Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! Espérances…

Posté : 27 août, 2013 @ 8:46 dans actualité générale, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

L’espoir est une chose formidable qui nous ouvre beaucoup de verrous. Savoir le cultiver,à titre individuel est important,voire essentiel avec l’espérance d’une société dynamique,paisible, sereine et équilibrée. C’est une très grande pensée qui ne ferme jamais ses portes,mais si nous la fortifions,elle nous donnent accès aux éléments que nous croyons inaccessibles

Tout homme possède son potentiel pour affronter la vie et dégager son horizon immédiat. Tous les peuples doivent vivre dans l’espérance et leur bien-être,leur bonheur,de la sérénité affirmées et régnantes. Parfois, il faut tenir fermement la barre du navire car il tangue et pourrait connaître l’échouage .L’espoir est  également affaire de tempéraments humains et c’est l’optimisme qui le crée souvent.les personnes anxieuses ont du mal à atteindre ses rives fleuries. Chacun cultive son jardin et celui ou celle qui est accablée,a bien du mal à garder son regard d’espérance. Trouver des niveaux de vies sans relief de l’esprit et de l’âme,conduit à l’affadissement des pensées .A la d’autres raréfaction des joies,aux tristesses pénibles et durables.

Ceux qui ont en charge l’articulation des sociétés doivent veiller sur l’espérance comme on surveille une flamme d’une bougie,car à travers cet espérance,se dissimule un bonheur pour demain. Nous avons tous nos espoirs secrets sur nos points de vie particulière et d’autres pour notre collectif. La paix global du Monde ,la sérénité engendrée,acquises,sont autant de points positifs et généreux .Aussi, nous développons notre propre conscience et l’image du monde. Certes, tout ceci se trouve sur la ligne entrainant notre propre progrès mental et spirituel.

Il faut savoir également se retourner ,pour regarder si ces espoirs sont encore dans une possible réalisation émergente En ces matières il ne faut pas aller très vite et rester les pieds sur terre. Certains préfèrent l’étourdissement par la musique et ils quittent de la pensée leur ralliement au monde trop cartésien à leurs goûts.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à toutes et à tous ! L’expression humaine…

Posté : 6 juillet, 2013 @ 7:07 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Tous les humains ont droit à l’expression parlée et écrite. C’est le béa-ba de toutes les sociétés libres. La dessus,il faut être en totale cohérence car ce sont les bases de nos libertés courantes.Entendons-nous,une expression dans la bienséance,le respect dû à chacun ,de la réalité ambiante et existentielle , de la valeur des mots employés. Nous venons de le voir,un Ministre en activité du gouvernent actuel,vient de se faire limoger car il ou elle avait trop parlé et rendu publique sa pensée.

Je trouve cela très curieux qu’un Chef de Gouvernement  ou bien  d’Etat prenne de telles sanctions envers les personnalités qui sont investies d’un ministère. Le sens de la démocratie, chère à la République que nous avons souhaitée et formée est remis en cause par ce fonctionnement. Seuls les régimes totalitaires ont des actions extrêmes.Je suis attristé que nous n’ayons pas plus de considération sur le sens  de nos libertés expressives , ainsi que de l’existence ensemble tout court.L’expression véhicule la critique et il faut l’admettre, c’est par ce biais qu’il nous est offert d’échanger les idées salvatrices ou fertilisantes pour notre société.

C’est un incident qui touche un gouvernement d’obédience  socialisante,ce qui parait difficile à accepter. Le vrai socialisme est pourtant classé parmi les régimes les plus favorables à l’expression humaine assemblée.La France globalement ne va pas très bien et pense qu’en allant dans les extrêmes cela ira mieux .Erreur,car car nous enfermer dans les régimes totalitaire à notre porte ou en attente de leur heure,ne fera qu’accentuer notre misère pensée et matérielle,ainsi  que régresser nos niveaux sociaux,culturels et généraux.Nous le voyons, une rigidité sanctionner se met  en place,sans abords diplomatiques,compréhensifs à sa dimension de nos pensées majoritaires et courantes.

Peu de personnes veulent un aboutissement dans cette évolution,mais malheureusement les états d’esprits ne demanderont pas leur chemin. Il nous faut goûter des aliments amères. Les hommes ont plus besoin de bonne communication,d’une reconnaissance fraternelle de leur existence que de bâtons pour les contenir et les battre. Cela commence toujours par l’interdiction de s’exprimer    par la parole et les écrits,puis les autres phases sont dans l’apologie des pensées sectaires et extrêmes ce qui met en danger les équilibres de sociétés. Devant tous ces faits d’actualité,certes pouvant apparaître anodins,se définit un lendemain moins plaisant. A nous tous de regarder la construction commune,si elle est équilibrée.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Tu aimeras ton prochain comme toi-même(2)…

Posté : 17 février, 2013 @ 11:18 dans actualité générale, communications, metaphysique, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Nous l’avons vu dans le premier article, certaines personnes n’hésitent pas à transgresser la loi des commandements sans se poser les questions essentielles à notre tous ensemble ,afin d’acquérir un bonheur respectueux commun .On ne peut jouer impunément avec les autres ,sans qu’il y ait offense. Tromper autrui ! Il y a une vingtaine d’années ,la société s’est déchirée  sur ce point. Les grandes écoles ,formatrices des décideurs, ont commencé à émettre des raisonnements portés par un intellectualisme indélicat faisant de l’argent la seule raison d’exister. Devant ces changements brutaux d’état d’esprit, nous avons vu des comportements qu’il faut réprouver au nom de l’honnêteté mettant en place des valeurs dégradantes. La rigueur qui avait été notre éducation cédait sa place à certains interdits ayant force de déstructurer et détruire la cohérence installée. Peu importe, on nous dit que nos ancêtres ne savaient pas naviguer face aux  richesses et leurs relations internes avec l’argent. Donc, arrivé ce qui devait arriver et les scandales  de toutes natures éclatèrent un peu partout spécialement dus au changement d’état d’esprit.

Certains font même leur profit sur le dos des gens honnêtes. La société s’est ainsi mise à approuver ces orientations et malheur à ceux qui ne voulaient pas franchir le pas.( Soudain, dans une image de la clairvoyance me parvenant, j’aperçu un joueur de flute sur les grandes places publiques ,s’agitant et rassemblant un nombre important d’humains subjugués puis se diriger vers l’océan proche et certainement noyer ses adorateurs venu en foule !)Les valeurs humaines basées sur le travail d’évolution mentale des humains unis s’écroulait en partie et devenait perméable à l’intrusion des ferments ayant force de perdition des sociétés organisées. Celui qui ressentait ces éléments  annonciateurs de jours gris était celui qui avait des problèmes car sa rigueur mentale et morale devenait plus encombrante et pour la nouvelle philosophie hors de son temps.

L’agriculture basée sur la bonne  vieille agronomie s’est lentement effondrée ,face à une autre vision plus industrielle et artificielle envers notre berceau nourricier qu’est la terre féconde. Les étudiants en sciences agricoles recevaient des orientations repoussant l’idée même d’un respect du support  terrestre pour effectuer des rendements récoltes suffisants pour l’enrichissement. Tout devint permis et même changer la nature des régimes alimentaires mis en place depuis le début des mondes ,semblent irréel. Le modernisme des technologies aidant ,l’humain ambitieux et vénal pris l’ascendance et devint imbu des ses nouvelles croyances.

Ces mêmes thèmes ont fini par détruire notre tissu rural, campagnard situé près des équilibres naturels planétaires et  ils deviennent si forts car l’ennemi à abattre est  à visage humain. Pourtant de nombreux hommes restent attachées à l’amour de leur berceau dans la passivité du puissant verbe. C’est ainsi que nous avons vu apparaître sur les marchés des produits consommables parfois toxiques  et pouvant altérer l’équilibre du corps humain par une mauvaise assimilation tendant à être nocive à la santé(A suivre).

Merci pour votre aimable visite et à bientôt.

Bonjour à tous ! La sauvegarde des hommes…

Posté : 30 décembre, 2012 @ 10:00 dans actualité générale, communications, metaphysique | Pas de commentaires »

La conscience ,de par son activité incessante, se rend compte  par les analyses  qu’elle fait, d’un certain nombre de choses     existantes. Mais, toutes les consciences ne peuvent appréhender tous les éléments de son ensemble constitué. Nous n’avons pas ces capacités incluses en nous. Ceci nous donne une analyse partielle et de ce que nous savons, connaissons, nous organisons nos actions, nos communautés.Nous sommes en train de construire un monde à notre idée et dimension dans la prise en compte  de notre éphémérité. Cette orientation prend de plus en plus forme et rencontre beaucoup d’adeptes, car jugé libres de toutes les aliénations possibles.

L’humain définissant sa pensée sous les termes : « -Ni Dieu, ni Maître ! »Le monde   communautaire qui se soude lentement définit par  son esprit indépendant ,confirme cette orientation précise de la pensée. En s’affranchissant de toutes les dépendances extérieures.Donc, au regard de nos philosophies et orientations pensées populaires, nous structurons les communautés où le statut quo règne avec   toutes les idées spirituelles. Nous ne nous en apercevons guère car nous sommes  pris dans la dynamique de la vie. Seuls, les hommes de foi s’inquiètent de cette situation.

L’argent roi a été à la base de ce schisme dans son imprégnation généralisée. Désormais, nous ne bâtissons  qu’une société sans esprit fort présent et sans âme, mais une union consensuelle dont le ciment se révèle être dans son présent vécu et sans aucune considération pour d’autres dimensions.    
Devant cette catastrophe mentale et de l’esprit, cette société va se structurer et se refermer sur elle-même. Au cours de mon existence, j’ai lu certains écrits relatant la vie de tels mondes. Le résultat d’un monde construit sur ces bases , ne reflète qu’une dureté pensée. A titre individuel, l’homme crée parfois ,dans une forme d’hostilité constante, une agressivité et violence non contenue. Si nous n’avons plus un espoir de survivre à notre présent nous allons consolider nos sociétés uniquement vers le refus de croire aux forces spirituelles bienfaisances et salvatrices .L’accélération de cette mise en place de liens dans l’ambiance vénale qui  va s’accélérer.

Il faudra  également  que notre Maître et Créateur accepte sans condition cette situation sur une planète exemplaire en fertilité, beauté et diversité de la vie. Il existerait des mondes  évoluant  sous ces formes philosophiques de la pensées ils doivent sans cesse apporter les solutions ,les corrections à des sociétés  parfois sans âme. Je dis parfois, car les forces  spirituelles, tout en reconnaissant l’affranchissement y introduisent certaines âmes afin d’essayer de modifier ce processus. Si nous prenons cette voie, nous devrons construire et équilibrer nos sociétés à la force du poignet et un avenir porté à bout de bras par les sciences et technologies. La froidure relationnelle entre les humains sera de mise et toutes choses établies aura son lien matériel.

Ah oui , j’oubliais le principal ,il faudra demander ,voire solliciter la haute bienveillance des autorités installées , le droit de naître . Ce sont les parents qui se chargeront de cette démarche suivant leur souhaits les plus chers et louables : obtenir une descendance.Comme l’esprit de l’homme est malléable et en absence de rigidité dans une pensée assurée, le constat des années 2012-2013 ne peut qu’être approximatif et les éléments s’inverser.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! L’importance des choses et du Monde !

Posté : 17 octobre, 2012 @ 10:10 dans metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique | Pas de commentaires »

Ami  tu me regardes d’un air interrogateur car tu as peur de mon analyse !Mais  ton visage s’éclaire et introduit ta confiance. Depuis le début des temps, l’homme musclé ,fort, courageux, respectueux a commencé son ascension  .Puis, il s’est heurté à « l ‘adroit »,celui qui fabrique des outils. Un autre homo  se  développe avec sa personnalité et sa pensée fertile. C’est le penseur et intellectuel !

Ce que nous appelons évolution est parfois bien subjectif, mais également de bon ton pour mesurer toutes les véritables dimensions. Pendant des milliers et des milliers d’années, nous avons appris à jouer des coudes dans nos communautés. Nous pensions avoir fait un bon bout de chemin et croyons être arrivés. En fait, depuis le début des temps ,nous ne sommes guère plus avancés.A chacun de nous qui part, on lui dit qu’il est poussière et retourne à la poussière. Pauvres Humains !Ils se font  tanner sans cesse sur tous les sujets et il finissent par admettre le  moins que rien et s’y conformer.

Nous sommes bien dans les illusions et surtout le temps que cela dure dans le paraître éblouissant. Avec tout cela ,un  paquet cadeau et voilà ,le paquet plus présentable. Avec la fin ,ou non, on nous oriente vers la poussière et la Terre et on nous dit que nous en sortiront un beau matin . Les temps devenant durs et cernés par l’écologie, il faut désormais être pur et ne pas encombrer la Terre. De ce fait, au moment de notre fin, nous devons choisir pour notre corps une élimination puissante et l’incinération si possible. Il ne doit rien rester de nous, à peine le souvenir de ceux qui ont aimé. Et pour venir sur cette planète et prendre corps, c’est de plus en plus difficille.il va être institué une autorisation de procréer. Dans certains pays cela existe déjà.

Quand tout va bien, la communication est plus généreuses et moins restrictive. Le plus remarquable est dans notre façon étrange de considérer le vénal et les plus values engrangée s .Parfois, il ne nous reste plus rien, mais c’est une façon élégante de partager. Le progrès technologique qui nous enveloppe accélère notre couronnement.

Que ce soit homo Erectus, de Neandertal, de Cro-Magnon et notre frère à coup sûr : l’habilis, le spirituals et j’en passe de ces visions de notre évolution. Oh, j’oubliais, nous faisions du sur place !
En tout cas ,nous occupons la niche écologique d’un mammifère et nous tenons place.

Bonjour à tous ! Les dures réalités ( 2)…

Posté : 29 septembre, 2012 @ 6:45 dans actualité générale, argent et considération, emploi, humanisme, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, travail | Pas de commentaires »

Le travail et l’emploi sont dans le bâti de nos sociétés des conditions sinéquanones pour exister et surtout accéder aux gâteaux des richesses. Seules ces paramètres définissent l’homme bien et à sa place dans la réussite. Malheureusement, toutes ces visions et directions de sociétés ,il nous faut les éprouver et les subir. Les droits de l’homme nous parlent d’égalité et fraternité et en certains pays républicains ,il s’agit de l’emblème ou la devise des peuples.

Nous allons aborder pour l’homme jeune et dans l’espérance ;ses chances d’obtenir du travail. Tout cela dépend du lieu de naissance ,de la situation des parents, des philosophies pensées d’entourages et puis des moyens financiers. Dans la grande pauvreté, manger à sa faim, s’habiller, s’instruire n’est pas facile et passeraient pour des choses superflus. Se regrouper en bandes petites ou plus importantes deviens une facilité pour se soutenir et faire face à cette misère  collective. Il faut un temps d’adaptation et de réflexion pour quitter les situations primaires où l’esprit s’enfonce entrainant vers les bas fonds de toutes natures.

Le parcours idéalisé veut qu’au sortir de l’adolescence ,nous soyons prêts à travailler . Si la chance nous sourit, il n’y aura pas de problème. Donc, là il y a un accès au monde des communautés; de la grande société et d’une forme partagée, sauf sous un regard plus incisif. Toujours dans l’idéalisation, mais la vie n’est pas vraiment dans ces dimensions. Notre pré adulte va se marier ou bien former couple et au bout de quelques années sera installé dans la société grâce au bénéfice du travail. Le désir d’avoir une descendance s’ajoute et pour le confort matériel, la possession de véhicules, achat de maison, vacances d’été et d’hiver obligatoires , etc.…Le tout est de paraître ,tout au moins montrer une forme de réussite.

Dans une famille, il faut acheter et renouveler de temps à autres, l’électroménager et surtout payer. Pour les véhicules même démarche tous les 10 ans environ. Pour la maison, l’investissement peut aller de 30 à 40 ans d’engagement financier. Nous le voyons quand nous additionnons (’a+b+c+e+ etc.….) et la facture à honorer assez importante sur le fil du temps et suivant les revenus du travail. Si ce même travail manque ou dépend trop du facteur chance, c’est le désastre  ambiant qui casse toutes les espérances d’une bonne vie. Combien de personnes pétries par les meilleures volontés, dans la grande espérance de la vie et d’un parcours placé au sein d’une société aimante, bat issante ,se retrouvent l’espoir cassé et déçu avec devant eux l’écroulement de leur propre entourage matériel et parfois plus grave celui dans l’affectif humain. Les couples d’âges moyens, quand ils se retrouvent au chômage sont bouleversés et ils ne comprennent pas ou plus où ils en sont car ils avaient fait confiance à une société vénale. Ils n’ont donc plus d’argent, plus de repères matériels, plus de boulot et l’espoir ruiné de vouloir construire  sa vie…

Dorénavant, ils entrent dans la dépendance des organisations qui s’occupent de régler ce problème social comme on nous dit !Mais la réalité est dure  amère car cette société mal construite s’effrite, puis s’écroule. Seules, les voies donnant vers la richesse fertilise cet ensemble clopin-clopant. Ce n’est pas une bonne société ,celle qui rejette dans la sélection de critères diffus et divers ses membres après les avoir motivés à participer ( A suivre prochainement)

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Les dures réalités…

Posté : 28 septembre, 2012 @ 6:45 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale | Pas de commentaires »

C’est ainsi que j’aborde le monde dit de l’emploi et du travail. Dans la semaine, on nous a annoncé trois millions de chômeurs indemnisés et recensés. Certains articles de presse mentionnent que les hommes politiques rêvent d’un grand soir en cette matière et à la fin des grandes difficultés. Malheureusement, en retournant la situation dans la société, comme dans une ruche bourdonnante, là où on sait que les emplois naissent, rien ne se définit concrètement.

Sociologiquement, avons-nous raté certains passages obligatoires pour que l’équilibre soit parfait? Dans la mesure où le parfait existerait ! Le constat que l’on fait officiellement est dans une philosophie  que notre société génère un emploi proches des surcapacités. Il s’agit, malheureusement ici, une sorte d’utopie philosophique et générale su l’on peut parler ainsi. Dans nos analyses sur l’emploi nous omettons de prendre en compte tous les automatismes destructeurs de celui_ci.

C’était une face taboue ,car la machine, le robot ,etc.. permettent de remplacer l’humain. C’est une analyse à prendre en compte. Du fait de l’apparition des robots etc …, le travail  est également de qualité et le grand gagnant est la direction des entreprises car les frais par poste emploi/humain ont été drastiquement réduits. Formidable, mais rien ne s’arrange, nous le voyons. Au point de vu analytique, un autre paramètre est constamment occulté. Après la dernière guerre mondiale, l’humanité dans sa grande pauvreté a eu besoin de se développer énormément et nous avons activé les échanges et les ventes bénéficiant d’une croissance étroitement positive dans un monde qui se développait.

Désormais, cette même croissance ,toujours sollicitée par nos dirigeants, n’est plus à la hauteur et point zéro se rapproche. Un autre élément analytique prend sa place en notre société. Il est situé dans le relevé des niveaux formation du travail. Pour travailler désormais, il faut posséder des diplômes d’aptitudes importantes. Puis, inconsciemment, nous voulons voir nos désirs de former des sociétés prendre corps et régler nos problème s ambiants.

Un autre , (eh oui, encore !)un point tabou est placé dans un positionnement utilisant l’humain dans une concurrence entre travailleur ou plutôt pour choir un employé. L’argent devient stigmatisation           des actions constantes humaines, nous arrivons en des temps où certains possèdent et d’autres sont démunis et  désargentés. Il ne faut jamais jouer avec l’homme et surtout ne jamais se voiler la face et les yeux pour regarder nos sociétés et nos civilisations. Nos attitudes entre-nous, pour accéder à un emploi rémunération sont parfois déplorables et une partie  des populations va être repoussée.

Ce que nous venons de voir dans ces analyses sans regard fuyant ,ne figure pas dans les discours politiques et dans nos politiques pour l’avenir des sociétés et des peuples. Que va-t-on faire des hommes de plus en plus nombreux avec une pareille philosophie autoritaire, arbitraire et sans concession vis-à-vis des humains défavorisés? Dès le début de la vie, nous sommes considérés comme des pions sur un échiquier et les respect entourant la dignité humaine dans l’espoir d’une fraternité développée. Globalement, l’homme n’est ni un esclave permanent de son espèce ,ni un désœuvré ,ni un fainéant. Il est ! De rechercher un subsiste va devenir difficile et désespérant!

Il faut vivement encourager un esprit d’entreprise et création, mais à quel prix ? La réalité est autre car pour redévelopper le travail, il faudrait revenir avant l’ère de la machine ,ce qui est impossible. Casser des cailloux sur les routes et chemins, enfin accéder à la formule « casser pour reconstituer »

Puis, encore une analyse tabou ! La stabilité du travail, les richesses ont été abondamment exploités, commercialisés, transformés et tout l’argent obtenu est parti ,bien au chaud dans les paradis fiscaux. Et tout cela par ceux qui ont amassé ou fait amassé constamment. Donc, le fruit des richesses et du travail  passé se trouve concentré en des lieux précis, mais non partagé équitablement  dans un monde où nous serions égaux ,dignes, frères, attentionnés, justes et généreux. ( A suivre car le développement est important)

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! L’avenir, un enjeu majeur…

Posté : 26 septembre, 2012 @ 7:17 dans actualité générale, communications, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Chaque génération doit être consciente qu’elle bâtit , non pas pour elle-même, mais pour les futures. Elle doit éviter absolument les actions consistant à exploiter tout le potentiel disponible sur sa planète en un court espace. C’est donc une course relai qui est lancée et où chaque nouvelle génération se saisit du témoin. Le passage entre coéquipiers est toujours problématique car il y a souvent un temps de flottement.

Plus les générations s’installent dans les sociétés sophistiquées et plus cela devient difficile. Nous commençons à flotter et entre-nous des atomes crochus commencent à manquer. L’exemple vient de l’avancée des mœurs, non plus catastrophiques que dans les temps anciens, mais surtout par l’état général de l’esprit que cela génère et où notre société va absorber la chose. Nous n’avons pas su faire une sauvegarde de notre unité de base de la société : la famille. L’union d’un homme et d’une femme génère la venue en ce monde du futur, le  potentiel humain d’avenir.

La recherche des libertés sur le plan comportement humain intime semble aboutir à la négation des sentiments pudiques nécessaires à l’homme dans cet approche délicate des sexes. Je ne parle du sexe que dans son utilité et fonction première : reproduire. Devant les déferlantes qui atteignent par les biais politiques cette matière, je suis inquiet pour notre construction sociale. Que les mœurs soient parfois et épisodiquement débridées nous pouvons l’admettre, mais pas plus et il faut contenir ces errements et conséquences induites. Que l’on prenne ce qui sert à générer le plaisir des sens, en faire un but dominant du plaisir bien avant la procréation est une très grande offense à celui qui nous donne les forces d’exister..

Partout dans le monde, la vertu devient ringarde et sans objet car l’humain est déboussolé. Il attend des paroles réconfortantes sur un sujet qui semble l’emporter. Les générations montantes se sont vite aperçues que cette direction ne menait nulle part et elles essaient d’échapper à cet impasse qui est devant elles.Le phénomène atteint le monde entier et sans violence, ni agressivité, nous devrions être mûrs pour affronter ces tendances dégénératrices.il s’agit de construire et s’orienter vers la normalité construisant et donnant à la société sa force d’exister.

Beaucoup trop de personnes perdant leur âme dans l’approche de la construction de société car elles sont persuader qu’il suffit d’un monde du bonheur immédiat et le reste sans importance. Cette quête de l’unique plaisir est une fausse piste. Il faut prendre le bonheur, mais sacraliser l’avenir. Cette dégradation conduit à l’augmentation du taux de  de prostitution globale dans le monde et surtout dans les pays dits libérés.Les jeunes générations d’adonnent facilement à ces plaisirs reléguant le sentiment d’approche pudique qui enveloppe  l’humain et notamment la jeunesse. Elles commencent à modifier ses comportements et des jeunes filles parlent désormais de l’union intime comme un « plan cul! » Ce qui est grave, est que ce phénomène devient incontrôlé et les politiques en charge de l’avenir des sociétés sont sans réaction sur ces sujets hyper pointus.

Je me demande également ,devant un irrespect relationnel qui progresse et lamine les couples normaux, si cette société durera très longtemps en cet état. Ces familles dans la construction fragile de ces unités de base sont de plus en plus seules et la société a baissé les bras très lâchement, entraînant un effet laminant de leur existence. Ces derniers sont en crise rapidement car dans le jeu existentiel d’abord des techniques relationnelles et plus intimes  sont apparues et désormais font du couple normaux, une structure n’ayant comme but que le sommet des plaisirs avant celui des enfants et le bonheur d’être ensemble.

Si nous ne rectifions pas cette orientation ,l’avenir va nous parler sans forme convenante et en images peu agréables. Soit nous adhérons au schéma permettant l’évolution, soit nous le refermons et nous sommes hors sujets dans un rôle de profiteur. Ceci entraîne un discours envers les âmes et à savoir si elles espèrent encore un salut.Et  si réellement ces comportements étaient les résultats d’une très grande désespérance collective ?

Parler aux âmes en foule n’est pas du domaine d’un chacun, et pour cela nous allons connaître des soubresauts internes.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! Sommes-nous sans limite pour notre progrès ?

Posté : 21 août, 2012 @ 4:55 dans actualité générale, metaphysique, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Universalité | Pas de commentaires »

Il peut nous sembler, en regardant les créations humaines d’aujourd’hui, qu’il suffisait à l’homme de sortir de la préhistoire pour qu’il évolue de plus en plus.
Nous avons des limites que nous proposent la Nature -même.  Ce sont celles situées dans la permission au regard des  valeurs relationnelles de notre corps physique, une fois que nous respectons les différences travaillées physiques. Évidemment, nous sonnes performants sur de nombreux points. De ce moment, il n’est guère possible d’effectuer des performances pour raisons de chaleurs intenses.
Nous sommes conçus pour vivre sous les différents climats. Nous nous adaptons. Je ne dis pas que nous allons plus loin, mais nous résistons.

Nous appartenons  à un espace temps bien défini, où nous trouvons nos équilibres de vie. Malgré tout, il convient d’être prudent.
Tant que nous restons sur notre bonne Terre qui nous accueille dans la générosité ambiante, il n’y a que des problèmes avec solutions.

L’autre grande limite physique se définit par nos relations avec la vitesse et les grandes distances. Nos engins spatiaux et leurs propulsions sont limités. Les distances séparant les structures dans notre galaxie auront du mal à être franchies. L’Univers et ses différentes planètes, s’évaluent en années lumières, ce qui est la mesure placée dans les plus grandes distances. La vitesse dont la lumière et tout son spectre voyage est redoutable d’efficacité avec 3OO OOO kms à la seconde. Toute les images, et notamment la séquence d’une journée vécue sur Terre est inscrite dans cet espace et devrait pouvoir se retrouver si nous étions capable de parcourir les distances avec une vitesse supérieure. Mais, à Cœur vaillant  rien d’impossible !On peut également penser qu’il existe des contractions universelles pour se rendre d’un point à un autre.

Au premier point négatif s’ajoute celui de notre constitution physique qui devrait passer par une désintégration matières et ensuite cette action sous entend une réintégration obligatoire particulaire. Pour poursuivre la conquête spatiale  nous devrons envisager pas mal de cas de figure. Puis, il y a les problèmes qui surgissent à l,inopiné dans le feu de l’action.Nous le voyons, les sorties au-delà de notre système solaire, dans l’espace cosmique, seront très  difficiles. Il nous restera à faire confiance à notre grande ingéniosité. ( A suivre )

Merci pour votre aimable visite et l’intérêt que vous portez à mon blog.

Bonjour à tous ! La conscience planétaire…

Posté : 1 août, 2012 @ 5:33 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Tout d’abord, il faut penser que tant que nous ne faisons pas d’analyses sur un sujet ,ou bien tant qu’il ne nous interpelle pas, il n’y a pas d’éveil de la conscience. Cela veut dire qu’à partir seulement où celle-ci  décrit son cercle et englobe le sujet, alors nous le prenons en compte dans ses profondeurs et toutes les largeurs analytiques possibles.

Jusque dans les années 1960,cette conscience n’était pas éveillée car nos relations avec notre environnement n’étaient pas dégradantes ou peu. C’est à partir du développement de notre société dite moderne avec le machinisme, les moteurs à explosions, la chimie sélective, le nucléaire pour énergie et la guerre et l’urbanisation exponentielle, que nous nous sommes posés des questions. Il faut dire quand même que chaque vie ,depuis le début des temps humains, se les pose, seulement au regard des relations intimes avec ce que nous appelons la Nature.

Le renforcement du monde citadin a également été sujet à cette émergence car de dominance rurale, la pensée passait vers la cité créant un fort appel vers les bases fonctionnelles de la Terre.
Pendant très longtemps, nos ancêtres prélevaient ce que la Nature donnait et nous offrait. Puis, avec la ville, nous avons créé une forme d’indépendance caractérisée. L’homme s’affranchissant de son milieu.

Plus nous portons atteinte au milieu de vie, plus nous exploitons et plus nous développons la conscience de nos actes spécialisés.
Au tout début, l’humain moqueur et railleur pris le pas sur la sensiblerie passagère comme il dit . Pour des groupes pensants ,les comportements oubliant les sentiments forts font les hommes vrais. Bref, nous ne nous étendrons pas sur ce point car il est une variante des articulations humaines.

Puis avec la conquête spatiale, nous avons découvert le système planétaire de plus loin et avec un autre angle d’ouverture généralisée. La Terre était bien ronde comme beaucoup de planète, mais surtout dans l’unicité d’une beauté remarquable rendant encore plus fragile la vie vue du ciel. Tout ici bas devenait précieux et unique .
Désormais, notre pensée englobe toute la Terre, alors qu’avant ,c’était un jeu plus individuel et non pas collectif au sein d’un grand partage, mais un chacun pour soi. Aussi, en pensant globalement, nous supprimions les différences entre les visions d’une Nature au sens uniquement exploitable.

Maintenant que nous avons fait éclore cette conscience et qu’elle est éveillée et nous éclaire pour l’éternité, que faisons -nous ?
Nous commençons à nous organiser dans le comment préserver et comprendre les mécanismes globaux et relationnels avec toutes les vies sur Terre .On y adhère ou bien on y adhère pas ! Il existe de nombreuses entraves à ce développement qui se trouvent au sein des différents pays, les quels continuent leur marche sourde en individualité. Le problème posé va et passe au-delà des frontières établies. C’est un problème planétaire ! Il faut être conscient de ce phénomène et qu’on le veuille ou non, la conscience planétaire est plus forte que celle d’un pays. Il va falloir interpeller cette progression pensée dans les cerveaux humains et offrir aux hommes respectueux ,honnêtes, sincères, le droit de s’exprimer au regard de tous les lieux du monde. Il faut donc libérer l’homme de ses entraves millénaires et le rendre libre de penser bien au-delà du permis structuré actuellement. Tous les peuples sont invités à cette démarche ,car toute arrivée ou naissance d’une conscience doit s’interpeller, le reste étant sans importance.

Nous n’y sommes pas prêts, sauf pour exploiter et dégrader pour nous enrichir sur nos petits territoires, bien à nous comme un pré carré.
Le besoin de nous ouvrir d’abord en éveillant la conscience du pays ,puis du monde planétaire et enfin  de celle universelle et cosmique. Dans l’immédiat, c’est le planétaire qui est là et les stratégies politiques inhérentes à chaque pays, doivent prendre en compte et en charge car elle est partie intégrante du souhait respectueux citoyen.

Elle fait partie de nous dans nos collectifs et c’est à l’organisation d’admettre cette venue et ce changement. Les équilibres relationnels fondamentaux voudraient que nous soyons pris au sérieux et non désignés comme de doux rêveurs dans l’utopie. Le respect des peuples à disposer d’eux-mêmes et développer leur droit à la meilleure existence va forcer le passage comme cela aété fait en d’autres matières. Le tout est de comprendre, partager  et protéger pour le bien de tous ! Les jalons sont posés et les observateurs désormais  présents à leur poste.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...