Auteurdanjou

Bienvenue sur mon blog communication entre les hommes sur les différentes pensées et leurs mise à disposition

Bonjour à toutes et à tous ! Des sentiments ambigus…

Posté : 21 juillet, 2013 @ 8:55 dans humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, vie naturelle | Pas de commentaires »

Quand nous naissons,notre état d’esprit est sur le droit chemin et le positif et le positif des sentiments est inclus .L ’Amour est présent sans la haine et la méchanceté,la bonté est là sous jacente,la juste pensée domine .La conscience neuve se définit et existe dans une ouverture bienveillante .Puis, au fil des années,tout se gâte car en nos sociétés et civilisations nous faisons régresser notre potentiel originel.
Nous épousons des idées intimes aux pensées humaines,lesquelles s’affrontent intérieurement .Sont donc mis en exergue les sentiments opposés et ceux qui ne veillent pas sur leurs capacités intimes et intérieures perdent défintivement , ou bien très progressivement, contact avec les pensées nobles et généreuses.
Ce changement n’est pas général,mais il est dû au monde de l’argent définissant son existence afin de définir une approche choisie entre les êtres. Les métiers,les chefs d’entreprises et sociétés ne se privent pas de définir leurs règles,parfois trop corporatiste .Ce qui semble évident,généreux,constructeur d’une bienséance entre nous est laminé et de bonté,honnêteté se transforme dans l’intolérance et une opposition caractérisée.
Certains penseurs disent qu’il nous faut une émulation pour progresser sur les voies de la richesse. Il faut donc opposer l’homme à l’homme .La à femme à l’homme et vice versa .Les jeux deviennent pervers et détruisent lentement,mais sûrement , les sentiments naturels premiers jugés par ceux qui se définissent des décideurs.
Ils ne se soucient pas du devoir intime ne pas perdre leur âme,ce n’est pas leurs problèmes.Eux ne rêvent que d’or,d’enrichissements,d’exploitations matières et exploitation des hommes dans l’éfficacité de leurs propres vues et appréciations .A partir de ces constats tout devient luttes internes entre humains. Homme envers homme et hommes envers femmes,etc… Ces échanges peu salutaires pour les évolutions finissent par enclencher les comportements intimes régressifs sur  la valeur des âmes,initialement riches,positives et aimantes.
L’Amour,la bonté,l’honnêteté,la vertu,la sagesse ne font plus réalités profondes. Seuls les gens de foi portent en eux ces capacités de lumière du monde.
Il ne faut pas se décourager,mais à force d’organisations,de pensées négatives,de réprouver les valeurs nobles construites et formatrices des hommes. Nous ne pouvons plus rejoindre les routes , chemins et voies de la vérité initiale soutenant l’humain.
Rien n’est jamais perdu et les régressions des âmes ,alliées aux volontés ,à nos familles intérieures et à la foi.  Certains luttent  fortement dans le sens véritable.
Même les plus endurcis d’entre-nous,inversent la tendance  .D ’autres projettent uniquement un monde des plaisirs dans l’immoralité ou presque. Certains s’aperçoivent ou commencent à entrevoir les carences qui nous égarent et ils reviennent ostensiblement vers ces sentiments généreux.
Je vous souhaite un agréable dimanche dans la méditation,car c’est le jour réservé aux soins de nos âmes ,au repos,aux familles, et à nos enfants,à la collectivité dans le bénévolat, etc…Ce jour est béni et il permet aux hommes de se retrouver et de réfléchir ,mais surtout d’envisager une  suite.

D’autres,eux parlent de faire du dimanche un jour comme les autres pour travailler ?Il a pourtant été créé en l’honneur du repos dominicale ou hebdomadaire. Le sens en est dans la nécessité d’obtenir un terrain pour se rassembler intimement. Merci de votre aimable visite. Bon et excellent dimanche à vous !

Bonjour à toutes et à tous ! L’AMOUR contenu…

Posté : 9 juillet, 2013 @ 8:59 dans actualité générale, humanisme, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Il y a des sentiments qui nous habitent et que nous pouvons faire fructifier,mais aussi détruire ou modifier l’existence. Ce mécanisme,si l’on peut dire, est attaché à notre ressenti profond et viscéral, et à notre propre nature .Il habite différentes régions de notre corps et il n’a pas de compte à rendre sur la place publique des sociétés constituées.
Il se présente sous plusieurs formes et fait partie à notre naissance du lieu principal de notre corps : notre âme alliée à notre conscience .Quelles que soient nos positions de croyances dans la positivité ou bien la négativité,nous avons une âme dominante et c’est elle qui s’incarne dans son corps avec un potentiel d’AMOUR conséquent qui y est relié .Ceux qui pensent qu’ils n’ont pas d’âme se trompent et l’Universalité y installe une barrière sur les souvenirs afin de rompre net le fil des origines .C’est justement en ces origines qui est un monde fait d’AMOUR uniquement que nous provenons. Nous avons donc une partie importante de ce grand AMOUR qui est celui le plus grand,le plus pur,le plus stable,le plus évolué cosmique ment pour bâtir. En deux mots,il s’agit de l’AMOUR DIVIN qui se fractionne et nous accompagne dans notre voyage .

C’est pour cette raison que l’AMOUR est dominant ,grandiose et doit s’exprimer dans le respect de et des autres .Les forces de cet AMOUR sont incompressible et elle bâtissent,bon gré, mal gré,nos sociétés et leur esprit fondamentalement .L’AMOUR est le plus grand sentiment actif et sa présence sous diverses formes et variantes.

Le premier AMOUR est celui reçu par la maman qui se relie à celui DIVIN dans la continuité. Il est inconscient car nous n’avons peu de repères .On peut remarquer en la féminité cette capacité à accueillir la vie et l’ouverture vers l’AMOUR supérieur.
Puis, il y a l’AMOUR que se portent deux âtres de genres différents et qui finit par une union des corps permettant l’acte procréateur et la constitution d’une  ne devient vif que si les âmes en relation sont dans la complicité des valeurs. Mais avant cette phase,L’AMOUR universel,général de la vie, accompagnant l’existence reliée au mental et aux âmes avec l’esprit même. Celui qui touche le développement des corps dans le fonctionnel est plus primaire .Il y a également l’AMOUR de notre prochain qui est désormais incontournable .Puis, différents AMOURS mal déterminés car souvent confondus av ec des sentiments possédants La grandeur de l’AMOUR est libérée du monde matériel et physique. Certains placent leur AMOUR au plus bas en aimant les objets qui les accompagnent et les entourent .Nos sociétés repoussent souvent les sentiments,car il est dit que pour être fiable en société,les sentiments sont bannis.

C’est une erreur majeure car l’AMOUR en ses phases est Sacré et il se mélange au cœur de la vie. Progressivement ,avec les siècles,nous perdons  lentement ,par une phénomène semblable aux rochers érodés par la pluie,le sentiment affectant la vision contenue de nos descendances.

L’AMOUR physique entre une femme et un homme,pour procéder à une union des corps doit trouver avant sa phase relationnelle intime,respectueuse et digne,un fort courant convergent dans les pensées .Ce n’est pas un jeu du plaisir et qui prend la tête,mais une rencontre subtile qui règle les accords,comme l’on essaie de mettre en harmonie les notes de musique,pour y trouver un déroulement qui s’éffectue naturellement .Cela n’a rien à voir avec les consommations sexuelles  dont la chair raffole et ne peut résister.

C’est pour cela que  et nous devons être respectueux des vertus sans faiblesses et comprendre le sens et les signes attribués à la virginité. Le monde vertueux n’est que phase supérieure de l’AMOUR qui contient sa dignité et surtout un respect. Je suis inquiet de constater que des jeunes filles s’adonnent à la prostitution  pour l’argent et payer leurs frais d’études .Je suis inquiet pour celles qui voient l’AMOUR comme une prise de tête .Je suis inquiet face à une certaine  jeunesse qui fustige et se livre à la luxure pour les plaisirs du corps. Je suis inquiet pour la perte des repères concernant les respects incontournables de notre fonctionnement biologique intime. Ces raisonnements tiennent compte des récents comportements pour que l’AMOUR puisse atteindre dans son grand chemin celui qui va naître et mettre à son bénéfice tous les bienfaits. Sur ces plans de la vie interne,forte,secrète nous ne pourrons changer le monde et sa propre nature.

Les mondes mécaniques dont la science s’entoure et se glorifie peuvent engendrer des êtres dont l’AMOUR sera absent à la base. Ceci est grave .Pas plus que nous pourrons,sans conséquences sur les bases de la vie,changer les genres comme les décideurs politiques l’envisagent .Le résultat de ces basses manœuvres est le total contrôle des populations? Egalement et surtout l’absence de croyance en l’âme,au monde spirituel et au libre arbitre des humains. L’AMOUR charnel serait uniquement versé dans le plaisir .C’est une honte de voir une telle évolution où Frankestein ,Belzébuth mènent la danse .Je ne  félicite pas ces décideurs aux pensées dont il faudra se méfier t résister. Les humains n’auraient pas d’autres alternatives,ni buts évolutifs que le plaisir développé. Méfions-nous des réducteurs de l’AMOUR ,ce sont des marchands d’esclaves ,des rois de la luxure et du proxénétisme.

Il sera temps de réveiller les consciences au cas où nous dormions sur nos deux oreilles,ayant laissé la barre du bateau  au libre accès. Il est temps de dire qu’on ne peut faire de l’humain une chose vénale dans la dépravation .Seuls les petits clans auraient droit d’exercer leurs consciences et de décider des comportements généraux de sociétés .C’est un grave constat qui m’attriste et me peine,en considération de l’avenir réservé par un genre humain intellectuellement défaillant .Les tenants et les aboutissants seront égaux aux états d’esprit engendrés.

Merci de votre aimable visite et à bientôt!

Bonjour à tous ! Et la Mer roulait ses galets…

Posté : 28 février, 2013 @ 8:04 dans actualité générale, communications, metaphysique, Philosophie générale, Physique et astro-physique, Universalité, vie naturelle | Pas de commentaires »

Cette Mer remplie de cette eau essentielle à la vie est sans cesse en mouvement depuis le début des temps. Ce balancement planétaire ,avec ses attirances astrales la voit se rétracter, gonfler et s’étaler. Les profondeurs secrètes du Grand Souffle de la vie l’atteignent toute entière. Ses molécules ,dans leur infiniment petit sont sans cesse dans un grand voyage. Evaporation ,condensation ,brume ,pluie ,grêle, neige, brouillard, givre et puis nuages et retombées sur la terre pour la fertiliser et alimenter les fleuves, les rivières, les affluents, les fossés, les lacs ,les lagunes et les réserves profonde sous terre avec la nappe phréatique .Elle remplit la rigole et toutes les décalvations pouvant la retenir. Elle ruisselle des Monts et des montagnes et elle lessive la roche de toute nature.

Progressivement, sans compter son temps ,elle érode la plus dure, la rend assimilable à la vie. Peu lui importe que ce soit la vie de ses habitants, de l ‘animal, de l’oiseau; du végétal, des insectes ou bien celle des hommes. Elle est dans toute vie. Quand elle revient en sa demeure, elle est devenue libre à la face du Maître qui l’a créée et instruite. Son voyage est épuisant et parfois elle rapporte des bagages. Ceux-ci sont identifiés par le développement de certaines vies comme celle de l’homme qui ne se gêne pas pour faire des assemblages contre Nature. Elle en rectifie inlassablement et généreusement les errements sans se lasser, mais dans un effort constant.

Elle est plus puissante que tout et les fins grains de quartz sur les plages en sont la vitrine, car si petits qu’ils soient, ils sont aussi le Monde. Les Esprits vaillants et éveillés, reconnaissants à la vie, la voient comme une Mère Sacrée et à vénérer. Je le crois profondément car sur son rivages, j’y ai vu et rencontré des sentiments élevés, nobles, que nous portons tous. Le plus grand qui s’est manifesté est l’Amour, celui du tout et de la vie. Il m’a donné preuve de sa présence raffinée en faisant s’enlacer ceux qui s’aiment. Le temps s’est arrêté comme soumis et le bonheur envahissait la scène. Puis, lentement tout à repris le rythme et cette étincelle Sacrée de L’Amour  sortait de la Mer. Cette Mère Sacrée pour nous ses enfants !

Ma position de témoin, de grand témoin de la marche du Monde, en ces lieux si simples, agréables, m’a pénétré de toute sa force. Cette eau des Mers, des Océans, des lacs, des lagunes, des rivières, des torrents nous donnera ,dans son Amour pur, sincère, juste et constructeur ,ses secrets, si nous la respectons humblement et l’aimons. Elle est un Grand Corps uni, celui des vies dans la mémoire planétaire. Ceux qui y sont enfouis, engloutis, un jour reviendront parmi nous si nous le méritons.

Nous pouvons, face à son immensité ,nous incliner et lui dire : je t’Aime. Elle vous recevra dans son esprit et la pensée intime ,car elle  sait qui nous sommes. Elle sait nous laver et nous bercer car aux premières heures de la vie, elle est notre compagne en nous entourant de sa présence en nous baignant dans son Univers même. C’est ainsi que nous découvrons  ses multiples facettes nous accompagnant dans le raffiné du Sacré de son existence. Avec silence, nous la contemplerons nostalgique set émus dans un recueillement intime, bien au-delà de nos querelles intestines. Tous les rêves y sont permis et chacun y apporte sa part car elle se partage dans la vibration intime du Monde.

Merci de votre aimable visite et excellente journée !

Bonjour à tous ! Communication régnante…

Posté : 22 février, 2013 @ 9:13 dans actualité générale, communications, humanisme, metaphysique, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Pour être efficace ,vivante ,active ,qualitative ,la communication entre-nous prends différents chemins. Je sais, par expérience qu’il est difficile d’ouvrir son propre créneau communicatif. Des moyens divers nous sont donnés sous la forme de la parole et de l’écrit. Après, nous avons encore plus direct dans la transmission des pensées sous les formes télépathiques. Sur ce dernier point, nous ne sommes pas éveillés. Il est difficile de s’exprimer au tout début de notre existence, mais pas complètement car notre Maman ,elle, sait nous joindre par la pensée sentimentale car le lien d’Amour est entier. Les créneaux paroles et écrits sont larges et bien en place, mais assez verrouillés par les adultes. Donc, si petit que l’on soit ,la parole est souvent peu efficace car les grands n’écoutent pas et font de l’infantilisation un état sans importance. Quand on commence à ajouter les mots, l’expression arrive, mais l’écoute réceptive est souvent absente.

Pourtant, certains enfants parlent très tôt et semblent raconter des histoires. Ce ne sont pas des histoires, mais une explication de leur ressenti de notre monde et sa résonnance dans les vibrations contenues. Pourquoi l’écoute est-elle restreinte ? Parce que les adultes se considèrent les plus sérieux et ils sont dans un train, celui de la vie ambiante, stressante, sûre pour eux et établie. Puis, le jeu avec les autres enfants est plus communicatif car chaque geste et chaque action est comprise. Vient très vite l’âge de l’école  et là commence le royaume des grands dans une solennité redoutable et parfois inquiétante. A cette période, il existe un franchissement de monde ,car l’on passe du douillet aimant parental ,à celui de la société dans le collectif agissant..On nous dit que sinon nous serions des sauvageons. Certes, il faut aussi en convenir .L’amour et sa chaîne ne doivent pas trouver ,ici, une coupure affirmée.

La découverte des autres et de l’autre dans la même situation est amusante. Mais ce n’est pas l’autre qui va compter ,ce sont les gestes et actions que l’on va nous inculquer .L’enfant serait une boite vide dans laquelle on met certains l’éléments, principes, pensées ,un univers de renseignements obtenus par l’expérience totale. La voie est bonne ,sauf que cet enfant que nous voulons façonner aux pensées de nos communautés agissantes de grands, à son univers aussi et la rencontre des deux est parfois choquante ,non pas pour l’idée ,mais par l’action immédiate d’imprégnation. Pour passer d’un monde à un autre ,cela se fait sans brusquerie assimilées à une violence ,à la douceur des sentiments par l’exemple dans la simplicité de l’esprit. Dans cette phase d’approche, nous jouons l’avenir de nos sociétés et l’avenir tout court du monde.

Il s’agit de la passerelle fine, transparente ,mais bien réelle entre les univers parallèles .En transgressant ou négligeant cette phase ,nous forçons le passage ,nous réduisons la largeur du passage et l’esprit constate que le retour ne sera plus possible et l’idée dans l’avancée de la pensée est brusque car il s’agit de laisser une période le sas communicatif .Nous n’en avons pas le temps et nos suretés d’apprentissage ,du façonnage comportemental, sentimental, sont trop resserrés car le ressenti est immense .L’Esprit et l’Ame d’un enfant épousent et comprennent les univers qu’ils identifient pleinement dans les profondeurs des analyses puissantes .Ils déterminent les compétitivités immédiates avec leurs propres pensées intimes. C’est dans ce sas profond que  sa nature fine  d’adulte naîtra et va se former .

Le respect compris attirera le respect construit et la violence transmise sera stockée dans un coin ,en attente de développement .En cela ,chaque geste enregistré compte ,mais bien plus ,la lecture des expressions des visages à sa signification ,puis les paroles avec le verbe imprègnent puissamment en l’esprit juvénil .Nous n’avons pas de secret, nous recevons les enfants en notre monde à l’image de nos capacités communicatives et seulement en notre niveau collectif construit, abouti en réalisation de notre tous ensemble des plus harmonieux possible. C’est-ce niveau, qu’en ses débuts collectifs l’enfant reçoit  et juge s’il est attrayant ,compatible ou non avec son esprit et sa propre pensée d’une vie intime. Quand nous abattons à tour de bras les sentiments dans notre collectif agité ,pour des raisons de recherche richesses matérielles, l’enfant ressent cela et il transforme l’idée en un manque patent d’amour à l’extérieur envers  et entre tous ses semblables.

Les plus petites phases des âmes et des esprits sont dans la finesse exprimée dans les sensibilités puissantes ,le sentiment souvent que nous ne voulons par voir émerger vers l’extérieur bâti. Ici, se n’est pas la matière qui parle, mais la vibration de l’essentiel d’un être, son cœur et son âme reliés. Le trop sensible n’est pas reçu et le pas sensible lui y est par la force de celui qui l’inculque. Passé cette phase de ces ressentis, tout le reste devient du domaine matériel et la parole est déjà comme le geste le relevé des faits mécaniques. Les jeunes enfants font cette différence et la porte d’entrée vers la mécanique n’est pas toujours évidente à déchiffrer car en cet endroit ,il y a les valise et plein de valises emplies de choses que d’autres ont rejetées .C’est-à-dire en langage direct ,de ce qui serait bien et de ce qui serait mal.  Mais attention ,tout cela se regarde dans une forme de subjectivité car notre collectif admet dans son créneau du temps présent établi, seulement certains éléments bien définis auxquels il va falloir adhérer. Il faut  donc faire de Laplace en la mémoire naissante pour entreposer les éléments qui ne serviront pas dans cet apprentissage et laisser une place ouverte, à la bienvenue de ce que l’on va nous donner. J’emploie le verbe donner car la valeur interne vibrante est plus forte que les autres mots.
On donne et l’on accepte, car le don ne se refuse pas. Il n’est pas transmis sous la forme de l’autoritaire et du péremptoire, mais dans la générosité. A partir de là, il admet une largeur comprise et aimer reprend son grand sens.
Je n’ai aucune prétention avec l’éducation établie et mon écrit est en soit une réflexion sur le comment ne pas maltraitéer ce que nous sommes tous : des Mondes entiers en construction et surtout des âmes en voyage. Passer de l’individualité rémanente à un autre monde est la chose la plus délicate, sensible, difficile à laquelle l’Esprit participe dans l’ effacement en transformant le tout en une fine pensée incorporée, mémorisée de l’Etre lui-même.

En bâtissant un Monde trop brusque, irrespectueux, violent, sans sentiments ou dans leur bannissement, nous sommes moins attrayants pour les  âmes dans cet espace de vie commun. La communication est l’essentiel de cette architecture. (A suivre)
Merci pour votre aimable visite et à bientôt !

Bonsoir à tous ! Etre humble …

Posté : 8 février, 2013 @ 9:55 dans actualité générale, communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sociétés et structuration | Pas de commentaires »

C’est un très grand mot qui sait comment l’homme agit avec  sa conscience et son âme très lointaine . Son savoir peut-être considérable, sans qu’il soit afficher. Il ne représente pas : « - Je sais donc je suis le plus capable car j’ai franchi les portes de l’ignorance. Le mot ignorance trace déjà  sa frontière entre les êtres et il s’affiche comme la barrière absolue de ceux dont la quantité du savoir égale aux diplômes et aux emplacements précis dans la société.

C’est une erreur d’appréciation car l’humilité est le résultat du vécu de la bonté et des sentiments les plus nobles sincères,qui nous entourent et s’y associent,tels L’honnêteté, la sagesse et l’amour globalement développés .Cet ensemble nous  donne des personnes sans complexité dans une expression quotidienne. Il s’agit, ici, du contexte relationnel et communicatif supérieur que nous devons atteindre.

Un auteur en spiritualité des années 1940/1960,Maurice Méterlinck décrit les phases éveillées du cerveau en cette matière si précieuse. Il y décrit dans le «  Trésor des humbles » la bonté de l’âme et ses répercussions sur l’homme. C’est un écrivain dont j’apprécie la profondeur véritable  sincère des textes et très souvent, je regarde son schéma de pensée développé. J’en apprécie la teneur car il permet à nos esprits de s’affranchir. En tout cas, les articles où je mets en relief ses écrits, il y a une fréquentation le mon espace blog bien supérieure et un développement de ces textes qui entrainent les visites. Ce ne sont pas des écrits religieux ,mais ils sont accessibles à tous !

Sur ce sujet ,je vous ai livré ma philosophie profonde  dans mes cinq ouvrages publiés et parus ou bien sur mon blog de commentaires afin que vous puissiez connaître l’auteur. Pour ceux qui son attentif ,la pensée qui est dissimulée par les mots et les phrases issus de la plume vibrante, généreuse et active apparaît dans une chaîne philosophique continuee .

Merci de votre aimable visite et à très bientôt!

Bonjour à tous ! Un regard…

Posté : 27 octobre, 2012 @ 6:58 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Universalité | Pas de commentaires »

Un aperçu rapide d’une situation est l’acte de l’image télévisuelle .Le commentateur ou (trice), essaie en quelques mots succincts d’expliquer objectivement et dans la profondeur pensée courte, un fait ou bien un évènement ou une situation sociale.Hier soir, aux infos sur une chaîne, j’ai vu un reportage sur les mœurs soi-disant de notre jeunesse et des comportements. Je dirai tout d’abord ici, que nous devons éviter de stigmatiser notre jeunesse et en faire un «  bouc émissaire » ou un « souffre-douleurs » car nous avons été  ,nous aussi, jeunesse. Aucune génération n’est parfaite ,mais elle construit. Nous pouvons être sévère avec elle, mais sachons  reconnaître  ce qui  est du vrai et du faux dans toutes ces allégations. Dans ce journal, il était question de relations plus intimes de garçons et de filles dans les collèges et lycées , touchant à leur intimité personnelle. Le reportage relatait des comportements avec des débordements tendancieux de l’usage des sexes.

Il fallait comprendre que la jeunesse avait accès à la pornographie initiatique du développement des plaisirs sexuels dès son jeune âge. De ce fait, de nombreuses relations d’abords communicatives étaient faussées. L’ordinateur et ses sites plus ou moins tendancieux ,le téléphone portable lui-même atteignent ou fréquentent des zones interdites qui sont les vecteurs de cet éveil de l’usage des corps  et aux plaisirs. Quand on aborde ces sujets en public ,il devrait être obligatoire d’être accompagné d’un expert en sciences humaines et sociales, d’un sexologue praticien,  d’un psycho-sexologue, et de sociologues en globalités pensées Ce n’était pas le cas pour étayer et comprendre un  sujet hyper délicat .

Donc, ces dégradations de mœurs définissant des orientations parfois perverses et introduisent entre les genres une sorte de mésentente dès que le système devient et verse dans le conventionnel. La faute à qui si partout et en tous lieux les images et sexualités modernes circulent ? Dans les découvertes et explorations de leurs vies physiques ,les jeunes gens ont tendance à regarder ce que contiennent les techniques et même  le  dévoyage dans les extrêmes. Je ne citerai pas de nom célèbre ayant donné corps à ces déviances publics par le biais des infos  et c’est bien à partir de quelques mots que tout se dévoie. Ne jetons pas l’anathème sur notre descendance  car elle est le reflet de ce que nous générons, c’est-à-dire l’absence de rigueurs morales intérieures sur les vertus profondes. Mais aussi, et c’est le plus grave ,une forme visible d’irrespect de l’autre et de son corps offert dans l’acte d’Amour qui réside dans le plus grand des partages universels.

L’Amour ,le vrai ,ne navigue pas en foule, mais se cache dans sa pudeur développée , au  sein des couples formés et dans la profondeur mélangée de sentiments . L’intimité est sacrée et elle accepte blottie dans  la profondeur cachée et sacrée de l’âme. Aucune personne n’a le droit de la  dévoiler .Revenons à la réalité et ce que nous nous montrons dans l’ Amour physique fugace par l’acte et ceci sans association de grands sentiments et attachements des êtres .Il s’agit là d’ une tare de sociétés. Ces amours sans sentiments ,mais reliés seulement par acte physique, sont une forme banalisée de prostitution active ou passive. C’est à partir de cela que naissent les mésententes dressant hommes et femmes. L’installation du doute au sein des personnes qui s’aiment est une chose détestable.

Il s’agit d’une forme de goujaterie utilisant avec vices et par ce biais des technicités dites modernes, sans délicatesses des âmes et esprits, en ayant tendances à définir un irrespectueux dans une globalité effrayante. Tout ceci n’est pas de la faute unique de la jeunesse et les générations précédentes ne sont pas exemptes de responsabilités. Même au sein des genres ,il y a des abus et comme je le mentionnais dans un précédent article ,le masculin a aussi besoin d’une éducation plus romantique ,sentimentale, délicate et respectueuse pour aborder ce sujet dans son  intimité.

On ne peut parler de mœurs sans une forme de regard bienveillant, doux, mais profondément inquisiteur. Il s’agit, ici, de la résonnance que l’effet vibratoire universel nous renvoie dans le peu acceptable et sur la ligne fine des consciences régnantes. Il nous faut acquérir une vision ;non pas accusatrice, mais tendant à établir un «  Mea-culpa » de ce que nous engendrons  inconsciemment. Notre jeunesse nous observe et nous copie et  elle devient éponge psychologique pour le bon et le mauvais.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt !

Bonsoir à tous ! La fête au village …

Posté : 6 septembre, 2012 @ 5:46 dans actualité générale, communications, humanisme, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines | Pas de commentaires »

La groupe humoristique et de variétés «  Les Musclés » se produisant à la télévision dans une émission pour la jeunesse ,dans les années 1990 , en a fait une chanson à succès. Celle-ci a résonné en son temps de nombreuses fois pour apporter l’entrain et la joie comprenant une phase d’euphorie  dans les têtes. Les chansons et la musique sont nécessaires afin de créer une ambiance de fête .Avons-nous besoin de réjouissance ? Pour ma part, je pense que oui et de temps à autres nos esprits sollicitent une forme variée. Pour les adultes ,cela a moins de nécessité que les adolescents dont le mental se nourrit des vibrations musicales.

La musique a une influence importante sur le cerveau et l’esprit car elle est du règne universel. Elle va très loin dans les profondeurs de la vie. Alors, les fêtes au village ont-elle un grand rôle social ? Oui et elle rentre dans une communication particulière, mais bien réelle entre les êtres. Elles se classent dans les catégories des réjouissances et si en même temps les abus existent avec l’alcool, cela doit être passager. La raison et la sagesse voudraient que les comportements reste sereins.

Tout ceci devient complexe avec l’addiction et la dépendance aux euphorisants ,car certaines personnes y sont sensibles, et notamment pour la jeunesse dont l’esprit est fragile. Ainsi,d’un produit permettant une évasion saine et sans trop de conséquences, nous sollicitons mentalement un autre plus relevé et puissant.Aussi, sont apparues les drogues qui elles s’ échelonnent en puissance et effets.
Pouvons-nous éviter ces genres de dégradations extrêmes. ? Non, je ne le pense pas. Certes toutes ces tentations ont leurs meilleurs manières et façons d’aborder ces ingrédients que la Terre et la Nature mettent à notre disposition raisonnée. Le tabac fait partie de la bande avec l’alcool qui sous leurs formes unifiées entrainent un euphorisme du mental et des esprits    et doivent être consommés  avec modération.

Serions-nous tous doués de raison et de sagesse. Oui, certainement, mais nous ne les développons pas toujours. Alors dans leurs besoins    d’évasion et de connaitre l’expérience, les adolescents   les adultes finissent par se plonger parfois avec excès  dans ces évasions qui finissent par les avillir sous diverses formes et états.Depuis le            
 début des temps, il en est ainsi et nous avons beau dire, beau faire des souhaits et vœux de sagesse comportementale, nos esprits n’ont pas tous la même approche .Avec sa force immense, cet esprit nous emmène en des contrées où il  commande à notre volonté facilement.

Après la raison, ce sont des zones dangereuses et les évasion de la vie dont chacun doit maîtriser l’accès. Dire «  Il est interdit « ,ne change pas la donne et naturellement il faut que l’expérience  soit faîte individuellement pour affermir le mental. Il en est ainsi.

Merci de votre aimable visite  et à bientôt!

Bonjour à tous ! La jalousie…

Posté : 6 septembre, 2012 @ 5:37 dans actualité générale, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale | 1 commentaire »

La jalousie est un vilain défaut ,dit-on populairement. Il est vrai que ce sentiment est beaucoup plus répandu qu’on ne le pense et il a sa part de façonnage dans la société.Les personnes qui n’ont pas cette tendance à jalouser l’autre sont rares, mais elles existent tout de même. Etre jaloux,c’est ne pas comprendre que l’autre gagne plus d’argent en travaillant, que l’autre a un train de vie au grand jour important.

Etre jaloux ,c’est regarder ses avoirs métériels, immobiliers , territoriaux et se dire pourquoi lui et pas moi ? Puis, la jalousie profonde et viscérale en regardant son épouse et femme et se dire : qu’elle est belle et j’aimerais bien que ce soit la mienne! Tout est jalouser dans ce bas monde. Pourtant, nous naissons égaux,mais en quelques secondes nous sommes parfois  habillés pour la vie.Dans la vie, notre salaire étant inférieur à d’autres personnes ,nous avons du mal à comprendre et accepter cette état de fait.

Elle se manifeste également si quelqu’un également n’arrive pas à s’enrichir et son paraître en voix d’affaiblissement.Dans les formes de sociétés, le Marxisme et plus particulièrement le Communisme ont développé cette ambiance et cette vision comportementale.Tout ceci, nonobstant les vérités sur les conditions de vie  a-t-il un but en cultivant ce sentiment ? Oui, profondément, il est nécessaire à nos positions comportementales pour que nous puisions nous marquer à la culotte, comme l’on dit  au regard des joueurs de rugby.

Si nous n’avions d’élasticité dans notre tolérance, notre compréhension et notre regard bienveillant et doux, nous aurions des limitations importantes, en compréhension entre-nous.Il faut aussi se souvenir que le mal est parfois nécessaire au bien pour progresser. Nous pouvons également analyser la chose plus généreusement et se dire qu’il faut se réjouir de votre, notre semblable heureux et connaissant quelques bonheurs de ce fait. On peut lui dire  ‘ Je suis content pour toi ! »Ainsi , le sentiment ramenant à soi-même l’intérêt des choses s’amoindrit.

Merci de votre aimable visite et à très bientôt.

Bonjour à tous ! De la Nature humaine …

Posté : 4 avril, 2012 @ 7:22 dans communications, humanisme, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, vie naturelle | Pas de commentaires »

Nous sommes ! La réflexion s’élance à partir de ces deux mots et déjà en dire et en ajouter est dans ma nature expressive. L’humain atteint des profondeurs dans ses comportements fixés dans les curiosités de faire,penser,ressentir,innover,imaginer,voire aimer.Et la liste n’en est pas exhaustive. Je serais plus circonspect car le verbe aimer est grand et d’allure infinie.Parce que nous sommes,il faut exprimerà partir de là ,notre contenu. Il est parfois brut,global,mais la vie sait le polir,arrondir ses angles et faire en sorte que l’on puisse l’approcher avec joie,bonheur et plaisir.

Je vous l’ai dit,pour moi, nous naissons bons et sans orientations qui peuvent nous dégrader,mais aussi et surtout faire du mal à autrui. Les personnes bonnes,affables,loyales,sincères,joviales ,aimantes de leurs prochains ,tendent spontanément la main et connaissent la compassion en son sommet. Pour moi,la bonté est un des plus grands sentiments  dans la noblesse élévatoire des âmes et des esprits avec l’Amour.Elle atteint aussi les valeurs immenses du Cœur.Elle estdon présente en des lieux essentiels à nos vies. La question qui se pose est : «  -Avons-nous assez de finesse de l’esprit pour sauvegarder ces grands sentiments,mais aussi qualités supérieures,tout au long d’une vie et ne point émoussser leurs forces d’actions bienfaisantes.

Malheureusement,dans la fabrique de notre tous ensemble se glisse le vers comme dans le fruit et tout fini par se gâter et s’obscursir. Cette bonté,si désirée et généreuse,agréable ,nous ne savons pas la sauvegarder et il suffit de naître dans un milieu agité pour progressivement la perdre en route,même si le fond reste et survit. Tout n’est pas perdu,mais cela demande travail et précautions dans les pensées,actions et relations courantes. Plongés parfois danbs une sorte de foirail non maîtrisé,le juvénile a du mal à comprendre et se situer en face de l’adulte complètement imbibé d’un relationnel agité,tendu contenant également haine,agressivité,indifférence.

Si ce qui peut faire notre bonheur est au fond de nous,ce qui le neutralise y figure aussi. Chacun doit mesurer les contenances et favoriser le positif dans la soncérité et la noblesse des sentiments et des pensées. Ah oui ! Les sentiments que nous ne voulons pas voir ,car pour certains ils sont affligeants,dégradants et faisant ressortir la faiblesse de l’être. J’en connais de ces humains qui refoulent tous leurs sentiments comme de graves défauts donnant à l’aspect du verbe être une molesse et faiblesse. En général,  ce que nous construisons est plus attaché à une dureté dans l’aspect,qu’à la valeur sentimentale. Laisser s’exprimer nos valeurs relationnelles importantes envers nos semblables et dire jevous aime serait du superflus. Aller au devant de l’autre en difficulté ,en lui offrant généreusement dans la bonté ,notre aide,n’est pas péjoratif.

Etre solidaires dans la noblesse pensée de nos sentiments est la base de nos constructions. Pour que tous ensembles n’y mettions pas assez de nos vraies valeurs,le tout communautaire se gâte et dérape. Agressivité,haine l’emportent sur les constructions nobles.Dans nos éducations,nos formations et tous nos échanges du jeune âge ,il faut d’abord appprendre à vivre ensemble sur des bases soustrayant toute violence et agressivité,mais, en faisant ressortir la générosité et sa positivité.Mais attention, nous les adultes nous sommes copiés dans toutes nos attitudes ,qu’elles soient dans l’action ou le verbe. Alors, le premier qui dégaîne la haine ,jusqu’à la violence ambiante,l’emporte sur le reste et installe une forme de terreur où se loge la peur. Les enfants ne font pas toujours de la peur un monstre intérieur. Mais les échanges expressifs eux l’utilisent.Donc ,dans cet apprentissage de notre balbutiement à vivre en société entraine,faconne notre attitude d’être par les gestes configurant,trop souvent, violence,haine et finalement peur.

L’esprit et l’âme sont dans la délicatesse et la finesse en recherche des autres, et cette rencontre représente une variante expressive qui modifie le schéma. De bon,notre petit bout passera à une forme stabilisatrice de ses sentiments. C’est encore trop tôt et il ne va pas rendre coup par coup , mais regarder,observer intimement ce que contient l’autre. Alors, ce petit bout en voit un autre lever la main et frapper ,car celui qui fait cela ,l’a vu en intimité ches des grandes personnes ou bien chez ses parents.Il reproduit fidèlement. Il en  est pareil pour les gros mots.

L’observateur se dit ,mais est-ce  que cela est permis de donner un coup sur mes amis et semblables ? Il va s’interroger pendant une période sur ces possibilités. Puis, s’il est lui-même violenté,il rendra coup par coup un par un dans un imparable œil pour œil et dents pour dents. La dynamique lancée et la vie va se charger de notre nature apparente ,voire l’activer et reléguer le bon;le constructif noble en dessous d’un expressif souhaité et désiré. Paraître,suivre les modes sont des verbes qui s’imposent à la multitude car ils matérialisent exister et le montrer,le signifier.(A suivre)

Merci pour votre aimable visite.

Bonjour à tous ! Le panneau du danger clignote…

Posté : 28 janvier, 2012 @ 7:54 dans actualité générale, communications, Monde de l'Amour, Philosophie générale, Sciences sociales et humaines, Sociétés et structuration, Universalité | Pas de commentaires »

Progressivement le panneau d’alerte sociale s’est rallumé et maintenant il clignote.Cela est figuratif,mais la signification est claire ,car elle nous indique que nous avons inversé certaines de nos pensées constructives logiques,de bon sens.Nous sommes devenus plus tendus collectivement et individuellement et ce qui était relié au concret de la culture des sentiments nobles porteurs aimants,sincères,ne devient plus le ciment scellant notre assemblage communautaire. Dans des temps où règne une paix relative,une exploitation extrême des ressources,un accroissement régulier des populations,un développement des technicités induites,nous percevons un ras le bol et une perte des repères.

Nous nous raccrochons aux positions extrêmes et nous accélérons le processus de dégradations sociales.Les valeurs financières débridées et basées sur aucun étalon de valeur commune est une science incontrôlée et injuste.Les références, aux valeurs convenues les plus stables et courantes comme l’or,le blé, le travail énergétique humain etc….. n’ont plus cours.Tout est subjectif et partisan,allant même vers un spéculatif  dégradant et auto corrupteur.

Le progrès engendré est en soi merveilleux quand il aide et bénéficie aux hommes dans le respect profond de leur dignité.Nous aurions tout pour être heureux,ici,en Occident et pourtant l’homme est toujours son propre ennemi.Les droits sociaux élémentaires chèrement acquis par les travailleurs sur le temps s’émoussent et les prévisions d’un abolissement des avantages obtenus est à l’ordre du jour.Tout s’est soudain mis à s’éroder et nous disons que nous n’y pouvons rien.La convenance de notre affrontement intérieur,entre individus,au sein de notre construction sociale fait qu’une lutte intestine se maintient et parfois s’accélère sournoisement.

Celui qui investit dans son travail pour en vivre ou faire vivre sa famille,dans une société très conventionnelle n’est plus sur de trouver dignité,aise,satisfaction et même hoorable rémunérationDésormais, les personnes qui accèdent avec beaucoup de difficultés à l’emploi le font en ayant nécessité d’en occuper plusieurs pour pouvoir en vivre.Ainsi, un travailleur ne peut parfois se nourrir,se loger en étant digne au sein d’une société bénéficiant de son trava Si cela n’est pas une dégradation de société,il faut que l’on m’indique où est la voie .Plus généralement,le statut-quo qui entraîne la Paix généralisée dans le monde ,est la peur de tous pays du conflit nucléaire vitrifiant en quelques heures la planète.Donc,la peur,la terreur construisent les bases de cette paix.

Ce n’est pas la bonne et la vraie paix respectueuse des hommes fraternels,solidaires,sages et non agressifs.C’est celle sans étayage et assise des menaces constantes de casser le monde et son existence.L’homme est curieux dans son esprit : « -Certains veulent construire et élever leur société et d’autres oeuvrent pour détruire ou laminer ces efforts! »Positif et négatif s’affrontent,bien et mal se combatent,réalité constructive existencielle et néant contenant le chaos avancent ensemble,lumière et ténèbre ne cessent de s’opposer à travers tous les éléments en actions. Il faut nous satisfaire de ce monde,car nous n’en avons pas un autre en rechange.

Déjà de nombreuses civilisations lancées dans un espoir d’établir  leur apogée dans un bonheur régant ou leur Nirvana,ont été vite désenchantées et se sont écroulées sur leurs bases millénaires.Souhaitons à notre vieille civilisation occidentale de surmonter ce palier souvent décisif.Il semble, et je dis bien il semble, que celle du continent asiatique soit plus vive car elle arrive à se reconstituer malgré les atteintes des démolitions passagères.La Chine fut une des première,voire la première à se mettre en place avec en parallèle le continent Indien.

Le nouveau monde est prometteur et il faut savoir qu’en hérédité, il contient nos penchants très souvent limitatifs.L’Afrique est en recherche d’une voie apaisée allant vers sa vraie nature.Le Moyen-Orient a vu éclore sa manne et son or sous terre.il l’a offert au monde généreusement par le biais des évolutions technologiques.Cette civilisation a souvent fait avec peu de choses et n’a pas vécu sur les bases de l’abondance,d’où les pensées très différentes tous les autres peuples ont des particularités enrichissantes dont les dominants par  le pouvoir et la richesse ne s’encombrent pas.

Les peuples indiens et amérindiens près de la Nature et son respect, ont été décimés et détruit dans leurs âmes collectives en grande partie.Les minorités disparaissent chaque jour en grande quantité.L’homme dit civilisé atteint son apogée dans sa mise en place de son monde.

Puis, en un lieu du monde serein,au sein du corps d’une femme, une vibration se met discrètement en place comme une horloge  et dans quelque mois un enfant arrivera en ce monde.Il le repensera à sa façon car c’en est ainsi ,à chaque naissance ,c’est le monde qui se refait! Alors, l’espoir au cœur,nous voulons avancer et toujours construire dans l’opiniâtreté où le verbe aimer devient une priorité.L’abbé Pierre avait une devise affichée dans son bureau sous la forme  d’un texte évocateur: »-Souviens-toi d’aimer! ».

Merci de votre aimable visite.

12
 

Heroic-fantasy et autres ge... |
Uthyckespoir |
Lily's Reading |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 11goc
| L'alchimie molle de l'écriture
| Les désastreuses aventures ...