Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à tous ! Et la Mer roulait ses galets…

Posté : 28 février, 2013 @ 8:04 dans actualité générale, communications, metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Cette Mer remplie de cette eau essentielle à la vie est sans cesse en mouvement depuis le début des temps. Ce balancement planétaire ,avec ses attirances astrales la voit se rétracter, gonfler et s’étaler. Les profondeurs secrètes du Grand Souffle de la vie l’atteignent toute entière. Ses molécules ,dans leur infiniment petit sont sans cesse dans un grand voyage. Evaporation ,condensation ,brume ,pluie ,grêle, neige, brouillard, givre et puis nuages et retombées sur la terre pour la fertiliser et alimenter les fleuves, les rivières, les affluents, les fossés, les lacs ,les lagunes et les réserves profonde sous terre avec la nappe phréatique .Elle remplit la rigole et toutes les décalvations pouvant la retenir. Elle ruisselle des Monts et des montagnes et elle lessive la roche de toute nature.

Progressivement, sans compter son temps ,elle érode la plus dure, la rend assimilable à la vie. Peu lui importe que ce soit la vie de ses habitants, de l ‘animal, de l’oiseau; du végétal, des insectes ou bien celle des hommes. Elle est dans toute vie. Quand elle revient en sa demeure, elle est devenue libre à la face du Maître qui l’a créée et instruite. Son voyage est épuisant et parfois elle rapporte des bagages. Ceux-ci sont identifiés par le développement de certaines vies comme celle de l’homme qui ne se gêne pas pour faire des assemblages contre Nature. Elle en rectifie inlassablement et généreusement les errements sans se lasser, mais dans un effort constant.

Elle est plus puissante que tout et les fins grains de quartz sur les plages en sont la vitrine, car si petits qu’ils soient, ils sont aussi le Monde. Les Esprits vaillants et éveillés, reconnaissants à la vie, la voient comme une Mère Sacrée et à vénérer. Je le crois profondément car sur son rivages, j’y ai vu et rencontré des sentiments élevés, nobles, que nous portons tous. Le plus grand qui s’est manifesté est l’Amour, celui du tout et de la vie. Il m’a donné preuve de sa présence raffinée en faisant s’enlacer ceux qui s’aiment. Le temps s’est arrêté comme soumis et le bonheur envahissait la scène. Puis, lentement tout à repris le rythme et cette étincelle Sacrée de L’Amour  sortait de la Mer. Cette Mère Sacrée pour nous ses enfants !

Ma position de témoin, de grand témoin de la marche du Monde, en ces lieux si simples, agréables, m’a pénétré de toute sa force. Cette eau des Mers, des Océans, des lacs, des lagunes, des rivières, des torrents nous donnera ,dans son Amour pur, sincère, juste et constructeur ,ses secrets, si nous la respectons humblement et l’aimons. Elle est un Grand Corps uni, celui des vies dans la mémoire planétaire. Ceux qui y sont enfouis, engloutis, un jour reviendront parmi nous si nous le méritons.

Nous pouvons, face à son immensité ,nous incliner et lui dire : je t’Aime. Elle vous recevra dans son esprit et la pensée intime ,car elle  sait qui nous sommes. Elle sait nous laver et nous bercer car aux premières heures de la vie, elle est notre compagne en nous entourant de sa présence en nous baignant dans son Univers même. C’est ainsi que nous découvrons  ses multiples facettes nous accompagnant dans le raffiné du Sacré de son existence. Avec silence, nous la contemplerons nostalgique set émus dans un recueillement intime, bien au-delà de nos querelles intestines. Tous les rêves y sont permis et chacun y apporte sa part car elle se partage dans la vibration intime du Monde.

Merci de votre aimable visite et excellente journée !

Bonjour à tous ! L’aquaculture eaux saumâtres…

Posté : 19 février, 2013 @ 8:17 dans actualité générale, communications, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

L’élevage des espèces poissons naviguant entre l’eau  salée des mers et océans et l’eau douce des rivières est souvent dans la réussite car le milieu dit « eaux saumâtres » ou de mélange des natures est riche en vies sous toutes les formes et nous le voyons avec les mangroves. Ce sont des écosystèmes dits supérieurs. De nombreuses espèces fréquentent ce sas, mais pas toutes et les spécialisées n’arrivent pas à franchir vraiment leurs limites naturelles. Du milieu salé vers celui alcalin ,il y a des limites . L’inverse est encore plus accentué et les poissons d’eau douce ne fréquentent pas le salé ,sauf certaines espèces migratrices. Aussi ,chaque élevage doit tenir compte des spécialités biologique dans sa production. C’est pour cela qu’il est important d’être au plus près fonctionnel des écosystèmes.

L’eau saumâtre contient des quantités immenses de sédiments provenant de l’eau douce et souvent les marées mécaniquement les repoussent. Alors le poisson adapté aux lieux est plus prolifique. Là condition est la non présence de polluants en ces zones  de très grandes importances naturelles. Dans ces eaux , nous trouvons les variétés de poissons dits plats (soles, turbots, limandes, plies, carrelets), mais aussi d’autres espèces telles les mulets, anguilles, etc.… Les bars aventureux et parfois des saumons en voyage avec à certaines périodes des quantités de crevettes.

Nous pouvons donc élever ces espèces dans une eau se rapprochant de ce milieu et les poissons plats ,en général, sont de bonne production. Des quantité importantes de ces poisons plats doivent provenir des élevages car il s’agit d’espèces mangeant une nourriture variée et les protéines animales ne les rebutent pas. Les croissances sont assez rapides et le marché porteur et fluctuant. Beaucoup d’élevages sont basés sur des espèces supportant la captivité et le surnombre densitaire.Il y a les mêmes problèmes que les productions eaux salées. Dans cette histoire, il y a un problème avec la qualité d’une espèce d’élevage dans sa chair. Le résultat obtenu n’est pas semblable à la Nature .On peut logiquement penser que la chair n’est pas si gouteuse car elle possède une rémanence modificative introduite par les aliments artificiels.

Jusqu’à présent, les poissonniers n’indiquent que peu de renseignements sur leurs étales. Quand l’on pose la question ,le poisson provient de la haute mer et le mot élevage n’est pas prononcé et indiqué .Il faut questionner le vendeur compétent, mais souvent ce dernier n’existe pas car il n’a pas eu la formation adéquate. Rarement, l’indication d’élevage et le numéro d’agrément figurent en infos. Pourtant, il est nécessaire et responsable de connaître les tenants et aboutissants.  On peut constater, que le prix de cet excellent poisson chute parfois en provenant des élevages non indiqués où la provenance est volontairement dissimulées pour mettre en confiance l’acheteur .Les vastes étendues de l’Atlantique nord sont mentionnées ,alors que le prix promotionnel attire l’attention ?On peut se réjouir de cette accessibilité pour le porte-monnaie, mais connaissant la valeur gouteuse de cette chair, on peut supposer que la vérité est ailleurs.

Nous devons être informés de la nourriture et ses caractéristiques, mais surtout de l’infos naturel ou d’élevage et ceci sans avoir à entrer dans des discutions sans fins et décourageantes. Je ne m’en prive pas ,non pas pour moi, mais dans le sens commun et parfois on peut être fortement déçu de nos sérieux et capacités en ces matières ,par la réponse apportée. Tout ce qui touche aux relations de la vie avec les milieux aquacoles nous sont chers par l’ouverture sur la connaissance de notre milieu environnemental durable, mais aussi et surtout par la qualité de nos communications internes sincères et imprégnées du respect de l‘autre. Je pense qu’il faut maintenant être clair dans nos infos avec le consommateur. C’est une histoire de législation appliquée et de protection des populations tout en maniant un droit de  celui qui consomme. Ici, Il y a là l’honnêteté intellectuelle.

Avec ces élevages se pose un autre problème, car la raison respectueuse des ressources naturelles ne trouve pas respect ou échos  dans tous les pays et les élevages ne doivent pas faire oublier la nécessité d’un droit international fort et protecteur car les bateaux usines ne renonceront pas pour autant à sillonner les mers et océans pour écumer les ressources présentes. Passées les limites des eaux territoriales, la mer et l’océan sont des lieux communs au Monde sans attribut de possession ,sauf ceux de la conscience des actions. C’est pour cela que le côté protecteur est nécessaire et sera toujours dans le manquement vis-à-vis de la nature considérée comme une providence sans autres réflexions.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Sciences vibratoires et oiseaux…

Posté : 20 octobre, 2012 @ 6:36 dans communications, Monde de l'Amour, sciences vibratoires, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je continue mon expérience avec les oiseaux de nos rivières. L’été s’est passé dans le calme et après une parade nuptiale intense et agitée, les couples formés se sont éloignés pour construire leur nid et une intimité. Sur plusieurs points expérimentaux, il a fallu que je réduise mes sollicitations car seuls quelques couples étaient présents. Les activités touristiques intenses sur l’eau ont également dispersé les oiseaux. Mais, ici, rien de changer par rapport aux autres années.

En moyenne, je revenais sur les lieux tous les huit à dix jours. Puis l’automne revenant à grands pas avec un temps plus dur, les oiseaux revinrent vers les territoires où ils trouvaient une bienfaisance pour la gent ailée. Je suis très satisfait et à la fois surpris  par la mémoire  de mes amis ,qui malgré une séparation sont devenus très actifs dans la reconnaissance des mes vibrations et de mon sifflet. Il m’arrive d’être seul au rendez-vous et après mon sifflotement sur plusieurs puissances ,les petits « mirages » apparaissent dans le ciel et décrivent  de grands cercles ,plusieurs fois pour freiner leur vitesse et se poser à mes pieds,sur l’eau proche. Ces moments sont inoubliables pour moi et remarquables car mon union avec les forces naturelles est dans sa plénitude.

Puis, dans l’expérience, je passe à la confiance et la reconnaissance affirmées de par la nourriture proposée dans ma main. Il y a parfois hésitation des oiseaux, mais dès qu’un des leur a mangé dans ma paume, tout le monde suit avec un cérémonial  désorganisé, mais très expressif. Ce qui est fait rapidement et surtout les petites canes vives et emplies d’une forme d’intelligence reconnaissantes. Les mâles n’en déméritent pas, mais il manque cette finesse comportementale et osée des compagnes. Par contre, ils se dressent vers moi , le corps fusiforme pour quémander la nourriture ou un peu de pitance.

C’est un comportement que j’apprécie et admire car après tout ce que nous leur faisons subir et les difficultés qu’ils ont dans la vie, je trouve cela merveilleux  et plein de promesse pour le rapprochement du monde vivant autour de notre globe .Nous en reparlerons  car mon ouvrage est en bonne voie et prend forme. Je vais m’attacher à y travailler plus intensément pour une parution 2013 , pourquoi pas ?

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! L’astre solaire …

Posté : 19 août, 2012 @ 6:24 dans actualité générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

De ce moment, notre soleil est plutôt du genre généreux et nos journées baignent dans sa grande énergie .C’est la période où la Terre et le Soleil ont de puissant échanges et parfois oublient notre présence si délicate, fragile, tempérée, coutumière et routinière dans son épanouissement.
La canicule se situe dans les extrêmes avec le dépassement des quarante degrés Celsius. Il ne faut pas nous plaindre car nous sommes souvent dans la critique sur les humeurs du temps. Alors le ciel bleu et une chaleur tempérée ne nuisent à personne ,sauf que ….

Il existe une partie de la population qui souffre plus que l’autre. C’est celle composée de nos anciens redevenus fragiles, des enfants, des personnes dans la maladie ou autres souffrances physiques. Certains sont sujets aux insolations, coups de soleil et brûlures diverses, déshydratations. A partir des précautions élémentaires et d’usage sur le fonctionnement de nos corps ,nous résistons parfaitement aux chaleurs dites fortes.

En ces périodes, les corps vieillissants ont tendance à se déshydrater et ne pas solliciter la compensation d’eau organique qui s’est évaporée. Si nous écoutons ce que veut dire notre corps, nous nous apercevons qu’il dialogue pour indiquer ce qui ne va pas. La soif est un signe de cette demande car avec une composition des corps incluant 60 % d’eau, les fortes chaleurs accélèrent et accentuent les pertes. Pour réparer cela, il faut écouter nos ressentis et limiter nos efforts.

Je ne vais pas me transformer en donneur de leçon car chacun ressent les phénomènes généraux à sa façon et reste libre dans son interprétation. Nous pouvons faire beaucoup de choses ,mais les chaleurs caniculaires sont à prendre au sérieux.

L’énergie du soleil est inabordable pour nous telle que nous sommes conçus, avec les largeurs de tolérance vis-à-vis des écarts températures limites .De ce moment ,le créneau couverture de l’énergie soleil est dégagé et le climat tempéré ne prend plus ses responsabilités. Le monde végétal, lui s’adapte en refermant ses entrées et sorties évaporation. C’est pour cela que les feuilles semblent inertes et complètement déshydratés .Lors de ces canicules les relations avec l’eau en général sont encore plus importantes et ne contournent pas avec celle des mers et océans. Là , les évaporations seront dans leur force extrême. Les chocs thermiques sont redoutables et maltraitent tout sur leur passage.

Il faut penser également en faisant un tour d’horizon, au filtre de la stratosphère et ionosphère et dans quel état se situe- ? Notre célèbre couche d’ozone dite protectrice contre les ultra violet n’est-elle pas en train de se dissoudre comme il y a quelques années. C’est-ce filtre qui permet et protège la vie. C’était quelques mots pour en situer l’importance.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! La Nature est-elle constante ? (2)

Posté : 10 août, 2012 @ 5:58 dans actualité générale, metaphysique, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Nous le voyons avec ses sursauts brusques et spontanés, la Nature ne répond pas vraiment à un phénomène docile et continu. Elle a sa propre continuité issue du refroidissement de l’étoile Terre et progressivement, au fil des millénaires, de l’extinction du magma. A partir de la croute terrestre, la profondeur est de deux mille kilomètres environ. Lentement, mais surement, les effets thermiques intérieurs se calment, ce qui devrait nous garantir des effusions volcaniques, et peut-être aussi du dérapage des continents constamment à la dérive entrainant des tremblements de terre par le chevauchement des plaques tectoniques.

Si nous constatons que l‘infiniment petit recèle ses trésors de vie,le grand en a également beaucoup provenant de l’immensité des mers et océans qui tempèrent l’ambiance. Sans cette régularité fonctionnelle définissant notre atmosphère et sa biosphère, nous ne pourrions vivre sur la Terre. Nous devons être conscients que la destruction des couches stratosphériques verrait l’eau s’évaporer et s’en aller vers l’espace cosmique à toute vitesse. La Nature dans sa stabilité relative et ses qualités est dépendante du respect de notre couche protectrice et fertilisante.

La Nature est une dynamique qui produit ingénieusement la vie sous toutes les formes, et en tant que telle, elle doit recevoir tous nos égards. Elle n’est pas accessoire, mais dominante. A ce titre, à partir des années 1940,nous avons assemblé les forces radiantes en augmentant la radioactivité ambiante naturelle. Celle-ci était contenue dans l’espace cosmique et terrestre avec un équilibre très bas. On ne sait comment, en touchant au phénomène, l’atome devint plus actif et puissant dans l’ambiance générale. Ainsi, nous avons touché à un élément clé universel qui en augmentant sa dose permet de modifier la vie dans ses profondeurs et certainement de renforcer le phénomène de non vie avec les conséquences pour nous.

Méfions-nous de ce qui détruit tous les équilibres matériels et raréfie la vie sous toutes les formes. La Nature en subit l’effet de plein fouet.
Le monde végétal semble se modifier sur le temps et évoluer dans une sélection particulière des plantes diverses. Il est le premier règne et a préparé l’équilibre naturel pour que nous puissions éclore. Dans la Nature, plus de radioactivité va favoriser des espèces n’ayant pas vraiment besoin d’oxygène pour exister tels les champignons qui se nourrissent et fixent l’atome. Quand nous mangeons, avec délices certaines variétés, nous sommes aux limites des dangers.

Il se peut très bien que l’augmentation de cette radioactivité soit la source de l’appauvrissement naturel et de renforcement de l’anti-vie. La Nature, dans ces conditions ne peut pas être constante ,car certains paramètres indispensables sont bougés ou détruits par les humains inconscients. Disons-le ainsi ! La Nature profonde et essentielle active est présente  dans la dynamique végétale plus que dans toutes les autres espèces animées qui sont du deuxième règne.de la décomposition progressive de la roche avec les molécules d’eau par lessivage , l’ancien ag refroidi donne des éléments minéraux produisant la plante en premier lieu sous toutes les formes.

Ce n’est qu’après avoir formé cet ossature végétale que la vie se sophistique dans ses variétés et ses formes. D’où la naissance d’une mémoire des formes qui se travaille avec chaque espèces affectant le milieu et en dépendance. Ce qui est notre cas. Au tout départ du vivant,  le schéma n’a pas construit le multicellulaire, mais l’unicellulaire avec l’algue des mers et océans et son évolution. Nous pensons que ce schéma est parti de l’algue marine, mais il pourrait être également issu de celle d’eau douce car il y a des variétés en eau douce.

Tout cela pour vous dire que quand nous maltraitons la vie végétale à coup de chimie sélective, quand nous coupons les grands et majestueux arbres pluri-centenaires, alors adaptés à leur évolution, nous scions les équilibres de la Nature et de la vie, laquelle essaie de cicatriser ses blessures.
Ce ,n’est pas en blessant la vie et ses fondements que nous garantirons notre avenir, celui de toutes les autres vies et de la planète. De surcroît, dans sa merveilleuse et formidable évolution!

Je vous parle dans cet écrit d’éléments vibrants et inconditionnels dans leur respect et existence pour la vie animée. Nous, nous ne sommes pas de ce monde et sommes bien supérieurs à ces fonctionnements. Mais, je dis : «  D’où êtes vous donc ? »

Merci e votre aimable visite et à bientôt.

Bonjour à tous ! Journée un printemps pour la Terre …

Posté : 22 avril, 2012 @ 7:46 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, Vie des arbres | Pas de commentaires »

Nos Amis Canadiens ont lancé ,au Québec, avec la fondation David Suzuky, une journée pour la planète Terre et notamment celle d’un printemps rénovateur et reconnaissant des fonctionnements intimes. C’est avec un grand plaisir que je m’y associe car l’idée émise est formidable. J’aurais aimé être à vos côtés, en votre beau pays à Montréal. Malheureusement, mes moyens financiers ne sont pas à la hauteur de ces enjeux et actions. Je vous souhaite donc ,Chers(es) Amis (es) une très bonne journée de la Terre dans la reconnaissance totale et objective.

Quand nous parlons de journée de la planète ,c’est dans un souci de reconnaître son organisation intime. Les sujets ou les thèmes à développer sont nombreux, mais ce qui revient comme un leitmotiv inlassablement est l’impact de l’homme sur les équilibres de l’écosystème  global terrestre. En effet, toutes les espèces se développent en contradiction avec leurs propres milieux et sont trop souvent prédatrices et destructrices. L’écosystème mondial est fortement perturbé et nous en payons les conséquences avec le dérèglement climatique, entrainant une mortalité par les phénomènes modifiés. Mais ceci n’est pas tout et nous devons nous attaquer à beaucoup trop d’éléments dégradants que nous articulons et fabriquons.

Les activités économiques sans cesse croissantes, ont un impact conséquent pour nous que nous sous estimons dans l’action même. Il existe des matières ou éléments inquiétants comme le maniement de l’atome qui en se  répandant libère l’impact destructeur et modificateur dans l’infiniment petit. La chimie sélective a des mêmes principes et il faut nous apprêter à en subir les conséquences encore mal connues quand à leur  vraie nature en retour.

Toutes les autres affres dégradent la Terre, même l’eau n’y échappe pas, et les rivières, les fleuves, les mers et océans sont sur ce tableau désolant.

Tout cela est affaire de gros sous ou d’argent et les actions entreprises pour monnayer la Nature planétaire même  sont nombreuses.
Les grands pays considèrent qu’en certains lieux, il est permis d’acheter le droit de polluer ou de détruire  ?Je vois se construire en ma pensée active, une énorme bête, sous la forme d’une gigantesque dont l’image est appelée «  le Vau d’or » par les religions dans leurs prédictions.
Si nous changions les relations sur Terre avec cet argent, nous verrions immédiatement une régression du pillage des ressources et des échanges de toutes sortes pour commercer, parfois avec une futilité déconcertante dans le mercantilisme ambiant et agressif.

Tous les écosystèmes terrestres sont touchés et il nous faut faire avec et subir « cette loi » injuste ,ne pouvant échapper à cette agonie de notre Terre-Mère. Peut-être d’autres espèces auraient fait mieux dans cette conservation planétaire. Si nous continuons dans ce sens, nous détruirons la vie entière planétaire en moins de trois siècles.
La conscience humaine nous dit qu’il n’est pas possible de continuer ainsi. Nous devons laisser aux autres vies ,nous accompagnant, leurs créneaux de vie ou habitats et ne pas détruire les biotopes si précieux avec la biodiversité végétale et animale.

Il ne s’agit pas de regresser sur tous les points,mais de nous adapter, par le respect et la compréhension du fonctionnement planétaire intime.
Les progrès à entreprendre en ces matières sont très importants et je souhaite de tout cœur que nous y arrivions pour les prochaines générations qui vont nous atteindre. Aussi, pour tous les gens consciencieux et blessés par cette marche anarchique des sociétés.

Je dirais en conclusion, Chers Amis, que la Terre est un jardin extraordinaire qui doit être soigné et traité en tant que tel, afin depouvoir nous faire bénéficier d’un bonheur et le premier est celui de la vie et de l’existence .Alors, loin des jalousies destructrices, des méchancetés ,des autoritarismes affirmés, du manque de respect appliqué, unissons-nous dans un esprit reconnaissants notre planète Terre comme unique et respectable dans son fonctionnement intime car elle a reçu l’élaboration de ce que nous sommes.

Je vous souhaite la meilleure journée possible dans l’esprit de soins respectueux de notre superbe et exceptionnelle planète.

Bien à vous, Chers Amis, dans la solidarité des esprits de reconnaissance de notre berceau commun.

Bonjour à tous ! Notre Nature globale doit être repensée différemment…

Posté : 28 mars, 2012 @ 7:21 dans actualité générale, Arbres et forets, Philosophie générale, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Vous êtes très nombreux à visiter mon article intitulé : «  Il est temps de penser autrement nos forêts et notre Nature globale ».Aujourd’hui, je vais développer certains points s’y référent. Si je parle ainsi,c’est que nous pensons toujours la Nature comme il y a cinq mille ans,voire même bien plus. C’est une force vive qui nous fait souffrir et qu’il faut soumettre et maîtriser. Sachant que nous faisons intiment partis de ce grand ensemble,nous ne pouvons sans cesse lutter et  détruire notre milieu environnementale et par conséquence celui de notre vie. Là se situe une erreur fondamentale qui a permis à beaucoup de générations passées de n’avoir aucun égard pour ce milieu ambiant.

Un jour, j’ai eu une discussion avec un prêtre et théologien et il m’expliqua sa position sur l’impureté de la Nature et celle du milieu forestier. Il y voyait en ces lieux,tout ce que l’homme ne veut et notamment ses déviances mentales.L’arbre serait une vie pouvant être investie par l’esprit malfaisant et pervers. Alors, le milieu sylvestre a pour les  religieux ue autre signification. Ce que je dirai, c’est qu’il faut intimement la connaitre pour en parler objectivement, comme la majorité des choses. A partir de ces positions ,nous n’avons pas hésité à détruire ou soumettre. Le résultat est là.

Tout cela mérite grande réflexion et pour celui qui s’y interesse,vit avec et a subi pas mal de ses caprices et ne regarde pas de cette manière car il sait qu’elle donne aussi très généreusement quand elle veut. J’ai vu des arbres fruitiers se couvrir de fruits aux limites de s’auto-détruire.Pour la reproduction, elle a un dynamisme  &tonnant en produisant des milliers ,voire millions de graînes pour obtenir quelques sujets. Donc, comme on dit ,elle y met les moyens. L’eau, la terre ,le végétal et sa construction faîte à partir d’une cellule sortie du milieu marin et qui s’est sophistiquée lentement en devenant multicellulaire au sein des grands organismes. Nous n’échappons pas à ces évolutions et dans les profondeurs vibratoires de l’infiniment petit résident les mémoires vivantes des vies. Qui ,sans cesse s’adaptent et assurent leur conservation et survie.

Dans ce monde végétal, tout n’est que  dynamique continue et extérioriser très discrètement. La Nature est force de vie à laquelle nous devons nous-mêmes l’existence par ces conditions créées. Il y a bien deux règnes complémentaires  imbriqués ,celui du monde végétal  avec son aboutissement vers l’arbre et sa majesté régnante apportant conditions d’émergence au règne de l’animé, comme nous le sommes et aux autres espèces. Tout est relié et doit être respecté ,compris. Il faut par exemple redonner dynamique au monde premier en replantant des haies, des végétaux supérieurs en plus grande quantité .afin de la renforcer.

La nature sait également s’organiser, mais si tout devient déserts ,le monde des arbres bienfaisant pour nous disparaitra et la communication intime se modifiera au niveau de la croute terrestre et dans la biosphère. Tout ceci en force dynamique très réduite que nous pouvons appeler de survie. Il nous faut absolument comprendre et aménager notre niveau environnemental en évitant de sectionner les communications végétales  telle la disparition des forêts ,des haies, des parcs ,des petits boisements. La fine biologie doit être continue dans toutes les strates de la biosphère à celles des couches superficielles terrestres fertiles. Nous devons mesurer que nous sommes  conscients superficiellement ,pas plus que notre regard et ses capacités. C’est déjà important comme dimension, mais pas suffisant. Nous ne sommes que des Créatures.

Notre avantage semble résider sur nos capacités d’accueillir l’esprit et favoriser son expression. Je comprends les réserves des religieux ,mais je sais aussi que notre ouverture sur une prise en charge de notre berceau passe par une redynamisation naturelle .Cet  immense chantier qu’il faudra bien entreprendre dans tous les pays de moins de 5O% de leur surface boisée, nous rappellent très vite que les déserts ont une existence. Pour moi, c’est obligatoire ,car l’homme est trop égoïste avec les espèces qui l’accompagnent.

En recréant et redéfinissant la dynamique naturelle ,toutes les espèces en seront bénéficiaires avantageusement et généreusement. Ainsi nous casserons l’action continue entrainant les disparitions définitives des espèces, les unes après les autres et de notre propre faute pour irrespect.

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Economiser l’eau…

Posté : 21 mars, 2012 @ 7:47 dans actualité générale, Philosophie générale, vie naturelle | Pas de commentaires »

L’élément le plus précieux n’est pas l’or ou l’argent,mais l’eau. Les raisons en sont très simples car elles résident dans le nombre d’utilisateurs. Il est rarement en baisse ou stagnation,mais placé sur une courbe exponentielle. Peu à peu,la vie structurée s’épanouit et l’humain fait partie de la plus dynamique. Nous l’avons vu précédemment,les relations des espèces sauvages avec l’eau ne sont identiques à celles de l’homme. Elles existent néanmoins, mais pour des quantités bien inférieures. Toutes les espèces près de la Nature utilisent la rosée du matin quand elle est présente et cela leur suffit en accompagnement d’une nourriture verte.

Avec tous nos aménagements sur les petites rivières, étangs, lagunes, nous mettons parfois en danger l’existence même de cet élément essentiel. Dans nos éducations, nous apprenons l’hygiène  de notre corps et c’est très important d’avoir une rigueur propreté avec soi même. Mais il faut aussi savoir que plus nous nous lavons (bains, douches) et plus il faut répéter l’opération car cela permet aux corps de produire des émanations odorantes.

Ce que nous savons moins, c’est que les corps produisent et pour chacun des bactéries autonettoyantes adaptées à chaque personne. Vous allez me dire que c’est peu imaginable. Et bien ,je vous le confirme car j’ai rencontré de ces personnes et elles n’étaient pas sales et malodorantes pour autant, loin de là. On m’a expliqué qu’en fait avec l’eau bains et douches, nous enlevions et détruisions tout ce petit monde gravitant autour de nous et attaché à nous comme des serviteurs serviles. Les gens qui travaillent physiquement dur  savent qu’ils produisent de la sueur abondante. Certains déclarent qu’ils pourraient se passer de l’eau car sur leur corps il existe une vie intense bactérienne à son service. En fait, c’est une guerre de bactéries et autres petits monstres transparents, aux têtes bizarres et invisibles à l’œil nu , que nous générons.

Ceux qui utilisent également des toilettes dites sèches font de substantielles économie. Vive la cabane au fond du jardin! Plus ceux qui ont résolu les problèmes de vaisselles qui présente aussi une consommation importante et continue.il ne reste plus qu’à remplacer la boisson faîte d’eau par du vin de force moyenne en degrés et le tour est joué.Très longtemps, les hommes ont été dans ce schéma car par obligation se situaient très près de la Nature vive. Tout cela n’est valable que pour certains individus dont le corps s’équilibre et est en harmonie avec son environnement, mais ce n’est pas tout le monde.

Nous sommes également sensibles aux odeurs et nous utilisons les déodorants  et là, accélération des réactions du corps par émanation d’enzymes contraires. Ce que j’ai pu observer, c’est que malgré l’absence de bains, douches quotidiennes, ces personnes ne présentaient pas pour autant un dégagement d’effluves  gênantes et malodorantes. C’est une piste à explorer, mais je crois qu’il est trop tard. Sur ce point, il faut remarquer que les espèces ayant reçu à la naissance leurs habits, qu’ils soient de plumes ou bien de poils, n’ont guère besoin de faire grand lavage. Ils ne prennent que très peu leurs bains. Je dis peu car ils se nettoient parfois en se mouillant légèrement. Au bord de l’océan, ils ne s’en privent pas. Les chats se lèchent après chaque repas.

Dans la grande Nature sauvage, le cerf et la biche se baignent. Ils savent faire des bains de boue argileuse pour guérir leurs blessures ou bien se débarrasser des parasistes. On voit souvent leurs pelages briller ,on peut être certain de leur propreté. Donc, seulement de l’eau pour se désaltérer et au départ des vies, celles nécessaires aux constitutions des corps. L’homme est bien celui qui s’accapare de ce précieux éléments sans ménagement .(à suivre)
Merci de votre aimable visite

Bonjour à tous ! L’attirance de l’eau…(2)

Posté : 19 mars, 2012 @ 8:22 dans Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Comme je vous l’ai indiqué dans mon article d’hier,les comportements de l’eau sont curieux et certainement encore mystérieux ,malgré nos performances technologiques et de recherche.Je crois qu’au sujet de notre usage global de l’eau,nous l’espèce humaine,nous comportons comme si tout sur Terre était consommable sans restriction jusqu’à épuisement. Avec nos technologies qui nous rendent actifs à l’excès,notre usage de l’eau est immodéré.Les cycles n’ont pas le temps de se dérouler correctement .Au point de vue planétaire,l’eau met trop de temps pour s’épurer dans son sein, la Nature même. Comme en beaucoup de matières,nous sommes très pressés aux risques de ne plus comprendre où l’on a mis les pieds.Alors,nous avons créé ,pour suppléer à notre société fébrile,des stations d’épuration copiées du fonctionnement naturel.Mais ce que nous oublions est le pérenne de l’élément lui-même et ses capacités internes de régénération.Il vaudrait mieux s’adapter à une harmonie avec le monde de la Nature que de lutter contre systématiquement.

Nous l’utilisons pour beaucoup de raisons,mais la première est celle pour boire et nous désaltérer.Ensuite,viennent les bains, les douches,la cuisine, etc….Enfin,lors de nombreuses actions nous ne sommes pas dans les économies.La quantité d’eau sur Terre est constante puisqu’elle ne peut s’échapper de la planète. Les différentes couches atmosphériques empêchent toutes fuites vers le Cosmos.Si nous détruisions malencontreusement cette enveloppe,l’eau s’évaporerait dans l’espace et l’univers ,et notre belle planète serait devenue stérile. Donc attention aux dérapages en la matière.Il faut également analyser comment nous avons accès à cette eau. Dans nos sociétés ,ce sont des entreprises spécialisées qui fournissent l’eau via un réseau installation. Pour nous humains,l’eau a un coût,mais en toute logique ce ne devrait pas être car elle entre dan un grand partage universel.Si nous trouvions cette harmonie avec les éléments naturels planétaires,nous ferions de substantielles économies et ménagerions l’élément.Faisons aussi preuve de plus de perspicacité car l’eau en général et notamment celle des rivières et des mers contient l’intelligence de la Nature même et ses grandes lignes d’organisation des vies sur Terre.

Je vous ai mentionné,hier,le comportement du cerf attendant la mort en ces lieux. Il y a une grande raison car les cerfs sont des animaux aussi fin d’intelligence que les oiseaux.Ils savent où se trouvent les vérités sur la vie et ses composantes essentielles. En allant se réfugier dans cette eau,au risque de mourir noyé,notre cervidé sait qu’au moment de sa mort,les molécules de l’eau vont le porter vers une voie de sauvegarde de son essentiel que nous ne connaissons pas.Il s’agit de vibrations cachées du monde aquacole que nous ignorons. Les mammifères naissent tous au cœur d’une enveloppe appelée placenta  qui maintient un liquide dit amiotique fait d’eau très riche et c’est dans cet élément que nous nous éveillons à la vie.Non pas avec l’air,mais avec l’eau. C’est pour cela qu’à notre naissance nous crions car nous passons d’un milieu rempli de liquide à celui de l’air ,ce qui n’est pas la même chose. Nos bronchioles habituées au liquide doivent faire avec.

Tous les petits bébés mammifères savent nager d’instinct dès la naissance et c’est dans les jours qui suivent que nous humains perdons les capacités. Ceci est valable uniquement pour l’espèces humaine ,car dans la Nature, nager,plonger,vivre avec l’eau demeure.Toutes les espèces sauvages nagent et traversent les fleuves et les rivières.Elles aiment pour certaines prendre des bains de mer ,ca qui est purifiant et parfois elles s’aventurent assez loin sur les flots marins. Celui qui sait observer où séjournent les grandes populations d’animaux sauvages,les surprendra au moment de la fin du jour le soir , et celui de la fin de nuit le matin. En ces brefs instants,ils font leur toilette. Les oiseaux n’ont pas la même attitude,mais ils aiment l’eau même  s’ils sont d’éspèces n’approchant guère ce milieu. Souvent ,dans les petites flaques d’eau des chemins,petites lagunes,petites mares,ils vont s’ébrouer et prendre leur bain. Certains excellent en cet exercice. Par contre, à la différence des mammifères, ils naissent dans un œuf et sont accompagnés d’une poche d’air et non de liquide. (à suivre)
Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! L’attirance de l’eau …

Posté : 18 mars, 2012 @ 8:24 dans Philosophie générale, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres | Pas de commentaires »

L’eau et ses molécules représentent un milieu très attirant pour les humains et notamment les jeunes enfants jusqu’à leur adolescence. Nos corps sont composés de 60% de cette eau. Cela est sensiblement identique pour tous les animaux. C’est donc un  un élément terrestre dont il faut prendre grand soin et surtout permettre l’épuration-régénération.les lieus les plus attirants sont les bordures des laces et ceux des mers et océans.En y réfléchissant bien,nous voyons que depuis le début des temps ,elle a formé beaucoup, voire d’innombrable corps animés et elle en a certainement gardée la mémoire. Quand nous busvons ,nous nous lavons,nous nous baignons dans les mers et océans,c’est dans la partie partagée des corps des vies passées. Ce n’est pas dégoutant ,mais il s’agit du fruit d’un grand partage inconscient.

La quantité d’eau sur Terre est énorme avec 2/3 des mers et océans,pour 1/3 de terres. Elle sait se régénérer à condition que nous la respections dans ses propres cycles. Du moins ,que nous ayons des actions adaptées au bon déroulement naturel de son total cheminement. Elle met 3000 ans pour se régénérer totalement.C’est pour cela qu’il faut impérativement respecter ses cycles et surtout que nous ayons des sociétés adaptées au niveau harmonie naturelle,dans la positivité et non la destruction continue. La vie est un phénomène rare et précieux qu’il faut sauvegarder à tous prix et il n’y a pas que notre espèce en question.J’ai observé beaucoup de phénomènes concernant la pluie et les cycles de l’eau.

J’ai vu des abats d’eau immenses suite aux orages. J’ai observé cette eau montant en colonne de la mer pour rejoindre l’altitude ,telle la forme des tornades en faisant jonction entre la terre et le ciel atmosphérique. Etrange ce gros cylindre montant ou descendant et les millions de mètres cubes en suspension. Mais, le plus interessant,ce fut celle d’une rivière de moyenne importance où pendant la nuit.Elle s’était transformée en fines particules plus légères que l’air et sur des kilomètres carrés ,s’était aventurée en ce que nous appelons une brume ou un brouillard dense. Elle était aussi dans dans une grande conquérance de l’espace aérien.

Puis, à la fin de la nuit,au moment où le jour allait se lever,elle a entrepris le voyage inverse.Je me situais en bordure de cette rivière et j’ai vu arrivé dans cette purée de pois ,comme on dit pour le brouillard,des nuages vaporeux,légers entiers qui se dissolvaient en touchant l’eau de la rivière,dans son propre lit.Il était l’heure de rentrer au bercail ! Le spectacle était gigantesque et cela tous le long des deux rives.Comme des oiseaux rentrant au nid ou bien des avions rejoignant leur base.De chaque côté de la rive se déroulait le même processus.Et dans les seconde qui suivirent,cette eau vaporeuse en voyage se mélangeait à celle s’écoulant lentement dans la rivière.En fait c’était elle qui avait décidé d’aller faire un petit tour sur les alentours et peut-être s’instruire sur son essentiel.Ce phénomène s’est déroulé pendant pas loin d’une heure.A partir d’une lagune, d’un petit point d’eau,d’un petit ruisseau, le phénomène est identique.Il mentionne les capacité de l’eau de voyager incognito en tous lieux et réintégrer son territoire.

Il y a donc extension de l’élément qui en se transformant s’évade de sa grande consistance et il voyage,visite les espaces inaccesibles.Il ne faut pas oublier également quel’eau va dans un infiniment petit qui nous ne voyons pas avec nos yeux. Je peux vous dire qu’elle est bien  encore bien plus car j’ai également remarqué que les animaux sauvages et notamment le grand cerf,quand il est poursuivit par les hommes chasseurs à courre et les chiens,se réfugie au milieu d ‘un étang,au limite de la noyade et il attent sans bouger et pétrifier la mort qui sera donnée cruellement par un homme avec une dague ou une carabine . Non ?

Eh bien oui,c’est le comportement de l’humain et ses us et coutumes que de chasser à courre. Comme je le mentionne dans mon ouvrage «  Nous sommes les racines du ciel «  2008- C’est sur le rivage de l’océan que se trouvent des richesses. Aux limites des flots, en parcourant la grève ,j’ai pu y voir se développer et s’exprimer un don dans le grandiose que je ne soupçonnais pas. Rapprocher les gens qui s’aiment dans la véritable expression, dans la totale affirmation. Il s’agit du Don d’Amour. C’est en ces espaces immenses très particuliers que j’ai pris conscience de mes possessions médiumniques. L’eau serait le plus sacré des sacrés pour la vie. Les peuples de l’Inde Ancienne le savaient et ils vénèrent encore l’eau du Gange. (à suivre)
       Merci de votre aimable visite.    

 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...