Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! L’expression humaine…

Posté : 6 juillet, 2013 @ 7:07 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Tous les humains ont droit à l’expression parlée et écrite. C’est le béa-ba de toutes les sociétés libres. La dessus,il faut être en totale cohérence car ce sont les bases de nos libertés courantes.Entendons-nous,une expression dans la bienséance,le respect dû à chacun ,de la réalité ambiante et existentielle , de la valeur des mots employés. Nous venons de le voir,un Ministre en activité du gouvernent actuel,vient de se faire limoger car il ou elle avait trop parlé et rendu publique sa pensée.

Je trouve cela très curieux qu’un Chef de Gouvernement  ou bien  d’Etat prenne de telles sanctions envers les personnalités qui sont investies d’un ministère. Le sens de la démocratie, chère à la République que nous avons souhaitée et formée est remis en cause par ce fonctionnement. Seuls les régimes totalitaires ont des actions extrêmes.Je suis attristé que nous n’ayons pas plus de considération sur le sens  de nos libertés expressives , ainsi que de l’existence ensemble tout court.L’expression véhicule la critique et il faut l’admettre, c’est par ce biais qu’il nous est offert d’échanger les idées salvatrices ou fertilisantes pour notre société.

C’est un incident qui touche un gouvernement d’obédience  socialisante,ce qui parait difficile à accepter. Le vrai socialisme est pourtant classé parmi les régimes les plus favorables à l’expression humaine assemblée.La France globalement ne va pas très bien et pense qu’en allant dans les extrêmes cela ira mieux .Erreur,car car nous enfermer dans les régimes totalitaire à notre porte ou en attente de leur heure,ne fera qu’accentuer notre misère pensée et matérielle,ainsi  que régresser nos niveaux sociaux,culturels et généraux.Nous le voyons, une rigidité sanctionner se met  en place,sans abords diplomatiques,compréhensifs à sa dimension de nos pensées majoritaires et courantes.

Peu de personnes veulent un aboutissement dans cette évolution,mais malheureusement les états d’esprits ne demanderont pas leur chemin. Il nous faut goûter des aliments amères. Les hommes ont plus besoin de bonne communication,d’une reconnaissance fraternelle de leur existence que de bâtons pour les contenir et les battre. Cela commence toujours par l’interdiction de s’exprimer    par la parole et les écrits,puis les autres phases sont dans l’apologie des pensées sectaires et extrêmes ce qui met en danger les équilibres de sociétés. Devant tous ces faits d’actualité,certes pouvant apparaître anodins,se définit un lendemain moins plaisant. A nous tous de regarder la construction commune,si elle est équilibrée.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Ce que j’en dis !

Posté : 1 juin, 2013 @ 7:02 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Il est plus agréable de vivre libre,raisonnablement,sagement,respectueusement afin de pouvoir donner au plus profond de notre potentiel un sens expressif. Nous ne pouvons plus revenir sur un vécu très limitatif de nos libertés. Si cela arrivait,nous serions certainement des âmes en prisons et nous briserions en de nombreux cas tous les espoirs du développement social existant.

Pour certains cela ne soulèverait pas de gros problèmes et remettrait en place des formes de libertinage des sociétés.Il est sûr que vu sous cet angle,nous n’aurions plus beaucoup d’initiative,de libre arbitre et j’en passe.Il est vrai que parfois nous n’allons pas très bien et nos actions s’en trouvent affectées et altérées.

La Démocratie tremble et tremblera encore car nous n’attachons pas à ses valeurs assez de prix. Nous sommes frivoles avec  l’essentiel qui maintient toute notre charpente de société. Nous traitons souvent l’ensemble avec une forme de légèreté. Nous devons penser tous les matins à notre journée,mais cela veut dire également en association de la pensée avec nos semblables. L’harmonie des pensées stables,nobles,respectueuses sont dans l’évolution du temps et dans nos grandes capacités. Il n’y a pas de contradictions à développer des idées pour la société humaine dans un progrès maîtrisé et raisonné et dans un équitable partage.

Tout cela ne doit pas s’écrouler et les décideurs politiques ont mission de ne pas dégrader le milieu de vie ambiant construit en orientant des lois qui dans leurs analyses profondes seraient néfastes à tous les équilibres. Les représentants dits du Peuple deviennent éloignés du citoyen. Bien trop éloignés pour défendre les qualités de nos constructions communes en tous niveaux sociaux. Certains décideurs,en manœuvrant cette représentation ont altéré le fonctionnement et son processus qui perd progressivement de son efficacité.Et puis, ne donnons pas aux raisonnements attachés aux despotismes et aux pouvoirs de certains hommes les capacités de prendre les sociétés en otage et installer leur propre pouvoir sans concertation,ni respect de leurs semblables.

Face à nos problèmes normaux dus à un progrès manquant d’harmonie avec la planète,les décideurs cèdent plus souvent aux facilités de renvoyer le dit problème vers les citoyens en globalité, en leur faisant porter l’effet correctif,plutôt que  manœuvrer et abolir les errements ,causes des dégradations.

L’idée que l’homme de base ne doit pas penser,réfléchir ou raisonner est une idée de despotes et l’Amour envers notre prochain ,dans le respect,doit lui laisser son libre arbitre et son champ d’action de la conscience élargie,positive et constructive. Faisons attention aux leurres du monde artificiel de l’argent et de la possession car ils limitent la progression sociale et pensée des humains et en fait des esclaves permanents. Les temps sont durs dans leur émergence,mais nous devons être capable de réagir et je suis confiant dans l’espoir portés par nos capacités internes  et l’humanité en marche.

Merci de votre aimable visite et très bonne journée .A bientôt !

Bonjour à tous ! Quand la politique achève son règne…

Posté : 23 février, 2013 @ 8:09 dans actualité générale, communications, humanisme, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Toutes les visions de service organisé pour les communautés établies et à leurs bénéfices sont très variables en qualité dans les différents pays du Monde. Certaines nations ont des lacunes avec la démocratie ambiante et le respect des peuples. Pour ma part, on peut le remarquer en notre période, la plupart des hommes politiques ont quitté les sphères réalistes et parfois honnêtes intellectuellement de leur fonction générale. Ils s’affirment fortement dans un état dominant d’un pouvoir non serviteur sur le collectif du pays. Il n’est pas facile de faire de la politique, je le conçois, mais il est important quand on veut servir les autres, de connaître le passé et son histoire, ainsi que s’entourer d’une légère clairvoyance sur le devenir commun. Cela demande un don que l’on ne saurait acquérir dans les plus grandes écoles, mais sur le terrain, aux contacts de la démocratie de base avec le citoyen actif dans la pensée et dynamique avec l’association. En France, nous avons des visions politiques partisanes d’une pomme coupée en morceaux définis par la main droite, la main gauche et le reste satellisé tout autour. Pour parler un langage basique : «  Une vache y perdrait son veau ! »

C’est bien ce qui est gênant, car beaucoup de ces hommes ont perdu le sens serviteur du peuple et ses équilibres par le biais des droites et des gauches. Ils oublient qu’ils font profondément partie de l’ensemble et vibrent avec .Les sociétés par définition ne sont pas statiques dans ce monde que l’on peut considéré comme un embryon en grande gestation.

Nous sommes tous individuellement et collectivement la fragilité même, de par la pensée, la conscience et l’Esprit. Si nous ne le saisissons pas, les dérèglements orchestrés par les mauvaises décisions ,les installations des pouvoirs dominants, mettent à mal les existences. Le néant cherche à reprendre sa place, celle dont la structure dressée s’était emparée dans la cohésion. Au-delà des hommes, en valeurs ajoutée, il y a ce qui est construit pour favoriser la vie commune et individuelle. Où le service rendu aux autres échoue, l’incompréhension s’installe et devient fatale à l’ensemble. Avant les clivages pensés structurés déterminent l’esprit politique, il y a la dynamique qui surgit de notre ensemble pensé ,matériel, technique, technologique et qui fait rapidement qu’hier s’efface rapidement vers demain. Le tout est de saisir avec une grande clairvoyance l’aboutissement et servir dans le temps présent un peuple noble, généreux ,dit bon, dont la considération doit être permanente et respectueuse.

Nous avons décidé de nous unir, depuis 1789,dans un ensemble protégeant les libertés individuelles comprises et les collectives. Plus encore, nous avons décidé d’apporter respect aux « Droits de l’homme » et « Aux droits humains assemblés ». Nous avons pris obligation , en Occident d’en protéger l’esprit même  et les sociétés crées d’aller vers ce respect commun dans les grandes supériorité  et priorité. Globalement, nous avons mis en place un espace de liberté qui construit dans une harmonie possible et des plus efficaces au regard des adeptes d’un totalitarisme et obscurantisme bénéficiant aux dictatures et despotismes sous toutes les formes. Notre philosophie ne doit pas être dans les excès, mais dans l’humilité et servir le plus grand nombre, voire toutes personnes dans sa vie.

Ainsi, quelques soient les partis institués, ce qui compte c’est le service rendu pour que l’ensemble soit cohérent, supportable au plus pauvre et défavorisé d’entre nous. Le reste dans la dominance, le paraître, l’enrichissement individuel, n’ont pas de place aujourd’hui en notre société. La nécessité de défendre l’esprit démocratique avec un homme et des hommes libres est primordial avant tout conditionnement de pouvoir.

Il appartient désormais aux civilisations de montrer leurs évolutions dans le sens de la conscience acquise et établie envers leurs sociétés. Nous perdons pieds dès qu’il s’agit de perler richesses ,enrichissements, dominance car chaque peuple se définit le meilleur et élève sa position pour qu’au sein du monde ,on le regarde et l’admire. Dans nos avancements mentaux, intellectuels ,nous ne sommes jamais sur le même point et dans la même situation. Au fil du temps, et des générations ,l’esprit des hommes a changé, non pas forcément dans la dégradation, mais dans la nécessité d’adhérer à une communauté bonne, sincère, vivante dans le respect profond de la vie mettant sous nos yeux les vertus nécessaires à notre accomplissement. La tentation des mondes dits politiques est de stopper cette marche et d’y installer une dominance à son propre et unique bénéfice. Tout devient complexe et un grain de sable plus gros que les autres peut tout enrayer le processus d’un bien être relatif obtenu.

De nombreux sujets urgents sont hors d’atteintes et même ceux qii dégradent semblent inatteignables avec le temps qui passe. La vision d’un monde basé uniquement sur l’argent a coupé net toute évolution positive. La valeur qui domine dans nos pensées ne  peut être dans cet accaparement. Notre bien être est partiellement et fortement périssable avec le dit progrès. Nous atteignons des zones où enlever un quanta  écroule l’édifice  obtenu.

De nombreux paramètres ne sont pas contrôlés par les pensées et celui d’un homme plus humain se rapprochant de l’autre ,des autres, dans un humanisme acquis ,ne fait pas référence. Les déchirements publics et politiques portent en eux un regard nombrili fiant comme si un grand théâtre se déroulait avec un peuple spectateur et prié d’applaudir .Fausse route car depuis plus d’un siècle le collectif travaille à son éloignement des théories de civilisation ayant comme valeur l’encadrement et la soumission du peule par les moyens dits d’autorité crées  au bénéfice de la nation et de son peuple. Plus, certains ont utilisé la cruauté totale e la perversité pour le faire obéir et le soumettre. Evitons de retourner en ces zones, car la considération de l’homme le plus simple est encore bien supérieure aux déchainements orchestrés par ces violences aggravées faîte à l’esprit des peuples.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! L’argent et la violence …

Posté : 23 novembre, 2012 @ 8:23 dans actualité générale, argent et considération, communications, metaphysique, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Je commencerai mon article en essayant de décrire succinctement les deux éléments. L’argent est du domaine de la matière et il se situe sous plusieurs formes. La première est matérielle et se définit en billets, pièces, lingots etc.… La seconde ,plus effacée se trouve dans les actions en titre, placements, compte rémunérés ou non, et enfin dans un état spéculatif actif par le biais des bourses.La violence, elle, semble naître de la frustration de l’individu sur un sujet donné et l’enrichissement en est un. C’est le sentiment d’inégalité qui devient exacerbé. Il recouvre le paysage de la pensée. Nous devenons violents souvent par l’agressivité développée ou par la réception d’une situation où à l’intérieur , il y a l’injustice .Posséder est un élément clé dans la progression normale de notre monde. La frustration de ne pas pouvoir exercer une possession quelconque rend amère. Le tout agrémenté des forces actives pensées et le reste bascule vers les actions physiques et matérielles.la spirale est lancée et celui qui ne sait pas comment il est descendu dans cet enfer aura du mal à s’en extirper.

L’argent à son tout début était un instrument d’appoint lors des échanges des marchandises. Puis, de complément, il passa dans les valeurs des objets. Avec le temps, nous en avons façonné les utilités, les formes et lui avons donné force et respectabilité. Notre siècle nous voit en faire une valeur unique placée au dessus de l’homme lui-même et surtout au dessus de la vie dans sa quintessence. Ceci représente une grave insulte à ce que nous sommes dans les profondeurs.

Ne pas pouvoir posséder , alors que tous les objets de convoitise nous passe sous le nez ,devient réellement frustrant. C’est un forme de tentation à laquelle l’homme a des difficultés à se soustraire. Il y a donc ceux qui ont et ceux qui ne peuvent acquérir et puis ceux pour qui les règlent changent et perdent tout. Tous ces cas, sont similaires et révèlent à l’homme son imperfection, ce qui est injuste, intolérable, insoutenable. Dans une société sur une voie unique, c’est un réel danger d’autodestruction. La violence extrême est la guerre sous toutes les formes , à laquelle le monde et ses pays se livrent avec bonne conscience car elle a nécessité de voir l’autre comme un ennemi.

La spirale est lancée et nos sociétés en rajoutent une couche en définissant un rôle utile à l’agressivité pour que l’homme par cette émulation  se dépasse dans ses actions.  Nous engendrons sur plusieurs points la violence qui à la longue ne peut plus être contenue.Les démocraties essaient de varier des dictatures, mais peine perdue ,la violence est toujours là car les ferments y sont présents. Le dicteur dresse un mur avec ses armées. La démocratie fait de même avec ses forces dites de police. Cette même démocratie établit un droit, son droit et pense avoir  trouvé le juste milieu et ce qui de fait serait juste.

L’argent, nous l’avons oublié et il pénètre sournoisement les rouages et tout recommence  inlassablement avec le néfaste de la violence, mais rien à faire, nous sommes faits d’elle et elle nous habite.
Le combat est plus profond et complexe. L’univers et la matière s’affronte sous les forces de l’esprit. La matière rencontre l’antimatière .L’une essaie de dominer l’autre  la détruit. C’est-ce que nous appelons un néant, un chaos,. L’affrontement de ces bases  physiques créatrices d’Univers et de mondes résonnent dans notre propre matière. Quand des jeunes enfants jouent sur la plage à construire un château de sable, nous remarquerons qu’un groupe construit, ordonne, donne corps et l’autre attend l’inattention pour  se jeter sur la réalisation et la détruire à coup de pieds. Ce sont des sentiments attachés à la violence  innée et portée par l’ innocence même. Détruire dans le chaos. Le Rien du tout du tout début et même avant, avec sa force inconnue toujours dans le combat pour ne pas laisser une trace d’assemblage quelconque afin de réduire l’ image ordonnée, instructive .

Rien de Rien ,le néant plus que le néant! Un étrange silence tombe suite à un bruit effrayant qui venait des planètes et galaxies, constellations stellaires qui enroulaient sphériquement leur matière. L’anti matière veut triompher de cette dynamique créatrice et il s’acharne en un titanesque combat. La violence l’habite et remonte à sa source et sans une culture forte et pugnace de nos esprits, les âmes ne pourront conquérir la paix et son bonheur. Nous allons sombrer par le plus profond ,la violence contenue dans la matière et l’anti matière. Alors, l’argent que devient-il ? Il est un agent servant à fortifier et donner cours à la présence en nous du sens de posséder afin d’exacerber la violence et la déchainer. Les nobles valeurs sont au-delà de ce combat de  titans .L’émergence évolutive des vies est une non violence en équilibre qu’il faut protéger et vénérer.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Le Socialisme français …

Posté : 28 août, 2012 @ 4:55 dans actualité générale, argent et considération, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Le weekend end dernier se déroulait à la Rochelle, le rassemblement des membres ou adhérents du parti. Cette assemblée socialisante était renforcée par de nombreux ministre en exercice depuis les dernières élections.Selon un article de presse, la clôture de cette assemblée eu lieu et les grands sujets sur le fonctionnel du parti suite à l’affaire Rochelaise de la députation, non débattu. Cette seule  affaire aurait mérité des éclaircissements et une mise au point sur les procédures des candidatures de tous niveaux. Il semble que cela n’ait pas eu lieu, ni sur celui se rapprochant Président afin de donner poids aux réformes qui seront progressivement mise en œuvre, mais dont la teneur reste secrète.

Puis, pour ma part un autre débat devrait avoir lieu et il porterait sur la déontologie du parti et ce que représente le fait de porter l’espoir socialisant du peuple.Si l’on veut réformer une société et l’améliorer dans sa justesse, équité, fraternité, on doit connaître à quel niveau on se situe en son sein. On doit également regarder ce que vaut le parti au niveau de toutes les idéologies présentes. Je crois également que les forces de l’argent ont également tué les partis. Mais le manque de conviction des responsables fait chuter drastiquement les valeurs. Quand on entend dire que ce sont les élites qui ont les idées et que le peuple est un danger s’il sollicite plus de droit ,je regarde les lumières veillant la démocratie qui s’affaiblissent dans leurs forces inexorablement.Si le socialisme laisse s’installer cet esprit de routine et dominance des élites pensantes, il disparaitra car il ne représentera plus que l’ombre  de lui-même, loin des combats acharnés des ancêtres pour le bien des hommes et de leur plus grande reconnaissance dans un respect continu.

Tout s’affadit aussi dans les forces syndicales et les autres partis de tous bords. Ne nous étonnons pas si le seul souci devient l’argent, le seul argent, et non l’humain d’abord. Oui, mais l’humain debout, dans sa dignité complète et recevant respect pour ses engagements sur le sérieux des taches qu’il effectue. Syndicats et partis sont des vigies au service du plus grand nombre et ceci doit permettre aux sans voix de s’exprimer et non d’être étouffer par des élites bien pensantes .Serions-nous dans les dénis de démocratie ?Il faut y faire très attention car les libertés sont également reliées. Les pensées socialisantes sont désormais incontournable, car selon les études de sociétés et civilisations, cet aboutissement est des plus logiques et naturel dans l’évolutif. Nous serions arrivés à cette période où les engagements humains doivent être fertilisés, les haines apaisées et la société plus juste dans son raisonnement et ses décisions.

Etre au pouvoir pour une formation politique est une très grande responsabilité et notamment celle de ne pas décevoir ses propres membres, ses supporters intellectuels, et la société en général. Pour entreprendre de grandes réformes, il faut se donner le temps de la réflexion, de la concertation et de l’approche en considération du peuple en l’associant le plus souvent possible au débat sur son avenir et son  devenir. Le tout, avant le décisionnel légiféré qui sera appliqué.

Il serait dommage que le mouvement positif envers les citoyens aboutisse à l’échec, condamné par des intérêts particuliers du profit et aux détriments du grand nombre.Je crois que certains confondent Socialisme et Communisme qui sont les idéologies différentes. A  en entendre dire d’autres ,notre société serait en danger par la seule présence de ces idées assemblées pour un monde meilleur. Que chacune des idéologies politiques se concentre et fasse connaître ses propositions pour la société qui est lancée à toute allure, sans pouvoir freiner le train en grande majorité.

Alors, courage et fertilité des idées vers une cohésion de nos communautés de toutes tendances réunies. (A suivre)

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! L’âge de raison…

Posté : 4 août, 2012 @ 6:15 dans actualité générale, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Nous les humains allons atteindre ,dans notre évolution, l’âge de raison.les différents peuples composant l’humanité font des efforts méritoires pour arriver à juguler toutes les déviances qui dégradent ou enlèvent la vie. Après le dernier grand conflit mondial (1939-1945),qui a mis le monde à feu et à sang, l’esprit de paix relatif a réussi à imposer son règne. Cela n’a pas empêché les humains sans conscience de développer des armes très sophistiquées et redoutables pour compléter leur panoplie. De nombreux marchés existent et ils en enrichissent les vendeurs qui se transforment en  lâches et personnes placées dans le renégat d’une humanité honnête, droite, paisible dans l’aspiration, unie.
Aujourd’hui, malgré cet équilibre de vie et de Paix, des hommes rêvent d’en découdre afin, de satisfaire leurs visions de dominance et développer l’agressivité générale.

Les démonstrations de forces du Détroit d’Ormuz et la durée destructrice des vies humaines du conflit Syrien transforment l’analyse de l’union paisible des hommes en cauchemar permanent et sans réponse positive et équilibrée pour l’avenir. Après une succession de millénaires dans l’évolution des sociétés et des civilisations ,le genre humain devrait en être arrivé en des zones plus évoluées dans son parcours. Pour revoir le néant s’organise  autour de nous ,il est nécessaire de regarder comment un tel état d’esprit destructeur perdure.

Tout d’abord, le pouvoir sur l’autre est une de nos « belles inventions »qui marche. Dresser l’homme contre l’homme est une des spécialités de certains êtres. Exploiter tout ce qui peut l’être est une philosophie . Maîtriser la pensées des autres hommes est une chose inavouée mais bien présente. Réduire la vie dans sa largeur ,pour lui laisser le minimum d’équilibre, voilà les fondements du vécu de certains hommes.

Faisons en sorte d’échapper à cet enfermement et ne laissons pas entraver la liberté, la Paix, la démocratie vibrante et appliquée.

En métaphysique, je ne donne pas très cher de ces âmes réduites au rang matériel, sans sentiments et qui ne pourront dignement affronter la grande justice et son chemin de Vérité. Le gouffre qui s’ouvrira devant elles sera immense et il représentera ,en retour, ce qu’elles envisageaient d’infliger à leurs consœurs durant leur vie active. Que les avocats s’avancent et présentent leur défense, s’il y en a une possible. C’est avant qu’il faut réfléchir aux conséquences communautaires et individuelles.

Alors, il est où cet âge de raison tant espéré ?

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! La Paix du Monde (2)

Posté : 7 juillet, 2012 @ 7:42 dans actualité générale, communications, République et démocratie, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

La Paix est un vaste sujet dont les abords et contours philosophiques sont utiles afin de construire nos sociétés sur des bases plus évoluées et saines. Je reviens donc sur mon article d’hier afin de développer le sujet aux regards des différentes parties.

Malgré tous les chaos conflictuels qui se déroulent sur la Terre, l’Organisation des Nations Unies est l’organise qui essaie et réusit souvent avec succès de contenir au maximum les conflit ainsi que construire un état de paix durable sur la planète. Chaque pays  siège à l’ONU., laquelle prend et applique des résolutions avec délibérations et votes. La création de cet organisme mondial philanthropique a eu lieu en 1948, après la guerre destructrice qui venait de se dérouler et dont la poursuite par d’autres belligérants se faisait jour. L’ONU. Et ses Casques bleus représentent ce que l ‘humanité peut construire de sage et efficace pour maintenir la Paix du Monde, sans cesse menacée. Il serait temps de rendre un hommage très appuyé à cette organisation pour la remercier collectivement de son sens généreux certain. Les militaires qui viennent servir en son sein pour la paix sont détachés de leur affectation d’origine et ils sont reconnaissables par les couleurs bleues et blanches.

Un autre point reste à analyser pour éviter les porte à faux, c’est le marchandage très lucratif des armes. Cela va du pistolet de poing aux avions de combat de dernier cri, sans être sûr que seul le matériel fait l’objet de transactions financières. Les pays développés et notamment ceux d’occident concluent des contrats avantageux avec primes inclus pour les négociateurs. Il y a des immoralité qui nous perdent sur les chemins de la paix. A partir d’un certain seuil de développement, toutes les technicités se monnaient et font l’objet d’une divulgation importante, voire monstrueuse. Ici, malgré ses conseils constants aux citoyens sur leur comportements exemplaires, les dirigeants des pays sombrent dans les profondeurs de la corruption et ils détruisent un esprit de paix embryonnaire ,si important.la réponse est dans le business attractif et lucratif avec l’argent au dessus de toutes valeurs et même celles de la morale. Tout cela construit un monde faux qui se place dans une forme d’esprit hypocrite et il y a danger à affronter ces philosophies car la toute puissance et la gloire règnent en la matière.

Un point philosophique très important conduit à l’émergence des conflits armés. Mon article d’hier l’aborde et c’est le rôle dévolu aux structures militaires existantes et leur place au sein de la démocratie républicaine. Depuis la formation d’un état républicain, ce sont des forces qui doivent être analysées et accompagnées en encadrement décisionnel par les postes les plus élevés des serviteurs républicains. En effet, nous   avons tendance à reconnaitre et définir une société où l’organisation militaire serait exemplaire en certaines formes pensées et applicables aux groupe dits civils. Le problème est que quand l’on parle « Civils »,on nomme les citoyens. Le libre citoyen ne marche pas au pas, et il trouve dans son organisation une autre philosophie. Ce n’est plus depuis la révolution : «  Tais-toi et marche ! »ou « Je ne veux pas le savoir » ou «  Tu parleras et t ‘exprimeras quand on te le demandera ! » et j’en passe de ces locutions  toutes faîtes et directes qui conditionnent  en application les sociétés. Il faut se méfier des grands principes d’infantilisation et de déconsidération étriquée de la citoyenneté, car cela peut nous entrainer  très loin vers la fin de nos libertés. Nous devons être très prudents avec les sens philosophiques attribués à la démocratie républicaine et le citoyen souverain.

Tous les organismes étatiques sont crées pour servir ce même citoyen car c’est en son nom que la loi est rédigée et appliquée. En vertu de ce principe bien différent ,il doit y avoir un sens au respect des hommes sages, honnêtes, droits intellectuellement, fraternels et généreux avec leurs semblables. Mais surtout respectueux de ce qui est juste conformément au droit établi. Notre faux pas est situé dans la pensée égarée et néfaste de «tout le monde est pourri ! », »Nous sommes tous des délinquants », » Nous commettons tous des infractions », »Tous responsables et personne en particulier », etc.…. Le regard, ainsi, vers l’autre et la société est tronqué  et nous sommes donc une communauté de voyous dont la loi et ses forces de disciplines, qui font souvent partie des organisations militaires ou para militaires renforcent leurs pouvoirs sur les citoyens qui perdent leur respect attendu.

La législation et ses codes ont un sens et protègent des groupes sociaux ou des biens. Mais l ‘esprit est celui bénéficiant au plus grand nombre en protection. A ce titre l’honnête homme ou citoyen doit recevoir toute la gratitude et la reconnaissance de l’organisation. Les serviteurs de la lois se doivent d’être précautionneux, scrupuleux, méticuleux et délicats dans l’approche et traiter avec déférence le citoyen, car il n’est pas le voyou sans foi, ni loi.

L’odre militaire organisé doit exister, mais au sein de nos sociétés dites civiles, modernes, démocratiques , ,ne point interférer. La raison des consciences supérieures n’étant pas hiérarchisée, ni placée dans des marques de reconnaissances précises, ni dans la présence des armes ,fussent-elles des technicités récentes. Il est bien convenu que les respects sont réciproques et que le citoyen se dégage de son métier, de son uniforme, pour discuter à la table de la Démocratie vibrante et établie. (A suivre)

Merci pour votre aimable visite!

Bonjour à tous ! Europe : réalité positive ou négative ….

Posté : 30 juin, 2012 @ 8:31 dans actualité générale, argent et considération, communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

L’Europe constituée de nombreux pays sous des formes démocratiques différentes ,demeure une grande question d’actualité. La vraie question qui se pose en la matière est de connaître les limites de cet assemblage qui parfois apparaît  dans la totale désunion. Chaque pays est doté d’un parlement originel. Par contre, au niveau central européen, nous avons des députés et une assemblée européenne. Elle me semble parfois  éloignée des préoccupations des peuples. Déjà, avec les analyses bien différentes en philosophie sur l’argent et richesses détenues.

Y aurait-il contradiction importante en cet union ? Certainement que oui car les peuples de l’Est sont bien différents dans l’évolution, comme ceux de la Méditerranée. Nous nous trouvons au milieu du ces échanges ethniques ou de valeurs. Les anciens pays du Communisme ont parfois du mal à accrocher correctement l’économie de marchés et le tout argent régnant. Plus et c’est là le danger. Certains pays plus développés veulent construire leur système où il  y aurait dominance des richesses .

Les pays les plus pauvres vont entrer dans la frustration et pour le moral, le respect des peuples, cela ne doit pas exister. Je suis riche, tu es riche,il,elle, sont riches: voici le crédo de la dominance? Oui, mais cela ne sert qu’à dresser les nations  les unes contre les autres. C’est hyper dangereux, car cette soumission allant dans l’ordre des valeurs argent n’était pas prévue.
Dans quelques temps, nous aurons des résultats et certains pays se retireraient de l’assemblage européen et rejoindraient une nouvelle fois leur indépendance. C’est là le danger de voir éclater la belle Europe en coalitions armées passives et actives.

Les valeurs de maintien attachées à l’Otan doivent être revues et faire l’objet d’une sérieuse étude de maintien et d’utilisation. Cet organisme avait été créé après la grande guerre et a servi logistique ment au Kosovo. Bref, il faut se poser différentes questions? Nous nous dirigeons vers une fédération d’Europe, dont chaque pays membre adhère. Les conditions doivent être revues pour chaque entrant ave son noyau dynamique et dirigeant.

Nous serions représentés par un gouverneur, mais la dominance serait exercée démocratiquement par le parlement central. L’analyse globales qui en ressort, nous voyons que c’est une union fragile car trop construite à la hâte et souvent hors de la volonté des peuples. Les différents votes et les précédents ont bien été réalisés par acquis de conscience. A force de sourdes manœuvres avec les peuples, cela a abouti à une vision démocratique trouble de cet ensemble lourd.

Pour les pays ayant acquis un niveau démocratique et social importants il n’est pas question de retomber en des errements de dominances  sans réflexions. Oui, pour le soutien par aides financières précises et le respect des constitutions.il ne faut pas casser cet assemblage, mais le fortifier par une délivrance des points noirs. ( A suivre)

Merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! La politique passion …

Posté : 18 juin, 2012 @ 7:17 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie | Pas de commentaires »

Hier, la majorité présidentielle a obtenu globalement la présence et la représentativité au sein de notre pays. C’est une très bonne chose qui devrait apaiser l’ambiance de ces derniers temps. Tout ceci est réconfortant pour ce qui touche à notre structuration de société et sa défense contre  des initiatives dégradantes. Ce serait satisfaisant, s’il n’y avait pas eu l’élimination par manœuvres sournoises d‘une ténor du mouvement. Il est triste de constater un pareil comportement qui au lieu de s’élargir dans une forme relationnelle, se referme sur une ambiance spéciale locale. Ce dysfonctionnement doit être réglé correctement et dignement pour la démocratie .Le parti socialiste devra débattre de ces faits et en tirer les enseignements.

Je dirai maintenant que notre ciel peut se dégager et qu’il est temps d’entreprendre des réformes de société afin de rendre plus juste la vie dynamique. Où je suis inquiet, c’est avec le manque d’ouverture delà gauche en ses composants. Maintenant, il s’agit de prendre pleinement compte de la paupérisation, d’éliminer et offrir à ceux qui le veulent bien de s’en sortir et revenir vers l’inclusion sociale. Il s’agit de juguler la la pauvreté ambiante dans la mesure des capacités offertes.

Un autre dossier n’est pas satisfaisant dans ce paysage, c’est celui de l’Ecologie, de l’environnement et des actions plus que nécessaire à une bonne structuration politique officielle dans notre société actuelle. Les énergies nouvelles, les aménagements territoriaux avec  leurs systèmes gestionnaires sont en partie à revoir ou inadaptés. Les relations positives et négatives de nos avancées technologiques doivent s’analyser en toute objectivité. Le poids des sociétés d’hommes se fait à chaque seconde plus important sur notre propre univers planétaire. Il faudra bien , un jour, parler des moteurs à explosions et leurs impacts. Aller et venir deviennent parfois du domaine de l’enfer avec le nombre de véhicules. Les poids lourds doivent s’orienter vers le ferroutage. Le nucléaire et son danger neutralisé et démantelé. Bref, ces dossiers sont là, mais il n a pas été tenu compte réellement des forces vertes assemblées et fédérées en leurs partis pour les associer au gouvernement. Je me répète, mais si le parti socialistes ne fait pas attention à cette présence, il pourrait dans l’importance de son rôle politique devoir dans les temps qui viennent ,s’effacer devant un « tout vert » demandant justice . Les sociétés changent, les ambiances changent, mais les  problèmes restent entiers.

La sagesse et la raison nous disent maintenant qu’il faut faire confiance à ces orientations politiques nouvelles. Les personnes investies des responsabilités gestionnaires de l’Etat doivent se mettre dans un état d’esprit de survie public afin de rendre la République et la démocratie plus identifiables. Nous ne pourrons pas, poursuivre sans fin, au nom de la croissance ,l’exploitation des richesses de la Terre comme une affaire sans fin dans l’excitation, des valeurs dominantes.

Pour ma part, je pense également que les temps sont venus  pour que l’humain fasse un pas vers lui-même et ses semblables. Pour cela, il doit regarder la glace intérieure et intime du fond de lui-même et orienter son état d’esprit vers plus de partage, de solidarité, d’ouverture. Sans cela tout continuera sur la même voie sans signe d’un changement modération de la société Un regard associé sur les mœurs globales devra y être présent pour éviter les dérapages dans une immoralité incontrôlée. La jeunesse y a droit et ce n’est pas péjoratif, ni dévié de parler ainsi. L’entente entre femme et homme sous entend un respect mutuel et non la dominance d’une partie à son avantage par l’état d’esprit.

Forcément, nous en reparlerons. Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! Les élections législatives 2012- Acte I.

Posté : 12 juin, 2012 @ 6:30 dans actualité générale, communications, Sciences politiques et administratives structurelles, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Suite au vote de dimanche concernant les représentants du peuple à l’Assemblée Nationale, nous voyons qu’une majorité franche n’a pu être dégagée.
Il y a des points qu’’il faut analyser sur la valeur des votes et notamment le pourcentage d’abstentions. Quand celui-ci est supérieur à 50% ,il faut déclarer invalide le vote car il ne représente vraiment plus un avis profond au sein des électeurs.

Au vu du résultat si bien partagé sur les deux sphères politiques établies, il sera difficile de définir une Assemblée soutenant ,sans faille, la nouvelle majorité.
Devant cette abstention monstre et le manque d’intérêt citoyen pour ce vote, regardons où cela peut coincer. La semaine dernière, j’ai entendu des paroles sur la République que je ne connaissais pas. Il faut savoir que voter est un droit ,mais surtout un devoir. Pour certains d’entre-nous il s’agit d’une chose futile et sans grand intérêt, ni relief. Quelques pays sanctionnent l’abstention à partir du moment où elle est forte.

Un autre point résulte dans le manque de confiance en la démocratie et certains hommes politiques, en ayant ni foi, ni loi, dans le comportement ont concouru à cette situation déplorable. De nombreux actes sont à verser dans  les attitudes peu développés vers une honnêteté ,loyauté, service engagés envers le citoyen. A partir d’un petit écart que souligne immédiatement la presse, le discrédit s’installe dans un ensemble sur lequel il ne faut pas douter. Mais il est vrai que nous sommes en des temps faciles de corruption et surtout tentation d’être hors des formes d’honnêteté déontologiques.

Le plus inquiétant en matière sociologique ,c’est que ce fonctionnement ,s’il ne change pas, va commencer à faire nombre et mettre la République et sa Démocratie en danger. Tout le système mérite plus qu’une rénovation!

Une autre question apparaît sur le manque de définition , après le vote, d’une majorité et sur ce point ,il faut croire que nos problèmes sont importants. Faudra-t-il innover et redéfinir les bases de ce que nous appelons Démocratie avec en inclusion la liberté, notre liberté chérie !

L’idée d’une gauche ,d’une droite, d’un centre et de satellites nombreux autour de chaque grande formation doit être réformée. Il y a des gens bien partout et des profiteurs également. D’autre part, au regard des candidatures qui se sont affichées, nous voyons bien que le changement ne sera pas là en la matière. On prend les mêmes et  on recommence.

Les conditions mesurées des candidatures doivent être assouplies car de ce moment, à partir de celle de conseiller général, toutes les candidatures sont couteuses pour ceux qui s’y engagent. Les différents classes sociales ne peuvent y être représentées et pour les législatives, il y avait opportunité de changer la donne. Cela n’a pas été fait ,ce qui va nous donner sensiblement les mêmes députés qu’avant les présidentielles.

Alors, au vu d’un tel constat ,la République, la Démocratie les Libertés contenues ,remplissent-elles toujours leur rôle.Je dirai  que tout cet ensemble  commence à s’user et s’émousser et surtout pourrait laisser la liberté vibrante et  associée s’effacer de nos horizons.
Je conclue rai pour aujourd’hui par les paroles d’une personne interviewer télé visuellement et donnant son avis devant caméra : « - Le vote est un acte ringard, archaïque, et tout cela est dépassé. Je n’irai pas voter! »Il aurait fallu connaître les raisons profondes d’un tel regard.
Il y a de quoi être inquiet, car en plus , à chaque consultation les partis extrêmes progressent et les plus grands d’entre-eux se construisent une identité plus forte à chaque fois.Sociologiquement ,il y aura bientôt des conséquences sur le comportement des citoyens et leur vie communautaire. Des régions entières mutent dans la pensée et l’esprit.
Nous poursuivrons cette analyse bientôt car il me semble que tout cela  a un risque, celui d’engendrer en notre pays  un désordre immense et permanent.

Merci de votre aimable visite !

123
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...