Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à Tous ! Le progrès …

Posté : 22 mars, 2013 @ 9:34 dans actualité générale, communications, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Physique et astro-physique, science-fiction, Universalité | Pas de commentaires »

« Les vrais hommes de progrès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé «  Ernest Renan.
Dans ce blog même, il y a quelques mois,  je vous ai donné ma vision d’une société qui arrive sur un buttoir et le heurte. Je vous ai indiqué des solutions en matière d’aller et venir et de transports dans l’innovation. Je pense toujours que nous allons quitter la roue par nécessité car l’ambiance y devient celle d’un enfer. Le nombre de véhicule est en augmentation constante et e mélange sans discernement de tout ce qui roule pose problème et accroit les risque d’accidents mortels. Nous sommes dans la saturation et à la  fin d’une technicité.

La répression est suractivée et le conducteur est nommé de « Criminel en puissance ». Le droit l’emporte sur la raison et les légions  se dressent en possédant argent, ingéniosité dans leur esprit allié à celui de l’intelligence artificielle à son service. Le résultat n’améliore rien et devient affreux ,voire nauséabond dans l’esprit aidé de l’argent roi, souverain et sauveur ? L’homme à la base sera désormais    et pour une éternité un délinquant ,un moindre que rien, un être que d’autres proclament  inférieur et sans juste pensée.

Ceux qui confortent cette philosophie sont dans l’erreur, car ils se nomment dans une partie supérieur pensée et excitent dans l’avenir..Je dirai ici sans détour les mots suivants : - » Quand le chien possède un os ,au tout début, il   remercie  son maître de lui avoir donné et ensuite il devient féroce si on s’approche de lui car il s’est identifié au Maître. » Une majorité de citoyen est atterrée de voire comment nous évoluons  avec ce sujet ô combien important pour nous tous car il est notre liberté d’aller et venir ,d’échanger ,de communiquer, de s’aimer ! »

Dans mes écrits, j’ai rédigé un pamphlet philosophique intitulé le trappeur où j’y explique et dénonce cette volonté de faire passer la pensée machine au dessus  des niveau humains, pour les brimer et les frustrer. La roue glorieusement  et adroitement adaptée pour tous   ses services rendus .Elle existe depuis des lustres et elle est en train de s’écarter pour laisser passer une autre voie qui va lui succéder. En nous comportant uniquement dans la répression pour faire peur et craindre en l’autorité constituée et agissante et dit avec une foi qui n’existe pas en le regard sur l’homme, l’avenir se trouve condamner avant de naître.il faut libérer l’homme de sa tentacule des extrême qui le menace et l’assaille. Comme je l’ai déjà indiqué dans ce blog et dans mes échanges en sociétés ,ne pas avoir de regard généreux et noble Envers l’autre  nous condamne.

Mon espérance est grande  dans l’avenir, et l’espoir dans nos sociétés humaines hors du chaos, de l’autorité unique dominante et confiscatoire, sans idée d’un  partage  et une lueur dans cette configuration. Mon esprit réagi fortement à cette philosophie unique utilisant une fin du monde avec son progrès.

J’ai donc émis l’idée que nous créerions une autre voie pour nous   déplacer,tout d’abord dans l’individuel et ensuite dans le collectif.Il va s’agir de quitter la roue pour entrer sur les routes aériennes de petites hauteurs guidées et balisées par la pensée artificielle avec engin  individuel sur coussin d’air dont le conducteur aura uniquement à  programmer la destination.Des rayons infra-rouges guideront dans les mesures adaptées et dans la sécurité fonctionnelle.L’homme prendra la commande pour partir et ensuite corriger le trajet et se poser en se dégageant de la voie virtuelle de circulation.Cette invention permettrait d’augmenter la sécurité et la vitesse sécurisée à environ 98 % du trafic et de garder une dignité aux hommes ,de rendre à la nature ses lieux d’expression par la réoccupation de zones bétonnées et d’asphalte. Pour avoir émis une telle idée,j’ai reçu des formes d’insultes représentées par un coup sur la joue droite , bien sûr au figuré. Mais je persiste et tend la gauche. Puis, en quelques années,ce que je pensais de néfaste s’est mis en place et a rendu des personnes  inoffensives et constructives pour la société ,sans moyen d’aller et venir.Alors, pour moi, il s’agit des forces de la République d’apprécier autre chose que l’esprit de brimade et réprimande en l’adaptant. Les camions devront monter sur le train et voyager  ainsi pour toutes les grandes distances. Hors de leur propre autonomie. Ils recevront autorisation de descendre  du train au plus près de leur destination où il reprendront autonomie. Les autocars devront avoir une forme de protection  de valeur collective appliquée pour le tourisme afin de réduire les vitesses et apprécier les découvertes des payasages ,architectures, lieux de cités remarquables , enfin favoriser le regard et sa formation généreuse. Tout le trafic individuel sera versé dans la nouvelle technologie afin de réduire la mortalité en ces matières , car la roue doit être remerciée pour son règne apporté dans le bâti de nos civilisations et s’écarter pour laisser place au support aérien sans entrer dans le fonctionnement des aéronefs.
Avant-hier,alors que je regardais des infos télévisuelle, quelle ne fut pas ma surprise de voir et constater la présence d’un futur immédiat.Des chercheurs Japonnais ,dans l’expérimentation,sont dans la mise au point d’un procéder novateur et unique au monde sous une forme de tube  incluant un train à vitesse encore plus supersonique  en l’intérieur de ce cylindre contenant des  habitacles voyageant à une vitesse de 65OO km/h,avec un confort de voiture . Cet engin pourra permettre de parcourir le monde en peu de temps.Prometteur,innovant et tombé du ciel. Puis les recherches avancent et un véhicule du futur en fonctionnement aérien serait à l’étude et en voie d’achèvement.
Je salue humblement le Japon et sa capacité d’innovation au service de tous car le temps où ma pensée  désirait voir une innovation est arrivé et peut nous donner un avenir généreux,de paix,de sécurité,disons le de stabilité aimante entre nous. Pouvoir échanger dans le monde serait formidable ,mais échanger non plus virtuellement,mais par la chaleur et le contact de la main tendue dans nos corps expressifs et vibrants.L’Europe et l’Asie, seraient en distance éloignés  de moins d’une heure.Ne soyez aucunement surpris car de grandes choses sont devant nous ,mais il faut noblement et généreusement les envisager dans le courage de regarder toutes les réalités en vérité. C’est-ce que fait le peuple Japonnais sans hésitation ,ni peur du futur. Alors, je le dis aux détracteurs et moqueurs  figés,demain dans sa vérité ne sera pas confisqué en faisant son surplace et ses prisons.,mais libéré par nos pensées dans la sagesse et la sérénité généreuse. Ce qui est expérimental va vite se mettre en place par l’application aux réalités présentes d’un ensemble mieux compris.
Merci de votre aimable visite , excellente et bonne journée et à très bientôt.                                                                                                                                                                    

Bonjour à tous !L’humanité et ses points clés…

Posté : 23 septembre, 2012 @ 6:54 dans actualité générale, communications, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Il était dit et écrit quelque part ,hors de notre dimension que tout est indiqué dans les limbes hors des temps..Ce que nous faisons aujourd’hui trouve un écho quelque part. Nos avancées technologiques se mesurent à leurs impacts sur nos sociétés et leur qualité. J’ai entrevu que nos progrès matériel prenait sur nous une part de notre humanisme et ils endurcira les cœurs. Alors, qui transforme le plus vite l’autre ? La machine ou l’homme ? Non ,je ne remets pas encause cette avancée, mais j’en critique les effets.

Plus nous inventons, innovons fabriquons os merveilleuses machines et plus l’insensibilité nous gagne. Alors objets inanimés avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer.(Lamartine- Milly ou la terre natale) .En exemple, nous voyons des gens ayant famille et sensibilité ,se transformer et écraser au volant de leur voiture leurs semblables. Je vois passer des tracteurs sur des chemins vicinaux et il me faut me boucher les oreilles tellement les moteurs sont bruyants.

Tout ce brouhaha ,mince chose, mais  trouble tous les effets vibratoires naturels Mais, qui a dit que nous ne devions pas faire de bruits? D’ailleurs, nous sommes faits pour créer et fabriquer un certain bruit, sans plus, car le summum  est contenu par la matière elle-même avant d’entrer en nous et nos corps. Les volcans, les tempêtes grondent et même le vent devient bruyant en ses débordements.
Nous avions sont  &également des troubles silence et la dessus vous n’avez guère d’attention précise.

La société du futur sera-t-elle faîte de cette pate ? Je pense que nous corrigerons nos erreurs passées.Les camions seront brêlées sur les trains. Les voitures seront équipé de moteur appelés sur coussin d’air et voleront dans des couloirs téléguidées par les sciences du numérique. La fiabilité et sureté seront d’environ 98 % évitant de créer des accidents. Le conducteur ne sera en réalité qu’un assistant activateur de fonction et le directeur de routes programmation sur l’ordinateur. Les moteurs seront silencieux et fonctionneront  à l’hydrogène liquide.

Les canons et les armes se seront tues à tout jamais ! Nous pourrons nous aimer sans fin et  sans obstacles.Nous  oreilles menaées deviendront finesse d’écoute même et l’ouïe de Louis atteindra des performances!      

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Futur et destin des hommes (2)…

Posté : 4 juillet, 2012 @ 7:02 dans actualité générale, Monde de l'Amour, Philosophie générale | Pas de commentaires »

Globalement, nous nous sommes organisés pour que l’essentiel soit transmis. Donc, génération après génération l’œuvre collective et individuelle se transmet et l’enseignement aborde largement ce que nous aimons. C’est ainsi que les premiers philosophes ont abordé d’éventuelles voies que nous suivrions. En la matière, un des plus brillant et performant fut Platon, qui dans un espace temps concentré ,nous définit notre futur. Non pas un avenir d’une précision mécanique, mais celui des grandes lignes pensées attachées à l’humanité dynamique.

La question qui vient à l’esprit est celle qui suggère l’idée que nous suivrions ces voies définies dans quelques pensées car nous manquerions d’imagination et surtout nous construirions sans nous en rendre compte. Les divers penseurs nous apporteraient les théories que nous expérimenterions sur le temps. Si la philosophie en son Art et Sommet était si importante, pourquoi l’avoir contenue dans son expression? Je dis cela  car je constate que nous avons établi les largeurs et les permissions de ses articulations pensées.

Donc, nous ne sortons plus du chemin premier et le fait d’en continuer l’expression tue progressivement notre « Pierre philosophale ».Cette fameuse et unique base de données Universelle qui s’éveille en chaque vie et s’exprime si nous ne l’étouffons pas par notre « sur mesure ». Le problème est que les pouvoirs en place n’aiment pas les philosophes et évitent leur développement expressif. Aussi, notre futur n’est pas riche d’idées, mais il se fracasse sur le mur de la pensée stagnante.

Je pense que la philosophie prendra de l’ampleur dans les temps futurs car elle se trouve sur notre route et nous ne pourrons ,sans risques ,l’évincer d nos constructions. Pour moi, la philosophie n’est pas consensuelle, ni pleine de rondeur pour le plaisir de ceux qui pensent contenir l’avenir des sociétés. Elle est parfois désagréable dans sa critique profonde, mais je l’adore quand elle nous demande de construire généreusement.

N’ayons pas peur car notre jeunesse en est remplie dans ses valeurs innées et Universelles. Nous canalisons ces fougues de pur-sang et à force, nous oublions qu’elle est notre avenir et son dessein. Toutes les pensées sont précieuses, voire unique, car elle proviennent de la chose la plus merveilleuse qui soit = l’émergence de la vie .Notre jalousie, notre contenance, notre routine, notre stabilité dans le douillet des cerveaux font que nous disons aux philosophes en herbe : «  Oublie ce chemin car il est interdit. Seules les références que nous en avons fait sont la Bible à laquelle tu devras te référer! »

Des siècles et des siècles nous contemplent, assis sur notre caillou, la tête enfouie entre les mains, et pleins de méditation avec des pensées qui ne seront jamais exprimées car impossible de les développer . Nous voyons un certain avenir s’enfuir devant nous car nous n’en voulons pas pour notre paix intérieure et extérieure. Les philosophes ne sont pas que des révolutionnaires, ceux qui pratiquent l’écrit et l’oraison ne s’installent pas dans la perversité des idées. Ils engagent la réflexion et à la juste et honnête pensée dans le moment présent. Très peu prônent l’idée de guerre et d’affrontement pour construire.ils savent justement déterminer avant une déflagration violente , le constat de correction pour sortir de la spirale des agressivités des esprits. N’oublions pas que la philosophie est aussi « Sagesse »,la mère des constructions solide, loyale, et partagée.

Une très grande part du respect contenu entre-nous  se trouve dans nos capacités à élever la communication entre les êtres, mais aussi entre sociétés et civilisations placées face à face. Le jour où nous avons mis en place dans le monde, nos réseaux d’ambassades ,nous avons effectué un grand pas contre la violence et la guerre. La diplomatie déployée et active est une force  des hommes dans le monde et les relations qu’elle apporte sont gigantesques en temps qui passe.

Il y a bien une vérité sur l’expression et ses largeurs, mais ce n’est pas celle de la contrainte, de la définition de son contenu, mais de sa généreuse liberté de dire – dire sans oublier la correction des propos, dire sans omettre le fil de la dignité, dire sans bousculer trop loin les consciences, dire qu’il faut dire et laisser dire, dire qu’il faut laisser libre son prochain  et  dire qu’en  toute chose il faut en prendre et en laisser, dire que la parole n’est pas que du fiel, mais le cri de l’esprit et du cœur. Dire que nous nous aimons sans retenues calculées. Dire que nous sommes frères partageant l’ensemble et que notre fraternité l’emporte. Mais dire aussi que nous sommes tous différents et que nous avons droit à la tolérance et à dire … (à suivre)

Merci pour votre aimable visite!

Bonjour à tous ! Futur et destin des hommes…

Posté : 3 juillet, 2012 @ 6:59 dans actualité générale, humanisme, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Je sais que vous êtes une majorité à aimer les textes de science-fiction. Comme je l’avais entrepris, il y a quelques temps, je vais essayer d’aborder notre avenir commun en certaines matières. Suivant nos actions pensées d’aujourd’hui, nous dessinons demain qui prend forme devant nous dans les brume du temps. L’avenir qui s’y situe est sacré et nul, à part le Maître; ne peut influer et en changer le cours  qui s’y dessine. C’est notre avenir et celui des prochaines générations qui se projette. Tout d’abord, que faut-il penser des machines suppléant les fonctionnements du cerveau humain ? Je n’en pense pas du bien! Le raisonnement informatique allié au numérique sophistiqué commence à créer des systèmes complexes appliqués aux hommes dans leur vie individuelle et surtout collective. Les enfants sont versés vers ces formes analytiques et raisonnantes sans discernements. Nous finissons par admettre la supériorité de machine à penser et raisonner que nous avons créées.

Nous ne pourrons pas vivre sur une telle philosophie et il va falloir envisager une sortie sage de cette vision unique qui, si elle rend de grands services est dans son classement final inférieur à son inventeur. Aucun être humain, au nom de ses droits et de sa dignité obtenus au cours des siècles passés, par nos ancêtres ne peut être classé en infériorité par la machine. L’usage de ces formes de pensées doit être analysé profondément et il n’a pas à interférer avec le développement et l’avenir de nos cerveaux. Nous avions pourtant bien commencé l’éveil de notre système de pensées, avec à chaque période vécue, une avancée au sein de nos lobes crâniens. C’est cela le merveilleux car tout s’ouvre lentement ,mais surement et l’humain atteint des zones aux possibilités inconnues. Tout cela s’entend si nous travaillons profondément et intensément dans les analyses en l’intérieur de nos neurones. Nous allons développer même principe qu’avec l’usage intensif des calculettes. Même le jour des examens, il est autorisé de s’en servir. Oui, mais avec l’ordinateur, c’est un pas supplémentaire qui est franchi.

L’officialité républicaine se sert maintenant de toutes ces  sophistications pour rabaisser les conducteurs sur la route et tendre des pièges à leurs semblables. Je ne veux pas dire que ceux qui n’ont pas le souci et le respect de la vie ne doivent pas être sanctionnés sur leur actions indisciplinées. A quel prix tout cela ? Hors de toute dignité et respect humain dans les profondeurs et ce qui est très inquiétant, hors des voies travées respectueusement, intelligemment pour tous nous insérer équitablement dans l’avenir que nous allons aborder.

Nul ne doit être placé en infériorité à l’invention et condamné dans son propre aveni. On entend dire que notre invention est plus fiable que nous, alors partout elle prend les commandes. Dans tous les bureaux, toutes les entreprises, toutes les sphères de vie ,elle apparaît. Avant de poursuivre notre chemin sur cette voie qui s’ouvre et ne s’annonce pas glorieuse, il faut regarder si nous ne coupons pas net et très brutalement l’avenir à la progression d’une humanité dont le vécu sur le temps ressemble parfois à un voyage cahotant. Y rajouter la déconsidération et la discrimination humaine par l’engin rend très perplexe. En toute chose, il ne s’agit d’un progrès que s’il libère  l’homme de ses servitudes et aliénations et permet de faire un pas assuré vers demain tous ensemble. Les deux derniers mots ne sont pas négociables et il va bien falloir recentrer nos vues constructives de cet avenir afin qu’il reste entre nos mains.

Nous le savons bien, la gadgetisation accompagnatrice se place dans l’évolution d’un monde cherchant à agrémenter son existence. La finalité est que l’homme aux mains nues et sans tous les attributs dits du progrès est plus aguerri et avancé que nous le sommes bardés de nos inventions. La portée développée de nos cerveaux est telle que nous ne pouvons imaginer la richesse contenue. Simplement par le système télépathique nous pourrions communiquer hors de la parole et du téléphone. Cela s’incrirait dans nos acquis naturels s’activant sans cesse dans les futures générations.

En tant qu’auteur, j’ai déjà mentionné la nécessité impérieuse que nos enfants naissent avec à la place de l’oreille : un téléphone portable. A celle des mains et des  pieds , des roues permettant en peu de temps d’être  un engin roulant. Demain ,ce sera avec le numérique informatique au sein du cerveau…

Alors nous savons pertinemment bien que nous avons des limites et un travail sur nous à faire gigantesque.

Nous en reparlerons et merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Des réalités puissantes…

Posté : 20 juin, 2012 @ 7:07 dans communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Universalité | Pas de commentaires »

Dans tous les jours que nous parcourons et où nous laissons notre construit , avons-nous réellement un choix important et une influence notoire.
Pour nous, nous sommes toujours dans le temps présent et nous ne pouvons en sortir, ni en décaler. Sauf, si nos cerveaux s’ouvrent à la mécanique cantique, comme semblent le faire les oiseaux.
Le passé disparaît un peu plus au fil des jour et nous devons le laisser partir vers son destin chargé de nos histoires. Il est le négatif de l’image et reste indélébile dans la boîte magique du concentré des temps. Quelque part,nos ancêtres l’ont épousé et ils s’y trouvent blottis jusqu’à ce que les temps universels s’affirment accomplis. Mais ,où il y a un mystère permanent, c’est dans le futur sans cesse renouvelé et l’utilisation de ce passé à son profit. Avec nos mémoires, nos intelligences, nos consciences, nos âmes et nos esprits, nous savons regarder la construction et parfois influencer sur nos destins. Modestement bien sûr, mais déjà significativement.

Rien n’est dans le parfait et les mots épris d’une finalité régnante me font peur car ils consacrent une forme d’absolu. Si nous progressons, c’est que nous avons besoin d’une ouverture. D’une couverture non fermée par la mise en place de notre ordre particulier.

Puissions nous bâtir  la Paix générale dans le monde et obtenir par nos avancements au cœur de l’Amour; la bonté, la fraternité, une qualité dans nos vies collectives et individuelles inégalable. La guérison de tous ceux qui souffrent dans leurs chairs profondes meurtries et leurs âmes,sur tous les continents  de notre planète devient urgent.

Dans les temps qui vont s’ouvrir, je sais qu’ensemble nous prendrons acte de la présence de vies  qui nous sont supérieures et nous sont très précieuses, car elles nous  rapprochent de la vérité. Ces forces mêmes , placées dans l’évolution universelle viennent à nous dans  leurs visites et pensées constantes. Seuls les aguerris s’en rendent compte, mais bientôt toutes les vies s’en ouvriront. A ce moment précis, les souhaits profonds seront exhaussés et la souffrance physique de la chair abordée afin de réduire son impact sur nôtre retour vers un néant menaçant.

Pour cela, il y a plusieurs conditions pour  accéder à ces évolutions et la première est la Paix en se débarrassant d’un monde bas, chaotique  de souffrances ,où le chantage du plus fort vers le plus faible est permanent. L’Amour ne peut investir, si nous nous détestons copieusement ,ou bien si nous ne reconnaissons pas ou plus les sentiments nobles, mais celui d’un monde mécanique.

Sur ce point là, l’humanité souffre et pour beaucoup trop d’humains, la vie quotidienne  n’est qu’un parcours pénible, agressif, pour survivre, pour soi et pour la famille construite. Ces dernières commencent à s’éloigner de l’impérieuse nécessité d’exister dans nos sociétés équilibrées. A partir de ce manque de respect nous allons connaître des soubresauts car sans sentiments aimants assemblés, il n’y a plus rien  à étayer et de solide.

Les données pour changer la face du Monde sont atteignables et il suffirait de réduire le rôle de l’argent et redonner valeur à l’humanisme actif. D’éliminer les technologies menaçantes de destruction généralisée des vies, de changer certains paramètres relationnels avec la planète comme réduire les nécessités de manger des corps constitués dans un absolu. Tous ces changements sur le fonctionnement des gènes de l’homme verraient naître un autre état d’esprit car moins collé et altéré par la matière et un relèvement du raisonnement spirituel
C’est peut-être sur ces divers points que Notre Maître à tous et Créateur travaille pour que nous soyons dans l’évolution ,des hommes plus solidaires, fraternels et bons car il faut encore y croire. Nous les hommes de peu de foi !

Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! Sciences fiction et prospective (1)

Posté : 23 décembre, 2011 @ 8:21 dans communications, metaphysique, Physique et astro-physique, science-fiction, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires | Pas de commentaires »

Je vais essayer de prolonger mon analyse de ce que demain pourrait nous apporter. Il nous l’apportera par les effets inattendus du progrès engendré et les structurations affirmées. Mais, il entrera dans notre vécu au présent par nos idées globales collectives représentant une union des convergences des pensées. C’est donc bien  comme le dit cantique, avec les quantas en association que nous formons la réalité de demain. J’appellerais cela une prospective car le regard analytique est inquisiteur, voyeur d’une réalité qui se cherche et se dissimule. Nous avons beaucoup de thèmes à développer et envisager qui pourraient entrer dans notre futur en affirmant tel ou telle vision schématique collective.

Le sujet abordé aujourd’hui est situé dans nos façons de concevoir nos déplacements, en nous affranchissant des règles matérielles de la Nature. Vous me direz : »-Mais pourquoi voulez-vous un affranchissement de ces matières ? Tout d’abord, voyager sous-entend simplement aller d’un point à un autre. Au tout début, nous y allions pédestrement, puis à dos de montures, en carriole tirée par des chevaux, et enfin avec le moteur à explosion la voiture, le train, l’avion. Actuellement, nous en sommes arrivés aux limites supportables par la matière structurée. Les trains comme le Tgv. Vont à presque 600 km/h et pour la relation avec le balastre, dans la sécurité, nous sommes tout de même dans les limites avec les règles physiques, ensuite nous flottons, puis nous décollons. L’avion, lui-même, est le représentant de cette évolution et les vitesses obtenues au dessus de 1000 km/h sont courantes. On peut atteindre Mac 1, puis Mac 2, soit 2000 km/h, déjà pas mal……

Pour nous, à la base, nous usons de ce qui est mis à notre disposition, vélos, mobylettes, scooters,motosvoitures. Le processus est toujours identique et il a ses propres règles que la structuration de ce que nous sommes ne supporte pas facilement les vitesses extrêmes. Alors, sommes-nous au bout de la réflexion ? Je vous dirai non, pour la raison suivante est que certaines parties de nous-même, peuvent voyager dans l’infini, sans contrainte matière.Il s’agit de l’esprit, l’âme, la conscience et l’ensemble des pensées s’y reliant comme un tout.

Je suis de ceux qui connaissent le voyage astral et le couloir de lumière pour l’avoir emprunté et parcouru. Bien sûr, en conséquence accident ou grave maladie, car il nous est interdit de le provoquer. Dans ce phénomène, que je décris dans mon ouvrage «  Nous sommes les racines du Ciel »-2008-,notre esprit, notre âme, nos pensées et conscience peuvent voyager au-delà de la vitesse de la lumière. Si je dis cela, c’est que j’ai vu le spectre des couleurs ne pas pouvoir suivre la progression du voyage, ce qui est impressionnant en allant à plus de 300 000 km secondes. Ce qui nous ouvre les portes d’un monde prospectif riche, nouveau et en pleine construction. Nous avons donc ces possibilités, lesquelles s’affirment lors d’accidents de la vie en arrivant aux limites supérieures de la matière composant notre corps. (A suivre bientôt)

Merci de votre aimable visite .

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (15 suite)

Posté : 20 décembre, 2011 @ 12:36 dans Philosophie générale, science-fiction, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Dans nos cités nous trouvons la résidence/habitation, les commerces de diverses matières, les bureaux, etc… et tout se côtoie de différentes manières. Peu de voies, de rues, sont interdites aux véhicules polluants. Au regard de notre époque, sur les nécessités de se rapprocher de l’ambiance naturelle équilibrante, nous devons et nous devrons intervenir afin de remettre un peu d’ordre dans ce regroupement.

Comme je l’ai déjà expliqué dans de précédents articles sur l’architecture citadine  qui doit désormais faire une place à la Nature vive en son intérieur .Celle-ci a horreur du vide où que l’on soit. L’arbre et son écosystème doivent figurer en bonne place dans la nouvelle conception architecturale. Notre pensée devra plus se tourner vers les équilibres des hommes. C’est le chantier le plus urgent à ouvrir pour que notre société citadine ait accès à une forme de bien-être ambiant. La préservation des équilibres de vie est primordiale en se tournant vers un avenir  encore  dans le vécu quotidien et de chaque instant .

En adhérent à une anarchie complète et avec les implantations HLM. Sur les périphéries, nous amplifions les difficultés de l’existence. La venue sur les territoires urbains de représentant d’autres civilisations en la présence de diverses ethnies, définit une variante des visions constructives .

Je pense  sincèrement que  nos cités ont besoin d’être revues dans un autre esprit qu’elles ne l’avaient été auparavant,car basées sur les données exploitées, si l’on peut dire, dans leurs activités. Nous devrons passer à ce changement pour y introduire  une relation du bonheur de vivre.Courir dans les rues pour confirmer nos activités du matin au soir. Sur de telles bases ,ne plus pouvoir  aller et venir représente un handicap majeur dans les échanges sociaux. Se parler, communiquer est le rôle le plus important dans nos constructions des milieux de vie principaux.

(A suivre ce dossier qui mérite un regard avant de faire un pas vers un chemin plus généreux.)

Merci de votre aimable accueil !

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (15)

Posté : 20 décembre, 2011 @ 8:36 dans Philosophie générale, science-fiction, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Mon grand avis atteignant le futur place mon regard sur la cité elle-même et son architecture toute particulière. Pour certains humains tout est convenable et rien ne doit être amélioré. Nous évoluons avec l’avancée de nos progrès et nos technologies.

Je n’oublie pas que les cités portent en elles toutes les possibilités des hommes, qu’elles soient généreuses ou bien rétrécies dans la matérialisation et la fonctionnalité réelle. Pour certains penseurs très interrogateurs, c’est un espace qui doit afficher une générosité ! Il faut éviter de construire dans l’esprit de contrainte qui rend prisonnier de nos espaces rassembleurs. Nous n’en sommes pas sûrs, mais on peut le supprimer. Les premières motivations pour créer  un rassemblement doivent s’identifier clairement.

Il se pourrait que ce soit la peur de certains phénomènes primaires dus à la Nature ou aux animaux sauvages dont la mythologie amplifiait les conséquences.  Ensemble, les hommes étant moins vulnérables  que dans la campagne..Sur le temps, les motifs ont évolués et le second sujet d’une autre vision, celle de l’industrie et ses usines ayant une autre forme d’attirance .

Longtemps, l’homme avait été rural et il ne devint citadin à part entière, que très progressivement et probablement de plus en plus au fil du temps. L’homme des campagnes mutait par nécessité avec les technologies qu’il manipulait. Par ces développements citadins naissaient les habitations à loyers modérés. Les espaces disponibles s’amplifiaient et dans cet univers, une foule grouillante s’active et s’affaire. Je n’oublie pas, non plus, qu’il y a quelques années, c’était un lieu où il était possible de s’exprimer et échanger abondamment. Nous avons créé et fait cet univers urbain pour satisfaire certains de nos besoins et échapper aux obligations très prenantes de la vie campagnarde avec les contraintes de la terre et les soins obligatoires aux animaux domestiqués.

Puis, dans la cité, les relations avec le transport sont réduites au maximum. Nous trouvons les entreprises aux périphéries et les emplois correspondants de techniciens spécialisés y sont développés. Chaque établissement possède son secteur tertiaire où les services étoffés de communication ou de gestion interne ou bien tournés vers l’ externe sont mis en place .Au tout début, les emplois reflétaient la société et son niveau, sa nécessité d’utiliser autant la force physique et humaine que le savoir faire de précision. Maintenant, tout l’ensemble a évolué vers le précis du geste par la fabrication elle-même. Les automatismes entrent chaque jour dans le système et remplacent l’homme avantageusement pour un patronat  pressé de faire de l’argent très rapidement.

Entreprendre, créer, innover, fabriquer, entrer dans les positions de communication, on peut avoir une hésitation pour franchir ce pas aujourd’hui. Créer et constituer une entreprise est délicat et parfois très aventureux car les taxes afférentes à ces démarches sont nombreuses avec un caractère réducteur et parfois elles agissent sous une forme péremptoire. Vivre pleinement la cité dans l’emploi développé  est parfois éloigné et sous entend des transformations sociales.

Les pollutions diverses dues moyens technologiques artificiels existent. A l’éveil de l’ère industrielle ;les grandes cheminées des usines crachaient leurs fumées, sans discernement dans le ciel.  Maintenant, ce sont nos moteurs à explosion qui transforment tous les milieux fragiles. Finalement, ce sont des conceptions anachroniques qui se sont établies.

(article à suivre)

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (14 suite)

Posté : 19 décembre, 2011 @ 7:04 dans Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Suite de l’article 14.

 

    Si nous ne réagissons pas dans des laps de temps très courts, en soulignant que toutes  les lois sont édifiées pour maintenir un cadre,nous mettrons à mal nos libertés. A condition que l’on sache pour qui on le fait et dans quel but ?

      En exemple, nous citerons la liberté dite essentielle et notre aller et venir. Nos véhicules en nombre très serrés pour exister sont devenus dans un rôle social et deviennent profiteurs, sans gênes, indisciplinés et dangereux, pour toutes les analyses des citoyens lucides.

     Les forces de maintien de l’ordre routier prennent de l’ascendance et la liberté sous différents aspects se retire de notre champ de vision immédiat. Ne jouons pas à ce petit jeu qui pourrait trouver un épanouissement. Comment peut-on envisager un avenir libre si notre construction est entachée de contre sens. Quand nous articulons une  telle charpente structurelle avec un tel esprit, nous ne pouvons fertiliser nos libertés en organisant la vibration suprême .

     Dans toutes répressions la cible doit être définie précisément et le raisonnement qui met tout le monde dans la malhonnêteté, la délinquance supposée ou soupçonnée, le vice de la malhonnêteté ,c’est toujours celui qui mérite le respect que l’on atteint. Avec discernement, et au nom du peuple français, pour lui et son profond respect, toutes opérations reliées hors de l’application législative faites dans cet esprit, seraient nulles, dangereuses et inadéquates pour la démocratie.

      Ce n’est pas parce qu’il existe de nombreuses déviances qu’il faut maltraiter tout l’ensemble et même les personnes citoyennes consciencieuses et respectueuses. L’esprit répressif général sur les populations est affaire de despotisme et surtout une faiblesse immense de l’autorité dite constituée en démocratie républicaine. Il nous faut vite faire ces analyses,  sans quoi plus de futur aux peuples libres, même pour les pays qui se disent le berceau compréhensif et accueillant de ces visions constructrices.  Gardons un œil ouvert !

      Merci de votre aimable visite et à bientôt.

Bonjour à tous ! Science-fiction ou futur en gestation (14)

Posté : 19 décembre, 2011 @ 6:18 dans Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

     La plus grande question qui se pose et non des moindres est celle qui nous interroge sur la sauvegarde de nos libertés et nos capacités d’en prolonger l’existence au fil du temps. Sur le sujet, le futur reste muet et sans réponse précise. Où souffle l’esprit, les hommes peuvent s’exprimer en toute plénitude, débattre, innover, s’affirmer et faire vibrer notre bonheur d’exister. Les craintes sont-elles fondées de tomber dans des aliénations mettant des verrous à notre collectif organisé ? Effectivement, elles sont bien fondées et la société dite du progrès en reflète parfois certaines réalités naissantes.

         Libres !Libres ! Mais à quelles conditions ?Pour obtenir une société  libre, il faut déjà donner une dimension de base aux citoyens, aux travailleurs, aux retraités , aux familles, aux enfants et aux adolescents, toutes les générations confondues et sans restrictions envers les différences ethniques ou bien existences handicapées par des causes physiques. Actuellement, en nos formes de démocratie c’est la République qui est chargée de cette mission depuis la révolution de 1789 en faveur du peuple. Ce même peuple déclaré souverain recueille en son pouvoir collectif, les capacités d’une expression affirmée de la liberté. En même temps, nous construisons des chambres de représentation et élisons nos représentants. Ces mêmes élus renforcent la protection du pouvoir issu des mandats.il serait temps de reconnaître, avec honnêteté et humilité où est le vrai pouvoir et pour qui s’exprime.-t-il ?

       La constitution nous dit pour ce même peuple souverain et l’élu porté à sa fonction par le plus grand nombre devra avoir respect pour ces multitudes de braves et bonnes gens dont l’honnêteté intellectuelle, morale, matérielle n’a pas à être mis en cause. C’est pourtant là que le bât blesse ! Il n’y a pas un pou voir élu et ensuite après l’élection un rassemblement d’humains sans désirs particuliers, ni idées relationnelles .On ne peut être soudain majeur le jour de l’élection  et mineur le lendemain.

      Si nous disions tous ensemble « -Le peuple souverain s’avance «  et le terme n est pas  pas faux.  Désormais, le peuple est nommé sans grand respect par les dirigeants ne se considérant  plus au service de la construction et constitution des libertés communes, et des constructions afférentes et nécessaires .Le handicap est que sortis de cet instant de vote, nous retournons chez les braves gens sans avoir vraiment localisé les buts majoritaires des vie .Il s’agit des volontés et désirs de dominer et posséder ,puis paraître. Notre bon peuple se demande parfois pour qui il paie d’importantes redevances.

     Plus, dès qu’il se lève et se regroupe dans la rue ou dans les salles de débats réunions publiques ou bien lors des mouvements de revendications légitimes, les élus chargés des sécurités lui envoient des forces dites de sécurité, qui dans un zèle affirmé, le maltraite, le brime, l’humilie en certains cas, et  font de lui un délinquant potentiel.

    Très grave erreur de jugement de nos démocraties  ne laissant  plus de place à l’expression d’un collectif car les éléments  de base, ier définis avec respect, aujourd’hui sont négligés par les mêmes dirigeants et élus. Comment se fait-il que tous les pouvoirs au sein des fonctions ont singulièrement été étoffés. Dans le décisif journalier, le peuple ne peut plus faire connaître son désaccord profond. Dans les grandes écoles, nous formons  des élites pensantes qui connaissent ce qui est bon pour nous.

     Nous le voyons, nous avons tout faux sur certains points et nous ne trouvons pas le chemin qui nous mène vers cette liberté si chère..Nous découvrons celui de l’irrespect, de l’infantilisation et de tous les royaumes perdus.

    Merci de votre aimable visite et à très bientôt pour la suite et ce futur ardu dans sa fabrication abstraite et son  éclosion.

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...