Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à tous ! L’attention environnementale…

Posté : 20 septembre, 2012 @ 6:04 dans actualité générale, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, vie naturelle | Pas de commentaires »

De ce moment le mot Écologie est célèbre, mais malheureusement, il se voit souvent vidé de son sens et nos actions n’ont pas vraiment d’impact positif sur lui.La bonne nouvelle venant de l’officialité  est la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim sur une île du Rhin. C’est un dossier qui ne m’est pas étranger car je suis un de ceux qui ont géré le territoire en état naturel remis par les services Edf. Aux services de l’Etat gérant la forêt française Pour cinquante hectares d’une île sur le Rhin, obligation fut donnée de trouver cinq à six cents hectares à reboiser. Ce fut fait et les services de l’Etat acquérirent aussi des terrains adjacents créant désormais un bloc espace boisé d’environ mille hectares. Actuellement, quarante à cinquante ans après, les végétaux implantés se composent surtout de résineux sur terrains acides et en première installation. Il s’agit d’essences pinus pinaster, pinus, sylvestris, pinus laricio, sapins douglas, sapin de Vancouver, épicéa commun avec dispersés des ilots de taillis de chênes divers autochtones mélangés de châtaigniers. Cette forêt fait l’objet d’une gestion étatique par les soins de l’ONF. Et elle représente un ensemble espace public boisé non négligeable pour l’avenir nature général local.

Si la centrale, elle, est désactivée et démantelée, il faut s’en réjouir. Je ne crois pas que nous soyons très près des éléments qui font notre environnement pour des raisons de formation de société. Nous nous sommes éloignés de notre berceau terrestre et nos communautés construisent des mondes où nous aimons recréer certaines choses et négliger par futilité les autres. Nous avons construit une société artificielle où la Nature et son schéma dynamique ne représente qu’une forme de souvenir nostalgique. Personnes ne s’en méfie, mais ce manque d’attention nous verra être obligés de soutenir à bout de bras et artificiellement la survie de certains éléments qui nous sont essentiels.

Les politiques et les gouvernements se moquent du respect profond de notre berceau.ils restent au Monde politique et notamment aux partis le développement de doctrines pensantes afin de prendre en compte  et en charge protectrice durable toutes les matières environnementales. Ceci sous-entend le règlement de la pollution véhicules à explosion. Les camions devraient aller sur les trains. L’étude de nouveaux moteurs rendue publique et les us et coutumes seraient remises en cause. Les structures agricoles rénovés en définissant des aménagements raisonnées et compatibles avec  les équilibres naturels. Les écosystèmes existants fortifiés. L’atmosphère et sa biosphère intimement protégés Les prélèvements naturels raisonnés et sages. Un nouvel homme sages, positif, de bon sens et plus équitable, fraternel verra son avènement avec une société transformée vers une vie meilleure de ses membres. Etc….

Nous n’y sommes pas car le gouvernement fustige les écolos après avoir eu les voies lors de l’élection présidentielle. Le citadin entre désormais dans ses responsabilités de gestion d’un ensemble que nous aurons du mal à conserver.Il ne nous reste , encore une fois sur cet éléments, un vif espoir de voir les sociétés évoluer et changer leurs états d’esprits allant de la prédation- exploitation à la sagesse des ressources prélevées. (à suivre)
Merci de votre aimables visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! Où est le sens de la marche ?

Posté : 1 septembre, 2012 @ 6:25 dans actualité générale, Philosophie générale, Sociétés et structuration, vie naturelle | Pas de commentaires »

La présente question s’applique aux comportements politiques récents où dans la presse, par l’intermédiaire de ministres en place, l’écologie fut fustigée et par conséquent les verts également et tous citoyens de la tendance pensée.Je ne comprends pas un gouvernement qui sans l’appui des voix provenant des mouvements écologiques, n’aurait pu être élu. L’adversaire l’emportait au second tour. Bref, sans cette union sacrée de la gauche, y compris les verts, l’aventure gouvernementale fut possible. Alors, après tout cela, le socialisme ne peut renvoyer » aux pelotes » les écologistes comme ils disent.

L’erreur est stratégique en politique et conséquente, voire déconcertante car l’écologie n’est pas une science aléatoire, légère et superflus ,sans aucune influence, au sein d’une société. La conscience de l’environnement vient d’être acquise dans une grande dimension par les  citoyens et il faut s’en réjouir. Cette même conscience sollicite que nous changions et revenions à des comportements plus sages et respectueux des biens planétaires.

Malheureusement, la politique mise en place, ne donnera pas l’impulsion dans ce sens et des aménagements concrets des écosystèmes. Il me semble que ce changement passe par les phases d’accélération intensives des exploitations et leurs matières, amplifiant un impact déjà maximum sur le milieu naturel. La recherche intéressée d’une croissance perpétuelle ressemble étrangement à un monde grandiose de l’exploitation matière ?

L’écologie, très vieille science, atteint les fondements de la vie sous beaucoup de formes et il est inapproprié d’essayer d’en faire un repaire de mal pensants et d’agités dans la superficialité. On le sait maintenant, le nucléaire est la meilleure énergie et celle  dont le rapport est le plus fiable. D’ailleurs, nous aimons travailler avec en regroupant les déchets européen sur le site de la Hague. Ce qui reste à voir si les produits sont stockés dans la mer même. En ces lieux, la plupart des marchés locaux vendent du poisson à des prix très compétitifs, mais il reste l’analyse du produit. L’irradiation n’est pas seulement  une affaire  d’écologiste et naturaliste .Cela existe!

Bref, inutile de polémiquer sur un sujet d’entente politique et désormais comme je le mentionne dans mon premier ouvrage : «  Si on parlait Sociologie, humanisme et Ecologie »,nous devons prendre obligatoirement en compte l’esprit et la conscience de notre environnement nouvellement arrivés. Les combats fratricides sont dépassés et les us et coutumes souvent inadaptées.

Simplement, je voudrais dire qu’en toute bonne politique, c’est l’analyse juste du contexte des réalités profondes humaines et du mécanisme nature qui nous entourent qu’il faut préserver sans faiblesse pour pouvoir le retransmettre aux prochaines générations. Courage Messieurs les Ministres et ne nous renvoyez pas dans les us et coutumes dégradantes, le bâillon sur la bouche ,merci.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! La face cachée…

Posté : 7 août, 2012 @ 7:10 dans actualité générale, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, travail, Universalité | Pas de commentaires »

La face cachée…

Sous ces mots ,je ne veux pas parler de planète, mais d’écologie générale et fonctionnelle. Suivant nos observations et nos connaissances, nous savons que l’ensemble se partage en écosystèmes dynamiques. Bien évidemment les écosystèmes ont des valeurs différentes suivant les endroits planétaires. Le but  n’est pas de définir une fonctionnement, mais d’aller au fond de ce que nous  connaissons.
Ces différentes formations qui composent cet ensemble, nous donnent un complexe actif que nous appelons Nature.

Malgré toutes les railleries possibles concernant l’écologie, nous devons nous souvenir que cette Nature est la vie dans la biodiversité agissante. Le tout agit comme un  grand souffle dans l’inspiration et l’expiration suivant les saisons de l’année. Le temps est séquencé et il nous donne la mesure en sy reliant. Voici , en quelques mots  succincts le cadre de nos vies et ceci définit dans son ensemble les particularités biologiques attachées à la vie sur Terre et de nous-mêmes.

Il en ressort, comme pour toutes choses des obligations pour l’ensemble du vivant afin de ne pas aller à l’encontre des paramètres Nature planétaire. C’est à la vie animée de comprendre son environnement et s’y adapter.

Ainsi, ce cadrage nous donne  un temps pour que la vie s’exprime correctement ! Cette expression doit être posée, respectueuse des composants et surtout épouser toutes ces conditions planétaires particulières.
De ce fait, nous avons un calage à faire ,celui de vivre et agir globalement au plus près du Naturel en restant dans un progrès dit biologiquement adapté. Les gens de la Terre le savent bien avec les rythmes calés sur la vie animale ou autres vies adaptées. L’équilibre du temps afin d’obtenir un bien être est celui du cheval pour tout l’ensemble, c’est-à-dire , l’énergie biologique .Ne pas aller au-delà de ce temps pour notre propre équilibre de vie. Sinon, nous  détruisons et appauvrissons cet ensemble.

A partir de ce manque de connaissances profondes ,nous entrons dans des phases dégradantes. Le dit « progrès » nous rend service, mais créé le désordre. Le monde végétal en souffre  et le règne animal disparaît. Les molécules s’épuisent et rompent leurs cycles. Les éléments fins minéraux perdent de leur grande fertilité. Nous avons décidé de refaire le monde, alors que nous sommes « des innocents aux mains pleines ».Rien ne dit que nous ne pouvons pas inventer et détenir, mais l’application et la vulgarisation de nos trouvailles doivent être reconsidérés.

Bientôt, je vous entretiendrai du constat-inventaire de la vie animale qui nous accompagne suivant les présences des faunes terrestre, aquatique, marine.Le monde de nos Amis ailés est également bousculé et s’appauvrit. C’est un vrai désastre quand nous pensons à toutes les conséquences et nos luttes intestines et destructrices. Sans entrer dans le jugement même, la connaissance et le respect de notre berceau ne nous intéressent pas. Nous allons nous heurter à une vraie impasse, celle de la prétention et de l ‘orgueil définissant que nous pourrions mieux faire en matière créative.

Bravo pour le monde à la Crésus, car la force des hommes s’investit uniquement dans cette face, traçant immédiatement une voie qui conduit à la pénibilité des vies, à l’appauvrissement général et peut-être à une fin des temps précoces et précipitées.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Rio,réunion des dirigeants…

Posté : 23 juin, 2012 @ 6:28 dans actualité générale, Arbres et forets, communications, Philosophie générale, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

La réunion de Rio qui vient d’avoir lieu à la face du monde ,n’a pas mis en avant des solutions miracles pour corriger les orientations dégradantes.ces erreurs d’analyses contenant leurs errements ont fait et font dans leurs applications directes beaucoup de dégâts sur l’avenir des peuples. Certains chefs d’Etats ont de très fortes consciences et ne cherchent pas à esquiver leurs responsabilités, ce qui est réconfortant et encourageant.

Cette réunion a mis en avant , au préalable, les difficultés des peuples indiens pour leur survie dans les grandes forêts primaires qui ne manquent pas d’être modifiées dans leur puissant écosystème par les divers aménagements périmétraux. Une manifestation eut lieu sur un grand barrage avec plantation d’arbres afin de dire que la Nature est vivante et elle se partage et se respecte dans sa dynamique. Les peuples manifestant à la face du monde ,demandaient humblement que leur droit de pêche soit préservé dans le fleuve et les rivières de leurs territoires, car il fait partie intégrante de leur vie reliée à la Terre Mère dans l’intimité même.

Cette rencontre était-elle faîte sous l’égide des plus grands de ce Monde ? Oui, je le pense et notre Maître à tous, dans sa grande discrétion s’est rapproché de nous afin de faire un grand constat de l’état des lieux du moment et de nos raisonnements présents. Bien sûr, ce n’est pas comme un chef d’Etats que notre Créateur a assisté au rassemblement, mais en observateur effacé  de nos préoccupations et soucieux de nous aider sur des points essentiels touchant à la vie sur Terre, sa compréhension globale fonctionnelle et son respect.

C’est parce que nous sommes souvent imbus de nos pouvoirs décisionnels que nous pensons être bien au dessus de l’essentielle vie même dans sa simplicité, sa grande dynamique et toute l’attention qu’elle mérite. Nos connaissances scientifiques nous aident et identifient nos   dysfonctionnements dans le savoir. Mais, au-delà, il y a ceux qui aiment cette ambiance de vies exaltantes car ils sont des Jardiniers de la Terre. Oui, la Terre est un jardin dont nous devons prendre bien soin, les uns après les autres, au fil du temps. Nous devons faire un effort sur le sacré de la vie et nous éloigner de la banalisation de ce qu’elle est en la rayant de la Terre sans  mettre en éveil notre conscience.

Les Nations Unies et le Brésil fournissent des efforts considérables pour l’amélioration des conditions de vie sur notre planète et c’est très méritoire et de hautes consciences car collectivement rien n’est facile. Certains chefs d’Etats  occidentaux sont très conscients des problèmes de notre temps et ils en tirent des analyses et conclusion très percutantes et lucides.

Il reste à transformer les constats et déclarations d’intention en réalité vécue ,en y mettant énergies et entreprises novatrices. Sur Terre, le «  nerf de la guerre » étant l’argent, nous voyons, à ce sujet beaucoup d’impossibilités surgir car celui-ci est précieux pour les échanges entre hommes et pays. C’est-ce même argent qui après avoir dégradé n’existe plus pour  réparer. Le raisonnement est un peu court car les richesses ne sont pas placées dans l’or, le platine, l’argent, mais dans le cœur et le cerveau des hommes. Le développement de leurs idées nobles et généreuses pour tous est prépondérantes, primordiales et c’est dans ce sens que la vie sur Terre avance.il est urgent de revoir nos valeurs et de corriger nos erreurs en fonction de la générosité de la vie,des hautes consciences et du respect compréhensible d’aimer le Jardin car il est celui de l’Eden.

Ces conférences au sommet parlent pour toutes les vies sur notre planète et même pour celles qui ne sont pas humaines car elles comprennent également ce qui est de la souffrances et de l’élimination de son lieu de vie.ces vies sont les autres mammifères terrestres ou marins, les oiseaux sous les différentes appellations ,les insectes et leurs intimes relations avec le monde végétal fleuri et enfin avec les divers végétaux de l’infiniment grand avec l’arbres et le minuscule  lichen avec les algues microscopique. Tout vibre simultanément et s’engage dès qu’il a conscience   d’appartenir au grand tout constructeur.

Nos actions sont d’espérance et surtout elles restent sur un parcours difficile et surtout ne baissons pas les bras,essayons de faire pour que demain soit meilleur.

Merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! Notre santé et son relationnel….

Posté : 21 juin, 2012 @ 6:45 dans actualité générale, sciences vibratoires, vie naturelle | Pas de commentaires »

S’il y a quelque chose qui souffre des demi-mesures, c’est bien notre santé. Notre fonctionnement intime est une chose merveilleuse, mais s’il se rompt, les ennuis commencent. Il fut des périodes de notre histoire, qu’entre trente et quarante ans s trouvait l’âge moyen de disparition. A l’époque, nous endurions la souffrance sans trop gémir, car il n’existait pas de médicaments. Les remèdes étaient développées avec les plantes spécialisées sur les différentes atteintes des corps. C’est ainsi que nous découvrons, chaque jour qui passe, que nos richesses en la matière sont situées bien souvent dans des espaces naturels précis et dans la disparition totale. Les forêts primaires  ont  encore, en leurs seins, quelques atouts et  possèdent encore une partie de ces joyaux naturels. Nous en trouvons également de ces plantes plus qu’utiles, dans les écosystèmes ouvert à la lumière. Avec nos progrès , peu délicats , en matière de respect environnemental , nous voyons sans cesse disparaître ce qui était d’une utilité sans limites.

En ayant pas pris soin de notre nature et de ses joyaux, nous entrainons nos propres difficultés en la matière. La pharmacopée reliée aux substances végétales essaie de remplacer ce manque par une chimie moléculaire adaptée.

Hier, la Conférence de Rio ayant pour objet l’environnement dans le monde a obtenu des résultats peu parlant et il ne faut pas s’attendre au miracle e la part de pays en majorité industrialisés fortement et ayant perdus la notion fine du respect de la dynamique naturelle. Du fait, le manque de sérieux s’affiche dans les relations planétaires. Le constat est alarmant pour la suite développées de nos sociétés en qualité environnementale.

Nous n’avons fait aucunement attention aux valeurs induites par la Nature en fonction des écosystèmes en pleine dynamique. Nous y avons introduit la négation existentielle et la ruine sans nous en rendre compte. Dans notre société, nous avons tendance à considérer la Nature et ses joyaux sur le seul critère des natures mortes. Alors, qu’elle est la vie structurée dans sa finesse et que nous soyons arrivés en 2012 sans en tenir compte est également très inquiétant pour la suite. Toutefois, il faut rester optimistes car nous allons découvrir encore beaucoup de palliatifs. Puis, très prochainement nous pourrons compter sur l’homme bionique.

Maintenant , nous nous heurtons à une autre forme de difficulté contemporaine, c’est l’argent et les crédits pour la recherche fondamentale. Partout dans le monde nos avancées vont stagné es et nos couvertures maladies structurées  seront moins efficaces ainsi que les relations avec les végétaux quels qu’ils soient. Nous ne pouvons réparer ce qui ne l’est plus ..

Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! La politique passion …

Posté : 18 juin, 2012 @ 7:17 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie | Pas de commentaires »

Hier, la majorité présidentielle a obtenu globalement la présence et la représentativité au sein de notre pays. C’est une très bonne chose qui devrait apaiser l’ambiance de ces derniers temps. Tout ceci est réconfortant pour ce qui touche à notre structuration de société et sa défense contre  des initiatives dégradantes. Ce serait satisfaisant, s’il n’y avait pas eu l’élimination par manœuvres sournoises d‘une ténor du mouvement. Il est triste de constater un pareil comportement qui au lieu de s’élargir dans une forme relationnelle, se referme sur une ambiance spéciale locale. Ce dysfonctionnement doit être réglé correctement et dignement pour la démocratie .Le parti socialiste devra débattre de ces faits et en tirer les enseignements.

Je dirai maintenant que notre ciel peut se dégager et qu’il est temps d’entreprendre des réformes de société afin de rendre plus juste la vie dynamique. Où je suis inquiet, c’est avec le manque d’ouverture delà gauche en ses composants. Maintenant, il s’agit de prendre pleinement compte de la paupérisation, d’éliminer et offrir à ceux qui le veulent bien de s’en sortir et revenir vers l’inclusion sociale. Il s’agit de juguler la la pauvreté ambiante dans la mesure des capacités offertes.

Un autre dossier n’est pas satisfaisant dans ce paysage, c’est celui de l’Ecologie, de l’environnement et des actions plus que nécessaire à une bonne structuration politique officielle dans notre société actuelle. Les énergies nouvelles, les aménagements territoriaux avec  leurs systèmes gestionnaires sont en partie à revoir ou inadaptés. Les relations positives et négatives de nos avancées technologiques doivent s’analyser en toute objectivité. Le poids des sociétés d’hommes se fait à chaque seconde plus important sur notre propre univers planétaire. Il faudra bien , un jour, parler des moteurs à explosions et leurs impacts. Aller et venir deviennent parfois du domaine de l’enfer avec le nombre de véhicules. Les poids lourds doivent s’orienter vers le ferroutage. Le nucléaire et son danger neutralisé et démantelé. Bref, ces dossiers sont là, mais il n a pas été tenu compte réellement des forces vertes assemblées et fédérées en leurs partis pour les associer au gouvernement. Je me répète, mais si le parti socialistes ne fait pas attention à cette présence, il pourrait dans l’importance de son rôle politique devoir dans les temps qui viennent ,s’effacer devant un « tout vert » demandant justice . Les sociétés changent, les ambiances changent, mais les  problèmes restent entiers.

La sagesse et la raison nous disent maintenant qu’il faut faire confiance à ces orientations politiques nouvelles. Les personnes investies des responsabilités gestionnaires de l’Etat doivent se mettre dans un état d’esprit de survie public afin de rendre la République et la démocratie plus identifiables. Nous ne pourrons pas, poursuivre sans fin, au nom de la croissance ,l’exploitation des richesses de la Terre comme une affaire sans fin dans l’excitation, des valeurs dominantes.

Pour ma part, je pense également que les temps sont venus  pour que l’humain fasse un pas vers lui-même et ses semblables. Pour cela, il doit regarder la glace intérieure et intime du fond de lui-même et orienter son état d’esprit vers plus de partage, de solidarité, d’ouverture. Sans cela tout continuera sur la même voie sans signe d’un changement modération de la société Un regard associé sur les mœurs globales devra y être présent pour éviter les dérapages dans une immoralité incontrôlée. La jeunesse y a droit et ce n’est pas péjoratif, ni dévié de parler ainsi. L’entente entre femme et homme sous entend un respect mutuel et non la dominance d’une partie à son avantage par l’état d’esprit.

Forcément, nous en reparlerons. Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! « Silence,on parle! »…

Posté : 4 juin, 2012 @ 6:11 dans actualité générale | Pas de commentaires »

LETTRE OUVERTE A LA FONDATION DAVID SUZUKY
 QUEBEC   CANADA

Chers (es) Amis (es),

J’ai me votre thème «  Silence ,on parle ! » Je serai avec vous  par l’esprit et la pensée , vous car vous êtes en train d’affirmer votre respect pour la vie dans un si magnifique pays.
Permettez-moi de vous dire que parfois je suis un peu gêné de me mêler des affaires d’autres Nations et de celles du monde, aux quatre coins de la planète. Parfois, il faut sortir de son pré carré et c’est avec grand optimisme que je me tourne vers votre mouvement et vos désirs d’une émancipation consciente de votre jeunesse en lui donnant les possibilités d’entrevoir un relèvement des consciences qui peut nous donner une  vie meilleure pour tous . C’est une stratégie despotique que de dire à l’homme de se taire avant qu’il ne se soit exprimé. J’ai même rencontré des personnes qui déclarent «  Je sais «  .Il y en a parmi nous qui savent tout et je les félicite. Je sais que je ne sais rien et être parfois sûr de son savoir est souvent néfaste et coupe net la suite. Nous pouvons être fiers de vouloir un droit d’expression car c’est debout que les hommes doivent s’exprimer et dans le grand respect des personnes .Le pouvoir est une invention des hommes pour dominer, mais aimer, être solidaires, aimables, compréhensifs et servir ceux qui sont dans le besoin est une grande valeur humaine.
Que la Démocratie amplifie son impact et sollicite son développement n’est que légitime et souhaitable. Etre libres, le solliciter, le revendiquer, le maintenir va être  un grand combat de la vigilance contre des hordes de loups déchaînés.
Nous ne pourrons lutter contre les abus qui défigurent nos paysages, surexploitent nos forêts, stérilisent nos sols agraires, polluent nos eaux et affament les plus pauvres d’entre-nous. Il serait temps que le rôle dévolu à la Sagesse prenne sa place tout autour de la Terre ,pour garder la raison face aux profits démesurés et à tout va. En Europe, les pays se notent comme des petits écoliers pour voir où ils se situent dans leur enrichissement. Ces situations ne dureront pas et il faut être irresponsables de penser que notre croissance sera exponentielle jusqu’à la fin des temps.
Nous devons commencer à vivre sagement suivant les valeurs établies de ce que nous produisons pour la nécessité nourrissante des peuples, en relation avec les équilibres profonds du berceau  qu’est notre Mère – Terre. Nos mers et océans sont féconds et productifs, mais nous ne sommes jamais contents de ce qu’ils nous donnent. Le poisson courant a besoin d’être étudié et les quotas fixés et contrôlés. Les modes de pêche autorisés doivent être analysés et les entreprises industrielles repoussées car trop destructrices. L’eau des mers et océans est également malade de notre présence et nos rejets nocifs. Il faut trois milles ans pour que cette eau se renouvelle.
Nous élevons avantageusement des poissons marins , mais dans quelles conditions de noircissement? Dans leurs grands enclos, la nourriture est souvent faîtes de granulés carnés. Je pense que sur ce sujet, il faut de la vigilance car il est fort possible que les déchets d’équarrissage continuent leur élimination par ce biais?
En tous lieux, l’homme crève le plafond de l’exploitation pour faire de l’argent.
En matière d’agriculture, il serait temps que les sciences agronomiques soient remise au gout du jour avec une terre respectée et vivante.
En ce qui concerne l’Ecologie et sa dynamique ,nous sommes encore loin de comprendre les fonctionnements plus intimes des écosystèmes avec les fondements de la vie. Cela vient, mais pas assez rapidement pour corriger nos erreurs prédatrices.
Rappelons-nous que nous sommes toujours en équilibres avec notre Terre vivante et notre Nature dynamique ,gage de fécondité.
Toutefois, je souhaite que les conflits quels qu’ils soient se terminent hors de toutes violences mais sur des bases négociées et respectueuses, saines, pour créer des avancées renforçant le Droit afin de  donner une légitimité dans la sureté des acquis.
J’essaierai demain de faire «  noircir les écrans numériques »
Bien cordialement!
Norbert. Benjamin Delaire

En participation solidaire à cette journée importante au Canada,mais également dans le Monde , pour sa prise de conscience au delà des frontières et des possessions. Il faut désormais réfléchir à la libération de toutes les aliénations que nous nous créons. Pour et au nom des prochaines générations, nous nous devons de créer un autre état d’esprit.Non plus celui de l’appropriation des biens communs, mais celui du partage généreux,sage et respectueux de notre berceau commun. Ce berceau nous dit qu’il le souhaite vivement car il est placé dans l’Universalité des biens et en même temps nous avons droit à cette qualification si nous le méritons.

Bonne chance pour cette journée !

Bonjour à tous ! Environnement planétaire…

Posté : 26 mai, 2012 @ 6:41 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

La prise de conscience que nous faisons partie d’un grand ensemble fonctionnant dans une multitude d’interactions, nous permet déjà de faire un pas. Cette pensée planétaire a pris naissance que très lentement, quand nous avons élargi nos cercles individuels et collectifs de nos visions et nos ressentis. L’écosystème global de la planète se définit comme une grande addition complexe imbriquant tous les autres écosystèmes régnants. Jusqu’à présent, toute pensée englobant la Terre entière ne s’était pas ou mal définie. Chaque nation constituée, chaque continent ressent différemment ces fonctionnements interne de la planète. Pour être objectif en la matière, il faudrait être placé dans un contexte indépendant et hors des nations. Les raisons en sont simples. Elle se définissent par le sens donné à la propriété. A part mles eaux internationales des mers et océans, tout a son propriétaire. En même temps que nous crions à la destruction planétaire, nous fortifions notre sens de posséder par l’appropriation permise aux gens aisés par le biais de l’argent. Les pays définis comme nations  ont tous des frontières ,ainsi qu’une forme de patriotisme engageant le peuple contenu intérieurement. Idées ou pas du contexte planétaire, il faut se ranger au cœur de sa nation.

Personne ne peut dire que ses voisins et partenaires sont des pollueurs sans faire une sorte de méaculpa.Il n’est pas permis d’accuser l’autre de tout dégrader. Nous dégradons dans une situation complexe, voire extrêmement compliqué de nations évoluant dans le temps, chacun à sa mesure. Les grandes réunions mondiales définissent quand même un plus, même si elles échouent  trop souvent. L’homme et son Humanité n’ayant pas de vues prospectives vers un futur qui lui échappe; il crée une analyse quasi statique ,n’ayant que peu d’impacts sur le grand écosystème et avec sept milliards d’âmes nous sommes les premiers pollueurs  au sein des espèces vivantes. Mais là, n’est pas une grave faute allant vers un manquement car la Terre a pour mission d’accueillir les vies sous toutes formes et bien audelà des différences. Gardons-nous de considérer cette prise de conscience de notre berceau, notre cadre de vie, notre ensemble planétaire comme une chose absolue. Je m’en explique.

Les vies que la planète accueille en fournissant la constitution des corps est immense et complexe. L’humanité en fait partie et elle se doit de donner le meilleur d’elle-même. Il ne faut donc pas que cela aboutisse à des déchirures graves, des culpabilisations des êtres dès leur éveil au monde, enfin à faire ressentir notre sentiment égoïste d’une envie de ne pas partager. Déjà, il existe des déchirures entre les nations, lés peuples, les civilisations. De grâce, n’allons pas nous faire la guerre parce que nous existons .Il faut donc relativiser nos jugements en matière environnementale et se dire que  ce combat des consciences qui s’est ouvert est celui d’une élévation mentale, spirituelle et humaine. A partir d’un certain seuil des populations nous savons que nous fonctionnons en faisant ponction sur nos ressources et maltraitons les écosystèmes. C’est toujours a détriment de leur propre environnement que les espèces s’installent et s’épanouissent.il y a des choses qui sont du domaine de l’évidence et d’autres placées entre nos pouvoirs interne d’Amour et tolérance de l’autre. Il s’agit d’avoir un autre regard et éviter les condamnations  de ceux qui nous entourent. Si possible, nous devrions mettre de l’ordre dans les océans et mers laissés à leur propre destinée. Désormais, il v falloir y regarder de plus près et fixer des quotas sur toutes les ressources présentes et épuisables.

Les règles ainsi définies devront être respectées scrupuleusement pour le bien du monde entier. Je ne suis pas forcément pessimiste en la matière, mais conscient de l’impact du genre humain et son aventure profondément riche dans la structuration de ses sociétés et ses civilisations. La prise de conscience va entraîner de puissants mouvements capable de l’intérieur de notre espèce de faire bouger l’ensemble même. Avec nos nouvelles technologies développées, nous allons réduire cet impact au point de ne peser qu’une plume. Mais, dans combien de temps, combien de temps dit le chanteur ? Au-delà de l’espace réservé à notre planète, les temps s’écoulent différemment et nous ne pouvons dire comment fonctionne l’infiniment grand avec l’infiniment petit qui nous interpelle. Grand débat sur un sujet d’actualité et nous y reviendrons volontiers.
Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! La Nature et Nous…

Posté : 10 décembre, 2011 @ 8:09 dans Philosophie générale, Physique et astro-physique | Pas de commentaires »

Nous allons changer légèrement d’orientation et mon article de ce jour porte sur nos relations avec le monde de la Nature,lequel rejoint les grands mouvements planétaires.qui débouchent sur astrophysique.Si nous avons une forme d’autonomie et notre libre arbitre,nous n’en continuons pas moins à dépendre de ces dynamiques.Pour cela,il faut comprendre que tous ces mécanismes assemblés entre eux par des passerelles relient différentes dimensions.L’infiniment et l’infiniment grand se côtoient.

Le monde de la chair répond à une particularité bien précise de la matière et sur Terre.Il emprunte aux éléments physiques minéraux et à l’eau de différents classements présente.Les saisons sont inclus en nous et nous influencent,voire sont notre moteur actif sur notre planète.Afin de donner les meilleures chances à l’évolution de la vie,il existe dans l’abstrait immédiat et dépendant une mémoire de toutes les formes.Elle est du monde des sciences vibratoires fines et pa le biais der cette résonnance, classe et adapte.Elles emmagasine les influences,perceptibles de la vie et inscrit dans les corps les capacités d’adaptation.Toute vie y est reliée et c’est le plus précieux élément que nous ayons.Surtout, protégeons la et dès qu’un danger s’approche d’elle sous forme de nos progrès et a la possibilité de la modifier ou de  se détruire,remettons immédiatement les choses en ordre,si nous le pouvons.

L‘atome est un de ces éléments et dès que le pourcentage radiant s’élève,les formes sont en grand danger.Nous l’avons vu, avec le Japon et ses diverses expériences malheureuses et l’ancienne Urss n’a pas été épargné non plus.Après cela, le nucléaire est propre et bien sur lui ! Il est le fidèle compagnon nous accompagnant.Il fait jaillir la lumière des ténèbres,mais à l’inverse,il devient pour toute la pensée planétaire ,un ravageur de l’organisation fine et structurée des vies.L’homme est une espèce tétue et obstinée,malgré les dégâts infligés é ce fonctionnement très intimes terrestre de l’évolution.

Je ne pense pas que nous soyons ,nous les mammifères l’Alpha et l’Oméga de la vie.Trop d’éléments nous échappent encore et certainement pour toujours ou pour les plus optimistes encore quelques temps.Les vies classées et reconnues dans la grande  biodiversité forment é elles seules un univers des plus considérables et elles permettent à ce mot Nature de trouver une consécration fonctionnelle.Pour nous les humais,notre créneau de vie et ses différentes racines est bien particulier ,mais également dans l’étroitesse du grand système.Le monde des différents climats et des lattitudes,longitudes influe sur nous  et il définit ses caractéristiques particulières dans l’apparence des vies.Ceci sert à ce que nous appelons l’adaptation et l’évolution.

Les saisons annuelles ont également une importance capitale et mettent en place ce que l’on peut appeler le souffle de la Terre.Elles permettent de nous relier à cette dynamique et elle même à d’autres en ayant part importante aux seins des écosystèmes terrestres.Printemps,été,automne,hiver font partie de nous.L’un nous voit renaître et pour cela il active  nos capacités internes sous toutes les formes,mais aussi toutes celles de la vie,y compris dans le monde végétal et des mouvements fins de l’eau.La présence des différentes lattitudes,longitudes et climats,avec leur particularisme,permet une analyse séquentielle du temps qui s’écoule.mais il faut savoir que comme un mécanisme intelligent,le système repart avec ses divers cycles saisonniers et il recommence inlassablement  dans l’opiniatreté et le courage.parce qu’à l’intérieur,un petit élément nommé homo-sapiens-sapiens se dresse et commence à vouloir édifier son monde . Nous en reparlerons dans la suite.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous! Science-fiction ou futur en gestation (3)

Posté : 2 décembre, 2011 @ 8:03 dans actualité générale, communications, Physique et astro-physique, science-fiction, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, vie naturelle | Pas de commentaires »

Après la parenthèse d’hier,nous allons reprendre le cheminement de ce futur immédiat qui se forme devant nous et s’assemble déjà.C’est un espace qui nous est interdit actuellement ,en grande partie, et le laboratoire s’enfuit dès que nous pensons à lui.Dans le chapitre Agriculture,nous avons différents volets en pleine évolution. Nous avons vu la nourriture plus a,mais il nous faut innover sur un autre point.

C‘est reconstituer nos paysages arborés et un maillage haies denses en y redéployant des essences de haut-jet et très longé vives.L’arbre étant avec tous les végétaux ,un élément dominant et incontournable dans tous les écosystèmes où il intervient.Ceci représente un effort colossale,car la fixation équilibrée carbonée actuelle réclame plus de 50% des territoires boisés et actifs  dynamiquement. Il s’agit ,ici, de la première phase. La 2ème se situe dans un changement radical de regarder la Nature et son grand fonctionnement intime

En régions tempérées,nous pouvons définir,au point de vue cantonal,un écosystème dominant,le mettre sous forme dynamique et établir une convention référence fonctionnelle et enrichissement avec tous les citoyens.Il serait fait mention, pour l’image,de maquettes et de débats en permanence organisés avec les élus et les techniciens dits spécialistes. Ce même citoyen doit vibrer,par l’intéressement et la responsabilité d’imprégnation d’un milieu qui est le sien.Le milieu naturel et la vie consciente des espèces ne font qu’un. C’est sous cette forme et en additif qu’il sera présenté le plan schéma hydraulique rénové afin de l’adapter aux réalités dynamiques.

Cette Nature fera donc ,dans sa gestion intime par l’homme l’objet d’une approche plus fine.ceci concerne tout écosystème local, y compris l’activité et interventions des hommes. Toute personne qui adhérera à ce schéma ,recevra une prime pour la fertilisation de l’écosystème ,si elle reboise en conformité avec la convention du schéma établi et reconnu.Ces primes porteront sur la fixation carbonée même,mais aussi sur un encouragement pour le respect des biotopes ou zones d’accueil et refuge de tous nos amis présents à nos côtés, dans la Nature et en voie de disparition si dans quelques décénies nous ne faisons rien.

Tout ceci est plus qu’un patrimoine commun,même si la possession a grandement ruiné nos espoirs d’un tous ensemble harmonieux. Je reviens sur nos technicités hydrauliques car les inondations et les violences des eaux ne sont pas un phénomène normal.Avant le machinisme,il y avait un autre réseau créé à la pelle et la pioche par l’humain courageux et observateur et tenant compte des forces développées par la Nature. Nous avons négligé cet abord  et nous sommes en danger de désolation désormais lors des intempéries. Notre philosophie n’est pas dans la contrainte,mais dans l’organisation  fine et compréhensive articulée. D’autres civilisations nous l’ont montré car  s’auto-réprimer et désigner nommément l’autre n’est pas responsable.Le monde de la Nature fait partie intégrante de nous-même et nous ne pouvons dissocier les composantes en les ignorant.

Encourager un état d’esprit à bâtir généreusement et ensemble ,c’est la solution. Cela doit s’organiser posément,sous l’oeil démocratique et au sein de chaque pays.C’est un effort puissant à faire d’un tous ensemble,pour reconquérir une énergie essentielle négligée et parfois perdue. Nous nous figurions que tout était autre.Bien sûr, cela réside dans notre libre arbitre commun et si nous le préférons : la possession développée,l’exploitation amplifiée,la dominante sélective d’une espèce peut établir un champ de ruine dans lequel la conscience sera absente. 

Je rajouterai ici,un volet à l’aménagement des villes et des cités et leur réconciliation avec la grande Nature fertile.rendre à la cité un goût existenciel plus affirmé et fort,c’est également un but.Nous n’en avons pas fini avec ce chapitre agriculture-agronomie-environnement-biologie des espèces et abords compréhensifs naturels,car nos propres sociétés n’ont pas ou très peu développé la conscience du fonctionnement biologique terrestre.Désormais, l’avenir des autres espèces reliées à la biodiversité en dépend,mais aussi celui qui nous est cher avec nos enfants et petits enfants et générations vers l’infini,si l’homme ne fait pas un effort avec sa conscience.Il doit, au regard de celle-ci prendre toutes ses responsabilités issues et découlant de son règne dans le vivant structuré et bienfaisant.Nous continuerons demain le sujet.

Merci pour votre aimable visite !

 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...