Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! Dynamique des sociétés humaines…

Posté : 23 mai, 2013 @ 8:37 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Très longtemps, nous avons cru que tout était statique et immuable.Nous n’envisagions pas autre chose que la dépendance sans pouvoir introduire un avis,une demande ,un souhait,un vœu. Bref, sous le joug de personnes s’étant évaluées dans la grande importance ,nous succombions à la fatalité ambiante.

Progressivement, l’homme s’est pris en main après bien des passages obscurs et cruels placés sous le signe de la violence et des affrontements haineux .Les étreintes des pouvoirs mis en place s’effaçaient lentement et enfin on accordait aux gens pauvres et désargentés le droit de vivre décemment. Ce n’était et ce n’est que justice car les hommes naissent tous égaux en droits et entre-deux. Tout cela a été très difficile pour se mettre en place,à titre général, tout autour du globe.Au premier abord,quand on observe les sociétés construites,on entre dans une forme d’interrogation qui s’affiche sur un système paraissant incohérent et qui atteint un fonctionnel malgré lui. Et ,c’est bien cela le mystère,car malgré toutes les parties entachées d’incompréhensions ou d’excès ,nous définissons un avancement .Il n’est pas forcément de grande qualité ,mais il contient des éléments essentiels parfois profonds et enfouis.

Nous approchons des dix milliards d’âmes sur cette belle et forte planète .Les possibilités maximums d’accueil sont encore au-delà ,si nous prenons conscience des fonctionnements intimes planétaires. Tout est en équilibre ou e déséquilibre,car toutes les espèces sur Terre s’établissent sur les écosystèmes et y exploitent toutes les matières présentes.Sauf que les limites de notre extension sont fixées par nos équilibres avec notre planète,en ses capacités fonctionnelles et nourricières dans l’accueil de ses enfants. Quand nous parlons des autres espèces,nous disons qu’elles doivent rester en des limites respectueuses de leur environnement. Quand il s’agit de notre propre espèce,la rigueur s’évase et nous admettons certains écarts destructeurs ,aux limites de la survie.Que personne ne s’y trompe,tout devient mathématique et les relations impacts de chaque espèce s’oriente toujours au terme de leur implantation dans l’hégémonie de la conquérante.

Par contre,il faut reconnaître les valeurs particulières attachées  aux forces naturelles et à la Création Sacrée. Nous occultons ces éléments pour ne pas contrarier nos propres intérêts A savoir :
 - Chez l’oiseau en bout de chaîne,c’est-à-dire le rapace,quand la nourriture se fait plus rare,ses œufs deviennent stériles et ainsi la reproduction stagne et diminue dans l’impact futur. En résumé,c’est l’adaptation de la vie aux éléments disponibles. C’est aussi le raisonnement de ceux qui sont très près des végétaux supérieurs,quand dans leurs jeunes âges,ils sont fragiles et sujet à destructions. Le support de d’accueil de la vie  végétale,aquatique,etc.. dans sa fonction de berceau avant et en  priorité sur l’animé.
Ceci ne sous entend pas que chaque espèce contienne sa propre sauvegarde comme le montre la parthénogenèse dans la Nature. Les limites fixées à l’homme sont celle de la conscience et de la connaissance objective et intime de son milieu dans le fonctionnel pérenne ,en étant attaché à ne pas dépasser les actes qui ménagent le renouvellement ou la régénération des ressources par le biais des forces dynamiques naturelles. C’est pour cela que nous devons ,avec grande réflexion et sagesse,savoir modérer certaines applications philosophiques   nées du progrès technologique  permettant au nom d’amplifier les productions enrichissement de faire un tri spécialisé dans l’efficacité naturelle.

La Terre globalement est un joyau fonctionnel sur ces points et elle permet à qui l’observe,la respecte,de voirse renouveler la ressource. Mais ,ceci à une obligation : savoir et connaître le temps de synchronisation adapté dans la biologie développée. Vivre sur la base des sociétés ne recherchant que l’exploitation intensive et l’enrichissement sont nuisibles à tous les équilibres et nient l’existence raisonnée et sage de la conscience même.Nous venons de la voir,plus l’homme ses sociétés,ses communautés de vie et plus il doit adhérer à la compréhension du milieu qui l’accueille.

Avec son progrès galopant ayant défini des paramètres d’enrichissement à chaque génération,nous nous heurtons à la surexploitation des terres,des mers,des océans  et à la destruction modificatrice des éléments fertiles qui soutiennent la vie et ses composantes.
L’homme entreprenant et fuyant parfois réalité a bifurqué en créant la cité ou la ville. Il a muté en devenant un citadin et en laissant ce qui lui semble problème et futilité à la porte ou entrée de ses cités. En faisant cela,il s’est créé son propre univers souvent appauvri et profiteur où s’entassent pèle mèle toutes les qualités et tous les défaut portés par ce que nous sommes.Désormais, nous commençons à visionner dans nos Esprits les capacités qui sont en nous,mais aussi autour de nous pour le bien partagé de tous et même si cela va vers quinze milliards d’âmes.

Ainsi, l’homme peut démontrer ses capacités de conscience et les fertiliser vers ses semblables,car il me semble que c’était un des buts premiers : s’aimer et partager au-delà de toutes nos différences.Sans vouloir mettre des nuages annonciateurs de mauvais temps,il faudra pour certaines sociétés juguler leur sens du paraître placer bien avant celui de partager.

D’autres points seront développés ici dans ce blog sur le même sujet. Merci de votre aimable visite et très bonne journée à vous !

Bonjour à tous ! La conscience et l’abandon de soi…

Posté : 3 février, 2013 @ 10:04 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Universalité | Pas de commentaires »

La conscience, ce cercle d’influence analytique sans cesse en balayage élargie ,tel un radar, crée son monde de la pensée et de l’esprit .Elle se réjouit quand elle trouve devant-elle les images d’un temps présent meilleur, structuré, dans les relations fortes entre toutes. Toutes ensembles, elles se donnent la main, pour renforcer leur construction toujours menacée de destruction.

L’Amour bâti et la conscience ,avec son esprit vient y habiter. Elle s’unit avec une âme sœur au plus près de nos affinités communes et ensemble définissent un futur etl’éveil d’autres consciences ,que sont les enfants. Malgré les difficultés rencontrées, l’Amour triomphe  et la maison est solide si nous y avons mis les bons matériaux.

La conscience peut-être satisfaite de son édification, mais ensuite elle veut que soit consolidé son relationnel dans l’esprit de paix, d’honnêteté ,sincérité basé sur le respect de toutes les vies sur une voie unifiée, aimante, définie par la fraternité et la solidarité. Aussi, la conscience positive réjouit son  subconscient qui lui décide de valider la marche et mettre dans le bateau  de l’âme toutes les valeurs définies ,vécues ,éprouvées et approuvées. L’âme et l’esprit s’en réjouissent ensemble.Alors, après avoir édifié et travailler la conscience, nous avons naturellement envie de nous abandonner par périodes et laisser nos pensées, nous devoirs, nos contraintes  vogués  etc.…

 Le tout pour embrasser l’abandon de soi. C’est un acte salutaire qui consiste à réduire son impact pensée et matériel et les mettre au repos afin de trouver notre noyau intérieur, notre moi le plus petit et le plus sage. Nous nous abandonnons au bras de ceux qui nous aiment. L’enfant à sa naissance se trouve confortablement installé dans les bras de sa mère. L’insouciance de la jeunesse nous voit nous placer dans la confiance des amis que nous aimons et choisissons. Puis, en grandissant, nous nous rangeons pour vivre notre destinée et nous nous  abandonnons dans la confiance de l’autre, sur la seule voie confiante ,dans la  profondeur de son Amour. 

Il n’y a pas que cette phase importante et pour ceux qui croient dans la foi, on peut s’abandonner dans le cœur et l’esprit des Maîtres spirituels en leur confiant l’essentiel, notre vie. Jésus, Marie, les Saints, les Apôtres, Dieu et les Anges sur qui nous pouvons poser notre tête et nous reposer ,voire nous endormir dans la confiance. L’esprit et la petite âme au tout départ de la vie s’accroche au Maître plein d’Amour pour son enfant qu’il va partager avec l’Amour de la maman et du papa dans la transmission de l’étincelle Divine. Ensuite ,nous nous abandonnons à la  sensibilité le plus souvent sur le cœur ouvert de nos mamans. C’est très bon cet abandon comme une remise de notre esprit au sein d’un coffre inviolable. Puis, après la vieillesse ,nous nous rappelons notre Père Eternel aimant et nous nous dirigeons vers lui dans l’élan de ce puissant abandon .Arrivé dans sa toute puissance, son accueil sera réjouisse ment ,pleurs et bonheurs confondus dans la joie des retrouvailles inespérées dans nos parcours comparables aux voyageurs du monde, tel Ulysse rentrant à sa demeure.

Nous devons savoir nous abandonner à ceux qui portent notre confiance  et se laisser guider les pas car leur conscience se définit dans les hauteurs ,les largeurs  et surtout au sein d’un règne  éternel et pérenne. Mais  selon les conditions , on peut penser que cet abandon  de soi devient le plus fort de la joie au porte des béatitudes ,qui sont le seuil de passage  mérité dans ces valeurs portées et développées. L’abandon devient confiance et Espoir d’un nouveau lendemain.

Merci de  votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Variantes de sociétés…

Posté : 24 janvier, 2012 @ 7:53 dans communications, Philosophie générale, Sciences politiques et administratives structurelles, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Pour ceux qui s’intéressent à la construction des sociétés et dont la Sociologie est une grande passion,après les prédictions,je viens analyser et définir quelques variantes auxquelles nous aurions pu  donner jour et consistance. Nous avons choisi;depuis quelques siècles,notre avenir en nous orientant vers une société dite technologique et matérielle.Nous ne sommes pas tous d’accord sur ce choix ,mais après une avancée sous cette forme,nous ne pouvons plus faire marche arrière.

C’est une voie assez dure et ne laissant peu de détermination,après que l’orientation soit prise.Nous défrichons donc des territoires inconnus et nous devons être forts pour pallier à tous les manquements qui surviennent.Forts du passé et de ses enseignements,nous avons les  capacités dites spirituelles que nous pourrions sauvegarder et développer.Ce que j’écris ici, pour un membre fervent et inconditionnel des religions,apparaît comme versé dans les évidences. En effet ,croire en Dieu,avoir la foi,construire avec ces valeurs et baser nos comportements sociaux et personnels, est une sécurité sur le sens et orientations prises dans le temps.Nous connaissons les abus dus  aux constructions empiriques.Finalement, en regardant notre société présente,nous voyons que l’humain,dans ses pensées fines et élevées,se retrouve aux antipodes du but recherché.Devant ce constat,nous voyons un homme empli d’indécision envers les forces morales et spirituelles.S’il est possible de construire un cadre,le reste est plus difficile.

La science a introduit une nouvelle forme appréhendée très partiellement et l’enseignement dispensé nous éloigne de nos idées premières,parfois avec grandes raisons et vérités superficielles En exemple, les valeurs en Occident définissent nos visions par un esprit Judéo-chrétien, ayant imposer en certaines périodes une forme de dominance.Nous avons créé le laïque,état pensé s’affranchissant des autres valeurs que celles définies plus haut.Tout cela a eu certaines conséquences que nous ne soupçonnons pas.Notre assemblage actuel booste la science et ses recherches.Au bout de cette société réside une forme uniquement très pragmatique obtenue.en résumé , et pour être plus identifiable,nous nous sommes orientés vers un monde prenant en compte nos recherches et visions matérielles dans la dominance.

Ce ne sont plus les mêmes valeurs introduites qui avancent et construisent.D’un côté,nous avons un monde appuyé sur les valeurs fines des esprits et des âmes.De l’autre,dans les possibilités de société,nous avons là encore un autre choix d’orientation.Il semble que nous ayons choisi une société faîtes des résultats de nos sciences plus que celles apparaissant sous les forces de l’esprit et d’élévation spirituelles.Dans des textes de mes lectures,j’y ai retrouvé ces possibilités décrites et notre avenir ne comprendrait plus qu’un volet fait et appuyé sur un esprit très cartésien.

Les mondes purement technologiques seraient également respectés dans leur avancement.Sur cette voie,la science doit être forte et sage car elle triomphe de notre hésitation d’aller vers elle et uniquement vers elle et sa propre philosophie.A partir de cette orientation,nous allons vers l’obligation de donner valeurs et forces à nos technologies en place et abouties.C’est dorénavant une des voies principales ouvertes,si ce n’est la dominante.

Notre Maître à tous accepterait nos orientations affichant nos valeurs dans l’unicité et étroitesse du chemin ouvert.Tout ce qui se recentre sur l’humain et en fait considération dans le constructif est mis à mal par une obligation de résultats technologiques.Nous ne sommes pas sur une voie cohérente dans l’évolutif et nous avons bifurqué depuis deux siècles maximun vers cette voie étroite que nous croyons unique.Le respect entre les différentes visions construites des mondes existe et les société faites  avec ces philosophies sont aussi un aboutissement dans les évolutions.

Ni Dieu, ni Maître,voila le credo enclanché et s’affirmant et nous rejoindrons les autres civilisations ayant pris une distance avec les religions et surtout les forces internes des âmes.Progressivement,nous ne prendrons en compte que les résultats de notre cause à effet et produits de nos sciences appliquées.Ce sont des mondes encore plus difficiles dans la construction,réalisation et uniquement basés sur nos défrichements scientifiques.Ils comportent des très grands dangers et pas forcément un respect incontournable.Le jouissance du libre arbitre,c’est cela et nous avons pris nos responsabilités en la matière.A partir de cet embranchement ou ce carrefour;il faut y aller ou faire demi-tour.Difficile manœuvre que le temps raye de notre potentiel .

Merci de votre aimable visite.A bientôt!

Bonjour à tous ! Notre construction d’un gratte-ciel !

Posté : 18 janvier, 2012 @ 7:56 dans actualité générale, argent et considération, emploi, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, travail | Pas de commentaires »

Par ces quelques mots,je vais vous emmener faire un tour parmi les charpentes sociologiques,sous les toits d’un gratte-ciel qui n’en finit pas de se construire.Je veux parler de l’état ambiant du monde du travail et de l’emploi.*Nous avons également le choix de voir cette matière comme une condamnation humano-sociétale,afin de sélectionner les éxistences et leurs accès aux richesses.

Nous pouvons l’envisager comme un service rendu au collectif qui nous donne en échange de notre participation,notre part du gâteau.

Un autre angle peut s’ouvrir avec l’envie sans cesse en chantier toutes choses existentes et ainsi permettre de nous donner l’activité,qui en contre,nous donne possibilité d’obtenir un accessit au bien être maté riel.

Un peu plus prononcé la construction dans l’union et l’adhérence totales des hommes au grand ordonnancement de nos sociétés et ceci dans le souci d’un partage des richesses produites.

Nous pourrions tourner autour du pot pendant des jours et des jours sans dégager une vision positive durable à ce sujet qu’est celui de l’emploi et du travail pour tout le monde.Les temps qui arrivent vont être situés dans une période butoir où tout échapattoire à nos grands principes ne pourra se réaliser.Le Monde et les échanges concus entre les hommes ,dans le grand partage fraternel,solidaire des richesses va échouer et trouver son aboutissement très bientôt.J’en vois ,ici, plusieurs raisons,qu’il faut regarder bien en face et sans s’entourer de faux fuyants.

La première question qui fuse est : »-L’homme, en naissant sur la planète Terre,est-il par obligations viscérales,morales,obligé de travailler et d’entrer,sans un choix donné, dans une forme de dynamique le rendant otage et ressemblant à l’œil pour œil ou dent pour dent?Si dans les premiers temps humains ,nous pouvions le regarder ainsi,nous devrions évoluer philosophiquement sur un tel sujet.Nous en sommes à l’époque Pharaonique,où la libération des hommes esclaves était devenue nécessité.Nos sentiments, à l’intérieur de nos communautés sont fixés très rigidement et seule la contrainte de l’autre semble acceptable. »-Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front! »

L’homme contemplateur,au regard doux,émerveillé bienfaisant, trouve en toutes choses suffisamment de richesses uniquement par le regard posé,peut s’éloigner des théories d’un chantier à ciel ouvert géant remettant à chaque instant tout en déséquilibre.Ces hommes là, observateurs délicats,respectueux,ne sont jamais chez eux et leur Monde est sans cesse dans un ailleurs.Ils nous disent,vous n’avez de considération que dans les bourses remplies.

Ces valeurs que je viens de vous décrire sont celles qui pour nos ancêtres font le fénéant et le doux rêveur,très peu sérieux. Ces mêmes valeurs versent le poète,en tant que chantre du monde et ses beautés dans l’inutilité. Nous n’avons vraiment pas de chance,car notre technologie aurait dû nous soulager des grandes peines en la matière et nous unir sur des bases philanthropiques développées. Ce fut tout le contraire qui s’est passé et des groupes sociaux manient celle-ci à son grand avantage.

Alors, ces conditions qui font que nous devons toutes générations confondues accéder à un travail pour être crédible dans la vie, ne sont plus satisfaisantes et le créneau se referme très vite.Qu’allons-nous faire ?Certains avancent l’idée de casser des pierres et des cailloux sur les chemins ,d’autres d’entretenir et curer les fossés avec une pelle et une pioche  ,d’autres plus aventureux d’utiliser l’homme en groupes pour des travaux insolites,dangereux et hors des raisonnements logiques.

Le plus grave lui est placé dans : «  sans emploi-pas d’argent,pas de revenu-pas de logement,pas de pain quotidien,pas d’accès  aux vies correctes et dignes,donc pas d’évolutions possibles sur les plans familiaux ou de sociétés. »

La route suivie est fausse car tout sur Terre réside dans une attribution gracieuse,bonne de celui qui a créé par Amour de la vie.Le mot Bonté et son développement raisonnant en totalité,nous avons du mal à l’admettre dans notre construction de sociétés.Pourtant, aucun de nous,face au Sacré,ne peut se dresser et dire : »C’est ma possession et pour y accéder vous devrez montrer bourses pleines! »Ainsi, la fraternité,la solidarité, sont pris en défaut et ne peuvent régner.Le partage dans la philantropie est repoussé et nous nous gossons ouvertement de bafouer honnêteté la bonté,l’Amour entre les êtres.

Plus, ce qui est beau et gracieux n’a plus de mise dans cette affreuse version,sans retenue ,ni contenu.Nous souffrons d’un manque patent d’amour dans nos sociétés bâties et souvent la haine et les sentiments superficiels dominent .

A suivre.

Merci pour votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (15 suite)

Posté : 20 décembre, 2011 @ 12:36 dans Philosophie générale, science-fiction, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Dans nos cités nous trouvons la résidence/habitation, les commerces de diverses matières, les bureaux, etc… et tout se côtoie de différentes manières. Peu de voies, de rues, sont interdites aux véhicules polluants. Au regard de notre époque, sur les nécessités de se rapprocher de l’ambiance naturelle équilibrante, nous devons et nous devrons intervenir afin de remettre un peu d’ordre dans ce regroupement.

Comme je l’ai déjà expliqué dans de précédents articles sur l’architecture citadine  qui doit désormais faire une place à la Nature vive en son intérieur .Celle-ci a horreur du vide où que l’on soit. L’arbre et son écosystème doivent figurer en bonne place dans la nouvelle conception architecturale. Notre pensée devra plus se tourner vers les équilibres des hommes. C’est le chantier le plus urgent à ouvrir pour que notre société citadine ait accès à une forme de bien-être ambiant. La préservation des équilibres de vie est primordiale en se tournant vers un avenir  encore  dans le vécu quotidien et de chaque instant .

En adhérent à une anarchie complète et avec les implantations HLM. Sur les périphéries, nous amplifions les difficultés de l’existence. La venue sur les territoires urbains de représentant d’autres civilisations en la présence de diverses ethnies, définit une variante des visions constructives .

Je pense  sincèrement que  nos cités ont besoin d’être revues dans un autre esprit qu’elles ne l’avaient été auparavant,car basées sur les données exploitées, si l’on peut dire, dans leurs activités. Nous devrons passer à ce changement pour y introduire  une relation du bonheur de vivre.Courir dans les rues pour confirmer nos activités du matin au soir. Sur de telles bases ,ne plus pouvoir  aller et venir représente un handicap majeur dans les échanges sociaux. Se parler, communiquer est le rôle le plus important dans nos constructions des milieux de vie principaux.

(A suivre ce dossier qui mérite un regard avant de faire un pas vers un chemin plus généreux.)

Merci de votre aimable accueil !

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (15)

Posté : 20 décembre, 2011 @ 8:36 dans Philosophie générale, science-fiction, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Mon grand avis atteignant le futur place mon regard sur la cité elle-même et son architecture toute particulière. Pour certains humains tout est convenable et rien ne doit être amélioré. Nous évoluons avec l’avancée de nos progrès et nos technologies.

Je n’oublie pas que les cités portent en elles toutes les possibilités des hommes, qu’elles soient généreuses ou bien rétrécies dans la matérialisation et la fonctionnalité réelle. Pour certains penseurs très interrogateurs, c’est un espace qui doit afficher une générosité ! Il faut éviter de construire dans l’esprit de contrainte qui rend prisonnier de nos espaces rassembleurs. Nous n’en sommes pas sûrs, mais on peut le supprimer. Les premières motivations pour créer  un rassemblement doivent s’identifier clairement.

Il se pourrait que ce soit la peur de certains phénomènes primaires dus à la Nature ou aux animaux sauvages dont la mythologie amplifiait les conséquences.  Ensemble, les hommes étant moins vulnérables  que dans la campagne..Sur le temps, les motifs ont évolués et le second sujet d’une autre vision, celle de l’industrie et ses usines ayant une autre forme d’attirance .

Longtemps, l’homme avait été rural et il ne devint citadin à part entière, que très progressivement et probablement de plus en plus au fil du temps. L’homme des campagnes mutait par nécessité avec les technologies qu’il manipulait. Par ces développements citadins naissaient les habitations à loyers modérés. Les espaces disponibles s’amplifiaient et dans cet univers, une foule grouillante s’active et s’affaire. Je n’oublie pas, non plus, qu’il y a quelques années, c’était un lieu où il était possible de s’exprimer et échanger abondamment. Nous avons créé et fait cet univers urbain pour satisfaire certains de nos besoins et échapper aux obligations très prenantes de la vie campagnarde avec les contraintes de la terre et les soins obligatoires aux animaux domestiqués.

Puis, dans la cité, les relations avec le transport sont réduites au maximum. Nous trouvons les entreprises aux périphéries et les emplois correspondants de techniciens spécialisés y sont développés. Chaque établissement possède son secteur tertiaire où les services étoffés de communication ou de gestion interne ou bien tournés vers l’ externe sont mis en place .Au tout début, les emplois reflétaient la société et son niveau, sa nécessité d’utiliser autant la force physique et humaine que le savoir faire de précision. Maintenant, tout l’ensemble a évolué vers le précis du geste par la fabrication elle-même. Les automatismes entrent chaque jour dans le système et remplacent l’homme avantageusement pour un patronat  pressé de faire de l’argent très rapidement.

Entreprendre, créer, innover, fabriquer, entrer dans les positions de communication, on peut avoir une hésitation pour franchir ce pas aujourd’hui. Créer et constituer une entreprise est délicat et parfois très aventureux car les taxes afférentes à ces démarches sont nombreuses avec un caractère réducteur et parfois elles agissent sous une forme péremptoire. Vivre pleinement la cité dans l’emploi développé  est parfois éloigné et sous entend des transformations sociales.

Les pollutions diverses dues moyens technologiques artificiels existent. A l’éveil de l’ère industrielle ;les grandes cheminées des usines crachaient leurs fumées, sans discernement dans le ciel.  Maintenant, ce sont nos moteurs à explosion qui transforment tous les milieux fragiles. Finalement, ce sont des conceptions anachroniques qui se sont établies.

(article à suivre)

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (9)

Posté : 9 décembre, 2011 @ 8:06 dans Philosophie générale, science-fiction, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Dans mon article d’hier,j’ai mentionné que le fait de posséder changeait l’état   d’esprit de l’évolution et mettait parfois un verrou au partage et à la solidarité contenue. Mais tout le monde ne comprend pas ces formes de désintéressement qui détache l’humain du sens  » Avoir ». Un grand nombre de personnes fixe le but de la vie dans ce créneau atteint par le vénal et quand leur installation est confirmée,elles utilisent inconsciemment le paraître.

Jean-Jacques Rousseau,éminent philosophe français,l’avait déjà souligné et dans son célèbre discours de Genève au Monde,interpelle les peuples sur ces bases.Il définissait l’homme nu comme  étant supérieur ,en beaucoup de points,à celui qui s’entoure de toute la technologie en l’affaiblissant. Bref,il n’est pas nécessaire de posséder ,car le mécanisme de la naissance sur Terre est universel et la porte d’entrée nous rend égaux.Dans les secondes qui suivent,nous ne le sommes plus car nous adhérons aux biens de notre famille.Puis, la vie nous voit y développer  beaucoup de voies et chemins,chacun à sa façon.Enfin, la mort remet tout le monde sur le chemin dit de vérité et le passage d’une autre dimension se fait dans la nudité matérielle et physique.

Entre-temps,nous avons acquis une philosophie qui va ,sur ce sujet dans les grandes largeurs, et qui oublie également une vision essentielle universelle: « développer son Ame et sa conscience en relation avec les valeurs supérieures du monde et non celles bassement matérielles et de la chair.Je sais que nous ne nous relions pas tous à ces formes philosophiques de visions et applications des vies. Certains de nous sont ancrés dans l’unique ralliement avec les jouissances matérielles et les plaisirs amplifiés.

Nous avons deux peuples qui vont s’opposer par les philosophies ambiantes et comportementales : « - Le peuple de jouissance et celui d’espérance ! » Le premier peut clore le monde planétaire à tous moments et leur grande pensée est : »Après nous le déluge », »On ne sera plus là pour le voir! », »Il faut en profiter au maximum », »La vie est tellement courte ».

Le second est plus réfléchi et circonspect et il définit un avenir à sa descendance.Il ne vit pas sous la forme des possessions matérielles à outrances et des plaisirs dévoilés et consommés.Il est le plus fin des peuples par l’esprit et il devra dégager un espace sur celui de jouissance à court terme.Rien ne dit que dans la vie on doit entrer en totale méditation avec les esprits supérieurs,mais ce n’est pas sans bénéfice,ni fertilisation de la conscience et de l’âme que l’on prend une telle direction.

Il faut souhaiter ardemment que sur Terre, le peuple de jouissance ne clôt pas le chapitre de la vie par ses mouvements égoîstes et inadaptés dans la transmission de cet état d’esprit inclus dans son enseignement et éducation.Malheureusement,nous n’y pourrons rien et déjà une déferlante de constats éloigne du partage des éléments communs par l’argent et le système mis en place se joue en développant une sélection et un rejet vers l’état de pauvreté total et la misère et ses affres associées.Toutes sociétés,communautés se doit d’éviter cet aboutissement pour une trop grande quantité d’humains. Ceci représente un outrage ,une insolence à la dignité et ne devrait plus faire constat dans l’avenir.

A suivre et merci de votre aimable visite.A bientôt !

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (8)

Posté : 8 décembre, 2011 @ 7:49 dans Philosophie générale, science-fiction, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Serions-nous maîtres de nos destins particuliers et collectifs,au point de rendre ce futur plus sûr ? Je ne le crois pas et si nous maitrisions tous les éléments ,le vécu deviendrait fade,monotone et terriblement dangereux car à la merci des despotismes,dictatures et bien d’autres forces de confiscation des libertés.S’il est permis de voir quelques bribes de ces temps très futurs,on ne peut accéder à la majorité des facteurs décisionnels.

Peu de chose bouscule ce que nous croyons acquis.Notre société mondialisée peut, en son sein,connaître un important conflit,ce qui va mettre tout l’ensemble en fragilité évolutive.C’est pour cette raison que je m’élève contre ceux qui nous parlent de crise globale au sein des peuples rendant des sacrifices obligatoires et importants.Nous constatons que désormais nous faisons entrer le monde gestionnaire convenu de l’argent dans ce panel. Cet univers de valeurs inventées par notre propre intellectualisme,si l’on peut s’exprimer ainsi,connaît une crise,mais personne nous avait dit qu’il était fiable à 100%.

Le malaise du monde de ces valeurs appliquées provient de plusieurs facteurs.L’un est la mise en commun des inter-réactions avec toutes les monnaies mondialisées.Le second réside dans le manque d’émulation des théories évolutives en sociétés et civilisations avec la présence unique,comme but décrit des richesses.En laissant tomber la Sociologie-Marxisme dans le monde,comme étant une variante pensée favorisant la bipolarité unificatrice des sociétés,nous rendions un mauvais service général et définissions un monde uniquement appuyé sur l’argent. Si cela minimise certains dangers d’affrontements,cela définit comme unique la valeur adoptée. La troisième raison est dans la fiabilité des monnaies assemblées et les modes approchés de sa gestion.Il n’est pas sûr que chaque groupe d’affinités pensantes n’ait pas ses coutumes et arrangements internes avec les valeurs appliquées. Enfin, et la plus importante est représentée par la philosophie unique définissant seule la richesse comme critère de bon sens relatif aux vies structurées et dynamiques.Ceci est faux car les autres espèces ne développent pas cette vision.Non seulement d’autres espèces, mais la philosophie pensée et saine ne peut voir en ces valeurs l’aboutissement final pour les communautés assemblées.Personnellement je pense que ce système découle  de l’invention de la possession et il est une passerelle afin d’organiser et solidifier celle-ci. Cette valeur n’est qu’une dérive suivant le but mondialisé et comportemental: Posséder!

Nous le voyons , nous ne sommes pas mûrs pour nous passer de cet état et construire autrement par une générosité solidaire amplifiée.Notre évolution par l’esprit reste à faire.Nous n’en sommes qu’à la protection dite de nos territoires,ce que connaissent faire beaucoup d’espèces sédentaires dans la nature.Nous avons copié ces bases et nous en avons fait une application. Voir s’effondrer de telles bases ou socles de civilisation et communautés structurées avec ses affinités est impensable.

A titre d’exemple,vous me comprendrez,même si je suis dans mon « mon monde ». Le fait d’être un voleur est relatif ici-bas car c’est également posséder qui l’institue.Certains vols ne sont pas préjudices s’il s’agit du fruit légitime d’un élément indispensable à la vie même profonde. Je n’irai pas plus loin sur ce sujet,mais ma réflexion entraine certes une grande variante de nos pensées traditionnelles ,mais nous les avons éradiquées avec notre hégémonie propre à nos valeurs. A suivre.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (7)

Posté : 7 décembre, 2011 @ 8:27 dans Philosophie générale, science-fiction, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Regarder en face les possibilités de construire notre demain et que sera-t-il exactement est une gymnastique pensée assez difficile et inexacte.Toutefois et nous l’avons vu,un certain nombre d’écueils vont se révéler incontournables.La question qui se pose aujourd’hui est : »-La science en ces découvertes fiables et assurées,permettra-t-elle de s’appuyer sur son potentiel et uniquement sur lui ? Je ne le crois pas car il y aura toujours au delà ,un raisonnement définissant plus exactement une matière donnée.Surtout si celle-ci est dynamique!Il est certain et nous l’avons vu que notre futur communautaire ,quelle que soit la civilisation,définira son demain à partir de ces découvertes.Quand celles-ci sont fiables et justes pour les équilibres,tout va bien,mais quand ce savoir devient orienté,il se pose beaucoup  trop de problèmes.Il y aura toujours la part de l’inconnu et du hasard,puis celle du libre arbitre d’une partie des populations et ne pas oublier les forces spirituelles et de l’esprit avec lesquelles notre Père Créateur entretien ses relations avec les hommes.Cette part que le Maître se réserve est retirée,discrète et effacée.Elle nous laisse avec la Divine Providence,qui pour ceux qui ressentent et comprennent cette communication,répond également et pour une grande partie ,à définir ce demain.Ce créneau est le plus puissant de tous et se définit comme le doigt de Dieu.

Cette existence communicative ne peut-être quantifiée ,ni analysée.Nous la recevons telle qu’elle est car elle imprègne toutes les décisions des communautés,sociétés et civilisations.Il n’est pas utile d’être physique par la matérialisation pour assurer sans cesse sa présence de commandement pour définir un meilleur demain. Souvent,celui qui aime sait se retirer et ne point imposer une présence pesante.Au contraire,il se fait léger et transparent et il a plaisir à ce que nous les créatures s’expriment,communiquent pleinement dans la totale dimension.Alors ces demains où chaque partie y met quelques petits éléments décisifs,se fait jour et bienvenu,car c’est un autre jour qui nous reçoit dans sa complexité même.Mais aussi  avec une part active d’Amour.

Les obstacles qui vont se dresser devant l’humanité seront costauds et une grande partie ne pourra être positive sans notre volonté généreuse,aimante et de bon sens.Je pense que l’Espace se manifestera à nous et fera connaître comment nous pourrons  communiquer avec les civilisations en pleine dynamique et leurs constructions de vie, philosophies croyances différentes. D’après les constats de présence d’engins volants non identifiés se déplaçant et vus la nuit,cela nous persuade des mondes habités au sein du cosmos. Chaque communauté de l’espèce a évolue isolée sur sa planète pendant des temps immémoriaux.Ce que configurent un comportement spirituel.

Je pense qu’un jour très prochain, nous aurons suffisamment de contacts et communications avec eux,pour le bien de tous !Certains de nous considèrent ce dossier extra-terrestre comme peu sérieux et portant atteinte à l’intégrité pensée,donc peu fiable.D’autres se révèlent avoir une grande frayeur face à ce phénomène.Puis, nous en avons qui pensent que les humanoïdes ne sont pas nos Amis !

Ayant eu accès à des éléments techniques sur le sujet,j’ai trouvé que ce dossier consistant ne présentait aucune déviance pour l’esprit et il redonnait une place ,sa place, à l’Humanité au sein de l’univers.les spécialistes Ufologues déclarent que l’espace et l’univers sont bien habités,mais que les  distances qui séparent deux civilisations sont éloignées de milliers d’années lumières et ceci on peut le comprendre pour une forme de sécurité avant les échanges et rencontres/contacts possibles.Ils disent de nous que nous sommes des enfants-adolescents,à l’image comparée de ces mondes aux évolutions hors de nos possibilités actuelles.demain , peut-être,si Dieu le veut ! ( à suivre)

Merci de votre aimable visite et à bientôt.

 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...