Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à tous ! Bien plus que magique…

Posté : 12 mars, 2013 @ 8:30 dans communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Notre premier lieu de naissance est celui où l’on a porté, pour la première fois, un coup d’œil intelligent du soi même.
                                Marguerite Yourcenar
                      Ecrivaine contemporaine   1903-1987

  (écrivain sans écorcher notre langue en restant dans la pensée commune et convenue.mais la reconnaissance de la féminité mérite l’exactitude des valeurs et bien plus que nous lui offrons)

J’ajouterai modestement et dans l’humilité, qu’en son tout début ,c’est l’Eveil de la conscience proche de l’âme ,qui en définissant un cercle analytique des ressentis, définit immédiatement l’ »In Situ » de l’être.Il est avant la naissance pour certains, mais peu. Beaucoup n’ont pas de d’éveil avant la corps physique et parfois, il faut attendre plusieurs années. Par contre l’âme sait immédiatement reconnaître le  bonheur et son bien être de la souffrance  même sous toutes les formes.

C’est en cela que la vie est magique en définissant et réglant pour chacun un rayon de pensées fluctuant.ici dans ce contexte, définit par une aire  virtuelle circulaire active semblable au balayage du radar .Il y a place pour l’esprit. Cet esprit qui va nous guider et façonner ce que nous sommes en son origine, ne connaît pas de limites .Il est libre et il souffle où bon lui semble.

C’est en cela que la vie est supérieure et précieuse. La pensée, la conscience et l’esprit s’unissent pour devenir des explorateurs puissants dans les valeurs les plus élevées possible et la tache qui s’ouvre est laborieuse. Passionnante, fertilisante et réjouit les possibilités du cœur qui s’éveillent en s’étonnant de ses propres oscillations saccadées ,mais réglées comme une horloge des temps. Sans ce grand cercle décrit et actif ,nous ne pourrions ren faire, ni bénéficier de ce que nous ressentons dans le grand partage, le plus grand existentiel.

Mais, il faut redevenir pragmatique et ne pas altérer la poésie ,pour  comprendre l’autre, notre semblable. L’exercice est des plus délicat. La douceur, le bien être comme l’aigreur et l’âpreté  du monde sont là avec  nous. Nous voudrions trouver un bonheur, le bonheur et nous l’avons. Notre Maman ,dans son cercle de Mère, nous installe confortablement auprès d’elle dans l’Amour maternel Eternel. Cela ressemble étrangement à la flamme vacillante de la bougie que l’on allume pour signifier un vœu ou une demande supplication du Ciel. Nous rejoignons en son cœur , tous les espoirs du flambeau et sa lumière perpétuelle.

Merci de votre aimable visite ,excellente journée et à bientôt.

Bonjour à tous ! Communication régnante…

Posté : 22 février, 2013 @ 9:13 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Pour être efficace ,vivante ,active ,qualitative ,la communication entre-nous prends différents chemins. Je sais, par expérience qu’il est difficile d’ouvrir son propre créneau communicatif. Des moyens divers nous sont donnés sous la forme de la parole et de l’écrit. Après, nous avons encore plus direct dans la transmission des pensées sous les formes télépathiques. Sur ce dernier point, nous ne sommes pas éveillés. Il est difficile de s’exprimer au tout début de notre existence, mais pas complètement car notre Maman ,elle, sait nous joindre par la pensée sentimentale car le lien d’Amour est entier. Les créneaux paroles et écrits sont larges et bien en place, mais assez verrouillés par les adultes. Donc, si petit que l’on soit ,la parole est souvent peu efficace car les grands n’écoutent pas et font de l’infantilisation un état sans importance. Quand on commence à ajouter les mots, l’expression arrive, mais l’écoute réceptive est souvent absente.

Pourtant, certains enfants parlent très tôt et semblent raconter des histoires. Ce ne sont pas des histoires, mais une explication de leur ressenti de notre monde et sa résonnance dans les vibrations contenues. Pourquoi l’écoute est-elle restreinte ? Parce que les adultes se considèrent les plus sérieux et ils sont dans un train, celui de la vie ambiante, stressante, sûre pour eux et établie. Puis, le jeu avec les autres enfants est plus communicatif car chaque geste et chaque action est comprise. Vient très vite l’âge de l’école  et là commence le royaume des grands dans une solennité redoutable et parfois inquiétante. A cette période, il existe un franchissement de monde ,car l’on passe du douillet aimant parental ,à celui de la société dans le collectif agissant..On nous dit que sinon nous serions des sauvageons. Certes, il faut aussi en convenir .L’amour et sa chaîne ne doivent pas trouver ,ici, une coupure affirmée.

La découverte des autres et de l’autre dans la même situation est amusante. Mais ce n’est pas l’autre qui va compter ,ce sont les gestes et actions que l’on va nous inculquer .L’enfant serait une boite vide dans laquelle on met certains l’éléments, principes, pensées ,un univers de renseignements obtenus par l’expérience totale. La voie est bonne ,sauf que cet enfant que nous voulons façonner aux pensées de nos communautés agissantes de grands, à son univers aussi et la rencontre des deux est parfois choquante ,non pas pour l’idée ,mais par l’action immédiate d’imprégnation. Pour passer d’un monde à un autre ,cela se fait sans brusquerie assimilées à une violence ,à la douceur des sentiments par l’exemple dans la simplicité de l’esprit. Dans cette phase d’approche, nous jouons l’avenir de nos sociétés et l’avenir tout court du monde.

Il s’agit de la passerelle fine, transparente ,mais bien réelle entre les univers parallèles .En transgressant ou négligeant cette phase ,nous forçons le passage ,nous réduisons la largeur du passage et l’esprit constate que le retour ne sera plus possible et l’idée dans l’avancée de la pensée est brusque car il s’agit de laisser une période le sas communicatif .Nous n’en avons pas le temps et nos suretés d’apprentissage ,du façonnage comportemental, sentimental, sont trop resserrés car le ressenti est immense .L’Esprit et l’Ame d’un enfant épousent et comprennent les univers qu’ils identifient pleinement dans les profondeurs des analyses puissantes .Ils déterminent les compétitivités immédiates avec leurs propres pensées intimes. C’est dans ce sas profond que  sa nature fine  d’adulte naîtra et va se former .

Le respect compris attirera le respect construit et la violence transmise sera stockée dans un coin ,en attente de développement .En cela ,chaque geste enregistré compte ,mais bien plus ,la lecture des expressions des visages à sa signification ,puis les paroles avec le verbe imprègnent puissamment en l’esprit juvénil .Nous n’avons pas de secret, nous recevons les enfants en notre monde à l’image de nos capacités communicatives et seulement en notre niveau collectif construit, abouti en réalisation de notre tous ensemble des plus harmonieux possible. C’est-ce niveau, qu’en ses débuts collectifs l’enfant reçoit  et juge s’il est attrayant ,compatible ou non avec son esprit et sa propre pensée d’une vie intime. Quand nous abattons à tour de bras les sentiments dans notre collectif agité ,pour des raisons de recherche richesses matérielles, l’enfant ressent cela et il transforme l’idée en un manque patent d’amour à l’extérieur envers  et entre tous ses semblables.

Les plus petites phases des âmes et des esprits sont dans la finesse exprimée dans les sensibilités puissantes ,le sentiment souvent que nous ne voulons par voir émerger vers l’extérieur bâti. Ici, se n’est pas la matière qui parle, mais la vibration de l’essentiel d’un être, son cœur et son âme reliés. Le trop sensible n’est pas reçu et le pas sensible lui y est par la force de celui qui l’inculque. Passé cette phase de ces ressentis, tout le reste devient du domaine matériel et la parole est déjà comme le geste le relevé des faits mécaniques. Les jeunes enfants font cette différence et la porte d’entrée vers la mécanique n’est pas toujours évidente à déchiffrer car en cet endroit ,il y a les valise et plein de valises emplies de choses que d’autres ont rejetées .C’est-à-dire en langage direct ,de ce qui serait bien et de ce qui serait mal.  Mais attention ,tout cela se regarde dans une forme de subjectivité car notre collectif admet dans son créneau du temps présent établi, seulement certains éléments bien définis auxquels il va falloir adhérer. Il faut  donc faire de Laplace en la mémoire naissante pour entreposer les éléments qui ne serviront pas dans cet apprentissage et laisser une place ouverte, à la bienvenue de ce que l’on va nous donner. J’emploie le verbe donner car la valeur interne vibrante est plus forte que les autres mots.
On donne et l’on accepte, car le don ne se refuse pas. Il n’est pas transmis sous la forme de l’autoritaire et du péremptoire, mais dans la générosité. A partir de là, il admet une largeur comprise et aimer reprend son grand sens.
Je n’ai aucune prétention avec l’éducation établie et mon écrit est en soit une réflexion sur le comment ne pas maltraitéer ce que nous sommes tous : des Mondes entiers en construction et surtout des âmes en voyage. Passer de l’individualité rémanente à un autre monde est la chose la plus délicate, sensible, difficile à laquelle l’Esprit participe dans l’ effacement en transformant le tout en une fine pensée incorporée, mémorisée de l’Etre lui-même.

En bâtissant un Monde trop brusque, irrespectueux, violent, sans sentiments ou dans leur bannissement, nous sommes moins attrayants pour les  âmes dans cet espace de vie commun. La communication est l’essentiel de cette architecture. (A suivre)
Merci pour votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Les avancées conscientes…

Posté : 4 février, 2013 @ 8:24 dans communications, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Nous l’avons vu,les avancées conscientes sont en des largeurs compréhensives de la pensée immense. Notre âme, notre esprit accompagnés des points simples de la compréhension peuvent partir  vers un grand voyage astral, stellaire et cosmique. La pensée se  veut aventurière dans l’exploration du monde .Cet espace que nous nommons ainsi débouche sur un ou des Univers  entiers. Matière, anti matière, matière en fusion et celle arrivant aux limites de son fonctionnement identifiable. Dans un autre sens, les étoiles refroidies font apparaître avec les roches, certains éléments fins de leur composition qui nous font ignorer l’exploration dans un regard pionnier et nécessaire .

Pour que l’âme autorise ce voyage, il faut une bonne raison et mieux vaut ne pas tenter une telle aventure réservée aux Esprits forts  définissant leur propre expression. La satisfaction des raisonnements    envers ces découvertes ressemble à un repas où la nourriture est abondante. Une foule de richesses sont disponibles pour notre esprit et nous devons y accéder seulement avec une forme de sagesse contenue.Tout est dans tout, mais comme nous ne sommes qu’un minuscule élément ressemblant à la poussière, nous devons être satisfaits avec notre constitution  anatomique ainsi faîte et définie.

Quand je parle de mondes qui viennent en visite ou exploration, leur politesse contenant les profonds respects s’affichent immédiatement. Ce sont des mondes lointains. En ces espaces où  s’inscrit passé et  futur ,seule  la pensée forte et structurée   dirige et impose sa réflexion. Elle est là pour construire ,communiquer et non maîtriser toutes sciences  au-delà de nos appréhensions.la vibration des corps structurés par la vie s’y amenuise et la communication  est devenue du domaine de la  télépathie. C’est une façon aboutie .

Nos dauphins et cétacés marins vibrent avec notre ensemble.ici le mot vibrer veut dire détenir une vérité.Cette vérité serait placée sous la forme du pouls planétaire et délicatement manié..Il nous faut comprendre que communiquer veut dire envoyer des messages et en recevoir sans autres formes que  l’intimité.Les capacités de maitrise  des ondes numériques sont dans les éventualités pensées   confortables  .

Cette précieuse pensée devenant Lumière en traçant sa voie aux confins universels chargés de toutes les valeurs les plus chères sélectionnées. Ici,il n’est plus question d’ interférences limitative en nos  valeurs et fonctions.  (A suivre)    

 
Merci de votre aimable visite  et à bientôt     !

Bonjour à tous ! Je voulais vous dire…

Posté : 3 janvier, 2013 @ 9:09 dans actualité générale, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Je voudrais parler de nous  et de ce que nous sommes tous ,sans exception : les enfants d’une autre dimension, les enfants d’une même Mère réunis, les enfants d’un même Père, enfin les enfants des Cieux. Nous sommes bien plus que le fruit d’un hasard, nous sommes le Monde entier. Nous ne nous arrêtons pas au physique ,mais aux limites les plus fines vibrantes avec l’ensemble des mondes et dimensions réunis. Ce que je viens d’écrire, je l’ai déjà mis dans les pages de mon ouvrage «  Nous sommes les Racines du ciel « paru en 2008.

Certains, lors des salons du livre, me regardent avec curiosités et de gros yeux et ils pensent subitement que l’auteur est un affabulateur qui a saisi une occasion pour se faire connaître. Les psy. Parfois, s’y mettent à deux pour me signifier mon égarement. J’en suis parfois peiné et attristé pour eux de voir tous ces esprits  fermés. Croire ,avoir la foi et l’exprimer vers l’autre, n’est pas quelque chose d’interdit, de dégradant, monstrueux ,d‘avilissant. Dans mes observations, je le constate, faire l‘apologie de faits criminels, monstrueux, est recherché  par  une réaction négative car elles se vautrent dans  cet infâme magma.

Bien, ceci dit, celui qui a la foi ancrée au fond de son âme ne craint guère mais il doit toujours se tenir éveillé, car être éveillé, nous le sommes tous, mais nous ne le savons pas. Notre âme n’est pas complète ou bien elle occulte obligatoirement certaines parties dans ses souvenirs. Vous direz que je ne suis pas un homme qui a consacré sa vie à la foi. Non, j’aurais pu, mais je n’ai pas pris cette voie qui est très belle et d’une grande rareté car elle parle au fond des consciences et des âmes. Non, je ne suis pas un professionnel de la foi et je n’aime guère ce qui est institutionnalisé par l’officialité régnante et bien assise.

Je parle à notre Père en tous lieux et à tous moments. Le dialogue est celui de la pensée et de l’esprit. Je ne dirai pas que c’est un langage vibrant par la parole, mais celui d’une vibration de notre être  au plus profond. Il y a toujours une réponse au bout de la pensée ,non pas celle de l’agitation, des enrichissements valeurs, des inquiétudes physiques matérielles, des soucis sans fondements, mais celle de la générosité, de la sérénité, de là sagesse ,du cœur, de la compréhension, de la miséricorde, du pardon et une écoute discrète et continue de tout et de chacun particulièrement.

J’évite de quémander sans cesse car je sais qu’au fond de moi, j’ai la possibilité d’ordonner et anoblir mes mouvements ,mes pensées transmise. Avant d’aller vers l’autre et lui parler sincèrement, il faut être sur d’introduire un positif utile, agréable et non agressif. J’aime la chaleur humaine et les mots justes, fleuris ,chaleureux échangés ,qui nous rendent fiers de nos existences rassemblées et bienheureux. Dans cette générosité, j’aime la parole et parfois tout se libère dans la valise des mots et des phrases entrainant la vision de celui qui est bavard. J’essaie de contrôler ce phénomène ,mais ma joie d’aller vers l’autre est bien plus grande et déclenche une telle attitude car j’aime mes semblables. Comme nous sommes des êtres de vibrations entre-autre,je pense que la parole est importante et libère, mais également scelle et construit. Bien sûr, dans la limite de la bienséance et des tons sereins.

Au nom de tout cela, nous devons avoir grand respect pour l’enfance et tout ce qui englobe l’enfantement. Nos temps sont difficiles ,mais il faut savoir que le bébé de quelques jours nous connaît déjà et ce qu’il craint, ce qui lui fait peur ,ce sont les comportements déviés, sans relation avec ce qu’il ressent de naturel et universel dans l’Amour.

Ceci est une réponse à toutes ces personnes qui veulent instaurer des comportements déviationnistes pour l’homme, les officialiser ,les sacraliser avec le temps qui passe. Je dis ,faisons attention ,l’enfant est droit, sensible, analytique au plus profond de sa conscience et il nous observe. Tout ressenti non conforme à son monde de pureté est une peur pour l’avenir et sera matérialisé par une zone où séjourne la violence sous diverses formes. L’enfant vibre avec ses parents, il aime son papa, et il aime sa maman. A ce sujet, il demande une norme Universelle. Maman n’est pas papa et vice-versa. Il craint les débordements des adultes sur des choses inavouables. Il craint surtout l’irrespect de son intégrité physique et la Nature profonde et universelle  le couvre dans sa conscience, mais désormais, les ainés laissent apparaître de graves lacunes. Simplement, l’âme pure  demande qu’elle ne soit pas victime de nos pensées d’adultes fabricant un monde inconnu sans fondement réel.

C’est pour cela qu’il nous est permis d’avoir des actions d’adultes, que nous devons refréner ,ce qui n’est pas conforme à l’esprit pur devant lequel, nous devons nous incliner.La tête de l’homme est dure, voir le mot têtu  dans l’orientation principale, mais tout ce que cache hédonisme ou bien les hédonismes, n’est pas toujours avouables. Il faudra bien mettre de l’ordre dans notre maison commune et nos maisons. Non , pas dans l’intolérance, la indifférence, l’apartheid, l’indifférence, le sectarisme, mais par un dialogue avec nous même ,car faire son ménage est la première tache ou priorité. Je voulais vous le dire …

Merci pour votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! La sauvegarde des hommes…

Posté : 30 décembre, 2012 @ 10:00 dans actualité générale, communications, metaphysique | Pas de commentaires »

La conscience ,de par son activité incessante, se rend compte  par les analyses  qu’elle fait, d’un certain nombre de choses     existantes. Mais, toutes les consciences ne peuvent appréhender tous les éléments de son ensemble constitué. Nous n’avons pas ces capacités incluses en nous. Ceci nous donne une analyse partielle et de ce que nous savons, connaissons, nous organisons nos actions, nos communautés.Nous sommes en train de construire un monde à notre idée et dimension dans la prise en compte  de notre éphémérité. Cette orientation prend de plus en plus forme et rencontre beaucoup d’adeptes, car jugé libres de toutes les aliénations possibles.

L’humain définissant sa pensée sous les termes : « -Ni Dieu, ni Maître ! »Le monde   communautaire qui se soude lentement définit par  son esprit indépendant ,confirme cette orientation précise de la pensée. En s’affranchissant de toutes les dépendances extérieures.Donc, au regard de nos philosophies et orientations pensées populaires, nous structurons les communautés où le statut quo règne avec   toutes les idées spirituelles. Nous ne nous en apercevons guère car nous sommes  pris dans la dynamique de la vie. Seuls, les hommes de foi s’inquiètent de cette situation.

L’argent roi a été à la base de ce schisme dans son imprégnation généralisée. Désormais, nous ne bâtissons  qu’une société sans esprit fort présent et sans âme, mais une union consensuelle dont le ciment se révèle être dans son présent vécu et sans aucune considération pour d’autres dimensions.    
Devant cette catastrophe mentale et de l’esprit, cette société va se structurer et se refermer sur elle-même. Au cours de mon existence, j’ai lu certains écrits relatant la vie de tels mondes. Le résultat d’un monde construit sur ces bases , ne reflète qu’une dureté pensée. A titre individuel, l’homme crée parfois ,dans une forme d’hostilité constante, une agressivité et violence non contenue. Si nous n’avons plus un espoir de survivre à notre présent nous allons consolider nos sociétés uniquement vers le refus de croire aux forces spirituelles bienfaisances et salvatrices .L’accélération de cette mise en place de liens dans l’ambiance vénale qui  va s’accélérer.

Il faudra  également  que notre Maître et Créateur accepte sans condition cette situation sur une planète exemplaire en fertilité, beauté et diversité de la vie. Il existerait des mondes  évoluant  sous ces formes philosophiques de la pensées ils doivent sans cesse apporter les solutions ,les corrections à des sociétés  parfois sans âme. Je dis parfois, car les forces  spirituelles, tout en reconnaissant l’affranchissement y introduisent certaines âmes afin d’essayer de modifier ce processus. Si nous prenons cette voie, nous devrons construire et équilibrer nos sociétés à la force du poignet et un avenir porté à bout de bras par les sciences et technologies. La froidure relationnelle entre les humains sera de mise et toutes choses établies aura son lien matériel.

Ah oui , j’oubliais le principal ,il faudra demander ,voire solliciter la haute bienveillance des autorités installées , le droit de naître . Ce sont les parents qui se chargeront de cette démarche suivant leur souhaits les plus chers et louables : obtenir une descendance.Comme l’esprit de l’homme est malléable et en absence de rigidité dans une pensée assurée, le constat des années 2012-2013 ne peut qu’être approximatif et les éléments s’inverser.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Le parler vrai…

Posté : 3 novembre, 2012 @ 10:59 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Certains utilisent la langue de bois car leurs mots ne sont que peu engagés, mais ils définissent un cercle où l’intérieur  ne comprend pas forcément une vérité.Le parler vrai est sincère, honnête dans la valeur des mots employés et objectif avec le sujet traité.il faut se dire qu’une partie de notre société a peur de la vérité qui contient en elle parfois un malaise car considérée comme absolue. Cette vérité ,pour apparaître, doit s’exprimer par l’emploi du verbe et du qualificatif justes. Le résultat est très près des grandes valeurs exprimées. Puis, il y a une partie des intervenants en notre société qui ont un  parler calculé et employé très souvent à titre de communication harmonieuse avec l’autre. Ce groupe est cependant éloigné de la vérité défini.

Rappelons-nous ce qu’est la vérité ? C’est quelque chose de très difficile à cerner, si elle a fauté avec  les dérives portées par les hommes. Nous l’oublions, mais cette vérité obligatoire, indispensable, souhaite ardemment s’exprimer et être dans sa position la plus élevée ,sans faiblesse.Les personnes à l’aise à l’aise dans les valeurs spirituelles classent le monde des vérités au sommet des valeurs dans les lumières.C’est une valeur établie très hautes qui se trouve au sommet des pensées car là , la conscience s’en saisit et et secoue le paquet important. Une partie de l’humanité ne veut pas vivre dans la vérité trop ardue à connaître et sauvegarder. Elle s’en éloigne progressivement par les biais créés par sa non reconnaissance. Elle est fugace ,voire volage , mais juste et fière à la fois. Elle se définit sans ambigüité et elle règne toujours sur le monde et ses actions. Nous avons beau l’évincer de ses droits, elle revient et s’impose sans remords car elle est Reine.

Temps que nous la négligerons dans la formation de nos sociétés ,nous aurons des difficultés d’approches mentales et intellectuelles.Elle est la valeur sûre sur laquelle on peut s’appuyer pour bâtir nos unités de base, nos sociétés, nos civilisations. Ce n’est pas péjoratif de dire qu’elle est essentielle au monde des consciences, de l’âme et des esprits. Sans vérité, il n’y a pas de justice entre les êtres, mais seulement un royaume de compromissions.

Parfois, nous voyons ‘avancer des groupes entiers qui pensent construire la Vérité, mais ce n’est que la leur qui réjouit un cercle étroit. Elle atteint une grande puissance dans le monde universel car elle règne dans la finesse de sa quintessence.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! La conscience planétaire…

Posté : 1 août, 2012 @ 5:33 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Tout d’abord, il faut penser que tant que nous ne faisons pas d’analyses sur un sujet ,ou bien tant qu’il ne nous interpelle pas, il n’y a pas d’éveil de la conscience. Cela veut dire qu’à partir seulement où celle-ci  décrit son cercle et englobe le sujet, alors nous le prenons en compte dans ses profondeurs et toutes les largeurs analytiques possibles.

Jusque dans les années 1960,cette conscience n’était pas éveillée car nos relations avec notre environnement n’étaient pas dégradantes ou peu. C’est à partir du développement de notre société dite moderne avec le machinisme, les moteurs à explosions, la chimie sélective, le nucléaire pour énergie et la guerre et l’urbanisation exponentielle, que nous nous sommes posés des questions. Il faut dire quand même que chaque vie ,depuis le début des temps humains, se les pose, seulement au regard des relations intimes avec ce que nous appelons la Nature.

Le renforcement du monde citadin a également été sujet à cette émergence car de dominance rurale, la pensée passait vers la cité créant un fort appel vers les bases fonctionnelles de la Terre.
Pendant très longtemps, nos ancêtres prélevaient ce que la Nature donnait et nous offrait. Puis, avec la ville, nous avons créé une forme d’indépendance caractérisée. L’homme s’affranchissant de son milieu.

Plus nous portons atteinte au milieu de vie, plus nous exploitons et plus nous développons la conscience de nos actes spécialisés.
Au tout début, l’humain moqueur et railleur pris le pas sur la sensiblerie passagère comme il dit . Pour des groupes pensants ,les comportements oubliant les sentiments forts font les hommes vrais. Bref, nous ne nous étendrons pas sur ce point car il est une variante des articulations humaines.

Puis avec la conquête spatiale, nous avons découvert le système planétaire de plus loin et avec un autre angle d’ouverture généralisée. La Terre était bien ronde comme beaucoup de planète, mais surtout dans l’unicité d’une beauté remarquable rendant encore plus fragile la vie vue du ciel. Tout ici bas devenait précieux et unique .
Désormais, notre pensée englobe toute la Terre, alors qu’avant ,c’était un jeu plus individuel et non pas collectif au sein d’un grand partage, mais un chacun pour soi. Aussi, en pensant globalement, nous supprimions les différences entre les visions d’une Nature au sens uniquement exploitable.

Maintenant que nous avons fait éclore cette conscience et qu’elle est éveillée et nous éclaire pour l’éternité, que faisons -nous ?
Nous commençons à nous organiser dans le comment préserver et comprendre les mécanismes globaux et relationnels avec toutes les vies sur Terre .On y adhère ou bien on y adhère pas ! Il existe de nombreuses entraves à ce développement qui se trouvent au sein des différents pays, les quels continuent leur marche sourde en individualité. Le problème posé va et passe au-delà des frontières établies. C’est un problème planétaire ! Il faut être conscient de ce phénomène et qu’on le veuille ou non, la conscience planétaire est plus forte que celle d’un pays. Il va falloir interpeller cette progression pensée dans les cerveaux humains et offrir aux hommes respectueux ,honnêtes, sincères, le droit de s’exprimer au regard de tous les lieux du monde. Il faut donc libérer l’homme de ses entraves millénaires et le rendre libre de penser bien au-delà du permis structuré actuellement. Tous les peuples sont invités à cette démarche ,car toute arrivée ou naissance d’une conscience doit s’interpeller, le reste étant sans importance.

Nous n’y sommes pas prêts, sauf pour exploiter et dégrader pour nous enrichir sur nos petits territoires, bien à nous comme un pré carré.
Le besoin de nous ouvrir d’abord en éveillant la conscience du pays ,puis du monde planétaire et enfin  de celle universelle et cosmique. Dans l’immédiat, c’est le planétaire qui est là et les stratégies politiques inhérentes à chaque pays, doivent prendre en compte et en charge car elle est partie intégrante du souhait respectueux citoyen.

Elle fait partie de nous dans nos collectifs et c’est à l’organisation d’admettre cette venue et ce changement. Les équilibres relationnels fondamentaux voudraient que nous soyons pris au sérieux et non désignés comme de doux rêveurs dans l’utopie. Le respect des peuples à disposer d’eux-mêmes et développer leur droit à la meilleure existence va forcer le passage comme cela aété fait en d’autres matières. Le tout est de comprendre, partager  et protéger pour le bien de tous ! Les jalons sont posés et les observateurs désormais  présents à leur poste.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Y a-t-il une extrémité ?

Posté : 13 juillet, 2012 @ 7:18 dans metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Par ces quelques mots, je voudrais introduire la relation de jeu concernant non pas le progrès lui-même, mais sur une interrogation reliée à la matière et au physique. Aussi, et de ce fait, notre destin individuel se modifie par ce jeu assemblé de la chaire et de l’esprit. Il y a grand respect à prendre acte comment cela fonctionne et s’impose. L’âme et l’esprit s’appuient sur des valeurs les plus fines que nous produisons et générons. C’est une chose très complexe, vivante, dynamique et active, intemporelle et alliée de l’esprit le plus élevé. Ainsi, la conscience  est représentée chez tous les humains. Souvent, nous négligeons chez les autres vies cet aspect et chaque espèce qui nous accompagne porte en elle son condensé, représenté par son âme active, si petite soit-elle .

Pour certaines personnes, cela n’a aucun sens ni considération car ce n’est pas palpable matériellement, preuves en main. C’est une grande particularité de la vie, faire en sorte que nous puissions sauvegarder l’essentiel dans les contacts avec le monde physique. La vie étant  dans un puisant développement quand l’âme et l’esprit investissent un corps par le biais de l’Incarnation.
Nous savons que nous sommes très partagés sur le fait de considérer une élévation autre que la matière intimement fréquentée. Tout le reste ne serait que du rêve, que de l’invention des sens, que l’imagination mentale  et tout se dissoudrait lors de la mort. Le physique représentant la machine à produire cet effet. Pour beaucoup de pragmatiques, aucune autre porte ne s’ouvre et établit un règne. La vie étant unique ,fruit du hasard de par les forces intimes de l’amour consommé et il n’y a pas d’autres voies!

Pour une partie de ces personnes rejoignant parfois un athéisme pur et dur, Dieu n’a pas existence,n’a rien créé et celui qui déclame son existence est déclaré malade et fou ,dans un approché, car ce serait une maladie. Rien n’est simple pour aller convaincre notre prochain de s’écarter des voies trop reliées à la chair qui a ses propres exigences. Le problème, dans nos sociétés très présentes dans le monde physique est que nous ne décollons pas du monde des plaisirs rencontrés . Les buts de la pensée vont vers la jouissance maximum des plaisirs quels qu’ils soient et même hors des moralités existantes et définies.

Ce qui est à craindre et qui aurait fait stagner et entrainer des sociétés humaines des temps passés résiderait dans la montée en force  des négligences  de la conscience individuelle et par conséquent de la collective. Sentiments nobles, idées généreuses et fraternelles, évolution et réalité pensées constructives autres que celles comportementales aménagées pour le plaisir. La philosophie portée est répandue au grande rapidité, définie dans un intellectualisme sans prise en compte d’un monde extérieur à l’homme. La construction d’un collectif que nous mettons en place ou bien issu naturellement de nos actions, s’opposent farouchement à l’idée d’une survie et de la partie éthérée de nous même.

Avec le nombre et le rassemblement des pensées naissent des manifestations de l’extrême tendant à vénérer ce que nous appelons le satanisme. Ce n’est pas réjouissant et les personnes entretenant un neutralité ne peuvent établir une orientation naturelle plus médiane .Ainsi des groupes entiers situés dans ces philosophies actives qui se développent par un triomphe de cette pensée, vont détruire l’évolution humaine en première phase en rabaissant continuellement  l’ascensionnel de l’esprit. Nous en reparlerons.

Merci de votre aimable visite, bonne journée et à bientôt

Bonjour à tous ! Les partis politiques…

Posté : 15 juin, 2012 @ 6:59 dans actualité générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Depuis quelques jours, le parti socialiste se débat avec une affaire qui apparaît, plus le temps passe comme un disfonctionnement important. Au tout début, personne n’y a prêté trop attention. Puis soudain ,il est apparu que le poste ou la fonction de député était sollicitée simultanément ,en candidature, par deux membres du parti socialiste. Personne , jusque là ne s’en offusquait. Quand les réunions de soutien devinrent plus serrées, on s’est demandé : pourquoi tant d’acharnement  pour faire triompher la candidate socialiste connue . Alors, l’autre candidat ne serait qu’un socialiste dissident qui s’afficherait et se baladerait avec le parti et son étiquette dans sa valise. Curieux, non ?

Si cela existe, c’est qu’il y a un manque de sérieux en gestion effective et officielle des adhérents. Je dirai plus, il y a même plus besoin d’adhérer pour représenter un parti ou un mouvement? Il m’avait semblé que pour porter et représenter un groupe il fallait être capable de fournir un état des cotisations adhérence à jour,
-d’être dûment investi par une commission de référence nationale, régionale ou départementale,
-d’être reconnu dans l’aptitude vers la philosophie et pensée  su mouvement en question,
-que c’est bien en finalité, le parti qui décide de cet investiture.

Alors ,dans cette affaire, des dysfonctionnements apparaissent .Ils  n’aurait pas dû avoir lieu dans une organisation normalisée. On ne peut mettre deux personnes sur un même poste pour en sacrifier in fine une dans le jeu politique. Bien évidemment, le sacrifié voyant ses voix obtenues se reporter sur l’autre candidat plus avantagé au deuxième tour. Bizarre tout cela  ,car retrouver une personne soit disant dissidente emmenant une partie de l’organisation, c’est grave!

En comportement, un parti doit analyser pleinement et débattre avec ses vrais militants ou adhérents ,pour définir une stratégie sans ambigüité avec la déontologie du groupe. On peut ne pas être d’accord avec une organisation et à ce moment là , on  la quitte. Si on a l’étoffe et l’état d’esprit d’une scission interne et entrainer une réforme, celle-ci doit se faire dans le débat par le vote de motions ,  mentions  et amendements divers proposés afin d’officialiser lors d’un congrès ou réunion extraordinaire. En soi, c’est la vie d’un groupe constitué et le débat des idées développées, pour éviter des porte à faux dans l’état d’esprit régnant.

Ce que j’ai également compris ,au regard du fonctionnement politique français, c’est qu’en fait il fallait mettre une étiquette en certains lieux. Ainsi, pensées socialisantes ou sympathisantes ne suffisent pas car il s’avère que des personnes une fois élues ,ne reflètent aucunement la philosophie avec le groupe représenté. Ce sont si l’on peut dire des pavillons de complaisance! S il est permis de faire une telle comparaison. Un peu léger  tout de même  car se sont dans la pensée, l’état d’esprit, la philosophie bien ancrés que les groupes affirment leurs respect intellectuel de la démocratie et du peuple. Ce dernier n’y verrait que du feu comme l’on dit communément. Surprenant et irrespectueux de l’ensemble.

C’était ma pensée politique du jour étayant mon libre propos.
Merci de votre aimable visite !   

Bonjour à tous ! Les questions que l’on se pose…

Posté : 16 mai, 2012 @ 7:17 dans actualité générale, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Tout d’abord excusez moi pour l’absence d’article hier, ce qui est dû à une mauvaise manœuvre de saisie effaçant tout mon travail. Je vous présenterai l’article prochainement. Finalement, j’ai décidé de ne pas opter pour ma candidature de député car les délais sont trop courts pour m’organiser. Puis, comme il n’y a rien de bien changé ,car les personnalités installées localement en redemandent et il y a tous les candidats habituels situés dans des niches récupérées pour être tremplin d’élection. Je vais continuer mes analyses sociologiques et écologiques, voire du Monde de la Terre et son avenir incertain.

En attendant, je suis en train de consulter le petit ouvrage très intéressant du DALAÎ-LAMA et de Stéphane HESSEL ,intitulé «  Déclarons la paix ».Si je vous nomme cet ouvrage, c’est que j’apprécie ces deux hommes pour leurs visions très sages de l’humanité. C’est bien par ces biais que nous ouvrirons des portes jusque là inaccessible.Convenons-en tous,la Paix globale dans le monde peut chan gerles états d’esprits régnants. Le meilleur de ce que nous sommes doit s’exprimer à la face de l’humanité.

Quand je vous dis les puissants ne sont pas les puissants et l’ordre du monde n’est pas identique à celui que nous mettons en place, avec le mercantile, les guerres, les divers pouvoirs et contraintes de toutes natures. De nombreuses questions nous assaillent sur ce que nous sommes et les buts assignés à la vie. Il faut que nous prenions en compte notre évolution,nos désirs de construire une société sur des valeurs presque uniques. Loin de nous est la vraie Paix et celle que nous possédons est obtenue par la terreur et les armes effrayantes. A l’intérieur de la sociétés règne un esprit de contraintes, de jalousie, de paraître, de posséder, du pouvoir. Toutes nos civilisations enseignent à leurs jeunesses la nécessité de renforcer l’exploitation de toute chose pour l’enrichissement des pays, des individus. En accompagnement ,les contraintes vont bon train et certains font comprendre que hors de ces positions, pas de salut. A part faire et être actif dans le monde matière, nous ne croyons pas à d’autre valeurs et forces. Plus le temps passe et plus nous réfutons les réalités humaines effacées agissantes. Les surprises sont pourtant de tailles.

L’homme est fait de deux composantes : l’une physique et l’autre métaphysique ou de l’âme et de l’esprit. Les âmes ,dont toute vie présente l’existence sont discrètes, prépondérante sur l’ensemble matière et ce sont-elles qui essaient de guider le Monde. Les grandes âmes sont toujours une source de valeurs exemplaires et constructives car elles sont hautes consciences. Cette conscience qu’il faut mettre au sommet de notre édifice et qui malgré nous se déploient pour devenir guide des pensées. Cela ,nous l’avons réfuté et nous n’avons fait de bien à nos âmes et à notre avenir commun.

Le vrai pouvoir ne le cherchez pas dans l’homme élu, l’homme riche, l’homme vénal, et mercantile, mais dans celui qui tout en étant effacé aura fertilisé l’esprit présent. Les âmes guides sont parmi nous. Elles s’expriment et leur puissance corrige les données par un pouvoir discret, mais réel. Alors, si toutes les valeurs sont dans nos consciences puis sauvegarder par nos âmes et quand notre fin matériel arrive, nous nous scindons en deux avec le physique pour continuer notre route. Et là, après avoir reçu récompense par un bonheur de l’esprit. Nous continuons notre marche en fonction de l’évolution de notre esprit .Quand nous en éprouvons le désir, nous repartons individuellement ou plus sûrement en groupe d’affinité des âmes vers des mondes en construction dont nous ne connaissons pas les localisations. Ce sont des étoiles refroidies où les vies peuvent prendre corps sous différents aspects et s’exprimer. Participer à la construction universelles est le grand but qui nous est assigné en compagnie de celui qui a tout créé et en fonction de nos évolutions intimes sauvegardées dans le meilleur et la quintessence.

Nous sommes donc toujours égal à nous-mêmes et nous devons éviter ,lors des périodes reliées avec l’expression de la matière et des corps de nous dégrader. La maîtrise par nos esprits et nos consciences des contraintes dûes aux forces primaires doit faire l’objet d’une vigilance permanente .Nous déchiffrons parfois nos philosophies de vie à « tâtons ». Nous faisons un pas en avant et deux en arrière, mais ce n’est pas général!  A suivre bientôt !

Merci de votre aimable visite !

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...