Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! Avant de se jeter à l’eau !

Posté : 25 juin, 2013 @ 7:45 dans actualité générale, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Je vais,ici,vous parler de la pensée artificielle au grand développement,comme si elle devenait notre cerveau à tous .Dans quelques décennies ,le cerveau humain sera sous anesthésie générale de cette forme de pensée mécanique.On peut comprendre les services que cela nous rend,mais il y a un mais ,celui d’introduire des éléments qui confisquent le libre arbitre des hommes. En condamnant cette liberté essentielle qui équilibre le Monde,nous régressons et d’homme respectée,digne,rempli d’espérance et des capacités nouvelles,innovantes positives constructives et variées,artistiques tendues vers la beauté,nous allons devenir des peuples mécaniques enfermés à tout jamais dans une prison.

Eh oui ! Je ne suis pas un fervent adepte en toutes directions du net et de l’ordi compagnon .J’emets des réserves importantes avant que ne soit convertie toute la jeunesse planétaire .Rien à faire,comme pour le reste,aucun débat et nous fonçons sans réflexions nécessaires .Tout cela est du genre : « Je passe à l’action matérielle et physique et je réfléchis après ! ».Les résultats dans la progression se trouvent dans les formes dictatures que cela va développer. si de prime abord,c’est un formidable outil de communication,l’arrière plan y est moins Si la méfiance n’éxiste pas,nous tombons dans les pièges du règne facile de la malhonnêteté sous beaucoup de  formes et notamment l’escroquerie anonyme .Pas très grave,l’honnêteté nous n’en voulons plus et c’est ringard ?

Oui, mais les acteurs d’un monde peu évolué gravitent dans l’ombre quand on s’aperçoit Que l’on s’est fait avoir,c’est trop tard ! La perversité y règne en maître et des personnes aux mentalités douteuses,vicieuses se réjouissent car les valeurs qui les bridaient disparaissent une à une. Même l’amour,le grand y est présent et là sûr vous allez trouver votre âme sœur. On ne s’occupe pas si vous êtes marié,fidèle,âgé,on vous envoie sans relache la publicité et tous ses adhérents demandeurs. Ainsi, le business marche. Tout devient business et l’argent devient le ‘dieu’ actif. D’ailleurs, sur la toile,nous pouvons entrer en contact avec toutes les philosophies et religions en des Mondes que nous croyons perdus à tout jamais.

Ne rêvons pas, la vérité est plus difficile, il s’agit comme il a été dit dans les prophéties de groupes ou personnes se faisant passer pour. Comment identifier  in fine ce qui est derrière l’écran? Il y a un monde de la matière auquel nous appartenons et celui du virtuel sans attache et dépendances matérielles.

Entre-deux,il y a des océans,des cieux,des temps. Sinon, si le virtuel était près de notre monde physique ,nos ancêtres par l’esprit et l’âme pourraient revenir par le passage ouvert entre les dimensions. Oui, mais « l’ordi » n’est pas dans les capacités pensées de relever toute chose,les temps,la vie dans son évolution et le sort de tous les hommes depuis les débuts existants. Faisons attention de ne pas nous égarer avec ces bouleversements car l’ordre des choses pourrait changer et nous verser sur les voies de la folie et de l’esclavage définitif à fond car après tout sera trop tard. Réfléchissons avant de nous engager ,soyons attentifs,pour notre jeunesse car nous introduisons des variantes et nuances conséquentes. Surtout, ne pas mettre tous les œufs dans un même panier comme l’on dit dans le proverbe.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Confiance et espérance…

Posté : 9 février, 2013 @ 10:41 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique | Pas de commentaires »

Les limites qui nous sont fixées en beaucoup de points ,sont dans ces valeurs contenues au sein de l’Amour puissant et régnant .Pourtant, à l’analyse ,tout notre ensemble de valeurs construites par l’humanité rassemblée semble indigeste. C’est parce ce quenous idéalisons sur certains éléments fixés que nous sommes sans cesse des insatisfaits dans une grande ingratitude. De nos conditions d’accueil de la vie ici-bas. Et pourtant ,celui qui a créé nous fait grande confiance et espère dans nos évolutions compréhensives et raisonnables ,pour qu’un jour ,l’homme s’élève lui aussi cers cette confiance sacrée et cet espoir lumière devant nous .

Les humains sont sollicités sur ces points de par leur des tendance à qui il faut faire l’éducation.  Chaque parent aborde cette phase avec sa propre largeur d’esprit obtenue par ses souvenirs conscients. La première des choses est la confiance placée en nos enfants   .

                                                                                                                                                                                                                                    .Apprendre à faire et donner la sureté des actes avec la force de l’esprit est capital .trop d’enfants sont élevés sans cette confiance , les réduisant dans leurs capacités innovantes , et riches pour aller vers la société.il faut bien que l’oiseau s’envole du nid et pour apprendre à voler de ses ailes. Certains oiseaux poussent leur progéniture hors du nid pour la forcer à prendre l’autonomie .on ne peut décemment faire une chose identique, au sein des foyers. Il faut que l’enfant perçoive la fois la couverture protectrice de ses tuteurs et acquiert une confiance en lui par la communication ouverte  établie et placée dans une réelle  confiance.

Vous allez dire que cela dépend de choses situées dans nos analytiques intérieurs philosophiques et aimants. Nous avons tendance à couper ces largeurs et nous nous acheminons vers une éducation faites par les collectifs .Dans les communes, dans les villes,ceux qui accèdent aux responsabilités collectives avec leur esprit de dirigeant ont tendance à verrouiller leurs actes en fonctin du temps présent. Nous avons de nombreux exemples sur des points importants de la liberté .En enlevant au fond de nous  même l’idée de construire notre système pensé autogéré par notre  éducation compréhensive et progressive des mécanismes.   Il faut cette largeur qui appartient à un tous ensemble constructeur rangée dans le nous faire confiance. Il faut admettre que si nous nous auto protégeons par des interdits croisés en tous sens, nous construisons une société sans âmes et sans .N’est-ce pas au pied du mur que l’on voit le maçon?

Sur ces points développés nous donnons ce que nous avons reçu et pas plus car nous  croyons   qu’en rectifiant les ouvertures intellectuelles et celles de l’esprit ,nous feront avancer nos communautés. Il faut ce qu’il faut, mais surtout ne brisons pas l’espoir car l’âme de notre jeunesse en a besoin.  .Le Monde n’est pas fini et laisser une liberté   à quelqu’un est un acte noble et généreux, grand dans l’amour de l’autre ,des autres.

Merci pour votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Les réalités conscientes…

Posté : 12 décembre, 2012 @ 8:05 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Un grand journal national, nous relatait, hier, qu’un professeur avait donné comme sujet à développer «  le suicide » à toute sa classe. Cet enseignant fut suspendu ,puis réintégrer en quelques jours. Cette réintégration ayant été demandée par les parents des élèves. Pourquoi un professeur a-t-il pris l’initiative de solliciter l’expression des enfants ou adolescents sur un sujet atteignant les consciences en éveil ? C’est surement le sujet le plus difficile que même nos consciences n’arrivent pas toujours à analyser. Cette provocation du «  Blé en herbe »est inadmissible si la hiérarchie  enseignante n’était pas au courant d’un tel programme. Bref, rien ne doit être tabou et voilé, mais il y a les approches nécessaires que sont la pudeur intime de l’être et le classement de cet acte.

Il est important de regarder l’absolu en face et pour ce faire, il faut être fort intérieurement et plein d’espoir. Le pas situé entre la vie et la mort réside dans un tel absolu. Ceux qui se suicident dans le grand désespoir le savent et s’ils décident d’arrêter le processus de leur vie, c’est qu’ils pensent en avoir les raisons.ces raisons sont plus fortes qu’un devoir de français et elles touchent à l’intimité de l’être ou le malaise  de l’âme. Il s’agit d’une grave désespérance si cet acte atteint de surplus la jeunesse .

Des éducations entières ont été mises en place au sein des sociétés pour prévenir cet acte. Aujourd’hui on le voit, cette éducation est repoussée car l’humain ne croit plus en lui -même et surtout se définit libre et surpuissant avec la vie. Le devoir à donner aux élèves serait plutôt : « -La vie est-elle de l’homme lui-même et pensez-vous que la quintessence de vie  qui est en vous vous appartient vraiment ?
Pour moi, notre quintessence de vie est une union sacrée et assemblée par une âme incarnée et un corps physique. L’essentiel n’est pas de nous et nous sommes uniquement le récipiendaire. On nous la confie et notre âme doit veiller à ce que le parcours terrestre se déroule sans interruption. Le suicide est une offense à Dieu ,avant d’être à soi-même. Toute vie est unique, précieuse, au-delà des valeurs matérielles et si notre esprit souffre, il faut d’abord demander à Dieu de nous guérir de ces douleurs. Les maux de l’âme sont redoutables mais se soignent par la thérapie adaptée des psychologues. Ceux-ci engagent et utilisent les mots adaptés pour délivrer l’esprit de ses turpitudes, inquiétudes, dégoûts qui entraînent vers les forces du néant .C’est en notre âme et conscience que nous sommes face à la mort et surtout celle-ci impose à notre volonté et son précieux  processus.

Pour le monde de l’incarnation et du repos des âmes, il s’agit de dénouer la réalité qui a amené une petite âme dans la désespérance totale en franchissant les frontières de tous les espoirs. Combien de temps faut-il à une âme dans son dégoût et combien  de soins nécessaires pour lui demander de refaire un parcours sans heurt. C’est là que le processus de régression des esprits blessés par le voyage   précédent et la vie n’arrive plus à s’accrocher pour refaire ce parcours.Le traitement se trouve dans l’Amour développé et la douceur apaisante, loin des relations tumultueusesetactives de l’âme.Sur Terre, nous sommes peu qualifiés pour guerrir les âmes.Nos sociétés sont souvent trop dures et sans indulgences,ce qui n’arrange rien aux esprits fins, délicats,sensibles qui réclament et se nourrissent des niveaux élevés relationnels.

Non , la vie n’est pas de l’homme   et nous avons tous une âme qui voyage .il faut en prendre bien soin car elle côtoie l’absolu en toute chose,mais privilégie le bonheur et l’Amour.L’enseignement ne peut,dans sa forme transmise d’un savoir aborder tous les sujets délicats et intimes.Pour cela,il ya  des conseillers et directeurs de consciences ,à qui il faut demander un conseil;mais aussi un médecin du psychisme dont l’écoute est bénéfique .Il y a surtout soi-même  et nos relations profondes intimes équilibrées.

En ne croyant plus à l’âme,les humains se dirigent vers des chemins difficiles et boueux,où parler de vie s’enlise  .Pour moi, qui suis croyant ,je dis ne touchons pas à la vie,elle est sacrée sous toutes ses formes et respectons cet état au lieu de le décrier.Il y va de la santé de nos sociétés et de l’espoir de notre jeunesse.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !                                                                                                             

Bonjour à tous ! Pauvreté,paupérisation et responsabilités…

Posté : 4 décembre, 2012 @ 8:30 dans actualité générale, argent et considération, communications, emploi, humanisme, Philosophie générale, Sciences politiques et administratives structurelles, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Notre système économique commence à se fissurer et se déséquilibrer par le fait qu’il rejette hommes et femmes qui lui consacrent de précieux moments de leur vie. Aujourd’hui, les générations montantes aux responsabilités effectives  arrivent dans le monde du  travail. Dans l’accès à ce travail et par la phase préparatoire à l’activité professionnelle, une dose de patience et d’opiniâtreté est devenue obligatoire. Un article de presse récemment stipulait que le malaise de la jeunesse était pour 23% dans la pauvreté. Ceci est un grave constat qui ne fera qu’amplifier sa résonnance.je trouve que nous sommes dans l’incohérence totale entre nos différents regards sociaux pour en connaître le responsable. Il faut également observer comment un jeune adolescent en arrive là. Tout d’abord sur le plan des richesses détenues, les parents sont  le plus souvent exsangues financièrement, car le monde commence à ressentir une forme de déflation avec l’argent et la richesse. Cette déflation colle aux jeunes générations qui subissent de plein fouet les effets et épousent nos visions sociales. Personne ne peut dire exactement quel phénomène identifiable dans la clarté ,attire tout cet ensemble vers la désorganisation.

Pour ma part, je fais simplement une analyse succincte et j’observe qu’un jeune a désormais et avant de gagner sa vie, plusieurs postes dépenses ouverts: (tabac, téléphone, ordi , etc….)Ce qui n’existait pas il y a quelques décennies, car les parents ne voulaient pas  aller au-delà de l’argent simple de poche. Ensuite, se rajoute les études qui devraient être gratuites sur tous les plans, mais qui ne le sont pas. Toute cette phase divise la jeunesse car on oublie qu’elle suit les modes obligatoires et ceux-ci coutent chers. Les étudiants dans les classes supérieures sont de nouveau sélectionnés par  l’argent  au tout départ. Les difficultés étant trop grandes pour trouver et payer l’intendance des études.

Les responsables de cet inquiétant malaise s’appelle la paupérisation dont personne ne se méfie ,mais qui agit sournoisement. Ne nous voilons pas la face sur ce sujet précis.L’autre point est que les parents connaissent un endettement permanent pour assurer l’achat d’une maison, ou d’un logement ,d’une voiture indispensable. L’aménagement intérieur en électroménager est également couteux. Le monde de l’ industrie et du commerce sont ceux qui veulent dominer afin de rendre justice au bien vivre. Mais, n’ y a-t-il pas d’autres responsables de ces situations sociologiques déficientes. Je dirai  qu’il y en a une autre  très grave qui nous arrive et va se déclarer : »- C’est le fait constaté d’une activité de société qui se crée en utilisant des moyens biens au dessus des valeurs existantes ambiantes et établies. Nous avons des trains de vie au-dessus de nos propre richesses. »C’est un constat qui fait ressortir que nous sommes   hors d’une saine économie. Le progrès nous a dégagé des richesses, mais immédiatement nous avons anticipé en augmentant nos trains de vie .

Il ne faut jamais vivre au dessus de ses moyens et c’est portant ce qui se passe. Ainsi, la société du paraître l’emporte sur celle de la raison. C’est aussi pour cela que les personnes désargentées sont dans la rue comme rejetées du monde. Pauvres de nous ,nous créons l’enfer et la damnation et nous estimons que nous établissons un paradis. Notre montée en puissance des trains de vie ne peut perdurer sur des bases  richesses à établir très précisément. Sur ces valeurs ,doivent s’asseoir nos trains de vie tout en sachant qu’actuellement nous sommes  toujours dans les surévaluations. C’est une observation importante et désolante que l’on ait entrainé une société dans l’illusion économique permanente.

Ces erreurs d’appréciation suivant les niveaux avec la richesse réelle  ,sont en train de se rétablir malgré nous car comme dans les vases communicants  tout s’égalise. Ce que nous avons prélevé abusivement et inconsciemment, notre élévation des conditions de vie ,aurait  du se faire sur une courbe régulière.On ne pourra pas dire également que nous assoirons notre équilibre économique sur une croissance exponentielle. Il nous faut connaître les points d’équilibres des bases reliées sur les ressources exploitées. Celle-ci  ne sont renouvelables qu’à partir du respect d’une bonne connaissance pour éviter les surexploitations de la planète entière.

L’autre paramètre est la pérennité et son respect  afin d’ atteindre, pour les prochaines générations une vie d’un niveau satisfaisant. Notre sagesse, bon sens, sens de la connaissance objective ,notre amour de notre descendance ,devraient nous faire ressentir une honte comportementale et ensuite une soif de rechercher le point d’équité et de respect commun. La réflexion est loin d’être close.

Merci pour votre aimable visite et à très bientôt!              

Bonsoir à tous ! En parler ou pas …

Posté : 21 octobre, 2012 @ 10:03 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Nous atteignons ,ici, le monde de la communication au sein des sociétés et communautés. Dans les temps passés ,les comportements expressifs étaient jugulés, voire muselés, car il était de bon ton de rester sur une ligne établie.
Les enfants naissaient dans le roses ou bien dans le cœur des choux, ou bien faisaient l’objet d’une livraison de la cigogne. Bref, pour beaucoup d’humains, l’essentiel  réside dans ces champs bizarre de l’esprit mi-romantiques, mi-mensongers. Aller à cet essentiel est parfois très difficile ,voire même impossible. La première concernée est la jeunesse ,par un langage vrai, sincère et véritable. C’est donc un opposé à cette langue de bois passepartout.
Si nous ne nous donnons pas comme devoir, le dire vrai au sein de l’humanité, nous nous  créerons des voies sans issues. Dans le cas auquel je me réfère et cette forme de romantisme, elle est acceptable sur certains sujets et ne l’est plus sur d ‘autres.

C’est bien connu, la vie sort des fleurs et des légumes ! Non, à partir d’un certain âge, il faut avancer au côté de la vérité incarnée. Personne ne doit la fuir et c’est un grand devoir de l’aborder en toute sérénité et honnêteté développée. Dans le cas des origines de la vie et connues, nous en sommes là et on peut analyser maintenant les dérapages inclus.En certains pays et certaines régions, certaines petites villes rurales, rien n’était démenti sur le sujet et les adolescents étaient soudain interrogateurs ,emportés par un corps dont la Nature ne demande qu‘à exprimer l’expression intérieure. Très longtemps, les coutumes avaient fait de ce corps juvénile u n terrain de combat actif et rebelle à la vie. Les conséquences ne se sont pas tout à fait faîtes attendre car l’adolescence n’a pas toujours la sagesse en son camp. La Vérité se dévoilait dans la douleur, après avoir vaincu toutes cette communication du mensonge. Généralement, les filles tombaient  des nues, dans ce piège. Combien se sont retrouvées enceintes par ignorance et sous l‘irrespect soi-disant aimant de la gent masculine. Leurs propres ignorance certes ,mais surtout la bêtise des parents qui connaissaient cette vérité, ans jamais vouloir la dévoiler. Le faux en la matière a entraine beaucoup de misère, haine amertume, vie détruite, dé voyance vers les petites vertus, et finalement des belles et bonnes âmes sombraient dans un marigot que nous avons créé de toute pièce.

La vie mérite dans ses affrontements la vérité car elle est si belle et l’Amour physique est beau, élégant dans l’action du don de soi au plus profond de nous .Il y a rien à jeter sauf les perversités augmentées malgré les esprits impurs et vicieux. Ce genre d’esprit se satisfait de la non vérité ambiante pour mieux pouvoir saborder le navire.Je ne suis pas sur que défier le début des temps nos réflexions transmises soient empruntées à la vérité. Si mon analyse se confirme ,nous pouvons nous interroger sur notre progression communautaire raisonnée et logique. Nous venons de la voir avec ses conséquences.J’en connais d’autres sujets pointus et épineux où la vérité est enfouie sous une couche immense de bêtises sans fondements dans l’amour ,mais surtout l’établissement d’un pouvoir sur l’autre, les autres. Nous en aurons beaucoup de ces positions à rectifier s’il est encore temps !

Ici, je ne suis ni critique, ni méchant, ni acerbe, mais dans le regard diurne vérité si vite enfouie pour d’innombrables et innommables intérêts. Certes on ne refait pas le monde, à juste titre, mais on contribue imperpétuablement à l’améliorer, pour le rendre plus vrai et meilleur dans le plus profond respect. Je reviendrai sur ces sujets car il sont  sur ces sujets car ils sont primordiaux pour les qualités de la vie même. J’ai parlé du respect, de l’évidence d’une vérité éludée et je parlerai bientôt des relations internes aux humains coutumiers faisant d’un élément encore l’esclave.
Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! La famille…

Posté : 30 août, 2012 @ 5:54 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Aujourd’hui, avec les nouvelles politiques et pensées envers les mœurs admises, on peut se demander si les mots famille ,couple, mariage, foyers ,feux, ont un sens.Personnellement, je pense qu’ils ont un grand sens à jouer et ce n’est pas parce que la société traverse des déserts par périodes, qu’il faut baiser les bras. Il faut se dire que sans certaines règles appliquées ,nous ne construirons rien de très sérieux.

S’il a été nécessaire de libérer du joug du servage la femme , ce n’est pas pour continuer sous d’autres formes.En 1968, la jeunesse féminine demandait une forme d’indépendance vis-à-vis du masculin et des us et coutumes. Celui-ci sollicitait d’elle une forme de soumission continue, sans pouvoir réagir en cas d’excès. Tout cet ensemble s’est réformé, les systèmes contraceptifs se sont mis en place et les relations à l’intérieur des couples plus ouvertes envers le féminin.Mais tout cela n’a pas suffi, il fallait entrer dans une forme libératoire des mœurs en changeant avec le regard, les amours à l’intérieur des genres. Deux femmes ou deux hommes pourraient donc être parents et se marier.

Nous devons être tolérants sur certains sujets et nous le sommes. Sauf que sur les chemins où la nature ne met aucune utilité, il ne faut pas y aller ? Pourquoi ? Parce que nous devons nous rappeler que l’unité de base d’une société équilibrée et dynamique reste la famille traditionnelle..Par les mots, je veux dire : une femme et un homme unis au sein d’une cellule de base par l’amour représenté par divers niveaux et formes. Elle est le recueil des sentiments nobles et permet à partir de cette assise d’avoir des enfants qui recevront le nécessaire pour un chemin naturel et équilibré.

Nos sciences seules permettent ces reproductions et sont détachées des possibilités situées entre le féminin et le masculin. C’est une forme d’ordre établi.il y a une voie d’ouverte et il est incompréhensible que des humains bifurquent et sortent du grand schéma originel.En tant qu’analyste sur les faits de sociologie, j’ai comme devise la tolérance et j’essaie de favoriser le positif dans son pourquoi. Si rien ne semble impossible aux mœurs, il faut se dessaisir par un retour vers un respect ,ses pudeurs et son sens.

Sur un tel sujet, je sais également que nous n’y pourrons rien et un certain nombre de personnes ne font plus de différence entre le féminin et le masculin. Alors, pourquoi cette féminité touchée par les graces ,ne constitue plus un attrait suffisant pour le masculin ,pour déclencher l’envie  de fonder un foyer. En même temps, la femme et ses trésors se placent dans une situation voulant égaler le masculin comme un modèle absolu. C’est une piste dangereuse car la coordination naturelle doit définir avec énergie les différences pour que chacune et chacun aient envie de procréer. Toutes ces coordinations manquées ou réformés auront de grandes conséquences sur l’avenir des sociétés humaines et des civilisations.

Je ne mets pas sur un piédestal, mais dans la réflexion profonde  en me demandant si en introduisant au sein du grand système de la Nature d’autres paramètres, nous n’allions pas faire ressortir quelques monstres endormis ou bien somnolents.Souvenons-nous que la Nature n’est pas Dieu. Elle répond et obéit à ses  injonctions et désirs. Après nos millénaires de présence ,nous devrions commencer à comprendre la vie et ses obligations par lesquelles elle passe et  repasse.Il n’y a pas qu’un mode d’approche et des plaisirs ,mais des obligations certaines apportées  par l’’existence même. ( A suivre)

Merci de votre aimable visite et à très bientôt

Bonjour à tous ! Chemin de pénibilité (1)

Posté : 30 juillet, 2012 @ 6:48 dans humanisme, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Nous avons vu dans un précédent article, les voies qui s’offraient à nous pour construire une société et une civilisation plus évoluées. Maintenant que nous sommes sur notre voie, nous voyons les difficultés engendrées et leurs solutions envisagées. On peut regarder à l’avant quel bâti charpenté nous pourrons donner ou envisager.
La vie par elle-même, ne se ressent pas comme une contrainte permanente et elle ouvre matériellement ses voies sur des constructions généreuses.

La première pénibilité réside dans notre arrivée dans ce monde par les vives douleurs de l’enfantement. Après neuf mois passés douillettement au sein de notre maman, notre venue dans la présente dimension nous voit naître dans un acte entouré et baignant dans l’eau et du sang en dominance. Pour tous les mammifères, il en est ainsi. A partir de là nous faisons partie d’un Univers mélangeant les éléments matières corps, notre âme investit son corps et c’est bien le sien. Si nous sommes spirituellement éveillés et évolués, nous pourrons franchir toutes ces étapes dans l’éveil de la conscience et posséder déjà en nous des connaissances bien précises et mises à notre disposition par l’autre dimension. Or, nous nions cette procédure et nous prenons la vie même à la hauteur de la dynamique physique et matière, sans plus.

Le chemin qui s’ouvre s’avère assez difficile car après une première période située dans l’inconscience, nous entamons la seconde en recevant éducation et un savoir-connaissance associés. C’est-ce que j’appelle le formatage qui est nécessaire ,mais il doit être respectueux de l’état de l’enfance placé dans l’insouciance .Le fait de remuer les réalités de l’existence, la conscience s’éveille et commence à prendre en compte le moi intime et son pourtour. Aujourd’hui, notre jeunesse est débarrassée de son obligation militaire et sociétale ,je veux dire le service militaire.

L’adolescence doit se dérouler hors des soucis des adultes et de leurs sociétés. Ils vont en prendre connaissance et la conscience fera le reste pour combler la zone encore placée dans l’insouciance .le sérieux, la dureté et la pénibilité sociale de la vie vont ressortir avec l’éveil profond de la conscience qui efface l’inconscience. Nous ne devons pas briser l’avenir en y mettant une partie de nos soucis de sociétés quotidiens.

Toute la Jeunesse, autour de la Terre, est soudée  générationnelle ment par la grande âme générale et ses grandes possibilités. Chaque âme rejoint par des voies que nous ignorons profondément dans la communication toutes ses semblables. En cas d’inconforts et d’idées portées par la société de vie qui les accueille ,cela entrainera des remises en question structurelles du bâti des sociétés.( A suivre)

Merci de votre aimable visite et à bientôt.

Bonjour à tous ! Qui suis-je ?

Posté : 8 février, 2012 @ 8:51 dans Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

On me pose souvent la question quand je fréquente pendant un certain temps un site.Je n’aime pas parler de moi dans un sens physique,professionnel,encore moins de ma vie ,sous son abord privatif.Ceci est compréhensible.Je ne suis pas une vedette dans le sens que l’on entend et j’entends bien ne pas en être une.Je suis né au sortir de la guerre  mondiale 39-45,dans un milieu paysan où la vie était parfois rude,mais non mauvaise.Si je dis « mauvaise » ,c’est qu’au sens de l’éducation que j’y ai reçue.Non pas sectaire et autoritaire ,mais douce et très respectueuse de l’enfant .C’était un milieu calme où je pouvais éveiller ma curiosité et mes sens et je n’ai pas été déçu.

Vers  deux ou trois  ans, je prenais déjà la parole au bout de la table familiale pour philosopher en longs discours que personne n’a retenus.J’ai parlé de la société des comportements, de la Terre qui nourrit des animaux ,etc….Ainsi, je pense que vers mes dix ans,je me suis livré à une étude sur la dynamique des populations campagnol es dans les prés.Cela peut vous étonner,mais j’en ai retiré quelques enseignements .Ces populations sont endémiques jusqu’au moment  où un virus qu’elles développent les terrasse toutes, les rayant l’espoir et le réduisant à quelques unités nécessaires.Il s’agit d’un petit mammifère très prolifique et il est un de nos proches parents.Les bébés naissent également nus avec un corps tout rose.Comme ces animaux savent par instinct naturel que leurs jours sont comptés, ils se reproduisent à toute vitesse et la dynamique des populations est accélérée.

Malgré ma passion dans la vie pour l’arbre et sa société,ma jeunesse s’est passée dans les marais où j’y ai appris la nature côtoyant une vie riche dans son  intimité.Je n’ai pas connu les grandes écoles;mais je ne suis pas de formation classique ,ni buissonnière .Comment me suis-je instruit? Très bonne question embarrassante pour nous tous et également réjouissance pour notre ensemble.

Pour que vous me découvriez,il faut que vous  preniez connaissance de mon ouvrage «  Nous sommes les racines du ciel » paru en 2008 aux Editions des 2 encres. Dans cet ouvrage autobiographique, j’ai relaté ce comment s’instruire.J’ai longtemps  cru que nous connaissions tous les mêmes choses,le même cheminements,le même processus  d’abord de la vie depuis le début et l’éveil prenant conscience de ce que nous sommes. Disons le ,ici, j’aurai aimé au fil de nos grands discours philosophiques issus issus de ma  prime jeunesse ,que l’on s’interroge sur les capacités internes.

Quand je  parlais d’une autre dimension et sous quels abords on pouvait la reconnaître.J’ai agacé tout le  monde   et même celui des religieux.Mes parents étaient des catholiques  non pratiquants,mais ils imposaient une éducation envers les valeurs profondes de cette religion.(à suivre dans le prochain article)               

Bonjour à tous ! Après la jeunesse…

Posté : 9 janvier, 2012 @ 8:14 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Le monde des adultes bien conformé, aux idées bien structurées,aux actions définitivement scellées et étayées,aux sociétés édifiées,aux suretés de l’esprit fixées,à la jeunesse formatée,avance lentement mais surement dans la vie.Nous sommes forts avec toutes les technologies déployées et inventions.Nous avons commencé à changer les valeurs du monde.A regarder depuis le début des temps,il y a à s’y méprendre.

Notre monde parfait,nous l’apercevons dans  le fond du tunnel.Si parfait que même au plus profond de nos esprits,nous le craignons.Ce monde que nous avons inventé n’a plus le magnanisme et le regret,le doute,la bonté et l’amour reliés aux bâtis humains.Il est celui du robot,de la machine automatisée aux gestes sûrs,à la pensée incorruptible et sans erreurs.Il est donc beaucoup plus fiable que le nôtre originel.

Et voilà, l’homme,l’humain , l’être vivant,l’homo sapiens déconsidéré à l’aune de sa propre existence.Nous disons donc à notre jeunesse : « -Tu n’es pas fiable petit et il regarder ce que nos illustres ancêtres ont inventé.Il n’y a que ça de vrai et l’excellence,si chère aux humains,va exister sans eux« . Bye! Bye! Petit être ingénieux dit la machine et souhaite-moi bonne chance à la conquête des mondes et leurs installations pensées.

Du fond de la richesse juvénile,une petite voix se fait entendre et dit ouvertement et sans ménagement. «  -Ce n’est pas possible que nous nous rendions esclaves de nos propres inventions et idées et que nous dégradions ce qui nous entoure et est de toute beauté!Vous ne respectez donc plus la table des Commandements qui vous a été transmise afin que nous puissions évoluer avec harmonie .Vous bafouez le premier de ses commandements « Ton Dieu, tu ne provoqueras pas ! ».
Pourtant,c’est-ce qui se passe avec tous les risques que nous faisons courir à une humanité globale.Voilà la désobéissance consommée avec de nombreux points  en porte à faux.Peu importe,nous continuons notre bien aise immédiat et la même petite voix nous poursuit avec insistance. « -Tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin! » Le silence se fait pesant dans la salle et on pourrait entendre une mouche voler.Une frêle et gracieuse jeune fille renchérit « - Cela s’applique t-il uniquement au genre masculin?  Alors, nous les femmes pouvons bien convoiter les maris! » Une autre voix s’élève et dit que c’est l’homme qui porte âme et conscience ! »

Oh dit un autre, c’était valable dans l’ancien temps où les gens s’exploitaient pour une dominance ! » Et le débat s’ouvre,fertile, passionnant. pourtant la chose est claire et les dragueurs invétérés avertis de leurs inconvenances et irrespects. La réalité de notre siècle est tout autre et l’humain ne semble n’avoir que faire de la fidélité affirmée.il va au gré du vent,glaner ce qu’il pense être un grand et unique bonheur. Ca ne se représentera pas dit-il,on ne vit qu’une fois,il faut en  profiter.Mais tout ce mécanisme du respect entre les êtres est également bafoué et une course ressemblant à la chaise musicale  est désormais de mise, au sein des couples.

Je ne suis pas un attardé mental ,ni moral,mais j’essaie de réfléchir au sujet qui est parfois brûlant d’actualité.J’y suis ! Tout me revient avec l’exemple des amants de Saint-Guénolé,en Bretagne.Ce serait la femme qui entrainerait l’homme vers un autre chemin ! Dans cette affaire,les deux amants,au delà de la mort seront obligés de s’aimer dans une autre vie et construire ensemble un avenir ! Bref, redevenir homme et femme pour de vrai cette fois ci et pas dans des semblants pour le plaisir des sens. L’amour serait-il donc si exigeant avec sa pureté même ?

Nous devrions y faire attention sans verser dans le moralisme ancestral et absolu.Il se pourrait bien qu’il ait raison et se donne tous les moyens nécessaires de son affirmation sans tergiversations.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Jeunesse,cette grande inconnue….

Posté : 8 janvier, 2012 @ 9:35 dans actualité générale, humanisme, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Comme je l’ai mentionné dans mes précédents articles,l’enfance et l’adolescence sont des périodes très spéciales que nous devons protéger. La protection de cette jeunesse ne passe pas par une incessante dotation de cade    aux et de jouets. Cette veille sur une vie est plutôt située dans la couverture du regard dans les comportements,les actions, les faits afin de savoir globalement si le murissement de l’esprit et de l’âme se concevait naturellement, dans une avancée conforme conventionnellement.

Rappelons-nous quand même qu’un enfant est très particulier et comporte,à juste titre,les éléments propres à Maman et à Papa.Il est dans la logique d’évènements pleins de vie,qui physiquement unique dans l’évolution  du Monde.En même temps, l’enfant est  le fruit d’un amour entre une femme et un homme ,qui parfois ne sont guère imprégnés du monde des adultes et toutes les particularités.Nous avons vu comment était la vie des êtres en ses débuts.Je me répète, mais l’homme c’est surtout une âme en voyage et une affinité sur de nombreux points portés par les parents eux-mêmes. Ames et corps physiques doivent composer leur partition commune.

C’est donc une harmonie qui est recherchée et placée dans la pensée active et la matière dite physique en structuration.Il est le fruit de la dynamique de la vie et ses capacités éveillées du cerveau.Chez  les jeunes, elles sont peu éveillées,par rapport aux possibilités offertes.Un jour,je le pense que ces évolutions se feront et qu’en attendant il faut une  somme abnégations pour construire et éveiller toutes nos capacités réelles détenues. Elles ne s’éveilleront que si individuellement on favorise les zones de relations dans notre encéphale. Ensuite,une autre phase arrive pour passer de l’individuelle au collectif et assurer son intégration avec ses semblables.

Même ce projet,je vous l’ai déjà dit,nous allons nous éveiller de par les évolutions actives d’adultes et nos possibilités pensées.Pour beaucoup d’adultes,ils pensent qu’une finalité existe sur l’évolution matière autre que celle que nous définissons dans l’enseignement.Il existe une banque de données Universelle qui, si nous sommes choisis à l’éveil,,nous fournira des capacités d’ouverture et un angle de découverte particulièrement tissé et réfléchis.Le contenu est immense,voire sans réserve, a qui saurait y naviguer.

Mais, ne l’oublions pas, cet accès  est verrouillé par notre Créateur Éternel et il est de sa décision d’offrir ou non, suivant nos capacités évolutives sur le long terme, et nos constructions valorisées.C’est à ce moment précis que le monde spirituel commence à nous imprégner  et nous fournir des capacités  en pleine variante. Télépathie,force de la pensée,accès à la connaissance infinie et universelle,affirment  que nous sommes bien sur le bon chemin. Pour cela,vous devez présenter un état de conscience éveillé.

Ce que je veux dire globalement ,c’est qu’une partie de la     connaissance sur l’Universalité,sera disponible Pas besoin d’aller dans les grande salles d’écoles pour s’y instruire.Mais,comme nous ne faisons aucune relation avec les valeurs de l’âme,les possibilités restent stagnantes et peu expressives.Je vous parle,ici,de construction d’un autre monde et de nos propres capacités.

Comme nous ramenons tout au règne de la matière unique et palpable,il n’y a aucune  évolution sur ces points précis.Du moins, je le pense car nous avons choisi notre base philosophique et spirituelle.Je voulais simplement vous indiquer les possibilités .Vous le voyez,nous sommes faits de merveilles et nous recevons suivant nos  valeurs investies et  profondes  dans notre construction communautaire et nos échanges riches en communication .

Libre à chacun de nous de croire ou ne pas croire mon écrit, et de tout rapporter à la dérision et près du monde matière,afin que nos sciences évoluent et puissent toucher du doigt le rationnel.Ce que je vous explique est pour moi un vécu,car j’ai reçu cet immense honneur avec cette forme d’instruction puissante et j’e profite pour afficher mes sentiments reconnaissants au Maître.

la Jeunesse n‘est-elle pas toute la richesse du Monde?.Dans mon premier ouvrage,j‘ai employé la formule suivante : - »Quant un enfant naît,c‘est le monde qui se refait! »

Merci de votre aimable visite et à bientôt!.

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...