Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

bonjour à toutes et à tous ! Politique et Nature…

Posté : 18 juillet, 2013 @ 8:48 dans actualité générale, Philosophie générale, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

J’écris ces quelques mots pour dire combien le monde fonctionne uniquement dans les apparences,loin de la biologie terrestre dans sa grande harmonie .Alors,nous ne faisons plus attention aux grands et petits écosystèmes terrestres,marins et divers. Nous allons bien trop vite et nous dépassons en actions courantes le temps de la nature pour sa régénération .Nous construisons des sociétés basées sur le profit et la rentabilité uniquement.

Les hommes politiques font des promesses sur l’environnement en créant un ministère actif pour analyser et corriger les orientations et mouvements naturelles mauvaises.  Aujourd’hui,cela est important. Le tout, est géré sans trop d’attentions. Aussi, malgré les crédits étriqués attribués à la Nature,tout se déroule en dehors des possibilités généreuses offertes. C’est le Ministère  de l’impossibilité car le monde industriel n’admet pas les freins sur son hégémonie,sans cesse croissante .Nous pouvons et devons produire et nous comporter dans le sens de ne pas altérer les écosystèmes globaux terrestres et comprendre la nécessité de se connecter à leur temps. Le fait de dépasser le temps précis des renouvellements et régénérations met en cause l’ensemble.

Il n’y a pas d’intelligence interne chez les peuples qui détruisent sciemment leur berceau planétaire et affichent aucune sensibilité à la sagesse.
Traiter et comprendre notre environnement est une chose globale et localisée sur les zones d’échanges climatiques car les éléments fonctionnent en se reliant aux valeurs échangées.  Travailler pour notre planète et comprendre avec conscience ce que nous sommes.Nous ne voulons pas faire ce pas  car il est gratuit et ne rapporte pas immédiatement. Désormais, ceci s’affiche comme une grande philosophie mondiale.

L’état d’esprit qui en découle ne respecte plus les vies qui sont avec nous  et les schémas de la biodiversité s’appauvrissent. Tout semble écologiquement sans intérêt car placé hors de nos propres valeurs établies. A ce petit jeu,les végétaux disparaissent de la longévité et ne trouvent plus grand place. Nous faisons reculer les fonctionnements biologiques terrestres en y manoeuvrant des forces anti-vies. Bref, que c’est beau la vie ,mais hors de nos sensibilités courantes existentielles.

On ne peut être toujours critiques et il faut également être fier de construire positivement. Malheureusement,toujours les mêmes motivations qui nous éloignent et font de nous désormais des irrespectueux de leur berceau planétaire. Très bientôt,nous serons placés sur une voie ne possédant plus les possibilités du changement d’orientation,si ce n’est déjà fait !L’écho nous dit de foncer, foncer toujours et il est versé dans l’inconscience de la négativité construite et irresponsable car nous ne pouvons faire marche arrière .Tout devient futile et sans valeur. Celles attribuées aux Mers, aux Océans,à la terre nourricière,à la biodiversité, passent après nos propres constructions de notre monde. Dommage que nous soyons sans sursauts.Je  ne crois plus en cette possibilité car les hommes politiques et de pouvoir ne voient que certaines possibilités dévastatrices avec pour les animaux le non respect des régimes alimentaires,les méthodes des reproductions. Enfin la négation des  éléments de base des sociétés.  

L’homme doit se libérer et s’affranchir des pensées ancestrales .Mais simplement,il n’a pas créée le monde et il connaît de graves désordres dus à des carences.Pourvu que les comptes en banque  soient pleins,le reste n’a aucune importance. permettre à la vie son champ de développement est plus que précieux,c’est Sacré!

Alors, avec ce constat se dressent aux limites des compréhensions les qualifications d’arriéré. Bravo aux ânes car ils n’ont pas les soucis humains et ils dressent stoïques au service de la simplicité existentielle . En mangeant les chardons qui poussent sur les terrains arides. Rien n’est parfait,mais je crois que nous dépassons les limites en soutenant un monde de l’inconscience et de l’hégémonie destructrice.

A part cela Madame la Marquise,tout va très bien et il faut savoir être .Un beau jour, ce monde qui nous entoure va nous reprendre au milieu de sa fine poussière ambiante. Notre esprit,notre âme,notre conscience devront faire de grands efforts pour e pas s’éteindre et âtre déconnecter de la vie et de son fil d’Ariane.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! La leçon sans prétention…

Posté : 28 juin, 2013 @ 6:11 dans Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, vie naturelle | Pas de commentaires »

Cette leçon,de nombreuses personnes seraient bien curieuses de savoir de quoi je parle. J’ai envie de dire ,de presque rien  car il s’agit du tout et de sa marche. Du tout et du rien car dans le savoir humain cela n’existe pas et n’a pas de consistance. Alors, pourquoi s’en soucier puisque la connaissance des hommes remplace progressivement le tout dans lequel il baigne  sous une forme plus étroite et bien à lui.

Cet homme, s’il s’est constitué une banque de données,il se l’applique ainsi qu’à sa descendance. Il ne parle plus à la Nature,à la planète,aux éléments,aux cieux,à la terre,aux arbres ,aux oiseaux,aux plus autres créatures des Terres et des mers .Il enseigne à ses descendances son ingéniosité car à part ses inventions,il n’existe que le chaos .En appelant sa jeunesse rapidement     sur les bancs de l’école et de plus en plus jeune,il la forme à son savoir,le bon et l’encourage par de nombreux diplômes,car le but  final est pour l’être ,l’enrichissement personnel.

Lentement,mais sûrement tout devient vénal    et peu ou plus d’espaces restent disponibles pour celui qui n’y adhère pas.
La désolation et la fermeture des portes de l’espérance sont affligeantes. Les enfants et petits enfants renvoient vers les parents, des fins  de non recevoir par la pensée tellement plus offensive avec l’argent et le retour de toutes choses. Cette inquiétante réflexion est associée à la formation d’une société. Oui, mais il y a un mais qui se développe .On peut négliger beaucoup de choses,mais la compréhension du fonctionnement planétaire intime, peu d’hommes ont voulu la voir. La Nature bienfaisante régnante avec bienveillance sur les équilibres,tous les équilibres de vies,c’était trop primaire pour une société d’hommes.

Le temps imparti, en équilibre avec les hommes n’est plus de mise. Pour ce faire, les hommes dominants rendent les autres plus dépendants de leurs inventions et ils font de leurs semblables des nouveaux esclaves.L’argent,la richesse,la possession devienne l’unique leitmotiv de l’esprit. L’enfant dit à ses parents et martèle: C’est beau la Nature! Les parents répondent que oui,mais primaire car il vaut mieux regarder l’implantation fumante de la centrale nucléaire avoisinante. L’humain commence à dire : «  Nous sommes trop nombreux ? » et il n’y aura pas de place pour tous !

Ce sont des paroles géniales dans l’incompréhension du tout. Le partage existe dans le grand désintéressement . Il est certain que  l’essentiel existant autour de soi permet la vie .Tout cela est possible,mais hors de toutes les hégémonies confiscatoires. Si nous avions saisi pour vivre avec nos descendances ce temps là,les paramètres seraient tous au vert sur la Terre. Comme il est dit dans la fable : « Rien ne sert de courir ,il faut partir à point ! »

Comme nous sommes aussi la Nature,mais  nous la regardons comme primaire, alors ,il est difficile d’apporter des solutions efficaces .
Misère de misère dit l’homme conscient et inquiet ! Nous avions tout pour être heureux dans un bonheur préservant nos propres équilibres respectueux. Nous avons choisi notre voie,peut-être sans issue;dont la résonance est fade ,altérée  et entachée des défauts qui sont les nôtres. Bref,si nous n’avons pas toujours tort,faut-il que nous puissions dégager autre chose qu’une prison commune pour s’auto condamner avec nos descendances.

La leçon est déjà commencée et les cerveaux commencent à frémir en attendant une union sacrée vibrante avec le Tout. Ah j’oubliais ! Ce que nous avons détesté sera probablement ce qui va s’imposer à nous dans l’amour complet de la vie. Ce que nous avons voulu fuir se prépare à nous enseigner dans la leçon magistrale et grandiose.
Il va falloir de l’humilité !

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Uniquement un ressenti ?

Posté : 2 juin, 2013 @ 7:13 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Hier, j’ai basé ma pensée philosophique du moment sur les risques encourus de voir nos efforts sur la liberté et la démocratie s’envoler. Les conséquences seraient immenses  .Une autre conséquence pourrait bien également résider dans l’accélération du temps de par notre fébrilité mise en place afin de pouvoir être plus rentables et producteurs,disons-le. Notre temps d’équilibre,où nous pouvons être plus heureux est celui où l’homme ne dépasse pas le rythme de la Nature dynamique et fonctionnelle.

Oui,mais ne nous intéressons pas à ces choses là car notre souci premier réside dans les moyens de vivre et l’argent. Pour le reste,nous sommes loin d’avoir créé une approche docile et stable ouvrant une porte sur la sérénité ambiante et une qualité de vie.Le handicap est qu’en faisant de l’argent la seule et unique philosophie,nous entrons dans un jeu dangereux et malsain,où nous pourrions chèrement payer nos errements car nous sommes versés dans une forte dynamique infernale placée elle-même sur des rails. Dans et avec cette allure folle ne permettant plus d’aimer et savourer la vie ensemble ,nous avons toujours le souci premier placé dans l’émulation pour l’enrichissement qui va dégrader  fortement notre  ,sens du bien-être.

Comme l’on dit populairement : «  On peut bien décrocher la Lune,nous n’en serons pas satisfaits pour autant ! »Ce qui est navrant,ce sont les idéologies puissantes à ce sujet qui sont développées alors que la planète et ses bienfaits sont disponibles à notre portée.

L’analyse que je viens de faire ressemble ,dans sa profondeur à un constat de suicide de sociétés entières,sans réflexion,mais soumise uniquement par l’enrichissement et ses moyens  limités. Pouvons-nous encore bifurquer et devenir un peuple serein,calme et attentif aux éléments qualitatifs de la vie ?

Je l’espère pleinement et j’aimerais que mon ressenti soit erroné,car les conséquences peuvent être très importantes sur l’avenir et les prochaines générations. N’emprunte-t-on pas à nos enfants et petits-enfants  en consommant plus que notre part  et en définissant des voies hors des stabilités raisonnées dans la sagesse?

Merci de votre aimable visite,excellente journée à vous et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Communication et expression sur la toile…

Posté : 2 mars, 2013 @ 8:34 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je l’ai déjà dit et je le répète sur mon blog, je ne suis pas un spécialiste de l’informatique et je n’aime pas forcément cet aboutissement pensé. J’ai de graves lacunes de débutants ,mais je les garderai ainsi.je pense sincèrement que nous nous égarons. Pour moi, la machine quelle qu’elle soit passe après l’homme lui-même, dans sa position débout, pensée ,réfléchie, pleine de conscience dans la positivité de l’esprit. Nul vie n’est inférieure à une machine . C’est plus qu’un principe, une grande réalité que nous aurons du mal à intégrer. Le numérique doit devenir notre aide et l’écran de nos engins des serviteurs contrôlés et peu importe ce qu’ils subissent car ils n’ont pas d’âme. N’a d’âmes que la Vie créée par le Maître. Inutile de fantasmer avec les réalités artificielles, nous avons plus de choses que la savante machine.

Mon ordi. est moindre en valeur affective que mes compagnons chien et chat etc.… Ces amis nous aident à supporter l’existence dans la froideur vécue des moments. Il est encore moins qu’eux car quand j’ai de la peine, ils se mettent à mes pieds pour me consoler en y jetant toute leurs amitiés sans volume déterminé. Quand j’ai de la joie, ils exultent! Quand je suis sur un mauvais chemin ,ils s’interrogent et s’inquiètent. Mais l’humain et sa machine que va-t-il faire en pensant qu’elle est unique chose que la vie à mis à sa disposition.

Il n’y a pas de « lézards » pour parler le langage branché, toute cette gadgetisation nous entraine vers un monde encore plus dur et primaire. La seule positivité concerne la communication rapide et efficace dans les comportements châtiés, élevés par une expression en son sommet. Voir l’ensemble des langues réduit à une peau de chagrin ,dans leur destruction structurée continue fait peur aux forces de l’expression courante. La machine n’est pas notre temps, elle amplifie les rapidités constamment de l’existence dans la négativité. Nous sommes des êtres reliés au Monde, à l’Universalité planétaire et ses joyaux. Celle-ci est remplie d’éléments positifs pour nous en évolution sage ,raisonnée ,aimante ,expressive et dans un raffinement constant. Avant de tout détruire et nous autodétruire ,pensons dans l’espace de l’éclair aux valeurs du Monde et de ce que nous sommes intimement. Nous verrons que la pensée ,la conscience forte, élaborée ,élevée ,l’âme et son Esprit n’ont pas de clavier ,ni de moteur ,ni quatre roues, mais les capacités bien supérieures.

Nous éveillons nos cerveaux individuels et collectifs lentement, zone après zone , en un acquit inégalable. Nos possibilités sont immenses et elles vont bien au-delà des ondes numériques acquises. Ce que nous faisons n’est pas un avancement ,mais une satisfaction de nous-mêmes ,voulant stopper le temps pour notre ensemble. Je pense intimement que cela est et sera préjudiciable à notre avenir. Déjà l’humain s’installe à l’intérieur de ses « Cubes de pierre »,dans son confort ,comme un « Bernard Lhermitte » dans le coquillage. Il veut mettre tout en dossier pour gérer du lointain, sans y mettre la main .

Toutes les réalités ne pourront s’affirmer de cette façon car nous les oublions justement au profit de la notre entrée dans notre cube, accueillant certes, douillet certes ,mais négligeant le reste. La Nature nous l’indique pleinement ,nous nous en fichons éperdument ,nous construisons nos mégalopoles bien à nous . Nous sommes des aveugles et nous voulons rendre le monde ainsi. Danger sur notre route ,le parcours est éphémère et devient celui placé en position sans issu. Nous n’avions pas envie de sortir par ces portes.

Merci de votre aimable visite ,bonne journée et à bientôt !

Bonjour à tous ! Une autre forme d’approche de la Nature…

Posté : 20 février, 2013 @ 9:10 dans actualité générale, communications, emploi, nos inventions et ingéniosités, Philosophie générale, sciences vibratoires, travail, vie naturelle | Pas de commentaires »

Toutes les ouvertures en ces matières d’élevages des poissons en eaux salées et saumâtres ne sont pas fermées. J’ai vu des articles journalistiques qui traitaient cela par une forme de dérision ,trouvant la Nature et son respect fonctionnel ,bien inférieur à ce que nous articulons. On ne peut regarder ce qui nous entoure comme une forme d’univers extérieur avec une supériorité sur les réalités qui donnent les équilibres de la vie planétaire.

Les élevages de poissons sont connus de l’homme de puis la nuit des temps, probablement, au moment de la domestication des espèces dans évolution des sociétés humaines. On peut en discuter techniquement pendant des lustres car toutes les technicités ont été abordées, soit expérimentalement, soit scientifiquement, soit dans l’adaptation des espèces. Donc, c’est une partie connaissance mémorisée humaine utile dans le sens de nourriture pour les populations. L’élevage traditionnel en enclos de l’espèce avec nourriture intense n’est pas la seule solution.

Certains pays ont fait des expériences de première importance. Il s’agit, après avoir précisément sélectionné les géniteurs de faire reproduire l’espèce. Ainsi, nous développons une masse d’alevins et de jeunes poissons en grande densité. L’étape suivante est la réintroduction dans les eaux territoriales , afin d’augmenter le potentiel naturel. Dans cette technique d’esprit communautaire, pour réussir, il faut maîtriser certains paramètres des équilibres écologiques. Il existe une période dans le jeune âge du poisson, où cela est possible. C’est une façon très positive de développer un potentiel des ressources tout en sachant qu’au sein de la nature , pour obtenir en finalité un poisson, il faut en introduire énormément en correction des facteurs risques mortalités diverses. Pour certaines espèces il faut maintenir et organiser des zones refuges protégées afin de créer une quiétude. Ensuite, il suffira à la pêche artisanale et elle seule, d’effectuer les prélèvements raisonnables.

C’est une technicité concevable seulement en les pays à forte conscience communautaire. Il existe cependant certains risques dus aux épidémies car souvent entre élevages, même courts, avec le potentiel naturel, il existe une différence d’immunité aux maladies. Les élevages introduisent parfois des germes qui déciment immédiatement le potentiel naturel vrai. Ceci est une prudence élémentaire à ne jamais quitter, car la Nature et ce que crée l’homme n’ont pas les mêmes créneaux sanitaires dans les équilibres.

Oui, bien sûr, il y a matière à grande réflexion et nous ne sommes pas sans ressources d’adaptation, mais toujours dans le respect des biologies dynamiques au sein de l’écosystème. Un poisson mangera du phytoplancton ,des jeunes invertébrés, d’autres poissons  fourrages uniquement ,mais pas de matières provenant du carné terrestre. Il serait très sage  que la nourriture apportée dans les élevages et même en complémentarité, soit composée de poissons dits fourrage uniquement. Il doit être crées des élevage produisant uniquement des espèces à cet usage.

Il ne faut pas jouer impérativement ,une fois de plus, à ceux qui vont réinventer le Monde car cela manque singulièrement d’humilité et de sérieux. Je suis sévère avec l’équilibre naturel car la vie entière en dépend pour une grande partie et toute erreurse paie sur des valeur au delà des calculs existants. A savoir qu’il n’y a que la vie et sa compréhension intime, le reste est d’une autre dimension interdite car au nom du  respect entre nous, il  ne doit pas  être introduit l’idée qu’il y en a ceux qui décident de tout ;et les autres qui subissent indéfiniment. Rappelons, en la matière que nous sommes tous unis et qu’en naissant, à la seconde précise,nous sommes tous égaux sur toutes choses. Donc, rien n’est futile dans les actions que nous menons ou développons entre-nous , les bonnes et les mauvaises.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bojour à tous !Tu aimeras ton prochain comme toi-même…

Posté : 16 février, 2013 @ 10:12 dans communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Il s’agit, ici, d’un Commandement pris isolément et regardé dans son application communautaire dynamique. Aimer est le verbe le plus grand recouvrant d’innombrables actions mues par un regard juste ,bon ,respectueux et également celui du dégradé avec certaines nuances. Ensuite ,dans ce contenu nous trouvons les motivations dégradées et intéressées au rang et niveau de l’irrespect et de sa haine. Cette dernière ouvre la porte des nuances actives ou passives. Mon article, au vu du Commandement, analyse des comportements directs sociaux avec la nourriture et le juste respect attaché à nos échanges de qualité ouvrant une grande une grand porte sur la considération de nos semblables.

Nous venons de voir ,en actualité générale, que certains fabricants d’aliments contenant des viandes ont  trompé les personnes avec de la viande animal non déclarée et identifiée. C’est ce grave constat qui dégrade le niveau des sociétés car au nom du respect des goûts ,des désirs, de son information conscience, chacun a droit à son respect en la matière. Les viandes de bœufs et celles des chevaux  sont loin d’être identiques et pour ceux qui aime le cheval en tant qu’animal noble, ils sont outragés de voir comment nous sommes traités et respectés. Donc, à la place d’une viande une autre et après. Nous faisons ainsi l’impasse sur les goûts ,l’appétissant, puis cela veut dire et nous indiquer que l’on « bouffe » et quelque soit la viande. Manges et tais-toi ! Ainsi, tout se passait entre-nous, comme si nous étions des êtres de seconde zone ,si cela existe. Bref, scandale et justice, enquête, puis tribunal émettant un jugement sur le fond et la forme.

La chose se poursuit avec un second dossier actif et sensible concernant la nourriture animale et les farines protéinées tirées des viandes et carcasses d’animaux divers. Ici, l’humain veut copier le fonctionnement des écosystèmes terrestres où toutes choses trouve sa transformation, sans passer par l’inutilité apparente. Tout d’abord, il faut dire que dans la bonne éducation intellectuelle nous apprenons qu’il existe des régimes alimentaires à respecter  suivant les espèces concernées. Peu importe, nous voulons dicter à la Nature sa mesure. Dans ce cas, nous donnons aux animaux d’élevage les farines protéinées issues de la transformation des mortalités diriger vers les équarrissages. Ensuite, tout se recycle et nous sommes sur la chaîne en mangeant le produit. Malgré tout ce que l’on en dit pour rassurer, rien n’y est.

Les possibilités de voir des animaux morts  de causes incertaines et transformés sans trop de précaution faisant l’impasse sur une maladie virale et non éteinte sur la chaîne existent. Le porc est un proche cousin de l’humain et le virus peut pour  sa mutation  transiter par celui-ci et atteindre l’humain. Ce serait un désastre car ce qui est porcin est redoutable pour une transmission virale. Les virus, nous connaissons cette vie unicellulaire qui selon ses humeurs et les circonstances favorables, peut revêtir une forme inconnue et variées naviguant  de son hôte à sa cible pour la détruire.

Je vais stopper là mon article qui sera poursuivi demain. Déjà, nous voyons poindre un sommet de l’irrespect dans l’insouciance envers  autrui. Alors faut-il regarder ces tribulations actives et offensives  comme un danger potentiel pour l’humain. Il est certain ,qu’au-delà des questions de nourriture, restent beaucoup de question en suspend, au regard des sciences affirmées, des équilibres naturels et de notre place au sein des systèmes naturels planétaires.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonsoir à tous ! Le magnétisme terrestre…

Posté : 17 décembre, 2012 @ 7:36 dans Arbres et forets, metaphysique, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Hier, nous avons vu que certains éléments  terrestres gisants sont peu connus et qu’ils interfèrent dans la profondeur de la physique du globe.Nous ne pouvons garantir en fonctionnel que ce que nous sommes conscients. Plus nous accélérons en fébrilité et plus nous nous éloignons de ces champs gravitationnels. En tous les cas ,après avoir consulté les textes explicatifs sur le réseau tendu des nœuds magnétiques, sur les effets néfastes à la vie végétale supérieure et les conséquences induites; mon interrogation était encore très grande.

Les végétaux supérieurs et notamment les troncs dits ligneux subissent ces effets de distordions et le bois en est bien affecté dans sa formation. On peut en déduire que ce serait le même champ qui organise la forme et le cercle presque parfait en influençant pas une action circulaire. L’arbre pourrait bien être un capteur nous débarrassant des excès de cet élément. Ce n’est que suppositions, mais il faut considérer que les végétaux implantés sur les nœuds magnétiques ne peuvent croitre correctement.ils se développent non pas dans un élancement, mais sur un fort étalement. Ils se composent également d’une flèche sans cesse entrain de se diviser et sans énergie verticale  vers la lumière ou le ciel. Quant à la qualité des sites, tels les endroits  de fréquentation  hors influences ,les cervidés sont des champions car quand les biches mettent bas ,leur progéniture est mise hors d’actions de ces dynamiques. Puis, très jeunes les faons choisissent le lieu où ils pourront séjourner plus qu’à un  autre.

Il y a aussi le principe de l’aimantation et du fonctionnement électrique par excitation ,où une partie aimantée est introduite dans la marche. Les radiesthésistes travaillent ,avec leurs pendules ,sur cet effet et son application des plus complexes existant. Il y a certainement de nombreuses applications inconnues et des effets non recensés. Dans le monde des implantations de végétaux supérieurs, nous devons définir avant plantation la présence de nœuds magnétiques actifs et les localiser sur une carte. On fait ce travail en parcourant méthodiquement les zones  à l’aide d’une boussole qui répond très précisément aux modifications magnétiques. C’est un travail considérable, mais qui donne une plantation de qualité .Les oiseaux semblent ne pas faire attention à cet élément .Je crois que leurs comportements s’éloignent de ces lieux. On peut négliger cette présence et faire comme si elle n’existait pas.

On peut se poser quelques questions ,pourquoi nous avons négligé cet éléments alors que les autres vies dans la Nature le remarquent et l’évitent. C’est un grand mystère du monde.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Nature et particularités…

Posté : 16 décembre, 2012 @ 12:42 dans Physique et astro-physique, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je vais essayer de développer,ici,un constat bien réel et actif au sein du milieu naturel. Cet élément touche fondamentalement la vie dans sa construction matière.il s’agit des forces magnétiques terrestres et leurs incidences en tous lieux autour du globe.C’est un élément qui ne se voit pas,mais qui possède sa propre dynamique. Nous le savons avec le maniement des boussoles attirées par le magnétisme terrestre et son point zéro localisé au grand nord. Nous savons que ce point fluctue et a une déclinaison de 5 à 10 degrés constamment.C’est l’espace sur lequel il navigue.Il entoure la Terre et forme une grande spirale continue qui n’affecte pas vraiment la vie,du moins nous le pensons.Je vais vous indiquer ,ici,comment se définit son action.

En physique,des chercheurs  décidèrent d’établir son influence en le recréant par un système artificiel très local, et ceci sur des gens,des bateaux de guerre et leurs équipage. Le système fut donc recrée autour d’un gros bateau, un destroyer de guerre et en étude du phénomène, les personnels chargés de l’opération. Au début de l’expérience ,aucune altération ,puis un brouillard se leva , plus rien quelques secondes ,le bateau disparaissait et en quelque secondes réapparaissait et ainsi de suite .Les hommes d’équipage furent ébêtés ,sonnés comme un lendemain de beuverie. Ces expériences permirent d’établir que notre champ magnétique terrestre est précieux et tend à équilibrer la matière et le temps. Complexe et intriguant.

En observant mes animaux domestiques et sauvages, libres d’aller et venir, je constatai qu’ils savaient trouver un endroit ,par recherches poussées, qu’ils affectionnait pour se coucher et dormir. Dans la Nature ,le phénomène est bien plus accentué et les animaux dominent ce sujet. Je décidai d’amplifier mes connaissances avec ce magnétisme et u ne personne aux grandes connaissances m’indiqua un ouvrage ayant constaté l’influence sur les végétaux et l’arbre .Il existerait des mini-enroulements locaux ,ce qui  influerait sur la vie d’un arbre par exemple et l’obligerait à une croissance étalée et non élévatrice vers la lumière comme le souhaitent les bourgeons terminaux. Les spécialistes disent que  ce magnétisme et ses points d’enroulement dénommés «  nœuds magnétiques » et son réseau est tendu sur tous territoires et appelé du nom de son découvreur : Mr.Harttman.

Il est certain qu’il s’agit d’une force qui influence toute chose  vivante sur Terre. Elle conditionne et façonne les formes, les faciès, etc… Une femme enceinte devrait y faire attention car le fœtus, dans sa formation peut subir cette influence. Je pense que c’est une force qui pourrait nous donner de grandes découvertes scientifiques en  en application mini et maxi. En mini, elle neutraliserait l’impact d’une balle et au maxi pourrait établir par relais un bouclier contre les missiles. En bout d’utilisation apparaissent l’équilibre des formes et du temps. Ah oui, j’oubliais les normes et l’expérience en mer a déséquilibré le psychisme humain et certains pensent qu’il n’y a plus d’hommes vivants qui ont vécu l’expérience . Il s’agit pourtant d’une expérimentation récente et datant des environs de 1980.

Nous sommes loin de connaître tous les éléments entrant dans la Nature et ses composants. Quand nous émettons un avis ,il ne peut qu’être partiel et imparfait .Quand les animaux aiment séjourner à tel endroit ,plutôt que tel autre, ils ont leurs raisons que l’instinct désigne.il faut respecter ce souhait car ils ressentent ce que nous ne soupçonnons pas ou guère.

Merci de votre aimable visite et à bientôt.

Bonjour à tous ! Le schéma simplifié…

Posté : 29 novembre, 2012 @ 8:05 dans actualité générale, Arbres et forets, Philosophie générale, Sciences politiques et administratives structurelles, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

Comme nous le savons, la Nature fonctionne par maillons définis par l’espèce et créant une dynamique active et conceptuelle généreuse des formes et de leurs utilités. C’est un constat allant vers toutes la gamme des dimensions de l’infiniment petit vers l’infiniment grand. Chaque maillon actif ancre donc sa présence dans la vie et remplit une tâche que la Nature, dans sa grande expression définit comme essentielle au bon fonctionnement dans son grand équilibre. L’humain n’échappe pas à ces réalités ,même si on peut dire qu’il peut, par sa pensée développée ,sortir de ce rôle. Pourtant, c’est bien ce que nous engendrons, nous, le monde humain. Quand nous aliénons de grands fonctionnement par des actions quelconques, apparaissent des déséquilibres naturelles que nous devons supporter et combler. A chacun de nos impacts sur cet ensemble ,nous devons trouver jusqu’où nous pouvons aller.

Ils existent des univers parallèles nous côtoyant dans la Nature et les insectes en font partie dans cet ensemble. Ils sont certainement une mémoire travaillée des formes  et ils étaient présents sur Terre avant l’homme. Butineurs, pollinisateurs ,  dé composeurs, etc …ce sont les rôles qui leurs sont dévolus .Ils sont dans les dimensions différentes, mais surtout dans celles côtoyant les fleurs  et toutes plantes. Mais également dans les relations touchant les voies structurelles des sols et leurs évolutions.
Tant que nous humains n’avons pas détenu des molécules issues des sciences agrochimiques avec les produits sélectifs, la Nature a été épargnée. Depuis les années 1950,c’est chose faîte,nous possédons, et les premiers effets sur l’ensemble naturel ont été la simplification du schéma des dimensions nous entourant. L’impact a touché beaucoup d’espèces notamment tout ce qui avait lien avec le maillon dans les divers créneaux de la dimension. Faute du savoir et en déficit de connaissances ,nous employons ces produits  sans nous retourner car notre moi est très important, trop important ! Maintenant ,tout en ayant rayé un maillon, nous avons la prolifération non contenue d’une autre variété ,sans qu’elle  trouve devant elle des barrières par la prédation. Tout  est affecté de la vie   et de nombreuses variétés  sont en train de disparaître à tout jamais.De nombreux corps tirés de la terre ne peuvent plus prendre vie par l’effort destructif que nous avons employé,et que nous engendrons encore. Cela va jusqu’à l’altération molécules de l’eau présentes dans les grandes dimensions et échanges.
J’ai constaté que  certaines espèces poissons ,dans les eaux douces et salées avaient leurs peaux altérées et présentaient des nécroses et tumeurs  entrainant leur mort. Par destruction progressive du corps dans ses équilibres.Aujourd’hui,il est un peu tard  pour le sursaut,mais rien n’est impossible sauf que nous devrons être capables de suppléer à nos erreurs rapidement.La folie des grandeurs avec insouciance ont des effets , celui de tuer le monde à petit feu. C’est pour cela qu’hier ,j’ai mentionné une forme d’agriculture propre en toute chose.

J’espère qu’il n’est pas et ne sera pas trop tard pour endiguer les effets néfastes.Le tout étant activé par un business monstre ayant façade dans le monde du capital. C’est-ce même monde qui veut refaire la Création en laboratoire avec  des travaux génétiques,la sélection d’espèces dites utiles et l’accélération d’un monde fini.Peu importe si cela représente une fin du monde,celui de nos équilibres généreux avec la vie.

Nos héritiers iront peut-être vivre sous terre,dans des souterrains aménagés et dans des mondes artificielles pour survivre parce qu’un un jour nous avons confondu les mots progrès et fin du monde .Dorénavant,nous devrons avoir sur le bateau  des consciences humaines un commandant sûr dans la tenue de la barre.    

Merci pour votre aimable visite!                                                                                                                                                                                                                                     

Bonjour à tous ! Les grands mouvements de la vie…

Posté : 25 novembre, 2012 @ 7:36 dans actualité générale, Sciences politiques et administratives structurelles, sciences vibratoires, Universalité, Vie des arbres, vie naturelle | Pas de commentaires »

J’ai abordé, dans mes précédents articles, sous le titre  « La Nature nous enseigne «  quelques mouvements d’espèces, symbole de la dynamique. Il ne faut pas oublier que nous faisons partie intégrante en occupant notre créneau, mais aussi en dépassant les limites imparties et en détruisant des espaces qui sont ceux d’autres vies.Pour l’humain, l’appel de la Mer et des Océans est fort, significatif et très important. La planète est composée de 2/3 d’eau salées et 1/3 de terres. Ses continents sont en équilibre sur le socle des mers et ils sont façonnés par l’eau.Mers et Océans sont des lieux où résident le berceau de la vie. Nos corps sont composés de 60% d’eau qui une fois dissoute rejoint son état général tout en gardant mémoire dans l’infiniment petit. C’est pour cela que nous devons respecter profondément l’eau où qu’elle  soit car sa mémoire est phénoménale et contient celle du monde. Cette vie si présente passe par une évolution élaborée à partir de l’eau des océans et des mers et en grand départ pour l’assaut des terres.

Le monde végétal est né de l’aventure  évolutive d’une algue unicellulaire ,puis multicellulaire  et ensuite dans ses évolutions devenue lignifiée donnant le bois de l’arbre. Les rivages marins sont des laboratoires de vies, dans une biodiversité remarquable. Mais encore bien plus, le laboratoire se poursuit et s’améliore en pénétrant dans les eaux saumâtres où les toutes  formes sont présentes pour affiner la vie même qui apparaîtra. J’ai vu de nombreuses espèces marines partirent à la conquête du milieu terrestre par l’eau des rivières. Le plus curieux se trouve dans les grands mammifères marins attirés par les humains. D’ailleurs ,ce sont des espèces développées qui s’intéressent à nous. Il s’agit des phoques moines  qui précisément nous observent dans nos comportements. Le dauphin est là aussi, mais dans une attente plus pénétrante. Donc, il y a un appel de la Terre pour ces vies marines ,bien avant que nous établissions des barrages de protection de nos petites affaires, les marées de l’océan Atlantique permettaient à de nombreux poissons de migrer et se diriger vers la terre et l’eau douce. En ces écosystèmes d’eau saumâtre que nous avons singulièrement réduits  avec nos aménagements ,résidait le laboratoire de la vie terrestre. Je mentionne ,ici, que les phoques Moines remontent la Loire jusqu’à Tours. Je suis persuadé que sans obstacle, nos compagnons de vie vont loin à l’intérieur des terres. Ce sont les mouvements planétaires.

Au début des temps, le chemin évolutif a dû tracer sa voie et sa route. L’autre jour, je vous ai parlé des saumons et leurs migrations.ils peuvent remonter les ruisseaux où se trouvent précisément les familles de salmonidés, c’est-à-dire les truites etc.. Les raisons sont ici dans un apport acide par les relations de l’eau avec les sols granitiques et chaque espèce le ressent et a ses goûts. L’alcalin relié au calcaire est important, mais les quartz qui façonnent l’eau nous donnent des milieux plus acides.la montagne avec ses torrents dont l’eau est acidifiée est le domaine des espèces salmonidés .L’argile ,sous l’effet de l’eau est un composé très riche présentant des gammes de limons fertiles importants à l’activité  des vies.

Les vies animées sont pionnières ,aventurières et construisent leur route pour établir un règne. Tout en est ainsi et la plus petite cellule vivante animale ou de l’animé est le virus qui s’affranchit de tout et nous fait peur. Il faut s’en méfier car il peut  faire disparaître le vivant sur Terre et ceci en peu de temps .Curiosité de la Création ,il prend un corps avec une forme adaptée suivant les circonstances .Nous habitons chez lui et il sait voyager dans nos organes, même avec une seule cellule .On le dit immortel ,mais pas tout puissant .

Nous continuerons notre approche bientôt.

Merci de votre aimable visite.

12345
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...