Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à tous ! L’Univers et ses composants…

Posté : 16 octobre, 2012 @ 7:14 dans metaphysique, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité | Pas de commentaires »

Il y a quelques jours, nous avons découvert ,dans l’univers et ses espaces sidéraux, une planète .Celle-ci ,grosse comme deux fois la Terre, se révèle être couverte de diamants. Etonnant, non ! Ce fut mon commentaire au sein du journal le Monde, annonçant cette découverte. Puis, progressivement, ma mémoire active faisant le reste, je m’aperçus qu’en d’autres galaxies, il était question de diamants .

Il existerait une logique évolutive à cette évolution. Au moment du bing bang, tout éclata et se retrouva  projeté en petites, voire minuscules particules, aux limites  des matières gazeuses. La reconstitution se fit avec le temps telles les ^planètes qui se reconstituèrent en donnant naissance aux galaxies.Le monde minéral fit certainement son évolution et celle-ci se détermina vers la pureté du diamant et tous les diamants ,globalement, suivirent. Cette planète serait donc formée d’1/3 de diamant en relation avec sa masse volumique.

Quant à la présence de ces pierres et de leurs capacités dans  l’histoire, il faut regarder dans le passé les réactions induites.Certaines civilisations nous ont rapporté  une forme présentée. La civilisation de l’Atlantide aurait considéré ces diamants d’une valeur égale aux possibilités de la mémoire ordinateur et numérique. Selon les recherches entreprises, c’était un diamant capable de stabiliser les éléments terrestres (pluie, vents, tempêtes, tornades etc..) Les Atlantes l’avait instruit telle une mémoire numérique. On emploi est également revélé chez d’autres peuples extra-terrestres.

Il semblerait que l’évolution universelle minérale passe par une phase pouvant générée ce minéral très pur et donc très puissants en charge fine au sein de l’Univers. Bref, voici quelques mots sur le diamants ,mais le principal n’est encore pas dévoilé. Il s’agit de son entrée en assemblage évolution avec la chair des corps qui nous transformerait en une éternité affirmée et sûre .

A la réflexion et scientifiquement, on peut penser que la chair, plus le diamant sont les fruits de l évolution du monde à partir de la matière répandue. Nous pouvons en tirer beaucoup d’analyses et conséquences possibles. (A suivre)

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Une adaptation aux évolutions du Monde …

Posté : 5 octobre, 2012 @ 7:00 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Tel que nous avons formé nos sociétés ,nous ne pouvons plus nous permettre de mettre en roue libre pour accès aux bonheurs et sagesse contenus. Si nous le faisions ,nous serions immédiatement bousculés par les plus agressives pour compétitivité, matières exploitables et ressources ,croissance infinie, etc…Alors, même si nous étions heureux ,nous ne pourrions ralentir l’allure et nous arrêter pour sentir nos équilibres. La dynamique de l’ensemble est donc plus forte que tout et le choix ne nous est guère laissé pour changer de cap (Je ferai référence à une chanson du regretté Joe Dassin «  Qu’il est long, qu’il est loin ton chemin papa! »Le progrès constant est également facteur d’accélération continue. Le sentiment de dominer et résider dans l’utilité du monde est forte. D’où la construction d’une communauté fabriquant de l’inclusion et non de l’exclusion permanente.

Que faut-il faire face à l’accélération poussée de nos sociétés car l’ensemble ne va bientôt faire qu’un ou son esprit, sa pensée, son savoir faire.Hier, j’ai abordé en politique gestionnaire ,le rôle des partis et leurs évolutions. Il est sûr qu’ils doivent toujours être à la pointe de la pensée, des philosophies, des actions envers femmes et hommes, ne plus faire qu’un en son esprit, son savoir faire et le bien être. Et pourquoi le Socialisme?

Parce que c’est lui qui a hérité de la gestion de la société in fine, conformément à ce que les penseurs des théories des constructions humaines l’avaient vu et envisagé. Les autres partis n’en déméritent pas pour autant. Ils doivent être capables d’exercer une alternance passagère. Le problème réside dans le Socialisme défini aujourd’hui et qui ne croit guère en lui, alors que son heure vient de sonner. Il devrait regorger d’idées pour une société en difficulté et suicidaire, ou bien réformer son état d’esprit basé sur un savoir passéiste non valorisé, mais une force obtenue par les débats fédéraux, nationaux et centraux continus des militants, adhérents, sympathisants, et sociologues de tous nievaux et catégories. Il devra appliquer une grande règle depuis ses débuts : « toujours sauvegarder les meilleures conditions humaines dans le travail, la famille, l’éducation ,le bien être , la procréation naturelle, le bien-être, les sciences, la recherche, les équilibres fondamentaux sociaux et notamment éviter de se renfermer sur ses éléments directionnels verrouillant les idées de pouvoirs. Pas plus quil n’adhère au Marxisme, il observe et tempère le capitalisme. Les schémas présents aujourd’hui sont dépassés et doivent faire l’objet d’une pensée novatrice des théories véhiculées.

Les forces sont vives en notre pays, de la jeunesse éveillée aux femmes et hommes  dans le travail et  aux aînés, auxquelles le Socialisme apparaît comme une forme de dignité collective organisée ,une équité possible et une redéfinition de la solidarité globale.Le social n’est pas représenté par les niches établies dans chaque coin pour y mettre définitivement ceux qui sont rejetés sans trop de considération, ni attentions, ni compréhensions. Il faut aider ,avoir des bonnes œuvres, mais surtout réinsérer dans la société active et civile ,sans faiblesse et fatalité.La construction de ce monde ne souffre plus d’erreurs d’analyses importantes et il faudra que nos groupes  sociologiques fassent entrer dans le sein de leur doctrine l’idée de notre environnement  et sa gestion moderniste dessinant une assurance pour la sauvegarde d’un bien-être des communautés actives. ( A suivre)

Merci pour votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! L’âge de raison…

Posté : 4 août, 2012 @ 6:15 dans actualité générale, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Nous les humains allons atteindre ,dans notre évolution, l’âge de raison.les différents peuples composant l’humanité font des efforts méritoires pour arriver à juguler toutes les déviances qui dégradent ou enlèvent la vie. Après le dernier grand conflit mondial (1939-1945),qui a mis le monde à feu et à sang, l’esprit de paix relatif a réussi à imposer son règne. Cela n’a pas empêché les humains sans conscience de développer des armes très sophistiquées et redoutables pour compléter leur panoplie. De nombreux marchés existent et ils en enrichissent les vendeurs qui se transforment en  lâches et personnes placées dans le renégat d’une humanité honnête, droite, paisible dans l’aspiration, unie.
Aujourd’hui, malgré cet équilibre de vie et de Paix, des hommes rêvent d’en découdre afin, de satisfaire leurs visions de dominance et développer l’agressivité générale.

Les démonstrations de forces du Détroit d’Ormuz et la durée destructrice des vies humaines du conflit Syrien transforment l’analyse de l’union paisible des hommes en cauchemar permanent et sans réponse positive et équilibrée pour l’avenir. Après une succession de millénaires dans l’évolution des sociétés et des civilisations ,le genre humain devrait en être arrivé en des zones plus évoluées dans son parcours. Pour revoir le néant s’organise  autour de nous ,il est nécessaire de regarder comment un tel état d’esprit destructeur perdure.

Tout d’abord, le pouvoir sur l’autre est une de nos « belles inventions »qui marche. Dresser l’homme contre l’homme est une des spécialités de certains êtres. Exploiter tout ce qui peut l’être est une philosophie . Maîtriser la pensées des autres hommes est une chose inavouée mais bien présente. Réduire la vie dans sa largeur ,pour lui laisser le minimum d’équilibre, voilà les fondements du vécu de certains hommes.

Faisons en sorte d’échapper à cet enfermement et ne laissons pas entraver la liberté, la Paix, la démocratie vibrante et appliquée.

En métaphysique, je ne donne pas très cher de ces âmes réduites au rang matériel, sans sentiments et qui ne pourront dignement affronter la grande justice et son chemin de Vérité. Le gouffre qui s’ouvrira devant elles sera immense et il représentera ,en retour, ce qu’elles envisageaient d’infliger à leurs consœurs durant leur vie active. Que les avocats s’avancent et présentent leur défense, s’il y en a une possible. C’est avant qu’il faut réfléchir aux conséquences communautaires et individuelles.

Alors, il est où cet âge de raison tant espéré ?

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! Plus qu’un souhait !

Posté : 18 juillet, 2012 @ 7:38 dans actualité générale, communications, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Nous l’avons vu dans mon article intitulé « Epées de Damoclès »,que de lourdes menaces sont mises en place pour détruire nos sociétés lors de conflits ou accidents car elles sont fixées au dessus de nos têtes. Je veux parler des risques nucléaires, de ceux attachés aux chimies déployées ou stockées et aux risques engagés pour toutes les forces armées en développant le monde virale et bactérien ,depuis une trentaine d’années. Les pays dits développés ont mis des sommes d’argent considérables entrainant la formation interne de stocks importants.

Plus le temps passe et plus nous aurons de difficultés pour supprimer ces plans, relevant de l’inconscience et du peu d’amour et considération respectueuse entre les hommes. Nos dirigeants, en se copiant les uns les autres consolident ce processus inhumain. En ces matières, rien n’est perdu, mais rien n’est gagné. Le démantèlement serait un gage de bonne volonté des hommes. Pourtant, ceux-ci se succèdent aux commandes des pays, mais aucun effort n’est fait dans le sens allégé. A force d’aligner et ajouter des menaces contre l’homme à titre sournois et despotique, nous ne faisons aucun effort de sortie de ce dilemme.

Il faut oublier que cela existe pour vivre! Tout bonnement ,il faut oublier la conscience des peuples sur le plan individuel et collectif. Un jour, alors qu’il ne s’en attendra pas, l’humain va voir s’enchainer l’apocalypse à des vitesses importantes et personne ne pourra réagir au chaos qui en émergera. Il faut que l’humain, dans ses relations plus fines avec le monde de l’amour et de ses membres entre eux. Faire peur, terroriser son prochain, vouloir détruire à tout jamais tous les éléments gracieux présents sur cette Terre et faire de l’ambiance planétaire la communauté  la plus triste de non fréquentable  de l’Univers. En même temps que cette menace présente, nous devons avoir l’espoir d’aller vers l’amour et le construire. Mais, nous ne retrouvons pas les pleines conditions pour abolir toutes ces relations- menaces.-chantage avec son effrayante propriété.

Par contre, le cas échéant où les responsables nationaux décideraient d’évoluer dans un sens positif, équilibré et certain , nous  verrions  les perspectives du chaos s’éloigner de nous. Un dialogue sain sera devenu possible et l’histoire reprendra son cours normal .Même les forces de l‘esprit nous ont abandonnés car en l’espace de la nano secondes  ,elles ont analysé la situation et le contexte ,nous laissant seuls pour régler nos problèmes ardus. Faut-il y avoir cette folle espérance chevillée au cœur pour continuer de vivre et assembler demain ,alors que tout est fait pour  nuire à l’avenir renforçant le respect de l’avenir et des hommes entre eux.

Aux regards portés sur une telle situation, je dirai que le chaos généralisé s’est rapproché avec le temps dit moderne et empli de notre bienveillance. Menacés et pris en otage les « vies » sur Terre vont s’affadir dans le sens d’effectuer un parcours  du vécu entre deux points suivants : » La naissance et la mort ».

Ce que nous ne savons discerner ,c’est que les êtres et les sociétés portent en eux le niveau qu’ils atteindront en valeur élévatrice communautaire  constante et construite. Il était donc écrit notre difficulté d’évolution ,sans tomber dans le piège de la cruauté, de la méchanceté et autres condamnations. C’est une affaire mise en observations et qui laisse penser que nous n’irons pas bien loin en matière de construction collective. Alors, peut-on être satisfait? Je dirai non car nous pourrions mieux faire et dépasser les écueils.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Y a-t-il une extrémité ?

Posté : 13 juillet, 2012 @ 7:18 dans metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Par ces quelques mots, je voudrais introduire la relation de jeu concernant non pas le progrès lui-même, mais sur une interrogation reliée à la matière et au physique. Aussi, et de ce fait, notre destin individuel se modifie par ce jeu assemblé de la chaire et de l’esprit. Il y a grand respect à prendre acte comment cela fonctionne et s’impose. L’âme et l’esprit s’appuient sur des valeurs les plus fines que nous produisons et générons. C’est une chose très complexe, vivante, dynamique et active, intemporelle et alliée de l’esprit le plus élevé. Ainsi, la conscience  est représentée chez tous les humains. Souvent, nous négligeons chez les autres vies cet aspect et chaque espèce qui nous accompagne porte en elle son condensé, représenté par son âme active, si petite soit-elle .

Pour certaines personnes, cela n’a aucun sens ni considération car ce n’est pas palpable matériellement, preuves en main. C’est une grande particularité de la vie, faire en sorte que nous puissions sauvegarder l’essentiel dans les contacts avec le monde physique. La vie étant  dans un puisant développement quand l’âme et l’esprit investissent un corps par le biais de l’Incarnation.
Nous savons que nous sommes très partagés sur le fait de considérer une élévation autre que la matière intimement fréquentée. Tout le reste ne serait que du rêve, que de l’invention des sens, que l’imagination mentale  et tout se dissoudrait lors de la mort. Le physique représentant la machine à produire cet effet. Pour beaucoup de pragmatiques, aucune autre porte ne s’ouvre et établit un règne. La vie étant unique ,fruit du hasard de par les forces intimes de l’amour consommé et il n’y a pas d’autres voies!

Pour une partie de ces personnes rejoignant parfois un athéisme pur et dur, Dieu n’a pas existence,n’a rien créé et celui qui déclame son existence est déclaré malade et fou ,dans un approché, car ce serait une maladie. Rien n’est simple pour aller convaincre notre prochain de s’écarter des voies trop reliées à la chair qui a ses propres exigences. Le problème, dans nos sociétés très présentes dans le monde physique est que nous ne décollons pas du monde des plaisirs rencontrés . Les buts de la pensée vont vers la jouissance maximum des plaisirs quels qu’ils soient et même hors des moralités existantes et définies.

Ce qui est à craindre et qui aurait fait stagner et entrainer des sociétés humaines des temps passés résiderait dans la montée en force  des négligences  de la conscience individuelle et par conséquent de la collective. Sentiments nobles, idées généreuses et fraternelles, évolution et réalité pensées constructives autres que celles comportementales aménagées pour le plaisir. La philosophie portée est répandue au grande rapidité, définie dans un intellectualisme sans prise en compte d’un monde extérieur à l’homme. La construction d’un collectif que nous mettons en place ou bien issu naturellement de nos actions, s’opposent farouchement à l’idée d’une survie et de la partie éthérée de nous même.

Avec le nombre et le rassemblement des pensées naissent des manifestations de l’extrême tendant à vénérer ce que nous appelons le satanisme. Ce n’est pas réjouissant et les personnes entretenant un neutralité ne peuvent établir une orientation naturelle plus médiane .Ainsi des groupes entiers situés dans ces philosophies actives qui se développent par un triomphe de cette pensée, vont détruire l’évolution humaine en première phase en rabaissant continuellement  l’ascensionnel de l’esprit. Nous en reparlerons.

Merci de votre aimable visite, bonne journée et à bientôt

Bonjour à tous ! Carrefour sans direction …

Posté : 10 juillet, 2012 @ 7:23 dans actualité générale | Pas de commentaires »

En de nombreux points, nous allons devoir innover et être inventifs afin de définir notre demain collectif. Bien évidemment, il y a aussi l’individuel que s’y relie.

La plus grande interrogation des années prochaines touchera à nos énergies utilisées et à la redéfinition des systèmes de déplacement. Je pense,que la toute première partie à considérer touche le bien-être des personnes ayant des handicaps, maladies non guérissables, cancers et diverses atteintes qui sont en soi des infirmités. Il nous faut donc maintenir  sur le fil du temps nos précieuses connaissances et informations. Les cancers sont sur la même lignée et ils causent d’innombrables décès au sein des populations et doivent faire l’objet d’une attention prioritaire pour en réduire le nombre et l’action. Les malformations congénitales entrent en compte, lors de la dynamique du vivant. Pour ma part, le bien-être des personnes est une chose essentielle attachée à l’évolution humaine. C’est le premier acquis qui doit faire l’objet d’une sauvegarde et d’améliorations permanentes pour compenser les handicaps.

Le point qui suit est celui de l’énergie utilisée par nos vies courantes en fonction de ce que nous articulons. Mais avant, va certainement se présenter un dossier dont nous ne soupçonnons pas la présence. Il s’agit de la meilleure invention qui soit : la roue et ses facultés d’utilisations. La question est de savoir si nous envisageons un système actif de déplacement basé sur la dynamique des forces et la rondeur. Cette même roue nous a donné beaucoup de satisfactions et conditionne un niveau de nos sociétés. Le panachage de plusieurs systèmes serait la meilleure solution pour définir nos avancées généreuses. Là-dessus, j’ai mon idée que je développerai dans les prochains articles.

Dans la même catégorie, le moteur à explosion a été très amélioré, mais pas suffisamment pour éviter les bruits et surtout les rejets polluants salissants en continu la biosphère. C’est un dossier qui va demander de l’énergie et une volonté assurée pour que nous innovions et sortions de cet acquis. Cette analyse en ouvre une autre, c’est celle de l’énergie même disponible ,car le pétrole va devenir denrée rare. La fin sera pénible et désastreuse, si nous n’avons pas en main les prochains flux énergétiques. Nous avons des énergies provenant de la vie naturelle et planétaire, puis celles provenant des mouvements cosmiques et astraux. A nous de faire pour nous orienter vers des énergies propres, durables, équilibrées sur le respect de l’environnement et impérieusement performantes dans nos siècles sollicitant la rapidité.

Je vais stopper là développement et de nombreux points doivent évoluer sous la poussées des améliorations souhaitées et plus nous sommes nombreux et plus nous devons être ingénieux et définir une créativité illimitée. A nos ingénieurs de travailler avec ardeurs et fertilités, car nous sommes en une période où l’évolution matérialiste doit s’adapter et se régler sur le bien-être des peuples. Voici, selon ma vision personnelle, les différents points qui vont se présenter à nous pour une évolution de nos sociétés. En absence de réactions, nous risquons de connaître une régression sur le nombreux éléments La fatalité s’imposera à nous sans que nous puissions réagir.(A suivre)

Merci de votre aimable visite et bonne journée!

Bonjour à tous ! Renouveau politique…

Posté : 7 mai, 2012 @ 6:02 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Le résultat des urnes a parlé et sans faire de très grands écarts ,il a donné une prépondérance au Socialisme. C’est donc aujourd’hui jour de fête pour qui croit au rassemblement plus fraternel et constructeur des hommes. C’est une victoire obtenue aux forceps du candidat socialiste ,François Hollande. Tout s’est encore resserré après le premier tour du scrutin. On aurait pu douter de cette victoire si ce n’était le manque apparent d’une politique plus philanthropique portée par la droite. Nous ne pouvons ,aujourd’hui, laisser s’installer un rejet continu de l’homme sans richesse et attaché à d’autres valeurs.

Désormais, nous sommes bien  dans l’assemblage politique et gestionnaire d’une forme de sociologie développée et active, d’un humanisme renaissant de ses cendres et de l’écologie incontournable. Personnellement et intellectuellement, comme je le cite dans mon ouvrage de 2005, «  Si on parlait Sociologie, Humanisme et Ecologie »,l’union de ces trois composantes doit être faîte et pratiquée dans les interactions par les services gestionnaires de notre société active. Je nomme la sociologie car de nombreux comportements sociaux restent à prendre en compte pour aboutir à un socialisme adapté et vraiment dans l’air de son temps et de sa période.

L’humanisme parce qu’il me semble incongru et irréel que nous n’arrivions pas à évoluer humainement sur nos qualités internes. Tout responsable politique de quelque niveau que ce soit devra en être imprégné.

Puis, l’écologie et sa prise en compte ne peut être contournée. Nous devons entrer dans cette science parla gestion politique commune car elle est de taille. Elle peut mettre à mal le Socialisme de gestion et en faire effondrer la doctrine.  Elle a une place aussi importante que l’homme dans sa société car elle défend la vie et sa qualité. Les hommes de la cité, les hommes de la campagne, les hommes de la montagne, les hommes de la mer doivent désormais s’entendre pour un choix ,un modèle de gestion publique démocratique, politique d’une société responsable dans ses grandes largeurs. L’argent a formé trop de prédateurs, d’exploiteurs de toutes sortes qui ne sont pas une conscience finale. Le travail du nouveau Président ,du gouvernement qui va être mis en place et créé sera immense.

Toute matière active et présente non satisfaite entrera dans une opposition désordonnée immédiatement. Certaines de ces matières peuvent faire basculer notre société et ses équilibres d’évolution telle que nous la connaissons. Il faut en être conscient. Nous n’avons nullement besoin, aujourd’hui, de personnes entrainant des philosophies d’affrontements internes. Il s’avère urgent de concilier, réparer, apaiser, comprendre les phalanges et les groupes politiques satellisés  structurés en dissidence .La pensée excessive et jusqu’au boutis te est là et bien là. Il faut voir réellement ce qu’elle veut et pourquoi elle s’agite si vigoureusement. Certaines évolutions de sociétés dans le monde ne peuvent être occultées.

Les régimes inhumains font fuir les habitants de leurs territoires et ils les encouragent à migrer. Afin de rechercher un îlot de paix existant ,ces humains s’enfuient et arrivent dans les pays les plus stables qui doivent leur tendre la main ,car ils sont dans la grande détresse. Nous ne pouvons plus surseoir à nos sentiments aimants qui dominent dans nos cœurs et nos esprits. Tout ne pourra se régler par des mesures autoritaires policières d’encadrement ou militaires absolues. Eloignons-nous de ces spectres entrainant nos sociétés vers le chaos encore plus affirmé. C’est tous ensemble et un pour tous, tous pour un que nous devons avancer.

Je souhaite bonne chance à l’éclosion de ce nouveau socialisme et je me félicite de l’arrivée de cette doctrine politicienne unifiant des consciences fraternelles et solidaires.
Nous sommes tous un petit grain de sable dans un ensemble sablonneux immense et il faut que nous empêchions la désertification qui pourrait survenir rapidement. Alors, courage et je mets entre guillemets pour la contenance de sa puissance incarné  le mot «  fuyons ».
Que la sagesse nous envahisse, l’amour et la bonté ouvrant nos cœurs à la générosité, l’ouverture vers notre prochain dans la fertilisation de nos pensées et de nos consciences.
Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Il manque une longueur …

Posté : 1 mars, 2012 @ 8:25 dans communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

En quoi,nous manque-t-il donc une longueur et pourquoi faire et atteindre ?Serions-nous des sportifs avec des objectifs? Mais, lesquels ? Sommes-nous obligés d’adhérer à cette vision ? Que l’on nous fiche la paix avec tout cela et gouttons l’existence ,sans y ajouter les ingrédients contrariants nos désirs du bonheur immédiat et des jouissances matérielles qu’apporte la vie. Je vais essayer d’expliquer le pourquoi et ses raisons intimes. Mon exercice est difficile,mais utile et cela permet de mieux comprendre comment nous avançons et  nous nous développons.

Nous avons mis un certain temps à sortir de notre préhistoire. Nous avions notre caverne,notre feu,notre chasse;notre pêche. etc…Puis, nous avons connu le développement antique avec nos prises de contacts entre différents groupes vivants existants sur Terre. Avec le bateau,nous avons sillonné les mers et rencontrer d’autres peuples. Chaque période de notre histoire a son ou ses paliers que nous devons absolument franchir. Notre temps n’échappe pas à cet objectif non dévoilé, mais bien présent dans notre subsconcient.toute la violence et le temps que nous y avons passé  nous handicapent maintenant .car les guerres,les conquêtes,les colonisations,sont des temps morts où nous aurions dû défricher.Au lieu de nous battre sans cesse,comme de mauvais gamins, d’établir nos territoires comme les animaux sauvages de sombrer dans tous les plaisirs.

Nous aurions dû tout aimer,non pas moitié aimer,mais pleinement et renvoyer toute la haine et son agressivité dans les fonds sans avenir.Notre avancée de société ,de civilisation ne fait pas l’adhérence à l’Amour , et non pas la force et la technologie alignées. Le temps que nous nous nous enfermons sur nous même est du temps de perdu et qui va s‘inscrire en déficit de développement pour passer un palier. Nous n‘avons pas su mettre d‘ordre dans notre maison. La prépondérance existe en certaines matières et au sein de nous-mêmes.Les valeurs de l‘esprit et leurs avancées l‘emportent sur celles de la matière qui en même temps doivent être vécues,sans inverser l‘ordre des choses.Si je dis cela,c‘est que chaque bienfait qui nous attend stagne souvent à notre porte, car nous n’envisageons pas de quitter ce que nous connaissons.

Je vous le dis,il n’y a que l’Amour,la bonté,la solidarité,la fraternité qui construisent. Il y a bien des paliers pour nous arracher à notre chaos parfois prononcé.De nous aimer, créér un autre monde  et permettre d’envisager des solutions aux problèmes qui sont devant-nous. C’est toujours le même leitmotiv ,avec je suis le meilleur de tout et je le fais savoir en l’imposant le cas échéant. Le monde ne fonctionne pas ainsi  et le respect attendu dans l’évolution ne donne pas raison aux boute-feux et aux guerriers. Dans notre temps,nous allons être trop courts avec notre aller et venir,nous déplacer car notre technologie en place va être rendu obsolète progressivement. La réduction de ces éléments met en danger la poursuite évolutive.Le monde de faire,innover,créer,comprendre est en France ,avec l’activité des hommes utiles aux collectifs.La machine qui pense surpasse l’humain. Le travail seul a capacité à avoir un peu du partager de la richesse produite,s’étiole et disparaît. Il faudra accepter l’homme quand même et généreusement lui attribuer sa part lui permettant de vivre,lui et sa famille.

L’agressivité et la haine ,la dominance,le pouvoir établi nous ont enfermés dans des contenances qui vite vont devenir insolubles. Amour entre nous,ne  condamnerait pas aux travaux forcés,mais à notre imagination et définir un collectif solidaire,généreux,et relancer notre tous ensemble qui se bloque. Nous avons également préféré à l’Amour et les forces de la vie universelle , alliées de la force brute et sans concession menant vers le chaos et le néant.Nos fusées,nos bombardiers,nos avions de chasse emplis de missiles sont prêts à tous moments à décoller pour la fin du monde et l’apocalypse.L’Amour entier nous aurait résolu cela et nous serions sur d’autres voies. Au lieu de s’acharner à défendre nos territoires,nos possessions en tous genres, nous aurions dû développer un état d’esprit du partage concernant le nécessaire et nous aurions fait éclore le désintéressement dont le mot possession ne veut plus rien dire.

Ainsi et par autodiscipline de l’être,nous aurions éradiqué le vol et la malhonnêteté avec ses corolaires.Là bas,ce monde n’ existe pas et ne pourra pas éclore. Pas plus que l’homme ne pourra recevoir en son esprit et sa conscience la connaissance supérieure et universelle venant des plus fines ondes parcourant l’univers. Inutile d’en parler,ça fait doucement rigoler.La compréhension de notre cerveau planétaire et son fonctionnement conduisant aux équilibres de la vie sans occulter par nos exploitations de toutes sortes accentuées la vie même. Elle devient secondaire dans nos appréhensions et sa propre protection. Nous avons dépassé ,ici, toutes les limites de l’Amour global engagé dans la fertilité d’un bien être donné et assuré. Nous ne sommes plus surs de grand-chose et surtout d’être capable de nous éveiller à la vie Universelle et planétaires. Ce constat est simple,non nous n’avons pas l’esprit nécessaire en communication générale ,ni en somme d’Amour pour d’autres vies différentes en image. Là également c’est le raisonnement porté par la violence,l’agressivité,l’objectif d’être dominant et le meilleur qui conduit à une impasse

.Le dernier palier qui sera manquant va toucher la vie et son éventuelle régénérescence suivant nos désirs. C’est-à-dire une sorte de victoire sur ce que nous appelons la mort. Dans l’Amour global,nous devrions être capable de remettre en place le processus  délicat et précieux de la vie dès qu’il s’enraye et la fin devenant volonté de celui qui en détient l’âme complète et la conscience associées. Jusqu’à présent nous ne comprenons pas et ne faisons rien pour en arriver à une telle éventualité. Notre monde serait donc limité et dans une impasse par notre manque de développement de l’esprit du choix individuel et collectif. Agressivité ou Amour sont deux mots qui commencent par un A. N’oublions pas le troisième qui suit de près dans l’ombre :Apocalypse. Malgré tous nos errements ,je souhaite à l’Amour sont juste triomphe.

Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! La France qui se replie…

Posté : 27 janvier, 2012 @ 8:04 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Suite aux décisions de sécuriser plus fortement notre tous ensemble,il apparaît par sondage que 68% des français sont favorables à de telles mesures.L’indécision retirée,il ne reste en contre que 18 à 20 % de personnes.Une fois encore,je me pose de sérieuses questions sur notre avenir commun dans une forme de communauté où chacun se respecte sans offenser, ni imposer à l’autre un comportement heurtant les consciences et convictions.

C’est le jeu de l’expression libre où chacun se positionne dan sa sérénité intérieure (du moins ,je l’espère) et en fonction de l’expression de sa conscience et de son âme.Un nombre croissant de citoyen se sent en danger et pense que le protectionnisme n’est pas suffisant.Les raisons qui me font croire et considérer le contraire,sont tout autres et il nous faut ,de temps en temps ;passer la tête à la fenêtre et prendre le risque des dangers ambiants.Nous ne progresserons qu’ainsi,en faisant notre examen de conscience.

Les idées d’un 100% sécuritaire conduisent aux régimes totalitaires et ces derniers n’apportent pas pour autant de solutions convenables,à part la souffrance  au bout du fusil.Prenons garde car il y a environ un demi siècle,nous avons vu où les extrêmes nous ont conduit.Tout cela,par la mise en place d’un monde arrêté dans la pensée visant l’excellence de son niveau abouti.La France de l’époque ne s’est pas rangée vers ces applications qui ont tant fait souffrir et périr de gens innocents.Sans le courage et la foi de nos libérateurs,nous y serions encore dans un temps arrêté, à vivre notre parfait ou ce qu’il en était .Tout ceci à cause d’une pensée qui voulait établir la fin d’un règne.Il y a très longtemps que les humains s’observent et s’épient pour trouver la faille dans l’autre et s’y engouffrer pour le désarçonner par l’esprit et les pensées.

Il y a 2500  ans, Jules César le pensait également et prônait certes une sécurité des sociétés par la dominance ses légionnaires.Mais, encore bien plus cruel,,il jouait comme un chat avec une souris,mais lui avec le peuple.Le tout pour montrer que c’était lui le décisonnel et l’autorité incontournable.Ainsi, il a fait édifié des arênes, avec des gladiateurs et des félins capables de tuer les hommes condamnés à juste ou injuste raison.Le tout était de marquer le peuple et son plus grand nombre.Ainsi, tout récalcitrant,penseurs différents,subissaient un châtiment humiliant, terrifiant,public jusqu’à la mort.Le peuple  était aimablement invité et dans l ‘obligation sous entendue,de venir s’asseoir sur les gradins, et assister à la mise à mort horrible du condamné.Il devait également applaudir cette cruauté organisée et en redemander,dans une forme de réjouissances malsaines.Jules César apprenait au peuple la soumission par la terreur,le sang,la violence du plus fort et la perversité organisée.Il fallait applaudir, se réjouir,au milieu des gradins et faire valoir le gôut morbide pour la sauvagerie et ses corollaires offensants.La devise était : «  Plus cruel et sauvage que moi ,tu meures! »

Tout ceci pour montrer en apologie cette cruauté  aidée de la perversité.Le modèle a eu son  heure de gloire,mais la souffrance du peuple a été trop conséquente dans l’esprit des hommes.C’est l’antipode de l’amour.Tout cela pour vous dire que si nous voulons  plus de sécurité,ce ne sera pas par ces biais et notre encadrement à tous prix.La force des légions césariennes était collossale et il ne faut pas s’auto-condamner sur ce sujet.Pour un grand nombre,il s’agit d’actes civiques et d’excellence citoyenne que de dénoncer son prochain. C’est une philosophie et un point de vue,mais elle a un défaut,,elle arrête le temps et l’évolution précieuse de l’homme lui-même. Cette dernière est la libération qui conduit aux meilleures sociétés.

L’effet d’apparat et de puissance des gens en armes,n’est pas le dernier rempart des forces supérieures du monde .Au contraire,elles sont au service de la force sans états d’âme,ni sentiments. Le chemin est considérable pour construire un avenir généreux,aimant solidaire, partageur et respectueux Seul le travail sur les profondeurs de notre intimité pensante de la conscience et de l‘âme, sont à même de nous donner une vie meilleure. Il y a aussi des absolus qui ne s’imposent pas laissent le choix .La peur agitée comme un élément constructeur n’est jamais bonne conseillère. Elle existe bien pourtant et certains s’en servent et manoeuvrent avec comme Jules César jouait avec les sentiments humains emplis de contradictions comportementales. Donnons-nous du temps,celui de nos évolutions fines et respectueuses,dans la totalité de nos êtres

Merci de votre aimable visite.   

Bonjour à tous ! Science fiction ou futur en gestation (10)

Posté : 12 décembre, 2011 @ 6:48 dans science-fiction, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Imaginer un futur dans une dimension hors de sa matérialisation finale, l’ajuster,en peaufiner les contours,les formes,les conséquences et incidences,n’est pas en même temps de notre capacité et hors de celle-ci. C’est pour cette raison que nous devons ,sans cesse, élever nos consciences,nos âmes dans les valeurs fines et dominantes incluant un grand respect et un grand Amour partagés de la vie entre-nous.Nous construisons un demain et celui-ci doit posséder les ingrédients de la solidité bâtie dans un pérenne sans cesse plus fort et équilibré.

Je ne suis pas sûr que le monde hyper matérialiste soit une réponse d’un progrès équilibré,sage et raisonnable.Je vous l’ai expliqué dans mes expériences personnelles,je constate qu’en inventant aucune face matérielle,les espèces qui nous accompagnent en tant que petites âmes,sont parfois bien plus en avance que nous  dans leur développement et schéma d’une pensée vers l’espace qui se dégage devant nous. Je parle des oiseaux,mais aussi de certains mammifères marins ayant de très grandes capacités analytiques.

L‘humain en recréant un monde à sa propre vision,dans ce qu’il définit un progrès issu de ses inventions,est obligé sans cesse de se recadrer vis à vis des autres espèces présentes parmi nous et ayant reçu au sein de leur fonctionnement biologique les qualités identiques de compréhension naturelle d’éveil. Alors, qui progresse le plus vite et le plus généreusement ? L’humain ou bien les autres vies l’accompagnant y compris les oiseaux.Ce qui est originel paraît essentiel et capital.Notre transformation accentuée des conditions de vie nous voit bouleverser ces équilibres qui sont comme nous;des œuvres dynamiques inter-relationnelles et primordiales à l’expression supérieure de la vie.Il en découle une forme obtenue de bonheur,de satisfaction simple dans cette jouissance même excluant l’idée même de transformation des éléments actifs dynamiques.Nous avons vu que notre calage existentiel au sein d’un créneau adapté du temps sous-entend trouver un équilibre avec celui-ci et s’en satisfaire.

La biologie terrestre trouve un équilibre en laissant du temps au temps et à ses métronomes présents à nos côtés.Tout d’abord,le jour et la nuit sont des séquences astrales qui nous équilibrent  l’éveil et le sommeil.Ensuite, nous avons les références supérieures telles le calage de nos vies au regard des autres établis avec notamment les autres espèces tel le cheval domestiqué, son fonctionnement se rapportant à la force naturelle dans sa grande dynamique.Le temps de la Terre est fixé pour l’équilibre biologique,mais aussi pour l’expression des vies dans la pensée active et développée.S’y référer,s’y adapter est un signe important équilibré.Malheureusement,nous ne pouvons nous en satisfaire car beaucoup trop long et lent.

Puis cette grande vérité inscrite à la face du Monde : « -notre ralliement aux séquences temps universel basé sur l’astre solaire et ses relations avec la Terre ». Nous nous moquons de l’heure solaire  et universelle et chaque année nous gesticulons semblable à un monde artificiel hors de toutes relations serrées.Il est inconcevable d’aller vers le calage d’un temps hors des créneaux universels.Pourtant , nous osons,avec tous les dérèglements subis.Nous en sommes fiers car nous économisons des tonnes de pétrole par milliers,si chères à nos moteurs.Ce progrès nous a versés du monde réel et direct relié aux particularités essentielles terrestres vers celui artificiel de l’industrie.

Prisonniers de nous-mêmes,nous n’avons pas réagi.Il s’agit , ici,du plus grand acte autosatisfaction de l’espèce humaine dans la négation complète et l’incompréhension totale de son milieu de vie.Rien à faire,les dirigeant s’acqueboutent sur leurs prérogatives décisionnelles.Cela nous donne mal à la tête et nous empêche de communiquer,car les fondements de nos sociétés ne sont pas dans le péremptoire,mais dans l’Amour de la vie et des vies dans le profond respect.Nous reparlerons de nos visions des séquences du temps.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...