Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! Les séquences du temps…

Posté : 2 septembre, 2013 @ 8:15 dans metaphysique, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Ce temps si important pour nous est un espace partagé intérieur et aménagé. Le poète dit qu’il est le tien, le mien, le vôtre, le nôtre ! Il détient une clé de la vie et de son équilibre. Il est le métronome et son infiniment petit a des valeurs aussi importantes que son infiniment grand.Pourquoi ne pouvons nous pas nous en dégager ? Eh bien, parce que nous sommes inclus par le champ actif de notre système solaire et le calage des saisons rythmées sur des éléments  de vie,naturels puissants, voire cosmiques.

Avant d’exister,nous ne connaissions pas le temps et c’est l’école de la vie qui nous l’apprend avec nos besoins élémentaires reliés à la dynamique naturelle terrestre,celle astrale et cosmique. on peut supposer qu’il est également Universel sur d’autres bases. Nous sommes encore peu éveillés sur cette connaissance et la relativité est une des voies. Le temps s’accélère si on se rapproche du noyau terrestre et se ralentit en s’élevant vers le composé solaire.

Mais ce temps,si adapté à notre propre biologie corporelle de vie,est-il une chose égale au-delà de notre système solaire,dans la galaxie  intime avec son soleil ou étoile active et les enroulements peuvent être différents. Nous n’avons guère de réponse sur ces sujets et nos suppositions peuvent en déduire qu’il existerait une porte des temps,dont nous ne possédons pas la clé. Cette clé serait celle des voyages interstellaires,cosmiques et universels. Le temps peut comporter des plissements,des courbures,des espaces contractés et élargis. Une chose est claire,celui qui saura toucher à cet élément peut définir un espace différent en effectuant un plissement et l’effacer selon ses besoins. Cela voudrait dire s’isoler,se protéger d’un autre espace et devenir invisible  pour lui. C’est probablement une arme de protection absolue utilisée par des civilisations plus avancées que nous. Maîtriser le temps jusqu’à pouvoir modifier son cours est une chose qui peut être bonne et à la fois néfaste et dangereuse.

Quand,dans notre ciel,nous voyons circuler des engins venant de lieux  inconnus au sein de l’univers,nous pouvons penser qu’ils ont une maîtrise du temps. Aussi vite que la pensée,ils se matérialisent et disparaissent de notre champ de vision. Il se peut qu’en fait,ils effectuent un plissement du temps et se trouvent très près de nous. Pour être à  l’aise dans l’univers et y circuler,il faut avoir déchiffrer les mécanismes du temps et surtout savoir les utiliser finement Il ne s’agit pas de franchir une porte des temps et ne plus pouvoir en revenir. Nous devons être capable de réajuster un tel espace.

Difficile et pourtant dans les vies nous accompagnant,sans technologie et matérialisme développés,il n’est pas sûre que certaines espèces n’y arrivent pas? La grande Vérité est probablement placée hors de nos cheminements mécaniques et s’appelle télépathie,mécanique cantique,lévitations, adaptations rapides aux circonstances ,possibilité de franchir les barrières de la matière même et voyager à la vitesse de la lumière. Tout ceci ne pourra exister qu’en développant les richesses qui sont en notre intérieur.

Un plissement du temps peut construire son propre monde et y installer la vie. les conséquences sont dans le visible et l’invisible. Le temps n’est pas une mince affaire ,mais un fidèle compagnon de nos vies adaptées à sa séquence planétaire.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à toutes et à tous ! Savoir se satisfaire de ce qui existe est important…

Posté : 4 juillet, 2013 @ 7:33 dans Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Logiquement,nous devrions être heureux car nous bénéficions,sur la planète Terre,de conditions de vie exceptionnelles .Ces conditions positives,constructrices,pleines de bonheur sont placées dans les évolutions physiques de la planète avec un ciel d’une beauté remarquable et exceptionnelle .Les végétaux,eux,nous façonnent les paysages. L’eau est constamment active dans la couche dite biosphère,où nous baignons .Des  limites supérieures de l’atmosphère,au magma originel,noyau de la planète,un effet de refroidissement à lieu constamment.

Avec la biodiversité,nous sommes accompagnés par d’autres formes se définit  de vies. Cette dernière richesse nous montre que la vie est précieuse et variée. La nourriture  y est abondante si nous prenons le temps d’y prêter attention. Globalement,nous avons tout pour être heureux,au milieu des équilibres d’une Nature dynamique,il y a la Création de Dieu qui prend soin de nous.

Alors pourquoi recherchons nous un bonheur bien ailleurs et sous des formes évasives que nous ne cernons pas ? Il est bien connu que ceux qui sont heureux,ne connaissent pas le bonheur qui les entoure en le mettant à sa juste valeur comparative.

La Création et la planète Terre nous apportent d’innombrables joies simples et vivifiantes dans leur abondance .Exister n’est pas une mince affaire et doit être fortifier par l’amour de ce qui nous entoure et fait de nous une conscience éveillée des vies.

Dans quelques jours,je développerai une suite à cet article.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Uniquement un ressenti ?

Posté : 2 juin, 2013 @ 7:13 dans actualité générale, argent et considération, communications, humanisme, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Hier, j’ai basé ma pensée philosophique du moment sur les risques encourus de voir nos efforts sur la liberté et la démocratie s’envoler. Les conséquences seraient immenses  .Une autre conséquence pourrait bien également résider dans l’accélération du temps de par notre fébrilité mise en place afin de pouvoir être plus rentables et producteurs,disons-le. Notre temps d’équilibre,où nous pouvons être plus heureux est celui où l’homme ne dépasse pas le rythme de la Nature dynamique et fonctionnelle.

Oui,mais ne nous intéressons pas à ces choses là car notre souci premier réside dans les moyens de vivre et l’argent. Pour le reste,nous sommes loin d’avoir créé une approche docile et stable ouvrant une porte sur la sérénité ambiante et une qualité de vie.Le handicap est qu’en faisant de l’argent la seule et unique philosophie,nous entrons dans un jeu dangereux et malsain,où nous pourrions chèrement payer nos errements car nous sommes versés dans une forte dynamique infernale placée elle-même sur des rails. Dans et avec cette allure folle ne permettant plus d’aimer et savourer la vie ensemble ,nous avons toujours le souci premier placé dans l’émulation pour l’enrichissement qui va dégrader  fortement notre  ,sens du bien-être.

Comme l’on dit populairement : «  On peut bien décrocher la Lune,nous n’en serons pas satisfaits pour autant ! »Ce qui est navrant,ce sont les idéologies puissantes à ce sujet qui sont développées alors que la planète et ses bienfaits sont disponibles à notre portée.

L’analyse que je viens de faire ressemble ,dans sa profondeur à un constat de suicide de sociétés entières,sans réflexion,mais soumise uniquement par l’enrichissement et ses moyens  limités. Pouvons-nous encore bifurquer et devenir un peuple serein,calme et attentif aux éléments qualitatifs de la vie ?

Je l’espère pleinement et j’aimerais que mon ressenti soit erroné,car les conséquences peuvent être très importantes sur l’avenir et les prochaines générations. N’emprunte-t-on pas à nos enfants et petits-enfants  en consommant plus que notre part  et en définissant des voies hors des stabilités raisonnées dans la sagesse?

Merci de votre aimable visite,excellente journée à vous et à très bientôt !

Tu aimeras ton prochain comme toi-même(2)…

Posté : 17 février, 2013 @ 11:18 dans actualité générale, communications, metaphysique, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Nous l’avons vu dans le premier article, certaines personnes n’hésitent pas à transgresser la loi des commandements sans se poser les questions essentielles à notre tous ensemble ,afin d’acquérir un bonheur respectueux commun .On ne peut jouer impunément avec les autres ,sans qu’il y ait offense. Tromper autrui ! Il y a une vingtaine d’années ,la société s’est déchirée  sur ce point. Les grandes écoles ,formatrices des décideurs, ont commencé à émettre des raisonnements portés par un intellectualisme indélicat faisant de l’argent la seule raison d’exister. Devant ces changements brutaux d’état d’esprit, nous avons vu des comportements qu’il faut réprouver au nom de l’honnêteté mettant en place des valeurs dégradantes. La rigueur qui avait été notre éducation cédait sa place à certains interdits ayant force de déstructurer et détruire la cohérence installée. Peu importe, on nous dit que nos ancêtres ne savaient pas naviguer face aux  richesses et leurs relations internes avec l’argent. Donc, arrivé ce qui devait arriver et les scandales  de toutes natures éclatèrent un peu partout spécialement dus au changement d’état d’esprit.

Certains font même leur profit sur le dos des gens honnêtes. La société s’est ainsi mise à approuver ces orientations et malheur à ceux qui ne voulaient pas franchir le pas.( Soudain, dans une image de la clairvoyance me parvenant, j’aperçu un joueur de flute sur les grandes places publiques ,s’agitant et rassemblant un nombre important d’humains subjugués puis se diriger vers l’océan proche et certainement noyer ses adorateurs venu en foule !)Les valeurs humaines basées sur le travail d’évolution mentale des humains unis s’écroulait en partie et devenait perméable à l’intrusion des ferments ayant force de perdition des sociétés organisées. Celui qui ressentait ces éléments  annonciateurs de jours gris était celui qui avait des problèmes car sa rigueur mentale et morale devenait plus encombrante et pour la nouvelle philosophie hors de son temps.

L’agriculture basée sur la bonne  vieille agronomie s’est lentement effondrée ,face à une autre vision plus industrielle et artificielle envers notre berceau nourricier qu’est la terre féconde. Les étudiants en sciences agricoles recevaient des orientations repoussant l’idée même d’un respect du support  terrestre pour effectuer des rendements récoltes suffisants pour l’enrichissement. Tout devint permis et même changer la nature des régimes alimentaires mis en place depuis le début des mondes ,semblent irréel. Le modernisme des technologies aidant ,l’humain ambitieux et vénal pris l’ascendance et devint imbu des ses nouvelles croyances.

Ces mêmes thèmes ont fini par détruire notre tissu rural, campagnard situé près des équilibres naturels planétaires et  ils deviennent si forts car l’ennemi à abattre est  à visage humain. Pourtant de nombreux hommes restent attachées à l’amour de leur berceau dans la passivité du puissant verbe. C’est ainsi que nous avons vu apparaître sur les marchés des produits consommables parfois toxiques  et pouvant altérer l’équilibre du corps humain par une mauvaise assimilation tendant à être nocive à la santé(A suivre).

Merci pour votre aimable visite et à bientôt.

Bonjour à tous ! L’Univers et ses composants…

Posté : 16 octobre, 2012 @ 7:14 dans metaphysique, Physique et astro-physique, sciences vibratoires, Universalité | Pas de commentaires »

Il y a quelques jours, nous avons découvert ,dans l’univers et ses espaces sidéraux, une planète .Celle-ci ,grosse comme deux fois la Terre, se révèle être couverte de diamants. Etonnant, non ! Ce fut mon commentaire au sein du journal le Monde, annonçant cette découverte. Puis, progressivement, ma mémoire active faisant le reste, je m’aperçus qu’en d’autres galaxies, il était question de diamants .

Il existerait une logique évolutive à cette évolution. Au moment du bing bang, tout éclata et se retrouva  projeté en petites, voire minuscules particules, aux limites  des matières gazeuses. La reconstitution se fit avec le temps telles les ^planètes qui se reconstituèrent en donnant naissance aux galaxies.Le monde minéral fit certainement son évolution et celle-ci se détermina vers la pureté du diamant et tous les diamants ,globalement, suivirent. Cette planète serait donc formée d’1/3 de diamant en relation avec sa masse volumique.

Quant à la présence de ces pierres et de leurs capacités dans  l’histoire, il faut regarder dans le passé les réactions induites.Certaines civilisations nous ont rapporté  une forme présentée. La civilisation de l’Atlantide aurait considéré ces diamants d’une valeur égale aux possibilités de la mémoire ordinateur et numérique. Selon les recherches entreprises, c’était un diamant capable de stabiliser les éléments terrestres (pluie, vents, tempêtes, tornades etc..) Les Atlantes l’avait instruit telle une mémoire numérique. On emploi est également revélé chez d’autres peuples extra-terrestres.

Il semblerait que l’évolution universelle minérale passe par une phase pouvant générée ce minéral très pur et donc très puissants en charge fine au sein de l’Univers. Bref, voici quelques mots sur le diamants ,mais le principal n’est encore pas dévoilé. Il s’agit de son entrée en assemblage évolution avec la chair des corps qui nous transformerait en une éternité affirmée et sûre .

A la réflexion et scientifiquement, on peut penser que la chair, plus le diamant sont les fruits de l évolution du monde à partir de la matière répandue. Nous pouvons en tirer beaucoup d’analyses et conséquences possibles. (A suivre)

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! La conscience planétaire…

Posté : 1 août, 2012 @ 5:33 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Tout d’abord, il faut penser que tant que nous ne faisons pas d’analyses sur un sujet ,ou bien tant qu’il ne nous interpelle pas, il n’y a pas d’éveil de la conscience. Cela veut dire qu’à partir seulement où celle-ci  décrit son cercle et englobe le sujet, alors nous le prenons en compte dans ses profondeurs et toutes les largeurs analytiques possibles.

Jusque dans les années 1960,cette conscience n’était pas éveillée car nos relations avec notre environnement n’étaient pas dégradantes ou peu. C’est à partir du développement de notre société dite moderne avec le machinisme, les moteurs à explosions, la chimie sélective, le nucléaire pour énergie et la guerre et l’urbanisation exponentielle, que nous nous sommes posés des questions. Il faut dire quand même que chaque vie ,depuis le début des temps humains, se les pose, seulement au regard des relations intimes avec ce que nous appelons la Nature.

Le renforcement du monde citadin a également été sujet à cette émergence car de dominance rurale, la pensée passait vers la cité créant un fort appel vers les bases fonctionnelles de la Terre.
Pendant très longtemps, nos ancêtres prélevaient ce que la Nature donnait et nous offrait. Puis, avec la ville, nous avons créé une forme d’indépendance caractérisée. L’homme s’affranchissant de son milieu.

Plus nous portons atteinte au milieu de vie, plus nous exploitons et plus nous développons la conscience de nos actes spécialisés.
Au tout début, l’humain moqueur et railleur pris le pas sur la sensiblerie passagère comme il dit . Pour des groupes pensants ,les comportements oubliant les sentiments forts font les hommes vrais. Bref, nous ne nous étendrons pas sur ce point car il est une variante des articulations humaines.

Puis avec la conquête spatiale, nous avons découvert le système planétaire de plus loin et avec un autre angle d’ouverture généralisée. La Terre était bien ronde comme beaucoup de planète, mais surtout dans l’unicité d’une beauté remarquable rendant encore plus fragile la vie vue du ciel. Tout ici bas devenait précieux et unique .
Désormais, notre pensée englobe toute la Terre, alors qu’avant ,c’était un jeu plus individuel et non pas collectif au sein d’un grand partage, mais un chacun pour soi. Aussi, en pensant globalement, nous supprimions les différences entre les visions d’une Nature au sens uniquement exploitable.

Maintenant que nous avons fait éclore cette conscience et qu’elle est éveillée et nous éclaire pour l’éternité, que faisons -nous ?
Nous commençons à nous organiser dans le comment préserver et comprendre les mécanismes globaux et relationnels avec toutes les vies sur Terre .On y adhère ou bien on y adhère pas ! Il existe de nombreuses entraves à ce développement qui se trouvent au sein des différents pays, les quels continuent leur marche sourde en individualité. Le problème posé va et passe au-delà des frontières établies. C’est un problème planétaire ! Il faut être conscient de ce phénomène et qu’on le veuille ou non, la conscience planétaire est plus forte que celle d’un pays. Il va falloir interpeller cette progression pensée dans les cerveaux humains et offrir aux hommes respectueux ,honnêtes, sincères, le droit de s’exprimer au regard de tous les lieux du monde. Il faut donc libérer l’homme de ses entraves millénaires et le rendre libre de penser bien au-delà du permis structuré actuellement. Tous les peuples sont invités à cette démarche ,car toute arrivée ou naissance d’une conscience doit s’interpeller, le reste étant sans importance.

Nous n’y sommes pas prêts, sauf pour exploiter et dégrader pour nous enrichir sur nos petits territoires, bien à nous comme un pré carré.
Le besoin de nous ouvrir d’abord en éveillant la conscience du pays ,puis du monde planétaire et enfin  de celle universelle et cosmique. Dans l’immédiat, c’est le planétaire qui est là et les stratégies politiques inhérentes à chaque pays, doivent prendre en compte et en charge car elle est partie intégrante du souhait respectueux citoyen.

Elle fait partie de nous dans nos collectifs et c’est à l’organisation d’admettre cette venue et ce changement. Les équilibres relationnels fondamentaux voudraient que nous soyons pris au sérieux et non désignés comme de doux rêveurs dans l’utopie. Le respect des peuples à disposer d’eux-mêmes et développer leur droit à la meilleure existence va forcer le passage comme cela aété fait en d’autres matières. Le tout est de comprendre, partager  et protéger pour le bien de tous ! Les jalons sont posés et les observateurs désormais  présents à leur poste.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! La fin du Monde ?

Posté : 31 juillet, 2012 @ 8:24 dans actualité générale, communications, metaphysique, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

De temps à autre, le monde terrestre s’agite en se définissant une fin. Alors, un certain nombre de personnes pensent sincèrement que nous arrivons à l’extrémité d’un grand tout cohérent .Le chaos et le néant sont deux facteurs qui prendraient vite la suite si l’équilibre planétaire venait à se rompre. Je dis seulement si la Terre et son système solaire périclitaient. Un choc avec un astéroïde d’importance peut avoir un tel résultat.

La qualification  de «  fin du monde » n’est pas très exact. En effet, si notre planète brutalement se met à trembler, les volcans se réveiller, les mers et océans gonfler, etc.…Cela entrainerait pour les habitants de graves difficultés de vie. Il y a donc beaucoup de vision possible du mot fin auquel je ne crois pas.
Pour celui qui va mourir et le sait, c’est la fin de son monde, de sa vie terrestre. En chacun de nous, cette fin s’inscrit mais cela ne veut pas dire qu’elle se réalisera globalement.

Les scientifiques nous disent que les écosystèmes vont s’effondrer sur Terre, entrainant de grave soucis pour la vie même. Je dirai que les temps anciens ont eu de semblables phénomènes et le Nord magnétique terrestre s’est déjà déplacé avec les continents, mais il se rétablit dans  ses équilibres. Quant à la Nature, elle peut être en grande difficulté et en tant que dynamique faire un retour sur un point semblable au ralenti d’un moteur. Même sans la totalité du potentiel naturel nous continuerions à vivre sur Terre, ou plutôt au dessous dans des tunnels où il faudrait reconstruire tous nos systèmes utiles à nos vies. Il ne s’agit pas de fin, mais d’un changement du mode d’accueil sur la Terre des vies. C’est une phase qui figure sur la dernière tenture des tapisseries de l’apocalypse dont l’Apôtre Saint-Jean est l’auteur.

J’ai toujours pensé que notre Créateur attribuait à une forme de vie  son environnement méritoire, en versant le tout dans une réalité puissante. L’humanité sur la Terre avec son Paradis ambiant, a fini, à force d’irrespect, d’insouciance ,négligence de non satisfaction permanente, à entrainer la modification de son milieu de vie agréable.

De peuples vivant au dessus, en contact avec le ciel bleu, les mers, les océans, les rivières, avec un atmosphère sain agréable, à un autre environnement qui selon les valeurs spirituelles universelles équilibrées seraient une rétrogradation méritoire selon nos niveaux de sociétés. Ce ne serait pas la fin, mais le début d’une nouvelle ère  appelée galère car comme tous les animaux en terriers, nous devrions habiter de tels lieux.

Alors, voilà la fin de notre  monde qui avance et menace de par ses éléments  que nous mettons en place et rendons dynamique.
Nous ne parlerons plus Nature car le ciel et la Terre seront confondues dans une grisaille atroce. L’eau sera la première difficulté avec l’air ambiant à fabriquer. Nous devrons réaliser nos travaux de sauvegarde en très grande vitesse et reproduisant nos unités de vie et séjour en des lieux où les sols sont stables. Certains pays ont déjà à leur disposition des villes entières bâties sous les vraies. Certaines personnes fortunées ont fait établir ce genre d’habitation sous terre et après …? Sur la tenture de l’Apocalypse,les Saints dialoguent avec le Dieu Créateur et cette partie de la scène attire l’attention sur nos dérapages peu pardonnables car dus à un entêtement concrétisé et le peu de conscience et foi des peuples dirigeants.

La justice Divine nous fera retour de nos mérites et sans nul doute,nous pouvons penser  que notre construction de société sera méticuleusement observée.Nous recevrons ce qui nous revient et nous récolterons  selon ce que nous aurons semé !

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! La Terre est un joyau…

Posté : 25 juillet, 2012 @ 6:33 dans metaphysique, Monde de l'Amour, Physique et astro-physique, Sciences sociales et humaines, sciences vibratoires, Universalité | Pas de commentaires »

L’homme contemplateur le sait, car il regarde, observe la planète et ses composantes sans y toucher, seulement avec les yeux et le cerveau.
La contemplation n’est pas développée et toutes les personnes ne peuvent y accéder, malheureusement .Pourtant, c’est la sagesse du regard et sa compréhension qui se posent doucement et en appréciant la chose sous tous les angles, en reconnaît la grande utilité, la beauté  et la grandeur. C’est au contemplateur que se dévoile ,en majorité la beauté fonctionnelle et intérieure, mais aussi la grâce. Il n’est pas un voyeur, mais un pionnier du regard bienveillant d’un monde en pleine dynamique. Il ne dit pas qu’il va bouleverser ce qu’il voit, pour le mettre à son image et son idée, mais il cherche à en disséquer le fondement caché, et la beauté intérieure, autant que celle extérieure.

Ainsi, la planète Terre n’appartiendra pas ,pour son avenir, à ceux qui la bousculent ,mais à ceux qui l’aiment, contemplent et la respecte dans ses utilités. Oui, la Terre est un joyau auquel il faut prendre bien soin, car il recèle toutes les richesses du monde au sein de ses éléments en perpétuels mouvements.
N’oublions pas  que l’observation du sens de la vie et sa compréhension viennent du fonctionnement observé du milieu et ont donné naissance à l’Ecologie. L’Inde Ancienne nous a dit que la Terre était notre Mère. Cette qualification justifiée entraîne le respect de ses éléments intimes et elle est vivante autant que nous le sommes.

La vérité n’est pas dans l’action du bull-doser et le bouleversement des équilibres et paysages. Elle se trouve dans les premiers horizons de la couche physique terrestre et permet à nous ses enfants de se nourrir et entretenir le fonctionnement biologique qu’elle nous a donné . En retour, nous devons la remercier par la reconnaissance de nous avoir offert le blé, le riz ,le vin et tous les dérivés ,pour que nous puissions sentir le plus intime d’elle-même. C’est le monde végétal et son règne précédent le nôtre qui nous a généreusement fait éclore ce bonheur. Dans cette même Terre nourricière, les goûts, les sensations vibrantes de la vie sont là et en apprécier les délices peut nous nous rendre aimants et plus reconnaissants. Ce serait même les portes de la sagesse ,car en même temps qu’elle nous donne ses offrandes et bienfaits, nous accédons au niveau supérieur afin d’entrer dans l’univers de la vie.

C’est pour cela qu’au nom des verbes aimer et contempler nous verrons éclore le juste et sa sagesse qui deviendra le gardien et le jardinier de la Terre, ce joyau vivant empli de toutes les richesses possibles et imaginables. C’est par l’action créatrice de la Grâce divine que ce joyau a pu éclore. Alors, matériellement respectons le dans ses fonctionnements et réglons nos regards sur le respect du monde.
La Terre se moque de nos armes sophistiquées et de notre pouvoir dans un moi global de l’espèce.

Elle nous dit à l’oreille, nous qui sommes ses enfants, que si nous nous comportons correctement vis à vis d’elle,  nous recevrons ses joyaux: «  Heureux les justes, ils recevront la Terre en héritage! » Cela veut aussi nous dire que si la porte des vies  prochaines nous est proposée, nous serons dans un créneau sur le quel elle veille.

Seuls, ceux qui auront éveillés leurs âmes à cette forme de compréhension prendront corps et conscience et c’est ainsi que la Terre ,en même temps que nous, trouvera sa consécration. Elle sera livrée aux regards bienfaisants et compréhensifs de ses jardiniers.

Il ne saurait donc avoir de désespérance dans cette issue, mais tout l’espoir du Monde qui s’incarne en nous et règle le tempo.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! L’état des lieux planétaire…

Posté : 13 juin, 2012 @ 7:33 dans actualité générale, Philosophie générale, vie naturelle | Pas de commentaires »

Nous commençons à parler d’une saturation concernant l’accueil de l’homme sur la Terre. Pour mieux comprendre ce raisonnement qui est émis par des personnes du monde scientifique, il faut se relier aux fonctionnements intimes terrestres.

Toutes les espèces sont inclus dans une niche écologique et elles ont une part d’activité au sein des écosystèmes. La relation entre l’impact et le milieu se relie au nombre accueilli. Cela veut dire que chaque espèce a un poids sur l’environnement en prélèvement matière ,don modification de sa niche écologique. Les possibilités d’accueils sur la planète Terre peuvent être calculées par la relation dite biomasse nécessaire aux corps constitués, en relation avec celle fournie par la Terre. Sachant qu’à partir d’un moment, une courbe exponentielle en quantité matière  est nécessaire et l’impact représente une immense addition ou bien un grand cercle sans cesse en augmentation de surface.

Aux calculs relationnels biomasse, je préfère celui qui fixe des seuils sur le fonctionnement planétaire des écosystèmes.il nous donne un chiffre d’accueil global des vies possibles et supportées par les différents écosystèmes terrestres, tout en restant dans le fonctionnel biologique et analytique raisonnable. Disons le consciencieux. C’est-à-dire qu’aucune dégradation à la marche naturelle doit s’enclencher dans l’irrémédiable.

Pour les espèces animales sauvages, nous savons calculer leurs impacts et aussi nous jugulons les envahissements. Mais, pour nous , il en est autrement car en tant que dominant nous épuisons une voie royale. Celle-ci pourrait sembler agréable, mais elle ne l’est pas car nous devons veiller sur ce bien avec nos consciences. Nous sommes institués  vigie de tout cet ensemble et des garanties apportées à la vie. Pas si simple !

Notre impact est fonction de nos facultés compréhension du fonctionnement intime planétaire et plus nous le développons dans ses profondeurs et plus notre nombre sur Terre doit diminuer. A l’inverse, plus nous utilisons des techniques de développement respectueuses et plus nous pouvons augmenter les capacités d’accueil de la vie.
Pour moi, et à mon humble avis, nous présentons une face de saturation car nous utilisons le développement prédateur maximum. Si nous avions en même temps le respect de vie et celui des équilibres planétaires, nous retarderions énormément l’arrivée des temps de régression.

Après, en ajout,il faut parler des philosophies de vie car pour moi, elle est le partage de tout ,sans cesse remanié. Elle n’est pas du domaine réservé ,car elle permet aux esprits et aux âmes de connaître le merveilleux et de s’éveiller à la conscience et la contemplation. L’existence dans la non prédation est sacrée. Parler de limiter les naissances et la vie même est purement égoïste autant que vouloir taxer nos présences .

L’équilibre des vies avec leurs milieux et la planète fonctionnelle est une affaire qui, à notre dimension est très difficile. Nous ne pouvons qu’envisager de vivre dans la sagesse comportementale, partager nos bonheurs sans restriction, mais aussi être respectueux dans la compréhension et la contemplation des beautés qui nous entourent.

Nous sommes loin de tout cela car entre-nous, nous avons mis en place un panel technologique destructeur pour tout anéantir sur la Terre. Les menaces  d’utiliser les armes de destructions massives se font jour périodiquement et il faut vivre avec ces épées de Damoclès ou cette grande prise en otage organisée. Nous songeons à tout casser périodiquement et nous auto-éliminer dans la violence se rapprochant étrangement du chaos et du néant. Triste non ? On pourrait se passer de cette violence et s’aimer dans la paix et bien vivre dans notre éphémérité.

A suivre et merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! Identité planétaire…

Posté : 5 juin, 2012 @ 6:36 dans metaphysique, Physique et astro-physique, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Nos raisonnements sur la vie et ses relations avec la matière sont parfois tronqués de par une forme d’analyse continue et fixe obtenue par nos ancêtres et qui perdure. Rien n’est faux dans notre emmagasinement ,mais la fin pour nous se situe avec notre désintégration biologique et ce que nous appelons la mort. Nous l’avons vu que nous ne sommes pas dans les vérités qui meuvent l’ensemble. Si l’esprit ,l’âme et la pensée sont mystérieux en comportement, c’est pour s’affranchir des pesanteurs de la matière. Ils font, eux aussi, partie intégrante du grand Univers.

Je me répète, mais notre Terre est une étoile refroidie et les couches du magma sont devenues la bonne terre fournissant aux diverses espèces leurs corps dans l’existence. Tous, nous naissons dans et par le relationnel avec la planète. Il n’existe pas d’autre formules et générations après générations, jusqu’à la fin du Monde, nous prendrons corps et rendrons dans le but d’exister en devenant identification pensée de la planète afin de pouvoir représenter son expression au sein du Cosmos. Par nous et les diverses espèces, émane une finesse de ce qui est. Donc , logiquement nous pouvons penser que les forces qui nous meuvent sont intégralement contenues dans la planète en relation avec le cosmos. Au fil des temps, nous faisons ressortir ce qu’est la matière et son cheminement en assurant la vie.

Nous ne sommes rien et nos corps sont poussières, mais  de cette poussière qui vient des étoiles et la matière cosmique et astrale. Plus la vie exulte et prend corps, et plus la planète s’identifie dans sa dynamique constante. Je pense que ce que nous appelons la mort n’existe pas et elle se confond avec ce qui a été précédemment en vie et y reviendra par ce même chemin Aussi, notre cercle d’indentification devient précieux car c’est par ce biais représentatif que nous existons. Représenter la planète et être son expression sans cesse dans le raffinement pensé.

Regardons de plus près, avec les espèces animées ,un règne végétal et avant celui-ci, un règne minéral qui de la roche va vers le magma. Les soleils ne sont en fait que des magmas représentation de la matière en fusion. Puis, nous le voyons, certaines galaxie ne sont que gaz et couleurs. Un soleil en s’éteignant devient planète et puis quelques par un autre soleil naît du concentré gazeux. Tout au bout de cette matière, il y a nous ,notre regard bien précis, nos théories sur la vie et son existence.

Si cette vie est seulement égoïste et affinée pour elle en profitant de la matière, nous ne sommes pas de ce Monde. Mais, si notre propre Nature profonde est une réalité expressive de ce que nous nommons matière en pleine dynamique, alors la situation est tout autre. Nous devons être prudents car nous sommes tous une expression unie planétaire. Il n’y aurait pas à la vie de début et de fin., mais la nécessité d’indentification supérieure de l’Univers en pleine expansion et dynamique. C’est une formidable aventure à laquelle nous participons et nos corps s’adaptent avec la pensée à l’évolution et aux particularités. Parce que celles-ci sont dynamiques, il nous faut renouveler nos forces de vie lors de nos éveils.

Quand un maximum d’identification, de réalités planétaires et cosmiques seront faîtes, l’Univers pourra effectuer de nouveau un mouvement, celui de la contraction. Tout ce qui a permis l’émergence de cet ordre et sa lumière continue, a rendu la matière expressive et reprendra corps dans un ordonnancement propre à chaque espèces et sa tâche dûment remplie. Nous ne sommes pas là pour que l’on nous supporte par un défi d’exister, mais par nécessité universelle expressive et donnant image et réalité au plus profond des forces cosmiques et terrestres.

De ce moment, nos connaissons la phase où tout se multiplie, plus la fin des temps matériels se faisant jour, la dynamique va s’inverser et se rapproche de ce qui est. Nous y retrouverons  nos ancêtres ébahis par toute la descendance engendrée et en même temps une grande lumière consciente face à nous, celle de notre planète identifiée dans les voies cosmiques. De cette lumière ,plus vive que nous ne pouvons immaginer,il nous faudra rester à distance car elle représente le condensé conscient universel et de tout en l’ensemble astral. Nous sommes donc et globalement qu’une seule chose et entité.

Nous en reparlerons prochainement…
Merci de votre aimable visite!

123
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...