Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

bonjour à toutes et à tous ! Politique et Nature…

Posté : 18 juillet, 2013 @ 8:48 dans actualité générale, Philosophie générale, Sociétés et structuration, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

J’écris ces quelques mots pour dire combien le monde fonctionne uniquement dans les apparences,loin de la biologie terrestre dans sa grande harmonie .Alors,nous ne faisons plus attention aux grands et petits écosystèmes terrestres,marins et divers. Nous allons bien trop vite et nous dépassons en actions courantes le temps de la nature pour sa régénération .Nous construisons des sociétés basées sur le profit et la rentabilité uniquement.

Les hommes politiques font des promesses sur l’environnement en créant un ministère actif pour analyser et corriger les orientations et mouvements naturelles mauvaises.  Aujourd’hui,cela est important. Le tout, est géré sans trop d’attentions. Aussi, malgré les crédits étriqués attribués à la Nature,tout se déroule en dehors des possibilités généreuses offertes. C’est le Ministère  de l’impossibilité car le monde industriel n’admet pas les freins sur son hégémonie,sans cesse croissante .Nous pouvons et devons produire et nous comporter dans le sens de ne pas altérer les écosystèmes globaux terrestres et comprendre la nécessité de se connecter à leur temps. Le fait de dépasser le temps précis des renouvellements et régénérations met en cause l’ensemble.

Il n’y a pas d’intelligence interne chez les peuples qui détruisent sciemment leur berceau planétaire et affichent aucune sensibilité à la sagesse.
Traiter et comprendre notre environnement est une chose globale et localisée sur les zones d’échanges climatiques car les éléments fonctionnent en se reliant aux valeurs échangées.  Travailler pour notre planète et comprendre avec conscience ce que nous sommes.Nous ne voulons pas faire ce pas  car il est gratuit et ne rapporte pas immédiatement. Désormais, ceci s’affiche comme une grande philosophie mondiale.

L’état d’esprit qui en découle ne respecte plus les vies qui sont avec nous  et les schémas de la biodiversité s’appauvrissent. Tout semble écologiquement sans intérêt car placé hors de nos propres valeurs établies. A ce petit jeu,les végétaux disparaissent de la longévité et ne trouvent plus grand place. Nous faisons reculer les fonctionnements biologiques terrestres en y manoeuvrant des forces anti-vies. Bref, que c’est beau la vie ,mais hors de nos sensibilités courantes existentielles.

On ne peut être toujours critiques et il faut également être fier de construire positivement. Malheureusement,toujours les mêmes motivations qui nous éloignent et font de nous désormais des irrespectueux de leur berceau planétaire. Très bientôt,nous serons placés sur une voie ne possédant plus les possibilités du changement d’orientation,si ce n’est déjà fait !L’écho nous dit de foncer, foncer toujours et il est versé dans l’inconscience de la négativité construite et irresponsable car nous ne pouvons faire marche arrière .Tout devient futile et sans valeur. Celles attribuées aux Mers, aux Océans,à la terre nourricière,à la biodiversité, passent après nos propres constructions de notre monde. Dommage que nous soyons sans sursauts.Je  ne crois plus en cette possibilité car les hommes politiques et de pouvoir ne voient que certaines possibilités dévastatrices avec pour les animaux le non respect des régimes alimentaires,les méthodes des reproductions. Enfin la négation des  éléments de base des sociétés.  

L’homme doit se libérer et s’affranchir des pensées ancestrales .Mais simplement,il n’a pas créée le monde et il connaît de graves désordres dus à des carences.Pourvu que les comptes en banque  soient pleins,le reste n’a aucune importance. permettre à la vie son champ de développement est plus que précieux,c’est Sacré!

Alors, avec ce constat se dressent aux limites des compréhensions les qualifications d’arriéré. Bravo aux ânes car ils n’ont pas les soucis humains et ils dressent stoïques au service de la simplicité existentielle . En mangeant les chardons qui poussent sur les terrains arides. Rien n’est parfait,mais je crois que nous dépassons les limites en soutenant un monde de l’inconscience et de l’hégémonie destructrice.

A part cela Madame la Marquise,tout va très bien et il faut savoir être .Un beau jour, ce monde qui nous entoure va nous reprendre au milieu de sa fine poussière ambiante. Notre esprit,notre âme,notre conscience devront faire de grands efforts pour e pas s’éteindre et âtre déconnecter de la vie et de son fil d’Ariane.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonjour à tous ! Quand la politique achève son règne…

Posté : 23 février, 2013 @ 8:09 dans actualité générale, communications, humanisme, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Toutes les visions de service organisé pour les communautés établies et à leurs bénéfices sont très variables en qualité dans les différents pays du Monde. Certaines nations ont des lacunes avec la démocratie ambiante et le respect des peuples. Pour ma part, on peut le remarquer en notre période, la plupart des hommes politiques ont quitté les sphères réalistes et parfois honnêtes intellectuellement de leur fonction générale. Ils s’affirment fortement dans un état dominant d’un pouvoir non serviteur sur le collectif du pays. Il n’est pas facile de faire de la politique, je le conçois, mais il est important quand on veut servir les autres, de connaître le passé et son histoire, ainsi que s’entourer d’une légère clairvoyance sur le devenir commun. Cela demande un don que l’on ne saurait acquérir dans les plus grandes écoles, mais sur le terrain, aux contacts de la démocratie de base avec le citoyen actif dans la pensée et dynamique avec l’association. En France, nous avons des visions politiques partisanes d’une pomme coupée en morceaux définis par la main droite, la main gauche et le reste satellisé tout autour. Pour parler un langage basique : «  Une vache y perdrait son veau ! »

C’est bien ce qui est gênant, car beaucoup de ces hommes ont perdu le sens serviteur du peuple et ses équilibres par le biais des droites et des gauches. Ils oublient qu’ils font profondément partie de l’ensemble et vibrent avec .Les sociétés par définition ne sont pas statiques dans ce monde que l’on peut considéré comme un embryon en grande gestation.

Nous sommes tous individuellement et collectivement la fragilité même, de par la pensée, la conscience et l’Esprit. Si nous ne le saisissons pas, les dérèglements orchestrés par les mauvaises décisions ,les installations des pouvoirs dominants, mettent à mal les existences. Le néant cherche à reprendre sa place, celle dont la structure dressée s’était emparée dans la cohésion. Au-delà des hommes, en valeurs ajoutée, il y a ce qui est construit pour favoriser la vie commune et individuelle. Où le service rendu aux autres échoue, l’incompréhension s’installe et devient fatale à l’ensemble. Avant les clivages pensés structurés déterminent l’esprit politique, il y a la dynamique qui surgit de notre ensemble pensé ,matériel, technique, technologique et qui fait rapidement qu’hier s’efface rapidement vers demain. Le tout est de saisir avec une grande clairvoyance l’aboutissement et servir dans le temps présent un peuple noble, généreux ,dit bon, dont la considération doit être permanente et respectueuse.

Nous avons décidé de nous unir, depuis 1789,dans un ensemble protégeant les libertés individuelles comprises et les collectives. Plus encore, nous avons décidé d’apporter respect aux « Droits de l’homme » et « Aux droits humains assemblés ». Nous avons pris obligation , en Occident d’en protéger l’esprit même  et les sociétés crées d’aller vers ce respect commun dans les grandes supériorité  et priorité. Globalement, nous avons mis en place un espace de liberté qui construit dans une harmonie possible et des plus efficaces au regard des adeptes d’un totalitarisme et obscurantisme bénéficiant aux dictatures et despotismes sous toutes les formes. Notre philosophie ne doit pas être dans les excès, mais dans l’humilité et servir le plus grand nombre, voire toutes personnes dans sa vie.

Ainsi, quelques soient les partis institués, ce qui compte c’est le service rendu pour que l’ensemble soit cohérent, supportable au plus pauvre et défavorisé d’entre nous. Le reste dans la dominance, le paraître, l’enrichissement individuel, n’ont pas de place aujourd’hui en notre société. La nécessité de défendre l’esprit démocratique avec un homme et des hommes libres est primordial avant tout conditionnement de pouvoir.

Il appartient désormais aux civilisations de montrer leurs évolutions dans le sens de la conscience acquise et établie envers leurs sociétés. Nous perdons pieds dès qu’il s’agit de perler richesses ,enrichissements, dominance car chaque peuple se définit le meilleur et élève sa position pour qu’au sein du monde ,on le regarde et l’admire. Dans nos avancements mentaux, intellectuels ,nous ne sommes jamais sur le même point et dans la même situation. Au fil du temps, et des générations ,l’esprit des hommes a changé, non pas forcément dans la dégradation, mais dans la nécessité d’adhérer à une communauté bonne, sincère, vivante dans le respect profond de la vie mettant sous nos yeux les vertus nécessaires à notre accomplissement. La tentation des mondes dits politiques est de stopper cette marche et d’y installer une dominance à son propre et unique bénéfice. Tout devient complexe et un grain de sable plus gros que les autres peut tout enrayer le processus d’un bien être relatif obtenu.

De nombreux sujets urgents sont hors d’atteintes et même ceux qii dégradent semblent inatteignables avec le temps qui passe. La vision d’un monde basé uniquement sur l’argent a coupé net toute évolution positive. La valeur qui domine dans nos pensées ne  peut être dans cet accaparement. Notre bien être est partiellement et fortement périssable avec le dit progrès. Nous atteignons des zones où enlever un quanta  écroule l’édifice  obtenu.

De nombreux paramètres ne sont pas contrôlés par les pensées et celui d’un homme plus humain se rapprochant de l’autre ,des autres, dans un humanisme acquis ,ne fait pas référence. Les déchirements publics et politiques portent en eux un regard nombrili fiant comme si un grand théâtre se déroulait avec un peuple spectateur et prié d’applaudir .Fausse route car depuis plus d’un siècle le collectif travaille à son éloignement des théories de civilisation ayant comme valeur l’encadrement et la soumission du peule par les moyens dits d’autorité crées  au bénéfice de la nation et de son peuple. Plus, certains ont utilisé la cruauté totale e la perversité pour le faire obéir et le soumettre. Evitons de retourner en ces zones, car la considération de l’homme le plus simple est encore bien supérieure aux déchainements orchestrés par ces violences aggravées faîte à l’esprit des peuples.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! Les voies et choix politiques…

Posté : 18 décembre, 2012 @ 7:35 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

La question qui se pose est de savoir si nos différents partis structurent bien ,en leur intérieur ,le  contenu et le continu de la société et ses principaux agents actifs. Le but fédératif des partis est qu’en son sommet, il puisse définir une orientation pensée dont les citoyens honorent et demandent l’application générale par le vote et ses orientations démocratiques. Un parti politique n’est pas une mince affaire car dans une démocratie vibrante, il représente une dignité et doit définir une exemplarité intellectuelle et morale de ses dirigeants. Nous venons de voir nos partis s’effriter et donner des allures extérieures de déroutes. Je pose donc la question sur les capacités à représenter un peuple dans les orientations intellectuelles et morales. Parce que sans cette dignité ,ce haut respect comportementale, il n’y a pas de capacités internes pour un épanouissement exemplaire, global et d’esprit noble  et libre.

Malheureusement, nous voyons arriver aux postes de dirigeants des personnes ayant avec eux un passé judiciaire et prétendant orienter ,diriger les sociétés. C’est au citoyen ,en son âme et conscience, avec confiance à élire la personne la plus près des valeurs majoritaires et supportables pour l’ensemble. C’est aussi à lui d’éviter les écueils ou pièges tendus par les candidats doubles langages et actions non dévoilées. C’est encore à lui de s’imprégner de l’idée de porter en avant celui qui le mérite par ses capacités et qualité. Si ce n’est pas le cas, il vaut mieux ne pas se prononcer car il faut éviter de donner le pouvoir aux personnes dangereuses dès qu’elles sentent leur supériorité. Le choix d’être libre, serein, bien dans une société est une affaire de choix directeur et du consensus citoyen sur les orientations.il est normal que le citoyen soit parfois dans le mécontentement ou le manque de  satisfaction publique, car il a droit à une société des meilleures qu’elle soit.

Nos goûts pour l’argent nous amènent à accepter beaucoup de dérives dangereuses et totalitaires dans le contenu. En exemple, notre aller et venir, avec nos engins à moteur, dans le respect complet du code de la route est parfois aléatoire et dans une forme imparfaite. Alors, les dirigeants ne pensent qu’à sanctionner globalement et dire je ne veux pas le savoir et tout le monde prend pour celui qui se comporte mal. Dans toutes les matières, nous sommes considérés en des niveaux qu’il faut mieux encadrer par un esprit militaro-administro-policier et ainsi, aux côtés des peuples, des métiers appelés de police se développent et sont jugés par un grand avenir. D’ailleurs ,dans cette philosophie, nous ne serons jamais des adultes responsables et un peuple considéré, pour qui la loi s’érige et s’applique.

La répression est une et ne doit pas considérer le peuple ,mais uniquement la phalange d’une société à encadrer. Les lois sont au service du peuple majoritaire auquel il faut dire bonjour en retirant son chapeau. C’est lui que la loi honore ,c’est lui l’exemplarité, c’est lui pour qui on a respect quelque soit la discipline. Donc ,ce n’est pas en ayant des effectifs « militaro-policiers »  consensuels avec l’homme dirigeant pour voire s’épanouir la vraie démocratie.

C’est une formation plus fine des personnels assermentés qu’il s’agit d’organiser afin d’obtenir les capacités de cibler le délinquant plus précisément et lui seul en de nombreuses disciplines. Il faut agir centré, dirigé, avec doigté et fermeté car les politiques qui considèrent tout le monde dans le même niveau du comportement, est une pensée néfaste issue des mondes militaro- politiques et non de la démocratie libre, appuyée sur un droit vibrant ,respectueux et donnant liberté et expression à son peuple. L’humain sait très bien s’autodiscipliner pour un tous ensemble viable, supportable, respectueux. A partir de cette autodiscipline, il faut considérer la femme et l’homme citoyen.

Nous avons appuyé nos sociétés dans leurs structures fondamentales par une construction active se définissant par une philosophie d’encadré militaro-structurel ,avant celui de l’intellectualisme  libre et honnête. Nous aurions dû évoluer vers notre liberté plus affirmée et reconnue par les valeurs les plus élevées dans l’intellectualisme et d’une morale non entachée de souillures profondes. Donner existence libre aux non valeurs, aux respectueux des lois dans l’autodiscipline ,sans tout réprimer dans le global.de ce fait, il n’y aura jamais d’évolution pensée et policer n’est pas une finalité de société. Ces orientations ne sont que faiblesses de visions directrices ,hélas très entachées par une version du pouvoir sans partage ,ni humilité, au service des libertés, du respect quotidien du plus pauvre citoyen défini bon citoyen respectueux.

Voire dans des hordes d’hommes en uniformes se déchaîner avec violences physiques sur des citoyens réclamant unis une meilleure société nous donne l’image dégradante des pensées dirigeantes et directrices. Quand le peuple manifeste pour un sujet des plus puissant dans sa structuration continue, il y a lieu d’être respectueux avec lui et celui qui lève le bras et frappe, même au nom de la loi devient complice d’une dictature virtuelle, mais bien présente.

Ce que je viens de décrire nous entraîne à  prendre de grands virages ou orientations et le Socialisme se doit de commencer l’appréhension essentielle de cette courbe vers un Droit plus fort des peuples. C’est par la qualité d’un tel mouvement que nous allons évoluer et donner espérance  à notre jeunesse qui monte  et doit s’exprimer dans son âme et conscience avec une autodiscipline appréhendée.
Le temps presse et il s’agit d’établir une constitution plus étayée et développée dans ce sens. Seul ,l’avènement de la 6ème République peut nous y mener ,car tout l’ensemble désormais ronronne et condamne le peuple dans sa liberté en agonie.

Le travail est considérable et il n’est pas affaire de gros sous, mais de valeurs internes des hommes responsables. Le sens humain profond doit faire émerger nos capacités d’une société et d’un monde plus juste et fort dans le respect de tous. Nous avons déjà des hommes de ces valeurs qui dans leurs esprits et leurs âmes généreux sont brimés par un intellectualisme stagnant, contenant et peu honnête.
N’ayons pas peur des mondes plus évolués où l’être n’est nullement sans cesse encadrés par des forces spéciales, mais où il doit ,sans cesse, exprimer son sens uni d’un haut collectif de grandes valeurs.

Ce que nous venons de voir en politique, ces temps derniers, avec les mésententes internes de partis est relié au manque d’évolution pensée libre et une sorte de prison virtuel et intellectuelle dans laquelle l’homme s’enferme. Je dirai dans l’humour nécessaire aux graves et sérieuses orientations : «  Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux …! « .

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! Où est le sens de la marche ?

Posté : 1 septembre, 2012 @ 6:25 dans actualité générale, Philosophie générale, Sociétés et structuration, vie naturelle | Pas de commentaires »

La présente question s’applique aux comportements politiques récents où dans la presse, par l’intermédiaire de ministres en place, l’écologie fut fustigée et par conséquent les verts également et tous citoyens de la tendance pensée.Je ne comprends pas un gouvernement qui sans l’appui des voix provenant des mouvements écologiques, n’aurait pu être élu. L’adversaire l’emportait au second tour. Bref, sans cette union sacrée de la gauche, y compris les verts, l’aventure gouvernementale fut possible. Alors, après tout cela, le socialisme ne peut renvoyer » aux pelotes » les écologistes comme ils disent.

L’erreur est stratégique en politique et conséquente, voire déconcertante car l’écologie n’est pas une science aléatoire, légère et superflus ,sans aucune influence, au sein d’une société. La conscience de l’environnement vient d’être acquise dans une grande dimension par les  citoyens et il faut s’en réjouir. Cette même conscience sollicite que nous changions et revenions à des comportements plus sages et respectueux des biens planétaires.

Malheureusement, la politique mise en place, ne donnera pas l’impulsion dans ce sens et des aménagements concrets des écosystèmes. Il me semble que ce changement passe par les phases d’accélération intensives des exploitations et leurs matières, amplifiant un impact déjà maximum sur le milieu naturel. La recherche intéressée d’une croissance perpétuelle ressemble étrangement à un monde grandiose de l’exploitation matière ?

L’écologie, très vieille science, atteint les fondements de la vie sous beaucoup de formes et il est inapproprié d’essayer d’en faire un repaire de mal pensants et d’agités dans la superficialité. On le sait maintenant, le nucléaire est la meilleure énergie et celle  dont le rapport est le plus fiable. D’ailleurs, nous aimons travailler avec en regroupant les déchets européen sur le site de la Hague. Ce qui reste à voir si les produits sont stockés dans la mer même. En ces lieux, la plupart des marchés locaux vendent du poisson à des prix très compétitifs, mais il reste l’analyse du produit. L’irradiation n’est pas seulement  une affaire  d’écologiste et naturaliste .Cela existe!

Bref, inutile de polémiquer sur un sujet d’entente politique et désormais comme je le mentionne dans mon premier ouvrage : «  Si on parlait Sociologie, humanisme et Ecologie »,nous devons prendre obligatoirement en compte l’esprit et la conscience de notre environnement nouvellement arrivés. Les combats fratricides sont dépassés et les us et coutumes souvent inadaptées.

Simplement, je voudrais dire qu’en toute bonne politique, c’est l’analyse juste du contexte des réalités profondes humaines et du mécanisme nature qui nous entourent qu’il faut préserver sans faiblesse pour pouvoir le retransmettre aux prochaines générations. Courage Messieurs les Ministres et ne nous renvoyez pas dans les us et coutumes dégradantes, le bâillon sur la bouche ,merci.

Merci de votre aimable visite et à bientôt !

Bonjour à tous ! La politique passion …

Posté : 18 juin, 2012 @ 7:17 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie | Pas de commentaires »

Hier, la majorité présidentielle a obtenu globalement la présence et la représentativité au sein de notre pays. C’est une très bonne chose qui devrait apaiser l’ambiance de ces derniers temps. Tout ceci est réconfortant pour ce qui touche à notre structuration de société et sa défense contre  des initiatives dégradantes. Ce serait satisfaisant, s’il n’y avait pas eu l’élimination par manœuvres sournoises d‘une ténor du mouvement. Il est triste de constater un pareil comportement qui au lieu de s’élargir dans une forme relationnelle, se referme sur une ambiance spéciale locale. Ce dysfonctionnement doit être réglé correctement et dignement pour la démocratie .Le parti socialiste devra débattre de ces faits et en tirer les enseignements.

Je dirai maintenant que notre ciel peut se dégager et qu’il est temps d’entreprendre des réformes de société afin de rendre plus juste la vie dynamique. Où je suis inquiet, c’est avec le manque d’ouverture delà gauche en ses composants. Maintenant, il s’agit de prendre pleinement compte de la paupérisation, d’éliminer et offrir à ceux qui le veulent bien de s’en sortir et revenir vers l’inclusion sociale. Il s’agit de juguler la la pauvreté ambiante dans la mesure des capacités offertes.

Un autre dossier n’est pas satisfaisant dans ce paysage, c’est celui de l’Ecologie, de l’environnement et des actions plus que nécessaire à une bonne structuration politique officielle dans notre société actuelle. Les énergies nouvelles, les aménagements territoriaux avec  leurs systèmes gestionnaires sont en partie à revoir ou inadaptés. Les relations positives et négatives de nos avancées technologiques doivent s’analyser en toute objectivité. Le poids des sociétés d’hommes se fait à chaque seconde plus important sur notre propre univers planétaire. Il faudra bien , un jour, parler des moteurs à explosions et leurs impacts. Aller et venir deviennent parfois du domaine de l’enfer avec le nombre de véhicules. Les poids lourds doivent s’orienter vers le ferroutage. Le nucléaire et son danger neutralisé et démantelé. Bref, ces dossiers sont là, mais il n a pas été tenu compte réellement des forces vertes assemblées et fédérées en leurs partis pour les associer au gouvernement. Je me répète, mais si le parti socialistes ne fait pas attention à cette présence, il pourrait dans l’importance de son rôle politique devoir dans les temps qui viennent ,s’effacer devant un « tout vert » demandant justice . Les sociétés changent, les ambiances changent, mais les  problèmes restent entiers.

La sagesse et la raison nous disent maintenant qu’il faut faire confiance à ces orientations politiques nouvelles. Les personnes investies des responsabilités gestionnaires de l’Etat doivent se mettre dans un état d’esprit de survie public afin de rendre la République et la démocratie plus identifiables. Nous ne pourrons pas, poursuivre sans fin, au nom de la croissance ,l’exploitation des richesses de la Terre comme une affaire sans fin dans l’excitation, des valeurs dominantes.

Pour ma part, je pense également que les temps sont venus  pour que l’humain fasse un pas vers lui-même et ses semblables. Pour cela, il doit regarder la glace intérieure et intime du fond de lui-même et orienter son état d’esprit vers plus de partage, de solidarité, d’ouverture. Sans cela tout continuera sur la même voie sans signe d’un changement modération de la société Un regard associé sur les mœurs globales devra y être présent pour éviter les dérapages dans une immoralité incontrôlée. La jeunesse y a droit et ce n’est pas péjoratif, ni dévié de parler ainsi. L’entente entre femme et homme sous entend un respect mutuel et non la dominance d’une partie à son avantage par l’état d’esprit.

Forcément, nous en reparlerons. Merci de votre aimable visite!

Bonjour à tous ! Les partis politiques…

Posté : 15 juin, 2012 @ 6:59 dans actualité générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Depuis quelques jours, le parti socialiste se débat avec une affaire qui apparaît, plus le temps passe comme un disfonctionnement important. Au tout début, personne n’y a prêté trop attention. Puis soudain ,il est apparu que le poste ou la fonction de député était sollicitée simultanément ,en candidature, par deux membres du parti socialiste. Personne , jusque là ne s’en offusquait. Quand les réunions de soutien devinrent plus serrées, on s’est demandé : pourquoi tant d’acharnement  pour faire triompher la candidate socialiste connue . Alors, l’autre candidat ne serait qu’un socialiste dissident qui s’afficherait et se baladerait avec le parti et son étiquette dans sa valise. Curieux, non ?

Si cela existe, c’est qu’il y a un manque de sérieux en gestion effective et officielle des adhérents. Je dirai plus, il y a même plus besoin d’adhérer pour représenter un parti ou un mouvement? Il m’avait semblé que pour porter et représenter un groupe il fallait être capable de fournir un état des cotisations adhérence à jour,
-d’être dûment investi par une commission de référence nationale, régionale ou départementale,
-d’être reconnu dans l’aptitude vers la philosophie et pensée  su mouvement en question,
-que c’est bien en finalité, le parti qui décide de cet investiture.

Alors ,dans cette affaire, des dysfonctionnements apparaissent .Ils  n’aurait pas dû avoir lieu dans une organisation normalisée. On ne peut mettre deux personnes sur un même poste pour en sacrifier in fine une dans le jeu politique. Bien évidemment, le sacrifié voyant ses voix obtenues se reporter sur l’autre candidat plus avantagé au deuxième tour. Bizarre tout cela  ,car retrouver une personne soit disant dissidente emmenant une partie de l’organisation, c’est grave!

En comportement, un parti doit analyser pleinement et débattre avec ses vrais militants ou adhérents ,pour définir une stratégie sans ambigüité avec la déontologie du groupe. On peut ne pas être d’accord avec une organisation et à ce moment là , on  la quitte. Si on a l’étoffe et l’état d’esprit d’une scission interne et entrainer une réforme, celle-ci doit se faire dans le débat par le vote de motions ,  mentions  et amendements divers proposés afin d’officialiser lors d’un congrès ou réunion extraordinaire. En soi, c’est la vie d’un groupe constitué et le débat des idées développées, pour éviter des porte à faux dans l’état d’esprit régnant.

Ce que j’ai également compris ,au regard du fonctionnement politique français, c’est qu’en fait il fallait mettre une étiquette en certains lieux. Ainsi, pensées socialisantes ou sympathisantes ne suffisent pas car il s’avère que des personnes une fois élues ,ne reflètent aucunement la philosophie avec le groupe représenté. Ce sont si l’on peut dire des pavillons de complaisance! S il est permis de faire une telle comparaison. Un peu léger  tout de même  car se sont dans la pensée, l’état d’esprit, la philosophie bien ancrés que les groupes affirment leurs respect intellectuel de la démocratie et du peuple. Ce dernier n’y verrait que du feu comme l’on dit communément. Surprenant et irrespectueux de l’ensemble.

C’était ma pensée politique du jour étayant mon libre propos.
Merci de votre aimable visite !   

Bonjour à tous ! La neutralisation…

Posté : 19 mai, 2012 @ 6:19 dans actualité générale, communications, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles | Pas de commentaires »

Ce mot a-t-il une signification en politique et peut-il se révéler un dangereux adversaire des personnes en charge de la marche républicaine.

Oui, personnellement ,je le crois car il éxiste une forme de neutralisation qui est le vote partagé sensiblement égal. Cette année encore, le vote pour la présidentielle fut obtenu de justesse. Cette constatation issue des urnes n’empêche pas de prendre des initiatives sur les améliorations et réformes nécessaires. Nous avons aujourd’hui avec le gouvernement nouvellement nommé et qui attend d’être doté des pouvoirs afin de réformer et légiférer. Mais la liste établie des neutralisations n’est pas exhaustive.

On vient de le voir, la France  est coupée en deux et il faudra bien que cet ensemble puisse se départager. Si le vote des législatives donne une majorité au courant contraire du gouvernement dit de gauche, il va falloir entrer dans le système de participation globale. Un Président déjà élu et un gouvernement à revoir dans sa nomination. Droite et gauche, voire également Centre composant ce gouvernement. Avec un tel fonctionnement, c’est la parfaite neutralisation et il n’est pas possible de gouverner dans la cohabitation. A deux reprises, sous la période de gauche présidentielle, il a  fallu avoir recours à ce genre de fonctionnement qui devient lourd et qui ne fait  qu’expédier, en réalité fonctionnelle, les affaires en cours. Dans ces conditions, c’est au Chef de l’Etat d’engager son mandat car s’il accepte que tous les membres du gouvernement lui soient opposés, le travail sera de petite qualité.

Une neutralisation à laquelle nous ne pensons ou n’imaginons généralement pas. Il s’agit des hauts fonctionnaires hors classes et d’un âge certain, qui aguerris par le passage successifs des ministres, finissent par imposer leurs idées et leurs visions du ministère. Certains sont des directeurs de cabinets ou en service de conseillers au sein des ministères. En fait, un homme politique influent, il y a quelques années, déclarait que c’était ces personnes qui dirigeaient le pays. Je le crois possible, mais il existe un remède, c’est le renouvellement des cadres avec l’arrivée des nouveaux élus. Eh oui, cela coute ,mais c’est la seule solution pour que le travail soit efficace.

Alors, vous le voyez, il existe des moyens de neutralisation et la valse des cadres hauts fonctionnaires ,chefs de cabinets, conseillers est en train de s’opérer. Mais, ne soyez pas inquiets, ces personnes naviguent en toutes eaux et elles seront nommées directeurs d’une société nationalisée avec des émoluments à faire dresser les cheveux debout sur nos têtes. Le pouvoirs, c’est cela, tenir bon sa place et savoir se ranger sans y perdre et surtout le cas échéant revenir lors d’une prochaine vague. Ainsi, les politiciens passent, s’usent, mais les hauts fonctionnaires restent, impassibles et fermes dans leurs prérogatives.

Le général de Gaulle disaient d’eux qu’ils étaient les plus dangereux pour la stabilité de l’Etat car capables de prendre le pouvoir, non pas à la Napoléon, mais dans le silence des bureaux feutrés. Il nous disait qu’il les craignait plus que les militaires de hauts rangs.

Je ne pense pas à cette éventualité, mais la neutralisation telle que nous l’avons vue ci-dessus, oui et une crise ouverte est encore possible devant nous. Mais, si ledécionnel Europen est supérieur et s’impose à un pays,le pouvoir souverain d’une nation n’est que du vent . Nos gesticulations pour notre démocratie intime étant devenues obsolète. Donc, crise de ci ou de ça avec des partis politiques internes en guérilla, peu importe, L’Europe finira par mettre son nez à la fenêtre et comme en Grèce, nous dictera notre conduite. Je ne l’espère pas et croisons tous les doigts pour que notre démocratie interne fonctionne le mieux du monde.

Merci de votre aimable visite !

Bonjour à tous ! Esprit politique critique…

Posté : 14 mai, 2012 @ 7:12 dans actualité générale, communications, Monde de l'Amour, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Depuis l’élection de notre Président Socialiste, nous avons assisté au démantèlement-démission de l’ancien gouvernement. Celui-ci expédierait maintenant les affaires courantes. Pour ma part, je trouve que la période de flottement est trop longue  pour une passation de pouvoirs qui ne doit comporter aucun vide. Il est vrai, qu’il faut laisser le temps au partant de détruire ses archives non conformes et ordonné, vérifier celles qui seront versées dans la conservation mémoire.

Nous le voyons, la nature du futur gouvernement sera autre. Le Président montre déjà l’exemple en se rapprochant du niveau citoyen. Et puis, il faudra qu’il laisse les ministres gouverner., chacun dans la particularité de son ministère. Quand on travaille en équipe, on se fait confiance et on essaie pas de faire tout, tout seul. C’est le principe de la démocratie ,déléguer et faire confiance à l’autre. Partager les responsabilités et mettre entre guillemets le mot «  Chef ». Il suffit de regarder les appellations faites dans l’officialité et les mentions dans les fonctions, nomment souvent le mot « Chef ». Je crois que le français aime l’entendre et s’entre dire « Chef ».
Bref,il ne transgresse pas grand-chose des personnes qui feront le nouveau gouvernement dit socialiste dans l’appellation .Mais, je pense et je  souhaite que les autres formations de gauche aient les possibilités d’accéder à la gestion étatique partagé.

Par contre, où je serais critique ,c’est avec la politique et ses actions envers l’humain lui-même et les structures de bases établies. Il existe de nombreux exemples femme/homme avec enfants et ayant désiré être officialisés par le mariage républicain et pour eux on ne fera rien, même si ces familles sont en pleine difficulté . Dans une société qui se liquéfie, l’unité de base est la cellule initiale, je veux dire la famille  est plus qu’essentielle à mon avis, et l’homosexualité n’a pas une urgence caractérisée afin d’être mise sur le  devant de la scène, par officialisation d’un mariage Je renverrai de nouveau dos à dos les Socialistes,verts européens qui veulent développer un tel thème,sans se soucier de l’ordre Universel et du pourquoi les couples au sein de la nature  et extansion possible au système planétaire .

Un retour vers les cours de sciences de la vie et de la Terre serait necessaire au regard de l’anatomie , afin de prendre conscience  comment fonctionne réellement et concrètement  les autres espèces vivantes.Je n’ai rien contreles différences dans l’Amour et son developpement   .Il existe une logique que notre espèce doit respecter et qui rejoint un ordre universel bien défini.

Je vous l’avais déjà dit ici, à chaque humain sa profonde conscience et de se méfier des heurts avec la voie définie et ouverte dans l’universalité.La liberté des humains ne passe pas      par ce genre de libération ,comme on l’entend souvent dire. J’ai bien peur que nous allions vers une impasse.
J’ai observé que certaines campagnes politiques utilisaient abondamment ce thème pour attirer des voies vers leur  candidats. Il y a dans cette forme de politique de l’opportunisme  banale qui est  non  conforme à une bienséance   des sociétés.  

N’imaginez pas que je suis contre les libérations de l’Amour ! Surtout pas de vision dans ce sens de l’intolérance, mais un regard pour observer la matière faite de la chaire. Il faut se faire violence car cette chaire est faible et l’esprit lui est prompt. Celui qui vent s’imposer n’est pas la chaire, mais l’esprit qui nous demande d’y réfléchir. Ce n’est pas forcément un sujet religieux, c’est plutôt un sens donné à la marche de la vie. Elle-même.Ici, je ne développerai pas de jugement des personnes et des âmes, mais je jetterai un regard sur ce que nous pouvons bâtir avec tout cela dans l’Amour vers nos enfants et les générations futures.

Je dirai simplement, que chacun est face à lui-même et regardera son âme qui s’autogérera suivant l’esprit dominant et régnant. Puissiez-vous trouver dans cette dernière phase intime,  un regard conciliateur paisible en harmonie avec l’âme suprême. Il n‘y a pas de mal, vouloir être  et faire autrement. A condition qu’in fine on s’accepte dans la finesse des consciences, des âmes et des esprits. Je crois à une forme de délicatesse sensitive et pudique du monde de la chaire et qu’il ne faut pas créer un chemin et une voie de la discorde.

Je suis quelqu’un d’extrêmement tolérant et je sais mettre en pratique ,mais après ces quelques mots, vous me regarderez autrement. Il faut aussi savoir que l’on ne peut être spirituel et comprendre dans la communication profonde les âmes, que si l’on a cette ouverture, mais aussi une rigueur encore plus importante sur certains sujets.
Merci de votre aimable visite.                                       

Bonjour à tous ! Renouveau politique…

Posté : 7 mai, 2012 @ 6:02 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences politiques et administratives structurelles, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

Le résultat des urnes a parlé et sans faire de très grands écarts ,il a donné une prépondérance au Socialisme. C’est donc aujourd’hui jour de fête pour qui croit au rassemblement plus fraternel et constructeur des hommes. C’est une victoire obtenue aux forceps du candidat socialiste ,François Hollande. Tout s’est encore resserré après le premier tour du scrutin. On aurait pu douter de cette victoire si ce n’était le manque apparent d’une politique plus philanthropique portée par la droite. Nous ne pouvons ,aujourd’hui, laisser s’installer un rejet continu de l’homme sans richesse et attaché à d’autres valeurs.

Désormais, nous sommes bien  dans l’assemblage politique et gestionnaire d’une forme de sociologie développée et active, d’un humanisme renaissant de ses cendres et de l’écologie incontournable. Personnellement et intellectuellement, comme je le cite dans mon ouvrage de 2005, «  Si on parlait Sociologie, Humanisme et Ecologie »,l’union de ces trois composantes doit être faîte et pratiquée dans les interactions par les services gestionnaires de notre société active. Je nomme la sociologie car de nombreux comportements sociaux restent à prendre en compte pour aboutir à un socialisme adapté et vraiment dans l’air de son temps et de sa période.

L’humanisme parce qu’il me semble incongru et irréel que nous n’arrivions pas à évoluer humainement sur nos qualités internes. Tout responsable politique de quelque niveau que ce soit devra en être imprégné.

Puis, l’écologie et sa prise en compte ne peut être contournée. Nous devons entrer dans cette science parla gestion politique commune car elle est de taille. Elle peut mettre à mal le Socialisme de gestion et en faire effondrer la doctrine.  Elle a une place aussi importante que l’homme dans sa société car elle défend la vie et sa qualité. Les hommes de la cité, les hommes de la campagne, les hommes de la montagne, les hommes de la mer doivent désormais s’entendre pour un choix ,un modèle de gestion publique démocratique, politique d’une société responsable dans ses grandes largeurs. L’argent a formé trop de prédateurs, d’exploiteurs de toutes sortes qui ne sont pas une conscience finale. Le travail du nouveau Président ,du gouvernement qui va être mis en place et créé sera immense.

Toute matière active et présente non satisfaite entrera dans une opposition désordonnée immédiatement. Certaines de ces matières peuvent faire basculer notre société et ses équilibres d’évolution telle que nous la connaissons. Il faut en être conscient. Nous n’avons nullement besoin, aujourd’hui, de personnes entrainant des philosophies d’affrontements internes. Il s’avère urgent de concilier, réparer, apaiser, comprendre les phalanges et les groupes politiques satellisés  structurés en dissidence .La pensée excessive et jusqu’au boutis te est là et bien là. Il faut voir réellement ce qu’elle veut et pourquoi elle s’agite si vigoureusement. Certaines évolutions de sociétés dans le monde ne peuvent être occultées.

Les régimes inhumains font fuir les habitants de leurs territoires et ils les encouragent à migrer. Afin de rechercher un îlot de paix existant ,ces humains s’enfuient et arrivent dans les pays les plus stables qui doivent leur tendre la main ,car ils sont dans la grande détresse. Nous ne pouvons plus surseoir à nos sentiments aimants qui dominent dans nos cœurs et nos esprits. Tout ne pourra se régler par des mesures autoritaires policières d’encadrement ou militaires absolues. Eloignons-nous de ces spectres entrainant nos sociétés vers le chaos encore plus affirmé. C’est tous ensemble et un pour tous, tous pour un que nous devons avancer.

Je souhaite bonne chance à l’éclosion de ce nouveau socialisme et je me félicite de l’arrivée de cette doctrine politicienne unifiant des consciences fraternelles et solidaires.
Nous sommes tous un petit grain de sable dans un ensemble sablonneux immense et il faut que nous empêchions la désertification qui pourrait survenir rapidement. Alors, courage et je mets entre guillemets pour la contenance de sa puissance incarné  le mot «  fuyons ».
Que la sagesse nous envahisse, l’amour et la bonté ouvrant nos cœurs à la générosité, l’ouverture vers notre prochain dans la fertilisation de nos pensées et de nos consciences.
Merci de votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Lendemain de vote …

Posté : 23 avril, 2012 @ 9:04 dans actualité générale, communications, Philosophie générale, République et démocratie, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

Nous voyons aujourd’hui, de par le vote effectué ,que notre pays est très partagé sur les sujets politiques. Les questions de sécurité intérieure et confort de vie avec les niveaux sociaux préoccupent beaucoup de citoyen.

Pourtant, il me semble qu’une certaine forme de changement est acquise et nous devrions obtenir une autre philosophie républicaine dans quinze jours. Mais, des erreurs stratégiques ont été également commises dans la pensée dite de gauche. Le plus important est de rassembler toutes les forces sans entrer dans les querelles des fondements philosophiques ou idéologiques de stratégies des partis. L’union sur la gauche de tous les mouvements devrait pouvoir assurer une forte transition à la pensée politique. Nous devrions voir, du moins je l’espère, un défilé de roses rouges ,le 7 mai prochain dans Paris , en signe d’un renouveau pour la république. Personne n’en est sûre, vu le peu d’écart obtenu par les votes. Les report ne sont pas toujours aussi fidèles que nous le pensons. Il faut donc s’apprêter à vivre l’incertitude du demain pour les citoyens qui espérait une nouvelle vision politique plus près du peuple et portant d’apparence une voie pour le changement en commençant par faire évoluer notre constitution ayant parfois un air solennel  monarchique et absolu.

Ce qui me gène dans cette définition obtenue par les urnes de la pensée citoyenne ,c’est le courant tendu vers une sécurité plus douillette et assurée par des philosophies qui dans un programme de candidatures , e vont pas s’afficher. Seuls, les accès au pouvoir et aux fonctions permettront de transformer les personnes en ces matières dans une expression de leur vraie nature de gestionnaires politiques publics. Je le dis maintenant qu’il n’y aura pas de parfait en toutes matières et nous aurons toujours une société produisant ,par son manque d’élévation et motivation des consciences ,des dérapages malgré des encadrements puissants. Rejeter sans cesse sur l’autre les manquements de toutes sortes et ne montrer que cette face de réparation est une fausse porte évolutive car construite dans l’intolérance et la haine. N’oublions pas que nous construisons une société qui ne reviendra pas vers le passé. Certes, il est rassurant d’être protégé dans un cocon douillet comme l’enfant se blottit dans les bras de ses parents ,comme dans son refuge impénétrable.

Nous adultes et citoyens ne devons pas avoir peur de l’évolution du monde. Nous ne pourrons pas regarder les frontières comme des absolus envers nos semblables dans la grande détresse. Nous ne pourrons pas rester sur les bases d’enrichissements par l’exploitation de l’homme par l’homme. Nous ne pourrons pas supporter très longtemps que le pauvre et la pauvreté avec sa dynamique soient cachée et occultée à la face de la grande lumière du juste. Nous ne pourrons pas vivre très longtemps en détruisant notre berceau planétaire qu’est la Terre. Nous ne pourrons pas longtemps nous regarder dans la glace mondiale avec notre éloignement des vibrations rassemblées des hommes. Nous sommes solidaires tout autour de la planète ,bien au-delà de toutes nos différences et nous sommes avant tout des frères et des sœurs et uniquement cela. En fonction de cette philosophie existentielle nous ne devons pas avoir peur et constituer une forteresse.

Les actions qui dégradent notre confort de vie plus douillet en société sont dans les possibilités de retenues si nous nous donnons objectivement la pensée de regarder où et comment elles se génèrent. L’Amour des autres et la construction sociale basée sur ce comportement généreux est à l’inverse de la sécurité douillette faîte par un encadrement surdimensionné ,tendant à définir une approche négative de l’autre. Mais, on ne peut obliger à aimer ,c’est le principe même  du respect et du libre arbitre humain. Alors, nous dirons bon vent à notre démocratie de demain pour qu’elle soit bonne, constructive dans sa profonde pensée quotidienne et surtout qu’elle ne laisse personne dans le désarroi d’où qu’il vienne et notamment de la paupérisation qui s’amplifie avec comme résultat la pauvreté enlevant toute la dignité aux hommes.

Sans vouloir faire de morale, nous savons que nous sommes éphémères ici-bas ,et nous devons nous employer à construire généreusement, adroitement ,positivement pour le bien de tous.

Merci de votre aimable visite .

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...