Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! L’AMOUR: ne jouons pas avec lui…

Posté : 7 août, 2013 @ 7:42 dans Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Je veux dire ici que nous soyons sincères avec l’Amour et sa réalité contenue .Nous l’avons vu,il ne supporte pas la désinvolture et d’être humilié .Il se place dans la plus haute dignité .Il désire le respect total pour éviter de détruire ses hautes capacités .Il donne beaucoup à toutes choses et il sait que nous sommes parfois incohérents,peu constants,volages avec lui. Nous n’assumons pas toutes les valeurs qu’il met entre nos mains et nous ne cherchons pas à développer et comprendre ce qu’il nous apporte à chacun et en partage.

C’est par lui que tous les liens s’établissent et aussi par lui que nous nous sentons solidaires dans le partage d’un tout .Ce tout,nous en sommes une fragmentation et comme tout ensemble,dès que l’on fractionne,il essaie sans fin de, reconstituer. L’Amour est une division de l’Essence Divine et ne doit souffrir d’aucune atteinte,d’où qu’elle vienne. C’est donc par des chemins de fragmentation de l’Universel que nous avançons en dessinant notre cercle: ceux de trouver le bonheur et  d’être heureux .Nous voyons bien que notre nature est différente par le biais de l’Amour .

Si nous prenions comme base construite le verbe aimer le monde serait plus beau, plus agréable à vivre,plus fleuri et empli d’un bonheur sans limité toujours partagé et juste .Ce serait ce que nous appelons le parfait ou bien l’excellence. N’oublions pas que ce même amour sait pardonner à ceux qui le blessent .Sa grandeur réside dans ses facultés immenses d’être magnanime avec ceux qu’il aime .Sa logique n’est pas la nôtre et il va chercher très souvent dans les  différents entre les hommes,la réconciliation,la paix .

L’Amour viendrait de l’âme et les plus beaux savent être généreux,positifs,  effacés et constructifs.  Tout ceci au point qu’un grand auteur français célèbre pensait que chaque chose,même de la matière et des objets nous était relié. Il écrivait à ce sujet dans son ouvrage sur la terre natale : » Objets inanimés avez-vous donc une âme,qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »Il s’agit de Lamartine.

Il est aussi permis de croire que ce tout disséminé;fractionné, en expansion,inversera sa tendance et rentrera en une phase de contraction mettant en valeur le travail de l’amour et son œuvre universelle et cosmique .Les âmes font donc partie d’un processus évolutif,bâtisseur avec l’action de l’amour sur la vie.Nous ne pouvons construire sans lui et nous ne l’inventons pas non plus.Il est en nous, il est autour de nous, il est partout et surtout désire notre bonheur à tous sans partis pris.Il est la noblesse de toutes les âmes.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à Toutes et à Tous ! Comment allons-nous ?

Posté : 9 avril, 2013 @ 8:30 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Dans cette interrogation se place une importante question, en nous regardant au fond des yeux. Nous ne pouvons pas dire que nous allons bien et on ne peut dire vraiment que nous allions mal. Simplement nous nous sommes placés en situation d’échec sur un essentiel: le maintien de nos libertés dans le respect de tous ! Nous avons atteint des zones pensées et comportementales dangereuses pour l’Homme et son Ame, son Esprit par le biais adoratif et vénéré de l’argent comme seul exutoire des pensées et comportements.

Je ne condamne pas car je vous aime et je suis comme vous ,je vibre sous l’effet des ondes positives et négatives. Simplement, sur ma route ,j’ai essayé d’élimer le négatif. La voie est longue, pentue et l’on y va qu’avec ses jambes et son gros sac à dos, semblable à une randonnée en moyenne et haute Montagne. A partir d’un certain niveau, il nous faut un Guide car l’Esprit qui arrive est fort , mais vif et adroit, voire aguerri au jugement  et il nous soulève. Alors, je me retourne car nous ne grimpons pas au même rythme et que vois-je? D’autres marcheurs en train de prendre un autre sentier ,loin des certitudes de l’âme et de l’Esprit , mais dans une facilité plus confortable dans l’effort.

Ce que je vous indique ici, c’est-ce que nous faisons et comment nous nous comportons. Voulons-nous donner le meilleur de nous à nos enfants, nos petits-enfants,  et toute nos descendances jusqu’à des temps encore dans les limbes ,voire plus ?Je ne le pense pas car nos Esprits s’échauffent, fatigués se rebellent et veulent voir une Terre promise. Pas celle unique des richesses contenues dans les sols (or, argent, cobalt etc..),mais celles du Cœur et de l’Ame. Les deux unis nous le demande et nous répètent inlassablement qu’ils nous aiment dans une présence totale et infinie.

Toute violence est bannie ,sauf celle de la variation des mots ,mais sans le Verbe qui arrache et nous renverse. Avec le Verbe des temps unis, celui qui mélange le passé ,le présent et dessine le futur, notre futur par le biais du quanta qu’il nous faut avec délicatesse et respect introduire. Ce verbe patient, serein, paisible, sous la Voûte des Cieux, s’écrit pour nous : AIMER !

Certains hommes se sont égarés et nous allons les attendre. Ils pensaient ,avec leur Moi intime et leur âme inquiète dans la recherche d’un éveil, qu’il s’agissait d’en profiter comme dans un eldorado à consommer. Il faut poser notre Sac à dos , s’asseoir sur un rocher et déjà dans cette ascension je devine la lumière comme une zone de « Pré-bois » avant d’arriver vers les sommets. Il nous faut reprendre des forces, de la confiance, de l’espérance  et les « Chaumes superbes nous attendent ».Il y sera encore bien tentant de s’y blottir sous les arbres pleins de vigueur et d’énergie, habitués  à lutter pour y installer leur Vie. Nous nous émerveillerons de cette beauté et opiniâtreté de la vie car ce sont aussi nos frères.

La discussion devient âpre ,resserrée ,usante et comme le dit le poète-philosophe elle devient un affront ,un effrontément entre tous ! Car le monde doit réglé son pas sur celui du plus jeune en éveil ,car lui sait où se trouve  l’essentiel qui ne l’a pas quitté. Il nous parle de Liberté pour tous ,de Démocratie éveillée et sûre ,de Fraternité, de Solidarité ,d’Amour et de Bonté . Parle encore petit et il nous dit que la Démocratie  est une belle, une gracieuse jeune  fille et qu’à genou, nous devons l’implorer, la prier et la respecter. Il ajoute , adaptez vos mots et vos comportements  et à vos Espérances car avec l’Amour non contenus vous allez rencontrer leur union à partager.

Je sors de mon grand sac à dos, ma gourde remplie d’eau fraîche et lui tend en lui disant : - »Désormais ce sera toi qui sera notre guide et nous marcherons dans tes pas sûrs et sereins. Paisibles n’ayant plus peur de nous égarer. Tu veux que nous réglions la valeur de nos mots sans tomber dans les excès ,mais dans un regard portant l’Amour et sa délivrance Bien Aimée.

Assis , la tête entre mes mains, sur mon rocher ,j’y vois des mots libres, mais aussi deux plus forts que tout scelle : notre Fraternité qui s’avance dans une chaleur immense et pérenne.
La pose va bientôt se terminer ,mais la marche va se poursuivre car comme le disait un regretté chanteur que j’adore écouter dans ses paroles mélodieuses : «  Il est encore loin ton chemin Papa ? »

Merci pour votre visite de mon article qu’il importe d’imager et de penser pour connaître la randonnée et la vivre plus intensément. Bonne journée et à très bientôt…

Bonjour à tous ! Bien plus que magique…

Posté : 12 mars, 2013 @ 8:30 dans communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Notre premier lieu de naissance est celui où l’on a porté, pour la première fois, un coup d’œil intelligent du soi même.
                                Marguerite Yourcenar
                      Ecrivaine contemporaine   1903-1987

  (écrivain sans écorcher notre langue en restant dans la pensée commune et convenue.mais la reconnaissance de la féminité mérite l’exactitude des valeurs et bien plus que nous lui offrons)

J’ajouterai modestement et dans l’humilité, qu’en son tout début ,c’est l’Eveil de la conscience proche de l’âme ,qui en définissant un cercle analytique des ressentis, définit immédiatement l’ »In Situ » de l’être.Il est avant la naissance pour certains, mais peu. Beaucoup n’ont pas de d’éveil avant la corps physique et parfois, il faut attendre plusieurs années. Par contre l’âme sait immédiatement reconnaître le  bonheur et son bien être de la souffrance  même sous toutes les formes.

C’est en cela que la vie est magique en définissant et réglant pour chacun un rayon de pensées fluctuant.ici dans ce contexte, définit par une aire  virtuelle circulaire active semblable au balayage du radar .Il y a place pour l’esprit. Cet esprit qui va nous guider et façonner ce que nous sommes en son origine, ne connaît pas de limites .Il est libre et il souffle où bon lui semble.

C’est en cela que la vie est supérieure et précieuse. La pensée, la conscience et l’esprit s’unissent pour devenir des explorateurs puissants dans les valeurs les plus élevées possible et la tache qui s’ouvre est laborieuse. Passionnante, fertilisante et réjouit les possibilités du cœur qui s’éveillent en s’étonnant de ses propres oscillations saccadées ,mais réglées comme une horloge des temps. Sans ce grand cercle décrit et actif ,nous ne pourrions ren faire, ni bénéficier de ce que nous ressentons dans le grand partage, le plus grand existentiel.

Mais, il faut redevenir pragmatique et ne pas altérer la poésie ,pour  comprendre l’autre, notre semblable. L’exercice est des plus délicat. La douceur, le bien être comme l’aigreur et l’âpreté  du monde sont là avec  nous. Nous voudrions trouver un bonheur, le bonheur et nous l’avons. Notre Maman ,dans son cercle de Mère, nous installe confortablement auprès d’elle dans l’Amour maternel Eternel. Cela ressemble étrangement à la flamme vacillante de la bougie que l’on allume pour signifier un vœu ou une demande supplication du Ciel. Nous rejoignons en son cœur , tous les espoirs du flambeau et sa lumière perpétuelle.

Merci de votre aimable visite ,excellente journée et à bientôt.

Bonjour à tous ! Communication régnante…

Posté : 22 février, 2013 @ 9:13 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Pour être efficace ,vivante ,active ,qualitative ,la communication entre-nous prends différents chemins. Je sais, par expérience qu’il est difficile d’ouvrir son propre créneau communicatif. Des moyens divers nous sont donnés sous la forme de la parole et de l’écrit. Après, nous avons encore plus direct dans la transmission des pensées sous les formes télépathiques. Sur ce dernier point, nous ne sommes pas éveillés. Il est difficile de s’exprimer au tout début de notre existence, mais pas complètement car notre Maman ,elle, sait nous joindre par la pensée sentimentale car le lien d’Amour est entier. Les créneaux paroles et écrits sont larges et bien en place, mais assez verrouillés par les adultes. Donc, si petit que l’on soit ,la parole est souvent peu efficace car les grands n’écoutent pas et font de l’infantilisation un état sans importance. Quand on commence à ajouter les mots, l’expression arrive, mais l’écoute réceptive est souvent absente.

Pourtant, certains enfants parlent très tôt et semblent raconter des histoires. Ce ne sont pas des histoires, mais une explication de leur ressenti de notre monde et sa résonnance dans les vibrations contenues. Pourquoi l’écoute est-elle restreinte ? Parce que les adultes se considèrent les plus sérieux et ils sont dans un train, celui de la vie ambiante, stressante, sûre pour eux et établie. Puis, le jeu avec les autres enfants est plus communicatif car chaque geste et chaque action est comprise. Vient très vite l’âge de l’école  et là commence le royaume des grands dans une solennité redoutable et parfois inquiétante. A cette période, il existe un franchissement de monde ,car l’on passe du douillet aimant parental ,à celui de la société dans le collectif agissant..On nous dit que sinon nous serions des sauvageons. Certes, il faut aussi en convenir .L’amour et sa chaîne ne doivent pas trouver ,ici, une coupure affirmée.

La découverte des autres et de l’autre dans la même situation est amusante. Mais ce n’est pas l’autre qui va compter ,ce sont les gestes et actions que l’on va nous inculquer .L’enfant serait une boite vide dans laquelle on met certains l’éléments, principes, pensées ,un univers de renseignements obtenus par l’expérience totale. La voie est bonne ,sauf que cet enfant que nous voulons façonner aux pensées de nos communautés agissantes de grands, à son univers aussi et la rencontre des deux est parfois choquante ,non pas pour l’idée ,mais par l’action immédiate d’imprégnation. Pour passer d’un monde à un autre ,cela se fait sans brusquerie assimilées à une violence ,à la douceur des sentiments par l’exemple dans la simplicité de l’esprit. Dans cette phase d’approche, nous jouons l’avenir de nos sociétés et l’avenir tout court du monde.

Il s’agit de la passerelle fine, transparente ,mais bien réelle entre les univers parallèles .En transgressant ou négligeant cette phase ,nous forçons le passage ,nous réduisons la largeur du passage et l’esprit constate que le retour ne sera plus possible et l’idée dans l’avancée de la pensée est brusque car il s’agit de laisser une période le sas communicatif .Nous n’en avons pas le temps et nos suretés d’apprentissage ,du façonnage comportemental, sentimental, sont trop resserrés car le ressenti est immense .L’Esprit et l’Ame d’un enfant épousent et comprennent les univers qu’ils identifient pleinement dans les profondeurs des analyses puissantes .Ils déterminent les compétitivités immédiates avec leurs propres pensées intimes. C’est dans ce sas profond que  sa nature fine  d’adulte naîtra et va se former .

Le respect compris attirera le respect construit et la violence transmise sera stockée dans un coin ,en attente de développement .En cela ,chaque geste enregistré compte ,mais bien plus ,la lecture des expressions des visages à sa signification ,puis les paroles avec le verbe imprègnent puissamment en l’esprit juvénil .Nous n’avons pas de secret, nous recevons les enfants en notre monde à l’image de nos capacités communicatives et seulement en notre niveau collectif construit, abouti en réalisation de notre tous ensemble des plus harmonieux possible. C’est-ce niveau, qu’en ses débuts collectifs l’enfant reçoit  et juge s’il est attrayant ,compatible ou non avec son esprit et sa propre pensée d’une vie intime. Quand nous abattons à tour de bras les sentiments dans notre collectif agité ,pour des raisons de recherche richesses matérielles, l’enfant ressent cela et il transforme l’idée en un manque patent d’amour à l’extérieur envers  et entre tous ses semblables.

Les plus petites phases des âmes et des esprits sont dans la finesse exprimée dans les sensibilités puissantes ,le sentiment souvent que nous ne voulons par voir émerger vers l’extérieur bâti. Ici, se n’est pas la matière qui parle, mais la vibration de l’essentiel d’un être, son cœur et son âme reliés. Le trop sensible n’est pas reçu et le pas sensible lui y est par la force de celui qui l’inculque. Passé cette phase de ces ressentis, tout le reste devient du domaine matériel et la parole est déjà comme le geste le relevé des faits mécaniques. Les jeunes enfants font cette différence et la porte d’entrée vers la mécanique n’est pas toujours évidente à déchiffrer car en cet endroit ,il y a les valise et plein de valises emplies de choses que d’autres ont rejetées .C’est-à-dire en langage direct ,de ce qui serait bien et de ce qui serait mal.  Mais attention ,tout cela se regarde dans une forme de subjectivité car notre collectif admet dans son créneau du temps présent établi, seulement certains éléments bien définis auxquels il va falloir adhérer. Il faut  donc faire de Laplace en la mémoire naissante pour entreposer les éléments qui ne serviront pas dans cet apprentissage et laisser une place ouverte, à la bienvenue de ce que l’on va nous donner. J’emploie le verbe donner car la valeur interne vibrante est plus forte que les autres mots.
On donne et l’on accepte, car le don ne se refuse pas. Il n’est pas transmis sous la forme de l’autoritaire et du péremptoire, mais dans la générosité. A partir de là, il admet une largeur comprise et aimer reprend son grand sens.
Je n’ai aucune prétention avec l’éducation établie et mon écrit est en soit une réflexion sur le comment ne pas maltraitéer ce que nous sommes tous : des Mondes entiers en construction et surtout des âmes en voyage. Passer de l’individualité rémanente à un autre monde est la chose la plus délicate, sensible, difficile à laquelle l’Esprit participe dans l’ effacement en transformant le tout en une fine pensée incorporée, mémorisée de l’Etre lui-même.

En bâtissant un Monde trop brusque, irrespectueux, violent, sans sentiments ou dans leur bannissement, nous sommes moins attrayants pour les  âmes dans cet espace de vie commun. La communication est l’essentiel de cette architecture. (A suivre)
Merci pour votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! La conscience et l’abandon de soi…

Posté : 3 février, 2013 @ 10:04 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Universalité | Pas de commentaires »

La conscience, ce cercle d’influence analytique sans cesse en balayage élargie ,tel un radar, crée son monde de la pensée et de l’esprit .Elle se réjouit quand elle trouve devant-elle les images d’un temps présent meilleur, structuré, dans les relations fortes entre toutes. Toutes ensembles, elles se donnent la main, pour renforcer leur construction toujours menacée de destruction.

L’Amour bâti et la conscience ,avec son esprit vient y habiter. Elle s’unit avec une âme sœur au plus près de nos affinités communes et ensemble définissent un futur etl’éveil d’autres consciences ,que sont les enfants. Malgré les difficultés rencontrées, l’Amour triomphe  et la maison est solide si nous y avons mis les bons matériaux.

La conscience peut-être satisfaite de son édification, mais ensuite elle veut que soit consolidé son relationnel dans l’esprit de paix, d’honnêteté ,sincérité basé sur le respect de toutes les vies sur une voie unifiée, aimante, définie par la fraternité et la solidarité. Aussi, la conscience positive réjouit son  subconscient qui lui décide de valider la marche et mettre dans le bateau  de l’âme toutes les valeurs définies ,vécues ,éprouvées et approuvées. L’âme et l’esprit s’en réjouissent ensemble.Alors, après avoir édifié et travailler la conscience, nous avons naturellement envie de nous abandonner par périodes et laisser nos pensées, nous devoirs, nos contraintes  vogués  etc.…

 Le tout pour embrasser l’abandon de soi. C’est un acte salutaire qui consiste à réduire son impact pensée et matériel et les mettre au repos afin de trouver notre noyau intérieur, notre moi le plus petit et le plus sage. Nous nous abandonnons au bras de ceux qui nous aiment. L’enfant à sa naissance se trouve confortablement installé dans les bras de sa mère. L’insouciance de la jeunesse nous voit nous placer dans la confiance des amis que nous aimons et choisissons. Puis, en grandissant, nous nous rangeons pour vivre notre destinée et nous nous  abandonnons dans la confiance de l’autre, sur la seule voie confiante ,dans la  profondeur de son Amour. 

Il n’y a pas que cette phase importante et pour ceux qui croient dans la foi, on peut s’abandonner dans le cœur et l’esprit des Maîtres spirituels en leur confiant l’essentiel, notre vie. Jésus, Marie, les Saints, les Apôtres, Dieu et les Anges sur qui nous pouvons poser notre tête et nous reposer ,voire nous endormir dans la confiance. L’esprit et la petite âme au tout départ de la vie s’accroche au Maître plein d’Amour pour son enfant qu’il va partager avec l’Amour de la maman et du papa dans la transmission de l’étincelle Divine. Ensuite ,nous nous abandonnons à la  sensibilité le plus souvent sur le cœur ouvert de nos mamans. C’est très bon cet abandon comme une remise de notre esprit au sein d’un coffre inviolable. Puis, après la vieillesse ,nous nous rappelons notre Père Eternel aimant et nous nous dirigeons vers lui dans l’élan de ce puissant abandon .Arrivé dans sa toute puissance, son accueil sera réjouisse ment ,pleurs et bonheurs confondus dans la joie des retrouvailles inespérées dans nos parcours comparables aux voyageurs du monde, tel Ulysse rentrant à sa demeure.

Nous devons savoir nous abandonner à ceux qui portent notre confiance  et se laisser guider les pas car leur conscience se définit dans les hauteurs ,les largeurs  et surtout au sein d’un règne  éternel et pérenne. Mais  selon les conditions , on peut penser que cet abandon  de soi devient le plus fort de la joie au porte des béatitudes ,qui sont le seuil de passage  mérité dans ces valeurs portées et développées. L’abandon devient confiance et Espoir d’un nouveau lendemain.

Merci de  votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Version de construction du monde…

Posté : 2 février, 2013 @ 9:06 dans actualité générale, communications, metaphysique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Histoire ,réalité ,vérité ,affabulations, nous ignorons ce dont il s’agit parfois et nous y accordons pas crédit car ce n’est qu’à partir d’une certaine capacité d’ouverture vers l’accueil des idées émises. Nous sommes invités à rester dans notre présent et accepter notre futur quand sa fabrication sera terminée . Pourtant ,tout nous montre que notre cerveau peut mettre en œuvre une vision assemblée future avec l’union des quantas. Les oiseaux y arrivent et ils ont une forme d’action avancée sur nous les mammifères terrestres .Alors, il va falloir abandonner nos consciences de société ,il va falloir  abandonner nos relations intimes avec le monde plaisir.pas facile toutes les civilisations connues ont eu ce problème évolutif car nous considérons à l’aune de notre construction qu’elle est un Paradis équilibré .

Le mérite est dans le partage entre sept à dis milliards d’âmes humaines et ceci dans un état vécu au mieux de nos capacités collectives .Les équilibres obtenus sont certes assez satisfaisants car il ont permis d’incarnation de beaucoup d’âmes ,de conscience jetant un regard devenu lumière sur ce monde. Les possibilités que nous avons mises en marche sont à la fois conséquente ,imposantes ,mais aussi irresponsables .Dans l’innocence ,nous dirons : « - Mais pourquoi ? » Parce que nous essayons de mettre en place une propre fin ,notre fin collective par désespoir des comportements .L’espérance est un chemin très étroit débouchant vers l’évolution supérieure tout en gardant les équilibres vie obtenus.

Les aliénations modernes nous clouent au sol et neutralisent toutes les pensées constructives. Il s’agit de l’organisation de la stagnation où le néant s’est emparé de l‘esprit des hommes. Ceci a nom forces de l’atome au service de la terreur en devenant un arsenal apocalyptique qui condamnera vie, l’espoir spirituelle et son évolution clairvoyante généreuse. Bref ,ils sommes l’âme .
Les hommes activant le spectre d’une fin de l’humanité

Les virus sont instruits pour tuer l’ensemble des populations .Les chercheurs s’acharnent et s’activent bien au-delà des consciences pour élaborer ou trouver des gaz et produits volatiles, mortels sur la zone répandue. Les valeurs attribuées aux partages des richesses sont réduites et n’ont pas les largeurs de l’amour dans le regard plein d’humilité de l’autre. Le tout se définissant par un manque de conscience entrainant la neutralisation de l’autre afin qu’il ne puisse se comporter et s’exprimer autrement.les républiques dites «  démocratiques » se sont données des moyens d’encadrement des peuples, population; qu’aucun despote n’aurait pu imaginer.

Le Monde actuel attend sa délivrance de ses aliénations créant un ténèbres grandissant dont aucune religion ne peut dissoudre la force. L’autodestruction s’est mise en marche. Alors ,dans la tristesse des consciences éveillées ,des esprits présents et compatissants, nous devons avoir ce sursaut salvateur pour nous de cette poudrière construite par le manque d’amour patent entre les vies dominantes. Tout n’est pas à rejeter, mais cette force d’oppression et condamnatoire doit se dissoudre et disparaître. Nous ne pourrons bénéficier des largesses et aider notre Maître que si nous levions nos contraintes et condamnations.

Sinon, nous resterons hors de l’esprit noble, constructif ,aimant qui faute de reconnaissance quittera la communication fertilisante. Triste constat qui nous verra évoluer comme des crabes dans leur panier où ils essaient de s’autodétruire. Le verrou de cette stagnation s’est mis en place avec l’affrontement mondial du dernier conflit où ,pour obtenir la fin des hostilités et maintenir le monde soi-disant libre, l’atome est entré en jeu.

Depuis, tout ce qui se construit est condamné, et déjà l’enfant en naissant entre dans ce sacrifice de la liberté et il n’y a plus d’esprits puissant accompagnateurs et libérateurs. Les hauts dignitaires des différentes croyance  n’ont plus assez d’influence et ils sont obligés d’accompagner le mouvement. Les textes Sacrés définissant tous les espoirs de nos bâtis, de nos communautés ,sont repoussés. Après avoir construit sa fin ,l’homme se dresse et sollicite le Sauveur de son intervention dans un contexte rassemblé de consciences ténébreuses. Certaines croyances demandent la détermination car nous irons vers les enfers ,finir notre séjour. Nous ne pourrons plus regarder l’âme humaine dans sa liberté de construire et dans son expiation car le spirituel a laissé s’installer cet océan de séparation et même le bras et la main tendus ne suffisent plus.

Au nom des âmes libres incarnées par l’arrivée de l’enfant, il sera nécessaire de lever les aliénations et ouvrir un nouveau monde. Le potentiel de l’Amour entre les hommes suffira -t-il à faire des hommes nouveaux ,dans la fraternité, la bonté, sincérité entre-deux.

Dans l’immédiat, c’est l’éducation de l’âme par une vision du pêcher  d’antan que certains guides agitent. Ici, il s’agit de condamner le faible et le sans influences dans ceux qui subissent ,plutôt qu’ils ne décident. Tout doit s’inverser dans ces grandes libérations en considérant que l’humain peut dresser prisons, violences,cruauté, manigance, structurer par l’esprit son prochain sans remords, ni repentance. (à suivre)

Merci pour votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Une avancée salutaire…

Posté : 21 janvier, 2013 @ 9:41 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

La conception profonde de la vie nous protège des atteintes entrainant une destruction mentale, de la conscience ,de l’âme et de l’esprit. Sur ces derniers points, la seule atteinte qui peut être faîte est dans la conscience active avec nos actions et relations. Personne ne peut et ne doit juger de nos valeurs disséminées et réfugiées au fond de nous .Lors de  notre auto jugement à l’aune de notre propre miroir renvoyant ce qu’il admet ou pas, nous serons plutôt sévère en regardant le contenu. C’est pour cela qu’il faut savoir se regarder dans le plus profond atteignable et dialoguer avec notre noyau essentiel et spirituel nous reliant aux forces supérieures vibrantes et Universelles.

Même si nous ne croyons en rien ,nous avons besoin de cette action pour nos équilibres et nos relations  collectives positives. Rien ne doit être précipité et chacun mettra au point son expression sur ce sujet des plus fins et délicat. Ceci n’est pas une affaire de politique spectacle ,mais de respect intérieur élargi. Le monde spirituel trouve sa voie en beaucoup de chemins parfois éloignés. Même, s’il y a des méandres et des virages ,il continue son petit bonhomme de chemin. Ces dimensions sont aussi celles qui dans la sagesse, l’honnêteté sous toutes les faces ,le respect de la vie et de son environnement et la reconnaissance de ce qui est dans l’Amour d’une grandeur qui transcende tout dans son règne.

Quand nous associons l’Amour et la bonté du Cœur, nous atteignons la Vérité la plus fine existent ,mais surtout la plus pure régnante, au sommet des capacités unifiant es .ici, les mots ne représentent plus la totalité vibrante  de ces hauteurs d’âmes , mais un monde entier et sa porte grand ouverte à ceux qui savent l’apprécier.

Au nom du grand respect ,je côtoie également ceux qui sont dans le refus de croire aux valeurs autres que celles se reliant au règne matériel. Nous pouvons échanger tous ensemble .On  regarde, on compare, on médite le sens émis par chacun. On ne va pas plus loin et c’est déjà un pas que ce respect expressif. J’ai rencontré des personnes  profondément athées et situées uniquement dans le faire et l’action matérielle. Quand ces personnes crées et construisent avec compétences du savoir faire ,du gout ,elles le font dans une foi du meilleur d’elles-mêmes .Elles dégagent cette force précise et indestructible : leur force d’âme. Elles disent que cela n’existe pas et seule l’action de faire du mieux qu’elles le peuvent transforme ce qui existe.

Je prends cette vision avec grand intérêt car derrière tout cela je vois des âmes de grandes valeurs confinées dans leur intérieur avec la pudeur évitant le mélange de l’expression .Je sais en moi-même qu’au-delà ,nous n’avons pas à en juger ,mais à nous aider et nous aimer tous les uns les autres. Quoi que l’on fasse, la vie est un grand partage, le plus grand régnant en tous lieux et toutes choses que le Maître nous confie pour notre bonheur intérieur et extérieur.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Les réalités conscientes…

Posté : 12 décembre, 2012 @ 8:05 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Un grand journal national, nous relatait, hier, qu’un professeur avait donné comme sujet à développer «  le suicide » à toute sa classe. Cet enseignant fut suspendu ,puis réintégrer en quelques jours. Cette réintégration ayant été demandée par les parents des élèves. Pourquoi un professeur a-t-il pris l’initiative de solliciter l’expression des enfants ou adolescents sur un sujet atteignant les consciences en éveil ? C’est surement le sujet le plus difficile que même nos consciences n’arrivent pas toujours à analyser. Cette provocation du «  Blé en herbe »est inadmissible si la hiérarchie  enseignante n’était pas au courant d’un tel programme. Bref, rien ne doit être tabou et voilé, mais il y a les approches nécessaires que sont la pudeur intime de l’être et le classement de cet acte.

Il est important de regarder l’absolu en face et pour ce faire, il faut être fort intérieurement et plein d’espoir. Le pas situé entre la vie et la mort réside dans un tel absolu. Ceux qui se suicident dans le grand désespoir le savent et s’ils décident d’arrêter le processus de leur vie, c’est qu’ils pensent en avoir les raisons.ces raisons sont plus fortes qu’un devoir de français et elles touchent à l’intimité de l’être ou le malaise  de l’âme. Il s’agit d’une grave désespérance si cet acte atteint de surplus la jeunesse .

Des éducations entières ont été mises en place au sein des sociétés pour prévenir cet acte. Aujourd’hui on le voit, cette éducation est repoussée car l’humain ne croit plus en lui -même et surtout se définit libre et surpuissant avec la vie. Le devoir à donner aux élèves serait plutôt : « -La vie est-elle de l’homme lui-même et pensez-vous que la quintessence de vie  qui est en vous vous appartient vraiment ?
Pour moi, notre quintessence de vie est une union sacrée et assemblée par une âme incarnée et un corps physique. L’essentiel n’est pas de nous et nous sommes uniquement le récipiendaire. On nous la confie et notre âme doit veiller à ce que le parcours terrestre se déroule sans interruption. Le suicide est une offense à Dieu ,avant d’être à soi-même. Toute vie est unique, précieuse, au-delà des valeurs matérielles et si notre esprit souffre, il faut d’abord demander à Dieu de nous guérir de ces douleurs. Les maux de l’âme sont redoutables mais se soignent par la thérapie adaptée des psychologues. Ceux-ci engagent et utilisent les mots adaptés pour délivrer l’esprit de ses turpitudes, inquiétudes, dégoûts qui entraînent vers les forces du néant .C’est en notre âme et conscience que nous sommes face à la mort et surtout celle-ci impose à notre volonté et son précieux  processus.

Pour le monde de l’incarnation et du repos des âmes, il s’agit de dénouer la réalité qui a amené une petite âme dans la désespérance totale en franchissant les frontières de tous les espoirs. Combien de temps faut-il à une âme dans son dégoût et combien  de soins nécessaires pour lui demander de refaire un parcours sans heurt. C’est là que le processus de régression des esprits blessés par le voyage   précédent et la vie n’arrive plus à s’accrocher pour refaire ce parcours.Le traitement se trouve dans l’Amour développé et la douceur apaisante, loin des relations tumultueusesetactives de l’âme.Sur Terre, nous sommes peu qualifiés pour guerrir les âmes.Nos sociétés sont souvent trop dures et sans indulgences,ce qui n’arrange rien aux esprits fins, délicats,sensibles qui réclament et se nourrissent des niveaux élevés relationnels.

Non , la vie n’est pas de l’homme   et nous avons tous une âme qui voyage .il faut en prendre bien soin car elle côtoie l’absolu en toute chose,mais privilégie le bonheur et l’Amour.L’enseignement ne peut,dans sa forme transmise d’un savoir aborder tous les sujets délicats et intimes.Pour cela,il ya  des conseillers et directeurs de consciences ,à qui il faut demander un conseil;mais aussi un médecin du psychisme dont l’écoute est bénéfique .Il y a surtout soi-même  et nos relations profondes intimes équilibrées.

En ne croyant plus à l’âme,les humains se dirigent vers des chemins difficiles et boueux,où parler de vie s’enlise  .Pour moi, qui suis croyant ,je dis ne touchons pas à la vie,elle est sacrée sous toutes ses formes et respectons cet état au lieu de le décrier.Il y va de la santé de nos sociétés et de l’espoir de notre jeunesse.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !                                                                                                             

Bonjour à tous !L’humanité et ses points clés…

Posté : 23 septembre, 2012 @ 6:54 dans actualité générale, communications, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Il était dit et écrit quelque part ,hors de notre dimension que tout est indiqué dans les limbes hors des temps..Ce que nous faisons aujourd’hui trouve un écho quelque part. Nos avancées technologiques se mesurent à leurs impacts sur nos sociétés et leur qualité. J’ai entrevu que nos progrès matériel prenait sur nous une part de notre humanisme et ils endurcira les cœurs. Alors, qui transforme le plus vite l’autre ? La machine ou l’homme ? Non ,je ne remets pas encause cette avancée, mais j’en critique les effets.

Plus nous inventons, innovons fabriquons os merveilleuses machines et plus l’insensibilité nous gagne. Alors objets inanimés avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer.(Lamartine- Milly ou la terre natale) .En exemple, nous voyons des gens ayant famille et sensibilité ,se transformer et écraser au volant de leur voiture leurs semblables. Je vois passer des tracteurs sur des chemins vicinaux et il me faut me boucher les oreilles tellement les moteurs sont bruyants.

Tout ce brouhaha ,mince chose, mais  trouble tous les effets vibratoires naturels Mais, qui a dit que nous ne devions pas faire de bruits? D’ailleurs, nous sommes faits pour créer et fabriquer un certain bruit, sans plus, car le summum  est contenu par la matière elle-même avant d’entrer en nous et nos corps. Les volcans, les tempêtes grondent et même le vent devient bruyant en ses débordements.
Nous avions sont  &également des troubles silence et la dessus vous n’avez guère d’attention précise.

La société du futur sera-t-elle faîte de cette pate ? Je pense que nous corrigerons nos erreurs passées.Les camions seront brêlées sur les trains. Les voitures seront équipé de moteur appelés sur coussin d’air et voleront dans des couloirs téléguidées par les sciences du numérique. La fiabilité et sureté seront d’environ 98 % évitant de créer des accidents. Le conducteur ne sera en réalité qu’un assistant activateur de fonction et le directeur de routes programmation sur l’ordinateur. Les moteurs seront silencieux et fonctionneront  à l’hydrogène liquide.

Les canons et les armes se seront tues à tout jamais ! Nous pourrons nous aimer sans fin et  sans obstacles.Nous  oreilles menaées deviendront finesse d’écoute même et l’ouïe de Louis atteindra des performances!      

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Le Monde semble s’apaiser…

Posté : 18 septembre, 2012 @ 7:22 dans actualité générale, communications, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Nous devons nous réjouir en constatant que l’ébullition des cerveaux des derniers jours semble s’apaiser et les hommes revenir plus sereins. Il faut s’en féliciter car toutes nos espérances sont placées en un monde fait de paix et de fraternité entre les humains. Nous avons fait nos expériences avec les guerres des temps passés et toutes les souffrances, les cruautés et horreurs endurées. On peut souhaiter ardemment la venue d’un autre état d’esprit constructif de nos sociétés et réformer ces visions.

Trop de vies ont été données et sacrifiées pour que nous soyons libérés du poids des agressivités contenues. Trop de Mères ont pleuré leurs enfants péris dans ces affrontements fratricides. Trop de temps ont été perdus pour que notre mental évolue positivement.Le chemin de paix, de l’espérance se bâtit sur la fraternité, les sentiments nobles et respectueux, le bon sens et la sagesse. Le partage des richesses est un devoir absolu afin que soient respectées l’équité et la justice.

Mais pourquoi donc et sur quelles bases les religions dans l’approche de Dieu s’opposent violemment ? Leurs philosophies ne semblent pas en accord avec l’esprit de paix et de non violence. Toutes les religions sont appuyées sur l’élévation spirituelle des âmes et chacune sa façon ,fait son approche du Maître. Elle doit le faire sans violence, sans armes, sans véhémence ni agressivité, mais dans l’Amour et la bonté semblable à l’univers de la plus haute sphère spirituelle. Les armes ne sont plus admises ,ni l’agressivité courante et mesquine, non plus les haines sous leurs multiples formes. Il s’agit ici des premières marches de l’esprit humain avant évolution de l’âme.

Nos âmes et nos consciences sont éternelles et  éveillées dans les dimensions supérieures. A ce titre ,aucune forme de violence ne doit s’introduire et s’autoriser. Les valeurs spirituelles sont les seules qui permettent une approche du monde le plus élevé et constructif des esprits.C’est en ces niveaux que sont les différentes demeures des âmes selon leur chemin d’ascension ou de croyance aux valeurs nobles. Il y a autant de demeures comme d’approches de Dieu, c’est-à-dire de religions. Toutes sont admises en laissant l’idée de combattre et en remisant leurs armes aux vestiaires .Rappelons-nous ces obligations : » Qui sort l’épée ,périra pas l’épée ! »

Ces quelques mots englobent toutes les actions agressives que l’homme développe envers ses congénères. Cela veut dire que notre choix est limité en la matière.Notre gros problème en construction de société est désormais dans la remise en cause des forces spirituelles et de Dieu. Ce n’est pas une mince affaire qui peut entraîner de graves déviations de l’esprit humain. L’homme ayant l’idée de recréer son monde en allant jusqu’à refaire les conditions qui le replace au début des temps en s’aidant des sciences acquises. D’autres rêvent de soumettre leurs semblables à certaines visions de sociétés où la femme serait une nouvelle fois esclave de l’homme. Cela n’est pas non plus admissible ,pas plus que l’homme se prenne pour Dieu !

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !      

123
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...