui se relie,en majorité aux temps,aux conditions physicochimie techniques particulières,à la physiologie fine et dynamique, etc …

Le « fer de lance « ,si l’on peut  dire contient des paramètres élaborés qui doivent s’installer suivant des périodes données. Toutes les espèces vivantes passent par des phases  ,elle commence différentes obligatoires et qui se ressemblent .la jeunesse,l’adolescence, la prématurité,la maturité,la stagnation,le dépérissement,puis un en deux points. la vieillesse et l’effondrement .Ce n’est pas pour autant une fin,mais une sauvegarde. Elle emmagasine dans sa mémoire tout le positif et parfois le négatif,s’endort et se réduit dans la graine  et elle se met en dormance .Les plantes  peuvent rester un à plusieurs siècles en dormance. Si son règne se termine,elle existe uniquement sur ses réserves graines qu’elle a mis à jour en son concentré.

L’attente peut durer plus d’un siècle,voire deux. Quand tous les paramètres s’affichent dans le positif, elle commence à réagir pour développer son installation  et un  nouveau règne. Ici, il y a l’idée du partage, qu’il soit végétal, animal,humain. Tout ce comporte ainsi et la vie se relie par des passerelles bien au delà de nos champs de compréhension .Nous n’échappons pas à ces règles et parfois leurs mystères.

Ceci dit,dans le pas de temps règne, s’amplifie la vie sous ses formes  mécaniques et dynamiques.   En dominance totale ,nous trouvons les phases reproductives et adaptatrices. Pour nous, c’est  très bien  notre puberté qui se manifeste comme l’ouverture de la corolle  d’une fleur,l’adolescence et sa recherche de son soi-même et l’impact des autres,l’apogée du monde fleur. Le destin est dans l’absolu des reproduction pour assurer la dynamique. Eh oui,nous sommes comme les fleurs et nos compagnes le savent très bien. Puis se met en route différents mécanismes pour assurer l’ancrage des données avant que nous disparaissions à tout jamais, ou mieux pour une période d’effacement . Avant, nous aurons mémorisé les différents paramètres évolutifs .Mais le règne est collectif et rassemble la dynamique totale de l’espèce même .Le monde est réglé comme les notes de musique et il s’affiche en la vie comme un mécanisme
Certain, puissant,bien rôdé. Chaque espèce en son intérieur possède une ou des graines tendant à développer dans la pré juvénilité un ensemble de mouvements attrayants. Rien n’est futile et tout est nécessaire La beauté et la grâce  intérieures de nos adolescents,jeunes adultes comprennent l’attirance du masculin pour qu’in fine,les deux genres se multiplient et assurent leur renouvellement.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Le temps est maitre du jeu et chaque heure,moins ou plus, se situe sur un créneau attribué. Chaque espèce a sa relation journalière où elle demande le maximum et offre le maximun .Il y a donc des floraisons et leur magnificence quelques minutes de la journée .Il y a des créneaux bien définis pour chaque action. Il y a une plante,un végétal de référence pour chaque espèces animée,y compris les oiseaux. Si l’on sait s’y référer,nous pouvons vivre en union dans une forme d’éternité .En exemple, les oiseaux et chacun d’eux par espèces connaît la plantes sauvages  et ne s’en éloigne guère. Le monde n’est pas vide,loin de là la sauvegarde est dans la dormance.

L’humain n’y échappe pas car son âme est immortelle .elle se place dans le grand sommeil en gardant en elle toute la mémoire de la vie,sa vie dont les paramètres sont sauvegardés. Ne craignons rien quand le créneau correspondant et très  et particulier se présentera,elle s’éveillera et elle reprendra sa dynamiques .Si ce n est le cas, elle se met en sa sauvegarde et conservation pour des temps qui nous sont inconnus et secrets. Mais, l’Universel et ses mondes ont leurs secrets qu’il faut admettre car nous sommes un petit élément. Nous serons réveillés et nous reprendrons le chemin de notre expression mémorisée,sans cesse en perfection et adaptation sur des créneaux subtils de l’essence et quintessence de la vie organisée. Jésus nous disait : «  Ils ont des yeux,mais ils ne voient pas! » En ces paroles,se trouvent des vérités du monde puissant et affirmé auquel nous nous relions en toute innocence.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! L’Amour s’use-t-il ?

Posté : 16 août, 2013 @ 7:26 dans Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

L’amour trop relié au physique s’use lentement ,s’érode et finit par devenir une sorte de rituel, des personnes où les partenaires ont perdu toute la passion attachée à l’originel des premiers temps. L’amour vrai construction à la fois des corps et des âmes,fait se rencontrer dans une affinité pensante et active étrange. Ce sont des êtres qui aiment être ensemble et leurs désirs est dans leur présence physique réciproque .Ici situent les bases solides de l’amour pour qu’il devienne fort,pérenne et constant sur le temps qui passe et nous emporte. Certains comportements très précis sont voués à l’échec.

Les amoureux le savent bien et parfois dans une vie,c’est le défilé de personnes qui usent rapidement leur capacité physique d’aimer .Je te donne et tu me donnes,voilà grosso modo,les grandes lignes et hors exhaustivité,Mais dans ce sens,je sais,  tout s’use,tout s’en va et tout lasse. Il faut étayer autrement et lui laisser un espace essentiel pour qu’il puisse se fertiliser et s’installer vraiment .La libération des moeurs est une façon moderne et adapter à ma période d’aimer ,si l’on peut dire. Elle ne demande pas tant d’installation protocolaire et c’est du genre  pour certains et certaines «  Tu me plais,je te plais, et brisons la glace! »

L’amour repousse les actions qui lui force la main et il souhaite se mettre en place dans les cœurs et les âmes avant les complicités physiques .Oui, mais nos sociétés dites modernes ne laissent plus aux couples constitués assez de temps pour s’installer dans le bonheur de la vie .Les générations qui pensent qu’il faut user de tous les stratagèmes avec son corps et en donner une partie afin de mettre tous les atouts sur le physique et l’action corporelle font erreur.

Grosses erreurs qui finit par d’altérer les valeurs de cet amour et une spirale s’installe entre les prétendants à ces unions. En consommant trop rapidement les éléments qui y sont reliés,ils créent une usure prématurée. Comme tout se relie aux habitudes,le bonheur ne sera jamais ou peu au bout du chemin .La libération de consommer librement suivant ses désirs est en soi ce qui tue cet amour et affadit la vie des protagonistes .C’est un défilé permanent des prétendants

 Avec la devise suivante : « Je te plais , tu me plais, et c’est l’affaire qui court ! »
On ne traite pas l’amour ainsi et il demande certaines réserves et notamment une forme d’abstinence des corps jusqu’au moment où les obstacles à ce grand amour soient levés .Oui, mais la question est : -quand ce même amour ressemble à l’éclair et devient coup de foudre? La résistance devient vaine !Selon les jeunes générations,l’amour serait prise de têtes entre les genres activée par un enchevêtrement bactériologique semblables à celui des insectes et leurs phéromones.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Des sentiments ambigus…

Posté : 21 juillet, 2013 @ 8:55 dans humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, vie naturelle | Pas de commentaires »

Quand nous naissons,notre état d’esprit est sur le droit chemin et le positif et le positif des sentiments est inclus .L ’Amour est présent sans la haine et la méchanceté,la bonté est là sous jacente,la juste pensée domine .La conscience neuve se définit et existe dans une ouverture bienveillante .Puis, au fil des années,tout se gâte car en nos sociétés et civilisations nous faisons régresser notre potentiel originel.
Nous épousons des idées intimes aux pensées humaines,lesquelles s’affrontent intérieurement .Sont donc mis en exergue les sentiments opposés et ceux qui ne veillent pas sur leurs capacités intimes et intérieures perdent défintivement , ou bien très progressivement, contact avec les pensées nobles et généreuses.
Ce changement n’est pas général,mais il est dû au monde de l’argent définissant son existence afin de définir une approche choisie entre les êtres. Les métiers,les chefs d’entreprises et sociétés ne se privent pas de définir leurs règles,parfois trop corporatiste .Ce qui semble évident,généreux,constructeur d’une bienséance entre nous est laminé et de bonté,honnêteté se transforme dans l’intolérance et une opposition caractérisée.
Certains penseurs disent qu’il nous faut une émulation pour progresser sur les voies de la richesse. Il faut donc opposer l’homme à l’homme .La à femme à l’homme et vice versa .Les jeux deviennent pervers et détruisent lentement,mais sûrement , les sentiments naturels premiers jugés par ceux qui se définissent des décideurs.
Ils ne se soucient pas du devoir intime ne pas perdre leur âme,ce n’est pas leurs problèmes.Eux ne rêvent que d’or,d’enrichissements,d’exploitations matières et exploitation des hommes dans l’éfficacité de leurs propres vues et appréciations .A partir de ces constats tout devient luttes internes entre humains. Homme envers homme et hommes envers femmes,etc… Ces échanges peu salutaires pour les évolutions finissent par enclencher les comportements intimes régressifs sur  la valeur des âmes,initialement riches,positives et aimantes.
L’Amour,la bonté,l’honnêteté,la vertu,la sagesse ne font plus réalités profondes. Seuls les gens de foi portent en eux ces capacités de lumière du monde.
Il ne faut pas se décourager,mais à force d’organisations,de pensées négatives,de réprouver les valeurs nobles construites et formatrices des hommes. Nous ne pouvons plus rejoindre les routes , chemins et voies de la vérité initiale soutenant l’humain.
Rien n’est jamais perdu et les régressions des âmes ,alliées aux volontés ,à nos familles intérieures et à la foi.  Certains luttent  fortement dans le sens véritable.
Même les plus endurcis d’entre-nous,inversent la tendance  .D ’autres projettent uniquement un monde des plaisirs dans l’immoralité ou presque. Certains s’aperçoivent ou commencent à entrevoir les carences qui nous égarent et ils reviennent ostensiblement vers ces sentiments généreux.
Je vous souhaite un agréable dimanche dans la méditation,car c’est le jour réservé aux soins de nos âmes ,au repos,aux familles, et à nos enfants,à la collectivité dans le bénévolat, etc…Ce jour est béni et il permet aux hommes de se retrouver et de réfléchir ,mais surtout d’envisager une  suite.

D’autres,eux parlent de faire du dimanche un jour comme les autres pour travailler ?Il a pourtant été créé en l’honneur du repos dominicale ou hebdomadaire. Le sens en est dans la nécessité d’obtenir un terrain pour se rassembler intimement. Merci de votre aimable visite. Bon et excellent dimanche à vous !

bonjour à toutes et à tous ! Politique et Nature…

Posté : 18 juillet, 2013 @ 8:48 dans actualité générale, Philosophie générale, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

J’écris ces quelques mots pour dire combien le monde fonctionne uniquement dans les apparences,loin de la biologie terrestre dans sa grande harmonie .Alors,nous ne faisons plus attention aux grands et petits écosystèmes terrestres,marins et divers. Nous allons bien trop vite et nous dépassons en actions courantes le temps de la nature pour sa régénération .Nous construisons des sociétés basées sur le profit et la rentabilité uniquement.

Les hommes politiques font des promesses sur l’environnement en créant un ministère actif pour analyser et corriger les orientations et mouvements naturelles mauvaises.  Aujourd’hui,cela est important. Le tout, est géré sans trop d’attentions. Aussi, malgré les crédits étriqués attribués à la Nature,tout se déroule en dehors des possibilités généreuses offertes. C’est le Ministère  de l’impossibilité car le monde industriel n’admet pas les freins sur son hégémonie,sans cesse croissante .Nous pouvons et devons produire et nous comporter dans le sens de ne pas altérer les écosystèmes globaux terrestres et comprendre la nécessité de se connecter à leur temps. Le fait de dépasser le temps précis des renouvellements et régénérations met en cause l’ensemble.

Il n’y a pas d’intelligence interne chez les peuples qui détruisent sciemment leur berceau planétaire et affichent aucune sensibilité à la sagesse.
Traiter et comprendre notre environnement est une chose globale et localisée sur les zones d’échanges climatiques car les éléments fonctionnent en se reliant aux valeurs échangées.  Travailler pour notre planète et comprendre avec conscience ce que nous sommes.Nous ne voulons pas faire ce pas  car il est gratuit et ne rapporte pas immédiatement. Désormais, ceci s’affiche comme une grande philosophie mondiale.

L’état d’esprit qui en découle ne respecte plus les vies qui sont avec nous  et les schémas de la biodiversité s’appauvrissent. Tout semble écologiquement sans intérêt car placé hors de nos propres valeurs établies. A ce petit jeu,les végétaux disparaissent de la longévité et ne trouvent plus grand place. Nous faisons reculer les fonctionnements biologiques terrestres en y manoeuvrant des forces anti-vies. Bref, que c’est beau la vie ,mais hors de nos sensibilités courantes existentielles.

On ne peut être toujours critiques et il faut également être fier de construire positivement. Malheureusement,toujours les mêmes motivations qui nous éloignent et font de nous désormais des irrespectueux de leur berceau planétaire. Très bientôt,nous serons placés sur une voie ne possédant plus les possibilités du changement d’orientation,si ce n’est déjà fait !L’écho nous dit de foncer, foncer toujours et il est versé dans l’inconscience de la négativité construite et irresponsable car nous ne pouvons faire marche arrière .Tout devient futile et sans valeur. Celles attribuées aux Mers, aux Océans,à la terre nourricière,à la biodiversité, passent après nos propres constructions de notre monde. Dommage que nous soyons sans sursauts.Je  ne crois plus en cette possibilité car les hommes politiques et de pouvoir ne voient que certaines possibilités dévastatrices avec pour les animaux le non respect des régimes alimentaires,les méthodes des reproductions. Enfin la négation des  éléments de base des sociétés.  

L’homme doit se libérer et s’affranchir des pensées ancestrales .Mais simplement,il n’a pas créée le monde et il connaît de graves désordres dus à des carences.Pourvu que les comptes en banque  soient pleins,le reste n’a aucune importance. permettre à la vie son champ de développement est plus que précieux,c’est Sacré!

Alors, avec ce constat se dressent aux limites des compréhensions les qualifications d’arriéré. Bravo aux ânes car ils n’ont pas les soucis humains et ils dressent stoïques au service de la simplicité existentielle . En mangeant les chardons qui poussent sur les terrains arides. Rien n’est parfait,mais je crois que nous dépassons les limites en soutenant un monde de l’inconscience et de l’hégémonie destructrice.

A part cela Madame la Marquise,tout va très bien et il faut savoir être .Un beau jour, ce monde qui nous entoure va nous reprendre au milieu de sa fine poussière ambiante. Notre esprit,notre âme,notre conscience devront faire de grands efforts pour e pas s’éteindre et âtre déconnecter de la vie et de son fil d’Ariane.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! La leçon sans prétention…

Posté : 28 juin, 2013 @ 6:11 dans Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, vie naturelle | Pas de commentaires »

Cette leçon,de nombreuses personnes seraient bien curieuses de savoir de quoi je parle. J’ai envie de dire ,de presque rien  car il s’agit du tout et de sa marche. Du tout et du rien car dans le savoir humain cela n’existe pas et n’a pas de consistance. Alors, pourquoi s’en soucier puisque la connaissance des hommes remplace progressivement le tout dans lequel il baigne  sous une forme plus étroite et bien à lui.

Cet homme, s’il s’est constitué une banque de données,il se l’applique ainsi qu’à sa descendance. Il ne parle plus à la Nature,à la planète,aux éléments,aux cieux,à la terre,aux arbres ,aux oiseaux,aux plus autres créatures des Terres et des mers .Il enseigne à ses descendances son ingéniosité car à part ses inventions,il n’existe que le chaos .En appelant sa jeunesse rapidement     sur les bancs de l’école et de plus en plus jeune,il la forme à son savoir,le bon et l’encourage par de nombreux diplômes,car le but  final est pour l’être ,l’enrichissement personnel.

Lentement,mais sûrement tout devient vénal    et peu ou plus d’espaces restent disponibles pour celui qui n’y adhère pas.
La désolation et la fermeture des portes de l’espérance sont affligeantes. Les enfants et petits enfants renvoient vers les parents, des fins  de non recevoir par la pensée tellement plus offensive avec l’argent et le retour de toutes choses. Cette inquiétante réflexion est associée à la formation d’une société. Oui, mais il y a un mais qui se développe .On peut négliger beaucoup de choses,mais la compréhension du fonctionnement planétaire intime, peu d’hommes ont voulu la voir. La Nature bienfaisante régnante avec bienveillance sur les équilibres,tous les équilibres de vies,c’était trop primaire pour une société d’hommes.

Le temps imparti, en équilibre avec les hommes n’est plus de mise. Pour ce faire, les hommes dominants rendent les autres plus dépendants de leurs inventions et ils font de leurs semblables des nouveaux esclaves.L’argent,la richesse,la possession devienne l’unique leitmotiv de l’esprit. L’enfant dit à ses parents et martèle: C’est beau la Nature! Les parents répondent que oui,mais primaire car il vaut mieux regarder l’implantation fumante de la centrale nucléaire avoisinante. L’humain commence à dire : «  Nous sommes trop nombreux ? » et il n’y aura pas de place pour tous !

Ce sont des paroles géniales dans l’incompréhension du tout. Le partage existe dans le grand désintéressement . Il est certain que  l’essentiel existant autour de soi permet la vie .Tout cela est possible,mais hors de toutes les hégémonies confiscatoires. Si nous avions saisi pour vivre avec nos descendances ce temps là,les paramètres seraient tous au vert sur la Terre. Comme il est dit dans la fable : « Rien ne sert de courir ,il faut partir à point ! »

Comme nous sommes aussi la Nature,mais  nous la regardons comme primaire, alors ,il est difficile d’apporter des solutions efficaces .
Misère de misère dit l’homme conscient et inquiet ! Nous avions tout pour être heureux dans un bonheur préservant nos propres équilibres respectueux. Nous avons choisi notre voie,peut-être sans issue;dont la résonance est fade ,altérée  et entachée des défauts qui sont les nôtres. Bref,si nous n’avons pas toujours tort,faut-il que nous puissions dégager autre chose qu’une prison commune pour s’auto condamner avec nos descendances.

La leçon est déjà commencée et les cerveaux commencent à frémir en attendant une union sacrée vibrante avec le Tout. Ah j’oubliais ! Ce que nous avons détesté sera probablement ce qui va s’imposer à nous dans l’amour complet de la vie. Ce que nous avons voulu fuir se prépare à nous enseigner dans la leçon magistrale et grandiose.
Il va falloir de l’humilité !

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonsoir à toutes et à tous ! Une petite cantate…

Posté : 23 avril, 2013 @ 10:15 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, travail, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »


C’est le titre d’une magnifique et profonde chanson interprétée par Barbara.elle nous donne l’image de nos pensées fines,de nos consciences unies,de nos contenus spirituels et de notre regard tendu vers l’Espérance et le Ciel. Dans ce mot Cantate,il y a cantat, cantique et dans ce dernier mot,il y a harmonie vibratoire d’un tout.

Regardons autour de nous et dans ce vibratoire harmonique,si nous ne reconnaissons pas des éléments. Eh oui , il s’agit du chant de l’oiseau et son exact vibration avec l’ensemble.

Je vais ,ici,vous parler de mon expérience avec les oiseaux et plus avant de celle avec les grands cervidés,faons,biches ,cerfs.Cette dernière a été contrariée et apportait beaucoup à une compréhension de la vie dans sa quintessence.
Avec mes Amis anatidés des rivières et des mers ,j’ai du progresser et dans mon prochain ouvrage ,je définirai la cohérence évaluée et comprise. Sachant que celui qui reçoit la leçon et l’accepte humblement dans la joie et l’honneur, c’est moi-même. Je vais vous en donner u à la stabilité n petit aperçu:

Le canard suivant ses différentes branches est issu et descendant d’une très vieille origine que personnellement je pense être l’ornithorynque. Donc de la vie ancestrale,contenant des possibilités infinies.
Il est formé pour communiquer entre congénères,s’orienter par un cerveau contenant les éléments magnétiques dominants et son ralliement à la stabilité géostationnaire de la planète Terre. Ils migrent sans cesse du pôle Nord vers les zones tempérées qui les accueillent par un voyage annuel, aller et retour. Il a ses coutumes,ses repères ancestraux comme-nous. ce que nous appelons « sauvage » est péjoratif car il contient autant d’Amour qu’un homme sans en faire état. On le dit grégaire,mais personne n’a vécu sa vie d’oiseau.
Ils savent interpréter et anticiper dans un proche avenir de quelques heures avant l’apparition de leur temps présent et son vécu total. Avec notre cerveau,nous les humains, ne pouvons guère accéder à cette phase.
Observons plus ! Je leur ai donné ma signature vibrante de mon être physique. ils l’ont prise et l’ont mémorisée. Dans cette reconnaissance totale de ce que je suis,une image, une vibration,un corps,une pensée,une voix,un sifflet. Alors que je m’étais absenté une semaine pour vaquer à mes occupations ,,mes amis ne me voyaient plus. Quand je suis revenu,et en descendant de mon véhicule,sur une petite place adjacente,de leur vitesse atteignant parfois les 200kmh, ils vinrent à ma rencontre,m’entourèrent à tire d’ailes et en quelques secondes se regroupèrent autour de moi, les cous tendus vers le ciel. Après quelques langages disparates et individuelles s’harmonisèrent pour faire entendre,dans une rare beauté,une harmonie d’un chant insoupçonné qui a entièrement pénétré mon âme et jusqu’au cœur car j’en ai pleuré. Mes amis m’aimaient bien au-delà de ce que je représente physiquement.

le message était clair,une chorale humaine ne pouvait aller au-delà .Je les ai humblement remercié et j’ai remarqué qu’ils organisaient une vigilance pour veiller à ma sécurité et la leur, le temps de notre rencontre. Ce dialogue, passionnant et instructeur,je l’ai poussé plus loin grâce à leur amabilité et quand je suis assis au milieu d’eux l’un deux vient me regarder droit dans les yeux. Et il traversait toutes chose tellement il était pénétrant. Ce regard est de ceux qui aime et dit : « Ne t’en vas pas ! » Plus loin ,il y a la compassion contenue,non pas la nôtre,mais la leur et je l’ai rencontrée.Tous les oiseaux sont ainsi et ce langage Universel existe simplement mais surement. Quand les mamans viennent fières avec leurs petits justes éclos et que ces jeunes oisillons s’installent en rond autour de mon sac à dos,personne ici-bas me donne une réponse.
Mes Amis l’ont cette réponse et je les aime autant que des âtres humains. ils ne me reconnaissent pas pour un pouvoir,ni pour des richesses artificielles,ni une supériorité en l’humain. Ils regardent profondément le contenu de chacun en son Amour. Chaque chose à son règne et nous nous en acquittons au mieux en aimant. L’idée d’exploiter,de diviser,de régner,de réduire,d’offenser,de mépriser,d’insulter,de ne pas respecter doit être abandonnée Parce qu’il faut regarder autrement qu’avec nos yeux !
Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à Toutes et à Tous. Les Etres doués de consciences,mais aussi de raison…

Posté : 21 avril, 2013 @ 8:42 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Il est des choses qui vont du domaine situé après l’éveil et le travail des Consciences. Comme je l’ai écrit hier,la conscience introduit le passage du subconscient qui, la nuit, lorsque nous dormons,travaille et introduit dans l’âme individuelle les éléments dignes d’être sauvegardés. Nous ne parlerons de l’Esprit qu’après avoir compris l’âme,notre âme,quintessence de l’être et de nous-même au for intérieur .Le dialogue avec l’âme peut et doit exister et même doit être entretenu constamment.      C’est l’entretien le plus difficile  Déjà de nombreuses personnes ne pensent pas à leur âme,ni aux valeurs humaines également         .Sur ce sujet,les effets du matérialisme ambiant sont considérables                    .

Je comprends le raisonnement humain et je vois qu’avec l’histoire de nos sociétés et nos civilisations,l’homme,ses progrès en son propre pouvoir,s’éloigne presque irrémédiablement de son socle de base et ses natures initiales.Ce sont diverses conséquences qu’il faut analyser et cerner .La première est qu’apparemment les humains en naissant ont leur conscience dite inerte et sans éveil,où aucun repères ne fait mention de leur conscience en veille,qui survient plus tard avec le mûrissement psychologique et surtout pensé.Le schéma d’éveil aurait dû se mettre en place bien avant .Sans posséder l’éveil supérieur  au tout début où tout devient pensées,il faut se poser la question pourquoi un tel retard?

On peut dire que les comportements et les « péchés »nommés dans le Christianisme,en fonction de la Table des Commandements,les hommes seraient responsables de cette non adhésion au grand destin Universel. Nous pouvons penser beaucoup de choses,mais avec l’expérience,en nous regardant profondément et sans pré jugement,j’ai aperçu le pourquoi. Quand nous sommes dans l’œil pour œil et dent pour dent,l’humain est agressif,voire autant que celui qui est doté d’armes pouvant tuer l’autre immédiatement .

Quand nous avons grandi légèrement avec les textes Sacrés,nous avons fait un pas pour la tolérance. C était la bonne voie avec son pardon et la conscience en éveil comme un propre radar.A la fin du 18ème siècle,nous avons commencé à inventer les machines,fidèles copies des systèmes naturels bien précis en la nature du fonctionnement articulé. Cela a marché et notre souffrance  dépendante et en certains points a disparu. Nous avons continué,mais à chaque pas du progrès matériel,nous effaçons notre profond éveil et nous nous éloignons de notre âme.Selon moi et ce n’est que mon humble avis de pauvre pêcheur,nous sommes si différents désormais que nous sommes devenus un Monde ,notre Monde.

Non pas comme souhaité dans la pureté des âmes et des esprits,mais dans celui du soulagement profond de certaines souffrances indélébiles. Personnellement je crois que nous avançons vers une chose plus juste pour le nous tous,notre prise en charge de votre destinée collective vers ce demain,peut-être chaotiquement dans la grande union pensée et réalisée.

Aussi, j’en  appelle à la mansuétude, la miséricorde car sortis de notre préhistoire la voie offerte a été celle-ci et malgré l’explication des têtes supérieures de Noblesse et leur échec patent à guider les peuples et les aimer nous avons du prendre notre destin en main et en tenant compte de tous les paramètres présents.

Est-ce pour cela que l’homme n’a pas de cœurs et de pensées nobles. Oh non, mais il les enfouit parfois dans sa pudeur ou dureté apparente. S’il n’a jamais s’éveiller son âme,je plaide pour une grande mansuétude lui accordant le pardon,car au plus profond de lui,le souvenir du passé complet lui a échappé. Mais, il y a un mais,comme dans une plaidoirie,ceux qui sont dans les grands errements,et qui sont hors l’innocence et le non savoir, et qui manœuvre avec le Monde en le confisquant par différents moyens et le font mourir à petit feu en y confisquant tous les espoirs de la vie et de son berceau planétaire dynamique,fonctionnel en se prenant à existe de leurs congénères restés dans la totale innocence et réflexion,ceux qui exploitent la planète intensément sans conscience et repoussent la raison et la sagesse,ceux qui achètent et corrompent tout avec  le roi argent et nous éloignent du grand partage honnête,juste.ceux là ,pour tous leurs excès conscients mais déterminés depuis le début des temps,sont dans la grande nuisance et sont condamnables

L’humain avec le temps nécessaire à son éveil en sa conscience aurait du fixer cela en son droit  ,fait comme indiqué par les plus grandes consciences venues des philosophies pour exprimer la haute pensée humaine dans sa noblesse,celle de l’esprit de construction de nos sociétés fragiles.il faut garantir à partir de celui qui naît et arrive et se trouve à ce moment précis sur le seuil du Monde Terrien , qu’il sera accueilli par une société prononcée et dite civilisée.  Celui qui naît, en cette seconde, est hors de toutes les possessions et se trouve dans la grande vérité,car il n’adhère pas à l’esprit de posséder mais d’aimer. A partir de cet instant,une lutte globale dite collective doit s’enclencher pour être juste,soulager des souffrances et aimer encore plus son prochain malgré les ’crocs en jambes » et à l’aune du grand respect. Ces hommes, ces pensées,ces âmes, ces Esprits,même s’ils sont en retard,ne doivent pas recevoir condamnation car ils n’ont, pour une grande majorité jamais condamné et ont également essayé de bâtir et de s’élever par l’esprit.

Je suis un Père,un grand-Père et je côtoie des arrière-grand-Parents.Il faut bien regarder comment l’on bâtit une famille,la protège,lui donne le nécessaire de chaque instant ,qu’il soit dans le matériel et le moralement sûr, enfin lui apporter l’Amour du Monde et veiller à l’épanouissement, l’émancipation des enfants en les préparant sincèrement sur leur devenir par l’orientation libre ,mais informative la plus complète,enfin en veillant à l’éveil collectif qui prend le pas. J’ai constaté ,parfois avec peine,la peine du cœur et de l’âme, que notre collectif,sans être vraiment bon,n’était pas non plus  dans le mauvais;mais se définit dans une neutralité contre les excès.

Son défaut est qu’il n’adhère pas à une autre forme d’idée que son propre pouvoir. Au tout début,il y avait une tolérablement à un certaine forme de pénibilité;mais maintenant celle-ci s’éloigne et les enseignements humains ne laissent plus ou trop peu de champs au libre arbitre respectueux de l’individuel et de l’âme et conscience. Ce  pouvoir installé a pris en main sa propre essence pour bâtir dans un sens qu’il croit meilleur. Une forme d’intellectualisme est né et a décidé que c’en était fini de la pensée ,celle des temps passés en la remettant dans le présent ,même partiellement .ces pouvoirs condamnent lentement tout ce qui ne leur semble pas  conforme.Son avancée n’est pas celle de l’esprit quel qu’il soit. de la conscience libre et éclairée,de la pensée non inféodée. Ce constat révèle une construction,dans l’idée générale, hors valeurs démocratiques ouvertes, mais issues des non libertés,privilégiant une forme inavouées de dictatures ,de non libertés;de contraintes et d’autodestructions du moment où tous pays ,ou toutes régions du globe agissent dans la détermination u fédérée dans l’application des valeurs simples, nobles,constructives.

Tout est rattrapable,sauf l’entêtement dans cette détermination . Très heureux que chacun puisse s’exprimer    en   conscience  et non pas orienter vers le suicide collectif,dans et par l’asphyxie mentale. J’appelle cela (ce qui nous menace) les épées de Damoclès,philosophe grec qui parlait des dangers présents au dessus de nos têtes. J’en passe,et pour la paix globale il ne faudrait pas amplifier cette faiblesse et il nous faut penser à un organisme international avec des ramifications dans  chaque pays ou régions du globe.

Basés sur des connaissances sincères,honnêtes ,véritables, la vérité sera rétablie dans es valeurs les plus pures,nobles,par un gouvernement des Nations unies basé uniquement sur de telles valeurs, sur les trois éléments ;pensées+conscience+âme+esprit, étant donné que ce dernier point est affranchi et agit en cela en nous guidant vers les améliorations certaines en sociétés,en politique,saine,véritable, honnête,dévouée car définie par la conscience elle-même dans sa reconnaissance.

L’auto condamnation,la condamnation laissant place à l’autodiscipline de l’être,au magnanisme,au cœur, mais aussi à la bonté dans un humanisme emprunt de générosité,englobant l’ensemble. Ainsi, reculerait à tout jamais ,l’esprit d’encadrement pétrifiant et brimant  les peuples. Il remettrait à l’âme individuelles et collectives sa joie et son bonheur de participer à son propre destin,à sa vie, de s’exprimer pleinement dans l’existence totale comprise .nous pouvons dire,sans pudeur,ni orgueil d’exister car impliqués tel le premier jour ,lors de notre premier cri avec le contact de l’air en nos alvéoles pulmonaires ,et conforme aux premiers instants de notre   naissance. La liberté , la démocratie,le permettant avec  la  foi, notre propre pensée spirituelle pourra s’exprimer et nous ouvrir un monde encore meilleur et quittant son potentiel dans la réduction comptable. La résorption des violences fait partie de cet ensemble. Ce pas, il faut le franchir et savoir ne pas oublier l’autre face du Monde,la principale qui nous guide,la spirituelle qui aura  également son éveil.

Alors, en tant que penseur, je m’avance timidement vers vous,avec mes petits moyens d’homme éloigné des richesses matérielles,vénales, et celles obtenues par tous nos savoirs regroupés par nos volontés collectives dans nos universités et facultés. Je vous aime dans le fragile équilibre que vous maintenez  .Toute la connaissance Universelle,vous ne pouvez l’accueillir,mais en aimant sachons organiser nos progressions dans nos constructions et comme l’Amérique,nos Présidents doivent prêter serment face aux peuples et la constitution élaborée pour lui, par lui,mais surtout face et sous le regard de Dieu et sa grande présence recevant respect  par l’idée même du serment reconnaissant le pouvoir, son pouvoir Divin absolu.

A partir de ce serment et rectifications, nous pouvons encore établie en haute conscience et sous l’œil juste des responsabilités pénales et judiciaires,nous pouvons encore construire en nous souvenant  que nous devons aimer,servir,respecter et être respecté et dignes dans toutes les différences qui nous séparent,mais aussi être conscients de notre berceau des vies.

Quand ,l’enfant naît libre par l’âme qui arrive ou naîtra sur cette planète,dans ce monde nous l’accueillerons avec tout l’Amour  dû et déployé. Ne condamnons pas avant l’heure en beaucoup de formes et cela en la matière faisons notre mea-culpa dans une conscience totalement éveillée.

Merci pour votre aimable compréhension,votre mansuétude pour mes écrits et le bonheur de pouvoir m’adresser à vous sans contraintes.
Excellent journée de dimanche à vous tous ,dans la réflexion et la méditation des mots de nos constructions collectives.

 

Bonjour à Toutes et à Tous ! Chers (es) Amis (es) des blogs et des réseaux sociaux dans la communication…

Posté : 17 avril, 2013 @ 7:22 dans communications, humanisme, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, vie naturelle | Pas de commentaires »

 

Merci à vous tous pour votre  compréhension pour ma présence dans l’in continu sur le site,les sites utilisant le numérique et la pensée artificielle. Comme vous le savez,je suis un auteur ,un témoin de notre temps et un observateurs de nos constructions. Dans le travail avec le crayon et la plume, il existe plusieurs façons d’être. Soit on conçoit les ouvrages ensemble sur la toile,soit je me concentre seul sur mes écrits. La finalité pensée d’un ouvrage me demande un travail plus concentré et conçu dans un Esprit d’humanisme et philanthropie avancé. Pour présenter mes ouvrages,j’ai besoin de cet espace relationnel.

Aussi, je suis parfois dans l’obligation de me concentrer sur les thèmes afin de pouvoir établir un lien avec tous mes lecteurs et mon travail. C’est pour cela que je « disparais » des horizons de la toile car je dois faire cet effort. Ce n’est pas pour cela que je vous serai infidèle en vous laissant sans réponse. Je reviens périodiquement vers vous en construisant mes ouvrages, qui sont dans la temps de la réflexion et de la profonde méditation. Et pour moi,j’y arrive qu’avec des intermèdes car il faut surtout être soi.

Soyez assurés de mon Amitié sincère au-delà des quelques mots échangés sur la toile .Comme je vous l’ai indiqué ,pour moi, le net, la toile, le web,toute cette communication permet d’échanger avec richesses et fraternité ,mais cela comporte des paliers dans chaque niveau virtuel. Il faut maintenir cet état Et pour moi,j’y arrive qu’avec des intermèdes car il faut surtout être soi et non pas dans le moi. Pour donner plus aux autres dans la plénitude des actes et des pensées nobles,les plus éthérées ,il faut retrouver ce soi et s’y asseoir périodiquement. Je favorise la chaleur humaine,la fraternité ressentie,vraie, sincère ,vibrante,et ô combien exigeante et réjouissante. La rencontre en direct entre nous le permet et la toile elle ne le met pas en valeur, dans la totalité de l’accomplissement,surtout pour l’homme que je suis. La joie,la valeur dans le verbe aimer et être nous appartiennent à tous.

Merci beaucoup à vous,pour votre compréhension et votre sens de la  magnanimité. Avec ma sincérité pour le Verbe,le mot et ma pensée profonde ,me laissant un espace entre toutes les fortes vibrations dominantes que nous recevons tous. Fraternellement vôtre !

 

.

Bonjour à Toutes et Tous ! Un peu de Sociologie…

Posté : 10 avril, 2013 @ 8:50 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, metaphysique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je me prépare à faire paraître plusieurs ouvrages analyses et visions d’auteur touchant aux libertés et aux avancées civilisatrices, par le regard et la comparaison. La Sociologie est l’élément primordial et il faut le découvrir à l’aide du regard philosophique inquisiteur mais juste et généreux sous la dominance bienveillante et douce de l’Esprit Spirituel.
Contrairement à beaucoup d’idées reçues, nous ne pouvons exister dans la pérennité sans mettre en éveil notre spiritualité intérieure qui est la motivation principale de-là vie. Celle-ci est le langage des âmes qui elles-mêmes  trouve la nourriture substantielle en la conscience, via notre subconscient. A partir de ces  deux fonctionnements du cerveau éveillé, nous mettons en route un nouveau corps, celui relié à notre identité universelle.
Le physique est également dans le Sacré avec sa résonance  vibratoire ,discrète en toutes choses et doit faire l’objet de toutes les attentions respectueuses. On ne peut débuter  en ces matières que par ce respect incontournable et la maîtrisé de son Moi intérieur.
La route de l’éveil est longue ,parfois sinueuse et elle représente une lutte ancestrale avec le soi même  empli de ces certitudes et bouffi de l’assurance reliée à toutes  matières. Je le conçois, rien n’est facile. Sachons qu’à partir d’un moment ,le Don au fond de nous se réveille et à nos côtés, mais plutôt avec le moi rempli de sagesse se renforce.
Mais, en Sociologie, tout ne nous dit pas comment nous en sommes arrivés là, dans une forme de régression mentale apparente au sein de l’Occident et certainement bien d’autres sociétés différentes au Monde communiquent partout avec nous par un sas dit universel.
La corruption, la décadence ,la négation de l Esprit sont des choses habituelles en toutes civilisations. Il faut guetter et observer quand cela arrive. Si l’éveil s’est produit avant, aucun problème, nous passons tous les caps, mais si nous n’avons pas mis en route notre veille  dite de la «  Pousse Céleste » comme le dit Platon, nous périssons sans souvenir.
Parfois, nous avons l’impression de traverser une crise régressive? Je dis l’impression, car ce qui était normal au comportemental s’évase et se change en d’autres abords. Notre regard doit aller vers d’ autres horizons pour comprendre et réparer. La réparation et la guérison existent sous la bienveillance des éveillés qui deviennent des guides.
En Occident, pas possible car en de nombreux pays nous avons mis la connaissance avant toute chose et nous philosophons dans nos sciences pour la réinvention du monde et de l’indépendance de l’Homme. Une véritable scission effectuée avec la spiritualité tendue pour l’accomplissement de l’homme. Rien à faire, la volonté farouche l’emporte et la structuration s’impose à mes yeux dans la globalité. La douleur intense va nous habiter  et non pas la réalité libératrice.
Certains pensent que malgré cela, l’humain doit s’affranchir de tout et même de ses Maîtres. Une fois  créé, ,l’humain veut s’affirmer seul avec son grand désir d’une indépendance avec celui qui la créée et qui créé.
L’auteur en Sociologie jette un regard sévère et même désabusé sur notre bâti sans noblesse et assurance. Je dirai qu’après la désobissance,nous y ajoutons une forme de vanité et de pédante refusant de prendre en considération toute présence étrangère dans l’idée existentielle. Plus grave, la conscience s’évase et renie.des peuples ont mis en place des structures abjectes de redressement de la pensée en faisant souffrir l’être. Notre tous ensemble est vénal et seulement vénal pour la partie dominante.
Seule, la guérison s’obtiendra auprès des plus pauvres lâchés par le mercantilisme et qui réussirait avec l’aide du Maître à organiser la suite. On le voit, même les champs de croyances sont dans l’affrontement et aujourd’hui, ce Monde s’en va  encore vers la terreur et la  perte. Le mot apocalypse est doux par rapport à la vitrification en quelques secondes avec les bombes thermonucléaires. Aucune vie sur Terre ne pourra résister au souffle de la mort et de la destruction totale .Devant cette voie tracée en impasse dangereuse , que reste-t-il à faire ?
Eh bien, pour les gens de foi, de demander le pardon à Dieu pour ceux qui sont dans l’inconscience. Ce n’est pas l’Espérance ,l’Espoir, la Bonté, la spiritualité, le magnanimité ,la compassion et le pardon. D ans le regard du sociologue, de celui qui regarde, du témoin, la conscience  s’exprime en tout et partout sans retour. Je veux parler, ici, des graves menaces nucléaires brandies par les frères coréens, l’agressivité de nos Frères d’Orient, de la fragilité constante et affirmée de nos frères de Palestine et d’Israël. On dirait qu’une force nous enlève la substance autre que l’argent. Cette dernière fait l’objet d’un partage inexistant sur son échelle des valeurs et d’une nullité affligeante envers la pauvreté et la paupérisation galopante des peuples.
Les hautes âmes, les grandes consciences sont unis pour porter le Monde à bout de bras tel Héraclès. Notre planète ne pourra infiniment  être tenue infiniment ainsi dans l’hostilité des pensées . Les suites ne sont pas dans les valeurs argent ou or, ni dans l’esclavage, ni dans les pensées numériques et robotisés, ni dans la peur par la terreur. Ceci est l’autodestruction générant le néant ,le chaos et la fin.
Sachons lâcher prise avec nos différentes branches agressives, partageons le savoir, le bien être, et les valeurs de l’esprit. Remettons nous en cause par le repentir comme si nous avions fait fausse route.
La dessus, nous ne pouvons plus rien, car notre structuration forme ses élites qui en tout encadrent les peuples ou populations et leurs seules idées que les professeurs dispensent dans la bonne parole telles des oracles, rabâchant dès notre arrivée sur Terre.
Si toi aussi tu m’abandonne comme le chante  une chanson du « train sifflera trois fois « .ce qui nous attend peut-être affreux de conséquences.
Je le redis, j’observe nos sociétés et je regarde en témoin inquisiteur de ce qui se passe dans ce cercle immense que nous trçons tous  chaque jour . Espoir, Espérance, Humanisme, frères, sœurs, aimer, vies plurielles, planète vivante,beauté, grâce, fraternité : Bye !
J’use mon encre de stylo pour atteindre quel Esprit ? Impossible ,plus tétu qu’ »Homo-effrontis » tu meurs condamné sur le poteau du piloris .Le silence de glace pèse et cette auto condamnation poussée à son paroxysme est encore  plus froide  que la banquise et ses icebergs. Bien plus grave  encore que le naufrage du Titanic, la fin d’un monde . Depuis le dernier conflit mondial 39-45, nous serions des damnés et nous ne pouvons nous en sortir,nous tournons en rond captifs et innocents, prisonniers de nous-mêmes et nos idées.Nous ne pouvons nous en libérer.
C’était le regard triste d’un sociologue,d’un philosophe, d’un témoin de notre temps.
Puis-je , au nom d’une ouverture inespérée demander l’accès à l’auditorium de nos plus grandes universités? Je n’ai aucun moyen matériel de faire entendre ma voix comme l’indésirable que nous enfouissons sans relache.La poussière et son état me menace à chaque heure qui passe et chaque seconde est dans mon compte à rebours et pourtant ,comme mes frères défavorisés, au limite de cette paupérisation, j’ai voulu vous le dire par les livres, mais le philosophe dit-on est la révolution même et la connaissance que de l‘homme par lui-même est verrouillée et bien gardée!. On ne lit plus et même les parutions sont dans le giron du roi et dieu argent comme une certaine Vérité du monde. Fluctuat nec mergitur !
Merci de votre aimable visite,bonne jurnée et à très bientôt.                                                                                                               

Bonjour à Toutes et à Tous ! Comment allons-nous ?

Posté : 9 avril, 2013 @ 8:30 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Dans cette interrogation se place une importante question, en nous regardant au fond des yeux. Nous ne pouvons pas dire que nous allons bien et on ne peut dire vraiment que nous allions mal. Simplement nous nous sommes placés en situation d’échec sur un essentiel: le maintien de nos libertés dans le respect de tous ! Nous avons atteint des zones pensées et comportementales dangereuses pour l’Homme et son Ame, son Esprit par le biais adoratif et vénéré de l’argent comme seul exutoire des pensées et comportements.

Je ne condamne pas car je vous aime et je suis comme vous ,je vibre sous l’effet des ondes positives et négatives. Simplement, sur ma route ,j’ai essayé d’élimer le négatif. La voie est longue, pentue et l’on y va qu’avec ses jambes et son gros sac à dos, semblable à une randonnée en moyenne et haute Montagne. A partir d’un certain niveau, il nous faut un Guide car l’Esprit qui arrive est fort , mais vif et adroit, voire aguerri au jugement  et il nous soulève. Alors, je me retourne car nous ne grimpons pas au même rythme et que vois-je? D’autres marcheurs en train de prendre un autre sentier ,loin des certitudes de l’âme et de l’Esprit , mais dans une facilité plus confortable dans l’effort.

Ce que je vous indique ici, c’est-ce que nous faisons et comment nous nous comportons. Voulons-nous donner le meilleur de nous à nos enfants, nos petits-enfants,  et toute nos descendances jusqu’à des temps encore dans les limbes ,voire plus ?Je ne le pense pas car nos Esprits s’échauffent, fatigués se rebellent et veulent voir une Terre promise. Pas celle unique des richesses contenues dans les sols (or, argent, cobalt etc..),mais celles du Cœur et de l’Ame. Les deux unis nous le demande et nous répètent inlassablement qu’ils nous aiment dans une présence totale et infinie.

Toute violence est bannie ,sauf celle de la variation des mots ,mais sans le Verbe qui arrache et nous renverse. Avec le Verbe des temps unis, celui qui mélange le passé ,le présent et dessine le futur, notre futur par le biais du quanta qu’il nous faut avec délicatesse et respect introduire. Ce verbe patient, serein, paisible, sous la Voûte des Cieux, s’écrit pour nous : AIMER !

Certains hommes se sont égarés et nous allons les attendre. Ils pensaient ,avec leur Moi intime et leur âme inquiète dans la recherche d’un éveil, qu’il s’agissait d’en profiter comme dans un eldorado à consommer. Il faut poser notre Sac à dos , s’asseoir sur un rocher et déjà dans cette ascension je devine la lumière comme une zone de « Pré-bois » avant d’arriver vers les sommets. Il nous faut reprendre des forces, de la confiance, de l’espérance  et les « Chaumes superbes nous attendent ».Il y sera encore bien tentant de s’y blottir sous les arbres pleins de vigueur et d’énergie, habitués  à lutter pour y installer leur Vie. Nous nous émerveillerons de cette beauté et opiniâtreté de la vie car ce sont aussi nos frères.

La discussion devient âpre ,resserrée ,usante et comme le dit le poète-philosophe elle devient un affront ,un effrontément entre tous ! Car le monde doit réglé son pas sur celui du plus jeune en éveil ,car lui sait où se trouve  l’essentiel qui ne l’a pas quitté. Il nous parle de Liberté pour tous ,de Démocratie éveillée et sûre ,de Fraternité, de Solidarité ,d’Amour et de Bonté . Parle encore petit et il nous dit que la Démocratie  est une belle, une gracieuse jeune  fille et qu’à genou, nous devons l’implorer, la prier et la respecter. Il ajoute , adaptez vos mots et vos comportements  et à vos Espérances car avec l’Amour non contenus vous allez rencontrer leur union à partager.

Je sors de mon grand sac à dos, ma gourde remplie d’eau fraîche et lui tend en lui disant : - »Désormais ce sera toi qui sera notre guide et nous marcherons dans tes pas sûrs et sereins. Paisibles n’ayant plus peur de nous égarer. Tu veux que nous réglions la valeur de nos mots sans tomber dans les excès ,mais dans un regard portant l’Amour et sa délivrance Bien Aimée.

Assis , la tête entre mes mains, sur mon rocher ,j’y vois des mots libres, mais aussi deux plus forts que tout scelle : notre Fraternité qui s’avance dans une chaleur immense et pérenne.
La pose va bientôt se terminer ,mais la marche va se poursuivre car comme le disait un regretté chanteur que j’adore écouter dans ses paroles mélodieuses : «  Il est encore loin ton chemin Papa ? »

Merci pour votre visite de mon article qu’il importe d’imager et de penser pour connaître la randonnée et la vivre plus intensément. Bonne journée et à très bientôt…

12345...14
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...