Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! L’expression humaine…

Posté : 6 juillet, 2013 @ 7:07 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Tous les humains ont droit à l’expression parlée et écrite. C’est le béa-ba de toutes les sociétés libres. La dessus,il faut être en totale cohérence car ce sont les bases de nos libertés courantes.Entendons-nous,une expression dans la bienséance,le respect dû à chacun ,de la réalité ambiante et existentielle , de la valeur des mots employés. Nous venons de le voir,un Ministre en activité du gouvernent actuel,vient de se faire limoger car il ou elle avait trop parlé et rendu publique sa pensée.

Je trouve cela très curieux qu’un Chef de Gouvernement  ou bien  d’Etat prenne de telles sanctions envers les personnalités qui sont investies d’un ministère. Le sens de la démocratie, chère à la République que nous avons souhaitée et formée est remis en cause par ce fonctionnement. Seuls les régimes totalitaires ont des actions extrêmes.Je suis attristé que nous n’ayons pas plus de considération sur le sens  de nos libertés expressives , ainsi que de l’existence ensemble tout court.L’expression véhicule la critique et il faut l’admettre, c’est par ce biais qu’il nous est offert d’échanger les idées salvatrices ou fertilisantes pour notre société.

C’est un incident qui touche un gouvernement d’obédience  socialisante,ce qui parait difficile à accepter. Le vrai socialisme est pourtant classé parmi les régimes les plus favorables à l’expression humaine assemblée.La France globalement ne va pas très bien et pense qu’en allant dans les extrêmes cela ira mieux .Erreur,car car nous enfermer dans les régimes totalitaire à notre porte ou en attente de leur heure,ne fera qu’accentuer notre misère pensée et matérielle,ainsi  que régresser nos niveaux sociaux,culturels et généraux.Nous le voyons, une rigidité sanctionner se met  en place,sans abords diplomatiques,compréhensifs à sa dimension de nos pensées majoritaires et courantes.

Peu de personnes veulent un aboutissement dans cette évolution,mais malheureusement les états d’esprits ne demanderont pas leur chemin. Il nous faut goûter des aliments amères. Les hommes ont plus besoin de bonne communication,d’une reconnaissance fraternelle de leur existence que de bâtons pour les contenir et les battre. Cela commence toujours par l’interdiction de s’exprimer    par la parole et les écrits,puis les autres phases sont dans l’apologie des pensées sectaires et extrêmes ce qui met en danger les équilibres de sociétés. Devant tous ces faits d’actualité,certes pouvant apparaître anodins,se définit un lendemain moins plaisant. A nous tous de regarder la construction commune,si elle est équilibrée.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Devons-nous tout savoir de l’actualité et ses tendances ?

Posté : 30 mai, 2013 @ 6:54 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Universalité | Pas de commentaires »

Personnellement,je crois que nous devons avoir le courage ,la force intellectuelle et morale de regarder ce que nous générons individuellement et collectivement.Individuellement,nous devons regarder vers notre moi intérieur et analyser si les positions sont satisfaisantes et généreuses,bien avant les réactions générées par la protection du nous-même. L’argent,la possession,le paraître sont des fausses positions que l’esprit ne prend pas en compte.

Collectivement,c’est une forme d’adhésion aux dynamiques de nos mouvements pensés dans un tous ensemble. Ce qui est assemblé collectivement doit être fertilisé d’idées nobles et  bienveillantes. Tous manquements sur ces bases dégradent sérieusement la construction.Bref, il n’est pas facile d’être et seulement exister à la face des collectivités.Les médias reproduisent l’information sur les comportements dégradants et les faits collectifs méritoires. Malheureusement,les tableaux nous parvenant sont trop souvent emprunts de noirceur.

Il n’y aurait qu’un sens et une  voie unique à notre vécu et construction. Donc, en fonction des possibilités d’ouverture de nombreuses voies restent sans objet. devons être satisfaits de la vie du moment présent et savoir se retirer quand la pression de la pensée devient despotique .Nous devons savoir préserver nos valeurs intimes .Le but n’est pas de s’échapper de ses devoirs ,mais de laisser l’autre et les autres s’exprimer et être eux-mêmes. En fonction de ce comportement ,nous sommes respectueux. Cela ne veut pas dire être inefficace dans les potentialités courantes car celui qui sait doser son jeu relationnel et laisser l’autre s’exprimer dans sa plénitude est dans une noblesse forte et généreuse .

Si cela paraît sacrifice évolué ,le geste rejoint la sagesse et l’amour pour son prochain. Savoir laisser et reconnaître le droit à l’expression de son prochain est une chose des plus importantes,mais souvent incomprise en un monde toujours pressé de passer à l’action. L’esprit et le cœur acceptent ces positionnements .Mais, comme toutes les actualités ne connaîtront pas de répits,il faut sans cesse comprendre les actions nouvelles et défricher leurs conséquences immédiates et futurs.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à Toutes et à Tous. Les Etres doués de consciences,mais aussi de raison…

Posté : 21 avril, 2013 @ 8:42 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Il est des choses qui vont du domaine situé après l’éveil et le travail des Consciences. Comme je l’ai écrit hier,la conscience introduit le passage du subconscient qui, la nuit, lorsque nous dormons,travaille et introduit dans l’âme individuelle les éléments dignes d’être sauvegardés. Nous ne parlerons de l’Esprit qu’après avoir compris l’âme,notre âme,quintessence de l’être et de nous-même au for intérieur .Le dialogue avec l’âme peut et doit exister et même doit être entretenu constamment.      C’est l’entretien le plus difficile  Déjà de nombreuses personnes ne pensent pas à leur âme,ni aux valeurs humaines également         .Sur ce sujet,les effets du matérialisme ambiant sont considérables                    .

Je comprends le raisonnement humain et je vois qu’avec l’histoire de nos sociétés et nos civilisations,l’homme,ses progrès en son propre pouvoir,s’éloigne presque irrémédiablement de son socle de base et ses natures initiales.Ce sont diverses conséquences qu’il faut analyser et cerner .La première est qu’apparemment les humains en naissant ont leur conscience dite inerte et sans éveil,où aucun repères ne fait mention de leur conscience en veille,qui survient plus tard avec le mûrissement psychologique et surtout pensé.Le schéma d’éveil aurait dû se mettre en place bien avant .Sans posséder l’éveil supérieur  au tout début où tout devient pensées,il faut se poser la question pourquoi un tel retard?

On peut dire que les comportements et les « péchés »nommés dans le Christianisme,en fonction de la Table des Commandements,les hommes seraient responsables de cette non adhésion au grand destin Universel. Nous pouvons penser beaucoup de choses,mais avec l’expérience,en nous regardant profondément et sans pré jugement,j’ai aperçu le pourquoi. Quand nous sommes dans l’œil pour œil et dent pour dent,l’humain est agressif,voire autant que celui qui est doté d’armes pouvant tuer l’autre immédiatement .

Quand nous avons grandi légèrement avec les textes Sacrés,nous avons fait un pas pour la tolérance. C était la bonne voie avec son pardon et la conscience en éveil comme un propre radar.A la fin du 18ème siècle,nous avons commencé à inventer les machines,fidèles copies des systèmes naturels bien précis en la nature du fonctionnement articulé. Cela a marché et notre souffrance  dépendante et en certains points a disparu. Nous avons continué,mais à chaque pas du progrès matériel,nous effaçons notre profond éveil et nous nous éloignons de notre âme.Selon moi et ce n’est que mon humble avis de pauvre pêcheur,nous sommes si différents désormais que nous sommes devenus un Monde ,notre Monde.

Non pas comme souhaité dans la pureté des âmes et des esprits,mais dans celui du soulagement profond de certaines souffrances indélébiles. Personnellement je crois que nous avançons vers une chose plus juste pour le nous tous,notre prise en charge de votre destinée collective vers ce demain,peut-être chaotiquement dans la grande union pensée et réalisée.

Aussi, j’en  appelle à la mansuétude, la miséricorde car sortis de notre préhistoire la voie offerte a été celle-ci et malgré l’explication des têtes supérieures de Noblesse et leur échec patent à guider les peuples et les aimer nous avons du prendre notre destin en main et en tenant compte de tous les paramètres présents.

Est-ce pour cela que l’homme n’a pas de cœurs et de pensées nobles. Oh non, mais il les enfouit parfois dans sa pudeur ou dureté apparente. S’il n’a jamais s’éveiller son âme,je plaide pour une grande mansuétude lui accordant le pardon,car au plus profond de lui,le souvenir du passé complet lui a échappé. Mais, il y a un mais,comme dans une plaidoirie,ceux qui sont dans les grands errements,et qui sont hors l’innocence et le non savoir, et qui manœuvre avec le Monde en le confisquant par différents moyens et le font mourir à petit feu en y confisquant tous les espoirs de la vie et de son berceau planétaire dynamique,fonctionnel en se prenant à existe de leurs congénères restés dans la totale innocence et réflexion,ceux qui exploitent la planète intensément sans conscience et repoussent la raison et la sagesse,ceux qui achètent et corrompent tout avec  le roi argent et nous éloignent du grand partage honnête,juste.ceux là ,pour tous leurs excès conscients mais déterminés depuis le début des temps,sont dans la grande nuisance et sont condamnables

L’humain avec le temps nécessaire à son éveil en sa conscience aurait du fixer cela en son droit  ,fait comme indiqué par les plus grandes consciences venues des philosophies pour exprimer la haute pensée humaine dans sa noblesse,celle de l’esprit de construction de nos sociétés fragiles.il faut garantir à partir de celui qui naît et arrive et se trouve à ce moment précis sur le seuil du Monde Terrien , qu’il sera accueilli par une société prononcée et dite civilisée.  Celui qui naît, en cette seconde, est hors de toutes les possessions et se trouve dans la grande vérité,car il n’adhère pas à l’esprit de posséder mais d’aimer. A partir de cet instant,une lutte globale dite collective doit s’enclencher pour être juste,soulager des souffrances et aimer encore plus son prochain malgré les ’crocs en jambes » et à l’aune du grand respect. Ces hommes, ces pensées,ces âmes, ces Esprits,même s’ils sont en retard,ne doivent pas recevoir condamnation car ils n’ont, pour une grande majorité jamais condamné et ont également essayé de bâtir et de s’élever par l’esprit.

Je suis un Père,un grand-Père et je côtoie des arrière-grand-Parents.Il faut bien regarder comment l’on bâtit une famille,la protège,lui donne le nécessaire de chaque instant ,qu’il soit dans le matériel et le moralement sûr, enfin lui apporter l’Amour du Monde et veiller à l’épanouissement, l’émancipation des enfants en les préparant sincèrement sur leur devenir par l’orientation libre ,mais informative la plus complète,enfin en veillant à l’éveil collectif qui prend le pas. J’ai constaté ,parfois avec peine,la peine du cœur et de l’âme, que notre collectif,sans être vraiment bon,n’était pas non plus  dans le mauvais;mais se définit dans une neutralité contre les excès.

Son défaut est qu’il n’adhère pas à une autre forme d’idée que son propre pouvoir. Au tout début,il y avait une tolérablement à un certaine forme de pénibilité;mais maintenant celle-ci s’éloigne et les enseignements humains ne laissent plus ou trop peu de champs au libre arbitre respectueux de l’individuel et de l’âme et conscience. Ce  pouvoir installé a pris en main sa propre essence pour bâtir dans un sens qu’il croit meilleur. Une forme d’intellectualisme est né et a décidé que c’en était fini de la pensée ,celle des temps passés en la remettant dans le présent ,même partiellement .ces pouvoirs condamnent lentement tout ce qui ne leur semble pas  conforme.Son avancée n’est pas celle de l’esprit quel qu’il soit. de la conscience libre et éclairée,de la pensée non inféodée. Ce constat révèle une construction,dans l’idée générale, hors valeurs démocratiques ouvertes, mais issues des non libertés,privilégiant une forme inavouées de dictatures ,de non libertés;de contraintes et d’autodestructions du moment où tous pays ,ou toutes régions du globe agissent dans la détermination u fédérée dans l’application des valeurs simples, nobles,constructives.

Tout est rattrapable,sauf l’entêtement dans cette détermination . Très heureux que chacun puisse s’exprimer    en   conscience  et non pas orienter vers le suicide collectif,dans et par l’asphyxie mentale. J’appelle cela (ce qui nous menace) les épées de Damoclès,philosophe grec qui parlait des dangers présents au dessus de nos têtes. J’en passe,et pour la paix globale il ne faudrait pas amplifier cette faiblesse et il nous faut penser à un organisme international avec des ramifications dans  chaque pays ou régions du globe.

Basés sur des connaissances sincères,honnêtes ,véritables, la vérité sera rétablie dans es valeurs les plus pures,nobles,par un gouvernement des Nations unies basé uniquement sur de telles valeurs, sur les trois éléments ;pensées+conscience+âme+esprit, étant donné que ce dernier point est affranchi et agit en cela en nous guidant vers les améliorations certaines en sociétés,en politique,saine,véritable, honnête,dévouée car définie par la conscience elle-même dans sa reconnaissance.

L’auto condamnation,la condamnation laissant place à l’autodiscipline de l’être,au magnanisme,au cœur, mais aussi à la bonté dans un humanisme emprunt de générosité,englobant l’ensemble. Ainsi, reculerait à tout jamais ,l’esprit d’encadrement pétrifiant et brimant  les peuples. Il remettrait à l’âme individuelles et collectives sa joie et son bonheur de participer à son propre destin,à sa vie, de s’exprimer pleinement dans l’existence totale comprise .nous pouvons dire,sans pudeur,ni orgueil d’exister car impliqués tel le premier jour ,lors de notre premier cri avec le contact de l’air en nos alvéoles pulmonaires ,et conforme aux premiers instants de notre   naissance. La liberté , la démocratie,le permettant avec  la  foi, notre propre pensée spirituelle pourra s’exprimer et nous ouvrir un monde encore meilleur et quittant son potentiel dans la réduction comptable. La résorption des violences fait partie de cet ensemble. Ce pas, il faut le franchir et savoir ne pas oublier l’autre face du Monde,la principale qui nous guide,la spirituelle qui aura  également son éveil.

Alors, en tant que penseur, je m’avance timidement vers vous,avec mes petits moyens d’homme éloigné des richesses matérielles,vénales, et celles obtenues par tous nos savoirs regroupés par nos volontés collectives dans nos universités et facultés. Je vous aime dans le fragile équilibre que vous maintenez  .Toute la connaissance Universelle,vous ne pouvez l’accueillir,mais en aimant sachons organiser nos progressions dans nos constructions et comme l’Amérique,nos Présidents doivent prêter serment face aux peuples et la constitution élaborée pour lui, par lui,mais surtout face et sous le regard de Dieu et sa grande présence recevant respect  par l’idée même du serment reconnaissant le pouvoir, son pouvoir Divin absolu.

A partir de ce serment et rectifications, nous pouvons encore établie en haute conscience et sous l’œil juste des responsabilités pénales et judiciaires,nous pouvons encore construire en nous souvenant  que nous devons aimer,servir,respecter et être respecté et dignes dans toutes les différences qui nous séparent,mais aussi être conscients de notre berceau des vies.

Quand ,l’enfant naît libre par l’âme qui arrive ou naîtra sur cette planète,dans ce monde nous l’accueillerons avec tout l’Amour  dû et déployé. Ne condamnons pas avant l’heure en beaucoup de formes et cela en la matière faisons notre mea-culpa dans une conscience totalement éveillée.

Merci pour votre aimable compréhension,votre mansuétude pour mes écrits et le bonheur de pouvoir m’adresser à vous sans contraintes.
Excellent journée de dimanche à vous tous ,dans la réflexion et la méditation des mots de nos constructions collectives.

 

Bojour à tous !Tu aimeras ton prochain comme toi-même…

Posté : 16 février, 2013 @ 10:12 dans communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Il s’agit, ici, d’un Commandement pris isolément et regardé dans son application communautaire dynamique. Aimer est le verbe le plus grand recouvrant d’innombrables actions mues par un regard juste ,bon ,respectueux et également celui du dégradé avec certaines nuances. Ensuite ,dans ce contenu nous trouvons les motivations dégradées et intéressées au rang et niveau de l’irrespect et de sa haine. Cette dernière ouvre la porte des nuances actives ou passives. Mon article, au vu du Commandement, analyse des comportements directs sociaux avec la nourriture et le juste respect attaché à nos échanges de qualité ouvrant une grande une grand porte sur la considération de nos semblables.

Nous venons de voir ,en actualité générale, que certains fabricants d’aliments contenant des viandes ont  trompé les personnes avec de la viande animal non déclarée et identifiée. C’est ce grave constat qui dégrade le niveau des sociétés car au nom du respect des goûts ,des désirs, de son information conscience, chacun a droit à son respect en la matière. Les viandes de bœufs et celles des chevaux  sont loin d’être identiques et pour ceux qui aime le cheval en tant qu’animal noble, ils sont outragés de voir comment nous sommes traités et respectés. Donc, à la place d’une viande une autre et après. Nous faisons ainsi l’impasse sur les goûts ,l’appétissant, puis cela veut dire et nous indiquer que l’on « bouffe » et quelque soit la viande. Manges et tais-toi ! Ainsi, tout se passait entre-nous, comme si nous étions des êtres de seconde zone ,si cela existe. Bref, scandale et justice, enquête, puis tribunal émettant un jugement sur le fond et la forme.

La chose se poursuit avec un second dossier actif et sensible concernant la nourriture animale et les farines protéinées tirées des viandes et carcasses d’animaux divers. Ici, l’humain veut copier le fonctionnement des écosystèmes terrestres où toutes choses trouve sa transformation, sans passer par l’inutilité apparente. Tout d’abord, il faut dire que dans la bonne éducation intellectuelle nous apprenons qu’il existe des régimes alimentaires à respecter  suivant les espèces concernées. Peu importe, nous voulons dicter à la Nature sa mesure. Dans ce cas, nous donnons aux animaux d’élevage les farines protéinées issues de la transformation des mortalités diriger vers les équarrissages. Ensuite, tout se recycle et nous sommes sur la chaîne en mangeant le produit. Malgré tout ce que l’on en dit pour rassurer, rien n’y est.

Les possibilités de voir des animaux morts  de causes incertaines et transformés sans trop de précaution faisant l’impasse sur une maladie virale et non éteinte sur la chaîne existent. Le porc est un proche cousin de l’humain et le virus peut pour  sa mutation  transiter par celui-ci et atteindre l’humain. Ce serait un désastre car ce qui est porcin est redoutable pour une transmission virale. Les virus, nous connaissons cette vie unicellulaire qui selon ses humeurs et les circonstances favorables, peut revêtir une forme inconnue et variées naviguant  de son hôte à sa cible pour la détruire.

Je vais stopper là mon article qui sera poursuivi demain. Déjà, nous voyons poindre un sommet de l’irrespect dans l’insouciance envers  autrui. Alors faut-il regarder ces tribulations actives et offensives  comme un danger potentiel pour l’humain. Il est certain ,qu’au-delà des questions de nourriture, restent beaucoup de question en suspend, au regard des sciences affirmées, des équilibres naturels et de notre place au sein des systèmes naturels planétaires.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

bonjour à tous ! La culture de l’exploitation…

Posté : 15 août, 2012 @ 6:52 dans actualité générale, communications, humanisme, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Au sein de sa propre société, l’humain cultive le raisonnement très irrespectueux de l’exploitation de l’autre. Certes, ce n’est pas une forme d’esclavage direct et d’une grande contrainte, mais du règne d’un esprit dont il donne corps.

Nous avons formé des affrontements sociaux dont nous semblons ne plus pouvoir nous débarrasser. Il ou elle réside dans le monde  du travail afin que les enrichissements puissants puissent avoir lieu et toujours de la meilleure façon. Pour ce faire, l’employé n’a plus guère de droit car nous voyons qu’à chaque année qui passe, ils s’effritent au gré des besoins politiques ambiants.

l’Occident Ouest a défendu et mis en place des droits attribués aux travailleurs. C’était une forme de définition civilisée et de dimension plus humaine. Malheureusement, Une partie de l’Europe n’a pas suivi car conditionnée par des vues de régimes moins tournés vers l’homme et son bien être. L’absence des paramètres humains développés en ces lieux,n’a pas fait émerger le souci d’une forme de respect et liberté en ce domaine.

Mais, il faut prendre le meilleur et admettre un développement nouveau ,avec un regard innovant envers l’autre.
Pourrons-nous empêcher la remise en cause des droits acquis par celui qui travaille. Les conditions de travail obtenues par ce droit doivent être consolidées. Il semble bien que tout aille toujours dans le même sens, celui de l’utilisation et l’exploitation. La Régie Renault et sa fabrique de voiture, par le biais de sa politique dirigeante, a très vite compris comment marche l’Europe et le monde dans leurs grandes dynamiques actuelles. Si je dis cela, c’est qu’en délocalisant en des lieux où les conditions de travail sont plus dures et austère, moins généreuses et plus contraignante, le travailleur permet de fabriquer un véhicule moins cher car le coût imputé de la main d’œuvre est dans les moindres.

Ce même exemple sert de combat sourd aux dirigeants d’une Europe qui voudrait imposer un nivellement.
Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de remuer les acquis des personnes qui travaillent. C’est conditions ont été obtenues de longue lutte au sein des organisations du travail. Il n’est donc pas question de baisser les bras et niveler les sociétés européennes par le bas. L’esprit d’exploitation continue pourtant et préserve les avantages des dirigeants .

Pourquoi faut-il que nous regardions tout avec  un esprit d’exploitation de l’autre, en l’occurrence celui qui travaille ? Cela devient une coutume  ancrée dans nos groupes sociaux pl^tôt anciens. Il faut libérer l’humain de ses façons de concevoir le tous ensemble et faire régresser de toute urgence les mauvais comportements et ceci quels que soient les pays et l’Europe n’est pas  exonérée du respect dû aux travailleurs.

J’ai le ferme espoir qu’un jour nous saurons abandonner cette culture d’exploitation de l’autre sans avenir. Des mondes plus généreux sont à la porte, mais ils nous demandent une configuration adaptées de nos pensées et relations internes.L’esprit d’entreprise et de création doit être dissocié de celui qui conduit à l’exploitation par les emplois avancés et créés en disponibilité. La finalité ce n’est pas de donner les miettes à celui qui collabore ,mais lui attribuer ses justes place et part.Le droit de possession devrait être aboli pour les entreprises et sociétés d’emplois, pour s’appuyer sur un mode gestionnaire plus respectueux dans l’apport fait par l’humain. Les modes de directions individuelles ou par comité d’administration sont à revoir. L’enrichissement de certaines personnes n’étant pas le but suprême.

Oui, je sais, cela ressemble aux idées Marxistes ! Peut-être, mais ce sont les idées positives portées qu’il est nécessaire de fertiliser. Ainsi, cette culture agressive de formater l’autre sans cesse pour lui demander l’abnégation et son intéressement afin de fournir une tâche comme au temps des Rois et Seigneurs d’antan. Je souhaite que nous améliorons nos relations et nos communications internes afin de progresser vers une égalité structurée meilleure. S’en prendre à l’autre n’est pas une culture saine ,mais souvent dominatrice et haineuse.

Nous pourrons ainsi abolir nos termes suivants :
« -Pour que vogue la galère ! »

Merci de votre aimable visite et à bientôt.  

Bonjour à tous ! Moeurs et vertus…

Posté : 5 juillet, 2012 @ 6:56 dans actualité générale, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

J’ai eu quelques difficultés pour mettre un titre sur mon article car mon sens de l’approche des mots se trouve confronté à ce que l’on peut décemment dire et écrire des réalités en la matière. Je veux parler du comportement humain et son sens global pensé et actif lui permettant de perpétuer sa descendance et son espèce. Au bout, il y a la pudeur et la dignité. Je trouve cela heureux, car mes règles en la matière sont ,je le pense, dans une certaine rigueur de la conscience et l’esprit.

Nous devons tous nous interroger intérieurement pour savoir jusqu’où  nous pouvons aller sans offenser autrui et notre compagne ou bien notre compagnon pour une femme. Il faut en premier lieu comprendre le respect des corps et assurer ,comme le font certaines espèces, une fidélité dans le couple, ce qui est essentiel. On se sent en équilibre avec soi que si l’on respecte scrupuleusement ces règles et ceci est valable pour les deux genres. Il s’agit ici du respect de nous-mêmes, de notre corps, de notre conscience et de notre esprit.

Nous ne sommes pas des machines du plaisir et il faut repousser ce genre de chose tentante. Pour certains (es),il n’existe pas de satisfaction sans le nombre de partenaires et la qualité des relations. Ce qui déclenche une instabilité dans les vécus relationnels et bouleverse l’équilibre du moi intime. L’usage des corps en la matière passe d’abord par le respect absolu entre partenaires et dans le couple. La libération des mœurs dans l’individualité a pour effet un évasement de la pensée rigide en la matière. Il ne faut pas oublier qu’ici, c’est Dame Nature qui parle intimement à l’homme et  c’est la conscience et l’esprit qui dominent et équilibrent l’action in fine. Tout n’est pas permis et tout n’est pas tabou !

Mais, la bienséance comportementale intime fait que tout ce qui se relie au reproductif sans y adhérer fonctionnellement dans le sens ,n’a pas lieu d’être. On ne peut décemment installer des sociétés, des groupes; des humains dans les deux genres, sur des bases autres que celles du raisonnable intime réglé par ce que nous appelons la pudeur. C’est elle qui nous parle et fixe le tempo suivant l’être et son âme. Elle demande respect et considération car elle est le franchissement de divers mondes. Nous ne devons jamais l’offenser car cela atteint la conscience même. Chacun, en restant libre arbitre avec lui-même et son propre corps, tout rentre dans l’ordre et le but initial transparaît. Pour cela, les couples doivent s’attacher à leur respect réciproque. Qu’il y ait à l’intérieur des jeux interdits, cette présence doit rester dans l’intimité, sans atteindre la vulgarisation permissive sur ces sujets .

C’est une chose importante qui demande la raison et une forme de sagesse, pour perdurer sans compromettre l’avenir de l’espèce même.

Un grand principe dans la Nature est qu’à chaque période de la vie,une manière donnée éclot et exulte. La fleur par exemple, dans sa beauté ,en est le symbole fort. Après cette phase, vient l’ovulation et la formation des graines ,laquelle à sa maturité  tombe et la plante se fane et rentre dans son moi intime sans exubérance. Il en est ainsi dans les couples et certaines choses sont difficilement acceptables. En exemple, des hommes , en vieillissant considèrent que leur compagne, qui leur a donné son corps et des descendants, perd sa beauté originelle par usure et leur permet de changer de compagne. C’est une offense profonde, car les corps s’usent ensemble et l’Amour ,c’est se donner et recevoir constamment n’est pas de mise. Alors, celle ou celui qui a donné reçoit en remerciements de la vie, un acte le repoussant car le vieillissement fait son œuvre.

Triste et où est le vrai Amour ? Je vois des jeunes femmes faire des offres à des hommes qui pourraient être leur grand père. L’Amour et ses désirs passent au dessus des âges, mais la sagesse et la bienséance de l’esprit ne permettent pas de genre de gesticulation. Ce que je mentionne est valable dans les deux sens. La dessus, il faut nous relier à notre conscience individuelle et intime car des profondeurs de notre être, »on » nous parle. Les plaisirs existent ,mais au-delà certaines règles importantes comportementales ne peuvent être transgressées.

Ce n’est pas être vieux jeu, mais simplement en harmonie avec soi et les tendances aux plaisirs comme une finalité remettent beaucoup de chose dont l’homme possède en richesse ,sur un hors parcours. Heureusement, le renouveau de la vie, à chaque génération, remet en cause tout cela et les comportements trop libertins. La négligence de ces règles, disons le faîtes pour notre bien être intime particulier et collectif ,peut entrainer une espèce vers l’instinct grégaire. A nous d’y réfléchir dans la paix profonde de notre moi intime et de notre âme. Même si nous ne croyons pas à son existence avérée.

Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! Esprit politique critique…

Posté : 14 mai, 2012 @ 7:12 dans actualité générale, communications, Monde de l'Amour, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Depuis l’élection de notre Président Socialiste, nous avons assisté au démantèlement-démission de l’ancien gouvernement. Celui-ci expédierait maintenant les affaires courantes. Pour ma part, je trouve que la période de flottement est trop longue  pour une passation de pouvoirs qui ne doit comporter aucun vide. Il est vrai, qu’il faut laisser le temps au partant de détruire ses archives non conformes et ordonné, vérifier celles qui seront versées dans la conservation mémoire.

Nous le voyons, la nature du futur gouvernement sera autre. Le Président montre déjà l’exemple en se rapprochant du niveau citoyen. Et puis, il faudra qu’il laisse les ministres gouverner., chacun dans la particularité de son ministère. Quand on travaille en équipe, on se fait confiance et on essaie pas de faire tout, tout seul. C’est le principe de la démocratie ,déléguer et faire confiance à l’autre. Partager les responsabilités et mettre entre guillemets le mot «  Chef ». Il suffit de regarder les appellations faites dans l’officialité et les mentions dans les fonctions, nomment souvent le mot « Chef ». Je crois que le français aime l’entendre et s’entre dire « Chef ».
Bref,il ne transgresse pas grand-chose des personnes qui feront le nouveau gouvernement dit socialiste dans l’appellation .Mais, je pense et je  souhaite que les autres formations de gauche aient les possibilités d’accéder à la gestion étatique partagé.

Par contre, où je serais critique ,c’est avec la politique et ses actions envers l’humain lui-même et les structures de bases établies. Il existe de nombreux exemples femme/homme avec enfants et ayant désiré être officialisés par le mariage républicain et pour eux on ne fera rien, même si ces familles sont en pleine difficulté . Dans une société qui se liquéfie, l’unité de base est la cellule initiale, je veux dire la famille  est plus qu’essentielle à mon avis, et l’homosexualité n’a pas une urgence caractérisée afin d’être mise sur le  devant de la scène, par officialisation d’un mariage Je renverrai de nouveau dos à dos les Socialistes,verts européens qui veulent développer un tel thème,sans se soucier de l’ordre Universel et du pourquoi les couples au sein de la nature  et extansion possible au système planétaire .

Un retour vers les cours de sciences de la vie et de la Terre serait necessaire au regard de l’anatomie , afin de prendre conscience  comment fonctionne réellement et concrètement  les autres espèces vivantes.Je n’ai rien contreles différences dans l’Amour et son developpement   .Il existe une logique que notre espèce doit respecter et qui rejoint un ordre universel bien défini.

Je vous l’avais déjà dit ici, à chaque humain sa profonde conscience et de se méfier des heurts avec la voie définie et ouverte dans l’universalité.La liberté des humains ne passe pas      par ce genre de libération ,comme on l’entend souvent dire. J’ai bien peur que nous allions vers une impasse.
J’ai observé que certaines campagnes politiques utilisaient abondamment ce thème pour attirer des voies vers leur  candidats. Il y a dans cette forme de politique de l’opportunisme  banale qui est  non  conforme à une bienséance   des sociétés.  

N’imaginez pas que je suis contre les libérations de l’Amour ! Surtout pas de vision dans ce sens de l’intolérance, mais un regard pour observer la matière faite de la chaire. Il faut se faire violence car cette chaire est faible et l’esprit lui est prompt. Celui qui vent s’imposer n’est pas la chaire, mais l’esprit qui nous demande d’y réfléchir. Ce n’est pas forcément un sujet religieux, c’est plutôt un sens donné à la marche de la vie. Elle-même.Ici, je ne développerai pas de jugement des personnes et des âmes, mais je jetterai un regard sur ce que nous pouvons bâtir avec tout cela dans l’Amour vers nos enfants et les générations futures.

Je dirai simplement, que chacun est face à lui-même et regardera son âme qui s’autogérera suivant l’esprit dominant et régnant. Puissiez-vous trouver dans cette dernière phase intime,  un regard conciliateur paisible en harmonie avec l’âme suprême. Il n‘y a pas de mal, vouloir être  et faire autrement. A condition qu’in fine on s’accepte dans la finesse des consciences, des âmes et des esprits. Je crois à une forme de délicatesse sensitive et pudique du monde de la chaire et qu’il ne faut pas créer un chemin et une voie de la discorde.

Je suis quelqu’un d’extrêmement tolérant et je sais mettre en pratique ,mais après ces quelques mots, vous me regarderez autrement. Il faut aussi savoir que l’on ne peut être spirituel et comprendre dans la communication profonde les âmes, que si l’on a cette ouverture, mais aussi une rigueur encore plus importante sur certains sujets.
Merci de votre aimable visite.                                       

Bonjour à tous ! Derrière les mots …

Posté : 24 avril, 2012 @ 7:38 dans communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, vie naturelle | Pas de commentaires »

Dans mes articles sur les comportements sociaux ,j’emploie le qualificatif de jouissance.C’est un mot qui définit un sens donné contenant de par l’intérêt émis un certain plaisir. Ce n’est pas un mot interdit et mauvais,mais quand il devient philosophie ,il représente un danger dans son addiction ,telle une drogue.Les raisons en sont simples car l’humain ne fait pas d’autodiscipline de la pensée et ne refrène en rien ses désirs. Plus ses plaisirs sont nombreux et plus le bonheur exulte . Du moins, le croit-il! La vérité est que l’on peut goûter à beaucoup de choses ,mais toujours dans le raisonnable et la sagesse. Dès que l’élément entraîne un plaisir,il devient accrocheur car il a installé dans notre cerveau sa présence intime.

Alors, regardons en matière écologique avec nos relations sur les éléments ,ce qui ne va pas plus profondément.

* Au début ,les sciences de la terre et de la vie étaient définies par l’agronomie et son analyse précise dans le fonctionnement tant que nous n’avons pas touché aux chimies,aux engins possédant un moteur,aux développements en territoires cultivés exagérés,nous étions dans un respect durable pour la terre. Le seul fait d’employer l’hybridation, le clonage,les engrais artificiels,la chimie sélective contre diverses plantes et la lutte des maladies accompagnée des engins à moteur,nous faisait perdre le sens de la mesure. Oui, mais les rendements s’amélioraient,le travail changeait de nature,l’argent rentrait plus grandement. Nous nous sommes dits que c’était bon et tout devait être fait pour favoriser ce développement.

* Depuis le début des temps, l’humain va à la chasse et à la pêche. Dans un premier temps,c’était pour se nourrir lui et sa famille ou sa communauté. Il prélevait des animaux sauvages sur un potentiel disponible énorme. Dans les rivières,les poissons pullulaient et il suffisait de mettre un fil avec au bout un lombric pour remonter une énorme bête vorace. Tout cela rentrait dans le rôle existant naturellement en prédation.La chasse,la pêche et la cueillette sauvage sont entièrement liées dans le temps et l’action. Le tout était si bien uni que cela devint un plaisir.Aussi, en notre temps, malgré une Nature presque,voire exsangue de par nos transformations des éléments.l’homme continue de tuer et prélever pour son plaisir,par la chasse et la pêche ,en ayant toujours espoir d’une pêche miraculeuse. Le plaisir attaché demeure,mais ne nous y trompons pas,au bout la Nature ne suit plus cette voie et elle connaît une rareté de la vie inquiétante.Peu importe,nous voulons notre plaisir.

* Nos comportements modernes ont un impact considérable avec les éléments terrestres et marins. La chimie atteint la finesse moléculaire.La terre n’est plus nourrit autrement qu’avec des engrais artificiels. Les traitements sur les maladies ou bien les insectes sont effectués en préventif ,puis également en curatif. Mais, surtout ,les végétaux supérieurs et les arbres sont détruits pour agrandir nos structures.Cet arbre,notre compagnon est sacrifié pour notre jouissance et plaisir de faire plus en plus de rendement et faciliter le passage de notre matériel. Les remembrements des terres agricoles ont apporté de grandes modifications paysagères,mais surtout au sein des écosystèmes ,une rupture énorme de la biologie fine  et sa continuité. La biologie terrestre fertile et l’importance fonctionnement du règne végétal ont été saccagés. Oui, mais c’était bon pour nous et nos rendements avec le plaisir de l’argent possédé.

* Ici, nous prendrons un exemple de plaisir des hommes ,relié à la chasse à courre. Tout le monde voudrait voir éradiquer ce genre d’action.Mais dans l’analyse ,c’est une résurgence du plaisir royal et seigneurial .L’homme éprouve grandeur,dominance et plaisir à poursuivre jusqu’à la mort qu’il donnera en la glorifiant sur le Roi de la Nature en régions tempérées.Je veux parler du grand cerf Europe majestueux.Plus il est magnifique et plus il fait l’objet de convoitises pour le tuer. D’ailleurs l’humain appelle cela un trophée que l’on retrouvera au musée, plus tard. C’était,ce fut le plus beau cerf du coin. Eh oui, à chaque départ de chasse à courre,c’est le plus bel animal que l’on veut éliminer.Heureusement,cela ne réussit pas  toujours car les Cerfs ont leur intelligence aguerrie,plus en fonction des connaissances du milieu naturel.Quand il est tué,c’est un manque inestimable génétique qui se creuse dans l’espèce.Peu importe,nous continuons notre plaisir et notre jouissance au musée.

Je pourrais continuer ainsi de regarder dans l’intimité des plaisirs devenus des addictions car placés dans les us et coutumes.Aujourd’hui,on nous dit ,mais c’était avant les interdictions,maintenant c’est notre plaisir de la coutume.Il existe des limites aux plaisirs ,celles de ne pas détruire ou faire du tort aux autres vies ou bien à autrui par de graves atteintes irréversibles. Nous y sommes ,mais il est bon de vivre cette matière entendons nous dire. (La suite très prochainement).

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! La sensibilité des consciences

Posté : 12 février, 2012 @ 8:45 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | 1 commentaire »

Par ces quelques mots s’expriment souvent le plus profond de nous même.il permet à toute la gamme du sensitif d’avoir une expression sur une longueur d’ondes,s’il est permis d’écrire ainsi.Progressivement, les sociétés sortent de ces voies faites de finesse,de délicatesse,de respect mutuel attentif et bien veillant.De ces capacités comportementales naissent les gens scrupuleux,respectueux,discrets et éffacés parfois.C’est ainsi que se maintiennent les vertus et leurs bienfaisances,car elles se  contiennent dans un retrait affiché.Elles ressemblent toujours à un petit animal blessé qui se cache et demande la paix pour son fort intérieur.

Les oiseaux sont un peu comme cela et quand leurs derniers temps sont arrivés ,ils s’isolent et meurent souvent en des lieux isolés et secrets que généralement nous ne trouvons pas.il existe des sanctuaires que la Nature organise et gère.Les éléphants et bien d’autres espèces ont des lieux semblables et leur localisation est inscrite génétiquement ,comme nous l’indiquent certaines espèces migratrices. Alors, l’humain a-t-il une telle sensibilité et pourquoi ne s’en sert-il pas ?

Cette retenue existe en chaque être et elle est faite pour éviter que la communauté se dévoie.Que les mœurs souvent acceptables dans un sens encore vivable et dans une forme de respect échangé entre les sexes.Ceci est plus qu’important et conditionne les valeurs des groupes et comportements dits sociaux et rassemblements constitués.Il est difficile de l’intérieurde parlerde ces choses qui parfois dérapent et donnentà l’homme plusieurs dimensions.Chaque époque a ses mœurs et nous avons les nôtres.Quant un dérapage comportementale est médiatisé,il indique en même temps un ralliement à une valeur d’accès des zones plus primaires dans certains échanges dits amoureux Les rigueurs d’une vertu peut clore une dynamique des mondes et en même temps  être l’élément qui va la fermer en se détruisant. Les mesures fixées en la matière par l’expériemental et le temps des communautés permet aujourd’hui de se faire une idée du just milieu.

L’homme et la femme doivent se respecter,non seulement par le jeu des pensées,mais aussi par les jeux sentimentaux et physiques dits de l’amour.Pour ma part,et sans être versé dans les extrémismes,il faut se relier à notre sensibilité pour admettre telle ou telle chose dans des pratiques plus ou moins irrévérencieuses  et sans respect.Je vais ,ici, vous indiquer quelques petits constats dus à un éveil précoce de ma conscience.

L’enfant,dès son incarnation physique reste assez longtemps relié à sa maman intimement et il a tendance à considérer que l’amoour qu’elle lui dispense avec générosité est unique et va vers lui seul sous la forme très fines des sentiments.Tout le physique,lui, est occulté et il n’ a pas conscience du jeu entre un homme et une femme.Mais, il le découvre de façon inée,non pas par un accès direct,mais par la pensée et l’esprit qui regardent l’intégrité intime de la personne la plus aimée.L’enfant ,lui, pense l’amour physique comme une agression dès qu’il  dépasse les bases admises et bienscéantes comportementales.Je ne suis pas pudibond,ni hypocrite ni inculte par l’esprit.Je connais certains éléments comportementaux dégradants pour les êtres.

La libertinisation du monde de l’amour physique,en pensant un monde du plaisir dû est une fausse voie dégradante pour toutes les  âmes et les esprits.Quand nous sortons du convenable,c’est-à-dire que  l’intimité respectueuse va supporter,nous blessons notre conscience parfois en bien plus .La médiatisation de certains actes intimes les a rendus plus populaires et du fait entraîne une demande des partenaires dans leurs relations amoureuses.Cela remet parfois en cause les couples et leur fragile union.Il faut toujours se rappeler que l’Amour,même physique, est un acte sacré créant la vie avant de devenir un culte aux plaisirs de sens.

Je ne suis pas vieux jeu pour parler ainsi,mais capable d’analyser jusqu’où une société peut glisser.Je ne jugerai point car je ne suis pas  habilité à le faire.Décortiquer les attitudes fait partie de mes possibilités.Je dis , qu’en la matière, il est difficle de conclure un chemin d’excellence,car tous ceux qui s’aiment pleinement,en arrivent à oublier leurs corps  et se donnent l’un à l’autre en offrande.L’amour vrai transcende toute la matière et c’est pour cela  que nous devons respecter la pureté et la conforter,non la détruire.

L’enfant a un cercle d’analyse perceptif et psychologique le plus puissant de la vie et il reçoit beaucoup d’éléments de la vie  de ceux qu’il l’aiment et l’entourent.Il ne reçoit pas les images,mais le sensitif et les mauvais  comportements qui introduisent la peine,la blessure inconsciente au fond de son esprit.Aujourd’hui nos sociétés sont en mesure d’analyser et penser les comportements et ne pas occulter le passage de la vie du monde fin immatériel au monde plus rugueux de la matière même.

Cela s’analyse par la sensibilité des petites vies vers l’Amour sur des bases pudiques,dignes, vertueuses,respectueuses de l’autre.Fusse-t-il au demeurant encore dans les limbes du temps planétaire.Sachez que son esprit existe déjà et il se rapproche lentement,dans son ressenti,de son corps physique  en venant l’investir,car il est fait pour lui.Ceux qui n’auront pas cette  sensibilité fine et révélatrice ne pourront s’élever dans les raisonnements compréhensifs de ce que nous sommes.Tout manquement est une offense à celui qui nous aime sur des bases Universelles,dans les profondeurs les plus fines des existences.

Merci de votre aimable visite et à bientôt.

Bonjour à tous ! Le quitus des âmes….

Posté : 4 janvier, 2012 @ 8:01 dans actualité générale, communications, metaphysique, Universalité | Pas de commentaires »

Rien n’est jamais acquis,ni aux plus petits et bien moins aux plus grands. Chacun avec son âme devra obtenir ce quitus ,si désiré, par cette conscience suprême. Les excès inconscients provoquent sa souffrance que rien dans ce bas monde ne pourra venir apaiser. La douleur physique est une et douce,mais celle de l’âme est la plus puissante,lancinante qu’il soit et demande sans condition un repentir. Elle est exigeante, car elle est plus fine et raffinée que la conscience.

Elle se regarde et se juge à l’aune des valeurs les plus nobles,évoluées,dans une forme de quintessence rejoignant le chemin dit de vérité .Il y a de nombreux niveaux pour atteindre la paix et la sérénité reconnues au sein des béatitudes Mais avant c’est notre comportemental qui a établi sa voie et surtout son chemin dit de vérité .Il n’est pas le même pour chacun et il fait référence à la Bonté et à l’Amour,et non pas à la possession et l’argent.

En toutes les confessions regroupées sur la Terre,la voie des âmes est la même et elles sont toutes tributaires de leurs élévations spirituelles,mais avant de leurs actions comportementales et engagées. Au tout début des temps,il n’y avait pas de divisions élaborées pour approcher le Maître et son unicité rayonnante,créatrice et remplie de Bonté et pureté. Avec le temps,comme un grand arbre,nous avons établi notre branchais on et les multiples routes rejoignent les plus importantes qui vont nous guider vers la voie essentielle. En toute chose,il faut descendre en ses fondements .

Nous le savons, dans notre humanité,au regard de cette petite âme originelle,précieuse,éveillée à l’éternité près du Maître,il y a des conscients et des inconscients .Il y aceux qui sont dans le réalisme aimant,de bonté, respectueux de la vie,d’eux-mêmes et surtout des autres et leurs valeurs communautaires développées .Puis, dans l’autre sens,de l’inconscience, ceux dont autrui n’a aucun poids et ne mérite pas un grand respect,car ils sont agissant comme un bulldozer traçant de grands travaux .Ils ne s’encombrent plus d’écouter les autres,ils foncent vers un but,leur but,tout en mettant l’ensemble en danger .En attendant,ils sont sourds,incontrôlés et ils balaient d’un revers de main la conscience et ses effets. ls n’ont que faire du sentiment,du respect et Amour du prochain .Nous avons de très grands exemples parmi nous,de personnes décisionnelles qui ne se posent plus ces questions et nous enferment en des mondes apocalyptiques. 

L’exemple nous est donné avec les guerres,mais maintenant avec le progrès technologique et toutes ses épées de Damoclès suspendues au dessus de nos têtes. Quand il y a danger pour les multitudes ,ils ne faut pas s’entêter et en exemple, le nucléaire, le virale  et le bactérien en recherche et application,développés à l’extrême  construisent un monde de la fin ,du chaos et du néant triomphant. Le malaise est grand et nous sommes des otages de groupes pensants et agissant, n’hésitant plus à condamner les autres dans la vie .Avec désarroi et grande tristesse nous prenons conscience de la menace d’un holocauste nucléaire siégeant en permanence ,toujours présente et vocifèrent à chaque pas de l’humanité .S’ajoutent à un tel constat et sur d’autres matières très dangereuses les mêmes aboutissements .Dans le secret de leurs organisations ces hommes se donnent bonne conscience en organisant la survie par plan de sauvetage des populations .

Mais cette survie,c’est déjà la mort décrétée et l’homicide volontaire organisé et impuni, voire légalisé. Cet avenir humain passerait par le monde sous terre dont seul le riche aurait pu s’offrir la réalité dimensionnelle. Même les qualités de la vie et survie sont passées dans le règne de l’argent .Ce monde sous terre,nous n’en voulons pas .Il est fait d’inconscience,de destruction de la vie,de la fin du monde planétaire,de l’apocalypse résonnant

.Peu importe,le danger grandit,mais ceux qui ont pouvoir de décisions ne doutent pas du bon chemin choisi Ils prennent leurs congénères en otages et ils bafouent ouvertement la conscience générale et pérenne et ils deviennent hilares devant les existences des âmes. Rien ne les rebute car dans leur règne dominant,ils sont sûrs. Pourtant, ils ont de graves lacunes dans leurs formations intellectuelles et morales .

Il y après de 3000 à 5000 ans, des philosophes nous l’avaient dit et expliqué: nul ne pourra prendre en otage autrui et le rendre prisonnier de par ses actions,sans compromettre son esprit durable. Les plus érudits de ces penseurs attiraient déjà l’humain sur le rôle du respect et ses valeurs incontournables .Le temps passe,mais nous voyons surgir,non plus des menaces à notre propre dimension,mais désormais placées sur le communautaire planétaire. Tout est remis en cause dans les plus grands équilibres et le Maître n’est pas loin,voire très très proche et il doit prendre une décision importante nous concernant.

Jusqu’où son immense miséricorde pourra accorder un quitus et rendre actif son incomparable et grand pardon dans ces conditions difficiles mettant l’espérance des vies sous effet confiscatoire. Il nous libérera certes,mais à quels prix et dans quelles souffrances pour les âmes s’étant placées dans leurs pouvoirs absolus constructeurs,péremptoires,destructeurs et aux limites des néants et chaos. Les meilleurs avocats ne suffiront plus pour leur défense!
Merci de votre aimable visite et à bientôt!

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...