Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! Bâtisseurs d’équité,solidarité et de fraternité…

Posté : 31 août, 2013 @ 7:20 dans actualité générale, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Vivons-nous tel que nous bâtissons,des temps généreux où toutes nos actions sont bénéfiques et garantissent une forme de bien-être .Je le  crois et le mentionne dans mes ouvrages sur la société. Toutefois, j’émets des réserves à cette formule construite de société se libérant des autres contraintes placées hors du  vénal .S’il n’existait qu’une prise en compte du temps présent,il n’y aurait pas de problèmes.

Pour être heureux,bienheureux,aborder une forme du bonheur,il faut ne pas oublier le passé parfois laborieux .C’est lui qui a fourni les éléments du monde d’aujourd’hui ainsi que sa grande philosophie  globale. Puis,il y a le futur que nous ne voulons pas aborder en sa grande confection. Cet avenir immédiat,nous lui fournissons les éléments pour se dessiner par la fonction de la physique et la mécanique cantique.

Donc,prudence !Hier , s’éloigne lentement,mais il s’inscrit doucement dans nos mémoires. Aujourd’hui, nous le faisons à nos mesures en y introduisant ce dont nous sommes réellement,intellectuellement,spirituellement. Demain n’est pas le problème dit-on car le temps présent doit être respecté et nous appelle. Tous nos vœux et nos prières demandent que nous soyons épargnés par les guerres,les conflits,les mésententes,les affres des accidents et des maladies.

Puis, viennent les pensées allant vers ceux que l’on aime et qui nous entourent sans oublier le cercle agrandi. Nous espérons recevoir des bienfaits en échange de travaux, en participant si possible au chantier en cours. Tous, nous cherchons ce bonheur d’exister car tous nous ne méritons pas les chemins de galère. La réalité est parfois dure et décevante et les traversées de gros temps ne manquent pas.

Nous ne sommes pas toujours sérieux et nous avons besoin,pour supporter la vie ambiante ,de dérivatifs qui nous entraînent vers l’addiction. L’alcool,le tabac,la drogue,les jeux d’argent,les mondes dépravés nous attirent pour quelques instants d’oubli de nos difficultés. Pour certains, il est trop tard,l’usage les a rendu accrocs et dans la grande dépendance.

De tout temps,nous avons eu ces comportements alliant notre sérieux avec un oubli de l’existence basé sur une forme d’éléments échappatoires .Ne nous fustigeons pas car dans toutes les sociétés,il faut choisir la moindre des atteintes. Il ne faut pas croire que le monde parfait va nous atteindre et régler nos problèmes. Il nous faut rester zen,sereins,ouverts, à l’écoute,avec l’esprit de l’indulgence pour nous et ceux qui nous entourent .Le parfait n’est pas encore là et nous devons gérer l’acquis au mieux de nos niveaux et possibilités Le monde du parfait serait celui des « dieux » et non pas celui des hommes. Serions-nous plus heureux dans une forme alliant l’excellence ?

Ce ne serait encore pas l’excellence de tous, mais appréciation par le jugement de certains. En toute chose,il faut être modéré et sage si nous voulons éviter les grandes dépendances et le décrochage de la société structurée. Quoi que l’on en dise,il faut faire un effort dans le positif et considérer que la vie est le plus beau des cadeaux.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Espérances…

Posté : 27 août, 2013 @ 8:46 dans actualité générale, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

L’espoir est une chose formidable qui nous ouvre beaucoup de verrous. Savoir le cultiver,à titre individuel est important,voire essentiel avec l’espérance d’une société dynamique,paisible, sereine et équilibrée. C’est une très grande pensée qui ne ferme jamais ses portes,mais si nous la fortifions,elle nous donnent accès aux éléments que nous croyons inaccessibles

Tout homme possède son potentiel pour affronter la vie et dégager son horizon immédiat. Tous les peuples doivent vivre dans l’espérance et leur bien-être,leur bonheur,de la sérénité affirmées et régnantes. Parfois, il faut tenir fermement la barre du navire car il tangue et pourrait connaître l’échouage .L’espoir est  également affaire de tempéraments humains et c’est l’optimisme qui le crée souvent.les personnes anxieuses ont du mal à atteindre ses rives fleuries. Chacun cultive son jardin et celui ou celle qui est accablée,a bien du mal à garder son regard d’espérance. Trouver des niveaux de vies sans relief de l’esprit et de l’âme,conduit à l’affadissement des pensées .A la d’autres raréfaction des joies,aux tristesses pénibles et durables.

Ceux qui ont en charge l’articulation des sociétés doivent veiller sur l’espérance comme on surveille une flamme d’une bougie,car à travers cet espérance,se dissimule un bonheur pour demain. Nous avons tous nos espoirs secrets sur nos points de vie particulière et d’autres pour notre collectif. La paix global du Monde ,la sérénité engendrée,acquises,sont autant de points positifs et généreux .Aussi, nous développons notre propre conscience et l’image du monde. Certes, tout ceci se trouve sur la ligne entrainant notre propre progrès mental et spirituel.

Il faut savoir également se retourner ,pour regarder si ces espoirs sont encore dans une possible réalisation émergente En ces matières il ne faut pas aller très vite et rester les pieds sur terre. Certains préfèrent l’étourdissement par la musique et ils quittent de la pensée leur ralliement au monde trop cartésien à leurs goûts.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Les équilibres de la vie …

Posté : 17 mai, 2013 @ 6:42 dans communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Universalité | Pas de commentaires »

Établir un monde où chacun se sentirait à l’aise,dans une forme de bonheur acquis,et où tous les équilibres de la vie seraient réalisés vers l’obtention d’un état heureux. Rechercher son propre bonheur parmi tant de personnes qui ne trouvent pas ,paraît de l’égoïsme. La réalité ,c’est qu’il nous faut le créer et l’offrir aux autres pour que la construction soit superbe. Mais, le bonheur des uns ,n’est pas celui des autres et vice-versa.

Ce n’est pas un secret,mais ce sont nos constructions sur le fil du temps qui nous donnent joie et bonheur d’exister et d’être ensemble. Le bonheur est fait de touts petits paramètres simples et discrets qui mis bout à bout créent la situation propice.

Le bonheur n’est pas dans la possession,l’argent,l’or et toutes les valeurs matérielles. Il est interne à notre personne et s’extériorise dans la transmission discrète .Malheureusement,nous sommes loin d’être sur la voie conduisant à ce bonheur rempli de joies et de bien être.

Nous faisons tout pour réduire les  possibilités d’accès car par nature ,l’humain n’aime pas voir son semblable plus heureux. Alors, les hommes ont inventé les contraintes afin d’établir un statu quo qui ménage leurs sentiments et ressentis. La société qui nous accueille à notre arrivée sur la planète,nous tend mollement un fragment de bonheur, parce que les mondes heureux ne sont pas de son  choix.

Peu de choses peuvent faire et donner un bonheur. La première se trouve dans la simplicité d’être et sa faculté à construire une vie aussi simple que possible. mais au nom du bonheur varié ,chacun lui ouvre sa porte en des formes différentes.

Pour moi, c’est déjà vu,la pensée artificielle ne donnera pas le bonheur ,mais accentuera les différences présentes. On ne peut trouver cet état que dans la pensée vraie ou réelle dans le temps dit présent. Le monde virtuel peut promettre,mais il ne signifie pas qu’il le possède également. Je dirai même qu’il y a danger de mélanger les formules du réel et de l’abstrait dit virtuel. C’est par le biais de notre réalité exprimée que nous progressons et mettons tous les atouts avec nous,pour  être heureux.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Hasard,bonheur,malheur,supertitions…

Posté : 5 décembre, 2012 @ 7:33 dans communications, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité | Pas de commentaires »

Hier, un groupe d’amis (es) sur la toile, m’a fait parvenir un twett abordant la superstition. Il était question de comportements humains prenant à parti des animaux et les dévaluant pour en faire leurs « boucs émissaires« .L’étude comportementale des peuples nous montre qu’en certains lieux, des groupes ethniques se livrent à des jeux du domaine de la perversité en perpétuant des coutumes ancestrales. A l’intérieur d’un groupe, il peut exister des règles de ségrégation sur certains critères. Aucun peuple n’échappe à ces rituels, classés dans l’application des us et coutumes et maintenus  actifs dans la pérennité .Le sujet est complexe et la pensée avec l’esprit des hommes le sont aussi.

Toutefois, à mon humble avis, ce sont des croyances bien réelles et actives sur certains points. Elles confortent le positif de l’esprit et nous lui donnons le nom de magie Blanche .Si ,c’est l’inverse, il s’agit de la magie noire. Le tout passe par l’adhérence à un classement subjectif des esprits et de ses relations avec des forces métaphysiques. Nous trouvons ces développements parfois malsains dans des sphères de base, en niveau inférieur des esprits maléfiques. Le tout se comporte comme une enveloppe planétaire sphérique imaginée et imagée par l’esprit même. Tout cet ensemble se structure par élévation vers un abandon progressif du maléfique. Il faut traverser ces basses couches ,où les bas esprits résident dans leurs influences et auto condamnations. Ce sont des lieux de fermentation de la pensée où toutes affinités des âmes se rejoignent et s’organisent.

Plus les sphères sont élevées et plus les esprits sont raffinés, subtils, spirituels et recherchés pour leurs capacités d’aides dans la misère des premières sphères. Mais, ici, nous entrons dans un domaine qui n’est plus le nôtre dans cette vie matérielle qui est vibration et répercussion des valeurs sphériques dégagées. Pour traverser ces sphères pesantes emplies des condamnations permanentes, nous n’avons pas beaucoup de choix ,sauf celui de croire et d’espérer une élévation des âmes. En rejoignant les images des croyances reliant les religions, nous avons bien l’idée d’un Paradis  en son sommet avec les félicités Eternelles et l’enfer en bas, lieu de compromission et de perte des âmes.

Toute croyance a son incantation faîte à un esprit dominant dans l’adhérence inconsciente et parfois perverse.il appartient à l’homme d’être capable de traverser les basses sphères en ayant aucune crainte et de s’élever jusqu’à celle  qui l’accueillera  dans sa valeur développée. C’est dans ce sens qu’il faut raisonner, car les plus hautes sphères et leurs âmes  aident les éléments du bas à progresser et se libérer  du poids qui les encombre. Les plus hautes âmes libèrent et instruisent, les plus basses condamnent.

Mes amis (es) s’interrogent sur le fait que les espèces animales soient notre souffre douleur. C’est ici un esprit primaire qui règne et s’organise. Aucune espèce n’a à subir pareil désaffection et désamour car tout cela se relie comme je viens de l’expliquer aux basses sphères malsaines et expiatoires. Il existe bien des personnes mal intentionnées et des individus se transformant en jeteurs de sortilèges sur leurs semblables par la magie noire. Ils instrumentent sur les animaux qui sont toujours dans la précarité existentielle. Certains pensent détenir pouvoirs et en faire usage. Ils présentent surtout une pathologie de l’esprit à partir du subconscient structuré. Avec le temps, les valeurs se sont affinées et nous trouvons  dans le positif désormais des médiums et guérisseurs qui suivant les dons reçus ont possibilité de faire le bien sur Terre.

Toutefois, faisons attention à nos actions ,car certains peuples avaient des rites cruels en faveur de leurs esprits supérieurs ,c’est-à-dire les sacrifices et leurs tables.il s’agissait d’un degré supérieur à l’incantation .Si nous étions observateurs et interrogateurs au sein de la Nature, nous verrions que même les oiseaux font des incantations aux abords de leurs nids pour parler à l’esprit ,avant la ponte. Il y a beaucoup à dire et écrire sur ces sujets qui appellent à la libération des esprits en ses bas niveaux ,afin de donner à la quintessence des pensées  ses valeurs réelles et nobles aux quelles elle est en droit d’espérer dans la construction véritable du Monde.

Merci pour votre aimable visite et à bientôt!  

Bonjour à tous ! Les forces de l’argent …

Posté : 26 octobre, 2012 @ 6:47 dans actualité générale, argent et considération, communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Essayons d’aborder avec objectivité le monde que nous développons ,ce qui est bien, bon et peut nous rendre heureux de vivre dans le respect individuel et collectif, mais aussi ce qui peut fâcher et entraîner des distensions violentes à plus ou moins long terme.Les forces de l’argent entrent dans le domaine d’un bien être obtenu chèrement, peu durable et il faut dire éphémères. Le capitalisme  et ses contrats de marchés sont de plus en plus importants. De moins en moins ,les pays refusent les grands groupes appuyés par les régimes des pays acheteurs de ressources. Certes, il faut commercer avec la sagesse, une logique, une honnête morale et intellectuelle. Vendre et acheter sans arrières pensées font partie du jeu de la paix et ils la maintiennent fragilement et très sommairement.

Ce que je veux aborder, c’est l’idée de visions hégémoniques s’infiltrant à travers les marchés, les contrats et leurs conditions. Récemment, des Pays d’Europe de L’Est ont signé des contrats d’exploitation à long terme, voire très long terme convenant leur environnement ,sa gestion et l’exploitation des ressources contre certaines sommes d’argent. Ainsi, cela permet aux Etats concernés de faire entrer des richesses financières fraîches  en se dessaisissant d’un libre arbitre de cette propriété. Ainsi, des milliers, voire des millions d’hectares de forêt sont achetés sous cette forme pour une exploitation des produits. Le problème concernant le manteau forestier mondial est que la vie végétale associée évolue sur un très long terme de un à trois siècles. Que l’implantation des forêts est intimement reliée à un pays donné ou un territoire. Le danger dans ces contrats couvrant le cycle de la vie des arbres est que le pays bénéficiaire devienne propriétaire par les effets des droits attachés à la prescription. En droit Occidental, c’est le fait de s’occuper, gérer, conserver de par sa volonté qui établit le bon droit avec bien sûr le lieu implanté ou le fond qu’est le sol. Ce dernier devient aléatoire et les forces de l’argent deviennent toutes puissantes.

En allant vers  ces achats essentiels pour les populations autochtones  pauvres, des pays riches aliènent les pays vendeurs sans aucune défense. Il s’agit donc d’être très prudent sur un tel business qui se développe, et d’autant plus que l’acheteur n’est autre qu’un pays communiste géré par des militaires.ils essaient de prendre le capitalisme en défaut et ils y arrivent. Cela est un comble pour nous occidentaux! Cette stratégie vient d’un pays en voie de développement ,docile dans ses échanges de primes abords.

Une fois l’installation des premiers paramètres établis, il n’est pas si sûr que les négociations soient si faciles et ne revendiquent pas des droits hégémoniques comme la propriété des sols en concessions finales pour créer des zones dispersées d’un empire se constituant. Celui obtenu par une politique développée pour ses propres perdants. Il ne faut pas toujours suspecter et envisager le pire. Sachons qu’il y a  hégémonie, hypocrisie et démagogie entre les hommes des différentes régions du globe et des civilisations.

Le Communisme a changé de face et nos camarades des pays du bloc  de l’Est ont vu leur système s’écrouler. Celui résidant en Asie est certainement plus coriace et entreprenant et nous ferions bien d’en regarder les philosophies portées.de premiers abords ,ce sont des régimes aux limites des dictatures n’ayant pas un gout prononcé et développé des respects puissants de l’expression des peuples.  Nous les Européens sommes à la Mercie du rachat du contient Europe car bientôt déclaré en faillite comptable et à vendre. D’ailleurs, la Grèce à reçu proposition pour son rachat global. Je trouve cela triste, peu encourageant et très avilissant pour les peuples que le capitalisme et ses forces se fassent contourner et exploiter d’une certaine manière et ceci sans bruits,à pas de velours. Seul le réveil sera brusque et violent !

Bien joué, car avec une serviette, quelques feuilles de papiers, un bon compte en banque, un peu de psychologie fine sur les sociétés et hop, la moitié du monde bascule par l’attrait de l’argent. Oui, mais ce dernier n’est-il pas la porte du bonheur ?

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! La jalousie…

Posté : 6 septembre, 2012 @ 5:37 dans actualité générale, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale | 1 commentaire »

La jalousie est un vilain défaut ,dit-on populairement. Il est vrai que ce sentiment est beaucoup plus répandu qu’on ne le pense et il a sa part de façonnage dans la société.Les personnes qui n’ont pas cette tendance à jalouser l’autre sont rares, mais elles existent tout de même. Etre jaloux,c’est ne pas comprendre que l’autre gagne plus d’argent en travaillant, que l’autre a un train de vie au grand jour important.

Etre jaloux ,c’est regarder ses avoirs métériels, immobiliers , territoriaux et se dire pourquoi lui et pas moi ? Puis, la jalousie profonde et viscérale en regardant son épouse et femme et se dire : qu’elle est belle et j’aimerais bien que ce soit la mienne! Tout est jalouser dans ce bas monde. Pourtant, nous naissons égaux,mais en quelques secondes nous sommes parfois  habillés pour la vie.Dans la vie, notre salaire étant inférieur à d’autres personnes ,nous avons du mal à comprendre et accepter cette état de fait.

Elle se manifeste également si quelqu’un également n’arrive pas à s’enrichir et son paraître en voix d’affaiblissement.Dans les formes de sociétés, le Marxisme et plus particulièrement le Communisme ont développé cette ambiance et cette vision comportementale.Tout ceci, nonobstant les vérités sur les conditions de vie  a-t-il un but en cultivant ce sentiment ? Oui, profondément, il est nécessaire à nos positions comportementales pour que nous puisions nous marquer à la culotte, comme l’on dit  au regard des joueurs de rugby.

Si nous n’avions d’élasticité dans notre tolérance, notre compréhension et notre regard bienveillant et doux, nous aurions des limitations importantes, en compréhension entre-nous.Il faut aussi se souvenir que le mal est parfois nécessaire au bien pour progresser. Nous pouvons également analyser la chose plus généreusement et se dire qu’il faut se réjouir de votre, notre semblable heureux et connaissant quelques bonheurs de ce fait. On peut lui dire  ‘ Je suis content pour toi ! »Ainsi , le sentiment ramenant à soi-même l’intérêt des choses s’amoindrit.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt.

Bonjour à tous ! Nature et vies…

Posté : 25 juin, 2012 @ 6:25 dans actualité générale, communications, Sciences sociales et humaines, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

La démonstration que l’humain a un énorme impact sur le monde naturel n’est plus à faire. Nous ne pouvons , que proposer, en toute conscience ,des solutions généreuses pour nos sociétés, mais aussi pour toutes les espèces qui sont présentes avec nous. C’est donc un geste considérable qu’il faut entreprendre, mais bien plus, cela touche l’ensemble des vies.

Quand la conscience entre en jeu elle demande bien plus que de comprendre, elle mentionne avec justesse la dimension d’aimer. Si nous aimons; nous devons aller vers les autres sans discrimination et avec générosité, toutes vies confondues. C’est un pas supplémentaire à franchir dans nos relations extérieures et en même temps avec nous même en nos profondeurs intimes et secrètes.
Le fonctionnement soutenant les mécanismes reliés à la vie sur la Terre sont pour chaque espèce, situés dans une forme d’hégémonie d’occupation des territoires et de la matière. Je me répète mais il le faut dans l’analyse car plus nous sommes nombreux et plus la conscience gérant ou comprenant les atteintes à l’essentiel doit être élevée.

Réparer et corriger nos erreurs en la matière devient plus difficiles avec un potentiel humain plus fort. Pour cela ,nous ne pouvons céder à la facilité en instituant une taxe ou un impôt sur la vie, cela n’est pas possible. Pas plus que de taxer notre propre existence ou bien administrativement établir une réglementation spéciale et précise sur la vie, c’est-à-dire Naître et exister. Nous en sommes toujours à deux doigts de ces solutions placées  en milieu intolérant et haineux pour sauvegarder une dominance de certains pouvoirs archaïques. Alors, comment doit-on voir; notre action dans le respect compréhensif de notre berceau qu’est la Terre.

Désormais, nous sommes capables d’identifications plus précisément et dire comment fonctionne l’ordre naturel et comment agit cette dynamique, car il y en a bien une ! Les temps passés nous ont apporté beaucoup de renseignements et nous savons  que nos relations avec les végétaux et notamment les supérieurs ,sont enrichissants en de nombreux points de vue. Son maintien et son implantation n’a pas de coût, vu sous cet angle. Les végétaux sont ceux qui ont fourni à toutes les espèces terrestres les moyens de s’épanouir. En échange , notre devoir est comprendre  comment il transmet un bonheur, vers les autres vies et espèces. La mer, l’océan, les rivières, les lacs, les étangs  sont encore des lieux moléculaires encore plus profonds et sensibles. La complexité de cet écosystème est très importante car l’ordre végétal est né de lui. Ce sont des écosystèmes dont les développements fonctionnels conditionnent nos vies dans des parcours sensibles au bien être. Pragmatiquement, il faut jouer avec ces valeurs que l’arbres nous donne depuis qu’il a quitté ses racines originelles unicellulaires sous la forme de l’algue marine.

Non, ne fuyons pas, car c’est tous ensemble que nous sommes concernés. En même temps, réduction des forces vénales et installation d’une autre philosophie de vie. Non plus dans l’enrichissement et la possession continus avec  l’argent unique but, mais dans la définition d’un bonheur équilibré pour notre vie,et surtout pour les autres si souvent bafouées. Nous pouvons le faire car le lien est puissant et en réduisant les produits moléculaires dégradants.

Par cet effort, pour réduire la dégradation ambiante de nos conditions de vie, il est plus que souhaitable qu’hors des vues et philosophies des enrichissements uniquement, nous puissions bâtir généreusement pour tous, ruraux, montagnards, marins et citadins. Je ne ferai pas d’évaluation d’un tel coût implantation ,car quand on aime, on ne compte pas ! Comme je l’indique dans mes ouvrages, c’est la seule solution placée dans l’équité, la tolérance de la vie et l’amour du prochain.  On peut tout laisser en l’état et la vie continuera mais le petit plus qui saisit l’émergence d’un bonheur de vivre plus développé pour tout l’ensemble est à prendre en compte.

Merci de votre aimable visite.  

Bonjour à tous ! Simplement heureux…

Posté : 23 mai, 2012 @ 7:16 dans communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je n’ai pas voulu franchir les différents niveaux donnés par cet état atteignant le bonheur ,le grand bonheur. Dans notre monde, notre société telle qu’ils sont conçus aujourd’hui, un certain nombre de personnes sont simplement heureuses. Elles ont la satisfaction des plaisirs simples de la vie et cela leur convient. Nous en demandons ,par nature, toujours plus car nous avons oublié la sagesse et sa grande vertu. Dans la profondeur humaine, il y a comme une grande insatisfaction de l’existence. C’est pour cela qu’il y met les ingrédients du plaisir actif.

L’humain ayant son vécu dans la cité st-il plus heureux dans une monde dit sophistiqué et rassemblé? Cet accessit semble être une merveilleuse invention que cette cité et son ambiance. La communication qui devrait être vive ne l’est pas forcément. Le temps y est dorénavant séquencé et aménagé. Les grands immeubles ,inhumains ont envahi le devant de la scène. L’argent y a installé son règne absolu. Les libertés se sont rétrécies. La surveillance mutuelle est en pleine  actualité et dans les rues des caméras balaient sans cesse les champs de passage. Dans les magasins ,la même procédure de surveillance est déployée. Sur les feux de route des caméras ont l’avantage. La ville est devenue un monde à part où l’homme est prisonnier de l’homme. Il n’a qu’une solution, c’est d’échapper par intermittence pour goutter d’un peu de plaisir heureux.

Les campagnes se sont vidées au profits des villes et l’avenir du monde moderne a amputé le monde rural de sa matière vivante. Même l’arbre , notre compagnon a été réduit à sa plus simple expression. Le monde rural a perdu ses saveurs  vraies et naturelles, pour laisser aux inventions humaines ses formes du plaisir.
Comme nous l’avons déjà vu, l’aboutissement des sociétés humaines serait dans la grande cité. Certes, être social demande un effort pour remettre à sa place une individualité plus forte. A ma vision et dans un grand chantier ,voire une immense entreprise, j’aurais essayé de rapprocher l’homme et l’arbre. Tout ceci pour recréer des ambiances pénétrées de la nature vive, nous apportant et fertilisant nos vies.

Remettre les campagnes, le monde rural en ordre de marche plus équilibré. Un renforcement de la présence active du monde végétal supérieur est un gage des ambiances équilibrées  assurant notre stabilisation mentale ,saine et épanouie. En même temps les autres espèces se développent et elles sont dans l’approche de l’ambiance heureuse et du bonheur de vivre. Probable que mes idées sur ce sujet soient placées ici bas dans l’irréalisable et qu’il me faudra y mettre le mouchoir par-dessus.

Alors, si nous construisons sur ces voies, c’est que nous y sommes tant soit peu heureux. Serait-ce  une fausse idée de penser que le bonheur de vivre devrait passer par autre chose que ce que nous inventons. Un adolescent bien dans son siècle, dira, j’aime la voiture, j’aime  le camion, j’aime l’ambiance urbaine, j’aime la rapidité, j’aime l’argent ,j’aime le concentré tourné vers l’essentiel. J’aime la communication moderne. J’aime aimer dans  la modernité et sans retenues ou règles. Je trouve que cela aurait pu être pire ! Je me rends compte de ces portes de passage accédant au bonheur, même réduites, mais qui furent et rendent simplement les gens heureux.

Quand l’on a trouvé l’équilibre avec soi, avec les autres, l’environnement. Quand ce que l’on a nous suffit! Quand le regard vers les autres devient chargé de bienveillance et d’amour , alors oui nous sommes heureux et fiers de l’être. Il y a un dicton populaire qui dit : «  Qui trop embrasse, mal étreint ! » Je le crois également et être heureux va parfois dans des zones proches insoupçonnées. L’éradication des violences en tous genres, la paix obtenue, l’instruction de l’esprit commence et fertilise ce début de bonheur .

Entre nous tous, nous ne sommes encore pas assez généreux pour vivifier ce mot heureux. Prochaines générations sauvegardez cet accès essentiel au support de la vie équilibrée, saine, et plaisante. Nous sommes encore trop souvent dans une résignation et abnégation d’un petit bonheur caché. Pour être vrai et développé , nous devons le partager et ne pas douter sur son rôle bienfaisant et immense .
Merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! La voix de la Terre s’élève …

Posté : 6 mai, 2012 @ 6:33 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Nos Amis Québécois ,dans leur profonde aspiration à respecter et comprendre notre berceau commun qu’est la planète Terre ,voudraient entendre sa «  Voix «.
Nous voilà à l’essentiel, comprendre que la Terre est vivante  et que nous sommes un élément de son expression globale. Nous en sommes bien son émanation profonde en prenant un corps physique ,mais aussi en donnant une prépondérance aux forces de la conscience, de l’âme et de l’esprit. Nous sommes des êtres incarnés qui essaient de dégager avec conscience la juste analyse ,la juste pensée, le juste comportement individuel, le juste assemblage de nos communautés.

La Terre  nous offre avec générosité la matière qui construit nos corps en  définissant un  bonheur à l’existant. Elle est notre Mère comme le disait et l’analysait si bien l’Inde Ancienne.

Plus nous pénétrons cet ensemble en conscience et plus nous voyons surgir des merveilles aux quelles nous n’avions pas pensé. La beauté ,la grâce, l’harmonie, l’Amour sont présents sur cette planète dans le total désintéressement et ils bâtissent à nos côtés. La biodiversité est le plus grand des partages jamais organisés. En toutes ces vies et leurs facultés de se reproduire à l’identique ,la voix de notre planète se blottit sagement .Chaque corps portant et véhiculant la vie vibre à l’unisson avec notre Mère et exulte.

Elle est également sa signature ,car elle est est consacrée à la dimension de l’esprit régnant d’Amour; du bonheur ,de l’espoir sans cesse grandissant, de la communication dense et fertile, de l’émanation miraculeuse d’une richesse plus précieuse que le diamant: L’Amour de tout et du tout ! Tout l’ensemble vibre dans cette étincelle qui allume la vie.

La Terre nous demande de l’aimer, car elle sait donner et le miracle de la multiplication sans fin peut se réaliser jusqu’à la fin des temps, si l’on peut penser ainsi. Rien de ce qui a vécu est perdu et la mémoire sauvegarde des consciences n’est pas loin. Elle réside dans son monde discret et il suffira qu’une vibration puissante s’exprime et soudain la vie renaîtra et de nouveau la planète exultera la joie sous le retour de ces mondes vibrants et enfouis.

Oui, la Terre cherche sa voie et elle donne aux créatures de toutes variétés une voix pour s’identifier et se reconnaître au sein d’un univers de la matière grandiose et surtout généreusement constructif.

Je vais arrêter là mon écrit car j’entends la voix de la Terre qui monte dans le petit jour avec le chant reconnaissant et mélodieux des oiseaux. Leurs mélodies sont toutes acquises à la reconnaissance du verbe exister et c’est un pas vers les autres vies en communication profonde. Le premier cri, à la naissance du nouveau né de toutes les vies est un puissant cri partagé de notre Terre Mère. (A suivre)…
Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Le Bonheur contenu …

Posté : 21 avril, 2012 @ 7:13 dans communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Universalité | Pas de commentaires »

Depuis le tout début de son existence l’humain recherche une forme de joie de vivre renforçant l’existence .Certains groupes sociaux ,au cours de l’histoire recherchaient avidement ce bonheur. L’homme heureux serait-il gênant au point de vue de l’afficher à la face de ses semblables ? Je pense que le sujet est délicat et doit attirer notre attention, quelque soit la classe sociale ou il se trouve. Ly a quelques règles d’or pour conserver ce bonheur, qui peut-être petit individuellement ou bien grand collectivement. C’est un état qui s’auto protège et  en même temps qu’il va dans une certaine exubérance, il peut reprendre un parcours effacé quelques secondes après.

Quand il atteint les sociétés dans leurs fondements ,il se révèle puissant, efficace et conquérant.. Ce n’est plus un « petit bonheur » mais un immense, rendant les gens heureux. Il faut bien le regarder car il veut visiter les gens sans histoires ,dans le sens entendu des personnes discrètes.

Il est difficile d’accès car c’est un nectar et un concentré dans lequel l’homme rejoint la période la plus faste de sa vie. Dans l’analyse ,il faut bien distinguer celui allant vers l’individualité que toute personne doit connaître et bénéficier .C’est le souhait que je vous adresse ,car même partiel, il réjouit les cœurs et réchauffe les esprits en suscitant un état de joie et d’optimisme .Le collectif lui est plus délicat, voire impossible à satisfaire en ces niveaux. Dans le réel, rien n’est impossible aux cœurs vaillants.

Je crois que plus nous accélérons nos vies au sein de la société et plus notre cher bonheur devient fugace ,éphémère et sans consistance. Il apparaît seulement si nous nous donnons les conditions de vie choisies dans une forme d’osmose avec ce qui nous environne. N’allez pas le chercher très loin car il est parfois à la portée de notre main .

Les politiciens nous le promettent ,mais ne peuvent le reproduire sur des bases les plus étoffées dans une vie meilleure. Ce bonheur est souvent indiscipliné  et son esprit souffle où il le désire. Il ne veut subir aucune pression .L’amour le rend encore plus sympathique et désirable à nos yeux. Les amoureux sont les premiers touchés et de fait son plongés dans son ambiance, qui pour nous, est indéchiffrable.

Mais , en Occident, il est obtenu très souvent en relation avec les forces de l’argent.il vaut mieux se contenter d’une partie de son éxistence,même d’une infime. Rien à faire, nous le voulons, nous le désirons et nous nous dirigeons vers lui parfois bien inconsciemment  afin de connaître sa présence et ses bienfaits. Il peut donner à tous une vie bien meilleure entourée de fleurs, les fleurs du jardin de la pensée. Suivons ce chemin qui mène à lui sans faiblesse, il fertilise nos esprits et nous paraîtrons légers comme un parfum au soir d’une belle journée d’été.

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...